Navigation – Plan du site

L’héritage architectural et urbain de Constantine pendant la période coloniale française (1837-1962) : un enjeu de connaissance, de conservation et d’identité

The architectural and urban heritage of Constantine during the French colonial period (1837-1962): a challenge of knowledge, conservation and identity
Maïssa Acheuk-Youcef, Bernard Gauthiez et Badia Belabed Sahraoui

Résumés

Constantine, ville du Nord-Est de l’Algérie, possède un héritage architectural et urbain datant de la période coloniale française (1837-1962) riche mais encore largement méconnu. Dans le processus actuel de patrimonialisation, la production d’une connaissance sur cet héritage constitue le premier pas vers sa reconnaissance et sa mise en valeur. Cette recherche, issue d’une thèse de doctorat en cours, repose sur l’historicisation de l’espace urbain bâti et croise en permanence la réalité matérielle du terrain d’étude avec l’analyse de nombreuses sources archivistiques, graphiques et écrites. Pour connaître l’architecture produite et mettre en place un inventaire systématique, il s’agit alors d’appréhender auparavant l’espace urbain de Constantine dans son évolution historique, sociale et spatiale, en identifiant, caractérisant et datant aux différentes échelles, les opérations d’urbanisme et le bâti. Il s’agit également d’étudier son processus de production et de mettre en lumière ses acteurs publics et privés : pouvoirs civil et militaire, société civile, architectes et bâtisseurs. Un SIG historique, constitué à partir d’une capitalisation des données archivistiques, complète l’analyse par une cartographie historique et une base de données numérique et géoréférencée sur le patrimoine bâti de cette période.

géo-histoire, archives historiques, SIG historique, héritage colonial, patrimoine architectural et urbain, production de l’espace urbain, inventaire architectural, Constantine

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La ville de Constantine a été conquise en octobre 1837.

1L’Algérie est un pays indépendant depuis les Accords d’Évian signés le 18 mars 1962. Elle avait été, des environs de 18301 à cette date, un territoire conquis puis colonisé par la France. Cette période a laissé un héritage urbain considérable, qui constitue encore, et probablement pour longtemps, la plus grande part des centres des villes algériennes, hormis quelques parties de quartiers plus anciens. Cet héritage pose aujourd’hui question, parce qu’il vieillit et demande de plus en plus souvent des travaux d’entretien et de réparation menés en général de façon maladroite.

  • 2 Thèse de Doctorat de Maïssa Acheuk-Youcef, entamée en 2015 et intitulée « L’héritage architectural (...)

2L’hypothèse qui a conduit à une thèse de doctorat actuellement en cours2 est qu’une connaissance plus approfondie de cet héritage serait le premier pas vers sa reconnaissance et permettrait alors de mieux intervenir en tenant compte de ses particularités. En effet, avancer dans le « passage de l’histoire » nécessite de le comprendre, et, avant tout, de le connaître. Cet héritage reste justement encore largement inexploré à Constantine, donc peu susceptible d’être mis effectivement en valeur, alors qu’il constitue désormais une partie intrinsèque du patrimoine culturel algérien. Cette question est d’autant plus importante que ce qui a été construit durant la période coloniale forme aujourd’hui un capital économique conséquent, susceptible de valorisation par le biais de la patrimonialisation. Celle-ci pourrait justement contribuer aujourd’hui à sa pleine reconnaissance.

3Alors qu’un processus de patrimonialisation s’est enclenché dans la ville depuis quelques années, se pose la question du devenir spécifique d’un héritage bâti aux multiples valeurs datant du XIXe et du XXe siècle. Mais avant d’envisager son devenir, il importe de l’identifier, de le caractériser et de comprendre ses logiques de production qui justifient, en retour, les logiques de protection.

4Une réflexion sur cet héritage permet de dégager ses valeurs historiques, architecturales, esthétiques, donc ses valeurs patrimoniales, comme les aspects sociaux et politiques de son histoire, qui permettront, d’une part, de mieux envisager son devenir (mise en valeur) et son inscription dans le développement urbain et, de l’autre, d’apporter de nouveaux éclairages à l'histoire de la ville (apport historiographique), lesquels pourront enrichir l'enseignement de cette phase en histoire de l'architecture, aujourd’hui encore peu maîtrisée et trop schématisée.

5Cette recherche sur Constantine contribue aux débats en cours sur la circulation des différents modèles de villes et d’architectures de la période coloniale française au Maghreb et particulièrement en Algérie. Il faut dire que les travaux développés en histoire urbaine et architecturale en Afrique du Nord ont été menés principalement sur des grandes villes et capitales comme Alger, Tunis, Casablanca, le Caire, etc. (Cohen et al, 2003 ; Ammar, 2010 ; Cohen, Eleb, 2004 ; Volait, 2001) mais peu ou presque pas sur des métropoles régionales ou des villes secondaires, comme Constantine, ville qui comporte pourtant des spécificités sur plusieurs aspects dans l’histoire de sa production urbaine et architecturale. Cela rejoint ce qu’Armelle Choplin et Olivier Pliez appellent les « espaces discrets » qui ont beaucoup à apporter aux études sur les modèles de villes (Choplin, Pliez, 2018).

6Pour parvenir aux objectifs énoncés précédemment, une méthodologie rigoureuse est exigée, afin de rendre indiscutable la connaissance établie. Le présent article a pour but d’exposer les principaux éléments de cette méthodologie et de présenter les premiers résultats de la recherche. On notera par exemple le fait que, s’il semble bien que les modes de fonctionnement politiques, administratifs, et les acteurs (hommes politiques, investisseurs, techniciens) ont été globalement importés de la Métropole à l’époque coloniale, la description du jeu d’acteurs nécessite un approfondissement systématique. La connaissance, dans ce contexte, contribue de fait à montrer une situation paradoxale, avec à la fois une production d’une étonnante normalité, vue de France et par défaut, la colonisation faisant disparaître presque totalement la majeure partie des habitants de l’expression architecturale et urbaine, dans un parallèle qui peut être tracé avec les populations ouvrières en Métropole (mais sans qu’on produise de logement ouvrier ou social, sauf tardivement, en Algérie).

7Un dernier point est à aborder, celui des disciplines impliquées. L’espace construit est principalement étudié par les historiens de l’art, les archéologues, les géographes, et à un moindre degré par les historiens. L’approche qui sera exposée ici cherche à dépasser les limites propres à ces disciplines (une démarche souvent monographique à l’échelle d’un bâtiment pour l’histoire de l’art, une attention fortement axée sur les questions sociales et politiques pour les historiens, une généralisation, toujours utile mais réductrice pour l’échelle qui nous intéresse, de la géographie urbaine classique). Comprendre l’espace urbain construit nécessite de tenir compte de sa production, de ses agents, de ses modalités, donc des objets qui le constituent, qu’il s’agit d’informer systématiquement, un par un, aux échelles pertinentes. Dans cette perspective, la nature des données importe en ce qu’elle nous permet d’avancer dans cette compréhension, elle ne peut être en soi disciplinaire. En revanche, l’exigence de systématicité impose d’exploiter toutes les données utiles, ce qui a été fait autant que possible.

8Il s’agit enfin d’apporter une contribution à l’étude de l’histoire de Constantine. Afin d’aboutir à ces objectifs, il fallait historiciser cet espace à partir du croisement de la réalité matérielle et des sources historiques graphiques et écrites. Cette nouvelle connaissance pourra nourrir la construction d’un autre regard sur son héritage.

9En revenant sur les approches appliquées jusque-là pour l’étude de l’histoire des villes en Algérie, on peut retenir certains travaux menés principalement selon une approche historique. Cela peut partir de l’analyse des faits, par exemple en s’appuyant sur une source donnée, comme les registres de délibérations du conseil municipal de Constantine (Belabed Sahraoui, 2011). Il existe également une monographie urbaine et architecturale approfondie d’Alger (Cohen, Oulebsir, Kanoun, 2003). Des travaux se fondent sur la morphologie urbaine (Ammar, 2010), par exemple pour Tunis, alors que d’autres travaux ont fait le choix de la prosopographie (Jelidi, 2014) dans le cas de Fès au Maroc.

10Si on considère sur un plan plus large la recherche dans ce domaine, il faut noter que différentes approches géo-historiques ont apporté une contribution majeure à la compréhension des phénomènes du passé : on doit citer bien sûr en premier les approches fondamentales de la morphologie urbaine des écoles italiennes et anglo-saxonne (Muratori, 1959 ; Conzen, 1960 ; Caniggia, 1976) qui ont ouvert la voie à une nouvelle lecture de la transformation des villes. La géographie historique, de son côté, « analyse les espaces ou les phénomènes du passé avec les méthodes de la géographie ; elle propose aussi d’expliquer les faits actuels et leur répartition en cherchant leur origine dans le passé » (Jacob-Rousseau, 2009, p. 211). Par exemple, la méthode des « formations socio-spatiales » développée par Di Méo, Castaingts, et Ducournau (1993) s’est avérée particulièrement fructueuse pour comprendre le sens de la fabrication de certains territoires. La cartographie régressive est apparue efficace et rigoureuse également pour la compréhension de la construction des formes urbaines (Gregory, Kemp et Mostern, 2001). On peut citer également d’autres travaux importants sur la « fabrique urbaine » à Paris à partir de l’analyse des formes urbaines ainsi que les travaux menés dans le cadre du programme ALPAGE (Noizet et al, 2013).

11Dans cette recherche, il ne s’agissait pas de développer une approche méthodologique qui mette en avant les projets et l’idéologie qui les sous-tend, mais une approche qui privilégie d’abord la matérialité des réalisations, en la croisant ensuite avec des textes provenant des acteurs de cet urbanisme et des auteurs de ces architectures. C’est pourquoi cette étude sur Constantine s’inscrit au croisement de plusieurs champs disciplinaires comme l’architecture, l’urbanisme, l’histoire de l’art, l’histoire et la géographie. Pour ce qui est des acteurs, leur étude est basée sur une approche systémique et prosopographique. Le croisement systématique de ces approches reste rare parmi les études des villes algériennes aux XIXe et XXe siècles. De même, la construction d’un SIG historique pour cette période est une première à Constantine.

Histoire spatiale de Constantine : quelles questions de recherche ?

  • 3 Une opération d’urbanisme ou un ensemble concerté est un « produit réalisé d’un projet d’urbanisme, (...)

12Afin de retracer l’histoire spatiale de Constantine, plusieurs questions de recherche se posent : tout d’abord, quel a été le processus de production urbain et architectural pendant la période française ? Pour éclairer ce processus matériel, il convient d’identifier l’héritage urbain et architectural en le caractérisant ; pour ce faire, il est nécessaire de catégoriser les opérations d’urbanisme selon leurs échelles. Alors, une deuxième question en découle : quelles sont ces opérations d’urbanisme3 et en quoi consistent-elles ? Ensuite, qui sont les acteurs de ce processus ?

  • 4 Le mot indigène est employé ici dans le sens strictement étymologique et juridique du terme.

13En premier lieu, il s’agissait d’analyser l’espace construit, produit entre 1837 et 1962 à Constantine, en identifiant les différents niveaux de projets dans la ville : quartiers, lotissements, sous-lotissements, rues, bâtiments, façades. Ainsi, il importait de procéder à une « historicisation reposant sur la décomposition de l’espace (matérialité) en unités de production (construction) » (Gauthiez, 2014, p. 286). Ceci consiste à « historiciser la matérialité de l’espace urbain, comprenant une décomposition opératoire de la matérialité et l’historicisation, c’est-à-dire la datation des objets et des rapports chronologiques qui s’établissent entre eux. » (Gauthiez, op. cit. p. 284-285). Cela implique une décomposition de l’espace et une datation à ses différentes échelles, de celle de la ville à celle du bâti. Toutes les opérations sont examinées dans leur processus de production par des acteurs publics (autorités civiles et militaires) et privés. Les acteurs publics se déclinent sur trois échelons de décision : l’échelle locale, l’échelle du gouvernement central à Alger et l’échelle de la métropole à Paris. Les acteurs privés sont les professionnels de la construction tels que les architectes et les entreprises, les financiers, les propriétaires, les populations indigènes4 et les colons.

  • 5 Selon le dictionnaire Larousse (www.larousse.fr, site consulté le 17.02.2018).

14Il est important de revenir sur les définitions de « l’héritage » par rapport à la notion de « patrimoine ». L’héritage est ce que l’on tient des prédécesseurs, des générations antérieures5. Le patrimoine est quant à lui défini comme « l’ensemble des biens et des charges d’héritage qui descendent, suivant les lois, des pères et qui sont légués et transmis aux descendants », c’est aussi « l’ensemble des œuvres d’art, des espaces ou des constructions rurales ou urbaines qui constituent le bien commun d’un État ou d’une Nation. Ce bien commun exige sa protection et sa conservation…ce patrimoine est considéré comme un trésor où gisent l’identité et l’histoire d’un pays ». (Fragne, 2011, p. 266).

15La définition que l’on retiendra alors pour l’héritage est qu’il s’agit d’un legs transmis dans le temps. Le patrimoine est quant à lui le fruit d’une construction sociale sur le choix des objets à conserver, d’où l’intérêt de se poser la question : qui porte la reconnaissance d’un héritage comme patrimoine dans le contexte de Constantine ? L’expertise scientifique peut-être alors un facteur déterminant dans le processus de patrimonialisation, qui débouche sur une plus large sélection des objets à conserver et à protéger. Ainsi, il est bien apparu dans le cas de Constantine que la production d’une connaissance approfondie s’avérait nécessaire à une meilleure reconnaissance et à la mise en valeur de cet héritage. Par conséquent, il a semblé important ici d’utiliser en premier la notion « d’héritage », une notion qui implique de tout considérer et de prendre de la distance vis-à-vis d’un legs lors de la phase d’étude scientifique. C’est à la fin de l’étude que la notion de « patrimoine » apparaît, après avoir pu dégager les valeurs principales de cet héritage.

Les sources

  • 6 Terme emprunté à Paquot (2010).

16Les documents d’archives confrontés aux données du terrain ont constitué notre principal matériau d’étude. Le point de départ du travail a été le constat du terrain, source vivante à interroger en premier. L’utilisation des plans successifs des XIXe et XXe siècles a permis la reconstitution des états de transformation de l’espace urbain, à différents moments, entre 1837 et 1962. Pour ce faire, les documents mobilisés n’ont pas été limités aux documents graphiques tels que les cartes, plans, photos, ortho-photos, etc. Il s’agissait également de les confronter avec des textes des différentes administrations concernées. Ainsi, il a été possible de développer des analyses approfondies des projets, d’identifier les positions des acteurs clés dans les processus de production de l’espace urbain, de comprendre l’état d’esprit de chaque instance décisionnelle qui a pu influencer un projet, selon sa position et son rôle respectif. L’examen des sources écrites a permis de connaître également les intérêts présents à chaque période et autour de chaque projet, intérêts généraux et publics, tout comme intérêts individuels des décideurs qui peuvent souvent influencer partiellement ou totalement un projet. Dans ces documents résident des éléments de compréhension des rapports que la société entretenait avec son espace (Jacob-Rousseau, 2009) à ce moment-là, et plus particulièrement les logiques qu’ont suivi ces « faiseurs »6 de l’espace.

Archives fragmentées/dispersées

17Pour appréhender cette histoire urbaine et architecturale, il faut croiser les différentes échelles de l’espace urbain et les confronter avec trois échelles d’acteurs et de décision. Le croisement des sources permet alors de « mettre en exergue le rôle des acteurs publics et privés (de la société) sur les dynamiques spatiales » (Jacob-Rousseau, op. cit., p. 212).

18Il a fallu faire face à un obstacle important : la dispersion des fonds, géographiquement et institutionnellement, entre plusieurs lieux en Algérie et en France, principalement :

  • les Archives du Service Historique de la Défense à Vincennes, archives militaires qui renseignent plus particulièrement la première partie de la conquête, pendant laquelle l’instance décisionnelle prépondérante était militaire, ainsi que les projets développés dans la ville au XIXe siècle (nouveaux quartiers, voiries, servitudes militaires, etc.),

  • les Archives Nationales d’Outre-Mer à Aix-en-Provence, principalement civiles avec un fonds du Gouvernement Général à Alger, un fonds ministériel de Métropole et divers autres fonds exploités pour renseigner les sous-processus relatifs à chaque aspect du processus global de fabrication de la ville : répartition des terres et du foncier, décision, mise en place d’un projet/opération, exécution d’un projet…etc. ;

    • 7 Un travail a été mené sur les registres de délibérations du conseil municipal de Constantine entre (...)

    les Archives Municipales de Constantine, celles de l’acteur public local (Mairie), permettent d’informer sur ce qui relève de ses compétences, notamment à partir des décisions du conseil municipal7 et d’autres fonds : les projets de rues, de bâtiments, les dossiers de lotissements, les permis de construire, etc., depuis la dernière décennie du XIXe et dans le courant du XXe siècle.

19Les archives de la Wilaya (Préfecture) de Constantine ont aussi été prises en compte, de même que les archives nationales d’Algérie à Alger qui comportent d’importants fonds du Gouvernement Général de l’Algérie. S’y ajoutent les fonds de l’Institut Français d’Architecture à Paris, relatifs aux projets d’architecture (principalement des bâtiments) et d’urbanisme du XXe siècle, et comprenant des communiqués de presse et des articles de journaux, d’anciennes photos de chantiers et quelques éléments ponctuels sur des architectes.

20D’autres ressources, relativement moins abondantes, ont apporté des compléments : archives cartographiques de l’IGN (Institut Géographique National) à Saint-Mandé, archives de la direction régionale du Cadastre (Constantine), de l’Institut National de Cartographie et de Télédétection (idem), de l’Office National des Statistiques (idem), du Centre d’Etudes Diocésain des Glycines à Alger, la BnF à Paris, l’ENSBA de Paris (Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts), le CDHA (Centre de Documentation Historique sur l’Algérie) à Aix-en-Provence.

Données de différentes natures

21En partant de la réalité matérielle du terrain d’étude, une approche systémique a été suivie pour la collecte puis l’analyse des sources historiques de trois types : cartographiques et graphiques, écrites et iconographiques.

22Dans un premier temps, les opérations d’urbanisme et le bâti dans l’espace urbain ont été identifiés sur la base de l’existant avec des vues aériennes et satellitaires récentes (Google Maps, Google Earth). Dans un deuxième temps les sources graphiques ont permis la lecture de l’espace, puis les sources écrites sont venues compléter sa description. Ces dernières ont permis également de reconstituer pour les unités de production le jeu des différents acteurs, maîtrise d’ouvrage, administrations, architectes, entrepreneurs, etc.

23Les documents graphiques sont principalement des cartes et plans à l’échelle de la ville, des quartiers, en passant par les lotissements, rues et enfin bâtiments. Les documents iconographiques sont essentiellement des prises de vue de terrain, des anciennes photographies (datant du XIXe et du XXe siècles) et d’anciennes cartes postales. Les documents écrits produits par les administrations et les différents corps de l’État sont de diverses natures. Ils ont été mobilisés en suivant l’enchaînement des faits. Plus d’une centaine de plans de la ville ou d’une de ses parties, établis entre 1837 et 1962, ont été collectés, comme des plans d’aménagement et d’extension ainsi que d’anciennes orthophotographies. Cela a été confronté avec plusieurs relevés de décisions des autorités civiles et militaires, principalement pour la période entre 1837 et 1880, afin de cerner les logiques de production de l’espace des nouveaux quartiers. Il a été par exemple très utile de se référer aux « apostilles » du Génie (notes administratives), qui était l’autorité décisionnelle principale pendant cette période. Les rapports et registres de procès-verbaux des différentes autorités ont été ajoutés, comme ceux du Conseil du Gouvernement et des différentes commissions mixtes ; par exemple la commission instituée par l’arrêté du 31 juillet 1850 pour l’examen du projet de premier quartier extérieur, destiné aux européens, et la commission mixte chargée d’arrêter les bases d’alignement et de nivellement de la ville (constituée par arrêté du Gouverneur Général du 22 décembre 1846), ainsi que les extraits des registres des délibérations du conseil supérieur d’administration durant les années 1840. Différents textes législatifs et réglementaires complètent le tout. À partir de la création de la mairie de Constantine en 1854, quelques extraits des séances de délibération du Conseil Municipal ont été étudiés. Sous la Troisième République, à partir de 1870, il a été important de tenir compte aussi des documents se rapportant aux travaux de l’Assemblée Nationale pour ce qui est de certaines décisions majeures. À l’échelle des quartiers, il s’agissait de croiser les plans de lotissements et ceux du cadastre lorsqu’ils étaient disponibles avec l’analyse des diverses correspondances entre les différents acteurs publics et privés, comme avec les mémoires de projet, parfois accompagnés de plans.

24Pour appréhender la gestion du foncier avant l’aménagement de ces mêmes quartiers, il était nécessaire de collecter et analyser les dossiers de colonisation foncière, dossiers individuels par concessionnaire, pour comprendre la répartition des terres, véritable genèse de la constitution des nouveaux quartiers et lotissements. Concernant certains cas d’infrastructures ou de projets dans les quartiers, l’examen des décisions de justice a été important pour éclairer les options finales retenues par les décideurs. Pour comprendre également les positionnements de certains acteurs clés, la presse de différentes tendances politiques actives à cette époque, en plus des lettres émanant de ces mêmes acteurs, a donné d’utiles éclaircissements.

25À l’échelle des rues, les plans d’alignement et de nivellement ont été confrontés aux documents se rapportant aux procédures d’expropriation pour l’ouverture de nouvelles voies dans le tissu existant, notamment dans la vieille ville, le Rocher. Pour les rues des nouveaux quartiers, il a été fait recours aux dossiers des services communaux, comportant les documents du service de la voirie (plans et rapports) ainsi que les permis de construire. Les dossiers des projets d’architecture contenant différents plans d’édifices (plans, coupes, élévations…) ont été collectés systématiquement et analysés. Cela a été croisé avec les permis de construire et des photos de ces bâtiments ainsi que d’autres informations relevées lors des prospections de terrain (date portée sur le bâtiment, nom de l’architecte dans des cas très rares, etc.). Ces informations ont pu être parfois enrichies avec les articles des revues de chantier du début du XXe siècle. À partir des années 1930 jusqu’en 1962, les dossiers de lotissements ont été mobilisés et les plans des projets, notamment les programmes des grands ensembles pour la dernière phase de la colonisation, ont été analysés. À toutes ces échelles, il a été fait également appel à des photos et des cartes postales anciennes, des images satellites et des vues aériennes, ainsi que d’anciens écrits et communiqués de presse. Ainsi, environ 10 000 sources graphiques et écrites au total ont été exploitées pour cette recherche.

Premiers résultats : exemples d’opérations d’urbanisme

Un préalable : la construction d’un SIG historique

  • 8 Le dernier plan cadastral de Constantine date de 1867.

26Pour commencer, dans la phase de traitement de la cartographie collectée, le chercheur bute sur l’absence d’un fond de carte précis et fiable. En effet, il n’existe pas de plan parcellaire récent de la ville de Constantine8 pour le centre historique et les extensions jusqu’à 1962. Il a été nécessaire de procéder à une actualisation du fond de carte disponible le plus récent, élaboré pour le Plan Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme (PDAU) de 2008. En effet, à l’échelle du bâti, le découpage des parcelles sur l’actuel plan de la ville disponible ne correspond pas à l’état des lieux réel. Pour y remédier, des relevés sur le terrain ont été effectués systématiquement pour préciser le découpage des bâtiments, leur nombre dans la rue ainsi que dans l’îlot considéré, avec leur numéro, leur nombre d’étages. Par la suite, ces informations ont été croisées avec une vue aérienne récente en la superposant sur le fond de plan à actualiser. À partir de là, le tracé du découpage des parcelles a été redessiné.

27Les plans collectés ont été organisés alors par opération et par échelle (ville, quartier, opération d’urbanisme, lotissement, rue, bâtiment), puis géoréférencés dans le SIG selon cet ordre. Est intervenue alors une phase d’analyse, avec une lecture des plans où il s’agissait de distinguer ce qui relevait du projet et des états des lieux constatée à un instant T. Ces plans à différentes échelles ont été comparés pour identifier les transformations spatiales.

Figure 1 : Cartographie des principales opérations d’urbanisme et quartiers à l’échelle de la ville sur ArcGis

Figure 1 : Cartographie des principales opérations d’urbanisme et quartiers à l’échelle de la ville sur ArcGis

© M. Acheuk-Youcef

A, B et C renvoient respectivement aux figures 2, 3-4 et 5

28L’exploitation des données cartographiques doit être complétée par le croisement avec des sources écrites. L'identification des objets urbanistiques et architecturaux sur chaque plan permet d'avoir un état des lieux précis du bâti existant à une époque déterminée. « La temporalité ainsi constituée de la matérialité, faite de tous les objets présents simultanément dans un espace géographique donnée, nous permet de…comprendre autrement l’espace qui nous intéresse » (Gauthiez, op. cit., p. 285).

  • 9 L’état dégradé de certains plans, pliés et déchirés, en a rendu la lecture difficile et a occasionn (...)

29Le géoréférencement a été guidé par les formes urbaines récurrentes sur chaque plan, afin de repérer les points à utiliser pour le calage, en commençant par le bâti qu’on retrouve dans l’échelonnement chronologique des différents plans. Par la suite, les éléments de voirie persistants ont été recherchés, et en dernier la topographie du site, à savoir les dénivelés, la ville ancienne, etc.9.

30La fabrication de la ville peut être illustrée par deux exemples pris parmi les nombreuses opérations d’urbanisme étudiées.

L’opération d’urbanisme associée à l’ouverture de la rue Thiers (1880-1887) : transformation sur le tissu ancien existant (la ville ancienne ou Rocher) 

31L’opération d’urbanisme de la rue Thiers (actuellement Rue Tateche Belkacem) a consisté dans la création d’une nouvelle voie à l’une des entrées de la ville ancienne, le Rocher (Fig. 2). L’opération a nécessité l’expropriation de plusieurs maisons et l’établissement d’une rue à pente constante, adaptée à la circulation, reliant le quartier des administrations, à l’ouest du Rocher, et le pont sur la gorge à l’est de la ville. L’enjeu était à la fois celui d’une desserte plus aisée du secteur de la ville ancienne, reliée aux percées précédemment effectuées, en particulier les rues Atlan (Rue du 19 juin 1965) et Clemenceau (Rue Larbi Ben Mhidi) ; et de contribuer à sa rénovation, en favorisant la construction d’immeubles destinés en priorité à des populations venues d’Europe. Les immeubles neufs ont été rapidement construits, et témoignent de la réussite de l’opération, comme de la différence de moyens mis en œuvre selon les populations visées par la production urbaine. 

-Objectif de l’opération

  • 10 SHD 1H805. Apostille du Directeur des Fortifications du 28 février 1840. Projet pour 1840. Rue carr (...)

32Dès 184010, le Génie militaire à Constantine songea à modifier l’accès à la ville en créant une communication carrossable entre la porte El Kantara (en face du pont El Kantara, seul pont de la ville à cette période, et unique accès de la ville au Nord qui reliait Constantine à la côte par la route de Philippeville) à la porte de la Casbah (zone militaire). Il s’agissait là d’un axe logistique important du fait de la proximité du pont et de la porte El Kantara, par lesquels arrivaient toutes les marchandises de Philippeville et les matériaux de construction en provenance des carrières d’El Mansourah notamment.

-Étapes d’ouverture de la rue

  • 11 Notes sur l’ouverture de la rue Thiers. Dossier de la rue Thiers. (Archives Municipales de Constant (...)
  • 12 Ibid. On voit également son nom apparaître par la suite sur un des permis de construire de la rue T (...)
  • 13 Ibid.
  • 14 AMC. Avis administratif préalable à l’expropriation pour cause d’utilité publique avec prise de pos (...)

33Un avant-projet, présenté le 13 Mai 188011 par M. Baillargé au Conseil Municipal a été adopté sur son principe, mais ce dernier demanda alors une étude plus complète. Ainsi, un architecte, M. Sébille12 proposa une première modification du projet précédent. M. Bonnel, architecte agissant au nom d’une société financière présenta ensuite un autre projet le 20 juin 1883 qu’il se chargea d’exécuter à forfait. Il payait les expropriations, construisait les maisons, établissait la chaussée, le pont (l’autopont de la rue) et les égouts. De son côté, la commune abandonnait à M. Bonnel tous les terrains restés libres lui appartenant et lui reversait une subvention de 200 000 Fr. Le plan d’alignement et de nivellement de la rue Thiers fut approuvé par arrêté en date du 26 Septembre 188713 et la procédure d’expropriation mise en œuvre. Les expropriations (26 expropriations partielles ou totales) nécessaires au percement et ouverture de la rue Thiers ont touché particulièrement des maisons « indigènes » (musulmans et juifs) et des terrains vagues14. Le plan des terrains cédés par la Commune à Bonnel a été dressé le 12 décembre 1889. La cession des terrains a été effectuée le 2 juin 1890.

  • 15 ANOM GGA 1N13. Extrait du « Le Petit Algérien », Journal Autonomiste et Républicain. Samedi 7 mai 1 (...)

34Les travaux de la rue Thiers étaient en cours en 1887. Ces derniers ont été par la suite ralentis à cause de la non-approbation définitive du projet, en attente de traitement au niveau du Gouvernement Général à Alger, alors que sa réalisation semblait très attendue à cette époque à Constantine. Il semblerait aussi qu’un autre projet important, celui du Coudiat-Aty détaillé plus loin, ait pu retarder les autres projets pendant cette période à Constantine, notamment celui de la rue Thiers15. Les bâtiments de la rue Thiers ont été datés et sont répertoriés dans l’inventaire architectural réalisé et développé plus bas dans l’article. Dans le cas de cette opération d’urbanisme, comme pour toutes les autres interventions sur le Rocher, l’ouverture des rues a causé la destruction partielle ou totale de certaines maisons traditionnelles.

35Cette opération illustre bien également la notion d’importation de modèles d’aménagement depuis la Métropole pendant cette première phase de la colonisation (1837-1870). Deux éléments se superposent : l’importation de « l’urbanisme moderne » qui se développe à ce moment-là dans toute l’Europe, et en particulier en France dans les grandes villes (Paris, Lyon, Marseille, etc.) et les stratégies d’occupation et de conquête. Un des exemples significatifs est l’introduction au fur et à mesure de ces aménagements de rues accompagnés par la création de ces îlots européens qui viennent occuper ces quartiers. Cela montre également que l’urbanisme de cette période est un urbanisme qui privilégie la circulation, un « urbanisme de la modernité » (Choay, 1965). La non prise en compte des aspects politiques, sociaux et culturels, ainsi que des modes de vie des « indigènes » apparaît ici comme un choix violent et destructeur, lourd de conséquences.

36

Figure 2 : En haut : la transformation effectuée à l’occasion de la rue Thiers (localisé en A sur la figure 1).

Figure 2 : En haut : la transformation effectuée à l’occasion de la rue Thiers (localisé en A sur la figure 1).

Cartographie réalisée principalement à partir de : Dossiers de la rue Thiers (Archives Municipales de Constantine – AMC)), Plan Projet de communication carrossable de la porte El Kantara à la Casbah, 1840 (Archives Nationales de l’Outre-Mer - ANOM 1N13), Fragment du Plan d’ensemble annexé au rapport du Chef du Génie en date du 30 août 1855 (Service Historique de la Défense -SHD 1VK543), Plan des expropriations nécessaires à l’ouverture et aliénation des terrains communaux. Nivellement et alignement de la rue Thiers. 1883 (AMC), Plan indiquant les parcelles de l’Etat à aliéner pour l’ouverture de la rue Thiers 1890 (AMC), Extrait du plan cadastral de la commune de Constantine, section G, 2ème feuille. Ech : 1/500. Daté 7 juin 1884 (AMC), image satellite (Google 2012), Plan de Constantine 1951 (IGN Saint-Mandé), comparaison des plans de la ville de 1837, 1839, 1840, 1844, 1847, 1853, 1859, 1875, 1878, 1880, 1888, 1896 (SHD, ANOM).

© M. Acheuk-Youcef

En bas : Le quartier de la rue Thiers aujourd’hui

© M. Acheuk-Youcef

L’opération d’urbanisme du Coudiat-Aty (1845-1903 : dates de la décision de création et inauguration de la plateforme) : création d’un nouveau quartier européen dans le cadre de l’extension de la ville

  • 16 ANOM GGA 1N13. Rapport de la Commission mixte chargée d’arrêter les bases d’alignement et nivelleme (...)

37Un deuxième exemple d’opération d’urbanisme est celui du quartier du Coudiat-Aty, fruit d’une très longue histoire, assez complexe, et qui illustre les apories d’un mécanisme décisionnel parfois incohérent (Fig. 3). Ce quartier a pris la place d’une colline dominant la vieille ville au sud-ouest. Après les premières années de la conquête, et pour faire face à l’accroissement de la population européenne dans la ville, l’Administration coloniale envisagea la création d’une ville nouvelle européenne en dehors du vieux Rocher. Le site de la colline du Coudiat-Aty fut choisi pour y établir cette nouvelle ville dès 184516. Le projet consistait à l’origine en un arasement complet de la colline, dont les déblais ont permis de viabiliser d’autres espaces aux abords de la ville ancienne.

  • 17 Pour le fondement théorique de cette approche, voir Crozier et Friedberg (1977), où est développée (...)
  • 18 Crozier et Friedberg, 1977, p. 361 et p. 409.
  • 19 Tous les détails des différents projets de l’opération et des acteurs impliqués sont développés dan (...)

38Le caractère unique de cette opération, est le fait que cette « ville nouvelle » européenne, devenue par la suite un nouveau quartier européen, et conçu seulement sur une dizaine d’hectares, a mis en tout plus d’un siècle pour être totalement construit (Fig. 4) – les derniers bâtiments ont été édifiés vers 1960 – alors qu’en parallèle, d’autres quartiers dont l’étendue était beaucoup plus importante ont mis beaucoup moins de temps à se développer. Ceci fait de cette opération-là plus longue de la ville de Constantine pendant la période coloniale française. L’analyse des documents d’archives a permis de comprendre pourquoi un tel projet a mis aussi longtemps avant d’être achevé. Il répondait à différents objectifs, et engageait un complexe jeu d’acteurs institutionnels au niveau local, central et en métropole, qui a pu être mis en lumière dans la recherche. Ce processus a été analysé avec une approche systémique17 pour chaque phase du projet, en partant de la matérialité des faits, et en croisant cela avec la « microculture des décideurs »18 pour comprendre ensuite les interactions à l’intérieur de ce système de décision et les positionnements des acteurs clés qui ont pu ainsi successivement retarder, bloquer ou faire avancer le projet19.

39Ainsi, le coût de l’opération et une organisation peu rigoureuse, jalonnée d’actions en justice et confiée à des acteurs peu compétents, a conduit à limiter l’arasement en altitude et à une réalisation tardive. Le premier projet de 1850 était conçu comme une ville européenne construite avec un plan régulier autour d’une église, située sur un axe principal en face de la porte sud de la vieille ville. Ce site dominant, axé sur une rue donnant directement sur la porte sud de la ville, avec un aplanissement mettant en continuité parfaite cette même vieille ville et son extension vers le sud, a été modifié par la suite dans les différents projets proposés. L’axe a été déplacé, et surtout l’aplanissement complet de la colline a finalement été abandonné, d’où une liaison peu efficace avec l’ancienne ville. L’histoire compliquée et coûteuse de l’opération explique aussi qu’on ait in fine destiné une grande partie des terrains à des édifices publics, aujourd’hui sièges de bâtiments administratifs de la ville. Un autre point important dans la transformation du projet est qu’à l’origine ce même axe central, orienté vers la vieille ville, devait être marqué par une église, qui fut certes réalisée, mais dans une position beaucoup plus marginale relativement aux quartiers centraux. En ce sens, le projet exprime l’évolution du projet colonial, d’abord appuyé sur l’armée et portant la religion catholique de façon conquérante, puis évoluant vers une position plus laïque, mettant l’accent sur des édifices de formation, comme le lycée du quartier construit en 1937, et minorant la dimension religieuse de l’entreprise.

Figure 3 : Echantillon extrait de la comparaison entre 50 plans calés du Coudiat-Aty (localisé en B sur la figure 1) à différent moments entre 1845 et 1960.

Figure 3 : Echantillon extrait de la comparaison entre 50 plans calés du Coudiat-Aty (localisé en B sur la figure 1) à différent moments entre 1845 et 1960.

Source plans : AMC, SHD, ANOM). En bas à droite : superposition de la réalité matérielle du quartier sur le premier plan du projet de 1850. Différents plans ont été analysés, à savoir : des plans de l’état de la réalité matérielle au Coudiat-Aty à différents moments ainsi que des plans de projets. Ces plans sont à l’échelle de la ville et à l’échelle du quartier.

© M. Acheuk-Youcef

Figure 4 : Exemple de la datation du bâti produit dans le cadre de l’opération d’urbanisme du Coudiat-Aty (localisé en B sur la figure 1)

Figure 4 : Exemple de la datation du bâti produit dans le cadre de l’opération d’urbanisme du Coudiat-Aty (localisé en B sur la figure 1)

Ilots dessinés sur la base du plan topographique Danger de 1951 (IGN Saint-Mandé). Fond de plan (Image satellite Google).

© M. Acheuk-Youcef

Datation des bâtiments réalisée à partir du croisement de : photos de terrain, dossiers de permis de construire des différents bâtiments (AMC) ; comparaison des plans du quartier en 1903, 1913, 1916, 1920, 1923, 1930, 1935, 1936, 1937, 1951, 1960 (AMC, IGN Saint-Mandé, AWC), projets d’architecture des bâtiments du quartier (AMC, IFA), anciennes photos et cartes postales à différentes dates (ANOM, CDHA, etc.)

L’inventaire des architectures et la création d’une base de données numérique sur l’héritage des XIXe et XXe siècles

  • 20 Heinich (2009, p. 100) explique la remise en question des anciennes méthodes de l’Inventaire par B. (...)
  • 21 Ibid.

40L’idée était ici d’approcher la matérialité de la ville telle qu’elle se présente aujourd’hui, c’est-à-dire comme un système où plusieurs éléments sont en interaction, afin de comprendre ses logiques de production ; ceci explique la démarche adoptée qui est d’abord structurelle et urbanistique, puis architecturale. En effet, « dans une ville, la base pertinente est urbanistique plus qu’architecturale, ce qui implique de prendre en compte le tissu plutôt que les éléments20 ». Ainsi, « l’identification et la caractérisation de l’architecture des objets ponctuels dans la ville devient pertinente après l’étude de la base urbanistique, d’où le passage de l’échelle urbaine à l’échelle architecturale21 ».

41Il s’est donc agi de localiser, identifier, dater et caractériser les bâtiments dans l’espace urbain entre 1837 et 1962. Ce travail a permis de mettre en évidence des bâtiments marqués par des influences occidentales d’une tendance apparue en Europe au XIXe et au début du XXe siècle, comme des bâtiments marqués par des influences locales ou bien un mélange des deux, avec des bâtiments architecturalement et stylistiquement « hybrides ». Les architectes/concepteurs dont les créations ont marqué l’espace urbain constantinois ont été également identifiés (Acheuk-Youcef, 2018). Le Système d’Information Géographique (SIG), est un outil très utile pour cette tâche. Il intègre, pour la période 1837-1962, une base de données numérique et géo-référencée, à l’échelle de la ville et du bâti. Cette base de données renseigne les objets dans l’espace urbain, en les caractérisant selon plusieurs critères : date (permis de construire ou réalisation), style, type, maîtres d’ouvrage, maître d’œuvre, éléments de décors remarquables, etc. (Fig. 5). Cela permet de cartographier la richesse et la diversité architecturale, en mettant en exergue les différents registres, styles et typologies architecturales qui sont juxtaposés et articulés dans la même ville, dans un même quartier ou parfois dans une même rue (Acheuk-Youcef, 2018a ; 2018b). Les éléments relatifs à l’histoire de l’art sont utiles également pour construire les choix de patrimonialisation. (Fig. 6)

Figure 5 : Exemple de fiche sur un bâtiment correspondant au polygone pointé sur la carte dans le SIG, dans le quartier d’El Kantara (localisé en C sur la figure 1)

Figure 5 : Exemple de fiche sur un bâtiment correspondant au polygone pointé sur la carte dans le SIG, dans le quartier d’El Kantara (localisé en C sur la figure 1)

Les champs de la base de données sont renseignés notamment à partir de : photos de terrain (M. Acheuk-Youcef) ; observations sur le site, dossiers de permis de construire (AMC) ; date portée sur le bâtiment (rarement) ; projets d’architecture des bâtiments (AMC, IFA), etc.

© M. Acheuk-Youcef

42La capitalisation des données peut être de plus une manière de contribuer à préserver les informations contenues dans les archives municipales de Constantine, dans l’état actuel exposées à la dégradation, et donc à une menace de destruction. Cela permet aussi l’identification d’objets ayant un potentiel culturel et économique, y compris ceux situés en dehors de l’actuel secteur sauvegardé ; certains de ces mêmes objets pourraient ainsi faire par la suite l’objet de mesures de protection, entre autres dans une perspective de développement de l’attractivité culturelle et touristique de la ville.

43Le SIG historique aura vocation à évoluer vers un instrument d’aide à la décision, de conservation et de valorisation de l’héritage urbanistique et architectural, basé sur toutes ces nouvelles connaissances. En ce sens, la présente recherche a, en plus de l’objectif de construire une meilleure connaissance de la formation d’un espace urbain, celui de nourrir, par cette connaissance, les décisions de patrimonialisation sur un héritage jusque-là mal connu et de ce fait impossible à valoriser de façon construite, qu’on le considère du point de vue de l’héritage culturel ou de sa valeur économique, à travers une possible valorisation touristique.

Figure 6 : Echantillon de la mosaïque d’architectures formant le paysage urbain constantinois (en dehors du secteur sauvegardé) pouvant faire l’objet de mesures de protection.

Figure 6 : Echantillon de la mosaïque d’architectures formant le paysage urbain constantinois (en dehors du secteur sauvegardé) pouvant faire l’objet de mesures de protection.

© M. Acheuk-Youcef

Conclusion

44L’originalité de cette étude sur Constantine est l’identification et l’analyse systématiques des opérations d’urbanisme dans la ville à différentes échelles, suivie par l’étude des architectures de la période coloniale française. Elle repose sur une approche méthodologique systémique sur la fabrication de l’espace urbain, comprenant en particulier la prise en compte de l’étude du jeu d’acteurs dans la fabrication de la ville, rarement étudié jusque-là. La place manque ici bien sûr pour développer en profondeur cet aspect de la recherche. Sa nouveauté repose également sur un balayage aussi systématique que possible des sources historiques archivistiques disponibles – dont de nombreuses n’ont jamais été exploitées – et dans leur utilisation, ce qui n’a pas été fait pour beaucoup d’autres villes. Cette recherche montre enfin comment un SIG peut enrichir la pratique de la géographie urbaine, en y intégrant l’histoire urbaine et architecturale

45Pour comprendre la période du XXe siècle, les archives municipales de Constantine ont été décisives (extraits de registres de délibérations du conseil municipal, plans, dossiers de lotissements, dossiers de rues, permis de construire…), du fait, dès les premières décennies du XXe siècle, d’un glissement vers une relative autonomie de la gestion locale sous la responsabilité de la municipalité, avec un processus de normalisation dans une situation encore marquée par la colonisation.

46Pour la période antérieure, entre la conquête et la fin du XIXe siècle, c’est le croisement des sources émanant des acteurs de la Métropole, au niveau central et local, qui a permis de renseigner les faits. Pendant cette période l’implication de la Métropole dans toutes les décisions locales est très forte, du fait de la centralisation dans la gestion et les décisions ; ainsi dans ce contexte, la dépendance du niveau local au pouvoir central et hiérarchique est très grande. C’est pourquoi, pour l’étude de la première période de la colonisation, couvrant tout le XIXe siècle, les fonds disponibles en France (ANOM, archives civiles et SHD, archives militaires) ont été mieux susceptibles de nous renseigner par leur richesse et leur variété, et considérant les différents acteurs impliqués dans le processus de décision pour les différents projets. Rappelons encore que cette première période de colonisation a été marquée par la prépondérance du pouvoir militaire dans toutes les décisions.

47Pour ce qui est des logiques de production de l’espace urbain, il est frappant de constater que toute la législation et la réglementation ainsi que les procédures administratives ont été importées depuis la Métropole, une fois passée la période pendant laquelle un cadre spécifique à forte coloration militaire avait dominé, jusque vers 1854. On retrouve appliquées les lois comme celle de 1840 permettant l’expropriation pour créer des voies nouvelles et des organisations de services calquées sur les grandes villes de France européenne. Ainsi, ce qui s’est passé pour les opérations d’urbanisme à Constantine est tout à fait comparable à ce qui se passait en France à la même époque. Si on fait par exemple la comparaison avec Lyon, il s’agit davantage d’un exemple « d’importation », voire de transposition simple, que de « circulation ». Ceci vaut dans le cas spécifique de Constantine au XIXe siècle, en ce qui concerne la gestion des constructions et de la voirie mais également les argumentaires relatifs aux aménagements de l’espace de la ville.

  • 22 Cas probablement analogue à Lyon, avec la phase suivant les insurrections populaires (révoltes des (...)

48Ces derniers sont d’ordres explicite et implicite : explicite avec un argumentaire public autour de l’hygiène, la salubrité et l’esthétique. Cela se retrouve bien également dans les arguments retenus pour les percements, les alignements et les expropriations (par exemple : l’état du bâtiment, la sécurité face à l’incendie, l’éclairement, l’ordre public et social, l’accessibilité, l’hygiène). Ils sont également d’ordre implicite à travers un argumentaire confidentiel, politique et militaire autour de la sécurité vis-à-vis des possibles révoltes populaires. On note des similitudes dans l’argumentaire employé concernant les questions de sécurité et d’hygiène avec ce qui se passait en Métropole à cette même époque à propos des milieux populaires22. Ainsi, sur la base des documents administratifs consultés pour la période du XIXe siècle, on ne constate pas réellement « d’aller-retour » (circulation) entre la Métropole et la colonie, mais bien une transposition de solutions élaborées en Europe.

49Par contre, cela semble changer à partir du début du XXe siècle, quand on constate une circulation des modèles architecturaux et urbains, notamment avec quelques professionnels (architectes, urbanistes, entrepreneurs) à Constantine. On peut citer l’exemple des frères urbanistes Danger23 avec leur plan d’aménagement de la ville (1940) et d’autres, qui ont circulé vers la Métropole et ailleurs, constituant ainsi des vecteurs de diffusion24. Cette question de la circulation des modèles a été traitée par de nombreux chercheurs sur les autres villes « en situation coloniale » (Vacher, 2005 ; Jelidi 2014), et fait actuellement l’objet d’un programme de recherche (CAMU, LabexMed). La réalité des transferts dans un seul sens pour certaines périodes et terrains a également été largement démontrée (King, 1990 ; Malverti, Picard, 1990 ; Coquery-Vidrovitch, 1996). Ainsi, chaque terrain a ses propres données factuelles et le cas spécifique de Constantine nous démontre les deux phénomènes : l’importation et le transfert depuis la Métropole à un certain moment, et la circulation plus tard.

  • 25 L’opération Grolée a duré 21 ans : 1887-1908. Pour l’histoire complète, voir Rivet, 1955.

50On peut faire aussi une comparaison entre les projets de Lyon et de Constantine à la fin du XIXe siècle, avec les mêmes acteurs impliqués parallèlement dans deux opérations, à Constantine pour le quartier du Coudiat-Aty, et à Lyon pour le quartier Grolée25. L’entrepreneur Ferrand a été impliqué dans deux opérations d’urbanisme parallèles dans ces villes. On note qu’entre les deux opérations, il y a eu beaucoup de points communs et le même scénario entre 1889 et 1896. Ainsi, Ferrand a suivi le même mode opératoire impliquant les lobbys politico-économiques à Constantine et à Lyon, avec le rôle central de la municipalité dans les deux villes. Dans les deux cas, entre Ferrand et la mairie Casanova de Constantine ou Ferrand et la mairie Gailleton de Lyon, les deux opérations étaient vues par ces acteurs comme des opérations financières pouvant leur rapporter d’intéressants retours sur investissement.

51De nombreux conflits entre la municipalité et les concessionnaires ont eu lieu des deux côtés, mais également entre Ferrand et certains acteurs privés. Ainsi, par exemple, Ferrand est attaqué en justice la même année (1895) à Constantine et à Lyon, par Besse pour l’affaire de Constantine concernant son escroquerie au sujet du montage financier, Besse qui finira par devenir membre de la société du Coudiat qui terminera et réalisera le projet. A Lyon, Ferrand est attaqué pour l’affaire Grolée par Sineux, entrepreneur. Par la suite, (notamment avec le changement de la municipalité à Constantine en 1896 -le maire Casanova démissionne et Mercier le remplace-), il y a eu un nouveau tournant pour les deux opérations, avec de nouvelles sociétés qui réaliseront jusqu’à la fin les quartiers, non sans retards et autres problèmes.

52Ces parallélismes, et le jeu de mêmes acteurs de part et d’autre de la Méditerranée, ouvrent des perspectives nouvelles de compréhension de la formation des villes algériennes pendant cette période. De ce fait, une telle étude sur Constantine peut apporter des éclairages nouveaux et complémentaires sur la façon de produire la ville en Algérie et en France à ce moment-là.

53Ajoutons que les données recueillies disent très peu de la production d’un espace propre aux populations locales, alors qu’elles étaient - de fait - nombreuses. Ce n’est qu’à partir des dernières années de la période coloniale (1955-1962) que quelques programmes à destination de la population « indigène » musulmane sont développés. Là aussi, la recherche devrait être approfondie pour mieux comprendre la juxtaposition de ces deux mondes durant les différentes phases de la période coloniale française.

54Les actions entreprises aujourd’hui par les pouvoirs publics pour cet héritage bâti s’inscrivent bien dans un processus de patrimonialisation. Cependant, cela reste insuffisant par rapport à l’étendue des ensembles urbains qui constituent les extensions datant de la période coloniale française. En effet, il n’y a pas eu, jusqu’à présent, une politique globale de réhabilitation de ce bâti dans la ville et les actions se sont focalisées exclusivement, jusque-là, sur quelques artères du centre-ville. Ainsi, la connaissance de l’héritage architectural et urbain de cette période à travers son étude, son identification, sa caractérisation et sa datation est le premier pas vers son entrée dans la « chaîne patrimoniale » et ainsi sa reconnaissance puis sa mise en valeur. Cela pourrait conduire alors à une meilleure prise en charge de ces architectures dans ce processus de construction d’un nouveau regard sur cet héritage des XIXe et XXe siècles.

Haut de page

Bibliographie

ACHEUK-YOUCEF M., 2018a, Historicisation et perspectives patrimoniales de l’héritage architectural et urbain de la période coloniale française (1837-1962) à Constantine, Lettre de l’IRMC (IFRE-USR 3077 CNRS), n° 21, p. 11-14.

ACHEUK-YOUCEF M., 2018b, Un SIG historique pour l’historicisation et la connaissance du patrimoine architectural et urbain des XIXe et XXe siècles à Constantine, Actes de la 5ème édition de HIS-HyperHeritage International Symposium « patrimoines et design d’expérience à l’ère du numérique », Constantine, 13-15 mai 2018.

AMMAR L., PANERAI P., 2010, Tunis, d’une ville à l’autre : cartographie et histoire urbaine, 1860-1935, Tunis, Nirvana, 198 p.

BELABED SAHRAOUI B., 2011, Pouvoir municipal et production de la ville coloniale  : Constantine 1854-1903, Sarrebruck, Editions Universitaires Européennes, 365 p.

CANIGGIA G., 1976, Strutture dello spazio antropico: studi e note, Firenze, Uniedit, 241 p.

CHOAY F., 1965, L’Urbanisme, utopies et réalités  : une anthologie, Paris Éditions du Seuil, Tours, 448 p.

CLAVAL P., CLAVAL F., 1986, Cahors au milieu du XVIIe siècle et la géographie sociale de la ville pré-industrielle, in CLAVAL P. (éd.), Géographie historique des villes d’Europe occidentale, II – Espaces sociaux et paysages urbains, Paris, Publications du Département de Géographie de l’Université de Paris-Sorbonne n° 14, p. 69-72.

COHEN J.-L., ELEB M., 2004, Casablanca  : Mythes et figures d’une aventure urbaine, Paris, Hazan, 478 p.

COHEN J.-L., OULEBSIR N., KANOUN Y. (éd.), 2003, Alger : paysage urbain et architectures, 1800 – 2000, Paris, Les éditions de l’imprimeur, 346 p.

CONZEN M.R.G. 1960: Alnwick, Northumberland: a study in town-plan analysis. Institute of British Geographers Publication 27, London, George Philip, Progress in Human Geography, 33/6, p. 859-864.

DI MÉO G., 2008, Processus de patrimonialisation et construction des territoires, Colloque ”Patrimoine et industrie en Poitou-Charentes : connaître pour valoriser”, Poitiers-Châtellerault, Geste éditions, p. 87-109.

DI MÉO G., CASTAINGTS J.-P., DUCOURNAU C., 1993, Territoire, patrimoine et formation socio-spatiale, Annales de géographie, 1993, 102/573, p. 472-502.

FRAGNE P.-H., 2011, Patrimoine, identité et culture. L’éclairage de la philosophie et de l’esthétique, in ANDRIEUX J-Y (dir.), Patrimoine : sources et paradoxes de l’identité, Actes du cycle de conférences prononcées à l’Université Rennes 2, 5 novembre 2007 - 2 avril 2008, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 265-282, 306 p.

GAUTHIEZ B., 2015, La rénovation urbaine au centre de Lyon au XIXe siècle, une histoire en trois phases, in COMBY J. (dir.), Peurs dans la ville. Urbanisme et sécurité dans l'agglomération lyonnaise XIXe-XXIe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 23-69.

GAUTHIEZ B., 2014, Le temps dans l’espace des villes, ou l’espace des villes comme accumulation des produits matériels de phénomènes sociaux, Géocarrefour, 89/4, p. 283-296.

GAUTHIEZ B., ZELLER O., 2014, Lyon, the spatial analysis of a city in the 17-18th centuries. Locating and crossing data in a GIS built from written sources, in E. SCHONHART, S. RAU (dir.), Mapping spatial relations, their perceptions and dynamics, Heidelberg/Londres/New-York: Springer Verlag (Lecture Notes in Geoinformation and Cartography), p. 97-118.

GAUTHIEZ B., 2003, Espace urbain  : vocabulaire et morphologie, (Principes d’analyse scientifique), Paris Monum, Editions du patrimoine, 493 p.

GREGORY I. N., KEMP K. K., MOSTERN R., 2001, Geographical Information and Historical Research: Current Progress and Future Directions, History & Computing, 13/1, p. 723.

HEINICH N., 2009, La fabrique du patrimoine : « de la cathédrale à la petite cuillère », Paris, France, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 286 p.

JACOB-ROUSSEAU N., 2009, Géohistoire/géo-histoire  : quelles méthodes pour quel récit  ?, Géocarrefour, vol. 2009, 84/4, p. 211-216.

JELIDI C., 2014, Fès, la fabrication d’une ville nouvelle (1912-1956), Lyon, ENS Éditions, 346 p.

JELIDI C. (éd.), 2014, Villes maghrébines en situations coloniales, Paris, IRMC-Karthala, 298 p.

KING A., 1990, Urbanism, colonialism and the world-economy. Cultural and spatial foundations of the world urban system, Londres/New-York, Routledge, 184 p.

MALVERTI X., PICARD A., 1990, Le tracé des villes et le savoir des ingénieurs du génie, Paris, Bureau de la Recherche Architecturale, 138 p.

MURATORI S., 1959, Studi per una operante storia urbana di Venezia, Rome, Libreria dello Stato, 115 p.

NOIZET H., BOVE B., COSTA L. J. (éd.), 2013, Paris de parcelles en pixels : analyse géomatique de l’espace parisien médiéval et moderne, Saint Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 343 p.

PAQUOT T., 2010, Les faiseurs de villes, 1850-1950, Gollion (Suisse), Infolio, 509 p.

RIVET F., 1955, Une réalisation d’urbanisme à Lyon à la fin du XIXe siècle : l’aménagement du quartier Grôlée (1887-1908), Lyon, Revue de géographie de Lyon, 82, 14 p.

SCHÄTTI N., VIACCOZ DE NOYERS A., L'Atlas historique de Genève, vieilles méthodes, nouveaux outils, Patrimoine et architecture, cahier n° 14-15, 2005, cahier spécial Histoires de cartes. Genève, XVe-XXe siècle., p. 58-68.

VACHER H. (éd.), 2005, Villes coloniales aux XIXe-XXe siècles : d’un sujet d’action à un objet d’histoire (Algérie, Maroc, Libye et Iran)  ; essais et guide bibliographique, Paris, Maisonneuve et Larose, 190 p.

VERDEIL E. (dir.), 2005, Expertises nomades, n° spécial Géocarrefour, 80/3.

VOLAIT M., 2005, Architectes et architectures de l’Egypte moderne 1830-1950. Genèse et essor d’une expertise locale, Paris, Maisonneuve & Larose, 476 p.

Haut de page

Notes

1 La ville de Constantine a été conquise en octobre 1837.

2 Thèse de Doctorat de Maïssa Acheuk-Youcef, entamée en 2015 et intitulée « L’héritage architectural et urbain de la période coloniale française à Constantine (1837-1962) : histoire, caractérisation et perspectives patrimoniales » (sous la direction de Badia Belabed Sahraoui, Université de Constantine 3, et de Bernard Gauthiez, Université de Lyon 3).

3 Une opération d’urbanisme ou un ensemble concerté est un « produit réalisé d’un projet d’urbanisme, à la suite d’une procédure spécifique. Il constitue généralement une unité de plan ». (Gauthiez, 2003, p. 56).

4 Le mot indigène est employé ici dans le sens strictement étymologique et juridique du terme.

5 Selon le dictionnaire Larousse (www.larousse.fr, site consulté le 17.02.2018).

6 Terme emprunté à Paquot (2010).

7 Un travail a été mené sur les registres de délibérations du conseil municipal de Constantine entre 1854 et 1903 (Belabed Sahraoui, op. cit.).

8 Le dernier plan cadastral de Constantine date de 1867.

9 L’état dégradé de certains plans, pliés et déchirés, en a rendu la lecture difficile et a occasionné parfois certaines pertes de données.

10 SHD 1H805. Apostille du Directeur des Fortifications du 28 février 1840. Projet pour 1840. Rue carrossable de la Casbah à la porte El Kantara.

11 Notes sur l’ouverture de la rue Thiers. Dossier de la rue Thiers. (Archives Municipales de Constantine)

12 Ibid. On voit également son nom apparaître par la suite sur un des permis de construire de la rue Thiers datant de 1904.

13 Ibid.

14 AMC. Avis administratif préalable à l’expropriation pour cause d’utilité publique avec prise de possession d’urgence de diverses parcelles de terrain pour l’ouverture de la rue Thiers, 26 septembre 1887.

15 ANOM GGA 1N13. Extrait du « Le Petit Algérien », Journal Autonomiste et Républicain. Samedi 7 mai 1887.

16 ANOM GGA 1N13. Rapport de la Commission mixte chargée d’arrêter les bases d’alignement et nivellement de la ville de Constantine (constituée par arrêté du Gouverneur Général du 22 décembre 1846 en exécution de l’arrêté ministériel du 27 janvier 1846) - 2ème Partie, rapport sur la création d’un quartier extérieur, 9 juin 1847. Dans ce rapport, la commission envisage pour la première fois l’éventualité d’un projet d’extension de la ville sur le Coudiat-Aty.

17 Pour le fondement théorique de cette approche, voir Crozier et Friedberg (1977), où est développée en particulier la théorie de l’acteur stratégique.

18 Crozier et Friedberg, 1977, p. 361 et p. 409.

19 Tous les détails des différents projets de l’opération et des acteurs impliqués sont développés dans la thèse.

20 Heinich (2009, p. 100) explique la remise en question des anciennes méthodes de l’Inventaire par B. Gauthiez, anciennement à la direction de l’architecture et du patrimoine du Ministère de la Culture. Heinich rappelle que « le dernier guide méthodologique, datant de 2001, oppose d’ailleurs, à l’approche traditionnelle en termes de « simple catalogue d’œuvres », une nouvelle approche centrée sur le « faisceau de relations », sur le « système d’œuvres » (Principes, méthode et conduite de l’Inventaire général, 2001) ».

21 Ibid.

22 Cas probablement analogue à Lyon, avec la phase suivant les insurrections populaires (révoltes des Canuts).

Le Gouverneur Général d’Algérie s’adresse au Préfet Vaïsse en 1857 pour recueillir quelques conseils issus de son expérience « réussie » de l’aménagement de la ville de Lyon. (Gauthiez, 2015).

23 En Algérie, le cabinet Danger a conçu (en plus du projet pour la ville de Constantine) le plan d'aménagement et d'extension de la ville d'Oran (1931-1936) et celui de Bône (1932). En Métropole, le cabinet a conçu le plan d'aménagement, d'embellissement et d'extension de la ville de Périgueux (1933), l’aménagement et l’extension de Caen (1935), le plan de Royan (1937-1938), le projet d'aménagement du bourg et de la cité de Rodez (1943-1944), le plan de lotissement du Domaine des Dervallières en Loire-Atlantique (1951), le plan masse directeur d’un grand ensemble à Alfortville et Maisons-Alfort (1956-1960), et l’aménagement du centre de Noisy-le-Grand (1962). Source : Fond Danger, IFA.

24 Cela fait l’objet d’une contribution en cours sur le cas de Constantine (M.Acheuk-Youcef, 2018b) au programme de recherche CAMU (Circulation et Adaptation des Modèles d’urbanisme en Méditerranée occidentale XXe-XXIe siècles, LabexMed, coordonné par Angelo Bertoni).

25 L’opération Grolée a duré 21 ans : 1887-1908. Pour l’histoire complète, voir Rivet, 1955.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Cartographie des principales opérations d’urbanisme et quartiers à l’échelle de la ville sur ArcGis
Crédits © M. Acheuk-Youcef
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/12479/img-1.png
Fichier image/png, 812k
Titre Figure 2 : En haut : la transformation effectuée à l’occasion de la rue Thiers (localisé en A sur la figure 1).
Légende Cartographie réalisée principalement à partir de : Dossiers de la rue Thiers (Archives Municipales de Constantine – AMC)), Plan Projet de communication carrossable de la porte El Kantara à la Casbah, 1840 (Archives Nationales de l’Outre-Mer - ANOM 1N13), Fragment du Plan d’ensemble annexé au rapport du Chef du Génie en date du 30 août 1855 (Service Historique de la Défense -SHD 1VK543), Plan des expropriations nécessaires à l’ouverture et aliénation des terrains communaux. Nivellement et alignement de la rue Thiers. 1883 (AMC), Plan indiquant les parcelles de l’Etat à aliéner pour l’ouverture de la rue Thiers 1890 (AMC), Extrait du plan cadastral de la commune de Constantine, section G, 2ème feuille. Ech : 1/500. Daté 7 juin 1884 (AMC), image satellite (Google 2012), Plan de Constantine 1951 (IGN Saint-Mandé), comparaison des plans de la ville de 1837, 1839, 1840, 1844, 1847, 1853, 1859, 1875, 1878, 1880, 1888, 1896 (SHD, ANOM).
Crédits © M. Acheuk-Youcef
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/12479/img-2.png
Fichier image/png, 903k
Légende En bas : Le quartier de la rue Thiers aujourd’hui
Crédits © M. Acheuk-Youcef
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/12479/img-3.png
Fichier image/png, 622k
Titre Figure 3 : Echantillon extrait de la comparaison entre 50 plans calés du Coudiat-Aty (localisé en B sur la figure 1) à différent moments entre 1845 et 1960.
Légende Source plans : AMC, SHD, ANOM). En bas à droite : superposition de la réalité matérielle du quartier sur le premier plan du projet de 1850. Différents plans ont été analysés, à savoir : des plans de l’état de la réalité matérielle au Coudiat-Aty à différents moments ainsi que des plans de projets. Ces plans sont à l’échelle de la ville et à l’échelle du quartier.
Crédits © M. Acheuk-Youcef
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/12479/img-4.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 4 : Exemple de la datation du bâti produit dans le cadre de l’opération d’urbanisme du Coudiat-Aty (localisé en B sur la figure 1)
Légende Ilots dessinés sur la base du plan topographique Danger de 1951 (IGN Saint-Mandé). Fond de plan (Image satellite Google).
Crédits © M. Acheuk-Youcef
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/12479/img-5.png
Fichier image/png, 611k
Titre Figure 5 : Exemple de fiche sur un bâtiment correspondant au polygone pointé sur la carte dans le SIG, dans le quartier d’El Kantara (localisé en C sur la figure 1)
Légende Les champs de la base de données sont renseignés notamment à partir de : photos de terrain (M. Acheuk-Youcef) ; observations sur le site, dossiers de permis de construire (AMC) ; date portée sur le bâtiment (rarement) ; projets d’architecture des bâtiments (AMC, IFA), etc.
Crédits © M. Acheuk-Youcef
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/12479/img-6.png
Fichier image/png, 440k
Titre Figure 6 : Echantillon de la mosaïque d’architectures formant le paysage urbain constantinois (en dehors du secteur sauvegardé) pouvant faire l’objet de mesures de protection.
Crédits © M. Acheuk-Youcef
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/12479/img-7.png
Fichier image/png, 459k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maïssa Acheuk-Youcef, Bernard Gauthiez et Badia Belabed Sahraoui, « L’héritage architectural et urbain de Constantine pendant la période coloniale française (1837-1962) : un enjeu de connaissance, de conservation et d’identité », Géocarrefour [En ligne], 93/4 | 2019, mis en ligne le 26 mars 2019, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/12479 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.12479

Haut de page

Auteurs

Maïssa Acheuk-Youcef

Doctorante en Architecture/Géographie-Aménagement, Université de Lyon 3/Université de Constantine 3, UMR 5600 EVS maissa.acheuk-youcef@univ-lyon3.fr / maissa.acheuk@univ-constantine3.dz

Bernard Gauthiez

Professeur, Université de Lyon 3, UMR 5600 EVS bernard.gauthiez@univ-lyon3.fr

Articles du même auteur

Badia Belabed Sahraoui

Professeure, Université de Constantine 3, Faculté d'Architecture et d'Urbanisme badia.belabed@univ-constantine3.dz

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals