Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95/2Comptes rendus d'ouvragesDelphine Renault (dir.), Vichy, V...

Comptes rendus d'ouvrages

Delphine Renault (dir.), Vichy, Ville d’eaux

André buisson
Référence(s) :

RENAULT D. (dir.), 2019, Vichy, Ville d’eaux, Lyon, éditions Lieux Dits, 144 p., 170 ill.

Texte intégral

1Avec l’exposition « Il était une fois, la reine des villes d'eaux », exposition consacrée à 2000 ans d'Histoire1, l'ouvrage Vichy, Ville d’eaux2 dirigé par le Service Patrimoine et inventaire général Région Auvergne-Rhône-Alpes, témoigne de la diversité des richesses de la ville de Vichy.

  • 3 Edition récente : Tabula Peutingeriana : Codex Vindobonensis 324, Graz, Austria : Akademische Dr (...)

2Depuis les Aquae Calidae très fréquentées des Romains (Corrocher, 1981), comme plusieurs autres sites thermaux du Massif Central (les Aquis Borbonis, Calidis, Segete, Segeste, Nerii… Bourbon l’Archambault, Vichy, Chaudes-Aigues, Moingt et Néris-les-Bains, cartographiées sur la Table de Peutinger3), la longue histoire de Vichy se confond avec celle du thermalisme. Ce « Vichy, ville d’eaux » est le bienvenu pour remettre en lumière un patrimoine exceptionnel. Il étaye le dossier de candidature des 11 Great Spas of Europe à l'inscription sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco. C'est tout le travail de l'éditeur d'avoir fourni un « beau livre" au dossier du thermalisme européen.

3Divisé en quatre parties, « La thérapeutique des fluides », « Les eaux de Vichy », « Vichy, ville d'eaux » et « Vichy, ville de spectacles », l'ouvrage très abondamment illustré dévoile l'un après l’autre ses atours. Le centre de gravité du développement de la ville est lié à la médecine thermale dont Yves-Jean Bignon énumère les grands principes (p. 20-27). Le lien entre cure thermale et exercice physique est alors très clair et le développement des infrastructures sportives est intrinsèquement en phase avec le thermalisme. L'urbanisme de la ville, mais également celui de toutes les villes thermales, se structure autour de la promenade, car le curiste doit être incité à la mobilité : on soigne le malade « debout » (à la différence de l'hôpital, où le malade est couché) (cartes 1, 2, 3, p. 9). Les auteurs insistent tour à tour sur les différents aspects du développement de la ville, les spécificités liées au thermalisme : urbanisme, loisirs, activités culturelles…

4Forte de ses 270 sources d'eaux gazeuses commercialisées dans le monde entier (Vichy-Saint-Yorre et Vichy-Célestins), la ville s'est principalement développée à partir du XVIIIe siècle avec de nombreuses personnalités. Elle s’organise en suivant la mode des villes d'eaux, thermales ou balnéaires, et particulièrement sous le Second empire, période durant laquelle Napoléon III donne à l'essor des villes thermales de France une impulsion considérable (voir comme autre exemple le cas de Plombières-les-Bains, notamment). Vichy se transforme radicalement, l'arrivée du chemin de fer jouant également un rôle considérable. La ville se trouve ainsi au cœur d'une nouvelle « civilisation », celle des bains et du bien-être. Hôtels Art déco monumentaux de la rue du Parc ou de la rue Cunin-Gridaine accompagnent ce développement (Queen's, International, Carlton ou De Paris, fournissant à la ville une infrastructure qui fut utilisée par le maréchal Pétain pour en faire la capitale de l’Etat français, ou « Régime de Vichy », de 1940 à 1944).

  • 4 Celle du parc des Sources, décorée de chardons, mesure 700 m de longueur.

5La ville devient le parfait exemple de l'apogée de l'architecture métallique, de la galerie de promenade (passage Giboin, passage de l'Opéra)4 ou marchande à la porte de l'ascenseur, où l'art de la mosaïque moderne et du carreau émaillé s’exprime sur tous les types de parois, le lieu d'épanouissement de l’Art nouveau puis de l'Art déco, du vitrail et de la verrière.

  • 5 Le hall du grand établissement thermal de style oriental est décoré par le peintre Alphonse Osbe (...)

6Tous ces détails se retrouvent dans le commentaire des photos qui illustrent cet ouvrage. L'architecture des sources, comme un emprunt à la notion de nymphée de l'Antiquité grecque et romaine (p. 54) ou au bassin arabe (p. 76)5, est mise en évidence dans les fontaines monumentales (p. 58), voire à la barcaccia de la Piazza di Spagna de Rome (p. 60). La ville se développe alors comme une "ville paysagère" (p. 9), suivant la mode européenne contemporaine (voir également les stations victoriennes de Grande Bretagne…). Comme de nombreuses villes de loisirs et de luxe, la ville attire une clientèle fortunée à la fois française et européenne qui donne un élan considérable à la création artistique, dont certains témoins ont failli disparaître lors des rénovations des années 1970 (p. 7-8). Elle devient un des lieux de toutes les fantaisies architecturales, l’Orientalisme (comme à Boulouris) et l'emprunt à l'art arabe dans les coupoles et bulbes des coiffures des réservoirs (p. 52, 75-76) ou le style vénitien avec l’architecte Henri Décoret (p. 104). Le patrimoine de la ville thermale est construit autour de quelques pôles intangibles : la gare, les bains (bien évidemment), les hôtels et les parcs. Plusieurs auteurs reviennent sur le rôle joué par la déambulation du curiste… qui induit la construction de rues résidentielles (p. 87) et de galeries commerçantes (p. 51, 85).

7Vichy devient alors un centre artistique, où tous les arts sont mis en œuvre dans le même but de promotion de la ville : art de l’affiche publicitaire avec les enseignes, couvercles de boites de bonbons (p. 93) ou de pastilles Vichy sur lesquelles la femme est mise en scène pratiquant le golf (p. 41), affiches événementielles sur lesquelles la femme est tour à tour curiste (p. 70) ou, là encore, sportive (p. 71).

8Après la dernière guerre, une nouvelle période faste s’est ouverte pour Vichy, avec des curistes prestigieux comme Rainier III de Monaco ou le Glaoui, mais également des curistes d’Afrique du Nord qui, après la guerre d’Algérie, sont venus s’installer définitivement sur place. Cependant, confrontée à la baisse du nombre de curistes, la ville a, depuis les années 1990, entrepris un large programme de rénovation et de remise en valeur du patrimoine.

9Outre l'histoire de Vichy durant – notamment - les deux derniers siècles, le livre raconte, avec une sélection d’illustrations de très belle qualité, l'histoire du thermalisme, et montre, par les parallèles avec d’autres exemples européens que c'est une histoire générique du thermalisme qui nous est contée, commune de la Hongrie à l'Angleterre.

Haut de page

Bibliographie

CORROCHER J., 1981, Vichy antique, Clermont-Ferrand, Presses de l’université Blaise Pascal, 426 p.

Haut de page

Notes

1 Exposition présentée du 14 juillet au 3 novembre 2019 au Palais des Congrès de Vichy.

2 Éditions Lieux Dits, 17, rue René Leynaud 69001 Lyon isabelle.vincensini@lieuxdits.fr www.lieuxdits.fr

3 Edition récente : Tabula Peutingeriana : Codex Vindobonensis 324, Graz, Austria : Akademische Druck- u. Verlagsanstalt, 1976. Le document sur le web : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/5/50/TabulaPeutingeriana.jpg; http://www.hs-augsburg.de/~harsch/Chronologia/Lspost03/Tabula/tab_pe00.html;

4 Celle du parc des Sources, décorée de chardons, mesure 700 m de longueur.

5 Le hall du grand établissement thermal de style oriental est décoré par le peintre Alphonse Osbert de 1902 à 1904.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André buisson, « Delphine Renault (dir.), Vichy, Ville d’eaux », Géocarrefour [En ligne], 95/2 | 2021, mis en ligne le 07 décembre 2019, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/12905 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.12905

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search