Skip to navigation – Site map

Spatialiser les rumeurs environnementales

Spatialize environmental rumors
Alexis Metzger and Annaig Oiry

Full text

1La rumeur est un fait social qui a encore peu attiré le regard des géographes. Les travaux, principalement de sociologues ou d’historiens, se sont davantage intéressés aux temporalités des rumeurs et à leur diffusion dans des groupes sociaux qu’à leurs spatialités. Les sociologues Véronique Campion-Vincent et Jean-Bruno Renard, dans un numéro spécial de la revue Communications paru en 1990 sur les rumeurs et les légendes contemporaines, définissent la rumeur comme une information brève transmise de bouche à oreille dans un milieu déterminé pendant un temps assez court. La légende désigne quant à elle une forme narrative longue qui transcende les siècles et les pays pour se fixer en un texte écrit. Scharnitzky (2007) ajoute à la définition précédente l’idée que la rumeur est « une information inexacte ou exagérée qui se déforme à mesure qu’elle est transmise de façon directe par le mode du bouche à oreille ou de façon indirecte, via un média informationnel ». Elle a connu une évolution sémantique rappelée par Pascal Froissart (2000). Ce qui fait la rumeur est donc la reprise sans cesse renouvelée d’un discours à l’état initial par plusieurs interlocuteurs. La puissance de la presse puis des autres médias va aller croissant dans la diffusion et la remobilisation de rumeurs jusqu’à nos jours. Leur analyse est riche aussi d’enjeux spatiaux qui peuvent mettre en lumière des réseaux voire faire territoire.

2Parmi les travaux fondateurs sur des rumeurs ayant circulé dans certains lieux, on notera celui d’Edgar Morin (1969) dans son analyse de la rumeur d’Orléans. Le sociologue se penche sur la prétendue disparition de jeunes femmes dans des cabines d’essayage de magasins de lingerie : celles-ci seraient retenues dans des caves avant d’être envoyées à l’étranger où elles seraient ensuite prostituées. Le sociologue arrive à Orléans au moment où la fréquentation des magasins visés s’effondre à cause de la diffusion de cette fausse information : il s’interroge sur ce que cette rumeur dit de l’évolution du corps social d’une ville moyenne de province, quand bien même la méthode de son équipe de travail a pu être critiquée (Chaumont, 2012).

3Dans ce dossier, le focus est mis sur l’environnement, à la fois réalité biophysique et construit social sujet à des appropriations différenciées selon les groupes sociaux (Macnaghten et Urry, 1998 ; Keucheyan, 2014 ; Larrère et Larrère, 2015 ; Taylan, 2018). En effet, il nous a paru intéressant de questionner les rumeurs spécifiquement environnementales dans un contexte de changements climatiques et de globalisation des réflexions sur l’environnement où l’information environnementale est décryptée méticuleusement, soumise à différentes métriques, parfois manipulée (Gautreau, 2018). Questionner la diffusion des rumeurs environnementales permet également de s’interroger sur les conditions politiques et sociales de la production de l’information environnementale.

4À travers cinq articles, ce numéro thématique vise à décortiquer certains cas d’étude et à proposer des pistes méthodologiques pour l’analyse des rumeurs dans une perspective géographique. La rumeur n’est-elle pas un angle d’entrée privilégié pour comprendre comment se nouent, dans les territoires, les rapports sociaux à la nature ? Comment le déclenchement et la diffusion de rumeurs peuvent-ils enrichir la compréhension des relations entre les sociétés et leurs environnements ? Les articles proposés permettent de préciser et interpréter les ancrages territoriaux des rumeurs environnementales.

5Cinq articles jalonnent ce numéro thématique sur les rumeurs environnementales. La question des risques « naturels » et des rumeurs qui leur sont associées est un angle choisi par trois articles. Annabelle Moatty, Delphine Grancher, Clément Virmoux et Julien Cavero analysent la rumeur post-catastrophe qui se développe après le passage de l’ouragan Irma à Saint-Martin en 2017 et montrent combien elle est révélatrice de disparités socio-territoriales. Brice Molo propose quant à lui une analyse géohistorique des rumeurs qui surviennent après les éruptions volcaniques caractérisées par le dégazage des lacs de Njindoun et Nyos, au Cameroun, en 1984 et 1986. Enfin, l’article de Michel Goldberg et Virginie Duvat se penche sur les rumeurs à propos de la submersion des îles coralliennes, à partir du décryptage des discours véhiculés par la presse. Deux autres articles montrent que les rumeurs environnementales se développent au cœur des incertitudes scientifiques qui entourent les études environnementales. Frédérique Rémy livre une analyse de la rumeur développée au XIXe siècle à propos de l’existence d’une mer libre de glace autour du Pôle Arctique. Enfin, l’article d’Annaig Oiry évoque les rumeurs qui s’exacerbent autour des potentiels impacts environnementaux des parcs éoliens en mer français et montre que ces rumeurs sont révélatrices de jeux d’acteurs conflictuels.

6En mentionnant également d’autres travaux, nous allons rapidement présenter le contenu de ce dossier thématique à travers cinq questions clés, à savoir : l’origine des rumeurs, les logiques socio-spatiales de leur diffusion, les représentations du territoire qu’elles accompagnent, l’apparition des fake news, et la production de l’information environnementale.

Quelle est l’origine des rumeurs ?

7Dans son processus de diffusion socio-spatiale, il est souvent difficile de cerner l’origine géographique de la rumeur. Un palliatif pourrait être de comprendre au préalable pourquoi une rumeur s’est plus ou moins bien ancrée dans un territoire. Les rumeurs peuvent ainsi se fonder sur des légendes préexistantes. C’est ce qu’explique Brice Molo lorsqu’il montre que les lacs au Cameroun étaient bien avant les années 1980 des lieux abritant des esprits bénéfiques ou maléfiques. Les interprétations des événements ayant pris la forme de rumeurs s’appuient en partie sur ces croyances originelles.

8Dans ce même ordre d’idée, connaître les rumeurs existantes peut permettre de mieux comprendre certaines réactions sociales. Prenant l’exemple de la réintroduction d’animaux sauvages, Véronique Campion-Vincent montre bien que des rumeurs existantes dans certaines régions françaises rendaient l’acceptation de nouveaux animaux sauvages plus difficile. C’est par exemple dans ces régions que les rumeurs de lâchers de vipères intentionnels par les « écologistes » étaient très actives entre le milieu des années 1970 et le milieu des années 1980. Elle recense également les affaires de félins mystère (puma, lionne, panthère) observés en France. Plus globalement, « le thème de l’animal malveillant est une des spécificités du phénomène social des rumeurs » (Kapferer 1987).

9Les articles de ce dossier permettent aussi de nous demander si certains lieux ou milieux sont plus favorables que d’autres dans la prolifération des rumeurs. Il semble que l’échelle ne compte guère, les rumeurs pouvant être liées à un espace modeste (l’île de Saint-Martin, un projet de parc éolien en mer, deux lacs au Cameroun), vaste (la mer libre de glace au pôle nord) ou à un ensemble de lieux présentent des caractéristiques biophysiques (voire culturelles) similaires (les îles basses coraliennes). Le nombre d’habitants importe également peu, les rumeurs pouvant se former précisément où personne n’est allé ou bien dans des espaces assez densément peuplés. Notons que le nombre de rumeurs peut se révéler tout à fait impressionnant, même dans un espace assez restreint. Ainsi, dans le département de l’Ille-et-Vilaine, Yann Guerrin a relevé 235 rumeurs ayant « séjourné » dans le département entre 1800 et 1848 !

10Si l’origine géographique des rumeurs est intéressante à décrypter, on peut également souligner qu’elles peuvent provenir d’évènements fondateurs et particuliers, comme les catastrophes. Deux rumeurs liées à des épisodes d’inondations peuvent être évoquées. La rumeur de Nîmes (Sansot, 1989 ; Domergue et al., 1998) porte sur le nombre de morts jugé trop faible après la survenue des inondations de 1988. La rumeur d’Abbeville fait courir le bruit que la Somme a débordé pour permettre à Paris d’être à l’abri des inondations (Froissart, 2002). Certains articles du présent dossier s’appuient également sur ce type d’événement pour analyser les rumeurs associées, tout comme un compte-rendu d’ouvrage proposé pour ce numéro. Ces rumeurs post-événement sont assez classiques, elles participent d’une certaine interprétation de l’événement qui fait sens pour un certain groupe de personnes. Cette caractéristique est très forte puisque « la rumeur peut aussi être définie comme la mise en commun des ressources intellectuelles du groupe pour parvenir à une interprétation satisfaisante de l’événement » (Shibutani, 1966). Nonobstant, toute rumeur ne naît pas forcément après un événement précis. L’article de Michel Goldberg et Virginie Duvat le prouve.

11Après une catastrophe, le cœur d’une rumeur réside souvent dans la contestation du nombre de morts avancé par les autorités comme le mentionne l’étude d’Annabelle Moatty et al. Après les inondations de Nîmes en 1988, Pierre Sansot (1989) rappelle quant à lui que les Nîmois n’admettaient pour la plupart pas le chiffre officiel de huit victimes. Mais il ajoute que c’est plutôt la dramaturgie du nombre de morts supplémentaires qui est impressionnante : cadavres enterrés à la sauvette sous la préfecture, 150 permis d’inhumer délivrés par la mairie, un car de personnes âgées emporté du côté de la gare… Dans ce cas, c’est un processus d’amplification qui entre en jeu, bien décrit par Bernard Paillard (1990). Dès qu’il y a traumatisme, la rumeur ne fait pas que s’étendre spatialement ; l’amplification relève « de cette tendance psychologique à ‘en remettre’, c'est-à-dire à rajouter, dans le processus rumoral, une part minime de surévaluation, cette part de mensonge consenti pour se hausser quelque peu au-dessus de l'autre ». Les rumeurs de Njindoun et Nyos ont pris également cette voie comme le montre Brice Molo. Ici, les peurs et les angoisses apparaissent bien comme « des incomparables moteurs pour les rumeurs » (Guerrin, 1996, p. 79).

Quelles sont les logiques spatiales et sociales de diffusion des rumeurs ?

12La plupart des articles présentent bien la dimension spatiale des rumeurs et expliquent leurs logiques internes de diffusion. Par exemple, Annabelle Moatty et al. démontrent que la rumeur sur le nombre de morts à Saint-Martin après l’ouragan Irma en 2017 s’est d’abord diffusée sur l’île, avant de se propager vers la métropole par le biais des réseaux sociaux notamment. Annaig Oiry souligne que la diffusion différenciée des rumeurs sur les impacts environnementaux du parc éolien en mer de la baie de Saint-Brieuc selon les communes s’explique notamment par leur structure socio-économique.

13De même, la diffusion des rumeurs répond à des logiques sociales. Annaig Oiry montre bien comment se structurent des groupes opposés ou favorables aux projets de parcs éoliens en mer à travers des discours tendant parfois à la rumeur. Cela participe directement de la culture d’un groupe au sens où la définit Paul Claval, « ensemble de schèmes mentaux, d’échelles de valeurs et de techniques d’action et de transaction qui délimitent le champ des comportements possibles et le champ des comportements considérés comme souhaitables dans un groupe » (2015, p. 136). En ce sens, une même rumeur peut se diffuser de façon privilégiée au sein d’un certain groupe social alors qu’une autre se diffusera en parallèle dans un autre. Le fait de circuler dans un espace relativement clos (socialement et spatialement) est propice pour une rumeur. Ainsi, lors des événements conflictuels survenus dans la capitale mauricienne en février 1999, des rumeurs se sont propagées très rapidement dans certains quartiers où se concentrent des ethnies (de Cauna, 2006). Elles étaient plus facilement propagées au sein de groupes qui partageaient au préalable un ensemble de valeurs culturelles et de discours sur ce qu’est « l’autre ».

14Les rumeurs sont-elles systématiquement nourries de ressentiments envers certaines personnes ou groupes ? Elles peuvent du moins permettre de stigmatiser l’autre, comme les Haïtiens par les Guadeloupéens (Bougerol, 2010), les incendiaires de forêt en Provence au XIXe siècle (Chalvet, 2016), les horticulteurs en Dordogne « faisant pleuvoir » en ensemençant les nuages par avion (Brodu, 1990) ou l’« élite parisienne » par les habitants de la Somme lors de la rumeur d’Abbeville (Froissart, 2002). L’occurrence de risques et des catastrophes est favorable à la propagation de rumeurs. Lors des inondations de l’Aude en 1999, Julien Langumier (2008) montre que « pour les habitants, les données hydrologiques, les circonstances météorologiques et les éléments techniques apparaissent peu satisfaisants pour expliquer la catastrophe qui ne saurait être acceptée comme naturelle. Les anciens du village mobilisent comme par le passé la rumeur suivant laquelle les habitants de Sallèles, village en amont, auraient saboté les digues pour se libérer de la montée des eaux aux dépens de l’aval ». On est ici dans le cas de rumeurs entretenues et reprises au gré d’événements similaires

Quelles représentations des territoires les rumeurs véhiculent-elles ?

15Prenant l’exemple des inondations catastrophiques de Nîmes en 1988, Pierre Sansot montre que « la rumeur apparaît comme un moyen de se réapproprier la ville » (1989). En ce sens, elle permet de recomposer le territoire urbain et pourrait même être source de résilience. Car elle donne une certaine unité à ce qui a été détruit, en construisant des informations et images associées par des Nîmois eux-mêmes et non par des informations ou injonctions venues des médias d’information. Elle a également donné lieu à une analyse dix ans après l’événement (Domergue, 1998) La rumeur apparaît alors comme « moyen de se souvenir (…) elle ponctue, elle affirme, elle imprimera sa marque… » (Sansot, 1989). Elle participe alors d’une certaine culture du risque puisque même si elle ne correspond qu’à un certain regard sur l’événement, elle peut en faire parler encore longtemps après sa survenue. La circulation de rumeurs permet-elle alors de créer du lien social, notamment lors de catastrophes ? Tout du moins peut-on dire en suivant les analyses de Brice Molo qu’elles permettent à des groupes sociaux qui prennent souvent peu la parole pour discuter, dans notre cas, d’événements environnementaux, de s’emparer de certains sujets. De même, Yann Guerrin incite à atténuer la connotation péjorative et dévalorisante qui accompagne la rumeur (1996, p. 70). Elle apparaît plus comme un angle d’approche, à contextualiser et situer. Elle est en effet non seulement une « expression privilégiée de la pensée sociale » (Roquette, 1990) mais aussi une formidable manifestation de représentations mentales et spatiales qui participent de la construction des territoires.

16Il nous semble également qu’aujourd’hui l’attribution à des seules variables « naturelles » de certains changements environnementaux observés peut s’apparenter à une rumeur « globale » dont la complexité est à analyser à une échelle locale. L’article de Michel Goldberg et Virginie Duvat propose ainsi de complexifier le discours de vulnérabilité des îles basses à la montée des eaux en intégrant des éléments humains qui participent grandement à un état de délabrement des îles et des coraux. Dans ce même ordre d’idée, les conflits au Darfour ne sont guère imputables à des changements climatiques. Bastien Alex et al. montrent aussi que le sous-développement n’est pas en cause (phase de croissance du PIB, pas de stress hydrique, ouverture du pays aux capitaux, politiques du FMI) mais que c’est plutôt l’héritage du droit foncier et les mauvais choix de développement qui ont largement contribué au conflit. Le rôle du gouvernement a aussi été central dans l’activation de la donne tribale et l’instrumentalisation des rivalités ethniques Ainsi, plus généralement, « si le rôle des changements environnementaux ne peut pas être nié, déterminer leur degré de responsabilité est plus complexe, et le faisceau d’éléments disponible invite à récuser fermement dans ses fondements l’hypothèse d’un déclenchement lié aux seuls éléments climatiques » (Alex, Baillat et Gémenne 2017, p. 41), une remarque que partagent plusieurs collègues (Peltier, 2005 ; Duvat et Magnan, 2014 ; Pelletier, 2015).

17Ainsi, décrypter les rumeurs permet sans doute de mieux comprendre la complexité de certains phénomènes socio-environnementaux sur le temps long ou certains événements. Le recul critique offert par le panel de chercheurs à l’œuvre dans ce numéro spécial a également le mérite de mettre en perspective les discours et les racines biophysiques liées aux rumeurs. Dans son article, Frédérique Rémy analyse ainsi la prégnance de certaines théories scientifiques portées par des grands penseurs comme Buffon pour expliquer la rumeur d’une mer libre de glace aux pôles.

Des rumeurs aux fake news ?

18Aujourd’hui, certaines rumeurs se rapprochent des fake news qui connaissent un essor et une attention croissante depuis 2016. Différentes des rumeurs, elles participent intentionnellement à des tentatives de désinformation. Elles sont selon Frédéric Lordon une « obsession » récente et sont symptomatiques d’une crise de légitimité des autorités (Lordon, 2018). Selon Arnaud Mercier (2018), elles « n’existent qu’en raison de l’émergence d’un nouvel écosystème de l’information, l’écosystème socio numérique ». Brice Martin (2018) explique qu’à la différence des rumeurs, elles sont une information mensongère produite et diffusée de manière délibérée. Se nourrissant de la défiance envers les classes dirigeantes, elles peuvent englober des espaces beaucoup moins circonscrits car le numérique rend sa diffusion immédiatement mondiale. La place de l’image est également très forte, on a ainsi pu voir récemment sur la toile des images de pillages à Cannes lors des inondations de 2015 (alors qu’il s’agissait des émeutes de Birmingham en 2011) ou encore d’images live durant le cyclone Irma 2017, avec 6 millions de vues et 160 000 partages, la source originale étant probablement des images du cyclone Vardah en Inde, en décembre 2016 (Martin, 2018). Avec l’essor du partage de l’information en temps direct, de nouvelles rumeurs, que l’on peut qualifier de « fake news », ont vu le jour et peuvent avoir un retentissement énorme. Annabelle Moatty et al. montrent ainsi le rôle joué par les réseaux sociaux dans la diffusion de la rumeur sur le nombre de morts à Saint-Martin, après le passage du cyclone Irma. Véronique Campion-Vincent et Jean-Bruno Renard (1990) se sont penchés sur les superstitions populaires et sur les processus de communication et de déformation des messages, questionnant ainsi le lien entre tradition orale et rumeur. Aujourd’hui, la diffusion de ces fake news par le biais des médias numériques ne semble plus appartenir au registre de la tradition orale. Le rôle des médias dans la propagation des rumeurs est en tout cas souligné par plusieurs auteurs. Pascal Froissart souligne que « la presse joue un rôle majeur (…), tantôt dans le rôle de l’incendiaire (pour diffuser l’information douteuse), tantôt dans celui du pompier (pour apporter des informations convaincantes), tantôt encore dans celui du pompier pyromane (quand des arguments de mauvaise foi sont opposés à des théories bancales, la sympathie va aux théories bancales) » (2002, p. 17).

19Qu’en est-il alors du terreau (et du terrain) favorable à l’émergence des rumeurs ? Les historiens ont montré que la rumeur naissait au sein de conditions déjà propices à sa diffusion. Dans son article sur les fausses nouvelles de la première guerre mondiale, Marc Bloch dit bien qu’elle « naît toujours de représentations collectives qui préexistent à sa naissance (…) La fausse nouvelle est le miroir où la conscience collective contemple ses propres traces » (1921). De nos jours, certaines représentations collectives globales peuvent-elles être propices à l’accueil des fake news ? L’entreprise paraît ardue, mais il serait sans doute intéressant de voir, dans le cas de certaines fake news, où elles ont trouvé le plus d’échos. Dans des espaces très connectés ? Baignant dans une certaine forme de culture commune ? Voilà encore des questions qui méritent les réponses de géographes.

Rumeurs, fake news et expertise scientifique : quelle production de l’information environnementale ?

20Quel est le rôle des écrits scientifiques face aux rumeurs et aux fake news ? La science se doit-elle toujours d’être au service de la remise en question des rumeurs ? Ne contribue-t-elle pas parfois à véhiculer elle-même certaines rumeurs ou inexactitudes ? La question se pose en filigrane dans le texte de Frédérique Rémy sur la rumeur, diffusée à partir du XVIIe siècle, qui propage l’idée qu’il existe une mer libre de glace autour du pôle Arctique. L’auteure montre en réalité qu’il ne s’agit pas d’une rumeur mais d’une erreur scientifique, diffusée notamment par Buffon et reprise ensuite par des écrits littéraires. Frédérique Rémy nous incite ainsi à analyser la place du merveilleux et du rêve dans ce type d’idées. À la différence de légendes ou de mythes, la rumeur doit être crue et non point amuser ou faire rêver (Guerrin, 1996, p. 72). Si la rumeur possède une prétention à la vérité, le mythe s’adresse quant à lui à l’imagination. La rumeur contribue donc à nous interroger sur nos rapports à l’erreur scientifique et sur les sources mobilisées par différents acteurs pour construire l’information environnementale. Les données scientifiques se construisent toujours en lien avec un contexte économique, social et politique particulier, qui influe sur les résultats des recherches (Carnino, 2015). Souligner ces effets de contexte, ainsi que les liens entre les sciences et d’autres « forces agissantes » comme les milieux industriels, permet d’éclairer les rapports de force qui se nouent au sein des arènes de la production scientifique et qui peuvent être vecteurs de rumeurs.

21En se focalisant sur les producteurs de l’information, une autre question affleure : quels sont les acteurs qui qualifient de « rumeurs » ou de « fake news » les informations environnementales ? Annaig Oiry montre à propos des parcs éoliens en mer que la parole des opposants est systématiquement décrédibilisée par les porteurs de projets sous le registre de la fausseté, voire du mensonge, de la manipulation. Pourtant, les opposants peuvent parfois se faire lanceurs d’alertes et enclencher un processus de controverse (Chateauraynaud et Torny, 1999) permettant de « rendre discutables » (Barthe, 2002) les projets d’aménagement. Plus généralement, Emeline Comby souligne que la rumeur est intéressante à étudier en tant qu’étape préalable potentielle à la mise en place d’un problème social public (Comby, 2015).

22En définitive, l’analyse des rumeurs et alertes environnementales, de leur construction, de leur diffusion, de leur contestation et de leur remise en question interroge les dimensions politiques et sociales de la fabrication de l’information environnementale et de l’expertise scientifique.

Top of page

Bibliography

ALEX B., BAILLAT A. et GEMENNE F., 2017, Observatoire défense et climat. Rapport d’étude n° 1, IRIS.

BARTHE Y., 2002, Rendre discutable. Le traitement politique d’un héritage technologique, Politix, volume 15, n° 57, p. 57-78

BLOCH M., 1921, Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre, Revue de synthèse historique, tome 33.

BOUGEROL C., 2010, Une rumeur à la Guadeloupe. De certaines pratiques supposées des Haïtiens, Terrain, n° 54, p. 130-139.

BRODU J.-L., 1990, Une rumeur de sécheresse, in CAMPION-VINCENT V. et J.-B. RENARD (dir.), Rumeurs et légendes contemporaines, Communications, 52, p. 85-97. DOI : 10.3406/comm.1990.1784

CAMPION-VINCENT V. et J.-B. RENARD (dir.), 1990, Rumeurs et légendes contemporaines, Communications, 52.

CAMPION-VINCENT V., 2002, Les réactions au retour du loup en France. Une tentative d'analyse prenant « les rumeurs » au sérieux, Le Monde alpin et rhodanien. Revue régionale d'ethnologie, n° 1-3, Le fait du loup. De la peur à la passion : le renversement d'une image, p. 11-52.

CARNINO G., 2015, L’invention de la science. La nouvelle religion de l’âge industriel. Paris, Seuil, 321 p.

CHALVET M., 2016, La vulnérabilité de la forêt provençale face aux incendies : naissance d’une notion (fin XIXe siècle), VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], vol. 16, n° 3, URL : http://vertigo.revues.org/18012.

CHATEAURAYNAUD F. et TORNY D., 1999. Les sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Éditions EHESS, 476 p.

CHAUMONT J.-M., 2012, Des paniques morales spontanées ? Le cas de la “rumeur d’Orléans”, Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 43-1, http://journals.openedition.org/rsa/847; DOI : 10.4000/rsa.847

CLAVAL P., 2015, Penser le monde en géographe. Soixante ans de réflexion, Paris, L’Harmattan.

COMBY E., 2015. Pour qui l’eau ? Les contrastes spatio-temporels des discours sur le Rhône (France) et le Sacramento (États-Unis). Thèse de doctorat en géographie-aménagement, Université Jean Moulin Lyon 3, 727 p.

DE CAUNA A., 2006, Le multiculturalisme à l’île Maurice, Géographie et cultures, 58, p. 67-82.

DOMERGUE R., 1998, La rumeur de Nîmes. 10 ans après les inondations de 1998, Aix-en-Provence, éditions Edisud.

DUVAT V. et MAGNAN A., 2014, Des catastrophes… « naturelles » ? Paris, éditions le Pommier.

FROISSART P., 2000, L’invention du “plus vieux média du monde”, MÉI « Médiation et information », n° 12-13.

FROISSART P., 2002, La rumeur. Histoire et fantasmes. Paris, Belin, coll. Débats.

GUERRIN Y., 1996, Lorsque la population d'Ille-et-Vilaine s'exprimait par des rumeurs au XIXe siècle, Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest. Tome 103, n° 4, p. 69-98.

KAPFERER J. N., 1987, Rumeurs : Le plus vieux média du monde. Paris, Le Seuil.

KEUCHEYAN R., 2014, La nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique, Paris, La Découverte.

LANGUMIER J., 2008, Appropriations locales de la tragédie collective. Approche ethnologique des inondations de novembre 1999 à Cuxac d’Aude, Développement durable et territoires [En ligne], Dossier 11, URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/6892; DOI : 10.4000/developpementdurable.6892.

LARRERE C. et LARRERE R., 2015, Penser et agir avec la nature. Une enquête philosophique, Paris, La Découverte.

LORDON F., 2018, « Fake news : le vrai du faux », La Grande table, France culture, 19 janvier 2018.

MACNAGHTEN P. et URRY J., 1998, Contested Natures, Londres, SAGE Publishing.

MARTIN B., 2018, Les catastrophes, du pain béni pour les fake-news ? Conférence donnée au CERES, ENS Ulm, dans le cadre du séminaire « Rumeurs et fake news en environnement », 21 mars 2018.

MERCIER A., 2018, Entretien dans le UN, n° 186, mercredi 24 janvier 2018.

MORIN E., 1982, La rumeur d’Orléans, Paris, Seuil.

PAILLARD B, 1990, L'écho de la rumeur, Communications, 52, Rumeurs et légendes contemporaines, p. 125-139

PELTIER A., 2005, La gestion des risques naturels dans les montagnes dEurope occidentale. Etude comparative du Valais (Suisse), de la Vallée dAoste (Italie) et des Hautes-Pyrénées (France). Thèse de géographie. Université Toulouse le Mirail - Toulouse II.

PELLETIER P., 2015, Climat et capitalisme vert, éditions Nada.

ROUQUETTE M.-L., 1990, Le syndrome de rumeur, Communications, n° 52. DOI : 10.3406/comm.1990.1786

SANSOT P., 1989, Mémoire collective et perdurances urbaines. Nîmes inondée, Les Annales de la recherche urbaine, n° 42, Images et mémoire. p. 5-10.

SCHARNITZKY P., 2007, La fonction sociale de la rumeur, Migrations Société/1 n° 109, p. 35-48. DOI: 10.3917/migra.109.0035

SHIBUTANI T., 1966, Improvised News: A Sociological Study of Rumor, Indianapolis, Bobbs Merrill.

TAYLAN F., 2018, Mésopolitique. Connaître, théoriser et gouverner les milieux de vie (1750-1900), Paris, éditions de la Sorbonne.

Top of page

References

Electronic reference

Alexis Metzger and Annaig Oiry, « Spatialiser les rumeurs environnementales », Géocarrefour [Online], 93/1 | 2019, Online since 19 December 2019, connection on 26 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/13275

Top of page

About the authors

Alexis Metzger

Postdoctorant en géographie, université de Lausanne, Institut de géographie et durabilité alexis.metzger@unil.ch

By this author

Annaig Oiry

PRAG à l’École Supérieure du Professorat et de l’Éducation de l’Université Paris-Est Créteil Laboratoire de Géographie Physique (UMR 8591), Meudon annaig.oiry@gmail.com

By this author

Top of page

Copyright

© Géocarrefour

Top of page
  • OpenEdition Journals