Navigation – Plan du site
Articles

Entre la rumeur et l’alerte environnementales : la parole des opposants face aux impacts environnementaux des énergies marines renouvelables sur la façade atlantique française

Between the environmental rumour and the environmental alert : the opponents' position against the environmental impacts of marine renewable energies on the French Atlantic coast
Annaig Oiry

Résumés

En France, la filière des énergies marines renouvelables s’est structurée à partir du Grenelle de la mer en 2009. Dès les premiers appels d’offres du secteur de l’éolien en mer, plusieurs catégories d’acteurs ont exprimé des inquiétudes à propos des potentiels impacts environnementaux des projets sur les fonds marins et la biodiversité. L’article tentera de qualifier la parole des opposants sur ces impacts et de voir comment elle est construite : fonctionne-t-elle comme une rumeur inexacte et exagérée ou comme une alerte environnementale scientifiquement étayée ? Quelles sont les contre-offensives menées par les porteurs de projets face aux rumeurs et alertes ? Les modalités de construction de l’expertise scientifique sur le milieu marin seront questionnées, ce qui permettra d’interroger les dimensions politiques et épistémologiques de la fabrication de l’information environnementale. Deux projets de parcs éoliens en mer seront étudiés, au large de Saint-Nazaire et en baie de Saint-Brieuc, selon une méthodologie qualitative (entretiens, étude des enquêtes publiques, des archives des débats publics et des documents édités par les opposants).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette étude est issue d’un travail de thèse soutenu en décembre 2017 sur le développement des énerg (...)

1La question des impacts environnementaux des projets d’énergies marines met le processus de transition énergétique à l’épreuve. Deux logiques de protection environnementale s’affrontent à différentes échelles, entre des enjeux environnementaux globaux (mener une transition énergétique pour lutter contre les changements climatiques) et des enjeux environnementaux locaux (protéger les fonds marins et la biodiversité marine). La littérature anglo-saxonne qualifie cette situation d’opposition par l’expression « green on green » (Warren et al., 2005) : des intérêts environnementaux s’affrontent, des impératifs environnementaux globaux se heurtent à des désirs d’environnement local1.

2Lors des débats sur les projets d’énergies marines qui ont été lancés en France à partir du Grenelle de la mer en juillet 2009, les enjeux écologiques émergent. Adeline Bas et al. ont ainsi montré que plusieurs catégories d’acteurs exprimaient des inquiétudes à propos des possibles impacts environnementaux des projets lors des débats publics du premier appel d’offres de l’éolien offshore en 2013 (Bas et al., 2016) : associations environnementales, usagers du milieu marin, acteurs de la pêche, élus, citoyens. Dans son cahier d’acteurs rédigé dans le cadre du débat public tenu en 2013, l’association Gardez les Caps, constituée essentiellement de résidents secondaires, critique ainsi vertement l’impact environnemental du projet : « Des fonds marins raclés, creusés, bétonnés. Durant quatre années, installer 100 éoliennes, une sous-station, des câbles les reliant, sera dévastateur : des milliers de m3 de sable, de gravier et de roches extraits, remplacés par l’injection de béton, 400 puits, 150 km de tranchées, les ondes sonores, la qualité de l’eau altérée par la turbidité, souillée par les rejets, les sédiments déplacés, les vases amenées au rivage (…). Aucune étude scientifique globale n’a été menée sur les conséquences réelles dans le temps d’un tel chantier, ni sur son exploitation » (Gardez les Caps, 2013). À lire ces propos, le projet de parc éolien en mer serait une catastrophe environnementale pour la baie de Saint-Brieuc, à la fois sur la géologie des fonds marins, sur la biodiversité marine et sur la qualité de l’eau. Au contraire, les groupes industriels responsables des projets tentent de minimiser ses impacts. Selon eux, les projets éoliens réalisés en mer n’ont que peu de conséquences sur un milieu marin qu’ils jugent largement résilient.

3La question des impacts écologiques des projets EMR (Inger et al., 2009 ; Boelhert et Gill, 2010) et de leur perception par les acteurs du territoire (Wolsink, 2013 ; Kermagoret, 2014 ; Bas et al., 2016) a été traitée à plusieurs reprises par la littérature scientifique mais sans que le statut du discours des opposants qui critiquent les impacts environnementaux soit réellement posé. S’agit-il d’une rumeur, au sens d’une « information inexacte ou exagérée qui se déforme à mesure qu’elle est transmise » (Scharnitzky, 2007) ? Est-on dans le registre de la rumeur, ce qui reviendrait à dire que les opposants véhiculent des informations fausses ? Les opposants sont-ils au contraire plutôt des lanceurs d’alerte, au sens où, ayant connaissance des risques liés à l’implantation des EMR, ils lanceraient une alerte environnementale en enclenchant un processus de controverse (Chateauraynaud et Torny, 1999) ? Sur quelles informations se basent-ils pour formuler un avis ? Enfin, quelles sont les contre-offensives des porteurs de projets : tentent-ils systématiquement de la décrédibiliser en la qualifiant de rumeur ou l’intègrent-ils dans le processus de conduite du projet ? Le but de cet article sera de confronter les discours des opposants et des porteurs de projets sur les impacts environnementaux des EMR et de voir quels jeux d’acteurs ils révèlent. L’analyse tentera de qualifier la parole des opposants et de voir comment elle se construit : fonctionne-t-elle comme une rumeur inexacte et exagérée ou comme une alerte environnementale scientifiquement étayée ?

4Le premier temps de l’article sera dédié à la confrontation du discours des opposants et de celui des porteurs de projets sur les impacts environnementaux des énergies marines renouvelables. Nous nous interrogerons ensuite sur les modalités de construction des discours sur les impacts environnementaux des opposants : fonctionnent-ils comme une pure stratégie contestataire ou appartiennent-ils au registre de la controverse scientifique ? Enfin, nous analyserons la réponse des porteurs de projets face aux rumeurs et alertes environnementales des opposants.

5Deux cas d’étude seront plus particulièrement traités : les deux projets de parcs éoliens en mer dans la baie de Saint-Brieuc au nord de la Bretagne et au large de Saint-Nazaire en Pays-de-la-Loire (figure 1), qui font partie du premier appel d’offres de l’éolien offshore en France lancé en 2011. Initialement prévus pour être mis en service en 2016, ils ne seront vraisemblablement pas exploités avant 2021 pour le parc de Saint-Nazaire ou 2023 pour celui de Saint-Brieuc. Leurs caractéristiques techniques sont similaires, tant sur le nombre d’éoliennes (62 pour Saint-Brieuc et 80 pour Saint-Nazaire), la puissance électrique prévue (500 et 480 MW) ou bien encore la distance des éoliennes à la côte (de l’ordre d’une dizaine de kilomètres). Les deux parcs se distinguent par contre par la nature des fonds marins sur lesquels ils s’implantent. Le parc éolien offshore au large de Saint-Nazaire sera implanté sur le Banc de Guérande, un plateau rocheux qui est particulièrement riche en biodiversité. Il s’agit en effet d’un relief calcaire, faillé, avec une présence de grottes au sein desquelles les crustacés et les poissons viennent se reproduire et les juvéniles chercher de la nourriture. Les fonds rocheux comportent près de trois fois plus d’espèces que celles des sédiments meubles (Bajjouk et al., 2010). En baie de Saint-Brieuc, les enjeux en termes de biodiversité marine sont moindres car le fond est sablo-vaseux et donc plus pauvre, mais l’espèce emblématique de la coquille Saint-Jacques attise les débats.

6

Figure 1 : Carte de localisation des cas d’études

Figure 1 : Carte de localisation des cas d’études

Source : Annaig Oiry, 2019

Confronter la rumeur des opposants aux études d’impacts environnementaux des porteurs de projets : quels impacts potentiels des projets d’énergies marines ?

Les impacts environnementaux des projets EMR mis en relief par les opposants : rumeur ou alerte environnementales ?

  • 2 Certains impacts environnementaux ne seront pas abordés dans cet article. Les infrastructures EMR p (...)

7Les opposants aux projets de parcs éoliens en mer, acteurs principaux des rumeurs, critiquent différents impacts environnementaux des projets : impacts sur la ressource halieutique, sur la biodiversité des fonds marins, sur les conditions bathymétriques, etc. Seuls quelques-uns de ces impacts seront ici analysés, ceux qui paraissent le plus significatif en termes de rumeurs et ceux qui permettent de montrer la diversité des catégories d’opposants2. Le terme d’« alerte » a été préféré à celui de « controverse », qui semble relever plus du champ scientifique que du champ militant sur lequel vient se pencher cette sous-partie. En outre, les débats sur les impacts environnementaux des infrastructures EMR ne sont pas nés dans l’univers scientifique, ils ont émergé au moment des débats publics des premiers projets de parcs éoliens en mer, au printemps 2013. Or, selon D. Raynaud, le débat doit prendre racine dans le « forum constitutif » des arènes scientifiques pour pouvoir être qualifié de « controverse scientifique » (Raynaud, 2003). Il n’empêche toutefois que les opposants se saisissent des études et problématiques scientifiques pour étayer leurs argumentaires.

8Des catégories d’acteurs très hétérogènes se positionnent sur cette question des impacts environnementaux (Bas et al., 2016 ; Oiry, 2017) : les associations environnementales, mais aussi les pêcheurs qui craignent les impacts sur la ressource halieutique, les collectifs de résidents secondaires (attachés à la question des paysages, du cadre de vie, du patrimoine naturel et de son potentiel touristique) ou encore les associations de loisirs (surf, voile, plongée sous-marine).

9Les paroles opposantes se focalisent tout d’abord sur les impacts en termes de biodiversité marine. Les pêcheurs expriment des craintes pour l’état de la ressource halieutique. Lors de la séance du débat public du 27 juin 2013 sur les usagers de la mer à propos du parc de Saint-Brieuc, le président du Comité départemental des pêches des Côtes d’Armor résumait ainsi les potentiels impacts : « ce projet aura des répercussions certaines sur l’environnement marin, surtout en phase de travaux, turbidité, diminution des réserves halieutiques, destruction de l’habitat marin, obstacle au mouvement des espèces, bruits sous-marins préjudiciables aux poissons et aux cétacés, modification des fonds marins et dépeuplement benthique » (Commission Particulière du Débat Public, verbatim du débat, p. 25). En baie de Saint-Brieuc, les débats s’exacerbent à propos de la coquille Saint-Jacques, un mollusque à très forte valeur ajoutée et donc déterminant pour les chiffres d’affaires des flottes de pêche. Le fuseau de raccordement du parc éolien traverse le gisement principal de coquilles, tandis que les éoliennes sont en partie implantées dans le gisement dit « du large » (moins productif que le gisement principal, non touché par le périmètre du parc). Forte est l’inquiétude qu’une partie de la ressource ne soit perdue, soit parce que les éoliennes ou le câble causeraient des nuisances, soit parce que la pêche serait interdite dans l’enceinte du parc.

10Certaines associations naturalistes, par exemple le Groupement d’Études des Cétacés du Cotentin (GECC), s’inquiètent quant à elles des impacts sur les mammifères marins. La principale perturbation est l’accroissement possible du volume sonore sous-marin lors de la phase de forage des fondations des éoliennes notamment. La phase de travaux serait particulièrement nocive car elle produirait sous l’eau du bruit et des vibrations. Cela s’avère problématique pour certains mammifères marins qui se déplacent et chassent en utilisant le son. On prendra pour exemple le cas des grands dauphins sédentaires de la baie de Saint-Brieuc, dont la population serait d’environ 450 individus selon le GECC. La zone la plus fréquentée par les dauphins, le plateau des Minquiers, situé entre le Cap Fréhel et l’île de Jersey, n’est pas à proximité immédiate de la zone retenue pour le parc et donc ne paraît pas impactée. Cependant, pour le GECC, la population va être affectée, notamment pendant la phase de travaux et principalement à cause du bruit et des vibrations produites pendant le chantier : « les animaux ici sont sédentaires, donc ils n'ont peut-être pas la même possibilité de déplacements que vont avoir les marsouins ou les phoques gris en mer du Nord (…). Les Minquiers c'est une zone où on a le plus d'observations des dauphins, et du coup si le chantier est vraiment bruyant, il y a des chances que les animaux soient obligés de quitter les Minquiers, mais est-ce qu'ils vont revenir après, ou est-ce que les animaux qui ne sont habitués à vivre et à se nourrir qu'aux Minquiers vont vraiment avoir la possibilité de s'installer ailleurs, ce n'est pas sûr » (entretien du 10/03/2015). Pour le GECC, la perturbation des mammifères marins due au chantier pourrait donc être durable.

11Les impacts environnementaux sur le milieu marin soulignés par les opposants de divers horizons sont pluriels (figure 2). Peut-on pourtant qualifier la parole des opposants de rumeur ? Selon la catégorie d’opposants considérée, la nature des arguments diffère. Les associations environnementales déploient un argumentaire étayé par des études scientifiques voire par leurs propres protocoles d’enquête sur les futurs lieux d’implantation des EMR. Cet argumentaire appartient au registre de l’alerte environnementale plus à qu’à celui de la rumeur : sont soulignés les risques environnementaux liés aux infrastructures EMR, mais les projets ne sont pas discrédités dans leur entièreté. Les pêcheurs possèdent quant à eux des connaissances pratiques liées à leurs fortes connaissances des milieux marins locaux : ils savent quelles espèces halieutiques sont présentes sur quelles zones. Ils ne formulent ni rumeurs ni alertes mais ils se placent davantage dans le registre de la vigilance, sans se lancer dans des exercices de prospective. En revanche, certains collectifs de résidents secondaires participent de la création de rumeurs environnementales. Non spécialisés sur la question des impacts environnementaux, mais plutôt polarisés sur les impacts paysagers des futurs parcs éoliens, ils font feu de tout bois pour parvenir à leurs fins : faire échouer les projets EMR. La figure 3 montre un exemple d’exagération des impacts environnementaux du parc éolien en mer de la baie de Saint-Brieuc. Le montage a été réalisé par l’association Gardez les Caps, qui se compose essentiellement de résidents secondaires. Si les chiffres donnés sont exacts car effectivement issus du dossier d’impacts du maître d’ouvrage Ailes Marines, leur interprétation est souvent sujette à cautions. L’expression de « hachoir à oiseaux » paraît ainsi largement exagérée. En ce qui concerne l’avifaune, différentes études issues des retours d’expérience des parcs éoliens offshore européens en fonctionnement rapportent la rareté des collisions des oiseaux avec les éoliennes. Deux rapports montrent par exemple que les oiseaux à proximité des parcs de Nysted et Horns Rev au Danemark évitent les parcs en modifiant leur trajectoire de vol (Petersen et al., 2006, p. 100). De même, une étude sur le parc d’Egmond Aan Zee aux Pays-Bas prouve que 98 % des oiseaux évitent de passer trop près des éoliennes (Krijgsveld et al., 2008). En outre, les impacts des champs électromagnétiques émis par les câbles sous-marins sur les poissons sont encore incertains. Un projet de recherche coordonné par l’université de Cranfield, en Angleterre, nommé COWRIE 2.0 EMF, a tenté de déterminer jusqu’à quel point les poissons peuvent être affectés par les champs magnétiques, en prenant pour base de réflexion le parc éolien offshore danois de Nysted. Plusieurs espèces ont été testées (aiguillat, petite roussette, raie bouclée) et exposées à des émissions de champs électromagnétiques. Les conclusions de l’étude parues en 2009 montrent que la ressource halieutique est sensible à ces champs mais que la réaction des poissons n’est ni prédictible ni toujours détectable (Gill et al., 2009). D’autres études sont nécessaires pour tenter de mesurer plus précisément les effets de ces champs sur le comportement des poissons. Les arguments de ce type de collectifs glissent donc vers la rumeur voire vers le registre des fake news : sans être des tentatives de désinformation caricaturale, ils fonctionnent toutefois sur le mode de l’exagération en s’engouffrant dans les brèches laissées par la forte incertitude qui pèse encore sur cette question des impacts environnementaux des parcs. Les retours d’expérience issus des parcs étrangers ont encore trop peu de recul pour être totalement valides. Les stratégies de communication des opposants sur les impacts environnementaux des projets EMR sont donc diverses : certaines se pensent comme des alertes environnementales, d’autres sur le mode de la vigilance, certaines enfin appartiennent à la catégorie des rumeurs environnementales.

12

Figure 2 : Diagramme récapitulatif des impacts environnementaux potentiels d’un parc éolien en mer soulignés par les opposants

Figure 2 : Diagramme récapitulatif des impacts environnementaux potentiels d’un parc éolien en mer soulignés par les opposants

Source : Annaig Oiry, 2019, d’après WPD, 2014

13

Figure 3. Exagérer les impacts environnementaux des projets EMR pour tenter de les faire échouer : le développement d’une rumeur environnementale par les collectifs de résidents secondaires

Figure 3. Exagérer les impacts environnementaux des projets EMR pour tenter de les faire échouer : le développement d’une rumeur environnementale par les collectifs de résidents secondaires

Source : Gardez les Caps

Les logiques spatiales de la diffusion des rumeurs environnementales

14Comment se diffusent les paroles opposantes sur les impacts environnementaux des projets EMR et selon quelles logiques spatiales ? Leur émergence date des débats publics du printemps 2013 qui ont fonctionné comme des chambres d’amplification des rumeurs : les acteurs de l’opposition se rencontrent, s’organisent, mettent en commun leurs arguments. Ensuite, les paroles se diffusent dans les communes qui seront à termes impactées par les projets EMR, soit d’un point de vue paysager, soit d’un point de vue socio-économique (crainte de pertes d’emplois dans les secteurs de la pêche ou du tourisme). La figure 4 fait état de quelques logiques spatiales de diffusion des rumeurs et alertes environnementales. Ces dernières se cristallisent surtout à l’est de la baie qui accueille la plupart des associations d’opposants. Cette diffusion différenciée s’explique notamment par la structure de l’emploi local. Dans les communes qui sont presque exclusivement dépendantes du tourisme et qui possèdent une fort part de résidences secondaires (Pléneuf, Erquy, Fréhel), la contestation est plus forte : les opposants craignent l’impact paysager des éoliennes et une potentielle baisse des prix de l’immobilier. Les touristes et résidents secondaires qui viennent profiter des aménités du littoral n’entendent pas voir leur horizon défiguré par les mâts des éoliennes. En outre, il convient de souligner que les rumeurs et alertes environnementales ne proviennent pas toutes de l’intérieur de la baie. Lors des débats publics interviennent également des acteurs extérieurs au territoire, GECC basé à Cherbourg.

Figure 4 : Quelles logiques spatiales de développement des alertes et rumeurs environnementales à propos du parc éolien en mer de la baie de Saint-Brieuc ?

Figure 4 : Quelles logiques spatiales de développement des alertes et rumeurs environnementales à propos du parc éolien en mer de la baie de Saint-Brieuc ?

Source : Annaig Oiry, 2019

Les impacts environnementaux vus par les porteurs de projets : une contestation systématique des rumeurs ?

15Quelle est la position des porteurs de projets par rapport aux arguments des opposants ? Reconnaissent-ils les impacts environnementaux potentiels des infrastructures EMR ou sont-ils dans la déconstruction systématique des rumeurs ? Par quels moyens, à partir de quelles études contestent-ils les rumeurs véhiculées par les opposants ? Plusieurs situations sont possibles : la rumeur peut être confirmée ou infirmée par les porteurs de projets.

  • 3 En France, la loi sur la protection de la nature du 10 juillet 1976 (n° 76-629) oblige à évaluer le (...)

16Les rumeurs environnementales véhiculées par les opposants sont souvent déconstruites par les porteurs de projets au moment de la structuration et de la rédaction des études d’impacts environnementaux (EIE). Des sous-traitants, qui sont essentiellement des bureaux d’étude privés, contractualisent avec le maître d’ouvrage pour réaliser ces études qui portent sur l’impact sur la faune et la flore marines, le milieu physique, les mammifères marins, les oiseaux, etc. En France, l’EIE comporte plusieurs volets : description du projet ; analyse de l’état initial du milieu affecté par le projet ; étude des effets du projet sur l’environnement ; mesures envisagées pour éviter, réduire, compenser les impacts négatifs du projet ; modalités de suivi de ces mesures et du suivi des effets sur l’environnement ; exposé des principales solutions de substitution ; « résumé non technique » de toutes ces informations3. L’EIE doit mettre en valeur la sensibilité environnementale de la zone susceptible d’être affectée par le projet. Si l’Autorité environnementale donne un avis sur l’EIE dans un délai de trois mois, la durée globale de l’instruction, pour traiter les dossiers de l’EIE, les incidences sur les zones Natura 2000, etc. est de deux ans au minimum. Cet avis est ensuite intégré par le maître d’ouvrage dans le dossier d’enquête publique.

  • 4 L’EIE complète du parc éolien en mer de Saint-Nazaire peut être consultée sur le site internet d’un (...)
  • 5 Cette question de la surface maritime dévolue aux projets EMR exacerbe les tensions. Le parc éolien (...)

17Pour les parcs éoliens en mer de Saint-Nazaire et de Saint-Brieuc, les EIE concluent que les impacts potentiels des infrastructures EMR sont nombreux, mais pas forcément substantiels, au moins dans la phase de fonctionnement4. L’impact sur le comportement des poissons est incertain selon les EIE des différents projets de parcs : l’écrasement ou la mortalité de certains individus sont possibles mais pour les espèces peu mobiles et sur des espaces peu étendus5. Les impacts sont jugés comme étant négligeables à moyens selon les espèces, leur stade de développement et leur répartition, sans que ces indicateurs ni les espèces les plus touchées ne soient précisés, ce qui donne une idée du flou qui entoure les estimations. En revanche, certains impacts positifs sont soulignés. Les fondations des éoliennes peuvent jouer le rôle d’un « effet récif » permettant l’accroissement de la biomasse marine (réserve de nourriture pour les poissons et leurs prédateurs, accroissement de la diversité des espèces). Les parcs éoliens offshore attireraient des poissons typiques des fonds rocheux et permettraient ainsi de créer de nouveaux habitats pour de nouvelles espèces. Cet « effet récif » est toutefois contesté par les opposants. Lors de la séance du 5 juin 2013 du débat public, un opposant au parc de la baie de Saint-Brieuc, appartenant à l’association Nouvel Essor d’Erquy et au collectif CAPE (Collectif des Associations environnementales des côtes de Penthièvre et d’Emeraude), cite une étude de 2008 de l’IFREMER : « les structures industrielles ne peuvent être assimilées à des récifs artificiels dès lors que les motivations premières du choix initial de leur localisation et de leur architecture répondent à d’autres critères que l’optimisation de la productivité de l’écosystème d’accueil » (Ifremer, 2008, p. 3 ; cité par verbatim du débat, p. 35). Les fondations des éoliennes offshore ne sont pas conçues pour améliorer l’écosystème en place, mais les conclusions sur l’effet récif dépendent des acteurs qui les rédigent. La polémique qui se développe à ce propos est caractéristique d’une controverse scientifique où plusieurs experts se disputent une vérité.

18Sur la question des dauphins et du volume sonore, l’impact de la phase de travaux est partiellement reconnu (mais est-il réellement et précisément connu ?). Selon l’EIE du parc éolien en mer de la baie de Saint-Brieuc, le battage des pieux des éoliennes, c’est-à-dire l’action de les enfoncer verticalement dans le sol, serait source d’un fort bruit lors de la phase de travaux. Les EIE mettent en évidence une prise de conscience de cet effet nocif potentiel et du problème que pose l’augmentation des émissions sonores. Elles soulignent les risques de blessure auditive ou de mortalité pendant la phase de travaux, essentiellement à proximité de l’atelier de battage, et le risque de brouillage des communications entre mammifères. En réponse au GECC, les représentants des bureaux d’études engagés par Ailes Marines pour réaliser l’EIE insistent en revanche sur le fait que le monde marin est loin d’être un monde du silence en temps normal. L’EIE fait état d’une perturbation temporaire des mammifères marins : « l’impact sur les mammifères marins en termes de blessure ou de dérangement est faible à fort (selon les espèces) en raison de leur fréquentation de la zone du programme de travaux. Néanmoins, cet impact sera temporaire et limité dans le temps à la phase de battage des pieux. La perte d’habitat provoquée par le dérangement du bruit sera elle aussi temporaire, et d’un niveau jugé faible à fort selon les espèces » (Ailes Marines et In Vivo, 2015, p. 52). Les positions du GECC et du consortium Ailes Marines entrent donc en conflit quant aux impacts du parc sur les mammifères marins : la rumeur est ici largement nuancée par les porteurs de projets. La question de la temporalité du déclenchement de la rumeur peut ici être posée : est-elle nuancée par l’EIE ou plutôt créée par ce document qui minimise l’effet du parc sur les mammifères marins ?

19L’EIE du projet éolien de Saint-Brieuc répond aux rumeurs environnementales véhiculées par les opposants par un jeu d’équilibriste : elles doivent à la fois montrer aux opposants qu’ils ont été entendus tout en gommant les rumeurs les plus virulentes et tout en soulignant les impacts positifs que pourront avoir les projets EMR sur le milieu marin. Que peut-on conclure lorsque l’on confronte les discours des opposants et le discours des porteurs de projets ? Il semble tout d’abord que certaines rumeurs lancées par les opposants peuvent être relativisées. Les infrastructures restent toutefois problématiques pour certaines espèces, notamment les mammifères marins. Il est difficile d’avoir une vision claire et définitive des impacts dans un contexte aussi incertain. Même si certaines espèces pourront réussir à s’adapter aux nouvelles conditions du milieu, c’est surtout la phase de travaux qui risque de perturber les peuplements benthiques, les mammifères marins et la ressource halieutique, en augmentant la turbidité de l’eau, en créant des panaches et en induisant une hausse du niveau sonore sous l’eau. Il reste que cette question des impacts est une question conflictuelle : sur la mesure et l’intensité des impacts s’affrontent les associations naturalistes, certaines associations de loisirs, les maîtres d’ouvrage et leurs prestataires. Les discours de ces parties prenantes tendent soit à minimiser les impacts, soit à les dramatiser, selon les intérêts et les points de vue. En toile de fond se dessinent des rapports différenciés aux connaissances construites sur le milieu marin et la biodiversité marine.

Les modalités de construction des discours sur les impacts environnementaux : stratégies d’acteurs ou controverses scientifiques ?

20Comment, avec quels protocoles scientifiques et quelles sources sont construits les discours sur les impacts environnementaux ? Cette question des impacts sur le milieu marin fait partie des registres d’arguments déployés par les opposants et les groupes industriels, les uns pour contester les projets, les autres pour les faire accepter. Le traitement des études environnementales peut donc fonctionner à la fois comme une stratégie contestataire aussi bien que comme une stratégie d’acceptabilité. Chacune des parties prenantes se réclame d’un certain champ de vérité scientifique et se revendique le titre d’expert.

La rumeur comme résultat de controverses entre acteurs

  • 6 Les laminaires sont des algues brunes qui constituent une sorte de forêt arbustive sous-marine de p (...)

21Le débat public a permis aux acteurs de la « nébuleuse écologiste » (Ollitrault, 2008) de développer une critique des protocoles des EIE. Les stratégies des associations environnementales ont été variables. Pour certaines associations, le débat public et les ateliers associés ont permis de venir contester les protocoles d’études engagés par les consortiums. Le GECC a estimé que le protocole d’étude mis en place par le bureau In Vivo pour les mammifères marins était inadapté, voire « malhonnête » selon les mots de son président. Le protocole excluait ainsi les principales zones de peuplement des grands dauphins au niveau du plateau des Minquiers : « On avait presque l'impression qu'ils allaient aux endroits où ils étaient sûrs de ne pas les voir. Et les Minquiers pour eux, ce que j'ai vu la dernière fois sur leurs résultats, ils n'en voyaient pas aux Minquiers alors que nous on y va, à chaque fois qu'on va aux Minquiers on voit des dauphins, ils y sont en continu. Et eux ils s'arrêtent juste pile à l'ouest des Minquiers, ils ne vont pas sur le plateau, il faut aller sur le plateau pour les voir » (entretien du 10/03/2015). De même, pour les laminaires6 du Banc de Guérande, le bureau d’études Bio-Littoral s'est opposé au bureau d'études TBM. Bio-Littoral et une association naturaliste locale, Estuaire Loire Vilaine, ont observé une grande diversité de laminaires en réalisant une plongée commune en 2011. Selon eux, le nombre moyen de laminaires au mètre carré atteint les vingt-cinq individus. Ces associations critiquent fortement le bureau d’études TBM parce qu’il réalise les observations de laminaires à partir de caméras et non en plongée. De plus, des caméras ont été installées juste après un épisode de tempête, à la fin de l'hiver, alors que les laminaires se déploient surtout au printemps. Pour la directrice de Bio-Littoral, « c'est comme photographier un champ de blé en plein hiver » (entretien du 19/05/2015). Des conflits se nouent entre les bureaux d'études engagés par les porteurs de projets et les bureaux d'études concurrents ou les associations environnementales : chacun revendique le titre d'expert et la parole de celui qui n’est pas considéré comme un expert est souvent rejetée dans le registre des rumeurs.

22Le bilan des débats publics est ressenti négativement par la plupart des associations environnementales interrogées : elles n’ont pas eu les informations escomptées et ont l’impression de ne pas avoir été entendues (Bas et al., 2016 ; Oiry, 2017). Cependant, elles ont joué le rôle de lanceurs d’alerte et ont permis de « rendre discutable » le projet (Barthe, 2002). Jouer sur des ressorts scientifiques est un principe fondamental de ces associations qui luttent pour l'objectivité des débats, entendent rester dans leur champ de compétences pour ne pas être discréditées et refusent que leurs analyses soient déconsidérées comme des rumeurs environnementales. La construction de l’expertise scientifique entre associations naturalistes et bureau d’études engagés par les porteurs de projets est ici en question.

Les modalités de création de l’expertise scientifique en question

23Les modalités de la création d’une expertise scientifique sur la question des impacts des EMR demandent réflexion. Il convient tout d’abord de souligner que la biodiversité marine est moins connue que la biodiversité terrestre, même si l’inventaire de celle-ci est encore très loin d’être achevé : on estime aujourd’hui que moins de 10 % des espèces maritimes sont connues et précisément décrites (UICN, 2014, p. 10) et que l’heure est encore à la phase d’acquisition de données. Réaliser des EIE sur les fonds marins suppose d’avoir une compétence forte en plongée sous-marine, de tenir compte de la houle, des vagues, etc. Les difficultés méthodologiques sont donc nombreuses et l’état zéro est plus difficile à connaître précisément.

24Les études environnementales visent justement à connaître l'état initial du milieu marin avant des travaux. Elles sont réalisées par des bureaux d’études privés spécialisés (TBM, In Vivo, etc.), qui ne diffusent pas largement les résultats. Les résultats des études d'impacts et la donnée brute sont publics, mais seulement dans le temps très limité de l’enquête publique et le document le plus souvent consulté reste le résumé non technique de l’EIE, plus accessible que l’entièreté des données. Ces données restent limitées au seul projet concerné par l’EIE, il n’y a aucune capitalisation publique de connaissances sur les fonds marins à l’échelon national.

  • 7 Le bureau d’études Bio-Littoral est une start-up du Laboratoire de Biologie Marine de l’Université (...)

25À titre comparatif, en Allemagne ou en Angleterre, les travaux scientifiques sur les états initiaux des fonds marins sont réalisés avant l’installation des parcs par des laboratoires universitaires et des bureaux d’études, comme en France. En Allemagne, préalablement au lancement des premiers appels d’offres et pendant quelques années, des fonds publics ont été débloqués pour réaliser des études sur les milieux marins et les Länder ont coordonné les études d’impacts selon des protocoles communs. Un des membres du GECC souligne les différences de méthodes et de coordination entre France, Allemagne et Angleterre : « Les Anglais, ils ont l'air de tous travailler ensemble, de la même façon, les Allemands aussi, il y a eu un programme pour travailler sur le marsouin, ils ont mis des centaines de détecteurs acoustiques dans l'eau en mer du Nord, dans une zone énorme. Ils ont vraiment une vision plus large ». En France, chaque bureau d'études travaille sur son parc, les prestataires employés pour faire les études d’impacts diffèrent selon les projets, il n’y a aucune coordination entre les projets et aucun protocole standardisé. Sur une même portion d’espace marin, il arrive qu’il y ait plusieurs projets d’aménagements. Si l’on prend le cas de l’espace au large de l’estuaire de la Loire et de Saint-Nazaire, on s’aperçoit que coexistent un projet de parc éolien en mer, une zone d’extraction de sable, une zone de clapage, etc. Pour chacun de ces projets, une étude d’impacts est nécessaire mais les acteurs en charge des projets ne mutualisent pas leurs résultats : il s’agit là d’un travers de l'investissement du secteur privé dans les questions environnementales. Prévaut en outre le secret industriel entre les consortiums, qui n’est pas toujours compatible avec les impératifs démocratiques et les exigences écologiques (Goumri, 2014). Au contraire, on pourrait imaginer que les études d’impacts soient réalisées par les universités publiques et les laboratoires de recherche. Une autre proposition vient du bureau d’études Bio-Littoral7 : chaque aménageur pourrait payer une sorte de redevance à l’État, qui centraliserait les données et les résultats des études.

  • 8 Nous parlons ici d’associations « naturalistes » quand elles possèdent des bases essentiellement sc (...)

26Les associations naturalistes8 sont dans une logique différente. En France, les associations qui veulent produire des connaissances « concurrentes » à celles des bureaux d'études qui ont contractualisé avec les porteurs de projets se heurtent très vite à des difficultés d'ordre financier. Les militants opposés à ces projets n'ont que rarement les moyens pour pouvoir mener de telles études. Le bureau d'études Bio-Littoral a fait quelques plongées en mer sur le banc de Guérande afin d'observer les laminaires, en partenariat avec Estuaire Loire Vilaine. Sa directrice souligne pourtant l'impossibilité de faire une contre-étude sérieuse en l'absence de financement : sortir en plongée avec un bateau pour faire des mesures coûte trop cher. En outre, le secteur associatif naturaliste a l’habitude de mettre ses données en partage, voire de créer des bases de données participatives. Il prône plutôt la libre circulation des connaissances et se prononcent contre les logiques de marché dans l’expertise scientifique (Goumri, 2014). Lors d’un atelier sur les enjeux environnementaux organisé par la Commission Particulière du Débat Public le 11 juin 2013, dans le cadre du débat public pour le parc éolien en mer de Saint-Nazaire, un représentant de l’association Estuaire Loire Vilaine justifie sa non-participation à l’étude d’impacts : « je vais être très clair, si on n’a pas accepté, c’est qu’il y avait une clause de confidentialité à la fin du document. Or on est une association qui doit effectivement informer l’ensemble du public comme on le fait depuis longtemps » (verbatim de l’atelier, p. 59). D’emblée, le dialogue entre les bureaux d’études engagés par les porteurs de projets et les associations naturalistes se fait sur des bases épistémologiques et politiques diamétralement opposées. Plusieurs acteurs du secteur associatif naturaliste critiquent la logique de secret des études d’impacts. L’un des membres du GECC souligne encore qu’« en France, le système de ces bureaux d'études, toutes leurs données sont toujours confidentielles et autres, et n'importe qui peut faire un bureau d'études. C'est une réponse économique à une question environnementale et du coup c'est quand même très orienté pour que ça fasse plaisir au patron, pas obligatoirement aux dauphins... Ils ne sont pas tous méchants, terribles, mais on reste obligatoirement dans une réponse économique, donc s'ils veulent récupérer le marché, faire du pognon, il faut qu'ils fassent plaisir au patron. Donc l'environnement il est présent mais... » (entretien du 10/03/2015). Ce sont aussi deux logiques de fonctionnement qui apparaissent : si le secteur associatif naturaliste fonctionne grâce à des subventions publiques émanant des collectivités locales et parfois grâce à des partenariats avec des universités, les bureaux d’études sont plus dépendants des marchés passés avec le secteur privé. Pour le secteur associatif naturaliste, il est impensable d’être dépendant des groupes industriels responsables des perturbations environnementales. Le membre du GECC cité ci-dessus exprime sa volonté de garder une autonomie forte : « nous en tout cas au niveau vraiment associatif, on a choisi justement de ne plus répondre à des appels d'offres pour tous ces gros chantiers, pour ces études d'impact, pour pouvoir garder cette autonomie, pour être libres de râler quand c'est nécessaire et qu'on ne puisse pas nous reprocher d'être en même temps, de travailler pour ce genre d'organismes et en même temps de critiquer. Voilà » (entretien du 10/03/2015). Il est en effet impossible d’être à la fois juge et partie, d’être payé par le porteur de projets tout en critiquant les impacts environnementaux. Lors des débats publics, les bureaux d’études interviennent aux côtés du porteur de projets, à la tribune, tandis que les acteurs associatifs ou les bureaux d’études indépendants prennent la parole depuis la salle pour critiquer les protocoles et leurs résultats. Le positionnement des acteurs de cette nébuleuse face à l’économie verte ou bleue est hétérogène : certains choisissent de rentrer dans des logiques de marché, d’autres les jugent totalement incompatibles avec une véritable protection des milieux naturels.

27La façon dont se construit l’expertise scientifique dessine en creux des rapports différenciées à la connaissance et aux méthodes développées dans les protocoles des EIE. Les impacts environnementaux des infrastructures EMR sont controversés et âprement discutés par chacune des parties prenantes qui refusent de voir leurs arguments discrédités et qualifiés de rumeurs. La conflictualité des discussions autour des impacts environnementaux amène les groupes industriels à tenter d’esquisser des pistes pour gérer les conflits et renforcer l’acceptabilité de leurs projets.

Les groupes techno-industriels face à la rumeur : quelle contre-offensive ?

28Nous avons examiné précédemment la façon dont les porteurs de projets discutent scientifiquement des impacts environnementaux avec les opposants. Cependant, leur réponse aux rumeurs et alertes environnementales dépasse souvent le cadre scientifique pour percoler sur le terrain social au sein des territoires d’implantation des EMR. Deux directions sont majoritairement prises : la mise en place d’un système compensatoire fonctionnant comme un moyen de renforcer l’acceptabilité des projets et de faire taire les rumeurs, ainsi que la poursuite de la recherche de solutions de géo-ingénierie pour rendre les projets environnementalement plus vertueux.

Faire taire les rumeurs et les alertes par le système compensatoire ?

29Un des instruments utilisés par les porteurs de projets pour gérer les contestations autour des infrastructures EMR et tenter de renforcer leur acceptabilité repose sur la mise en œuvre d’un système compensatoire (Oiry, 2016). Les impacts environnementaux sont en effet considérés par les porteurs de projets à partir du triptyque « éviter, réduire, compenser » (loi n° 76-629 de juillet 1976). « Éviter » suppose de supprimer les effets négatifs du projet, « réduire » suppose de limiter ces impacts si l’on n’a pas pu les éviter et « compenser » signifie conserver la valeur initiale des milieux en contrebalançant les effets négatifs par des mesures qui seront détaillées par la suite. En théorie, on ne doit arriver à la compensation que si l’on n’a pas pu éviter ou réduire les impacts. En pratique, des mesures de compensations peuvent être mises en place par les porteurs de projets même s’ils n’ont pas tenté d’éviter ou de réduire les impacts. En France, les lois Grenelle ont réformé les études d’impacts, outil emblématique du droit de l’environnement, et ont obligé à élargir les thématiques traitées au sein des EIE. Les porteurs de projets doivent présenter une esquisse des principales solutions de substitution (éviter-réduire) et une justification de l’impossibilité éventuelle de compenser.

30Dans le cas du parc éolien offshore de Saint-Nazaire, des mesures d’évitement des impacts ont été mises en place, comme la modification du tracé des câbles sous-marins pour éviter les zones où l’écosystème est jugé le plus fragile et sensible. Dans la baie de Saint-Brieuc, plusieurs mesures ont été proposées : le choix des fondations en jacket, qui permet de limiter l’emprise du parc au sol et de diminuer la perte d’habitats ; le choix du tracé du câble, qui évite au maximum les secteurs sensibles (maërl, herbier, zones rocheuses, etc.) ; le choix enfin de ne pas implanter d’éoliennes dans les sites Natura 2000. Le consortium en charge du parc de Saint-Nazaire a également proposé des mesures de réduction des impacts comme la création de rideaux de bulles autour des pieux. Un membre d’EDF EN a évoqué la possibilité d’installer des effaroucheurs lors de la phase de travaux : ils feraient du bruit sous l’eau et éloigneraient ainsi les mammifères marins présents dans la zone. Les associations naturalistes remettent souvent en cause le bien-fondé de ces propositions : les effaroucheurs vont en effet, selon elles, contribuer à renforcer le niveau sonore des travaux et l’installation de rideaux de bulles leur semble utopique.

31Ensuite, le porteur de projets présente des mesures de compensations et d’accompagnement qui font l’objet de discussions avec les acteurs du territoire. Selon l’EIE du parc éolien de Saint-Brieuc, Ailes Marines mettra en place un suivi des colonies nicheuses d’oiseaux de la zone afin d’améliorer leur connaissance. Un comité de suivi scientifique sera créé et aura la charge du suivi des fonds marins après travaux. Pour ce qui est des mammifères marins, l’EIE de la baie de Saint-Brieuc prévoit des suivis visuels par bateau et avion, ainsi que par acoustique passive et par photo-identification. L’EIE remplace même le traditionnel « éviter, réduire, compenser » par le triptyque « mesures d’évitement, mesures de réduction, mesures de suivi ». Cette faiblesse des mesures de compensations purement environnementales est soulignée par une étude menée par Vaissière et al. au cours d’une recherche sur les compensations environnementales à propos des parcs éoliens des mers d’Europe.

32Il existe enfin une dérive des mesures compensatoires vers des pratiques d’indemnisation. Les porteurs de projets octroient des aides financières aux associations naturalistes et écologistes locales, ainsi qu’aux acteurs de la pêche. Dans la baie de Saint-Brieuc, les pêcheurs ont signé des contrats de compensations. Celles-ci prennent différentes formes : certaines sont financières (directes ou indirectes par le biais de la taxe offshore), d’autres concernent des mesures d’investissement dans les biens collectifs (financement de viviers réfrigérés à homards, d’équipements de sécurité, etc.). Les compensations des impacts environnementaux des projets touchent parfois les acteurs davantage que les milieux en eux-mêmes et elles se jouent à terre davantage qu’en mer. Les compensations sociales prennent le pas sur les compensations écologiques : ce qui prime n’est pas l’état écologique du milieu marin mais l’acceptabilité sociale du projet. On peut alors conclure avec Sylvain Pioch que « tout n’est pas compensable écologiquement, mais tout se négocie » (2017, p. 99). Les compensations sont moins de réelles solutions pour compenser la perturbation de certains milieux que des stratégies pour persuader certains acteurs de ne pas développer les rumeurs ou pour bloquer leur stratégie de lancement d’alertes environnementales.

Annihiler la rumeur en renforçant la géo-ingénierie des projets ?

33L’intégration de problématiques environnementales dans les discours des porteurs de projets est de plus en plus forte, mais selon une logique qui reste très pragmatique et qui ne témoigne pas forcément d’une appropriation par les porteurs de la pensée écologiste (Bess, 2011). Pourtant, de nouvelles approches sont développées autour de l’éco-construction des ouvrages maritimes, notamment pour les EMR autour des fondations des éoliennes qui pourraient devenir des supports pour la biodiversité (Lacroix et Pioch, 2011). Elles pourraient être construites avec une plus grande diversité de matériaux et de formes, de telle sorte qu’elles pourraient favoriser la colonisation des espèces faunistiques et floristiques et constituer une bio-protection contre l’affouillement. Les pêcheurs pourraient y trouver un avantage puisque les fondations favoriseraient la biodiversité marine et donc la ressource halieutique. Enfin, la structure de l’éolienne pourrait être réfléchie de telle sorte qu’elle puisse permettre l’activité de plongée sous-marine le long des pieux. L’éco-conception des fondations permettrait donc d’améliorer l’intégration environnementale des ouvrages. Réduire l’impact environnemental des éoliennes pourrait permettre d’annihiler les rumeurs environnementales en amont des projets, mais Sylvain Pioch souligne que l’éco-conception des ouvrages maritimes est encore largement déconsidérée par les porteurs de projets. Il évoque également les limites de ces approches : « à travers les outils d’ingénierie écologique, ne prétend-on pas utiliser la nature à notre guise, pas pour la détruire, mais pour la déménager, la reconstituer, la dénaturer à notre mesure ? » (2017, p. 272). L’éco-conception serait finalement un pas de plus vers l’artificialisation des milieux. Parfois, les annonces des porteurs des projets semblent fonctionner elles-mêmes comme des rumeurs. Nombreuses sont les communications sur le développement de solutions de géo-ingénierie dans les débats publics ou dans les colonnes des journaux régionaux, sans que celles-ci ne soient sérieusement pensées. Prétendre que les infrastructures seront forcément vertueuses écologiquement parlant peut rentrer dans la définition de ce que l’on nomme rumeur environnementale : une « information inexacte ou exagérée » (Scharnitzky, 2007).

Conclusion

34Lancer des rumeurs ou des alertes environnementales fait partie des stratégies classiques de contestation des opposants. Pour les associations environnementales et surtout pour les associations naturalistes, alerter sur les risques potentiels des infrastructures EMR permet de rendre discutable les EIE et de faire reconnaître leur titre d’expert scientifique sur la scène publique. Pour les collectifs de résidents secondaires, lancer des rumeurs permet de décrédibiliser les projets dans une optique de déconstruction systématique des arguments des porteurs de projets. Certains opposants majorent les impacts environnementaux. Parfois, ils endossent le rôle de lanceurs d’alerte, tout en reconnaissant la part d’incertitude qui entoure l’ampleur des potentiels dommages du milieu marin. Du côté des groupes industriels en charge des nouvelles infrastructures énergétiques, tenter de gouverner les rumeurs et les alertes environnementales renforce l’acceptabilité sociale des projets. Proposer des compensations environnementales et surtout socio-économiques leur permet ainsi de « gouverner les critiques » (Topçu, 2013) : ils développent des stratégies pour rendre acceptables leurs projets, environnementalement parlant, malgré les résistances et les rumeurs. En définitive, l’analyse des rumeurs et alertes environnementales et de la façon dont elles sont traitées par les porteurs de projets nous renseigne sur les jeux d’acteurs locaux et les réseaux de conflictualité qui se tissent autour des grands projets d’aménagement. L’analyse des alertes environnementales, de leur diffusion spatiale, de leur décrédibilisation par les porteurs de projets interroge la dimension politique de la fabrication de l’information environnementale et de l’expertise scientifique.

35L’article s’est essentiellement concentré sur la dimension environnementale de rumeurs créées par les opposants aux projets. D’autres acteurs, en particulier les porteurs de projets, peuvent véhiculer des rumeurs. La question des emplois générés par les futurs parcs, dont le nombre reste approximatif, fait débat. Pour le parc éolien de la baie de Saint-Brieuc, Ailes Marins annonçait en 2012 la création de 140 emplois pour la base de maintenance du parc à Saint-Quay-Portrieux. En février 2019, ce chiffre n’est plus estimé qu’à une centaine et les opposants au parc démentent ces chiffres. Les maires des communes littorales craignent de leur côté qu’une partie des pêcheurs ne soient tentés par une reconversion totale ou partielle dans les emplois de maintenance des parcs : des emplois seraient créés mais au détriment de certains secteurs d’emplois « traditionnels » des espaces portuaires. La rumeur possède ici une dimension socio-économique.

36En parallèle émergent des réflexions sur l’impact environnemental des EMR à une plus vaste échelle : les éoliennes offshore sont en effet composées de matériaux qui nécessitent l’emploi de certaines ressources minérales (fer, cuivre, terres rares, etc.), dont la France ne dispose pas ou peu, et dont l’exploitation n’est pas neutre en termes d’impacts sur l’environnement. La croissance des secteurs de l’éolien et du solaire va impliquer une augmentation de la consommation mondiale de matières premières et de ressources minérales (Öhrlund, 2011). Jusqu’à quel point la France, pour réaliser sa transition énergétique, délocalise-t-elle son empreinte environnementale ? Ce débat sur l’utilisation des ressources minérales à l’échelon mondial offre des pistes de renouvellement des réflexions quant aux impacts environnementaux des infrastructures EMR.

Haut de page

Bibliographie

Source des études environnementales et des paroles opposantes

Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME), 2012. Quelques éléments de bibliographie européenne (environnement, tourisme) sur l’éolien (posé) en mer. 4 p.

Ailes Marines et In Vivo, 2015. Résumé non technique de l’étude d’impact pour l’implantation du parc éolien en mer de la Baie de Saint-Brieuc, 128 p.

Commission Particulière du Débat Public, projet de parc éolien en mer au large de la baie de Saint-Brieuc, 2013. Verbatim du débat du 27 juin 2013 à Binic. 40 p.

Commission Particulière du Débat Public, projet de parc éolien en mer au large de la baie de Saint-Brieuc, 2013. Verbatim du débat du 5 juin 2013 à Pléneuf-Val-André. 41 p.

Commission Particulière du Débat Public, projet de parc éolien en mer au large de Saint-Nazaire, 2013. Verbatim de l’atelier d’approfondissement sur l’environnement du 11 juin 2013. 62 p.

Gardez les Caps, 2013. « Baie de Saint-Brieuc : quelles conséquences ? », Cahier d’acteur de la Commission Nationale du Débat Public sur le projet d’un parc éolien en mer au large de la baie de Saint-Brieuc, 4 p.

Ifremer, 2008. Les énergies renouvelables marines, synthèse d'une étude prospective à l'horizon 2030. 36 p

Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie (MEDDE), 2012. Énergies marines renouvelables. Étude méthodologique des impacts environnementaux et socio-économiques, 361 p.

Parc éolien en mer de Saint-Nazaire et RTE, 2015. Etude d’impact. Fascicule A. Présentation du programme. 118 p.

Parc éolien en mer de Saint-Nazaire et RTE, 2015. Parc éolien en mer de Saint-Nazaire. Etude d’impact. Fascicule B1. 666 p.

Parc éolien en mer de Saint-Nazaire et RTE, 2015, Etude d’impact. Fascicule C. Etude du programme. 284 p.

Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), 2014, Développement des énergies marines renouvelables et préservation de la biodiversité. Synthèse à l'usage des décideurs, Paris, 88 p.

Bibliographie

BAJJOUK T., DERRIEN S., GENTIL F., HILY C. et GRALL J., 2010, Typologie d’habitats marins benthiques : analyse de l’existant et propositions pour la cartographie. Habitats côtiers de la région Bretagne. Note de synthèse n° 2, Habitats du circalittoral, Projet REBENT-Bretagne et Natura 2000-Bretagne, 39 p.

BARTHE Y., 2002, Rendre discutable. Le traitement politique d’un héritage technologique, Politix, volume 15, n° 57, p. 57-78

BAS A., HAY J., PIOCH S., 2016, Quelles perceptions des acteurs du territoire à l’égard des impacts écologiques des projets de parcs éoliens offshore ? Une analyse des prises de parole lors de quatre débats publics, in ROBERT S. et MELIN H. (dir.), Habiter le littoral. Enjeux contemporains, Presses Universitaires de Provence et Presses Universitaires d’Aix-Marseille, p. 207-224

BESS M., 2011, La France vert clair : écologie et modernité technologique, 1960-2000. Seyssel, Champ Vallon, 402 p.

BIRKETT D.A., MAGGS C.A., DRING M.J., BOADEN P.J.S. et SEED R., 1998. Infralittoral reef biotopes with kelp species (volume VII). An overview of dynamic and sensitivity characteristics for conservation management of marine SACs. Scottish Association of Marine Sciences (UK Marine SACs Project), 174 p.

BOELHERT G.W. et GILL A.B., 2010, Environmental and Ecological Effects of Ocean Reneweable Energy Development, Oceanography, 23 (2), p. 68-81

CHATEAURAYNAUD F. et TORNY D., 1999, Les sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Éditions EHESS, 476 p.

GILL B. A., HUANG H., GLOYNE-PHILIPS J., METCALFE J., QUAYLE V., SPENCER J., WEARMOUTH V., 2009, COWRIE 2.0 Electromagnetic Fields (EMF) Phase 2 EMF-sensitive fish response to EM emissions from subsea electricity cables of the type used by the offshore renewable energy industry, 128 p.

GOUMRI M., 2014, Écologistes Vent Debout. Le cas de la controverse environnementale du projet éolien en mer de la baie de Saint-Brieuc. Mémoire de master 2 de science politique, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, 77 p.

INGER R., ATTRILL M.J., BEARHOP S., BRODERICK A.C., GRECIAN W.J., HODGSON D.J., MILLS C., SHEEHAN E., VOTIER S.C., WITT M.J. and GODLEY B.J., 2009, Marine renewable energy: potential benefits to biodiversity? An urgent call for research, Journal of Applied Ecology, 46, p. 1145-1153

KERMAGORET C., 2014, La compensation des impacts sociaux et écologiques pour les projets d’aménagement : acceptation, acteurs du territoire. Application au projet de parc éolien en mer de la baie de Saint-Brieuc (Bretagne, France). Thèse de doctorat en sciences économiques, Université de Brest, 223 p.

KRIJGSVELD K.L., FIJN R.C., HEUNKS C., VAN HORSSEN P.W., POOT M.J.M, DIRKSEN S., 2008. Effect studies Offshore Wind Farm Egmond aan Zee Progress report on fluxes and behaviour of flying birds, Bureau Waardenburg bv, Consultants for environement and ecology, 86 p.

LACROIX D., PIOCH S., 2011, The multi-use in wind farm projects: more conflicts or a win-win opportunity?, Aquatic Living Resources, 24(2), p. 129-135

NORDERHAUG K.M., CHRISTIE H., FREDRIKSEN S., 2007, « Is habitat size an important factor for faunal abundances on kelp (Laminaria hyperborea)? », Journal of Sea Research (2), DOI: 10.1016/j.seares.2007.03.001, p. 120-124.

ÖHRLUND I., 2011, Science and Technology Options Assessment: Future Metal Demand from Photovoltaic Cells and Wind Turbines, European Parliament, http://go.nature.com/VUOs7V

OIRY A., 2017, Une transition énergétique sous tension ? Contestations des énergies marines renouvelables et stratégies d’acceptabilité sur la façade atlantique française. Thèse de doctorat en géographie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 437 p.

OIRY A., 2016. Conflits et stratégies d’acceptabilité sociale autour des énergies marines renouvelables sur le littoral français, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement, Volume 15 Numéro 3 | décembre 2015

OLLITRAULT S., 2008, Militer pour la planète. Sociologie des écologistes, Rennes, PUR, 224 p.

PETERSEN I.K., CHRISTENSEN T.K., KAHLERT J., DESHOLM M. et FOX A.D., 2006, Final results of bird studies at the offshore wind farms at Nysted and Horns Rev, Denmark. NERI Report Commissioned by DONG energy and Vattenfall A/S 2006, 166 p.

PIOCH S., 2017, Vers une nouvelle gouvernance côtière entre aménagement et environnement ? La compensation des impacts de l’homme sur l’environnement dans les projets d’aménagements maritimes, HDR, Université Paul-Valéry Montpellier 3

RAYNAUD D., 2003, Sociologie des controverses scientifiques, Paris, PUF, 464 p.

SCHARNITZKY P., 2007, La fonction sociale de la rumeur, Migrations Société/1 n° 109, p. 35-48. DOI : 10.3917/migra.109.0035

TOPÇU S., 2013, La France nucléaire. L'art de gouverner une technologie contestée, Paris, Éditions du Seuil, 349 p

VAISSIÈRE A.-C., LEVREL H., PIOCH S., CARLIER A., 2014, Biodiversity offsets for offshore wind farm projects: The current situation in Europe, Marine Policy 48, http://dx.doi.org/10.1016/j.marpol.2014.03.023, p. 172–183

WARREN C. R., LUMSDEN C., O’DOWD S., BIRNIE R. V., 2005, ‘Green on green’: Public Perceptions of Wind Power in Scotland and Ireland, Journal of Environmental Planning and Management, vol. 48, n° 6, p. 853-875

WILSON J.C., ELLIOTT M., CUTTS N.D., MANDER L., MENDAO V., PEREZDOMINGUEZ R., PHELPS A., 2010, Coastal and Offshore Wind Energy Generation: Is It Environmentally Benign?, Energies, 3, doi:10.3390/en3071383, p. 1383-1422.

WOLSINK M., 2010, Near-shore wind power. Protected seascapes, environmentalists’ attitudes, and the technocratic planning perspective, Land Use Policy, 27 (2), p. 195-203.

Haut de page

Notes

1 Cette étude est issue d’un travail de thèse soutenu en décembre 2017 sur le développement des énergies marines renouvelables (EMR) sur la façade atlantique française et les stratégies d’acceptabilité menées par les groupes industriels pour parvenir à faire accepter leurs nouveaux projets énergétiques. Ce travail s’est appuyé essentiellement sur une méthode qualitative par le biais d’une centaine d’entretiens avec une diversité d’acteurs : porteurs de projets, élus locaux, collectifs d’opposants, associations environnementales, représentants des pêcheurs, associations de loisirs, etc. Ce corpus d’entretiens m’a notamment permis d’analyser les représentations différenciées des impacts environnementaux selon les groupes d’acteurs.

Un corpus documentaire spécifique sur les impacts environnementaux potentiels des EMR a été compilé. J’ai tout d’abord consulté les études d’impacts environnementaux (EIE) des parcs éoliens offshore de Saint-Brieuc et de Saint-Nazaire parues lors des enquêtes publiques. D’autres études ont été analysées (ADEME, 2012 ; Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie, 2012 ; UICN - Wilhelmsson et al., 2010). Des retours d’expérience sur des parcs éoliens européens ont aussi été consultés. Les verbatims des débats publics et des ateliers d’approfondissement organisés par la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), mais aussi les cahiers d’acteurs rédigés par différentes parties prenantes au moment des débats, ont été mobilisés.

2 Certains impacts environnementaux ne seront pas abordés dans cet article. Les infrastructures EMR peuvent par exemple impacter les milieux littoraux terrestres par le biais des lignes électriques de raccordement des infrastructures. À Saint-Nazaire, l’usine de fabrication des nacelles et des alternateurs des éoliennes va sans doute à terme, par un jeu de chaises musicales, contraindre à la destruction de la vasière de Méan, une zone humide de l’estuaire de la Loire.

3 En France, la loi sur la protection de la nature du 10 juillet 1976 (n° 76-629) oblige à évaluer les impacts d’un projet d’aménagement et à proposer des actions de compensation dans le cadre de l’EIE. La loi Grenelle II de 2010 distingue quant à elle les projets relevant d’une EIE systématique et les projets relevant d’une EIE « au cas par cas ». Elle inclut en outre dans l’EIE de l’ouvrage considéré le programme de travaux. L’annexe de l’article R122-2 du Code de l’environnement, modifiée en avril 2017, porte spécifiquement sur les EMR. Celles-ci sont classées au chapitre « énergies » des projets soumis à EIE et décrites comme des « installations en mer de production d’énergie ». Les éoliennes en mer sont soumises à une EIE systématique, alors que toutes les autres infrastructures EMR, censées être moins perturbatrices pour les fonds marins, font l’objet d’un examen au cas par cas.

4 L’EIE complète du parc éolien en mer de Saint-Nazaire peut être consultée sur le site internet d’un collectif opposant au parc, le collectif Défense de la Mer (http://www.prosimar.org/DLMEnquetePublique.html). L’EIE y est décomposée en différents fascicules : l’avifaune, les mammifères marins, les chiroptères, les milieux benthiques, etc. L’EIE en elle-même est constituée de différents volumes datés de 2015 (étude d’impacts – fascicule A – présentation du programme ; fascicules B1 sur l’étude d’impacts ; fascicule C sur l’étude du programme). Pour le parc éolien en mer de Saint-Brieuc, on pourra par exemple consulter Ailes Marines et In Vivo, 2015. Résumé non technique de l’étude d’impact pour l’implantation du parc éolien en mer de la Baie de Saint-Brieuc, 128 p.

5 Cette question de la surface maritime dévolue aux projets EMR exacerbe les tensions. Le parc éolien en mer de Saint-Brieuc occupera ainsi 75 km2 au milieu de la baie, une surface que les collectifs d’opposants trouvent bien trop importante. Le collectif « Ensemble pour un littoral maritime français sans éoliennes » compare ainsi cette surface à celle de la ville de Paris qui est de 105 km2 et conclue que les surfaces des parcs éoliens en mer sont comparables à celles des grandes agglomérations (source : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=2370920819805037&set=gm.456852055075994&type=3&theater&ifg=1). L’ordre de grandeurs de ces données est exact. Ainsi, la surface du plus grand parc éolien en mer du Royaume-Uni, le London Array, est de 100 km2.

6 Les laminaires sont des algues brunes qui constituent une sorte de forêt arbustive sous-marine de plusieurs dizaines de km2. Elles sont localisées sur les roches les moins profondes et disparaissent ensuite à partir d’une quinzaine de mètres de profondeur (à marée basse). Ce type d’habitats est très riche en biodiversité (Birkett et al., 1998 ; Norderhaug et al., 2007). Les laminaires ont besoin d’une forte luminosité pour se déployer : une augmentation de la turbidité de l’eau à cause des travaux nécessaires à l’installation des pieux des éoliennes contraindrait donc leur développement. En outre, le chantier du parc éolien ne pourra se réaliser que dans des périodes où la houle et le vent seront faibles, à partir du printemps, alors même que ce sont les périodes pendant lesquelles se développent les laminaires. Le fond rocheux du Banc de Guérande au large de Saint-Nazaire est particulièrement riche en laminaires, ce qui constitue un point de cristallisation du conflit entre le consortium et les associations naturalistes.

7 Le bureau d’études Bio-Littoral est une start-up du Laboratoire de Biologie Marine de l’Université de Nantes, il a conservé des liens avec le monde universitaire.

8 Nous parlons ici d’associations « naturalistes » quand elles possèdent des bases essentiellement scientifiques (GECC, Groupement d’Études Ornithologiques des Côtes d’Armor, etc.) et d’associations « écologistes » pour celles qui ont des bases politiques, comme par exemple Vert Pays Blanc et Noir pour le parc de Saint-Nazaire qui entretient des liens forts avec Europe-Ecologie-les-Verts notamment.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de localisation des cas d’études
Crédits Source : Annaig Oiry, 2019
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13233/img-1.png
Fichier image/, 105k
Titre Figure 2 : Diagramme récapitulatif des impacts environnementaux potentiels d’un parc éolien en mer soulignés par les opposants
Crédits Source : Annaig Oiry, 2019, d’après WPD, 2014
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13233/img-2.png
Fichier image/, 136k
Titre Figure 3. Exagérer les impacts environnementaux des projets EMR pour tenter de les faire échouer : le développement d’une rumeur environnementale par les collectifs de résidents secondaires
Crédits Source : Gardez les Caps
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13233/img-3.png
Fichier image/, 148k
Titre Figure 4 : Quelles logiques spatiales de développement des alertes et rumeurs environnementales à propos du parc éolien en mer de la baie de Saint-Brieuc ?
Crédits Source : Annaig Oiry, 2019
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13233/img-4.png
Fichier image/, 106k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annaig Oiry, « Entre la rumeur et l’alerte environnementales : la parole des opposants face aux impacts environnementaux des énergies marines renouvelables sur la façade atlantique française », Géocarrefour [En ligne], 93/1 | 2019, mis en ligne le 19 décembre 2019, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/13233 ; DOI : 10.4000/geocarrefour.13233

Haut de page

Auteur

Annaig Oiry

PRAG à l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation de l’Université Paris-Est Créteil Laboratoire de Géographie Physique (UMR 8591), Meudon annaig.oiry@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals