Navigation – Plan du site

Bernard Floris, Luc Gwiazdzinski et tous les autres, Sur la vague jaune, l’utopie d’un rond-point

Sylvanie Godillon
Référence(s) :

FLORIS B, GWIAZDZINSKI L. et tous les autres, 2019, Sur la vague jaune, l’utopie d’un rond-point, Elya Editions, 212 p.

Texte intégral

1Pour « rendre compte de l’énergie, des aspirations et des réalisations » des Gilets jaunes, les auteurs nous plongent dans les dynamiques d’un rond-point, celui de Crolles, au cœur du Grésivaudan (Rhône-Alpes), devant « un petit kiosque à pizzas, un parking et le supermarché Casino » (p. 33). L’ouvrage est écrit au cœur de l’effervescence, alors même que le mouvement des Gilets Jaunes débuté en novembre 2018 n’est pas terminé.

2Cet ouvrage collectif débute par une présentation de la méthode qui se veut participative « en croisant engagement et observation » (p. 18). La démarche est de « conter (…) l’histoire de ce rond-point de l’Isère » qui s’appuie sur « une approche partielle et partiale sur la base de mois d’observations, d’échanges quotidiens et d’une cinquantaine d’entretiens » (p. 19). Ce choix méthodologique est un objet de débat en sociologie (Soulé, 2007) : quelle pertinence accorder aux résultats de recherche tentant de concilier l’inconciliable, à savoir l’implication et la prise de recul ? Cet ouvrage, au cœur de la question de la subjectivité du chercheur dans la production de connaissance, prend le parti de s’inscrire dans ces « modes de décryptage identitaires » (Geisser, 2019). Complémentaire aux démarches historiques, sociologiques, géographiques ou politiques, ce petit ouvrage a l’avantage de donner la parole à ces femmes et ces hommes « qui ont réussi à rendre visibles les difficultés d’une partie de la population, à imposer certains sujets sur l’agenda politique et à habiter des lieux aussi inhospitaliers » comme l’annonce la 4e de couverture. Cherchant à « décrire l’effervescence d’un mouvement hétéroclite émergent » (p. 18), les auteurs apportent un éclairage sur « ce qui fait rond-point » au-delà de la diversité des origines, des trajectoires et des orientations des acteurs mobilisés (Geisser, 2019). Incontestablement conscients de leur inscription dans ces débats épistémologiques, les auteurs expliquent leur ambition de « vivre et réfléchir, « « vivre et écrire » en alternant « la distance et les affects » (p. 27).

3Les auteurs dressent une sociologie nuancée des Gilets jaunes avant de donner la parole aux femmes et aux hommes mobilisés dans les « autoportraits en jaune ». Loin de tomber dans la caricature, les longs extraits d’entretiens permettent au lecteur d’entrer dans des logiques d’action et de pensées individuelles, voire très personnelles. L’ouvrage se poursuit par une série de courts chapitres autour du calendrier des mobilisations et la vie quotidienne du rond-point, des moteurs du mouvement, des revendications et de l’engagement politique. Ces chapitres proposent d’éclairer les faits et les motivations des Gilets jaunes par petites touches, à la manière impressionniste, en mettant en regard les extraits d’entretiens avec une littérature sociologique et politique s’appuyant sur Barthes, De Certeau ou Lefebvre en dehors des débats récents et polémiques autour de « la fracture territoriale » (Le Bras et Todd, 2013) ou de la « France périphérique » (Guilluy, 2014). Les moteurs du mouvement sont précisément listés : sentiment d’injustice, indécent étalage de richesse, rejet des élus et d’un produit politique, idéalisme et spiritualité, utopisme, solidarité, mission universelle, nostalgie, recherche d’égalité et de partage, fraternité et amour, envie de redevenir acteur, accélérateur de la violence, sociabilité dégradée, fragilité et fêlures intimes, idoles et rares soutiens, détestation et déceptions, haine des médias, critiques des élus, de la finance et de l’Europe. Le lecteur pourra regretter le peu d’informations sur les thématiques des débordements et de la violence. Par quels mécanismes, un groupe d’individus partageant des valeurs de fraternité et d’amour en viennent à agresser les automobilistes qui ne mettent pas leur gilet jaune sur leur tableau de bord ?

4Le dernier chapitre sur « les magies du rond-point » ne manquera pas d’intéresser les urbanistes et les géographes. Ce « non-lieu » (Augé, 1992, cité par les auteurs), très représenté en France avec plus de 40 000 giratoires, « est noyé parmi ces enseignes d’un mode de vie périurbain (…). De la malbouffe à la salle de remise en forme, la boucle est bouclée » (p. 35). Pourtant, les Gilets jaunes de Crolles l’ont érigé en petite « cité utopique » (p. 180). Il s’agit d’un lieu de revendication dans des espaces dominés par l’automobile. Les thématiques de la mobilité et du pouvoir d’achat (ou « pouvoir de ne pas compter » comme préfère préciser une Gilet jaune du rond-point de Crolles – p. 101) montrent les limites des modes de vie périurbains où le poids des dépenses contraintes est en augmentation, notamment celles en lien avec l’automobile (Depraz, 2019).

5Les auteurs illustrent, depuis l’intérieur, le fort malaise social face à la hausse des inégalités en France et la crise de la démocratie qui en résulte. La discréditation du mouvement par les médias interpelle sur le fonctionnement démocratique. Dans l’intimité de leurs choix ou de leurs non-choix, les Gilets jaunes nous livrent personnellement leurs désarrois politiques. En vivant plusieurs mois avec les Gilets jaunes, les auteurs nous transmettent des témoignages et des réflexions d’une histoire en train d’être écrite.

Haut de page

Bibliographie

AUGE M., 1992, Non-lieux, introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, 160 p.

BASTIEN S., 2007, Observation participante ou participation observante ? Usages et justifications de la notion de participation observante en sciences sociales, Recherches qualitatives, 27(1), p. 127-140.

DEPRAZ S., 2019, La géographie est-elle une science engagée ? Fracture(s) territoriale(s) et gilets jaunes, Historiens & Géographes, n° 446 (mai 2019), p. 25-29.

GEISSER V., 2019, Éditorial : Les Gilets jaunes et le triptyque « Islam, Banlieues, immigration » : une machine à produire des fantasmes identitaires, Centre d'information et d'études sur les migrations internationales | « Migrations Société », n° 175, p. 5-16.

GUILLUY C., 2014, La France périphérique, comment on a sacrifié les classes populaires, Paris, Flammarion, 185 p.

LE BRAS H., TODD E., 2013, Le Mystère français, Paris, Seuil, coll. « La République des idées », 336 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvanie Godillon, « Bernard Floris, Luc Gwiazdzinski et tous les autres, Sur la vague jaune, l’utopie d’un rond-point », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 18 novembre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/12881

Haut de page

Auteur

Sylvanie Godillon

Chercheure associée à l’UMR Géographie-cité sylvanie.godillon@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals