Navigation – Plan du site

Maurice Gautier, Philippe Guigon, Gilles Leroux, Les moissons du ciel, 30 ans d'archéologie aérienne au-dessus du Massif Armoricain

André Buisson
Référence(s) :

GAUTIER M., GUIGON P., LEROUX G., 2019, Les moissons du ciel, 30 ans d'archéologie aérienne au-dessus du Massif Armoricain, Rennes, PUR, 431 p.

Texte intégral

1Edité au format "paysage", qui convient particulièrement bien au sujet traité et aux documents présentés, cet ouvrage présente, après un tri certainement drastique des photographies prises par les auteurs, un bilan de la recherche en archéologie aérienne dans le Massif Armoricain. Bien évidemment, l’effet de surprise est passé, par rapport aux découvertes liées à la sécheresse de 1976 et à la publication de la thèse de Roger Agache sur la Picardie (1978), mais pour autant l'émerveillement reste intact.

2Après les préfaces, dont celle de Bruno Bréard, co-auteur voilà plus de quarante ans de l'Atlas d’archéologie aérienne de Picardie (Agache et Bréard, 1975), l'ouvrage débute par « L’hommage à nos glorieux aînés ». Ce chapitre est comme une sorte de « passage obligé », alors que ces Moissons du ciel sont publiées près de cent ans après les premières recherches du père Antoine Poidebard. Les auteurs ont fait dans ce domaine un travail de recensement exhaustif qui leur a été permis par leur participation aux séminaires et colloques d’archéologie aérienne depuis plus de 30 ans. Ils identifient dans les pages 16 à 20 les différentes régions déjà étudiées par d’autres, les méthodes et techniques employées et les résultats obtenus, sur sols nus ou végétalisés, par photo verticale ou oblique…

  • 1 Après les études menées en Orient (A. Poidebard) ou en Afrique du Nord (J. Baradez), les chercheurs (...)
  • 2 Conditions climatiques, hygrométrie, profondeur du sol et résistance au dessèchement, méthodes de c (...)

3Les auteurs explicitent ensuite le cadre géographique de leur recherche (chaque région a ainsi eu « son » ou « ses » prospecteurs1) et en identifient les caractéristiques géographiques qui lui donnent ses spécificités et particularités pour la reconnaissance aérienne2. Le Massif Armoricain, leur région d’élection, est ainsi identifié avec ses micro-régions, pays et paysages, terres de légendes (par exemple l’entrée de l’enfer fig. 22, p. 36).

4Ce livre est une manière de dérouler l’album des photographies magnifiques prises par les auteurs et de fournir un instantané riche en renseignements pour les géographes et les historiens : les méandres et paléo-chenaux des rivières (fig. 28-29), le bocage (fig. 31), le remembrement (fig. 32-34)… C’est ensuite une façon d’expliquer leur méthode de travail, déjà mise en forme dans le remarquable Atlas d’archéologie aérienne de Picardie déjà cité (Agache et Bréard, 1975) et affinée au cours du temps avec le « redressement » des photographies aériennes obliques aujourd’hui grandement facilité par l’utilisation de logiciels performants.

  • 3 A comparer avec le recensement d’édifices comparables dans la région lyonnaise : Action thématique (...)

5Dans la partie « centrale » de l’ouvrage (p. 90-408), les données engrangées sont classées et présentées par période chronologique. Sans reprendre systématiquement chacune des découvertes, remarquons l’accent mis par les auteurs dans leur recherche des installations préromaines, enclos parcellaires, structures fossoyées (par exemple fig. 199) et notons par exemple la « moisson » très abondante en mottes féodales (entourées de fossés)3, identifiant les premières seigneuries médiévales (« Un si long Moyen Âge : Bellatores, lieux de pouvoir », p. 284-314) ou les pêcheries (fig. 341-342). Parmi les découvertes remarquables de la période antique, voyons ce théâtre rural (fig. 227) à Craon en Mayenne ou l’aqueduc de Carhaix (fig. 247), alors qu’au risque de paraître « blasé », villas et habitats gallo-romains font figure de classiques !

  • 4 Pour reprendre le titre de l’ouvrage de R. Chevallier, 1964.

6Considérant, à juste titre, que l’Histoire ne s’arrête jamais, les auteurs ont eu l’heureuse idée de « continuer » leur livre avec des chapitres concernant les périodes « 1500-1939 : évolutions ou révolutions ? » et « De 1939 à nos jours : l’entrée dans un nouveau monde ». Ainsi, l’avion est réellement à la découverte du passé4, quel qu’il soit ! Aménagements routiers récents, nouvelles formes d’exploitation agricole, extension urbaine, créations architecturales… prennent place dans ces deux chapitres fort bien documentés.

7Enfin, une série d’annexes vient renforcer le caractère scientifique de l’ouvrage, avec une bibliographie générale, régionale (classée département par département) et une liste des rapports de prospection des auteurs de l’ouvrage.

8Les spécialistes trouveront dans ce livre matière à développer la connaissance de la région (par exemple Galliou, 1983, 1991; Meynier, 1976), et les lecteurs pourront faire défiler le passé régional au long des pages du riche album photographique qui forme le cœur du livre.

Haut de page

Bibliographie

AGACHE R., BRÉART B., 1975, Atlas d'archéologie aérienne de Picardie : le bassin de la Somme et ses abords à l'époque protohistorique et romaine ; préface d'Ernest Will,... ; [publié par la] Société des Antiquaires de Picardie, 2 vol., 164 p.-[6] f. de pl. + [36] f. de pl : ill. en noir et en coul., couv. ill ; 45 cm + carte : 1 f. dépl

AGACHE R., 1978, La Somme pré-romaine et romaine, Amiens, Mémoires de la Société des Antiquaires de Picardie, Série in-quarto, Tome vingt-quatrième, 515 p.

CHEVALLIER R., 1964, L'avion à la découverte du passé, Paris, Fayard.

GALLIOU P., 1983, L'Armorique romaine, Brasparts, Les Bibliophiles de Bretagne, 310 p.

GALLIOU P., 1991, La Bretagne romaine : de l'Armorique à la Bretagne, Paris, Éditions J.-P. Gisserot, 127 p.

MEYNIER A., 1976, Atlas et géographie de la Bretagne, Paris, Flammarion, Paris, 293 p., rééd. 1994

Haut de page

Notes

1 Après les études menées en Orient (A. Poidebard) ou en Afrique du Nord (J. Baradez), les chercheurs se sont, d’une certaine manière, partagé l’Hexagone : R. Agache en Picardie, R. Goguey entre Bourgogne et Alsace, J. Dassié en Charente…

2 Conditions climatiques, hygrométrie, profondeur du sol et résistance au dessèchement, méthodes de culture, densité du couvert végétal…

3 A comparer avec le recensement d’édifices comparables dans la région lyonnaise : Action thématique programmée en archéologie métropolitaine : "inventaire des fortifications de terre" (groupe Rhône-Alpes), Château de Terre : de la motte à la maison-forte - histoire et archéologie médiévales dans la région Rhône-Alpes, Juin 1987-décembre 1988, p. 32.

4 Pour reprendre le titre de l’ouvrage de R. Chevallier, 1964.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Maurice Gautier, Philippe Guigon, Gilles Leroux, Les moissons du ciel, 30 ans d'archéologie aérienne au-dessus du Massif Armoricain », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 13 janvier 2020, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/13419

Haut de page

Auteur

André Buisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals