Navigation – Plan du site

Nicolas Lambert, Christine Zanin, Mad Maps, l’atlas qui va changer votre vision du monde

André Buisson
Référence(s) :

LAMBERT N., ZANIN C., 2019, Mad Maps, l’atlas qui va changer votre vision du monde, Paris, Armand Colin, 144 p.

Texte intégral

1Les auteurs, tous deux spécialistes de la discipline, s’appliquent dans ce livre à « jouer aux cartes » ! (p. 125). Le « jeu de mots » est leur fil conducteur, depuis le titre de l’ouvrage, référence vraisemblable à un film de George Miller de 1979 dépeignant un monde où le chaos se répand… en passant par les titres de cartes comme « un flux sans gain » (sanguin ?) p. 56, « Faites GAFA vous » p. 74, « Battir la paix » p. 85 (Battir, petite ville de Palestine, centre d’une expérience cartographique unique), « Le monde bu par un voyageur » p. 114, « Otan en emporte les ventes » p. 116…

2Concevoir une carte dépend de nombreux paramètres. C’est, avant tout, dans le but de se donner une représentation du monde. La carte, en Europe, est traditionnellement « occidento-centrée »… et l’exposition « Le monde vu d’Asie – Au fil des cartes (16 mai-10 septembre 2018) » a largement contribué à bouleverser cette vision. Notre cartographie repose toujours sur les épaules de Mercator (1512-1594) (p. 23) et les auteurs proposent, au fil des pages de cet opus dans les pages qui suivent, un exercice intéressant : tout d’abord, voir le monde tel qu’il est réellement, puis représenter « chacun son monde ». Effectivement, si l'on change le centre du monde, tout change ! Par exemple, p. 18, "Planète mer, le monde d'Athelsatan Spilhaus" avec le Pôle Sud au centre de la carte, c'est l'immensité marine qui saute aux yeux. Et en effet, pourquoi "orienter une carte" si c'est pour mettre le Nord en haut ? (p. 21). Déjà, la galerie des cartes de géographie des palais du Vatican, à Rome, due à l’artiste Antonio Danti (entre 1580 et 1583), montrait dans son choix de la position du nord géographique (et notamment, la Corse et la Sardaigne « tête en bas »), une grande différence avec la nôtre. Faire une carte, c’est donc avant tout mettre en évidence quelque chose de particulier, cibler une série de centres d’intérêt, argumenter dans un discours.

3Les auteurs, avec leurs « cartes folles », nous proposent tour à tour de « Perdre le nord », de « Voir l’invisible », de « Bouger les lignes ? », de « Changer de regard » et de « Jouer aux cartes ? »… quatre chapitres auxquels on aurait pu rajouter « Rebattre les cartes », « Faire des tours de carte »… La forme est dans l’air du temps, avec la présence de nombreux « hashtags » et de liens vers les réseaux sociaux, un QRcode à la p. 33 avec un lien Youtube… à chaque page sa découverte, on n’arrête pas les auteurs qui semblent vouloir ainsi sortir du cadre !!!

4On peut tout raconter par la carte, et pas seulement la vérité (p. 68, « Algoe, ville de papier », véritable fake news avant la lettre, imaginée pour piéger des plagiaires) mais de quelle vérité parle-t-on ? Prudence donc car la carte n'est pas toujours aussi anodine qu'on pourrait le penser : il ne faut pas mettre Google Earth entre toutes les mains. Tout dépend donc du concepteur de la carte, et pour quel public : « Le monde vu par les requins » p. 108-109 avec son message entrouvre la porte au rétablissement de la vérité, tout comme « Historytelling » p. 80 (Qui a vraiment vaincu les nazis ?), avec "Red is Dead" p. 90 (War is business) ou « Yellow is the new black » p. 93 (sur l’événementiel recomposé par les « gilets jaunes »)…

5Les auteurs se veulent aussi « moralistes » et cartographient les nouvelles migrations, avec la belle histoire de la carte p. 102-103 « Le monde vu par Ulysse », à lire en complément de « Jamais sans mon globe » p. 36, ou « La (dramatique) butte rouge migratoire » p. 95.

6Tout peut être cartographié, même le « monde de l’Amour » : « All you need is love », p. 98 (et les auteurs savent être légers dans leur commentaire : « … si vous avez passé une minute à regarder cette carte, sachez que pendant ce temps 800 000 personnes ont eu un rapport sexuel ») ou ces arrière-gardistes qui croient que la terre est plate ! (carte p. 112-113 « Le monde vu par un platiste »).

7L'exercice avait déjà été tenté au Centre Georges Pompidou en 1980 avec l'exposition Cartes et figures de la terre, dont le catalogue livre encore cette « Carte de Gaulle », p. 361 (avec le profil du Général), ou cette « carte de la Bonne Forme », p. 466 « Les grands litiers de France ». On pourrait également proposer des cartes en iso-chrones (le monde vu de Paris en temps de parcours en avion serait fabuleusement déformé…, pour compléter celle de « Hexagone ? » p. 49 et de « Dimanche on monte à Paris », p. 64).

8Ce petit livre est une mine, « un trésor est caché dedans » (comme dans la fable Le Laboureur et ses enfants), chaque carte est une découverte. On peut le lire d'une traite ou savourer chacune des cartes indépendamment pour, en quelque sorte, se composer un menu « à la carte » #Almanach_Vermot, #calembour!!!

Haut de page

Bibliographie

N. LAMBERT, C. ZANIN, 2016, Manuel de cartographie. Principes, méthodes, applications, Paris, A. Colin, coll.Cursus : Géographie

N. LAMBERT, blog : « Carnet NEO CARTOgraphique » https://neocarto.hypotheses.org/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Nicolas Lambert, Christine Zanin, Mad Maps, l’atlas qui va changer votre vision du monde  », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/12793

Haut de page

Auteur

André Buisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals