Navigation – Plan du site

Robert Chapuis, Patrick Mille, Besançon, un vignoble millénaire

André Buisson
Référence(s) :

Robert Chapuis, En collaboration avec Patrick Mille, Préface de Jean-Louis Fousseret, 2019, Besançon, un vignoble millénaire, Paris, L’Harmattan, Connaissance des régions, 198 p.

Texte intégral

1Nous avons déjà eu l’occasion de souligner l’importance des travaux de R. Chapuis (Chapuis, 2013 ; 2016) dans la connaissance du vignoble de la Franche Comté, et particulièrement celui du Haut-Doubs, objet d'une précédente étude. Saluons ici une étude approfondie, menée sur le terroir exclusif de la ville de Besançon.

2« Besançon a compté jusqu’à 1000 vignerons et 1650 hectares de vigne, soit presque l’équivalent du vignoble jurassien actuel… » (p. 9).

3Cette phrase de l’introduction est révélatrice de la place prise par le vignoble au cours des âges dans la cité bizontine (doc. 22, 23).

4Comme souvent, l’approche historique est indispensable et le plan d’étude chronologique incontournable. L’ouvrage livre ainsi une histoire de la vigne et du vin, dans la ville.

5C’est donc une analyse en cinq parties qui conduit les auteurs, et leur lecteur, des origines (au cours du Xe s. vraisemblablement) jusqu’à nos jours. Et, comme c’est le cas bien souvent, le rôle de l’Eglise est primordial à Besançon dans l’implantation de la viticulture (communion sous les deux espèces pour tous les fidèles jusque vers 1350, aumône, soins aux malades, cadeaux aux Grands de passage comme Erasme ou Gaston d'Orléans…), principalement autour de l’abbaye de Saint-Martin et dans le village de Pouilley dès 967.

6La topographie de la ville, avec sa fameuse « Boucle » du Doubs (dite localement « la Boucle »), procure un terroir de coteaux très bien exposés et propices à la viticulture, avec, pour autant, des différences de qualité suivant la position haute, moyenne ou basse dans les coteaux. Dès le XIIe s., chaque quartier de la ville est divisé en terroirs particuliers (plus de cinquante), signe d’une connaissance fine de ce que les Bourguignons appellent encore aujourd’hui les « climats ». Pendant la guerre de Cent ans, un tiers du vignoble est abandonné, puis une partie replantée, jusqu’à ce qu’en 1452, un classement des vignes soit fait par le Magistrat (conseil) de la ville. A la fin du XVe s., plus de 1200 parcelles sont cultivées en vigne. Enfin, après avoir failli disparaître complètement, du fait de la concurrence de la bière et des vins du Midi, le vignoble urbain renaît après une première tentative à partir de 1973, puis une seconde en 2017 grâce à une association de passionnés. Une série de cartes permet de suivre cette évolution (doc. 6 à 14, 65).

7L’étude du vignoble est d’un grand intérêt lorsqu’on fait une analyse de géographie régionale, tous les spécialistes l’ont souligné (par exemple, Dion, 1959 ; Gadille, 1967). La vigne est révélatrice d’une société, qu’elle façonne. Elle construit les paysages, les maisons, les calendriers. Par les dates des vendanges, on peut élaborer une histoire du climat (Le Roy Ladurie, 1967)…

8Dans le cas du vignoble de Besançon, l'étude met en évidence les "choix" auxquels les autorités ont été confrontées à plusieurs reprises, suite aux crises locales ou régionales. Des choix capitaux furent faits en matière de cépages, comme avec la volonté d'interdire le gamay et le melon, qualifiés de "mauvais plans", dès 1395.

9Les auteurs soulignent aussi le rôle "remuant" des vignerons, nombreux dans la cité, mais écartés de tout rôle décisionnel jusqu'à l'autorisation de la confrérie de saint Vernier en 1548 (doc. 63).

  • 1 https://fr.wikipedia.org/wiki/Cabane_de_vigne_(France)

10Cette analyse de macro-géographie permet aux auteurs de produire des cartes de la distribution du vignoble à l’échelle de chaque commune, avec la possibilité d’identifier des cycles de plantation et de déclin de chaque parcelle. L’outillage employé est également détaillé, de même que les « fossiles » de la viticulture, les « cabordes » (doc. 24, 64) (ailleurs « cabornes »1, ces cabanes de pierre bâties en bordure de parcelle pour abriter le vigneron, ses outils et ses pauses au cours de la journée. La viticulture façonne le paysage, et les relations entre le vigneron et les autres exploitants du terroir : car la vigne nécessite, pour sa croissance annuelle, des "tuteurs" prélevés et taillés dans les forêts voisines. Les croquis expliquent les techniques de culture, notamment le provignage, qui complique le travail des vendangeurs en densifiant les rangées de ceps. En matière d'architecture urbaine, les plans et photographies en couleur guident le lecteur vers la conservation jusqu'à nous des fameuses maisons vigneronnes avec trappe extérieure, ou des "portes à huis coupé" caractéristiques des lieux de commerce du vin, voire encore la maison du Bouteiller de l'Archevêque (doc. 20).

11Concluant avec "Que reste-t-il du vignoble millénaire de Besançon ?", le livre fournit notamment une excellente photo des murgers de Chaudanne (doc. 88), qui souligne encore, si besoin était, l'empreinte profonde de la viticulture dans le paysage local.

12Comme nous l'avions indiqué dans le compte rendu précédent, et c'est tout à l'honneur des auteurs, la bibliographie fait la part belle à la "littérature grise" (thèses, mémoires) en général passée sous silence et oubliée dans les placards. Au total, un livre plaisant, richement illustré de plans et de photographies en couleur et très largement documenté, qui trouvera son public parmi les étudiants, les chercheurs et les passionnés d'histoire locale.

Haut de page

Bibliographie

CHAPUIS R., 2013, Vignobles du Doubs et de Haute-Saône. De la naissance à la renaissance, Pontarlier, Editions du Belvédère, 192 p. voir notre compte-rendu : https://journals.openedition.org/geocarrefour/9118

CHAPUIS R., (collaboration Patrick MILLE) 2016, La renaissance d'anciens vignobles disparus, Paris, L'Harmattan.

DION R., 1959, Histoire de la vigne et du vin en France, des origines au XIXe siècle, Paris.

GADILLE R., 1967, Le Vignoble de la côte bourguignonne, fondements physiques et humains d'une viticulture de haute qualité, Paris, les Belles lettres, 688 p.

LE ROY LADURIE E., 1967, Histoire du climat depuis l’an Mil, Paris, Flammarion.

Haut de page

Notes

1 https://fr.wikipedia.org/wiki/Cabane_de_vigne_(France)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Robert Chapuis, Patrick Mille, Besançon, un vignoble millénaire », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 07 juillet 2019, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/12706

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals