Skip to navigation – Site map

Michel Lenoble et coll., Atlas topographique de Lugdunum. 1 - Lyon-Fourvière

André Buisson
Bibliographical reference

LENOBLE M. et coll., 2019, Atlas topographique de Lugdunum. 1 - Lyon-Fourvière, Dijon, Revue archéologique de l'Est – Supplément n° 47, 580 p., plus de 900 ill. -

Full text

1L'ouvrage qui vient d'être publié a été présenté par ses auteurs en 2014 dans un long article des Nouvelles de l'Archéologie (Lenoble et Françoise-dit-Miret, 2014) : « Il s'agit d'une entreprise de longue haleine puisque la publication de l'Atlas topographique de Lugdunum est prévue en plusieurs volumes, dont le premier, ici présenté, consacré à la ville haute de Lugdunum, colline de Fourvière, comprend 13 feuilles au 1/1000 et couvre une emprise de 80 à 90 ha. Le second volume, qui présente la presqu'île et les quartiers fluviaux, comprend 28 feuilles. Le troisième volume traitera du suburbium, des abords de la ville et des espaces funéraires. Un quatrième volume regroupera les vestiges de l'Antiquité tardive et du haut Moyen Age".

2Il s'agit d'un projet ambitieux, lié à l'importance territoriale de Lugdunum, par comparaison avec les précédentes réalisations de la collection - Aix-en-Provence (1998), Fréjus (2000), Saint-Paul-Trois-Châteaux (2010) : « L’emprise urbanisée de Lugdunum atteint environ 330 ha aux ier et iie siècles après J.-C., ce qui correspond pour l'atlas à un découpage d'environ 72 feuilles au format A3, au 1/1000, qui couvrent l’emprise de la ville antique et de sa proche périphérie ».

3C’est également un travail projeté sur le long terme, car : « (Il procède du) Programme collectif de recherche (PCR) Atlas topographique de Lyon antique, lancé en 2001, qui a adopté pour sa forme et sa mise en œuvre, les normes et la méthodologie initiées par le Pcr inter-régional « Atlas topographique des villes de Gaule méridionale ».

4L'Histoire de Lugdunum est bien renseignée, mais dispersée dans une abondante bibliographie (p. 557-574). Le chercheur disposait jusque-là de quelques synthèses anciennes (Steyert, 1895 ; Wuilleumier, 1953 ; Audin, 1958… sans remonter au travail précurseur de F. Artaud (1846), et du volume récent de la Carte archéologique de la Gaule 69/2 (Chomer et Le Mer, 2007). Cependant, douze ans séparent les deux ouvrages et cet l'Atlas regorge de nouveautés, concernant par exemple l'histoire du confluent du Rhône et de la Saône, pour laquelle trois cartes (premier Âge du Fer, fin de la période de La Tène et Premier siècle de notre ère) et plusieurs diagrammes et croquis montrent l'importance de l'apport des dernières fouilles de la presqu'île et de la rive droite de la Saône à la connaissance de cette question. Débordant du cadre spatial dévolu à ce premier volume, l'étude du site de Vaise est instructive notamment pour la connaissance de la protohistoire lyonnaise.

5Ayant choisi la formule de l'édition traditionnelle, les auteurs s'exposent à une progressive désactualisation de leur travail… même si les fouilles les plus récentes1 ont déjà été signalées, par le biais de leurs rapports de diagnostics préliminaires, cf. Atlas, feuille 11, p. 425).

6L'Atlas topographique de Lugdunum présente les résultats de l'ensemble des fouilles et des découvertes archéologiques, concernant la période antique, qui ont été réalisées sur le territoire de la ville de Lyon, de l'origine des recherches jusqu'à aujourd'hui. Pour donner une idée de l’importance du « chantier », notons que, depuis le début des années 1980, plus de 900 opérations archéologiques, toutes périodes confondues, ont été mises en œuvre sur le territoire de la ville de Lyon. Dans leur très grande majorité, elles l'ont été dans le cadre de l'archéologie préventive, préalablement à des travaux publics ou privés.

7Ce premier volume est formé de deux parties très complémentaires : la première, p. 15 à 140, regroupe sous le titre d'Introductions (au pluriel) neuf chapitres qui sont communs aux quatre volumes du projet. Quant à la seconde, elle est composée des treize feuilles de l’atlas à proprement parler. En fin de volume, les Synthèses tentent avec succès de reprendre et de coordonner les éléments placés dans les feuilles de l'atlas.

Les Introductions et les synthèses

8Dès les premières pages et, dans la mesure où il s’agit d’un atlas qui sera développé sur plusieurs volumes et qui prend place dans la carte archéologique nationale, la volonté de précision géographique est soulignée, avec un développement sur les conventions graphiques, le choix de l'échelle et du système de coordonnées géodésiques (RGF93CC46) (p. 21).

9Dans les chapitres qui suivent, on ne peut éviter quelques redites avec le volume de la CAG 69/2 (Le Mer et Chomer, 2007), comme la comparaison des deux tables des matières l'indique. Le très long chapitre sur l’histoire des recherches (même si on le retrouve dans chaque ouvrage sur Lyon antique) est indispensable pour évoquer l’évolution de la collecte des antiques. Il était utile de faire, par exemple, l’exégèse du « tombeau des deux amants » encore en place à l’époque, des médailles et inscriptions depuis Pierre Sala jusqu’à Auguste Allmer, et l’organisation de la recherche archéologique jusqu’à nos jours.

10Le cadre naturel présente notamment les conditions hydrologiques à Lyon, avec les deux cours d’eau et la question récurrente de l’emplacement du confluent. La plaine de Vaise, là encore, semble être la zone la mieux connue, depuis le développement des fouilles du métro Gorge de Loup et des raccordements du Tunnel de l’Ouest Lyonnais. Certains dépôts tardi-glaciaires comme le loess ont servi à maintes reprises de matériau de construction dès l'époque augustéenne, laissant visibles un certain nombre d’excavations. Les avancées les plus notables en matière d'archéologie du paysage concernent là encore la plaine de Vaise dont les faciès successifs ont pu être reconstitués à de nombreux endroits du fait d'importants travaux (fig.78-79 et CAG 69/2).

11La Presqu'île, quant à elle, est qualifiée par les auteurs de « mobile » (p. 95 Un tableau évolutif de la confluence est dressé en trois cartes (fig. 81, 82 et 83) confirmant le maintien de lônes partiellement actives durant une partie de l'époque romaine et expliquant les possibles travaux de remblaiement périodique. A l'Ouest, le long de la colline de Fourvière, une « vieille Saône » a été identifiée sur plusieurs chantiers des quartiers de Saint-Jean et Saint-Georges, ainsi qu'une défluviation d'époque augustéenne (?) empruntant un chenal proche de l'actuel. Ce chapitre, notamment, nécessitera d’être réintroduit dans le volume 2, consacré à la Presqu’île.

12C'est dans le quartier de Vaise et le long de la Saône que les établissements humains les plus anciens, même si quelques découvertes éparses ont eu lieu en d’autres emplacements, semblent avoir été continus, de l'Âge du Bronze à l'époque romaine.

13Les grands moments de l'histoire de Lyon sont traités ensuite dans leur succession chronologique, avec au moins une question d'ordre topographique (reprise dans la synthèse) qui concerne tout à la fois l'emplacement de la bataille de Lyon de 197, la question de l'enceinte de la ville (reprise dans le dossier concernant « l'assiette de Lugdunum ») et celle de l'abandon de la ville haute. Quant à la toponymie, son apport est faible, limité à la présence d'un pagus de Condate (confluent ?) et aux kanabae (situés sur la Presqu'île ?).

14« Construire à Lugdunum » renseigne sur les différents centres d'approvisionnement en matériaux de construction, les carrières locales (gneiss à Vaise-Chapeau Rouge, granit gris quai Saint-Vincent) et éloignées (pierre du Midi, de Seyssel, de Brangues) et sur la présence de centres d’extraction d’argile sur les chantiers de construction eux-mêmes, pratique reconnue à de nombreux endroits.

15Les trames urbaines et réseaux viaires font l'objet de développements importants : trois trames (A, B et C) ont été repérées au cours des temps sur trois secteurs différents et semblent bien correspondre à trois phases successives de l'occupation de la colline, la première (A), limitée à un secteur d'une douzaine d'hectares, correspondant à l'époque de la fondation de la colonie. Une première phase aurait été constituée d'îlots rectangulaires de 35x70 m de côté, recoupés en îlots carrés à l'époque augustéenne, époque durant laquelle l'urbanisation des différentes terrasses de la colline aurait eu lieu, terrasses reliées entre elles par des rues en forte pente, voire par des escaliers. Le réseau B aurait alors inclus une vingtaine d'hectares. Au milieu du 1er siècle de notre ère, ces deux réseaux auraient été étendus, A à 20 ha et B à 25 ha. Plusieurs tronçons d'axes viaires et de limites parcellaires conservent dans le cadastre napoléonien et sur de courts tronçons, la mémoire de ces deux réseaux (réseau A, rue Roger Radisson, réseau B rue Cléberg, rue des Minimes). On note également la permanence de certains réseaux viaires dits de liaison, comme la montée Saint-Barthélémy (voie de Condate), en connexion avec un ouvrage de franchissement de la Saône près de la passerelle Saint-Vincent (prolongé par une voie antique en rive gauche en direction de l'amphithéâtre et de la voie du Léman – montée des Carmélites).

16Une question reste pendante, celle de la raison qui prévalait à la coexistence de ces trois réseaux A, B et C ? Font-ils, par exemple, référence à la présence de noyaux d'habitat antérieurs ?

17L'alimentation en eau fait l'objet d'une étude détaillée, avec les nombreux puits, citernes, réservoirs, castella, réseau de distribution… mais également aqueducs mis au jour, incluant les quatre aqueducs majeurs de Lugdunum (Mont d'Or, Izeron, Gier et Brévenne), avec le problème lié à leur altitude d'arrivée et aux chronologies de construction et destructions afférentes.

Les feuilles de l'Atlas

18Elles représentent la part centrale du travail et leur réalisation a nécessité près de deux décennies d’enquête et de vérification de terrain. On ne peut que souligner le travail de fourmis des auteurs qui ont reconstituée en détail l’histoire de chaque parcelle par l’analyse des documents disponibles, ainsi que des nombreux transferts de propriété et des différents aménagements. La recherche des restes archéologiques passe par des voies quelquefois inattendues, comme l’enluminure du XVIe siècle représentant la maison de Pierre Sala à l’Antiquaille. Chaque croquis de fouille est localisé (au mieux), comme par exemple fig.197, 198a, ou encore fig.443 (croquis de 1964, rue Nicolas de Lange). Chaque monument donne lieu à une interprétation et une discussion très argumentée. Des édifices énigmatiques sont répertoriés (cités sous cette appellation et jamais retrouvés ni identifiés précisément, comme par exemple la Crocte Ronde, fig.186). La grande majorité des sites et des monuments mis au jour est aujourd'hui détruite, voire perdue, mais le paysage lyonnais donne quelquefois au promeneur la surprise de la rencontre avec un témoin de l'Antiquité. Si l'on excepte le théâtre et l'odéon antiques, c'est par exemple le cas de la « terrasse Cléberg » (feuille 7, p. 299 sq.) signalée et dessinée par Syméoni en 1559, encore visible depuis la rue Cléberg… bien évidemment également la « grotte Berelle » sous le lycée Saint-Just, qui jouit d’un plein succès lors des Journées du Patrimoine.

19Le premier volume est donc composé de 13 feuilles, dont trois (6, 9 et 12) ont été dédoublées afin de prendre en compte le détail de plusieurs états chronologiques. Cet espace était décrit dans la CAG 69/2 dans les pages 488 à 600 (Chomer et Le-Mer, op. cit.). Le report sur le plan cadastral, avec le très gros travail de localisation des découvertes, plonge le lecteur dans un abime de réflexion : si peu d'espace bien connu, sur un espace (la colline de Fourvière) pourtant si limité !

20La présentation est identique pour chacune des feuilles : l'identification des vestiges, chacun étant numéroté sur le plan, suivant son type et dans l'ordre chronologique de sa découverte. Sont ainsi tour à tour catalogués la voirie, les habitations, l'artisanat… et les « indéterminés ». Un bilan est ensuite présenté sous forme d'une interprétation des vestiges, type après type.

21Sur chaque feuille est reporté et positionné l'ensemble des découvertes archéologiques, puis chacune d'entre ces dernières est commentée dans une grille évoquant tour à tour la « voirie et (l') urbanisme », les « habitations », les « aménagements hydrauliques », les « monuments publics »… En fin de l'examen de chaque feuille, un chapitre est consacré à l'« Interprétation" des données. Chaque croquis de fouille, même ancienne, est localisé (au mieux), comme par exemple les figures 197, 198a. Chaque lieu a été visité, exploré, comme c'est le cas pour les citernes antiques réutilisées en cave (fig. 192a) ou en cuisine (fig. 206).

22La conception même de l'Atlas repose sur un découpage arbitraire de l'espace. Ainsi, la feuille 1, mais d'autres également, comme les feuilles 2, 3 ou 4… ne couvre qu'une part infime de l'espace plan du sommet de la colline et, en revanche, plus de 70 % de sa superficie sont formés de fortes pentes qui n'ont pas, jusqu'à aujourd'hui, livré de vestiges. L'organisation même de l'implantation humaine, sur un éperon escarpé, a nécessité la mise en place d'aménagements spécifiques, comme des systèmes de soutènement, des habitats en terrasses adossés à la colline. L'un des problèmes spécifiques à Lugdunum étant celui de l'alimentation en eau, de nombreux aménagements hydrauliques, malheureusement souvent très difficiles à articuler entre eux, ont été relevés (citernes, aqueducs, caniveaux, égouts…).

23Les feuilles 1, de la Sarra, 2, de La Solitude, 3, de l’Angélique, concernent le bord septentrional de la colline, et couvrent partiellement une zone très pentue qui n'a livré de vestiges que sur son extrême partie sud, le reste étant formé de fortes pentes en direction de la Saône et vierge de toute découverte (dans l'état actuel). L'habitat est majoritairement représenté, ainsi que des fours de potiers. Ainsi, la feuille 2, de La Solitude, a livré un système de terrasses entre de forts murs de soutènement, dans un cadre d'habitats richement décorés de peintures et de mosaïques, avec portique et nymphée. La feuille 3 contient un édifice aujourd'hui resté dans le paysage comme toponyme, L'Angélique (du nom de son propriétaire au XVIe siècle Nicolas de Langes, dont les auteurs reconstituent l'histoire) ainsi que l'un autre nom de lieu, le Capot, toponyme également connu également au nord de Lyon, à Caluire. La feuille 4 aborde les deux terrains différents de la rive de la Saône et du sommet de la colline, ce qui n'est que partiellement le cas pour la feuille 8 (Antiquaille et Saint-Barthélémy). Voirie, riches habitations en terrasses au-dessous de l'esplanade de Fourvière, comme la « maison des gladiateurs", trésor monétaire, inscriptions en remploi, citernes et aménagements hydrauliques, mais le secteur semble avoir été rapidement abandonné à cause de nombreux glissements de terrain dès l'Antiquité.

24Avec la feuille 5, qui présente la particularité d'inclure le nouveau cimetière de Loyasse… ce qui laisse un vaste espace vierge de fouilles au centre de la feuille, mais une multitude d'observations effectuées sur tout le pourtour, le cœur du plateau est abordé. C'est le point d'arrivée de l'aqueduc du Gier, encore en élévation de nos jours. Le cirque romain de Lyon y trouverait sa place, suivant certains auteurs (ce qui semble improbable, si on se réfère aux pratiques urbanistiques de l’Antiquité romane), ainsi qu'un vaste édifice thermal.

25Les feuilles 6 et 9 sont les plus remplies et sont les seules à fournir une idée précise et complète d'un espace puisqu'elles couvrent pour la première la zone fouillée par les archéologues dans le quartier du Verbe-Incarné, et pour la seconde l'emprise des théâtres romains. La feuille 6, du Verbe Incarné, occupe le cœur de la ville antique… et est d'une certaine manière, parmi les mieux connues du plateau (p. 203-280). Elle explicite la méthode de travail des auteurs : pour fournir une lisibilité et une compréhension maximales, la documentation a été analysée et reportée sur quatre « calques » chronologiques successifs : 6A, de 43 à 20/15 av.J.-C., 6B, de 20/15 av.J.-C. à 10/15 ap.J.-C., 6C, de 10/15 au milieu du Ier s. et 6D, du milieu du Ier s. au IIIe s.

26La feuille 9, tout comme la 6, est au cœur de la ville antique, avec « les théâtres romains ». L'étude en est divisée chronologiquement en trois feuilles 9a, 9b et 9c. Une fosse de l'Âge du Bronze est l'un des plus anciens témoins de présence humaine sur le plateau, et des vestiges prenant la forme de trous de poteaux notamment remontent à l'époque de l'implantation coloniale. Le théâtre romain serait lui-même datable, dans sa première époque, du séjour d'Auguste à Lyon et en Gaule en 15 av.J.-C. alors que l'odéon ne fut construit qu'au début du second siècle de notre ère.

27Les feuilles 7 et 7bis forment le cœur du problème lyonnais : le forum se trouvait-il à Fourvière même, ou non ? Etait-ce l'emplacement du Palais impérial et des thermes ? Les auteurs orientent aujourd'hui leur recherche vers une autre direction, celle d'un sanctuaire multiple d'époque préromaine continué à l'époque impériale, de type comparable à ceux de Vienne (colline de Pipet) et d'Orange (colline Saint-Eutrope).

28La feuille 8 est, elle encore, située en bord de pente et partagée entre deux formes de relief, le plateau à l'ouest et la pente à l'est (montée Saint-Barthélémy, montée du Chemin neuf).

29Dans la feuille 10, consacrée à la zone de l'Antiquaille, la maison de Pierre Sala, illustrant un manuscrit du même auteur entre 1517 et 1523, coiffait les anticaglia du dessin de Syméoni de 1559. A. Steyert avait vu, dans la Domus Iuliana signalée à cet endroit par une inscription, la villa de Julien ou le palais de l'Empereur, remplacé au XIIe s. par une « place des bœufs" ou forum boarium (Steyert, p. 299).

30La feuille 11 « La Visitation » fait partie des espaces où l'on se plait à penser que la recherche lyonnaise a encore de belles surfaces de terrain à explorer ! Elle ouvre sur la zone périphérique, les faubourgs de la ville, avec le vallon de Trion. On retrouve donc les éléments de l'enceinte, des habitats, des remplois d'inscriptions et des tombes longeant la voirie… donc une position aux limites entre intra et extra-muros.

31Feuille 12, Les Farges, comprend les restes d'enceinte trouvés place Abbé Larue, l'habitat des "hauts de saint-Just" et le quartier d'habitat et de thermes « de la rue des Farges ». Pour une meilleure compréhension, elle est divisée en deux feuilles, 12a et 12b. Les couches de l'Antiquité y sont scellées par une nécropole de l'Antiquité tardive (rue des Farges).

32Enfin, la feuille 13 occupe l'espace de la pente donnant sur la Saône et dont la terrasse supérieure est occupée par le lycée Saint-Just. Des soutènements sont présents à flanc de colline et, dans l'enceinte du lycée, la « grotte Berelle » (vaste citerne) est déjà signalée et décrite par Claude Bellièvre et G. Syméoni au XVIe s. A. Audin, à la suite de P. Fabia, localisait la caserne de la garnison de Lugdunum dans les environs proches du lycée Saint-Just (au Puy d'Ainay ou à Pierre Scize pour Steyert, p. 316, à Saint-Just pour Audin, 1956, p. 111) et, très logiquement (la première servant à surveiller la seconde), l'atelier monétaire (que Steyert voyait dispersé en quatre emplacements différents, suivant en cela les lieux de découverte de flans monétaires, p. 301-302).

33La recherche archéologique lyonnaise s’enrichit, avec cet ouvrage, d’un grand livre (grand par le format, mais surtout par la qualité de la recherche conduite). Beaucoup de questions sont soulevées par un travail aussi précis que celui-là. Le portrait de la ville s'esquisse progressivement sous nos yeux, les pentes de la colline semblent s'habiller de maisons luxueuses en terrasses. Cependant, un nombre considérable de monuments publics, évidemment présents dans toutes les colonies de droit romain, sont encore à localiser ainsi que des édifices spécifiques à Lugdunum, comme la caserne de la cohorte urbaine, l’atelier monétaire… et des événements : la bataille de Lugdunum, en 197, a-t-elle finalement laissé des traces tangibles ? Il en est de même des lieux symboliques, comme la prison (elle se situait certainement à proximité du forum, cf. Audin, p. 122 après Steyert, p. 299), prison dont on visitait encore naguère la soit-disant cellule de saint Pothin dans le périmètre de l'Antiquaille ! Le tracé de l’enceinte, si elle a existé (?), reste encore peu net. La localisation d’un grand monument nous échappe encore également, le cirque dont A. Audin indique que seuls deux emplacements pourraient convenir à son emprise, le cimetière de Loyasse et ses bordures, mais dont les sondages ne sont pas probants (Audin, p. 120-121) et le vallon de Trion… mais ce sera pour le tome 2 de l'Atlas.

34L'iconographie est abondante, détaillée et toujours judicieusement choisie. Juste une coquille sur le nom de G. Macabéo (Macébo p. 17, col. 2, 2e§). On attend désormais la publication des volumes 2 et 3 sur l'antiquité classique, et on formule des vœux pour que la publication du volume 4, consacré à l'Antiquité tardive, soit faite dans des délais raisonnables.

STEYERT A., 1895, Nouvelle histoire de Lyon et des provinces de Lyonnais - Forez - Beaujolais - Franc-Lyonnais et Dombes, vol. 1 : Antiquité, Lyon, Edité par Bernoux & Cumin, 614 p.

Top of page

Bibliography

ARTAUD F., 1846, Lyon souterrain, ou observations archéologiques et géologiques faites dans cette ville depuis 1794 jusqu'en 1836, Lyon, Collection des Bibliophiles lyonnais, imprimerie Nigon, 246 p.

AUDIN A, 1958, Essai sur la topographie de Lugdunum, Lyon, Imprimerie des deux collines, plusieurs rééditions.

LE MER A.-C. et CHOMER C., 2007, Carte archéologique de la Gaule 69-2 : Lyon, Paris, MSH, Académie des inscriptions et Belles-Lettres, 885 p., 889 figures.

LENOBLE M. et FRANÇOISE-DIT-MIRET L., 2014, L'atlas topographique de Lugdunum, Les nouvelles de l'archéologie [En ligne], 136 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2016, URL : http://journals.openedition.org/nda/2480; DOI : 10.4000/nda.2480)

LENOBLE M. et MONIN M., 2019, L'Atlas topographique de Lugdunum, un programme de recherche essentiel à l'archéologie lyonnaise, Culture et Recherche, 139, printemps-été, p. 73.

WUILEUMIER P., 1953, Lyon, métropole des Gaules, Paris, Les Belles Lettres, 118 p.

Top of page

References

Electronic reference

André Buisson, « Michel Lenoble et coll., Atlas topographique de Lugdunum. 1 - Lyon-Fourvière », Géocarrefour [Online], Reviews and articles to be published soon, Online since 21 January 2020, connection on 18 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/13287

Top of page

Copyright

© Géocarrefour

Top of page
  • OpenEdition Journals