Navigation – Plan du site

Leslie Belton-Chevallier, Nicolas Oppenchaim et Stéphanie Vincent-Geslin, Manuel de sociologie des mobilités géographiques

Catherine Didier-Fèvre
Référence(s) :

BELTON-CHEVALLIER L., OPPENCHAIM N. et VINCENT-GESLIN S., 2019, Manuel de sociologie des mobilités géographiques, Tours, PUFR, 151 p.

Texte intégral

1Le titre de cet ouvrage renvoie au croisement opéré entre la géographie et la sociologie autour de la question des mobilités. Terme ayant envahi nos sociétés, les mobilités font référence aux déplacements des individus dans l’espace géographique dans toutes leurs diversités : mobilité quotidienne, mobilité résidentielle, voyages ou migrations. La dimension immatérielle des déplacements comme l’aptitude à la mobilité (« motilité », concept forgé par Vincent Kaufmann) font également partie du champ des mobilités même s’ils ne sont généralement pas inclus dans la définition restrictive. Présenté sous la forme d’un ouvrage synthétique à destination des étudiants de sociologie comme de géographie suivant un cycle 1 comme 2, ce premier manuel en langue française vise à dresser un large panorama de l’état des connaissances.

2Le pari est gagné puisqu’en 6 chapitres sont balayés les principaux champs de la géographie-sociologie des mobilités. Chaque chapitre s’ouvre sur un « Point clé » résumant l’essentiel, est également agrémenté d’encarts faisant le point sur certains concepts puis s’achève sur des compléments renvoyant à des ressources en ligne essentiellement issus du site du Forum Vies Mobiles. http://forumviesmobiles.org Cette œuvre de trois sociologues chargés de recherche ou maîtres de conférences en France métropolitaine vise à donner les jalons de base de la question mais également susciter des vocations puisque des exemples de thématiques à explorer dans le cadre de mémoires de recherche sont proposées en fin de chapitre.

3Tout au long de l’ouvrage sont ainsi explorés l’épistémologie des mobilités, un regard historique sur l’émergence des mobilités, les effets ambigus du développement des mobilités (en termes d’inégalités sociales, de genre, de répartition géographique) ainsi que les injonctions à la mobilité des sociétés contemporaines. Au fil des pages, le propos devient de plus en plus stimulant et s’émancipe du format de manuel universitaire. Car « la mobilité ne consiste pas seulement à se déplacer, mais aussi bien souvent à se replacer, c’est-à-dire à s’habituer à des espaces structurés autrement que ceux qu’on a l’habitude de fréquenter » (p. 109). Elle intègre un vaste champ d’investigation mettant l’espace au cœur des problématiques mobilitaires. C’est d’autant plus dommage que des géographes n’aient pas été intégrés à l’équipe de rédaction de ce manuel !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Didier-Fèvre, « Leslie Belton-Chevallier, Nicolas Oppenchaim et Stéphanie Vincent-Geslin, Manuel de sociologie des mobilités géographiques  », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 01 novembre 2019, consulté le 05 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/12821

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals