Skip to navigation – Site map
Compte rendu d'ouvrages

Spatialisation des rumeurs chez Jules Verne

Léila Brulé Kopp, Massimo Colonna, Rodrigue Friaud, Juliette Luiselli, Alexis Metzger, Valentin Mouet, Morgane Nadal, Marine Snape, Matthias Trannoy, Clément Vallé and Lisa Vincent

Full text

1Les romans de Jules Verne sont riches en rumeurs, souvent spatialisées. Une analyse rapide proposée par des étudiants du CERES (Centre de formation sur l’environnement et la société) lors du séminaire « Rumeurs et fake news en environnement » donnera un aperçu de la mise en scène de ces rumeurs dans cinq œuvres : 20 000 lieues sous les mers (1870), Une ville flottante (1871), Les Indes noires (1877), Sens dessus dessous (1889) et Le château des Carpathes (1892).

2La naissance des rumeurs est souvent bien localisée. Dans Les Indes noires, l’action se situe à Aberfoyle en Ecosse, « encore le pays des esprits et des revenants, des lutins et des fées ». Dans les Carpathes, c’est le château lui-même qui est l’origine de légendes et rumeurs. Comme le dit le narrateur omniscient « en réalité, bien que le château des Carpathes fût mieux conservé qu’il n’en avait l’air, une contagieuse épouvante, doublée de superstition, le protégeait ». L’aperçue de fumée provenant du Château trouble les habitants du village et en augmente la peur, favorisant la création, l’amplification et l’intensité des rumeurs : « Qu’est-ce donc, cette brume qui s’échappe du donjon ? … Est-ce une brume ? … Non !… On dirait une fumée… Ce n’est pas possible !... Depuis des années et des années, les cheminées du bourg ne fument plus ! ». Les habitants eux-mêmes de Werst sont décrits comme assez réceptifs aux rumeurs en général : « On comptera bien des années, vraisemblablement, avant que ces braves gens aient renoncé à leurs superstitieuses croyances ». Le témoignage direct de certains phénomènes considérés paranormaux (la voix entendue dans l’auberge par tous les membres du comité, les phénomènes auxquels Nick Deck et le Docteur Patek assistent) joue aussi un rôle important sur la totale acceptation de la rumeur de la part de la population. Le village de Werst appartient d’ailleurs à la « portion plus sauvage de la Transylvanie ». Dans 20 000 lieues sous les mers, c’est l’espace marin dans son ensemble qui se prête à la naissance de la rumeur sur le monstre : « depuis quelque temps, plusieurs navires s’étaient rencontrés sur mer avec « une chose énorme » un objet long, fusiforme, parfois phosphorescent, infiniment plus vaste et plus rapide qu’une baleine ». Dans Une ville flottante, la rumeur se propage autour de la figure du navire qui est presque personnifiée. Plusieurs incidents sont recensés par un Docteur : Un capitaine s ’est noyé, un passager a disparu dans les profondeurs du navire, un mécanicien soudé dans la boite à vapeur… Bref, « ce navire a reçu un sort. Il n’échappera pas à sa destinée ».

3Les rumeurs suivent ensuite un trajet que l’on peut qualifier de « socio-spatial » car elles vont se diffuser à la fois plus facilement au sein de certaines classes sociales et lieux. Soulignons d’emblée le rôle de la presse. Dans Sens dessus dessous, c’est elle qui tantôt raille tantôt idéalise les informations. Le débat est également nourri dans 20 000 lieues sous les mers entre presse grand public et scientifique. Entre héros et personnages des romans, certains sont plus à même de croire ou colporter la rumeur. Dans Sens dessus dessous, on distingue plusieurs groupes qui croient ou ne croient pas aux modifications suggérées par le communiqué de la North Polar Practical Information souhaitant acquérir l’arctique : « le droit de propriété ne pourrait être frappé de caducité, même au cas où des modifications — de quelque nature qu’elles fussent, — surviendraient dans l’état géographique et météorologique du globe terrestre. » Que signifiait cette phrase ? Quelle éventualité voulait-elle prévoir ? Comment la Terre pourrait-elle jamais subir une modification dont la géographie ou la météorologie aurait à tenir compte — surtout en ce qui concernait les territoires mis en adjudication ? ». Quant à Alcide Pierdeux, appartenant à l’élite intellectuelle, il garde son calme et un esprit critique. Dans les Indes noires, « Si Jack Ryan et les autres superstitieux de la houillère eussent aperçu ces flammes fantastiques, ils n’auraient certainement pas manqué de crier au surnaturel ! Mais Harry n’y songeait même pas. Le vieux Simon non plus. » Les attitudes face à la rumeur sont aussi différentes entre Ned et le narrateur « convaincu de l’existence de ce cétacé gigantesque ». Une division est également très nette dans Le château des Carpathes avec d’un côté les villageois qui croient tous aux rumeurs et aux légendes, du berger au maire : « Ainsi, le village était terrorisé. […] On se tenait chez soi, portes et fenêtres closes. ». Seul Nick Beck de l’autre ne se laisse pas totalement corrompre initialement, « étant très brave, bien qu’il fût aussi crédule que n’importe quel habitant de Werst, il avait plus d’une fois manifesté l’envie d’en franchir l’enceinte ». Ensuite, il admettra d’être « forcé d’y croire ». Sur le Great Eastern, dans Une ville flottante, c’est le docteur Pitgerge qui diffuse la rumeur d’un bateau courant à la catastrophe, s’appuyant sur d’autres récits : « Un des capitaines du Great Eastern s'est déjà noyé…. On raconte aussi, reprit le docteur, que, pendant la construction des chaudières, un mécanicien a été soudé, par mégarde ». Ce dernier va alors raconter au capitaine « la chronique secrète du Great Eastern. Il tint à lui prouver que c'était un navire condamné, ensorcelé, auquel il arriverait fatalement malheur. ».

4Les rumeurs ont leurs chronologies et temporalités. Dans 20 000 lieues sous les mers on peut la retracer entre le 20 juillet 1866 et la fin de l’année. En l’absence de nouvelles apparitions de « masse mouvante », la rumeur perd du terrain jusqu’aux bateaux attaqués de mars et avril 1867 où la rumeur reprend de plus belle. La frégate l'Abraham Lincoln peut alors être vue comme une chambre d’amplification des rumeurs, tout comme l’auberge de Werst dans Le château des Carpathes. Mais certains faits viennent enfin clore la rumeur : l’apparition de Nell dans Les Indes noires, « depuis que Nell avait apparu sous sa forme naturelle, Jack Ryan s’était vu forcé de convenir que sa croyance aux lutins faiblissait dans une certaine mesure » et bien sûr du Nautilus dans 20 000 lieues sous les mers : « Je me hissai rapidement au sommet de l’être ou de l’objet à demi immergé qui nous servait de refuge. Je l’éprouvai du pied. C’était évidemment un corps dur, impénétrable, et non pas cette substance molle qui forme la masse des grands mammifères marins. [...] Le doute n’était pas possible ! L’animal, le monstre, le phénomène naturel qui avait intrigué le monde savant tout entier, bouleversé et fourvoyé l’imagination des marins des deux hémisphères, il fallait bien le reconnaître, c’était un phénomène plus étonnant encore, un phénomène de main d’homme ![...] ». Dans Sens dessus dessous, la chute est brutale et tournée en dérision. Le canon au canon censé redresser l’axe de la terre pour le rendre perpendiculaire au plan de l’écliptique « n’avait pas produit sur la sphéroïde plus d’effet qu’un simple pétard de la Saint-Jean ».

5Les cinq romans de Jules Verne étudiés ici sous l’angle des rumeurs montrent bien comment chaque rumeur naît dans des conditions plus ou moins propices : des lieux déjà riches de légendes, de fantasmes et/ou des habitants y adhérant facilement. On voit bien ensuite à quel point certains personnages ou groupes peuvent jouer un rôle central dans la diffusion et la remobilisation de rumeurs (le docteur Pitgerge par exemple) alors que d’autres sont plus sceptiques. Aller vérifier la « véracité » de la rumeur nécessite souvent de se déplacer pour les héros courageux : prendre la mer, se rapprocher du château, descendre et parcourir des mines… Un fait, scientifique ou non, viendra enfin clore la rumeur, ce qui pourra terminer le roman (Sens dessus dessous), le relancer (Le château des Carpathes, les Indes noires), ou, presque, le commencer (20 000 lieues sous les mers).

Top of page

References

Electronic reference

Léila Brulé Kopp, Massimo Colonna, Rodrigue Friaud, Juliette Luiselli, Alexis Metzger, Valentin Mouet, Morgane Nadal, Marine Snape, Matthias Trannoy, Clément Vallé and Lisa Vincent, « Spatialisation des rumeurs chez Jules Verne », Géocarrefour [Online], 93/1 | 2019, Online since 26 February 2019, connection on 28 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/12415

Top of page

About the authors

Léila Brulé Kopp

ENS Ulm, leila.brule@ens.fr

Massimo Colonna

ENS Ulm, colonna.m97@gmail.com

Rodrigue Friaud

ENS Ulm, rodrigue.friaud@ens.fr

Juliette Luiselli

ENS Ulm, juliette.luiselli@ens.fr

Alexis Metzger

ENS Ulm, alexis.metzger@ens.fr

By this author

Valentin Mouet

ENS Ulm, valentin.mouet@ens.fr

Morgane Nadal

ENS Ulm, morgane.nadal@ens.fr

Marine Snape

ENS Ulm, marine.snape@ens.fr

Matthias Trannoy

ENS Ulm, Matthias.trannoy@ens.fr

Clément Vallé

ENS Ulm, clement.valle@ens.fr

Lisa Vincent

ENS Ulm, lisa20100@bbox.fr

Top of page

Copyright

© Géocarrefour

Top of page
  • OpenEdition Journals