Navigation – Plan du site

Éric Le Breton, Mobilité, la fin du rêve ?

Catherine Didier-Fêvre
Référence(s) :

LE BRETON E., 2019, Mobilité, la fin du rêve ? Paris, Éditions Apogée, 93 p.

Texte intégral

1Belle performance réalisée par Éric Le Breton pour ce petit opus consacré à une question sociale centrale : celle de la mobilité ! En 93 pages, le sociologue réussit à engager une réflexion stimulante sur le mode de vie mobile des sociétés contemporaines des pays riches, un modèle mobilitaire semblant en fin de course.

2Pour cela, il adopte une démarche historique en rappelant en première partie comment les sociétés des pays développés des Trente Glorieuses ont centré leur manière de vivre autour des déplacements. Vécue d’abord comme un progrès et un facteur d’émancipation, la mobilité montre désormais ses limites en termes de budget (20 % du budget de certains ménages), de temps consacré aux transports (voir les résultats du baromètre annuel Tom Tom https://www.tomtom.com/​en_gb/​traffic-index/​) et en tant que productrice de fatigue pour des salariés ayant élu domicile loin de leur lieu de travail. Puis, la présentation des caractéristiques de différents types de profils mobilitaires (les métropolitains, les navetteurs et les insulaires) permet de montrer les limites de déplacements quotidiens plus ou moins choisis. Le cas des insulaires, bien étudié par l’auteur dans son ouvrage Bouger pour s’en sortir. Mobilité quotidienne et intégration sociale, 2005, soulève les paradoxes des injonctions à la mobilité à l’origine d’un double enclavement spatial et social de ces populations isolées. La voiture et son usage sont très discriminants pour les moins dotés. Il est symptomatique que le taux de réussite au permis B (59 %) soit très en-deçà du taux de réussite au baccalauréat (88,3 % au bac 2018). Quand les voitures les plus polluantes seront exclues des centres des villes, les moins mobiles seront d’autant plus éloignés des bénéfices des fonctions métropolitaines. En se basant sur les travaux de René Dumont, d’Ivan Illich, d’Amartya Sen, l’auteur, dans le chapitre 3, interroge le lien entre mobilité et démocratie : « pourquoi s’engager dans la vie politique d’une commune, si, au rythme du travail, des vacances et des loisirs, l’on passe l’essentiel de son temps dans d’autres communes et d’autres régions ? » (p. 77). Notre modèle politique montre ses limites face à la multi-appartenance territoriale. Les êtres en mouvement n’ont pas d’existence et de voix politique sur les territoires qu’ils parcourent. La question mobilitaire doit être au cœur des débats de société. La lecture de cet essai peut être une excellente entrée en matière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Didier-Fêvre, « Éric Le Breton, Mobilité, la fin du rêve ?  », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 24 juin 2019, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/12652

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals