Navigation – Plan du site

Les effets sociopolitiques de l’aide à la décision. Le cas du conflit pour la nappe alluviale du fleuve Rhône à Péage de Roussillon (Isère)

The socio-political effects of decision support. The case of the conflict for the alluvial layer of the Rhône River at Péage de Roussillon (Isère)
Louis Durey

Résumés

Vocabulaire à la mode chez les praticiens, l’aide à la décision est une pratique qui structure de plus en plus la relation entre gestionnaires et scientifiques sur le fleuve Rhône. Quelles sont les implications de ce changement dans la production et la régulation politique des territoires fluviaux ? A partir d’une étude de cas sur la politisation de la gestion de la nappe alluviale du Rhône à Péage de Roussillon, nous examinons comment l’outil d’aide à la décision, en tant qu’instrument porteur de significations sociopolitiques, légitime une représentation du fleuve en hydrosystème et institue un régime de régulation gestionnaire-scientifique de l’espace fluvial local. Cette nouvelle codification du fleuve entre en confrontation avec la codification existante du fleuve en élément économique menée historiquement par l’Etat et actuellement la puissance publique locale. Derrière cette recomposition en cours et inaboutie de la manière dont les pensées du fleuve travaillent l’espace local et les logiques d’acteurs qui en découlent, nous mettons en exergue une continuité structurelle ; celle d’un travail de domination symbolique de la capacité à dire l’espace fluvial. Nous attirons aussi l’attention sur les effets d’emprisonnement du débat public générés par le régime gestionnaire-scientifique.

Haut de page

Texte intégral

Merci à toutes les personnes qui ont donné de leur temps pour la réalisation des entretiens semi-directifs mobilisés dans le cadre de ce travail. Nous remercions les financeurs de la thèse CIFRE qui ont rendu possible cette étude (ANRT, Région Rhône Alpes-Auvergne, Direction Régionale des Affaires Culturelles). Merci également au Parc Naturel Régional du Pilat pour avoir accompagné la réalisation de ce travail. Enfin, nous remercions André-Marie Dendievel, Clémentine Périnaud, Georges Gay, Pauline Chavassieux et les relecteurs anonymes de la revue pour leurs remarques et leurs critiques qui ont permis d’améliorer cet article.

  • 1 Par exemple, le programme HELP de l’UNESCO (Hydrology, Environment and Life Programme) établi en 19 (...)

1L’outil d’aide à la décision est une pratique qui vise à permettre « une prise de décision sur la base du meilleur savoir scientifique » (Acreman, 2005, p. 106). D’abord théorisé par l’ingénieur Taylor comme modèle d’efficacité dans les organisations (Taylor, 1914), puis appliqué à partir des premiers modèles informatiques destinés à améliorer les business-model des entreprises américaines dans les années 1960 (Power, 2003), l’outil d’aide à la décision occupe une place de plus en plus importante dans notre société. Il se généralise notamment chez les gestionnaires en passant de la sphère privée à la sphère publique lors des réformes du New Public Management qui traversent les pays de l’OCDE (Lascoumes et al., 2007) pour améliorer l’efficacité de l’action publique (Gruening, 2001). L’aménagement du territoire est lui aussi concerné et des voix s’élèvent dans les années 1970 pour le doter d’un régime de scientificité afin d’éviter les désastres environnementaux provoqués par l’Etat aménageur durant la période de forte croissance des pays industrialisés (Holling, 1978). Aujourd’hui, le scientifique revendique un rôle prépondérant pour informer la décision en développant des systèmes dans tous les champs caractérisés par l’incertitude y compris la gestion de l’environnement (voir, par exemple, Reason and Bradbury, 2001). La revendication d’une gestion scientifique des cours d’eau apparait au début des années 1990 (Cullen, 1990) et a depuis un certain succès que ce soit du côté des bailleurs1 ou des scientifiques (Bednarek et al., 2005; Djodjic et al., 2002; Holmes et al., 2005; Liu et al., 2008; Maia et al., 2007; Reitsma et al., 1994; Sugumaran et al., 2004 ; Le Bars, 2003 ; Baisez et al., 2005 ; García Hernández et al., 2009) dans ce champ. En effet, plusieurs études au début des années 2000 ont révélé le manque d’une prise en compte scientifique et systémique de l’ensemble des fonctions hydrologiques et écologiques des cours d’eau durant les opérations de restauration menées depuis cette période (Bernhard et al., 2005 ; Buijse et al., 2002). Pour appuyer les choix des gestionnaires, les scientifiques débattent sur les modalités de l’évaluation du « succès » ou de « l’échec » des opérations de restauration des cours d’eau (Kondolf et al., 1995).

  • 2 Par le principe d’une augmentation de l’efficacité dans la gestion des cours d’eau (article 11 de l (...)
  • 3 Notamment visible dans le Schéma directeur d’aménagement et de gestion de l’eau Rhône Méditerranée (...)
  • 4 Site internet du programme de restauration hydraulique et écologique du Rhône, http://restaurationr (...)

2Le fleuve Rhône est fortement concerné par ce mouvement d’amélioration de l’efficacité de la décision par la gestion scientifique. Dans un contexte favorisé par les cadres institutionnels européens2 et français3 de la gestion de l’eau, cette proximité entre le scientifique et le gestionnaire constitue l’une des caractéristiques notoires de la restauration du Rhône débutée à la fin des années 1990. Le programme de restauration hydraulique et écologique du Rhône court-circuité revendique pleinement une interaction entre scientifique et décideur sur le mode de l’aide à la décision4. En pratique, des modèles prédictifs sont développés afin d’améliorer l’efficacité des opérations de restauration réalisées par les gestionnaires (Lamouroux et al., 2015).

3Dans un monde où la science prend une part croissante dans la gestion politique des problèmes (Jasanoff, 2004), étudier le devenir du fleuve Rhône ne peut plus faire l’économie des représentations des hydromorphologues et biologistes dans la production des cadres de sa gestion (Bouleau, 2011). Or, peu d’études renseignent à ce jour la mise en pratique de ces représentations scientifiques dans la gestion du fleuve et leur socialisation par le système d’acteurs qui caractérise les territoires fluviaux locaux. Quelles sont les implications de l’apparition de l’aide à la décision dans la régulation contemporaine du fleuve et quels sont les ressorts du changement institutionnel constaté ? Qu’en déduire sur la production de nos territoires contemporains ? Pour répondre à ce questionnement nous mobilisons les résultats issus de deux années de récolte de données empiriques autour d’un conflit pour la gestion de la nappe alluviale du Rhône sur le site de Péage de Roussillon entre octobre 2014 et décembre 2016. Notre méthode comprend un corpus de 17 entretiens semi-directifs (tableau n° 1) auprès des parties prenantes, des résultats issus d’observations participantes à l’occasion de sorties de terrain et de réunions de concertation, une étude des archives municipales de la commune de Sablons (Isère) et de la littérature grise sur l’histoire locale du fleuve et des institutions présentes sur la scène d’action.

Tableau n° 1 : liste des entretiens et observations cités dans cet article

Entretiens

1 Entretien avec un gestionnaire de la réserve naturelle de l’île de la Platière le 21/12/2015.

2 Entretien avec un technicien de l’agglomération roussillonnaise le 17/12/2015.

3 Entretien avec un hydromorphologue le 14/01/2016 par téléphone.

4 Entretien avec un agriculteur retraité de Sablons le 12/01/2017 par téléphone.

5 Entretien avec un jeune agriculteur de Sablons le 12/01/2017 par téléphone.

6 Entretien avec un technicien en adduction d’eau de l’agglomération roussillonnaise le 17/12/2015.

7 Entretien avec un ingénieur en infrastructures de l’agglomération roussillonnaise le 03/06/2015 par téléphone.

8 Entretien avec un ancien élu local le 11/06/2015.

9 Entretien avec un élu local membre du SMIRCLAID le 15/10/2015.

10 Entretien avec un conseiller municipal membre du SMIRCLAID le 11/12/2015.

11 Entretien avec un chargé de mission de la région Rhône Alpes le 15/12/2015.

12 Entretien avec un technicien d’un syndicat local le 09/07/2015.

13 Discussion informelle avec un représentant des riverains de Sablons le 08/10/2015.

Observations participantes

1 Observation participante d’un comité de concertation le 8/10/2015.

2 Observation participante d’une visite du terrain par le comité scientifique de l’agence de l’eau le 29/03/2016.

4Dans ce travail, nous allons dans un premier temps montrer comment des élus de l’agglomération roussillonnaise mettent le fleuve Rhône à contribution pour engendrer un nouvel espace définitionnel de la régulation de la société. En second, nous analysons la manière dont une coalition de scientifiques et de gestionnaires met à défaut cet espace de l’Etat recomposé par la construction d’une représentation systémique de l’abaissement de la nappe alluviale succédant aux grands aménagements. L’analyse de la politisation des modèles systémiques de la nappe alluviale nous amène à considérer l’outil d’aide à la décision comme le marqueur de l’institutionnalisation d’un nouveau régime de régulation de l’espace fluvial que l’on peut qualifier de scientifique-gestionnaire.

Une remise en question de la signification de l’espace fluvial local : le cas du Rhône à Péage de Roussillon

5Le site fluvial de Péage de Roussillon présente des contrastes forts en matière d’usages de l’eau et de l’espace. En plus d’accueillir une plateforme chimique construite au début du siècle dernier, le Rhône a subi une transformation majeure survenue entre 1971 et 1977. Il s’agit du canal de dérivation et de la zone industrialo-portuaire réalisés par la Compagnie Nationale du Rhône dans le cadre de l’aménagement du fleuve au triple point de vue (forces motrices, navigation et irrigation, selon la loi du 27 mai 1921). Enfin, l’espace local comprend une agglomération urbaine en rive gauche du canal qui côtoie un espace protégé de boisements alluviaux et de paléo-chenaux situé entre le canal et le Rhône court-circuité (la réserve naturelle de l’ile de la Platière).

La fabrication d’un territoire local par les élus roussillonnais

Avant de devenir le laboratoire de la restauration du Rhône court-circuité, le fleuve Rhône à Péage de Roussillon connait des projets qui engendrent des transformations radicales. Initialement confisqué au local par l’Etat planificateur durant les Trente Glorieuses (Gay, 2001), le fleuve constitue alors le support unitaire d’une politique de structuration marchande d’un espace national. Son but consiste en une réorganisation industrielle du territoire français par le couloir rhodanien avec comme horizon la navigation du Rhin à la Méditerranée (archives de l’Association Mer du Nord-Méditerranée). Sur les plans, une zone industrialo-portuaire apparait au futur emplacement de l’aménagement hydraulique de Péage de Roussillon dès les années 1960 puis dans le schéma d’aménagement et d’urbanisme Givors Vienne Roussillon au début des années 1970. Cette dernière est conçue comme l’un des maillons d’un corridor industriel appelé à se développer grâce à l’effet d’entraînement permis par l’infrastructure de transport fluvial (Bouchet, 1983). Or cette politique nationale est bouleversée à partir de cette période avec la fin du modèle stato-centré de l’aménagement du territoire entrainant la nécessité pour les élus locaux de combler un vide, l’initiative économique ne venant plus d’en haut (Gay, 2001). De surcroit, ces mêmes élus sont contraints de formuler une réponse à la crise économique locale, le groupe chimique et textile Rhône Poulenc entamant dans le même temps un processus de restructuration, délaissant ses branches les moins compétitives devant l’internationalisation des cadres de l’accumulation (Duchêne, 2002).

  • 5 Voir aussi le schéma portuaire de la région lyonnaise.

6En réponse à cette crise, le projet industriel conçu par l’Etat est appliqué de manière très pragmatique (Chabenat, 1991) par un syndicat intercommunal, le SIVOM du canton de Roussillon. Néanmoins de grands changements se produisent, l’enjeu nouveau étant de rendre le territoire attractif dans le cadre d’une mise en compétition généralisée des territoires locaux (Veltz, 1997). Le fleuve à Péage de Roussillon devient l’attribut de démarcation territoriale d’un cortège de dispositifs infrarégionaux impliquant divers acteurs (Etat, région, département, communauté de communes) prolongeant un phénomène déjà étudié par Vanier (1995). Il s’agit 1/ du contrat de développement durable « Rhône PLURIEL », un dispositif de financement et d’animation territoriale lancé par la région Rhône-Alpes dans les années 1990 de type « contrat de pays » ; 2/ du schéma de cohérence territoriale « Rives du Rhône », un outil de planification urbanistique participatif déterminant les objectifs, les stratégies et les moyens du développement durable du territoire élaboré durant la dernière décennie ; et 3/ du « Grand Projet Rhône Alpes Rhône médian », une initiative récente de la région Rhône-Alpes destinée à impulser des dynamiques territoriales dans des sites à enjeux de la région pour une durée de 5 ans. Ces dispositifs mettent le fleuve au centre d’une stratégie basée sur le tourisme (Rhône PLURIEL) et sur l’industrie durable et le transport multimodal (GPRA Rhône médian et SCOT Rives du Rhône). Le canal Rhin-Rhône ayant cessé d’être l’horizon structurant, ces élus locaux jouent la carte de l’intégration économique dans le système logistique métropolitain lyonnais par le fleuve (entretien n° 11)5.

  • 6 Nous empruntons ici la théorie néo-marxienne de l’Etat donnée par N. Brenner qui s’attache à analys (...)

7Cette remise en signification du fleuve dans le local par les élus permet la reproduction du rapport social de production (Lefèbvre, 1974) dans l’espace mais pas sans un changement en profondeur. La fabrication du nouveau territoire fluvial tend à redéployer l’espace définitionnel de l’Etat6 dans des échelles infra-régionales et urbaines (Brenner, 2004).

8Voyons à présent comment des investissements scientifiques viennent bouleverser cet ordre qui se met en place depuis la crise de l’Etat planificateur.

La construction sociale de la nappe alluviale

9Après la canalisation du fleuve, l’espace fluvial à Péage de Roussillon est le théâtre d’un conflit local. Les services de l’Etat, dans le cadre du remembrement agricole, promettent aux agriculteurs une partie de l’espace entre le canal de dérivation et le Rhône court-circuité aux agriculteurs de Sablons et Serrières en contrepartie de la perte de terres fertiles due à l’aménagement (entretien n° 1, Chabenat, 1991). Cette décision est contestée par un groupe d’environnementalistes et ornithologues locaux affiliés à diverses organisations régionales (FRAPNA, LPO et Centre Ornithologique Rhône-Alpes) qui voient dans la forêt alluviale qui caractérise cet espace, à la fois le dernier poumon vert de la vallée du Rhône et un site à haut intérêt ornithologique. Ces derniers engagent une lutte d’une décennie contre les agriculteurs, les élus de l’époque et les habitants qui pratiquent la chasse sur le site pour le faire classer en réserve naturelle nationale et obtiennent ce classement en 1986 (Chabenat, 1991).

10Or, dix ans après la fin des travaux donc à la même période, les riverains constatent le spectacle de nombreux poissons morts du fait de l’assèchement de la principale lône (ancien bras mort) dans la réserve naturelle (bulletins municipaux de Sablons, 1990 à 1992). Cet évènement constitue le premier signe visible et vécu des conséquences écologiques d’un affaissement de la nappe alluviale du fleuve. Les ingénieurs de la Compagnie Nationale du Rhône avaient informé les élus de l’abaissement de la nappe avant les travaux (entretien n° 9), mais ces derniers n’envisagèrent le problème qu’au point de vue de l’irrigation (délibération du conseil municipal de Sablons du 29 novembre 1969).

11C’est aussi à partir des années 1980 que les travaux scientifiques produisent un nouveau regard sur les transformations du fleuve en y appliquant le concept d’hydrosystème. Ce concept est forgé en 1983 par des chercheurs en biologie et hydromorphologie dans le cadre des travaux du PIREN Rhône puis revendiqué comme standard dans l’aménagement de cours d’eau par ces chercheurs (Coulet, 1992 ; Petts et al. 1996). Le constat de l’assèchement d’une lône sur le site de Péage de Roussillon attire tout de suite l’attention des chercheurs à commencer par le gestionnaire de la réserve naturelle recruté en 1988. Ce dernier est spécialiste des forêts alluviales et s’est formé auprès de l’un des pionniers du PIREN Rhône à l’université de Grenoble (entretien n° 1). Le gestionnaire s’attache dès lors à connaitre les relations entre la nappe alluviale, le fleuve et l’écosystème aquatique. Dans un tronçon du fleuve où les données bioclimatiques n’ont plus aucune relation de cause à effet avec la variabilité des débits, son diagnostic met en exergue le rôle prédominant des usages anthropiques de l’eau (en premier lieu les pompages industriels) et de la gestion hydraulique du site (niveau du débit réservé dans le Rhône court-circuité) dans l’affaissement de la nappe alluviale du fleuve (figures n° 1 et 2). Ses travaux sont accompagnés d’études d’autres scientifiques proches d’organisations environnementalistes (la FRAPNA) qui font état d’une « lente dérive du système » sur le site de la Platière, réclamant des mesures correctrices (Coulet et al. 1997). Ainsi investit de représentations scientifiques, l’espace fluvial devient une occurrence localisée d’un phénomène global, celui du dérèglement de l’hydrosystème (et de son écologie) par les aménagements successifs du fleuve Rhône.

« Le cas de Péage, c’est le cas de Pierre Bénite, c’est le cas de Donzère, c’est plutôt le cas du Rhône à l’aval de Lyon, c’est des phénomènes d’incision, (…) incision qui du coup baisse le niveau d’eau et baisse le niveau de nappe associé, lié aux ouvrages Girardon, et puis après la mise en débit réservé qui fait qu’après l’essentiel de l’eau part dans le canal et du coup on a un niveau d’eau qui est bien, bien faible quoi » (entretien n° 3).

Figure n° 1 : Coupe transversale explicative du phénomène d’abaissement de la nappe phréatique

Figure n° 1 : Coupe transversale explicative du phénomène d’abaissement de la nappe phréatique

Source : Lalot, 2014

Sont schématisées de bas en haut 1/ la situation (hypothétique) des échanges fleuve-nappe sans prélèvement, 2/ la situation en ajoutant les prélèvements des industries chimiques, et 3/ la situation en faisant figurer tous les prélèvements y compris les usages agricoles et domestiques en rive gauche du canal.

  • 7 Documents d’objectif. Milieux alluviaux et aquatiques de l’Ile de la Platière. Site FR 820 1749. As (...)
  • 8 Expertise de la ZABR sur le site de Péage de Roussillon du Mardi 13 janvier 2009, disponible sur ht (...)

12Cette problématisation (Callon, 1983) systémique, qui marque les documents de gestion successifs de la réserve naturelle7, fait émerger un espace politique autour de la régulation de la nappe alluviale à partir des années 1990 par la conjonction de plusieurs processus. Premièrement on assiste à l’apparition de dispositifs réglementaires et légaux en matière de protection des écosystèmes aquatiques à échelle locale (mise en place d’un espace naturel sensible et d’un zonage Natura 2000 dans la réserve), nationale (loi sur l’eau de 1992), européenne (directive Habitat 92/43/CEE sur la protection des espèces à enjeu Directive européenne de 2000 sur le bon état des eaux superficielles et souterraines) et internationale (la protection de la biodiversité devient un enjeu mondial dans le Sommet de la Terre de Rio). Deuxièmement, de nouveaux acteurs entrent en scène durant cette période. Il s’agit de l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse et des scientifiques lyonnais qui mettent en place le programme de réhabilitation hydraulique et écologique du Rhône court-circuité. La structuration de cette coalition entraine un plusieurs actions : les modélisations des échanges fleuve-nappe et de l’hydrologie de la plaine par des bureaux d’étude se succèdent entre les années 1990 et 2000, des guides techniques sont rédigés par l’agence de l’eau (Paran et al. 2012), un classement de la nappe alluviale comme zone critique survient et des projets d’adduction d’eau de l’agglomération roussillonnaise sont contestés (entretien n° 2). En parallèle le Rhône court-circuité sert de laboratoire aux scientifiques de la Zone Atelier Bassin du Rhône durant la mise en place de la restauration du fleuve. Les restaurations de lônes s’accompagnent de modélisations sur l’équilibre du système fleuve-nappe et l’établissement d’un débit réservé « optimal » dans le Rhône court-circuité en 2014 tient compte de ce problème8. Par ailleurs, ces chercheurs développent un champ de recherche sur l’effet de l’abaissement de la nappe alluviale sur la végétation (Singer et al. 2013, Singer et al. 2014). Au niveau local, la réserve de l’île de la Platière trouve le soutien d’un élu sablonnais pour ériger un syndicat mixte intercommunal (le SMIRCLAID) pour prendre en charge la restauration du fleuve (entretien n° 8).

Figure 2 : enjeux relatifs à l’usage de l’eau et de l’espace dans l’ile de la Platière

Figure 2 : enjeux relatifs à l’usage de l’eau et de l’espace dans l’ile de la Platière

13Ces éléments montrent que s’il y a coproduction de l’ordre scientifique avec l’ordre social sur le fleuve Rhône (Bouleau, 2011), cela se passe avant tout dans l’espace local. Le fleuve à Péage de Roussillon constitue un cas d’école dans la manière dont le canal de dérivation et ses terres libres, avec leur vocation productive, et le Rhône court-circuité (incluant les boisements alluviaux), devenu avatar de la biodiversité, s’opposent l’un à l’autre physiquement et socialement. Cette imperméabilité entre les significations de l’espace fluvial et les usages de l’espace qui en découlent (accueillir plus d’industriels ou non) s’illustre par le rejet par les élus locaux d’un projet de territoire autour du Rhône court-circuité à l’initiative de l’agence de l’eau (entretien n° 12), contrairement à ce qui s’est passé sur le Haut-Rhône (Micoud, 2015). Quel rôle joue l’instrument d’aide à la décision dans pareille configuration ?

Une politisation de la nappe alluviale

  • 9 Nous entendons par là que les scènes d’acteurs étudiées sont animées d’inégalités dans la répartiti (...)

14L’outil d’aide à la décision, instrument de politique publique doté de significations autonomes (Lascoumes et al. 2007), refaçonne l’espace politique local en excluant les acteurs faiblement dotés en capitaux9 et en appelant à une appropriation par les acteurs plus influents.

L’aide à la décision, nouveau piège du local

15Au cours de la concertation, les participants ne disposent pas tous du même bagage cognitif et technique et peinent à s’approprier le concept d’hydrosystème. On trouve dans ce groupe plusieurs entités : des élus locaux, un représentant de riverains et des agriculteurs, usagers de la nappe ou simplement de l’espace local.

16Les élus locaux, sensibles à la conservation de la forêt alluviale pour sa capacité d’épuration de l’eau de la nappe, portent un discours de gestion équilibrée des usages de l’eau et de cohérence territoriale (entretiens n° 9 et 10). En revanche les agriculteurs, dont l’activité dépend directement de l’usage de la nappe, s’inscrivent dans une posture de dénonciation des intérêts des gestionnaires de l’aire protégée et de rejet de la représentation systémique du fleuve.

« On en fait tout un…. L’ile de la Platière, la nappe vis à vis de l’ile de la Platière, ce n’est pas une catastrophe, hein, le Rhône a toujours coulé, il est là, il y a eu des nappes, il y a un siècle de ça, le cours du Rhône était plus bas qu’il ne l’est actuellement et l’île de la Platière elle a toujours vécu hein » (entretien n° 4).

« Aujourd’hui j’ai retenu que … qu’il y a un problème surtout sur l’ile de la Platière, et en fait c’est déjà tout décidé, il va falloir qu’on fasse tous des concessions, mais l’agriculture va faire le maximum de concessions » (…) « c’est eux qui consomment c’est pas nous ! » (entretien n° 5).

17Sans outil pour critiquer le modèle présenté durant la concertation, les agriculteurs participent peu aux échanges à la différence des représentants des industriels (observation participante n° 1).

18La participation effective de ces usagers dans la concertation sans maîtrise de la représentation systémique reste précaire comme le montre le cas du représentant des riverains. Bien que le cadre de la concertation adopte d’emblée une forme très sélective (nécessitant l’autorisation de la sous-préfecture de l’Isère), ce dernier réussit à rentrer dans le dispositif de concertation après trois ans de relance auprès de la sous-préfecture et des élus locaux (discussion informelle n° 13). Lors de ses interventions, le représentant des riverains (observation participante n° 1) est déconsidéré par les participants car il n’intègre pas le raisonnement scientifique sur l’hydrosystème dans son discours. Ses revendications, qui concernent le niveau et la vitesse de l’eau dans le Rhône court-circuité, sont d’emblée écartées par toute l’assemblée.

19L’analyse des lieux de la concertation est aussi significative. En plus de la réalisation des comités de concertation, des visites de terrain sont réalisées, par exemple pour présenter le site aux membres du conseil scientifique de l’agence de l’eau et à divers acteurs de l’Etat tels que des représentants de la sous-préfecture. Ces visites, qui consistent en des lectures paysagères et arpentages de l’espace local participent pleinement de la consolidation d’un diagnostic systémique se nourrissant des transformations visibles de la forêt alluviale et du fleuve (observation participante n° 2).

20Ces résultats montrent que l’instrument d’aide à la décision, une fois institué dans l’espace politique local, génère une domination symbolique permettant la mise en régime du couple scientifique-gestionnaire dans la production du fleuve. En cela, cet instrument et les outils qu’il comporte (modélisations systémiques) véhiculent une nouvelle division des rapports entre gouvernants et gouvernés (Lascoumes et al., 2007). Nos observations et nos entretiens semi-directifs montrent en effet comment une coalition de gestionnaires de l’eau, de l’environnement et de scientifiques parvient à transformer un système de pouvoir local en imposant une lecture de l’espace fluvial dans le local fondée sur une légitimité scientifique et mobilisant le concept d’hydrosystème. L’aide à la décision peut dès lors se lire comme un nouveau piège du local en cela qu’elle vient dicter un espace abstrait mettant sous contrainte des espaces vécus (Lefèbvre, 1974). Nous parlons de nouveau piège en cela que le même auteur dénonce à son époque la manière dont les acteurs des politiques d’aménagement enferment la définition du local dans un espace réifié et vidé de sa substance sociale (ibid). La recomposition des acteurs qui a eu lieu depuis ce temps ne doit pas occulter une continuité forte de logique et de mécanisme travaillant (et restreignant) l’invention du local. On peut dès lors s’interroger sur les effets d’une généralisation du modèle gestionnaire-scientifique sur la production de l’espace fluvial en matière de démocratie technique (Callon et al., 2014), le risque étant celui d’une confiscation du débat public.

Une compétition dans la fabrique du territoire

21La représentation systémique du fleuve est contestée par les usagers de la nappe possédant à la fois un bagage technique et un poids politique suffisants. Possédant parfois déjà une expérience dans la modélisation, ces acteurs contestent la légitimité de la pratique d’aide à la décision et y voient un moyen de fabriquer des arguments scientifiques pour imposer des vérités aux élus :

« La difficulté c’est qu’on a des techniciens qui donnent des éléments aux élus, euh…moi je vous dis la nappe elle est à 190.35 ! Sauf que quand je vous dis ça et que je vous dis ça vient du modèle, l’élu il dira bah putain c’est scientifique c’est fiable ! bah non c’est archifaux. C’est à 190,35, plus ou moins 1 mètre quoi. Et plus ou moins un mètre, aujourd’hui dans l’étude on parle de dizaines de centimètres ! C’est à dire qu’on est en train de prendre des décisions, avec un modèle, dont on oublie que c’est un modèle. Il donne un ordre de grandeur, il donne une tendance. Par contre, il donne pas le centimètre de hauteur d’eau dans la nappe le jour j. (…) parce que c’est pareil : les hypothèses, ce sont des hypothèses scientifiques, qui sont forcément fausses. (…) » (entretien n° 6).

22Durant la concertation, les promoteurs du développement économique œuvrent à s’approprier les modèles pour pouvoir les faire aller dans leur sens. Ils parviennent ainsi à retourner les termes de l’équation des problèmes soulevés par les défenseurs de la forêt alluviale. Pour cela, ils arguent d’un manque de compréhension des effets respectifs de l’aménagement du canal de dérivation et des pompages pour faire appliquer des quotas de gestion (entretien n° 7). Durant la concertation, ce groupe d’acteurs parvient à infléchir la problématisation initiale qui mettait en exergue le rôle des pompages industriels dans l’abaissement du niveau de la nappe et introduire dans les leviers d’action une irrigation artificielle des zones boisées par la surface plutôt que par la nappe (observation participante n° 2), solution ne remettant pas en cause les pompages industriels présents ou à venir. Cette conception est critiquée par les défenseurs des boisements alluviaux : une irrigation artificielle de l’ensemble fleuve-nappe par la lône de la Platière étant incertaine dans le temps puisque cette dernière tendrait à se colmater (observation participante n° 2). Le même argument est utilisé pour évincer la solution d’un décolmatage du canal de dérivation soutenue par les défenseurs des boisements alluviaux. Une nouvelle augmentation des débits réservés est aussi évoquée. Ironiquement, cette solution s’avère difficile à justifier scientifiquement pour les défenseurs de la forêt alluviale puisqu’elle contredirait l’expertise scientifique précédente qui déclare optimaux les débits réservés en place actuellement. La Compagnie Nationale du Rhône parvient elle aussi à retourner les arguments des hydrobiologistes (observations participantes n° 1 et 2) en démontrant le manque de durabilité des solutions issues des modèles de la nappe qui iraient en sa défaveur. C’est le cas pour une nouvelle augmentation des débits réservés et pour une infiltration des eaux du canal de dérivation. Ces résultats montrent que globalement, l’incertitude scientifique relative au fonctionnement écosystémique de l’espace local est utilisée stratégiquement par les différents groupes d’acteur en confrontation.

23Ces résultats montrent que rien n’est encore joué dans le conflit de la nappe alluviale du Rhône à Péage de Roussillon, conflit qui peut être considéré comme un espace d’expérimentation régulatoire. Les pratiques de contestation de la légitimité des modèles de la nappe indiquent une juxtaposition et une confrontation entre deux régimes de régulation de l’espace fluvial local qui puisent leur légitimité dans des sources différentes. Le premier régime que l’on peut qualifier de régime étatique-recomposé repose sur une légitimité électorale représentative et sur une capacité à donner un sens au développement du local (Gay, 2001). Le second régime, scientifique-gestionnaire, se légitime pour sa part avec la mobilisation d’un discours scientifique et de l’instrument d’aide à la décision. Nouveau média entre le fleuve et les acteurs, l’aide à la décision institue les rapports de force et les coalitions (Lascoumes et al. 2007). L’état de ces rapports, indicateur de la domination d’un régime de régulation sur l’autre, est renseigné par l’état de connexion des arbres à la nappe.

Conclusion

24La restauration du Rhône à Péage de Roussillon, de par la puissance des intérêts économiques qu’elle vient déranger, met en plein jour un processus qui aurait pu demeurer sans cela plus discret. Il s’agit de la juxtaposition de deux régimes de régulation de l’espace fluvial local. L’aide à la décision, qui constitue dans le discours normatif l’un des éléments de la batterie de nouveaux instruments destinés à améliorer l’efficience et l’efficacité de l’action publique, sort du registre de la neutralité technique lorsqu’elle est mise en pratique dans la gestion d’un espace local. Celle-ci, en tant qu’outil d’optimisation, voit son usage détourné dans la pratique, de la même manière que pour le caractère scientifique des discours sur le Rhône. Ainsi intégrés dans la pratique, ces innovations normatives desservent des combinaisons de stratégies d’acteurs (notamment détournements et sélections) répondant à des enjeux du local, par exemple la sauvegarde d’une identité industrielle. En cela, cet article entend rappeler aux gestionnaires l’efficacité propre derrière l’aide à la décision logée dans sa capacité à dépolitiser l’espace social. L’implication des travaux scientifiques dans le conflit sociopolitique de Péage de Roussillon montre bien que parfois les « public expectations » auxquelles le chercheur croit s’adresser ne sont pas forcément neutres, ni univoques et consensuelles.

25Ainsi, derrière l’affirmation des discours scientifiques et gestionnaires actuels proposant le récit du fleuve conçu comme un écosystème nous voyons la montée en puissance d’une nouvelle capacité à codifier l’espace fluvial. L’espace local du fleuve à Péage-de-Roussillon peut dès lors se concevoir comme un cas symptomatique de la recomposition en cours du travail ininterrompu du local par des logiques globales parfois contradictoires. Nous avons vu l’expression de ces contradictions à travers les différents niveaux de conflictualité du conflit de l’ile de la Platière où se mêlent manipulation stratégique de l’incertitude scientifique et travail de domination symbolique. Notre étude de cas montre bien en effet comment la scientificité du discours proposé sur le fleuve est tour à tour diminuée voire contestée, puis réaffirmée selon son adéquation avec les objectifs poursuivis par les groupes d’acteur.

26L’évolution actuelle du conflit sur la nappe alluviale de Péage de Roussillon indique une recomposition dans l’histoire des espaces fluviaux des pays industrialisés. Cette histoire est dominée par une codification structurante menée par les Etats à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, codification à la fois matérielle et symbolique du fleuve par une pensée économique. Dès lors, l’enjeu actuel dans la production des territoires fluviaux réside dans l’affirmation d’un nouveau régime fluvial dont la régulation politique met au premier plan le couple scientifique-gestionnaire et dont la codification de l’espace emprunte à une pensée cette fois systémique. Retournant au Rhône, il est dès lors légitime de s’interroger sur la capacité réelle de l’écologie, réintégrée dans la pratique, à redonner une signification à la région rhodanienne construite puis érodée dans notre histoire moderne. Ainsi reste en suspens la question de la capacité d’aboutissement du processus de recomposition actuel.

Haut de page

Bibliographie

ACREMAN M., 2005, Linking science and decision-making: features and experience from environmental river flow setting, Environmental Modelling & Software, vol. 20, n° 2, p. 99-109.

BAISEZ A., LAFFAILLE P., 2005, Un outil d’aide à la gestion de l’anguille : le tableau de bord anguille du bassin Loire, Bulletin Français de la Pêche et de la Pisciculture, n° 378-379, p. 115-130.

BEDNAREK A. T., HART D. D., 2005, Modifying dam operations to restore rivers: ecological responses to Tennessee River dam mitigation, Ecological Applications, 1 vol. 5, n° 3, p. 997-1008.

BERNHARDT E. S., PALMER M. A., ALLAN J. D., ALEXANDER G., BARNAS K., BROOKS S., CARR J., CLAYTON S., DAHM C., FOLLSTAD-SHAH J., GALAT D., GLOSS P., GOODWIN D., HASSET B., JENKINSON R., KALTZ S., KONDOLF G.M., LAKE P.S., LAVE R., MEYER J.L., O’DONNEL T.K., PAGANO L., POWELL B. et SUDDUTH E., 2005, Synthesizing US river restoration efforts, Science, vol. 308, n° 5722, p. 636-637.

BOUCHET M., 1983, De Donzère à Vaugris : 30 ans d'aménagement du territoire vus à travers les activités de la Compagnie Nationale du Rhône, Revue de géographie de Lyon, vol. 58, n° 2, p. 185-201.

BOULEAU G., 2014, The co-production of science and waterscapes: The case of the Seine and the Rhône Rivers, France, Geoforum, vol. 57, p. 248-257.

BOURDIEU P., 2018, Le sens pratique, Paris, éd. De Minuit, 641 p.

BRENNER N., 2004, New state spaces: Urban governance and the rescaling of statehood, Oxford University Press, 384 p.

BUIJSE A. D., COOPS H., STARAS M., JANS L. H., VAN GEEST G. J., GRIFT R. E., IBELINGS B.W., OOSTERBERG W., ROOZEN F. C., 2002, Restoration strategies for river floodplains along large lowland rivers in Europe, Freshwater biology, vol. 47, n° 4, p. 889-907.

CALLON M., BARTHE Y., LASCOUMES P., 2014, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil, 368 p.

CHABENAT G., 1991, L’île de la Platière, duel sur les rives du Rhône. Agriculteurs, chasseurs, protecteurs de la nature. Les saigneurs de la terre ou l’enfer du décor, Maîtrise de sociologie, Université Lyon II, 96 p.

COULET M., 1992, Rôle des associations dans la prise en compte des problèmes d'environnement dans la gestion des grands fleuves, Revue de géographie de Lyon, vol. 67, n° 4, p. 281-284.

COULET M., VENARD B., MONNET P., 1997, Impact de l’aménagement hydroélectrique du Rhône sur l’écosystème fluvial, Première approche, Lyon, FRAPNA (éd), 181 p.

CULLEN P., 1990, The turbulent boundary between water science and water management, Freshwater Biology, vol. 24, n° 1, p. 201-209.

DJODJIC F., MONTAS H., SHIRMOHAMMADI A., BERGSTRÖM L., ULÉN B., 2002, A decision support system for phosphorus management at a watershed scale, Journal of Environmental Quality, vol. 31, n° 3, p. 937-945.

DUCHENE F., 2002, Industrialisation et territoire : Rhône-Poulenc et la construction sociale de l’agglomération roussillonnaise, Collection Villes et entreprises, Paris, L'Harmattan, 282 p.

GAY G., 2001, Du regard sur l'espace d'ancienne industrialisation aux interrogations du local : positions de recherche et évolution d'un questionnement, HDR Université Jean Monnet, 234 p.

GRUENING G., 2001, Origin and theoretical basis of New Public Management. International public management journal, vol. 4, n° 1, p. 1-25.

HOLLING C. S., 1978, Adaptive environmental assessment and management, New-York, John Wiley & Sons.

HOLMES M. G., YOUNG A. R., GOODWIN T. H., GREW R., 2005, A catchment-based water resource decision-support tool for the United Kingdom, Environmental Modelling & Software, vol. 20, n° 2, p. 197-202.

JASANOFF S. (Ed.), 2004, States of knowledge: the co-production of science and the social order, Londres, Routledge, 317 p.

KONDOLF G. M., MICHELI E. R., 1995, Evaluating stream restoration projects, Environmental Management, vol. 19, n° 1, p. 1-15.

LALOT E., 2014, Analyse des signaux piézométriques et modélisation pour l'évaluation quantitative et la caractérisation des échanges hydrauliques entre aquifères alluviaux et rivières-Application au Rhône, Thèse de doctorat, Saint-Etienne, EMSE, 371 p.

LAMOUROUX N., GORE J. A., LEPORI F., STATZNER B., 2015, The ecological restoration of large rivers needs sciencebased, predictive tools meeting public expectations: an overview of the Rhône project, Freshwater Biology, vol. 60, n° 6, p. 1069-1084.

LASCOUMES P., Le GALES P., 2007, Introduction: understanding public policy through its instruments—from the nature of instruments to the sociology of public policy instrumentation, Governance, vol. 20, n° 1, p. 1-21.

LE BARS M., 2003, Un Simulateur Multi-Agent pour l'Aide à la Décision d'un Collectif : Application à la Gestion d'une ressource Limitée Agro-environnementale, Thèse de doctorat, Université Paris Dauphine-Paris IX, 235 p.

LEFEBVRE H., 1974, La production de l’espace, Paris. Anthropos, 485 p.

LIU Y., GUPTA H., SPRINGER E., WAGENER T., 2008, Linking science with environmental decision making: Experiences from an integrated modeling approach to supporting sustainable water resources management, Environmental Modelling & Software, vol. 23, n° 7, p. 846-858.

MAIA R., SCHUMANN A. H., 2007, DSS application to the development of water management strategies in Ribeiras do Algarve River Basin, Water ressources management, vol. 21, n° 5, p. 897-907.

MICOUD A., 2015, D’une restauration hydraulique et écologique à un territoire de projet : le cas du Haut-Rhône français, Natures Sciences Sociétés, vol. 23, n° 2, p. 109-119.

PARAN F. GRAILLOT D., BORNETTE G., MARMONIER P., ARTHAUD F., PISCART C., CADILHAC L., 2012, Elaboration d’un guide méthodologique à destination des gestionnaires de l’eau : une démarche arborescente pour caractériser les échanges nappes/fleuve Rhône en milieu alluvial, Colloque IS Rivers 2012. URL http://www.graie.org/ISRivers/actes/pdf2012/3C405-044PAR.pdf.

PETTS G. E., AMOROS C., 1996, Fluvial hydrosystems: a management perspective, In The Fluvial Hydrosystems, p. 263-278. Springer Netherlands.

POWER D.J., 2003, A Brief History of Decision Support Systems, DSSResources.COM, World Wide Web, http://DSSResources.COM/history/dsshistory.html, version 2.8, May 31, 2003.

REASON P., BRADBURY H. (Eds.), 2001, Handbook of action research: Participative inquiry and practice, Sage, 856 p.

REITSMA R. F., OSTROWSKI P., WEHREND S. C., 1994, Geographically distributed decision support; the Tennessee Valley Authority (TVA) TERRA System, In Water Policy and Management: Solving the Problems, p. 311-314, ASCE.

SUGUMARAN R., MEYER J. C., DAVIS J., 2004, A web-based environmental decision support system (WEDSS) for environmental planning and watershed management, Journal of Geographical Systems, vol. 6, n° 3, p. 307-322.

TAYLOR F. W., 1914, The principles of scientific management, New-York-London, Harper, 156 p.

VANIER M., 1995, La petite fabrique de territoires en Rhône-Alpes : acteurs, mythes et pratiques, Revue de géographie de Lyon, vol. 70, n° 2, p. 93-103.

VELTZ P., 1997, Mondialisation, villes et territoires, Paris, PUF, 288 p.

Haut de page

Notes

1 Par exemple, le programme HELP de l’UNESCO (Hydrology, Environment and Life Programme) établi en 1999 et le projet MULINO (MULti-sectoral, Integrated and Operational decision support system (DSS) for sustainable use of water resources at the catchment scale), financé par l’Union Européenne.

2 Par le principe d’une augmentation de l’efficacité dans la gestion des cours d’eau (article 11 de la DCE).

3 Notamment visible dans le Schéma directeur d’aménagement et de gestion de l’eau Rhône Méditerranée 2016-2021 qui prévoit l’utilisation de méthodes coûts/avantages comme aide à la décision pour mettre en œuvre la reconquête des zones humides dans les espaces anthropisés.

4 Site internet du programme de restauration hydraulique et écologique du Rhône, http://restaurationrhone.univ-lyon1.fr/index.php, consulté le 29/05/2017.

5 Voir aussi le schéma portuaire de la région lyonnaise.

http://www.vnf.fr/vnf/img/cms/Transport_fluvialhidden/cahier-106p-VNF-WEB-Planche_20170112135737.pdf

6 Nous empruntons ici la théorie néo-marxienne de l’Etat donnée par N. Brenner qui s’attache à analyser sa recomposition (processus entamé à partir des années 1970 et toujours d’actualité) à partir de la définition socialement réalisée de son rôle et de ses fonctions à travers ses différents espaces de référence, dans un mouvement du national vers le supra et infra-national (Brenner, op. cit.).

7 Documents d’objectif. Milieux alluviaux et aquatiques de l’Ile de la Platière. Site FR 820 1749. Association des amis de l’ile de la platière. Juin 2008. Consulté le 12/08/2017. http://www.ile.platiere.reserves-naturelles.org/IMG/pdf/DOCOB_SIC_Platiere_Mise_a_jour_2008.pdf.

8 Expertise de la ZABR sur le site de Péage de Roussillon du Mardi 13 janvier 2009, disponible sur http://www.documentation.eaufrance.fr/entrepotsOAI/AERMC/R94/95.pdf (consulté le 17/11/2016).

9 Nous entendons par là que les scènes d’acteurs étudiées sont animées d’inégalités dans la répartition du capital symbolique tel que l’a théorisé Pierre Bourdieu (2018), à savoir la reconnaissance de toute forme de capital, dans notre cas principalement économique et scientifique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure n° 1 : Coupe transversale explicative du phénomène d’abaissement de la nappe phréatique
Crédits Source : Lalot, 2014
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/12335/img-1.png
Fichier image/png, 114k
Titre Figure 2 : enjeux relatifs à l’usage de l’eau et de l’espace dans l’ile de la Platière
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/12335/img-2.png
Fichier image/png, 152k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Durey, « Les effets sociopolitiques de l’aide à la décision. Le cas du conflit pour la nappe alluviale du fleuve Rhône à Péage de Roussillon (Isère) », Géocarrefour [En ligne], 93/4 | 2019, mis en ligne le 19 février 2019, consulté le 18 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/12335 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.12335

Haut de page

Auteur

Louis Durey

Université Jean Monnet – Saint Etienne UMR 5600 Environnement Ville Société (EVS) louisdurey@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals