Navigation – Plan du site

Alexandre Polinski, Stratégies d'approvisionnement en pierre dans la basse vallée de la Loire

André Buisson
Référence(s) :

POLINSKI A., 2019, Stratégies d'approvisionnement en pierre dans la basse vallée de la Loire, Ier siècle av. J.-C.-Ve siècle apr. J.-C., Rennes, Presses Universitaires de Rennes (PUR), coll. Archéologie et Cuture, 208 p.

Texte intégral

1Ce livre est issu d‘une thèse soutenue en 2012 intitulée "Provenance et utilisation de la pierre dans la basse vallée de la Loire (Ier siècle av. J. -C-VIIIe siècle ap. J. -C.)", travail conduit au carrefour entre Sciences de la terre et Sciences de l'homme.

2L'auteur aborde le sujet sous l'angle de l'économie, celle des circuits d'approvisionnement et de diffusion de la pierre dans la basse vallée de la Loire (entre le confluent de la Loire et de la Vienne et l'estuaire de la Loire), non seulement en historien mais également en géologue. Ainsi, la première "grosse" partie de son travail repose-t-elle sur l'élaboration d'un catalogue critique des carrières ou centres d'extraction de la pierre durant l'époque romaine, pierres destinées à la construction des sites archéologiques découverts dans le secteur mentionné mais également des modénatures, des sculptures, des stèles funéraires et des bornes milliaires. La seconde partie est consacrée à l'étude pétrographique et aux sources d'approvisionnement ; la troisième aux Stratégies d'approvisionnement de pierre des cités namnète et pictonne, la quatrième aux Stratégies d'approvisionnement de la cité andécave et la cinquième à la gestion des ressources minérales locales et (des) importations.

3Avec un maximum de rigueur scientifique, l'auteur critique la bibliographie existante, n'hésitant pas à démonter des hypothèses formulées auparavant ("cette assertion ne repose sur aucun fondement", p. 28 ; "il n'y a donc à ce jour aucune preuve…" p. 29 ; mais encore "les hypothèses… deviennent en partie caduques… les remarques… le sont également, p. 157), et propose finalement un catalogue de quatorze carrières principales. Certains de ces centres d’extraction n'ont été remis au jour que très récemment lors de fouilles archéologiques (p. 27-49) et parfois même sur le site de constructions, comme à Rezé (fig.14), phénomène certainement fréquent dans l'Antiquité puisque rencontré également ailleurs (à Lugdunum, par exemple, sur différents chantiers archéologiques, Lenoble et al., 2019).

4Parallèlement à cette démarche de prospection et d'enquête, l'auteur a réalisé un inventaire des objets ou fragments et procédé à un examen, voire à un prélèvement pour la constitution d'un fonds de photographies et de lames-minces de référence. Ce travail est relaté dans une deuxième partie de l’ouvrage structuré autour de cinq chapitres. Les matériaux rencontrés sont de différents types, au moins sept ensembles minéralogiques différents, depuis les calcaires, marbres et grès jusqu'à la gamme des roches métamorphiques, gneiss et granites. Les provenances sont de deux ordres, locales et/ou méditerranéennes et l'auteur esquisse, après d'autres, le tracé des itinéraires commerciaux et élabore de précieuses cartes des richesses locales (pl. IV).

5Le chapitre intitulé "Stratégies d'approvisionnement en pierre des cités Namnète et Pictonne" est élaboré à partir de l'analyse des supports sculptés : telle roche a-t-elle fait l'objet d'une utilisation sur tel ou tel type de monument (par exemple, les bornes milliaires locales sont toutes en granite). On remarque ainsi que les stèles funéraires, notamment, ont pu être sculptées dans du granite ou du calcaire, à la différence de la vallée du Rhône où la quasi-totalité des stèles ont été sculptées dans du calcaire).

6Dans le chapitre consacré à la "Gestion des ressources minérales locales et importations", l'auteur touche à la gestion même de l'exploitation des carrières. Il identifie un nombre important de carrières "locales" (dont l'exploitation n'a servi qu'à la construction d'un site). Pour les matériaux d’utilisation régionale, outre le tuffeau dont l'exportation déborde largement la demande pictonne et namnète, les calcaires de La Charité-sur-Loire et de la haute vallée de la Loire ont été largement mis à contribution, et une enquête plus large sur ces productions mériterait d'être menée. Afin d’être en accord avec la recherche historique, il tente une étude chronologique, avec une phase de forte demande lors du développement de la construction publique entre le milieu du 1er et le courant du 3e siècle, et une phase de fort remploi, durant l'Antiquité tardive, phénomène déjà constaté ailleurs (Hiernard, 2003).

7Pour tous ces matériaux pondéreux, l'auteur propose des itinéraires de transport, privilégiant la voie maritime ou fluviale au transport routier, plus délicat. La présence, à Nantes, de nautes de la Loire est sans doute à mettre en relation avec la plaque tournante du commerce qu'était Lugdunum où sont représentés les nautes de la Saône et de la Loire ; cette organisation pourrait expliquer certains itinéraires fluviaux ou fluvio-terrestres empruntant au moins partiellement la vallée du Rhône depuis la Méditerranée. Il est pourtant avisé de rester prudent quant à la détermination de telle ou telle voie d'accès plutôt que telle autre.

8L'ouvrage est très documenté, le travail repose sur une enquête approfondie et donne lieu à la présentation d'une base de données imposante. Sans enlever aucune qualité à cette recherche très scrupuleuse, le lecteur extérieur à la région de l'étude regrettera que les enquêtes menées ailleurs aient été minimisées voire ignorées, comme par exemple celles de la capitale des Gaules (Savay-Guerraz, 1985 ; Philipe et Savay-Guerraz, 1989…).

Haut de page

Bibliographie

HIERNARD J., 2003, Des remplois singuliers : les spolia inclus dans les enceintes tardives des Trois Gaules, in BALLET P., CORDIER P., DIEUDONNE-GLAD N. (dir.), 2003, La Ville et ses déchets dans le monde romain : rebuts et recyclages (Actes du Coll. de Poitiers, 19-20 sept. 2002), 320 p.

LENOBLE M. et al., 2019, Atlas topographique de Lugdunum. 1 - Lyon-Fourvière, (Suppl. RAE 47), 580 p., plus de 900 ill. - Revue archéologique de l'Est – Suppléments.

PHILIPPE M., SAVAY-GUERRAZ H., 1989, La « pierre du Midi » à Lyon et à Vienne à l'époque gallo-romaine : utilisation, chronologie et provenance, Publications de la Société Linnéenne de Lyon, Année 1989, 58-5, p. 141-172.

SAVAY-GUERRAZ H., 1985, Recherches sur les matériaux de construction de Lyon et Vienne antiques : Lyon, Saint-Romain-en-Gal : Rhône, Vienne : Isère / ; thèse de doctorat, Université Lyon 2, sous la direction de Georges Roux

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Alexandre Polinski, Stratégies d'approvisionnement en pierre dans la basse vallée de la Loire », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 03 novembre 2019, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/12869

Haut de page

Auteur

André Buisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals