Navigation – Plan du site

Franck Westerman, La vallée tueuse

Alexis Metzger et Michel Meybeck
Référence(s) :

WESTERMAN F., 2015, La vallée tueuse, Paris, Christian Bourgeois éditeur

Texte intégral

1Le livre de Franck Westerman retrace les différentes explications scientifiques et non-scientifiques qui ont été proposées après la catastrophe de Nyos en 1986 au Cameroun : le 21 août mouraient plus de 1700 habitants des Grassfields non loin du lac Nyos, intoxiqués au gaz carbonique.

2L’auteur, un journaliste Néerlandais qui avait fait une enquête sur place après la catastrophe (1992), y est revenu vingt ans après retrouver et requestionner ses interlocuteurs. Il explique dans une première partie les différentes hypothèses qui permettraient d’expliquer cette catastrophe. Pour Tazieff et son équipe, après plusieurs mois de travaux sur le terrain, il s’agit d’une éruption phréatique provoquée par un contact avec le magma. Il en avait eu l’intuition dès le mois d’août 1986. Pour d’autres volcanologues, l’Islando-américain Sigurdsson en tête, le lac a dégazé une poche de gaz contenue dans ses eaux profondes, une hypothèse partagée par le limnologue américain Kling. Westerman revient ensuite sur l’histoire de la région et de ses peuples et les « porteurs de mythes ». Dans une troisième et dernière partie, il explique pourquoi les explications scientifiques ont pu ne pas être prises en compte. Notons que malgré ce plan apparent, l’ouvrage ressemble à une enquête de terrain dont la lecture est assez difficile, l’auteur fait une multitude de retours en arrière. Il parle tantôt de 1986, 1992, des années 2010 (quand il se ré-empare du sujet)… Il narre aussi des rencontres et entretiens avec des scientifiques, hommes politiques, religieux ou habitants qui sont disséminées dans tout le livre.

3Pourquoi et comment naissent des rumeurs ? Depuis l’éruption, la « vallée des morts » de Nyos reste une zone gardée par l’armée. Cette invisibilité et inaccessibilité a pour première conséquence que les histoires purent « librement se ramifier et proliférer » (p. 22). Mais on doit souligner aussi la concurrence d’explications scientifiques qui alimentent le doute. Tazieff est persuadé de son interprétation et il semble même qu’une de ses collègues, Rose-Marie Chevrier, professeure de chimie au Conservatoire national des Arts et métiers, ait vécu directement un dégazage issu d’une éruption qualifiée par Tazieff de phréatique alors qu’elle travaillait près du lac le 30 décembre 1986 (p. 106-107 ; Tazieff et al., 1989). Elle en sort indemne. Mais l’équipe ne trouve pas d’oreille attentive et elle décide à partir de l’été 1987 de boycotter les congrès internationaux sur l’événement Nyos. C’est donc les partisans des poches de gaz dans le lac qui vont diffuser leurs interprétations, reprises dans plusieurs médias comme la BBC en 2002 ou National Geographic en 2010 (p. 329). Au début des années 1990 se monte alors un lourd projet pour évacuer le gaz du lac à l’aide de pompes semblables à des flûtes de pan (p. 119) ; c’est une solution imaginée par Michel Halbwachs, un professeur de physique de l’université Savoie-Chambéry, avec J.-C. Sabroux (CEA) de l’équipe Tazieff. En mai 1992, l’appareil est acheminé par convois militaires et les habitants écartés, ce qui ne fait qu’alimenter de nouvelles rumeurs puisque personne, à l'exception de quelques scientifiques et militaires ne peuvent voir précisément la machine.

4La science demeure donc incertaine voire opaque aux yeux des habitants. Parallèlement se développe alors une interprétation religieuse de l’événement lancée notamment par le père Jaap arrivé au Cameroun en 1959 (p. 184). Pour lui, il pourrait s’agir de l’œuvre de Satan. Il oppose dans ses prêches les croyants aux « gens de science » et au « peuple volcanologue », des athées croyant comprendre comment est faite la nature (p. 199). Ainsi se construit aussi une rumeur chrétienne qui veut que la vallée ait été choisie comme exemple pour un châtiment divin où souffrir purifie. Mais comme le précise l’auteur du livre, ce discours se veut aussi rendre les habitants plus chrétiens et le réunir face à l’Islam (p. 184).

5Le rôle de personnes influentes tel le père Jaap n’est pas un facteur décisif. Il faut aussi souligner que les habitants de la région n’ont pas dans leur langue de mot pour dire « gaz », d’où peut-être le fait d’adhérer aux hypothèses scientifiques plus difficilement. Le vent se dit afoef, l’air sezoo, terme qui correspond aussi à « esprit ». Comment donc dissocier dans les mots mêmes un composant « naturel » (le CO2) et une croyance si le premier mot n’existe pas ? En fait, les multiples rumeurs de Nyos peuvent aussi s’interpréter à la lumière du dualisme homme-nature. Créé et rationalisé par la science, il est assumé par les scientifiques mais beaucoup moins inscrit dans la culture locale.

6D’après l'anthropologue américaine Evguenia Shanklin, les populations animistes de cette région des Grasslands classaient depuis toujours ces lacs en deux catégories, ceux dont il fallait se méfier et les « bons » lacs, Lwi. Pour Westerman c’était le cas de Nyos, ce qui rend aussi difficilement concevable l’hypothèse scientifique : la catastrophe ne pouvait donc pas être un phénomène relevant de l’ordre naturel mais de mains humaines (p. 342). Les controverses et atermoiements scientifiques ont alors conduit à une autre rumeur, celle de l’explosion d’une bombe à neutrons, réalisée par les Américains et les Israéliens (Shanklin, 2007) pour en tester les effets, avec la complicité du pouvoir Camerounais. Westerman cite à la fin de son récit un tract diffusé dans les Grassfields : il s’agirait d’un complot piloté par le président Biya, visant à exterminer la population des provinces de l’Ouest. Sans pouvoir mesurer la portée de tels tracts, nul doute qu’il permet d’alimenter de nouvelles rumeurs…

7Nyos, un lieu-événement propice aux rumeurs ? Oui tout d’abord parce que correspondant à un fait violent, soudain, invisible pour les populations éloignées du lac (on observe des victimes humaines et animales jusqu’à 20km du lac) très rarement vécu par des hommes. Oui également parce qu’inaccessible après l’événement. Oui aussi parce que motivant des rapports de pouvoirs scientifiques, religieux ou politiques. La catastrophe et les récits lui succédant posent alors la question de la relativité de ses rumeurs, perceptions et interprétations (comment / par qui / pour qui ?) alors que les anthropologues ont bien travaillé la notion de relativisme culturel, et donc des savoirs. Chaque strate interprétative de Nyos s’inscrit dans des façons de penser, ici, les rapports hommes – nature qui remontent bien avant 1986. Shanklin, qui est la première à faire une enquête anthropologique sur les lacs tueurs, Monoun (1984) et Nyos, évoque aussi des récits anciens, recueillis du temps de la colonisation allemande, de « mauvaises conduites » des lacs. Cette perception se retrouve chez le limnologue américain Curt Stager, travaillant pour le National Geographic Society : les populations animistes de la région de Nyos pratiquent – lors de sa visite - des offrandes rituelles aux esprits des lacs, illustrées dans son article (1987).

8Au total, on soulignera que Westerman reste un journaliste d’investigation qui produit des témoignages de première main inédits sur la catastrophe et, surtout, sur sa perception en fonction de la position sociale des témoins ou de leur croyance (Chrétiens, musulmans et animistes co-existent sur ce territoire). Il localise (quelques cartes sommaires) mais ne spatialise guère son récit.

9Dès que le territoire de Nyos sera plus ouvert aux investigations, il deviendra un objet précieux de recherches sur la formation des rumeurs, en relation avec des légendes et des croyances plus anciennes, liées à un phénomène catastrophique, meurtrier, inconnu et/ou ignoré jusqu’en 1986 des scientifiques (voir les articles sur le Pavin dans ce numéro). Les géographes pourront alors mieux se demander comment se reconstruisent des territoires après la catastrophe et si ces territoires se reconfigurent différemment selon la prégnance de telle ou telle rumeur. Quels espaces sont devenus interdits ? Quels autres sont apparus comme dominants dans des nouvelles formes d’organisations spatiales ? Peut-on reprendre une géohistoire passée, ébauchée par Shanklin, et la prolonger même sur une période assez courte de ces quelques trente dernières années ?

Haut de page

Bibliographie

SHANKLIN E., 1989, Exploding lakes and maleficent water in Grassfield legends and myths, J. Volc. Geoth. Res., 39, p. 233-246.

SHANKLIN E., 2007, Exploding lakes, myths and reality, an African case study, in PICCARDI L and MASSE WB (eds), Myth and Geology, London, Geol. Soc. London Spec. Pub., vol 273, p. 165-176.

SIGURDSSON H., DEVINE J. D., TCHA F. M., PRESSER F. M., PRINGLE M. K., EVANS W. C., 1987, Origins of the lethal gas burst from lake Monoun, Cameroon, J. Volc. Geoth. Res., 31, p. 1-16.

STAGER C., 1987, Cameroun killer lake, Nat.Geogr. Magazine, sept.

TAZIEFF H., FAIVRE-PIERRET R. X., LE GUERN F. et CHEVRIER R. M., 1989, La catastrophe de Nyos, République du Cameroun, Ministère de la Coopération.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Metzger et Michel Meybeck, « Franck Westerman, La vallée tueuse », Géocarrefour [En ligne], mis en ligne le 18 mars 2019, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/12401

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals