Navigation – Plan du site
Articles

Une mer libre de glace au Pôle Nord : mythe, rumeur ou réalité ? 

An ice-free sea at the North Pole: myth, rumour or reality?
Frédérique Rémy

Résumés

Dans les années 1860, l’idée court qu’il existe autour du pôle Arctique une mer libre de glace entourée d’une infranchissable barrière de glace. Cette idée qui repose sur de bonnes bases ancestrales, des témoignages, des certitudes scientifiques prend une ampleur exceptionnelle lorsqu’un géographe affirme que l’expédition disparue de Franklin navigue dans cette mer libre. Des dizaines d’explorateurs polaires de tous pays partent à la recherche de cette mer inconnue. Les scientifiques, les journalistes, les écrivains, tous s’emparent du sujet laissant peu de place aux détracteurs. Même si les rumeurs n’accordent en général que peu de places aux merveilleux, la construction, le mode de propagation et la résistance aux démentis de ce mythe permettent de le rapprocher d’une rumeur.

Haut de page

Texte intégral

Des fondements ancestraux

1Depuis la nuit des temps, un faisceau de phénomènes troublants convergent vers les pôles terrestres. Déjà, en 330 av. J.-C., le marin Pythéas part plein Nord vérifier la rotondité de la Terre. A son retour, il confirme que les jours s’allongent de plus en plus avec la latitude, preuve que la Terre est bien ronde, et il affirme avoir vu une mer coagulée, gélatineuse comme un poumon marin ne permettant ni de marcher, ni de naviguer (Georgelin et Herbeaux, 2001). Voici donc, pour la première fois, les régions polaires décrites : ni terre, ni mer. Aux alentours du XIIe siècle, la boussole arrive de Chine en Europe. Quel est donc cet objet qui montre ostensiblement le pôle Nord ? Le doigt de Dieu ? Qu’y a-t-il au pôle pour attirer cette petite aiguille... Au XVIe siècle, Guillaume Postel y voit le paradis et Gérard Mercator l’origine des quatre grands fleuves de la genèse (Malaurie, 1987). Les deux cartographes, si intrigués par les pôles, inventent chacun une projection qui les met en valeur : la projection azimutale polaire et la projection cylindrique équatoriale.

2Le 21 septembre 1621, le philosophe Pierre Gassendi aperçoit une somptueuse aurore près d’Aix-en-Provence : le ciel est en feu avec des éclats tantôt verts, tantôt jaunes ou rouges vifs. Il contacte ses nombreux correspondants à Paris, Rouen, Bordeaux… Ils l’ont tous vu dans la même direction. Gassendi comprend alors que le phénomène a lieu à haute altitude, juste au-dessus des pôles. Son élève, Savinien de Cyrano de Bergerac, appelle alors le pôle « le soupirail du ciel », par lequel les échanges entre la Terre et le Ciel ont lieu (Cyrano de Bergerac, 1657). En effet, si la Terre ne rendait pas sa chaleur au Soleil, elle chaufferait indéfiniment et lui, il mourrait. Et c’est par les pôles, régulièrement en feu, que les échanges se font. Une dizaine d’années plus tard, après Copernic et Galilée, on comprend que la Terre tourne autour du Soleil, il faut donc qu’elle tourne aussi sur elle-même pour expliquer le mouvement diurne : une vitesse considérable, 1600 km/h à l’équateur. Certains imaginent un dégagement de chaleur considérable au niveau de l’axe de rotation.

3Quel est donc ce pôle encore inaccessible ? Un lieu bizarre sans terre ni mer, capable d’attirer une petite aiguille, d’où partent quatre grands fleuves, un lieu qui abrite le pôle de rotation de la Terre, qui communique avec le ciel et où certains y voient le paradis ? Peu à peu, une douceur légendaire investit les pôles.

De témoignages…

4Les premiers voyages vers les pôles apportent des preuves intangibles de leurs bizarreries, notamment climatiques. Sans mettre en cause la véracité de tous ces récits, il faut avouer que certains d’entre eux, notamment ceux, souvent de seconde main, relatés par Bergeron (1735), paraissent peu crédibles. Ainsi, en l’an 900, des gentilshommes de Brême partent vers le Nord à travers les glaces et parviennent dans « un pays fort chaud, bien habité et riche en or et argent ». De même, en 1360, Nicolas de Linna, un cordelier anglais, navigue jusqu’au septentrion lorsqu’il découvre sur le pôle « quatre grands gouffres d’eau qui emportaient dans leurs abîmes les vaisseaux avec tant de violence que l’effort contraire des vents et toute l’industrie humaine ne les en pouvaient garantir ». Vingt ans plus tard, un certain Nicolas Zeno et son frère, déroutés plein nord par une tempête, traversent les glaces et découvrent de nombreuses îles paradisiaques, Icaria, Engroneland, Frisland... Les lettres qu’ils écrivent alors à leur troisième frère sont retrouvées et publiées en 1558 par leur descendant (Zeno, 1558). C’est ainsi que ces îles figurent pendant plusieurs décennies sur les cartes de Mercator ou d’Ortelius. Cervantès (1617) enverra ses héros, Persilès et Sigismonde, « quasi en dessous du pôle Arctique » dans le puissant royaume de l’île Frisland.

5En revanche, d’autres récits, tout aussi troublants quant à la douceur polaire, paraissent justifiables. A la fin du XVIe siècle, les progrès de la navigation sont tels que les explorateurs peuvent tenter la recherche des passages entre l’Atlantique et le Pacifique en coupant par le pôle. Plusieurs d’entre eux, notamment le navigateur néerlandais Willem Barents, rapportent qu’en partant de la Nouvelle-Zemble vers le Nord, le climat s’améliore nettement (Castro, 2000). Ceci a longtemps servi la cause de la douceur polaire mais peut être expliqué par la présence d’une branche du Gulf Stream, la dérive Nord-Atlantique, courant chaud passant au large du Spitzberg. Le navigateur anglais William Baffin part en 1612 vers le Groenland, il longe la côte Nord lorsqu’il est bloqué par les glaces et doit dévier sa route. Il découvre alors, bien plus au nord, une immense étendue d’eau libre de glace dans laquelle il navigue sans encombre jusqu’à la latitude de 78°N. Il vient de découvrir une polynie qui porte désormais son nom : un bassin d’eau non glacé, navigable et bordé de glace. Ces polynies sont causées par des remontées d’eau chaude ou par des coups de vent catabatique Ces structures sont probablement à l’origine de la théorie de la mer polaire libre de glace et les arguments fournis pour expliquer celle-ci ont servi à leur tour de base à la réflexion pour comprendre l’origine de ces polynies (Simon, 1982).

6Autant de preuves qui permirent à divers penseurs, entre autres le géographe Petrus Plancius (1552-1622), d’affirmer que l’existence d’une mer polaire libre de glace était probable (Castro, 2000). La littérature s’empare lentement de ce thème. Tyssot de Patot (1720) écrit l’une des premières utopies polaires caractéristiques : des navigateurs se trouvent dans une tempête qui les emporte dans les glaces polaires. Ils manquent de « mourir mille fois » lorsque les rayons de soleil, toujours présents sur l’horizon, font sentir peu à peu leur agréable chaleur et font fondre la glace, jusqu’à ce qu’ils se retrouvent sur une immense étendue d’eau libre qui les conduit « au paradis des habitants du pôle Arctique ». Le libraire et géographe suisse Samuel Engel (1765) raconte tenir pour sûr du Capitaine Goultens que deux Hollandais ont découvert une mer libre de glace à la latitude de 89° ou que le chevalier Cherri affirme avoir vu la poix de son navire, utilisée pour l’étanchéité, fondre aux alentours du Spitzberg… Pour Engel, ce sont des « preuves irrésistibles » qu’il y a une mer libre, sans glace, au voisinage du pôle.

7Mais depuis quelque temps, le climat se refroidit et les voyages polaires deviennent difficiles. Le Petit âge de glace s’installe progressivement et gèle pour deux siècles toute tentative d’excursion vers les pôles.

… En expériences scientifiques

8Pour Buffon (1749), la Terre est un morceau de Soleil arraché par une comète. Depuis, la Terre se refroidit en commençant par les pôles. La vie y a commencé, en témoignent les « éléphants » que l’on commence à découvrir à l’époque dans les glaces de Sibérie. La Terre continuera à se refroidir et mourra congelée. Il est donc capital de suivre l’avancée de ces glaces et il est le premier naturaliste à s’y intéresser. Pour lui, la mer, étant salée et mouvementée, ne peut geler. Même si l’on acceptait l’idée, « contre toute apparence », que le froid au pôle est si fort que la superficie de la mer puisse être glacée, on ne peut pas concevoir comment ces énormes glaces qui flottent, pourraient se former, si elles ne trouvent pas un point d’appui contre les terres, « d’où ensuite elles se détachent par la chaleur du Soleil », écrit-il. Il avance donc une double assertion : la mer ne peut pas geler et les glaces doivent être accrochées pour se former, seuls les fleuves gèlent. Pour preuve, il raconte qu’un capitaine anglais du nom de Monson avait dirigé sa route droit vers le pôle jusqu’à deux degrés, sans rencontrer de glace. L’abbé Pluche, l’abbé Richard, le premier géographe du roi, Philippe Buache, ainsi que les encyclopédistes, tous soutiennent Buffon et avancent leurs propres arguments. On lit à l’article « chaleur » paru en 1753 sous la plume de d’Alembert : « Au pôle la somme de toute la chaleur d'un jour de solstice d'été est égale à celle du soleil chauffant l'horizon pendant 12 heures à nos latitudes ». Il reprend l’idée de Tyssot de Patot et expose dans l’article un calcul qui prouve son résultat. Trois ans plus tard, d’Alembert écrit l’article « glacial » dans lequel on apprend que « La mer est pleine de glace, charriée par les fleuves du Nord qui y transportent une prodigieuse quantité de glaçons ». Comme Buffon, il conseille à de potentiels explorateurs cherchant le passage vers le Pacifique d’aller droit vers le pôle Nord, en évitant soigneusement les côtes. Dans le même volume, le géographe ordinaire du roi, Robert de Vaugondy, écrit à l’article « géographie physique » : « La salure préserve du gel l'eau de pleine mer. Il est mentionné que les glaces ne peuvent se former que dans des baies à l'abri du vent, ou près des fleuves qui rendent l'eau plus douce. Ceux-ci charrient de gros glaçons qui s'accumulent et forment ces énormes montagnes de glaces. Les glaçons errant dans la mer indiquent que de grands fleuves se déversent dans les parages ». L’abbé Cotte, qui releva pendant plus de trente ans les données météorologiques, publie son Traité de météorologie (Cotte, 1774) dans lequel il avance que la température moyenne sur l’ensemble du globe est de 26°. Elle reste positive même dans le nord.

9Le mythe de la mer polaire libre de glace a maintenant une solide assise portée par les plus grands scientifiques.

Des premiers doutes… : « et pourtant la mer polaire peut geler »…

10Pour autant, certains scientifiques vont démontrer que la mer, bien que salée et agitée, peut geler. Le belge Théodore Mann (1735-1809) se trompe cependant dans son argumentation. Pour lui, il n’y a pas de continent vers le pôle sud alors que Cook affirme avoir vu des glaçons dans les parages. C’est donc la preuve que la mer peut geler (Mann, 1778). L’hiver 1776 est particulièrement froid et Mann peut enfin faire des expériences. Il se fait apporter un tonneau d’eau de mer prélevé loin des embouchures de la Tamise, de l’Escaut et de la Meuse. Il prend plusieurs vases et les remplit soit de cette eau, soit d’eau douce. Il constate qu’en effet l’eau de mer reste liquide alors que l’eau douce commence à geler. Mais après un certain temps la première perd peu à peu de sa fluidité et des glaçons se forment. Il les goûte et s’aperçoit que les glaçons sont moins salés que l’eau du fond du vase. Quelques jours plus tard, le froid est intense et le gel notable dans tous les vases. Cependant, la glace de mer est moins homogène, plus légère, moins transparente et moins solide. Elle reste aussi légèrement salée alors que l’eau du fond du vase est particulièrement salée. Il comprend alors que le sel est expulsé des glaçons. Les jours suivants, le gel s’intensifie et Mann poursuit ses expériences avec ténacité. Il prend l’eau du fond du vase, très salée et, alors que la température approche de -13°C, arrive à la faire geler. En surface, il remarque une couche de sel.

11Le baleinier anglais, William Scoresby (1789-1857) est un scientifique ainsi qu’un explorateur polaire. Il fait des études de philosophie naturelle tout en naviguant sur le baleinier de son père. Il observe la formation de la glace de mer, l’arrivée des premiers cristaux à la surface qui calment la mer, puis forment des plaques qui s’entrechoquent, se brisent, se ressoudent et peu à peu croissent. Il est surement l'un des premiers explorateurs à clairement distinguer la glace de mer, qui se forme sur la mer, la glace d’eau douce et celle des « montagnes de glace », désignant à l’époque les icebergs. Il ne comprend pas encore que cette dernière est formée à partir des couches successives de neige sur les glaciers. Il pense que la neige tombée sur les glaces de mer pendant l’hiver fond l’été, se transforme en glace et, de saison en saison, s’accumule en hauteur. Il estime ainsi l’âge de ces montagnes de glace à plusieurs siècles. Il ne peut donc pas comprendre pourquoi elles sont systématiquement plus petites vers le Spitzberg que vers le Groenland. Pour lui, il est clair que la mer gèle dès que les températures sont suffisamment basses pour cela. Il écrit un long mémoire sur le sujet (Scoresby, 1817) qu’il envoie à diverses académies. En France, son mémoire est confié à François Arago qui le traduit et en fait un long résumé publié dans l’Annuaire du Bureau des Longitudes puis dans ses œuvres complètes (Arago, 1858). Arago introduit l’explorateur à l’Académie, qui l’élit correspondant en janvier 1827.

12Le mythe de la mer libre, bien qu’ébranlé par ces expériences, n’en faiblit pas pour autant.

… à la découverte de la mer libre

13L’explorateur anglais John Franklin (1786-1847) part en 1845 à la recherche du passage du Nord-Ouest. Après deux années sans aucune nouvelle de l’expédition, l’opinion publique s’inquiète. Sa femme promet une très forte récompense à qui apportera des nouvelles de l’expédition. Une quarantaine de navires de tous pays suivent en vain la route du marin anglais. La majorité des journaux de l’époque couvre l’histoire et publie des récits de voyages ou des journaux de bord. Le public est enthousiaste et suit avec passion le déroulement de ces recherches.

14C’est alors qu’en 1851, August Petermann (1822-1878), géographe allemand spécialiste de l’Afrique comprend comment a disparu l’expédition de Franklin. Celui-ci a malencontreusement traversé l’infranchissable barrière de glace et vogue depuis dans les eaux tempérées de la mer libre (Felsch, 2013). Il ne risque donc rien, la navigation est tranquille, il peut se nourrir de poissons ou des milliers d’oiseaux qui fréquentent les lieux. Petermann cartographie les courants connus de l’Arctique et argumente que le Gulf Stream est bloqué à la belle saison par les glaçons charriés par la mer et reprend son cours normal l’hiver. Il suggère donc d’attendre l’hiver afin que le fleuve réchauffe l’Arctique pour partir à la recherche de Franklin. Contre toute attente, cette assertion insensée eut un succès extravagant. Toute l’Europe et l’Amérique partent dorénavant à la recherche de l’expédition de Franklin en espérant être les premiers à découvrir la mer libre. Le Bulletin de la société de géographie publie dès 1852 plusieurs articles desquels il ressort clairement que Franklin n’a pas fait naufrage et que la mer polaire est navigable même à très haute latitude. Roquette (1852) y écrit que le capitaine Inglefied, parti dès 1851 à la recherche de Franklin dans la mer libre, pense l’avoir découverte. La presse reprend ces affirmations et en publie plusieurs brèves.

15La France envoie le lieutenant de la marine impériale, Joseph-René Bellot (1826-1853). Il parcourt des centaines de kilomètres, hiverne pendant onze mois et meurt après une chute dans une crevasse. Il laisse son journal qui sera publié en 1854 (Bellot, 1854). Cette disparition inspire les écrivains. Jules Verne (1828-1905) commence à l’époque à écrire quelques nouvelles. Il est très marqué par le récit de Bellot et écrit son premier livre, Un hivernage dans les glaces (Verne, 1855). Il consacrera un chapitre complet des Aventures du capitaine Hatteras (Verne, 1866) à la mort du lieutenant.

16A sa suite, l’américain Elisha Kane (1820-1857) part officiellement à la recherche de Franklin avec le bon espoir d’être le premier à découvrir cette mer libre. Il longe le Groenland et constate un froid incommensurable (Kane, 1856). Même le mercure de son thermomètre gèle. Son bateau se trouve bloqué devant une infranchissable barrière de glace qu’il arrive cependant à franchir au prix de maints efforts. Le mercure dégèle alors, la température remonte, la neige fond sur les rochers. Des milliers d’oiseaux : eiders, oies de Bent, canards royaux, pétrels arctiques volent dans tous les sens. Il consigne prudemment dans son journal : « Il est impossible de ne pas être frappé par la probabilité d’un climat plus doux vers le Nord ». Un marin prend une barque, navigue sur cette mer et en certifie l’existence. Seul, un esquimau de l’équipe n’a rien vu. Il faut dire que le brouillard est épais…

17L’américain Issac Hayes (1832-1881), docteur de la marine américaine, avait participé à l’expédition de Kane et s’était laissé convaincre de l’existence de cette mer polaire. Dès 1855, il tente de partir et doit attendre 1860 pour réunir les fonds nécessaires. Les marins se font prendre par les glaces, hivernent et partent au début du printemps suivant avec des traineaux, des vivres, des chiens… et un bateau en fer de plus de sept mètres de long, pour pouvoir naviguer dans la mer libre (Hayes, 1868). Après 46 jours de marche sur les côtes du Groenland, ils ne sont plus que deux, exténués, à bout de force et leurs chiens mourants. Le 19 mai 1861, ils aperçoivent au loin une tâche sombre, puis une bande de bleu « noirâtre ». « Tout me le démontrait, j’avais atteint les rivages du bassin polaire » écrit-il. Ils rentrent en Amérique en juillet 1861… en pleine Guerre de Sécession. L’exploit ne sera pas applaudi comme espéré.

18Le français Gustave Lambert (1824-1871) est un mathématicien hydrographe. En 1865, il embarque sur un baleinier en direction de l’océan Arctique et est fasciné par les glaces. Il est convaincu de l’existence de la mer libre et, à son retour, soutenu par la Société de géographie, organise un comité de pilotage qui rassemble les plus grands noms de géographes et scientifiques : Quatrefages, Sainte-Claire Deville, de Beaumont, Faye, Malte-Brun, des sociétés savantes tels l’Institut de France ou le Bureau des longitudes. Il est aussi soutenu par des hommes politiques, à commencer par l’empereur qui contribuera pour une somme non négligeable à l’expédition (Comettant, 1868). Il fait de nombreuses conférences dans lesquelles il proclame : « Vous avez tous lu ces livres charmants dus à la plume de notre aimable et ingénieux collègue, M. Jules Verne, livres où grands et petits se surprennent à être captivés par d’attrayants récits ». En juin 1869, les aéronautes Gaston Tissandier et Wilfrid de Fonvielle organisent sur le Champs-de-Mars une ascension sur le ballon « Pôle Nord » au profit de Lambert. Toutes les chances sont de son côté lorsqu’il se fait tuer d’une balle prussienne à la bataille de Buzenval en 1871. Son disciple Pavy n’aura pas plus de chance, il mit longtemps à trouver une expédition qui l’accepte et mourra très jeune dans des conditions étranges.

19En 1876, l’anglais George Nares (1831-1915) veut lui aussi découvrir la mer libre. Il part avec des traineaux et deux barques, qui le ralentissent considérablement, pour naviguer sur cette fameuse mer. Hélas, très vite ses hommes attrapent le scorbut et, exténués, abandonnent la tentative. Il sera hué à son retour en Angleterre. Auguste Petermann se bat pour trouver les fonds nécessaires au voyage et, déprimé, se tire une balle dans la tête en 1878.

20Le débat sur la mer libre est relancé, explorateurs, journalistes, scientifiques s’animent pour trouver des arguments pour ou contre son existence. La réponse est capitale à qui veut atteindre le pôle en premier. Car comment y accéder ? En traineau ou en barque ? Français et Allemands, entre autres, sont convaincus qu’il faut partir avec une barque pour naviguer sur la mer libre. Pourtant, deux Américains seulement ont eu la chance de la voir... Les autres tentatives restent sans succès.

Les explications : la mer gèle mais pas au pôle

21Dans le courant des premières décennies du XIXe siècle, il est incontestable que la mer, même salée et souvent agitée, peut geler… Pourtant, l’existence de la mer libre du pôle est maintenant une certitude. Par ailleurs, tous les témoins affirment que la température remonte vers le pôle et que des milliers d’oiseaux volent vers le Nord. Il s’agit donc de trouver les raisons qui puissent expliquer cette anomalie climatique.

22La première raison qui vient à l’esprit est l’insolation permanente du soleil au pôle durant l’été, mentionnée pour la première fois par le français Tyssot de Patot (1720). L’anglais Edmund Halley et le français d’Alembert en furent les premiers partisans. D’Alembert, nous l’avons déjà dit, trouve une chaleur estivale suffisante pour empêcher les glaces de se former. Au début du XIXe siècle, le naturaliste et géographe allemand Alexander von Humboldt (1769-1859) montre que les isothermes de la Terre ne suivent pas les lignes de même latitude et que le pôle du froid n’est pas au pôle géographique (Humboldt, 1813). Le physicien écossais David Brewster (1781-1868) confirme la forme des isothermes de Humboldt à partir des données de températures de Scoresby et en déduit que la température au pôle est supérieure de 5°C à celle des régions environnantes (Brewster, 1832). La découverte de la mer libre relance cette hypothèse défendue ardemment par les Italiens et les Français.

23L’italien Giovanni Plana (1781-1864) reprend le calcul de d’Alembert sans, semble-t-il, le connaître (Plana, 1864). Il confirme que la température augmente vers les pôles et démontre « d’une manière incontestable » que « la mer qui inonde le pôle boréal doit être libre de glace pendant plusieurs mois de l’année ». L’explorateur Gustave Lambert est, nous l’avons dit, mathématicien. Il fait des « calculs énormes et inextricables » (Lambert, 1867), indépendamment de d’Alembert et de Plana, et confirme leurs résultats.

24Le nouveau Dictionnaire de la langue française de Pierre Larousse explique en 1866, à l’article « Arctique », que l’été commence au mois de juillet et finit au mois d’août et avance que « pendant quelques semaines un soleil brûlant liquéfie les amas de neiges et de glaces qui couvraient la surface du sol et l’océan se dégage à son tour de son enveloppe solide, qui craque avec des bruits épouvantables… ». Cette hypothèse est aussi retenue par le géographe Elisée Reclus (1830-1905) pour qui le climat des deux pôles est relativement doux et cite le calcul original de d’Alembert (Reclus, 1868).

25Une autre hypothèse est avancée : ce serait la branche du Gulf Stream qui part vers le Nord. Depuis quelques décennies, on se doutait du rôle des courants sur le climat. L’américain Matthew Fontaine Maury compile les récits des marins, le temps de voyage d’une côte à l’autre, le trajet des épaves… et reconstitue la route des principaux courants. Il parle de fleuves et de rives (Maury, 1855). Il constate que ceux-ci gardent leur chaleur initiale et réchauffent leur voisinage. Il en déduit alors que la branche Nord du Gulf Stream passe sous la ceinture de glace et ressurgit au pôle, créant la mer libre. Maury devient l’un des plus ardents défenseurs de celle-ci et apporte une forte caution scientifique : la marée observée par Kane au bord de la mer libre suggère que celle-ci est étendue. Il y a bien un courant en profondeur puisque des icebergs remontent à contre-courant vers le Nord…

26Cette hypothèse a la faveur des scientifiques qui, tous, apportent un argument (Mangin (1864), Julien (1859), Marié-Davy, Malte-Brun…). Charles Grad est probablement le scientifique français le plus excité par cette hypothèse. Il reconstitue le trajet du fleuve à partir des observations des températures de profondeur (Grad, 1871) et forge l’expression « courants de compensation » (Grad, 1873). Au cours du siècle, d’autres arguments sont avancés pour justifier la mer libre de glace. La dérive attestée des bateaux pris par la glace suggère la présence d’eau libre : il est difficile d’imaginer un bloc de glace dériver. Les vents qui viennent de terre sont plus froids que ceux du pôle, il fait plus froid sur le continent qu’au pôle. Enfin, les Esquimaux rencontrés assurent l’existence d’une imposante mer libre de glace (Gay, 1873).

27L’hypothèse séduit au-delà du monde scientifique. Le « fleuve » s’en va « consoler le pôle et y créer la mer tiède que l’on vient de découvrir » résume Michelet (1861). « Le Gulf Stream a pour fonction de réchauffer le pôle » lui répond Victor Hugo (1866) dans Les travailleurs de la mer.

28Les détracteurs de la mer libre sont rares. On peut citer Wilfrid de Fonvielle (1873) qui argumente sur les conséquences qu’aurait la douceur polaire sur le climat terrestre et, surtout, qui remarque que la calotte de Mars ne montre pas de fonte en son centre en plein été. Il nomme Petermann le « Strabon de Gotha » et affirme qu’il cherche surtout à créer un « Sedan scientifique ».

L’engouement populaire pour la mer libre

29Goguettiers, poètes, journalistes, écrivains et scientifiques déclinent le thème à l’envi. Dès 1855, Gustave Nadaud chante « Si la Garonne avait voulu, lanterlu », chanson dans laquelle la Garonne, « si elle l’avait voulu, aurait été réchauffer le pôle ». José Maria de Hérédia dans le poème Plus Ultra écrit :

« Mais plus loin que la neige et que les tourbillons

Du Ström et que l‘horreur des Spitzbergs infertiles

Le pôle bat d’un flot tiède et libre des îles

Où nul marin n'a pu hisser ses pavillons. »

30La majorité des journaux suivent la découverte de la mer libre, dont l’existence est « un fait établi d’une manière absolument indéniable », comme l’écrit le géographe Vivien de Saint-Martin (1867). Certains journalistes parlent de la Méditerranée Arctique (Laugel, 1859). Les journaux insistent sur les conséquences. Elie Margollé (1860) explique les nombreuses raisons pour croire en une vaste étendue d’eau libre entourant le pôle et pense qu’elle abrite « un nouveau foyer de vie animale et végétale ».

31Les écrivains font parfois juste une allusion, « Vous n’ignorez pas que l’on croit aujourd’hui à l’existence d’une mer libre au pôle Nord. Les voyageurs qui ont pu en approcher y ont vu flotter des brumes et voler des oiseaux, indices certains d’une masse d’eau dégagée des glaces, et jouissant par conséquent d’une température supportable » (Sand, 1864). Plusieurs dizaines d’écrivains consacrent un roman complet au sujet. Parmi ceux-ci, Jules Verne représente le corpus le plus intéressant puisqu’il écrit des romans polaires sur plus de 40 ans et suit l’évolution des hypothèses sur la mer libre. Le capitaine Hatteras part ouvertement à la recherche de la mer libre (Verne, 1866). La douceur du climat polaire est argumentée alors par la forme des isothermes de Humboldt. Cinq ans plus tard, dans Vingt mille lieues sous les mers (Verne, 1871), il explique que le Gulf Stream qui transporte la chaleur va « au-delà du Spitzberg former la mer libre du pôle ». Il faut dire que le capitaine Nemo possède dans la bibliothèque du Nautilus le livre de Petermann mais aussi celui de Maury. Les héros d’Au pays des fourrures (Verne, 1873), embarqués par mégarde sur un iceberg dérivant, font attention de ne pas se faire prendre par le courant qui les conduirait au pôle.

32Le Gulf Stream partant vers le Nord est le fil conducteur des Aventures de Saturnin Farandoul (Robida, 1879). Saturnin, on le sait, fait des voyages « très extraordinaires » dans tous les pays connus « et même inconnus de M. Jules Verne ». Il emprunte un navire-chaloupe pour atteindre la mer libre afin de voler au-dessus des glaces et naviguer dans cette mer. Mais hélas, une fois de plus, il s’est fait devancer par un héros de Jules Verne : le capitaine Hatteras est là et vit du pillage des galions espagnols coulés au XVIIe siècle et transportés depuis par le Gulf Stream jusqu’au pôle. La température au pôle est douce mais Farandoul comprend qu’Hatteras a enflammé des puits de naphte pour se réchauffer. Robida doute-t-il de la douceur polaire ?

33En effet, autour des années 1880, le mythe s’étiole doucement. On lit dans la nécrologie de Hayes publiée dans L’Année géographique en 1881 qu’il ne put « découvrir cette prétendue mer libre autour du pôle, qui n’a jamais été qu’une illusion ». Mais le mythe ne meurt pas. Madame Gustave Demoulin écrit des saynètes pour les enfants. Dans Une école où l’on s’amuse (Demoulin, 1889), on apprend l’histoire d’un vendeur d’éponges qui a fait fortune. Hélas, il est malade. Il doit vivre dans un climat doux et constant et consulte pour cela tous les plus grands géographes. L’un d’entre eux lui conseille de s’installer au pôle Arctique. C’est ainsi que les enfants des années 1880 continuent de croire à la mer libre du pôle ; d’autant plus qu’ils liront, 14 ans plus tard, dans le dictionnaire Le Bouillet, que la mer glaciale arctique est une « mer libre entourée d’une barrière de glace ».

34Le thème continue d’inspirer les écrivains qui prennent plus de liberté dans les explications. Pierre Maël (1893) place au pôle une île où règne une température printanière à cause de la présence du pôle magnétique, de l’électricité et de la force centrifuge due à la rotation de la Terre. L’écrivain aérostier Léo Dex (1901) se joue du suspens : les héros découvrent enfin la mer libre, prennent un ballon pour la survoler et s’aperçoivent que ce n’est qu’une petite mare…

Doit-on parler d’un mythe ou d’une rumeur ?

35Pierre Grimal (2008) oppose le logos, le raisonnement, au mythos, le mythe. Autant le premier renferme tout ce qui est rationnel et démontrable, autant le second comporte « tout ce qui s'adresse à l'imagination, tout ce qui n'est pas susceptible de vérification, mais porte sa vérité en soi-même, dans sa vraisemblance, ou, ce qui revient au même, la force de persuasion que lui confère sa beauté ». En ce sens, la mer libre de glace peut être qualifiée de mythe. Ses fondements ancestraux, tirant souvent sur le merveilleux incite aussi à parler de mythe.

36Une rumeur est une nouvelle, à prétention de vérité et dont l’origine est incertaine, qui se répand largement dans le public. La mer polaire libre de glace a une origine incertaine et s’est répandue largement dans le public, ce n’est pas pour autant une rumeur au sens habituel. Regardons plus en détails ce qu’il en est exactement.

37Il est clair que, jusqu’à la découverte de la mer libre, il ne s’agit pas d’une rumeur. Il s’agit tout simplement d’une erreur scientifique que l’on peut comprendre. On peut entendre l’argument de Buffon : la mer agitée et salée ne peut pas geler. On peut aussi comprendre que l’importance de la marée sur les glaces est expliquée par la présence d’une importante masse d’eau libre qui, elle, subit la marée et la transmet. De même, la dérive des bateaux pris par les glaces implique que celles-ci tournent sur elles-mêmes et un anneau de glace qui tourne est plus facile à concevoir qu’une masse compacte.

38Que dire de Petermann ? Il croyait fermement à son hypothèse, étayée de toutes les sources alors disponibles (Tammiksaar et al., 1999) ? au point de se battre ensuite pour avoir les fonds nécessaires pour partir aux pôles.

39Que dire des découvertes de Kane et de Hayes ? Est-ce qu’ils voulaient tellement être les premiers à découvrir cette mer libre, qu’ils ont cru la voir ? Ou ont-ils menti délibérément ? Difficile de se prononcer. Il ne faut pas oublier qu’à l’époque, sans moyen de positionnement, une erreur est vite arrivée et, sans lunette appropriée, les explorateurs avaient des ophtalmies terribles. Les conditions atmosphériques créent des mirages comme dans le désert. Nous avons vu aussi le rôle de ces polynies, ces vastes étendues d’eau libre dans la glace qui peuvent faire penser que l’on navigue sur une mer libre de glace. Ensuite, une fois découverte la mer libre, alors que Scoresby et Mann ont montré que la mer peut geler, l’attitude des scientifiques est surprenante puisqu’ils vont trouver des arguments pour expliquer que, même si la mer peut geler, elle ne gèle pas au pôle. Pourtant Arago, qui meurt quelques années avant la découverte de la mer libre et n’eut donc pas à se prononcer sur le sujet, avait proposé des estimations de la température du pôle (Arago, 1825). En supposant qu’une mer se trouve aux pôles et en extrapolant les mesures des marins, ou en supposant qu’une terre s’y trouve et en extrapolant les mesures des explorateurs, il trouve entre -32°C et -18° C et propose -25°C, la valeur intermédiaire comme référence. Cette valeur n’est pas incompatible avec la présence du Gulf Stream qui réchaufferait le voisinage du pôle mais l’est avec l’existence d’une mer qui ne gèlerait pas.

40Cependant, une explication pour l’engouement des scientifiques peut être avancée. En effet, ceux-ci, nous l’avons dit, prennent parti pour le rôle du Gulf Stream. La météorologie est alors une science naissante et de nombreux phénomènes restent à expliquer. Or, si ce courant peut réchauffer le pôle, alors celui de « compensation » comme l’a nommé Grad, peut refroidir l’Europe du Nord. Ainsi Joseph Fournet explique le grand froid de 1861 par les débâcles d’icebergs (Fournet, 1862). Le responsable de la météorologie à l’Observatoire de Paris, Marié-Davy, lui, explique le froid de l’hiver 1870-1871 par le courant polaire (Marié-Davy, 1871), et avance l’idée que le suivi des icebergs peut aider à la prévision du temps. A la fin du XIXe siècle, on envisagera même de contrôler le climat européen en détruisant la glace « avec des projectiles appropriés » (Vallat, 1899). Par ailleurs, encore au XIXe siècle, certains phénomènes polaires particuliers peuvent être expliqués par la présence d’une mer libre. Ainsi, à l’époque de la préparation de l’expédition de Lambert, le Bureau des longitudes discute des preuves que la mer polaire puisse en effet être libre de glace. L’amiral Mathieu affirme qu’à de hautes latitudes, on rencontre souvent des brumes qui accuseraient la présence de grands espaces où l'eau aurait une température plus élevée que celle que l'on rencontre habituellement dans les mers polaires (Procès-verbal de la séance du 28 février, 1866).

41L’engouement des contemporains est peut-être plus facile à comprendre. Les pôles sont l’un des derniers endroits à découvrir sur Terre et leur dimension mythique et merveilleuse facilite le rêve et la crédulité. Les histoires de ce héros qui, vaillamment, traverse la barrière de glace pour enfin être le premier à naviguer dans les eaux libres du pôle font rêver. Si, en plus, ce héros est de son pays, il fera encore plus rêver en ces temps de guerre.

42Ce mythe n’a pas non plus le caractère habituel d’une rumeur, en général négative et portée par la base. Les rumeurs n’accordent aussi qu’une place réduite au merveilleux (Ploux, 2001). Seuls 2 % des rumeurs renvoient à des désirs, précise Scharnitzky (2007) et sont limitées à des situations dans lesquelles les relations sociales sont bouleversées, ce qui est le cas ici, où la rumeur est véhiculée par les scientifiques et gens de lettres. L’auteur ajoute que ce ne sont pas les faits qui construisent la rumeur mais les croyances a priori, ce qui est aussi le cas ici puisque le mythe repose sur des bases ancestrales et des témoignages de témoignages au contenu invérifiable. N’oublions pas non plus la course « patriotique » aux pôles. Y arriver le premier assure la gloire à son pays. Pour ceux qui ne croient pas en la mer libre, faire propager cette « rumeur » est un moyen d’arriver au pôle en premier. Ceux qui sont partis sur la glace en tirant un radeau ou une barque se sont épuisés bien avant d’arriver au pôle. Quant à ceux partis en ballon, ils ne sont jamais allés très loin. Ainsi, Fonvielle (1873) affirme que Petermann ne souhaite que freiner les Anglais et créer un nouveau « Sedan scientifique ».

43De même, le mode de propagation de ce mythe est identique à celui des rumeurs. Au XVIIIe siècle, les preuves de l’existence de cette mer sont souvent de seconde main. Bergeron (1735) et Engel (1765) basent leur argumentation sur les dires d’un marin qui a rencontré un marin qui aurait vu… Buffon et les encyclopédistes reprendront ces témoignages en preuve. Dans les années 1860, les journaux, les romans, voire les chansons populaires, se reprennent les idées à tour de rôle. Aussi, cette histoire résiste aux démentis, le faible nombre de détracteurs suggère peut-être qu’on ne leur a pas laissé la parole.

44Entre tous les mythes liés aux pôles depuis des siècles, les certitudes scientifiques, les explications rationnelles et la science de la météorologie ou du climat plutôt contre intuitive, n’ont pas ruiné le besoin de rêve, et l’attrait des pôles a donné à ce mythe une dimension considérable, mythe qui, par sa construction, son mode de propagation et sa résistance aux démentis, prend, au milieu XIXe siècle, l’apparence d’une rumeur.

Haut de page

Bibliographie

ARAGO F., 1825, Sur l’état thermométrique du globe, Notice scientifique, Annuaire du Bureau des Longitudes, p. 155-189.

ARAGO F., 1858, Sur les phénomènes qui accompagnent la congélation de l'eau de mer, in Œuvres complètes, tome 9, Paris, Gide éditeur, p. 613-619.

BELLOT J.-R., 1854, Journal d'un voyage aux mers polaires exécuté à la recherche de Sir John Franklin, en 1851 et 1852, précédé d'une Notice sur la vie et les travaux de l'auteur par M. Julien Lemer, Paris, Perrotin, 414 p.

BERGERON P., 1735, Introduction concernant les voyages et les nouvelles découvertes des principaux voyageurs, aux Voyages faits principalement en Asie dans les XIIe, XIIIe, XIVe et XVe siècles par Benjamin de Tudèle, Jean du Plan-Carpin, N. Ascelin, Guillaume de Rubruquis, Marc Paul Venitien, Haiton, Jean de Mandeville et Ambroise Contarini, La Haye, Jean Neaulme, 287 p.

BREWSTER D., 1832, Polar regions, The Edinburgh encyclopædia conducted by David Brewster, with the assistance of gentlemen eminent in science and literature, vol. 16.

BUFFON G.-L., 1749, Histoire naturelle, générale et particulière, avec la description du cabinet du Roy, Paris, Imprimerie Royale, Tome Premier, 639 p.

Bureau des longitudes, 1866, « Procès-verbal de la séance du 28 février 1866 », 1866-02-28, Les procès-verbaux du Bureau des longitudes, http://purl.oclc.org/net/bdl/items/show/10478

CASTRO X., 2000, Préface de Veer, Gerrit de, Prisonniers des glaces, Les expéditions de Willem Barentsz (1594-1597), 1598, Paris, Chandeigne, 256 p.

CERVANTÈS M., 1617, Les Travaux de Persilès et Sigismonde, Madrid, Juan de la Cuesta.

COMETTANT O., 1868, Gustave Lambert au Pôle Nord, ce qu'il y va faire, avec la liste complète de tous les comités de patronage et une carte des mers polaires, par Malte-Brun, Paris, E. Dentu, 18 p.

COTTE L., 1774, Traité de météorologie, Paris, Imprimerie Royale, 635 p.

CYRANO DE BERGERAC S., 1657, Histoire comique : les états et empires du Soleil, Paris, Garnier Frères, in Les œuvres diverses de Monsieur de Cyrano de Bergerac, Amsterdam, Jacques des Bordes, 1710.

DEMOULIN Mme G., 1889, Il Signor Spugnaiuolo à la recherche d’un paradis terrestre, Une école où l’on s’amuse, Paris, Hachette, p. 150-179.

DEX L., Sur la route du pôle, Voyages et aventures de l’aéronaute Gradnier, Tours, Alfred Mame et Fils, 1901.

ENGEL S., 1765, Mémoires et observations géographiques et critiques sur la situation des pays septentrionaux de l'Asie et de l'Amérique d'après les relations les plus récentes auxquelles on a joint un essai sur la route des Indes par le Nord et sur un commerce très vaste et très riche à établir dans la mer du Sud, Lausanne, Antoine Chapuis éditeur, 268 p.

FELSCH P., 2013, Comment August Petermann inventa le pôle Nord, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 275 p.

FONVIELLE W. de, 1873, Les expéditions allemandes et la conquête du pôle Nord, La Nature, 1, p 11-13.

FOURNET J., 1862, Détails sur les caractères de l’année 1861, Comptes rendus de l’Académie des sciences, 54, p. 816-821.

GAY J., 1873, La mer libre du pôle nord, Paris, Charles Douniol et Cie, 16 p.

GEORGELIN Y., HERBEAUX F., 2001, Pythéas, explorateur grec, Pour la Science, n° 288, p 46-53.

GRAD C., 1871, Sur l’extension du Gulfstream dans le Nord et sur la température des mers, Comptes Rendus de l’Académie des sciences, 73, p. 133-137.

GRAD C., 1873, Sur la limite des glaces dans l’océan Arctique, Comptes Rendus de l’Académie des sciences, 77, p. 1477-1478.

GRIMAL P., 2008, Récits et légendes de l'Olympe, Paris, Larousse, coll. « Dieux, mythes & Héros ».

HAYES I. J., 1868, La mer libre du pôle, voyage de découvertes dans les mers Arctiques exécuté en 1860-1861, traduit par Ferdinand de Lanoye, Paris, Librairie Hachette, 517 p.

HUGO V., 1866, Les travailleurs de la mer, Paris, A. Lacroix, Verboeckhoven, t. I, 197 p.

HUMBOLT A., 1813, Des lignes isothermes et de la distribution de la chaleur sur le globe, Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil. vol. 3, Paris, J. Klostermann fils, p. 462-602.

JULIEN F., 1859, Le Golfstrim et les révolutions de la mer, Revue Contemporaine, 43, p. 692-727.

KANE E. K., 1856, Arctic explorations, vol. II., Philadelphia, Childs & Peterson.

LAMBERT G., 1867, Lois de l’insolation, Comptes rendus de l’Académie des sciences (séances du 28 janvier 1867), p. 156-161.

LAMBERT G., 1868, L’expédition au pôle Nord, Bulletin de la société de géographie (Assemblée générale du 20 décembre 1867), p. 1-134.

LAUGEL A., 1859, Etudes scientifiques : le pôle Nord et les découvertes arctiques, le pôle austral et les expéditions antarctiques, Paris, librairie Hachette, 134 p.

MAËL P, 1895, Une Française au pôle Nord, Paris, Hachette 354 p.

MALAURIE J., 1987, Le mythe du Pôle Nord : les Hyperboréens, Apollon, la licorne de mer et l'Etoile polaire, in Pôle Nord 1983, actes du Xe colloque international du Centre d’Etudes Arctiques, p. 115-122. (Consultable sur http://transpolair.free.fr/routes_polaires/mythe.htm).

MANGIN A., 1864, Les mystères de l'océan, Tours, Alfred Mame et fils Editeur, 398 p.

MANN T. A., 1778, Mémoire sur la congélation de l'eau de mer, déduit d'une suite d'expériences faites sur ce sujet, Mémoire de l'Académie impériale et royale des sciences et belles-lettres de Bruxelles, Tome I, p 235-329.

MARGOLLÉ E., 1860, Exploration des régions polaires, L’ami des Sciences, Tome 6, p 450-453.

MARIE-DAVY H., 1871, Note sur l‘hiver de 1870-1871, Comptes rendus de l’Académie des sciences, 72, 629-638.

MAURY M., 1855, The physical Geography of the sea, Harper & Brothers, 274 p.

MICHELET J, 1860, La mer des pôles, Paris, Michel Levy, livre III, chap IV.

PLANA G., 1864, Mémoire sur la loi de refroidissement des corps sphériques et sur l’expression de la chaleur solaire dans les latitudes circumpolaires de la Terre, Comptes rendus de l’Académie des sciences, 53, p. 181-183.

PLOUX F., 2001, « Bruits alarmants » et « fausses nouvelles » dans la France du XIXe siècle (1814-1870), Hypothèses n° 4, p. 303-314.

RECLUS E., 1868, La Terre. Description des phénomènes de la vie du globe, Paris, Hachette tome 2, 771 p.

ROBIDA A., 1879, Voyages très extraordinaires de Saturnin Farandoul, dans les 5 ou 6 parties du monde et dans tous les pays connus et même inconnus de M. Jules Verne (texte et dessin de Robida), Paris, Librairie illustrée, 808 p.

ROQUETTE D. de La, 1852, Voyage du capitaine Inglefield, de la marine royale britannique, à la recherche de sir John Franklin et observations de M. Augustus Pertermann, Bulletin de la société de géographie, p 541-549.

SAND G., 1864, Laura, voyage dans le cristal, Paris, Michel Levy frères, 349 p.

SCHARNITZKY P., 2007, La fonction sociale de la rumeur, Migrations Société, 109, p 35-48.

SCORESBY W., 1817, Sur la glace polaire, Annales de Chimie et de Physique par MM Gay-Lussac et Arago, Tome 5, p. 59-84.

SIMON T., 1982, Sur la formation et l'évolution des polynies arctiques (archipel canadien et Groenland), Norois, n° 116, pp. 585-598.

TAMMIKSAAR, SUKHOVA and STONE, 1999, Hypothesis versus Facts: August Petermann and Polar Research, Arctic, vol 52, n° 3.

TYSSOT DE PATOT S., 1720, La vie, les aventures et le voyage de Groenland du Révérend Père cordelier Pierre de Mesange avec une relation bien circonstanciée de l’origine, de l’histoire, des mœurs et du paradis des habitants du pôle Arctique, Amsterdam, Etienne Roger.

VALLAT G., 1899, Le héros des glaces, Paris, Librairie d’éducation de la jeunesse, Librairie Félix Juven, 156 p.

VERNE J., 1855, Un hivernage dans les glaces, Paris, Hetzel.

VERNE J., 1866, Les aventures du Capitaine Hatteras, Paris, Hetzel.

VERNE J., 1871, Vingt mille lieues sous les mers, Paris, Hetzel.

VERNE J., 1873, Au pays des fourrures, Paris, Hetzel.

VIVIEN DE SAINT-MARTIN L., 1867, La tentative polaire du docteur Hayes, L’année géographique, p 406-413.

ZENO A., 1558, Dello scoprimento dell isole Frislanda, Eslanda, Engrouelanda, Estotilanda e Icaria fatto stto il Polo arctico, da’ due fratelli Zeni, Venise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Rémy, « Une mer libre de glace au Pôle Nord : mythe, rumeur ou réalité ?  », Géocarrefour [En ligne], 93/1 | 2019, mis en ligne le 19 décembre 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/13130 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.13130

Haut de page

Auteur

Frédérique Rémy

Directrice de recherche CNRS Legos/Observatoire Midi-Pyrénées remy.omp@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals