Navigation – Plan du site

Jacques Comby, Emmanuelle Romanet-Da Fonseca, Peurs dans la ville. Urbanisme et sécurité dans l’agglomération lyonnaise, XIXe-XXIe siècle

André Buisson
Référence(s) :

COMBY J. (dir.). ROMANET-DA FONSECA E. (collab.), 2015, Peurs dans la ville. Urbanisme et sécurité dans l’agglomération lyonnaise, XIXe-XXIe siècle, Rennes, PUR, 274 p.

Texte intégral

1Parodiant dans le titre le film presque homonyme « Peur sur la ville » d'Henri Verneuil (1975), les auteurs présentent dans ce livre les résultats de leur réponse à l'appel d'offre du PUCA de 2007 "Territoires urbains et sûreté", qu'ils avaient alors intitulée "Grands aménagements urbains et prise en compte des préoccupations sécuritaires : actions et réactions à Lyon".

2Comme les responsables de la publication l'indiquent dans l'introduction, il existe à Lyon une vieille tradition d’innovation en lien avec la sécurité : avec Alexandre Lacassagne, fondateur de la médecine légale, Edmond Locard, fondateur de la police scientifique, cette dernière installée récemment à Ecully dans la banlieue lyonnaise et, enfin, la présence à Lyon du siège d'Interpol. En matière de prévention des risques, on rappelle que suite à l'éboulement de Fourvière de 1930, fut créée une "Commission des Balmes" en 1934, que suite à la catastrophe de Feyzin en 1966, furent créés les premiers groupes de réflexion qui aboutirent à la détermination du risque Seveso… Lyon est donc, d'une certaine manière, une ville de référence. Sont mis en évidence les concepts en jeu et, notamment, le rapport Sécurité/Sûreté qui n'est pas toujours simple à discerner. Le concept de "sûreté" est intimement lié à celui de Police (cette Sûreté fondée par le fameux Eugène-François Vidocq), et couvre également la notion de "protection des personnes".

3L'ouvrage, suivant une progression chronologique, est divisé en trois parties : « Rénover pour éradiquer les peurs (1820-1914) », « Le souci sécuritaire au cœur de projets d’urbanisation (1960-2014) » et « La sécurité dans les parcs et jardins : une préoccupation permanente (1850-2014) ».

4La première, « Rénover pour éradiquer les peurs (1820-1914) », contient trois contributions qui mettent en avant l'évolution des quartiers urbains.

5Bernard Gauthiez axe sa recherche sur « La rénovation urbaine au centre de Lyon au XIXe s. » et ses conséquences induites. Il dresse un tableau très précis de cette action, d'une chronologie minutieuse. Le point de départ, est formé par les insurrections de 1831 et 1834 (les révoltes des canuts), mais aussi par les descriptions très peu flatteuses rapportées par les différents auteurs/voyageurs (le très précis « Recensement de 1841 » brosse un tableau de l'habitat proche de la description fournie par Dickens). Le centre-ville est crasseux, mal peuplé (ouvriers et catégories très pauvres) et surtout très densément habité et d'une circulation très difficile. On remarque alors une fuite des élites et classes aisées vers les périphéries, principalement la rive gauche du Rhône. Le centre-ville est alors craint et catalogué comme un potentiel foyer d'insurrection (fig.3, cahiers central). La trop difficile (et trop coûteuse en hommes) reprise de la presqu'île par les forces de l'ordre en 1834, ainsi que la crainte d'une réitération d'un soulèvement populaire en 1851, entrainent la mise en place de mesures radicales. Ce seront les percements de grandes voies nord-sud au centre de la presqu'île (axes absents jusque-là), en parallèle avec l'élargissement des quais de Saône et du Rhône, le déplacement des classes populaires vers les quartiers excentrés pour favoriser un retour de la bourgeoise vers le centre-ville, travaux exécutés au début du Second empire, grâce au maire/préfet Vaïsse (le Haussmann lyonnais). Ces chantiers sont très bien orchestrés par l'architecte Benoît Poncet et aboutissent à la création des rues de la République et Président Edouard Herriot (noms actuels). Cet aménagement exemplaire fut envié et copié dans plusieurs autres villes. Les déplacés furent relogés dans le quartier de la Guillotière, jusqu'à leur nouveau déménagement vers 1885 vers l'extérieur, principalement le quartier du Tonkin à Villeurbanne. Tout au long de son texte, l'auteur balaie les idées fausses sur la période, notamment celle d'une "invasion" de la presqu'île par les émeutiers canuts descendus de la Croix-Rousse…

6Isabelle Romanet-Da Fonseca brosse le portrait de la très emblématique « (La) Place Bellecour, espace symbolique et aménagements à Lyon au XIXe s. ». Cet espace de 6 hectares séparait deux mondes : le quartier huppé de Bellecour-Ainay, au sud, et celui très populeux situé entre Bellecour et l'Hôtel de ville des Terreaux. Il s'agit alors d'une place convoitée par deux mondes : le jour lieu de paraître, de promenade, de musique et de jeux d'enfants, sous les 300 tilleuls plantés côté sud, et la nuit lieu de prostitution, de bagarres à la sortie des bars et cabarets et de débauche autour des théâtres (l'homosexualité y est dénoncée autour des vespasiennes). Une nécessaire moralisation des lieux intervient avec la construction d'un poste de police, la fermeture des théâtres et différentes autres mesures.

7Anne-Sophie Clémençon, avec « Ignobles tavernes et lieux crapuleux de débauche », esquisse le tableau de la politique urbaine des HCL (Hospices civils de Lyon) (depuis, voir Clémençon, 2015), immenses propriétaires fonciers notamment sur la rive gauche du Rhône, de 1850 à 1914. Menée sur plusieurs fronts, celle-ci vise à contrecarrer les différents types d'insécurité. Les catastrophes naturelles, et notamment les inondations de la plaine des Brotteaux, sont combattues par le remblaiement et l'interdiction du pisé, qui forment également un filtre social ; la lutte contre les activités illicites est engagée par la rénovation du bâti qui, en détruisant les masures, déloge en même temps les foyers de prostitution, considérés comme facteur de moins-value du foncier. Les moyens employés sont rigoureux (obligation de destruction des habitats insalubres sans dédommagement pour l'occupant) et expliqués par la nécessité de fournir des revenus plus importants pour l'hôpital. On assiste ainsi à un rejet des classes sociales les plus défavorisées vers les périphéries, en combinant l'action des militaires (la ceinture des forts), celle des lieux de culte (élévation morale) et des bâtiments publics (par exemple autour de la préfecture). Une stratégie de construction émerge, celle des îlots enserrés par des bâtiments hauts en bord de rue protégeant des cours intérieures communes. Un soin attentif est alors porté à l'entrée de chaque immeuble, « lieu principal de la protection à la fois de l'immeuble et du cœur d'îlot » (p. 111).

8La seconde partie de l'ouvrage regroupe des études centrées sur « Le souci sécuritaire au cœur des projets d'urbanisation (1960-2014) ».

9Les opérations urbaines récentes (La Part Dieu et Confluence) sont observées par J. Bonnet, alors que C. Chemin analyse l'évolution du sentiment de sécurité/insécurité dans le grand ensemble formé par la ZUP de Rillieux.

10Dans la comparaison effectuée par J. Bonnet (« La Part-Dieu et Confluence : la question de la sûreté des territoires entre planification fonctionnelle et projet urbain »), l'auteur souligne que chacune de ces deux créations, novatrice en son temps, est marquée par les préoccupations urbanistiques de l'époque : par exemple, la dalle de circulation à la Part Dieu, innovante, est aujourd'hui victime de son isolement, de la technique de construction utilisée… à tel point que (depuis la parution de l'ouvrage) elle est en cours de démolition ! L'option « sécurité » ne faisait pas alors partie du concept de l'urbanisme. Dans le second cas présenté, Confluence, au contraire, le quartier est conçu comme évolutif et la sécurité est intégrée dans le modèle urbain, bien que la base géographique ait souffert au début d'un lourd passif (prisons, Marché de gros, port et gare d'eau… avec les corolaires de délinquance et prostitution…).

11Dans le cas du grand ensemble de la ZUP de Rillieux, C. Chemin montre (« Pratiques sécuritaires et grand ensemble d’habitat sociale : un urbanisme à l’épreuve des faits ? »), en évoquant tour à tour chacun des décrets et chacune des nouvelles lois liées à la banlieue comment, en trois grandes périodes, la notion même de "sécurité/insécurité" s'est invitée dans la question, alors que ce quartier précisément n'est pas réputé pour son caractère ultra-violent, et qu'il est resté éloigné des émeutes urbaines de ces dernières décennies.

12Le cas des parcs publics, objet de la troisième partie, est visité par deux contributions : celle d'Inès Mélani (« Quiétude et inquiétudes dans les parcs lyonnais : entre fantasmes et réalité ») regroupe des enquêtes menées dans quatre parcs (Tête d'Or, Gerland, Miribel-Jonage et Berges du Rhône) et celle de Stéphane Autran (« L’organisation et la gestion de la sécurité publique au parc de la Tête d’Or ») qui interroge le dossier de la sécurité au Parc de la Tête d'Or de la création à l'Entre-deux guerres. Le lecteur aurait attendu une inversion de l'ordre de ces deux textes, pour des raisons de chronologie). Le Parc de la Tête d'Or, si cher au cœur des petits lyonnais (et des grands), imaginé en 1856, est étudié à partir du fonds d'archives très abondant de la ville de Lyon. Créé afin de « donner de la nature à ceux qui n’en ont pas » (Vaysse, cité par Mélani, p. 164), l’hygiénisme devait y être couplé à la volonté de paix sociale, mais la question de la sécurité s'y est imposée assez vite, avec l'esquisse d'une « géographie des délinquances » que le service d'ordre spécialement dédié avait vite identifiée. Celui de Miribel-Jonage, à l’origine zone sauvage et champ d’expansion de crues, est devenu le plus grand parc de loisirs d’Europe mais son étendue l’a rendu propice au développement de « no man’s land » qui a entaché son image. Gerland et les Berges du Rhône, les plus récentes créations d’ampleur de ce registre dans l’agglomération lyonnaise, complètent ce paysage arboré. Cet ensemble « vert » est contrôlé par un Contrat local de sécurité depuis 1998 dans lequel domine l’idée de « prévention situationnelle ». En matière de ressenti, Berges du Rhône et Miribel-Jonage sont les parcs ou la notion de danger est la plus exprimée.

13En conclusion, Jacques Comby et plusieurs collaborateurs reviennent sur le « terrain » formé par la ville de Lyon, comme le projet Berges du Rhône : véritable transformation d'un espace linéaire de près de 5 km de long, ouvert 24 h sur 24, le lieu est considéré pour sa valeur expérimentale… mais toutes les mesures, toutes les commissions évoquées dans ce livre et présentés dans l'introduction sont mises en critique au vu du cas lyonnais.

14Un très riche cahier de plans en couleurs (dont on regrettera le trop petit format) est inséré dans le volume.

15L'ouvrage, en abordant plusieurs des quartiers de la ville, explicite la transformation urbaine de Lyon d'abord, mais aussi de nombreuses autres grandes villes de France et d'Europe. Lieu d'exercice des urbanistes et des grands propriétaires fonciers, la ville est aussi le témoin de l'évolution de la société moderne… et la réponse fournie par les exemples cités est éclairante pour les lecteurs sur la place croissante que tient la question de la sécurité dans la ville. On trouve ainsi à Lyon tous les enjeux de la transformation urbaine pour la mutation du XXIe s. : les transformations du vieux centre historique, la création et la modernisation des centres d’affaires, la reconquête des anciennes friches industrielles (Gerland), celle des espaces anciennement occupés par la voiture (berges du Rhône), la nécessité d’offrir à une grande ville des espaces verts urbains et péri-urbains. La notion de « laboratoire » prend ici toute sa valeur, tant la variété des situations et des cas est importante.

Haut de page

Bibliographie

CLÉMENÇON A.-S., 2015, La ville ordinaire, Généalogie d’une rive, Lyon, 1781-1914, Editions Parenthèses, Collection : Architectures, 288 p., 300 documents en couleur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Jacques Comby, Emmanuelle Romanet-Da Fonseca, Peurs dans la ville. Urbanisme et sécurité dans l’agglomération lyonnaise, XIXe-XXIe siècle », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 04 juin 2019, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/12647

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals