Navigation – Plan du site
articles

Le commerce international du vin et ses logiques territoriales à plusieurs échelles

The international wine trade and its territorial organisation at different scales
François Legouy et Sébastien Dallot

Résumés

Fr

Les exportations de vins dans le monde sont analysées à plusieurs échelles, mondiale, nationale, régionale et locale. Elles révèlent une Europe encore dominante malgré des pertes en parts de marché en faveur des pays du Nouveau Monde et le rôle primordial de la France encore leader en valeur mais obligée de toujours plus partager l’énorme marché du vin. La structure des exportations internationales met en évidence le rôle des pays riches et développés, ainsi que l’existence de hubs de redistribution. À l’échelle de la France, les sites d’exportations montrent une structure en archipels sous-jacente aux principales villes des grands vignobles régionaux et une organisation oligopolistique à la fois territoriale et entrepreneuriale, liée au rôle fondamental des négociants, plus particulièrement des néo-négociants à la tête de véritables transnationales et qui ont créé avec les autres transnationales étrangères l’oligopole mondial de la vigne et du vin. Ces néo-négociants sont apparus dans la seconde moitié du XXe siècle. Leur mode opératoire, proche de la grande distribution et des autres transnationales étrangères du vin, engendre de nouvelles configurations territoriales de production et de commercialisation des vins.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le vin est une boisson culturelle qui, à partir de ses origines historiques caucasiennes et proche-orientales s’est diffusée très largement dans presque tous les pays du monde (Pitte, 2009). Son expansion témoigne d’une tradition au sein des pays européens et d’une innovation dans les pays du Nouveau Monde et dans les nouveaux pays consommateurs en apportant une image sociale positive. La consommation humaine est le principal moteur de l’économie du vin (FranceAgriMer, 2006). Les exportations en sont le bras armé (Legouy, 2015 et 2017). Cette géographie du commerce du vin veut explorer les logiques spatiales et les nouvelles configurations territoriales des exportations de vin dans le monde et depuis la France qui correspondent aussi à une logique parallèle et fondamentale des acteurs, notamment celle des négociants et à l’intérieur de cette catégorie de néo-négociants venus à l’origine de mondes étrangers au vin. La logique des exportations peut être analysée à plusieurs échelles, locale et globale. Elle est liée à celle des acteurs du marché qui recherchent une optimisation, économique de leurs investissements et spatiale de leurs lieux d’implantation. Elle est donc double, à la fois externe au territoire national avec un objectif de conquête de nouveaux marchés et de maîtrise des marchés existants en répondant à une demande qui évolue dans le temps ; et une logique interne au territoire français où les « opérateurs » en se collant au mieux aux zones de production cherchent à assurer et à diversifier leurs approvisionnements en investissant sur l’ensemble des vignobles régionaux. Ainsi, tout dépend des acteurs et des enjeux économiques et de la réalité de la production qui varie annuellement en fonction des facteurs météorologiques et économiques.

2Quelles sont les logiques économiques et spatiales qui sous-tendent le commerce du vin ? Qui sont les acteurs, et quelles sont leurs empreintes spatiales ?

  • 1 Chaque entreprise est répertoriée par un numéro de code à 9 chiffres qui permet de l’identifier
  • 2 Le code APE ou Activité Principale Exercée d’une entreprise permet de connaître le type d’activité (...)

3Pour ce faire, l’analyse utilise les données disponibles de la FAO à l’échelle mondiale et à l’échelle des pays en situant la France dans un contexte mondial très concurrentiel, puis les données des douanes françaises qui à partir du code siren1 des entreprises éclairent sur les caractéristiques des exportateurs français, leurs lieux d’implantation, par l’adresse du siège social de l’entreprise, les volumes et les valeurs liées aux exportations, les pays destinataires, en recherchant pour chacun d’entre eux leur fiche APE2 sur internet. La typologie des exportateurs qui découle de cette analyse peut se décliner sous forme de synthèse en quelques grandes catégories. La dernière partie de cette analyse multiscalaire demeure inédite dans le domaine des acteurs du vin.

4Ainsi, nous aborderons dans un premier temps le marché mondial du vin à petite échelle, puis dans un second temps, les principaux pays exportateurs de vins, contexte à la logique internationale des exportations françaises et enfin, la logique spatiale interne au territoire français, reflet de la diversité de ses acteurs.

La logique internationale du marché du vin à petite échelle : la croissance des exportations face aux cycles de la consommation et de la production.

5Le triptyque consommation-production-exportation forme un système vitivinicole, un ensemble où tous les éléments sont en interaction, qui a évolué et entraîné une forte croissance des exportations, avec des périodes d’accélération et de replis conjoncturels, témoignant de la mondialisation du vin.

Le triptyque consommation – production – exportations : des cycles parallèles de consommation et de production pour une croissance plus régulière des exportations.

6Ce triptyque peut être analysé sur un même graphique où les variables sont mises en relation. Il révèle un véritable système vitivinicole.

Figure 1 : Evolution des exportations de vin, de la production et de la consommation mondiales et de l'écart entre ces deux dernières variables (1972-2015)

Figure 1 : Evolution des exportations de vin, de la production et de la consommation mondiales et de l'écart entre ces deux dernières variables (1972-2015)

Source : OIV-FAO

7La courbe des exportations paraît beaucoup plus autonome que celle de la production et de la consommation. Entre ces deux dernières, il existe une nette corrélation entre les cycles de hausse et les cycles de baisse (entre les années 1978 et 1994, entre 1994 et 2008 et depuis 2008 qui ouvre une période marquée par un certain tassement de la consommation, et ce, malgré les fortes irrégularités de la production qui s’estompent quelque peu au cours des années 1990 (LEGOUY, 2016). L’écart entre la production et la consommation a tendance à diminuer, passant au-dessous de 50 millions d’hl et permettant de diminuer sensiblement le risques de surproduction. La baisse de ces deux variables se poursuit dans les pays traditionnellement producteurs et consommateurs (i.e. de la vieille Europe) et augmente dans les nouveaux pays producteurs et consommateurs (i.e. pays du Nouveau monde et pays émergents).

8La tendance générale de la courbe des exportations, à cette échelle en tout cas, est celle d’une croissance plus régulière et ininterrompue, malgré quelques nuances et une stabilisation depuis 2008, plus visibles à une autre échelle de représentation…

9Le triptyque consommation, production et exportations forme un véritable système où chaque élément est lié aux autres et où la consommation est le facteur déterminant. « Alors que la consommation domestique était prédominante il y a 20 ans, elle est devenue internationale, entraînant une intensification des échanges » (FranceAgriMer, 2016). Le vin était autrefois un véritable aliment de consommation courante et quotidienne en Europe. Il est devenu plus occasionnel, plus festif (ROUDIÉ, 2000). Les habitudes alimentaires ont changé, la production en a subi directement les conséquences et logiquement les exportations ont suivi. La mode du rosé, vin facile à boire et simple à comprendre (LEGOUY, 2008) depuis une quinzaine d’années a propulsé les vins de Provence devenue premier vignoble mondial du rosé _ désormais, tout le monde produit du rosé _ ; la tendance des vins effervescents a conduit de nombreux vignobles à produire, qui du crémant, qui du prosecco, par exemple. Nous sommes donc passés du modèle du vin-aliment à celui du vin-plaisir.

10Ainsi, la forte baisse de la consommation du vin en Europe a-t-elle entraîné une réduction inéluctable des surfaces et de la production dans cette même Europe et une réaction des marchands de vins qui ont davantage prospecté et vendu à l’étranger dans un contexte de mondialisation croissante des échanges économiques et de la culture alimentaire. La croissance de la consommation internationale de vin (hors Europe) a entraîné la progression de la production de vins dans les pays du Nouveau Monde, puis par une boucle de rétroaction positive un nouveau rebond en Europe, malgré le déclin confirmé de la production de vins de table et d’entrée de gamme, particulièrement en France, et au contraire la progression plus importante de la production de vins identifiés par le système des appellations d’origine mis en place dès les années 1930, pleinement opérationnel au cours des années 1960-70 et qui continue à identifier de nouvelles appellations (LEGOUY, 2014). En ce sens, nous assistons bien à de nouvelles configurations spatiales de la vigne et du vin entre « vins du Nord » et « vins du Sud ».

11Le développement extraordinaire de la viticulture et de la consommation de vin ne peut se comprendre sans prendre en considération les intérêts économiques en jeu, les revenus tirés de la filière et les emplois qui en dépendent. La question de la diffusion culturelle d’un aliment-plaisir est également fondamentale.

Les exportations à l’échelle mondiale : un indicateur de la bonne santé du marché du vin, malgré les crises

12Les exportations de vins en valeur et en volume 1961 à 2015 révèlent un phénomène de progression, entrecoupée par des paliers et des baisses.

Figure 2 : Les exportations mondiales de vins en valeur et en volume (1961-2015)

Figure 2 : Les exportations mondiales de vins en valeur et en volume (1961-2015)

13Sources : FranceAgrimer -OIV- FAOSTAT

14Sur une période de plus de 50 ans, plusieurs faits notables sont visibles. Le montant total des exportations mondiales de vins représente 32 milliards de dollars en 2015, contre 0,53 milliards en 1961. Cette forte augmentation est liée à un plus grand nombre de pays exportateurs : 52 pays en 1961 et 151 en 2015, soit trois fois plus. FranceAgriMer (2017) estime que 46 % de la production est actuellement exportée, ce qui ne manque pas d’influencer le marché intérieur des pays producteurs. Il s’agit d’un processus spatial d’expansion et des exportations et de diffusion de la consommation du vin.

  • 3 Fin 2014, 1 € = 1,1685 US $ et fin 2015, 1 € = 1,0858 US $

15Les exportations de vins en valeur et en volume montrent globalement des courbes ascendantes, avec des périodes d’accélération et d’autres de repli. Les évolutions interannuelles sont dépendantes de la conjoncture dont les paliers ou les reculs sont représentatifs des aléas météorologiques, des volumes en jeu (la surproduction a pour effet de faire baisser significativement les prix) et des périodes de crises économiques. La variation de la courbe des valeurs est liée aussi à la variation des cours du dollar servant aux échanges internationaux. La courbe des exportations en valeur au cours des années 1990 et 2000, ainsi que le décrochage entre 2014 et 2015 peut être en partie attribuée à une période de dépréciation de cette monnaie3, mais elle est aussi représentative d’une financiarisation croissante de l’économie mondiale au début des années 1990 (ADDA, 2012).

16Dans ce contexte mondial du commerce du vin en pleine expansion, quelle est la place de l’Europe et de la France ?

La position de la France en Europe et dans le monde : le premier de la classe… en valeur

17La France domine le marché du vin et entraîne avec elle l’Europe et les autres pays vitivinicoles. Chaque pays présente des caractéristiques qu’il est possible de regrouper en quelques catégories.

Les exportations et la balance commerciale de la France impriment le mouvement général des échanges mondiaux du vin

18Les exportations de vins sont concentrées logiquement en un plus petit nombre de pays que les importations.

Carte 1 : Les exportations de vins par les principaux pays exportateurs (1995-2015)

Carte 1 : Les exportations de vins par les principaux pays exportateurs (1995-2015)

Sources : FAOSTAT

19Plus des trois-quarts des exportations en valeur sont le fait de sept pays seulement dont quatre d’entre eux sont des pays du Nouveau Monde (Chili, Australie, États-Unis, Nouvelle-Zélande). Ces pays du Nouveau Monde sont arrivés tardivement sur le marché du commerce du vin : dès les années 1980 et avec plus de force au cours de la décennie 2000 grâce à des prix compétitifs. Ce sont de redoutables concurrents des pays européens, de la France en particulier.

20La France n'en demeure pas moins le premier pays exportateur de vins en valeur dans le monde (8,98 milliards de dollars en 2015) et le troisième en volume (1,35 millions de tonnes en 2015). Elle forme un trio de tête avec l’Italie et l’Espagne en cumulant un peu plus de 57 % en valeur (18 milliards de dollars) et 65 % des exportations en volume (5,86 millions de tonnes). La France a perdu depuis plus de dix ans la tête des exportations en volume au profit de ses deux concurrents européens directs. La balance commerciale de ces trois pays est fortement excédentaire.

21Ce constat vient prendre à contre-pied le discours sur le déclin de l’économie de la vigne et du vin en Europe en général et en France en particulier. Malgré des arrachages conséquents de surfaces viticoles produisant majoritairement des vins de table , malgré la perte de marchés, malgré des séries de mauvaises récoltes liées aux aléas météorologiques (gel printanier, grêle estivale, sécheresse estivale, ou au contraire été chaud et humide entraînant des maladies cryptogamiques, mildiou, oïdium, black-rot), la balance commerciale européenne des flux de vins est l’une des premières balances commerciales mondiales et s’explique largement par la balance commerciale française qui tire l’ensemble européen vers le haut.

Figure 3 : Balance commerciale de l'Europe et de quelques pays représentatifs (1961-2015)

Figure 3 : Balance commerciale de l'Europe et de quelques pays représentatifs (1961-2015)

Source : FAOSTAT

22La France maîtrise ainsi 29 % du marché mondial des exportations et exporte dans le plus grand nombre de pays (notamment avec les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Chine…). L’écart entre la France et les autres pays ne cesse de s’agrandir au fil du temps, sauf certaines années par rapport à l’Italie, brillant second. Les exportations françaises impriment ainsi le mouvement de la courbe des exportations mondiales et de la balance commerciale des principaux pays européens.

23Ce leadership français s’explique par l’antériorité historique française dans des vins de qualité, alors que l’Espagne a un positionnement davantage axé sur le bas de gamme et de forts volumes (1e rang en 2015) et que l’Italie est en situation intermédiaire entre ces deux pays (Cardebat, 2017). Ces trois pays restent encore fortement consommateurs même si la consommation a sensiblement baissé depuis les décennies 1960-70 perdant ainsi d’année en année de leur superbe. Les exportations de ces trois pays européens sont tournées vers les principaux importateurs États-Unis, Royaume-Uni, Chine et Allemagne, Japon.

24En sortant de ce trio européen, quelques pays exportateurs (Royaume-Uni, Pays-Bas, Singapour et Belgique, ainsi que le territoire de Hong-Kong) jouent incontestablement un rôle de hubs et de ré-exportateurs, même si les volumes restent secondaires, mais en apportant une plus-value intéressante, d’autant que les vins sont généralement de qualité et à forte notoriété. A cet égard, les pays de l’UE premier marché mondial pour les échanges de marchandises, en particulier de l’Europe de l’Est, et malgré la chute de leurs surfaces viticoles depuis le début des années 1990 pour ces derniers pays, forment un cadre idéal pour les réexportations en direction des pays limitrophes à l’Union européenne.

25La logique de la mondialisation des échanges du vin a entraîné de meilleurs partages des revenus entre les différents pays producteurs et exportateurs qui veulent tous avoir leur part du gâteau d’une des productions agro-alimentaires les plus rentables qui soient.

26De la synthèse entre production, consommation et exportations, il est possible de dresser une typologie des principaux pays vitivinicoles.

Une diversité de pays vitivinicoles qui concurrencent la France

  • 4 Cette typologie complète celle que nous avons élaborée dans l’article « Le vin dans la mondialisati (...)

27FranceAgrimer (2017, p. 30-33) propose une typologie pertinente en cinq grandes catégories des pays vitivinicoles4 en distinguant les pays exportateurs au marché intérieur conséquent (France, Italie, Portugal et Argentine), les pays producteurs ouverts aux importations (Allemagne et États-Unis), les pays centrés sur leur marché intérieur (Brésil et Chine), les pays marqués par un marché limité (Hongrie et Bulgarie) et les pays disposant d’un marché intérieur limité qui commercialisent leur production essentiellement à l’export (Chili, Afrique du sud, Australie et Nouvelle Zélande). Nous ne nous attarderons que sur quelques-uns de ces pays seulement. La France sera davantage étudiée dans la troisième partie de cet article.

  • 5 Depuis juillet 2003, l’Espagne encadre le secteur vitivinicole par la loi. Le vin est déclaré « pro (...)
  • 6 La syrah présente aux Etats-Unis un grand engouement auprès de certains vinificateurs, les Rhone ra (...)

28Les pays du Nouveau monde sont répartis avec raison en plusieurs catégories en fonction de profils très variés. Les États-Unis sont maintenant le premier pays consommateur devant la France, l’Italie et l’Allemagne, grâce à une progression croissante de la consommation qui ne se dément pas. Le vin y a une image beaucoup plus positive qu’en France car il est considéré comme une boisson saine car naturelle5. Sa production, elle aussi en fort développement, ne suffit pas à sa consommation et oblige à des importations massives de vins de marque (Australie, Chili…), et de qualité (France, Italie…) qui positionnent le pays en quatrième importateur de vins, mais au septième rang pour les exportations, avec la balance commerciale la plus déficitaire au monde. Les autres pays ont des stratégies de production de vin nettement plus tournées vers le marché international car la consommation de vin de leur marché intérieur reste faible malgré des progrès notoires ces deux dernières décennies. Le Chili, l’Australie l’Afrique du Sud et la Nouvelle Zélande sont typiquement dans cette stratégie basée sur l’exportation de l’essentiel de la production (souvent en vrac) et même de conquête du marché mondial. Cette stratégie repose sur la séparation entre les viticulteurs et les vinificateurs et un marketing de choc avec des productions de masse de produits technologiquement soignés, souvent irrigués, à base de cépages internationaux très prisés (pinot noir, chardonnay, cabernet sauvignon, sauvignon, syrah6…), relativement peu coûteux à la production, donc très compétitifs sur le marché international, capables de plaire au plus grand nombre et qui ont su s’imposer dans les pays anglo-saxons, en Amérique, au Royaume-Uni, en Allemagne et en Chine.

29Le cas de ce dernier pays est exemplaire à plusieurs titres. Voici un nouveau venu dans le panorama vitivinicole mondial comme en témoigne la courbe négative de la balance commerciale qui s’enfonce au milieu des années 2000, après son entrée à l’OMC en 2001, et qui est en passe de devenir un marché de première importance en consommation avec encore de fortes marges de progression (5e rang en 2015), en importation (4e rang en 2015) et qui reste très modeste pour les exportations. L’essentiel des surfaces viticoles, sans doute les deux-tiers, est tournée pour l’instant vers la production de raisins frais. Mais les plantations de vignes s’effectuent à grande vitesse car les Chinois apprennent vite en viticulture comme en œnologie en consultant les plus fameux œnologues de la planète de la vigne et du vin et avec des étudiants disséminés aux quatre coins du globe dans les plus grandes écoles. Ils investissent dans les vignobles étrangers en y achetant de nombreuses propriétés, en particulier des châteaux bordelais.

30La concurrence pour la France ne cesse ainsi de croître avec un nombre grandissant de pays qui produisent et qui exportent. En ce domaine, la nouvelle configuration spatiale est telle qu’elle aboutit à un amoindrissement de la position européenne. Dans le même temps, la consommation internationale vient palier la forte baisse des pays européens et ce, depuis les années 1990. Les nouveaux consommateurs demandent une variété de vins, et pas seulement des vins technologiques de marque, et parmi ceux-ci des vins français à forte notoriété.

L’organisation économique et spatiale des exportations de vins en France : une logique oligopolistique façonnée par les néo-négociants

31L’analyse de l’organisation spatiale des exportations de vins depuis la France met en évidence un marché international tourné vers les pays les plus développés et une structure intérieure des exportateurs en archipels. Les exportateurs les plus importants, notamment les néo-négociants, forment un oligopole entrepreneurial et spatial.

La logique spatiale internationale des exportations de vins par la France dominée par les pays du Nord

Carte 2 : Les exportations de vins par la France (2015)

Carte 2 : Les exportations de vins par la France (2015)

Carte 3 : Les exportations de vins de Champagne (2015)

Carte 3 : Les exportations de vins de Champagne (2015)

Carte 4 : Les exportations de vins de Bordeaux (2015)

Carte 4 : Les exportations de vins de Bordeaux (2015)

32Les exportations de vins dans le monde par la France sont sans doute les plus diversifiées géographiquement : 197 pays et territoires, y compris les destinations françaises d’outre-mer, sont concernés. C’est la première logique spatiale : plus les exportations sont importantes, plus les destinations sont nombreuses. Cependant, elles demeurent concentrées en quelques pays privilégiés qui sont du reste les premiers pays importateurs (États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Chine, Belgique, Japon et le territoire de Hong-Kong…). Les pays européens, notamment ceux du nord-ouest, représentent près de 50 % de ces exportations françaises, par un effet de proximité spatiale et de marché d’échanges unifié par l’UE. C’est la deuxième logique spatiale. La France est également le premier pays qui exporte des vins en Chine. À cet égard, les portes d’entrées de Singapour pour l’Asie du Sud-Est et de Hong-Kong, Macao et Taïwan pour la Chine déterminent le troisième pôle régional d’exportations des vins français redessinant la triade classique chère aux économistes, en nette progression depuis une douzaine d’années. En d’autres termes, troisième logique spatiale, les principaux pays importateurs sont les pays du Nord et parmi les plus riches de la planète ; le vin, aliment-plaisir, reste un produit accessoire et de luxe. A contrario, chaque crise économique marque un frein aux exportations, en particulier pour les vins les plus chers. C’est ainsi qu’en plein creux des échanges mondiaux de marchandises après la crise de 2008, les ventes de vins de Champagne ont connu un trou d’air de plusieurs années alors que les ventes de vins de Bordeaux avaient trouvé un heureux palliatif avec la Chine et s’étaient retrouvées devant les vins de Champagne en valeur en 2012.

33Par opposition, les pays impliqués dans une logique de production pour l’exportation et les pays du Sud importent peu de vins français, l’Australie faisant exception, en raison de difficultés dans la production de vin depuis 2007. Les relations avec les anciennes colonies françaises sont visibles tandis que les pays qui ne consomment pas d’alcool pour des raisons religieuses brillent par leur absence.

Figure 4 : Les exportations de vins par grandes régions viticoles en France (2015)

Figure 4 : Les exportations de vins par grandes régions viticoles en France (2015)

Sources : Douanes

34La hiérarchie régionale des meilleures valorisations des vins par les exportations a été dernièrement bousculée avec la troisième place en valeur des vins du Languedoc-Roussillon au détriment des vins de Bourgogne relégués au quatrième rang. L’explication est simple, la Bourgogne a souffert de très mauvaises récoltes ces dernières années pour cause de grêle, gel et mildiou. Les marchés perdus seront difficiles à reconquérir, la place étant immédiatement occupée par de nouveaux venus. A l’inverse, le Languedoc-Roussillon a bénéficié de récoltes abondantes, de prix compétitifs sur le marché international et aussi d’une restructuration de la production mettant l’accent sur les vins de cépages (empruntés à Bordeaux et à la Bourgogne) très prisés à l’étranger.

35En 2015, les vins de Champagne devancent à nouveau en valeur nettement ceux de Bordeaux, mais moins qu’il y a une douzaine d’années où ces derniers représentaient la moitié en valeur des exportations de vins de Champagne et le double de ceux de Bourgogne. Le rapport valeur sur volume met à l’honneur la Champagne avec une moyenne de 25 €/L, puis les vins de Bourgogne (13 €/L), de Bordeaux (9 €/L). Les vins du Languedoc-Roussillon sont les derniers avec un petit 2,4 €/L, mais devant les vins étrangers revendus par la France. Cette position encore très modeste résulte pour partie d’une réputation passée pourtant révolue de production de vins de table. Les mentalités mettent beaucoup de temps à changements à changer !

36La destination géographique des exportations n’est pas identique en termes de valeur pour tous les vins, même si elle reprend grossièrement le schéma général. Il existe ainsi des nuances significatives en fonction des attirances alimentaires pour tel ou tel type de vin. Les vins de Champagne connaissent la diffusion la plus variée et la plus abondante dans la majorité des pays, mais ils n’arrivent pas à percer en Chine autant que les vins de Bordeaux et ceux du Languedoc-Roussillon qui les devancent largement pour des raisons essentiellement culturelles. Les Chinois boivent plus de vins rouges que de vins blancs, le rouge étant la couleur du bonheur et du drapeau communiste (GIROIR, 2002). Tout récemment, la consommation chinoise s’est démocratisée davantage en direction des classes moyennes avec des vins de qualité moyenne, et s’est affinée pour les élites en faveur du champagne.

37La logique spatiale internationale des exportations de vins par la France est donc liée à la richesse et au développement des pays, ainsi qu’à la proximité spatiale encore renforcée par le marché unifié de l’Union européenne. Les facteurs culturels comme la religion jouent un rôle non négligeable.

38Cette logique spatiale internationale a nécessairement des retentissements sur l’organisation intérieure à l’espace français

La logique spatiale interne à la France par les exportations de vins : une organisation en archipels

Carte 5 : Les exportations de vin en valeur en France (2015)

Carte 5 : Les exportations de vin en valeur en France (2015)

Sources : Douanes

Carte 6 : Les exportations de vin en volume en France (2015)

Carte 6 : Les exportations de vin en volume en France (2015)

Sources : Douanes

39La géographie des exportations de vins en France est réalisée en fonction de la connaissance des exportateurs et de leur lieu d’implantation au siège social de leur entreprise. Elle est calquée en grande partie sur celle de la production de vin et sur la distribution des principales appellations d’origine. Les grandes vallées fluviales et leurs affluents qui accueillent les principaux vignobles français sont ainsi soulignés (Legouy, 2014). Si l’un des principaux soucis des opérateurs du vin est d’assurer leurs approvisionnements, ils sont très liés aux producteurs de vins et ils sont localisés dans les principales villes des vignobles. Mais, la présence du vignoble d’appellation n’explique pas tout. De nombreux petits centres d’exportations sont implantés dans des pôles urbains liés aux exportations de marchandises à la périphérie du territoire, en relations avec les principaux ports (Boulogne, Calais, St Nazaire, Rouen-Le Havre, Marseille, Toulon, par exemple) et les plus grands aéroports (Roissy, Orly) ou encore par l’effet de frontière qui joue à Lille. La métropole parisienne occupe une position significative dans les exportations de vins, tant en valeur qu’en volume ; elle rappelle s’il en était besoin que Paris est un grand centre économique et commercial avec des ramifications multiples.

40Plusieurs faits viennent nuancer l’organisation spatiale générale : la présence exceptionnelle du pôle de Petersbach en Alsace, dans le Bas-Rhin plus en volume qu’en valeur (cf. infra), sans mesure proportionnelle avec l’importance du vignoble alsacien ; la région du Languedoc-Roussillon est aussi plus affirmée pour les exportations en volume que pour les exportations en valeur. De fait, la région du Languedoc-Roussillon a opéré des mutations depuis les années 1970 dans sa structure productive en transformant son vignoble de masse produisant des vins de table (vins sans indication géographique dans la nouvelle nomenclature de 2009) en vignoble majoritairement de vins de pays (vins à Indication Géographique Protégée) et secondairement en vignoble d’appellation (Appellation d’origine Protégée). Toutefois ces mutations n’ont pas tout modifié. La région Languedoc-Roussillon abrite encore l’un des plus grands vignobles mondiaux en termes de surfaces et les volumes de vins produits y demeurent conséquents.

41La logique spatiale des exportations à l’intérieur de l’espace français est donc celle d’une organisation en archipels marquée par la domination de quelques énormes pôles bien individualisés notamment en Champagne, à Bordeaux, en Bourgogne, en Alsace (où on retrouve les plus fortes valorisations) entourés par de très nombreux centres secondaires, voire marginaux, localisés dans les vignobles. Derrière cet archipel se trouve un oligopole économique et spatial.

Une structure économique et spatiale en oligopole

42La hiérarchisation graphique de ces pôles met en évidence une organisation spatiale en oligopoles à franges (RASTOIN & alii, 2006). Ce concept a été élaboré par les économistes de l’UMR MOISA à partir de l’analyse de bases de données des principaux opérateurs vitivinicoles en France et de leurs chiffres d’affaires réalisés en France et à l’étranger. Il est complètement validé à l’aide des données des douanes détaillant tous les exportateurs français de vins.

Figure 5 : Les principaux pôles d'exportation de vin en France en valeur et en volume (2015)

Figure 5 : Les principaux pôles d'exportation de vin en France en valeur et en volume (2015)

Sources : Douanes

43En effet, à l’échelle de la France, que ce soit en valeur ou en volume, trois à quatre pôles majeurs dominent et de loin les autres centres d’exportations de vins. Nous pouvons l’interpréter comme un oligopole territorial, dans la mesure où les pôles d’exportations majeurs correspondent aussi à quelques rares acteurs. Ce même oligopole est extrêmement hiérarchisé avec le deuxième pôle qui suit immédiatement le premier dans un rapport de 1 à 3 dans la taille, et avec une concentration qui va en s’accentuant : en 2010, le rapport entre le premier pôle et le second était de 1 à 2. Nous dépassons ainsi le simple concept économique qui insiste uniquement sur l’aspect « opérateurs ». Entre les franges que nous appelons ici marges, nous pouvons intercaler un centre englobant l’oligopole et sa périphérie. Sont ainsi mis en valeur les centres d’Epernay, de Reims, de Tours-sur-marne et de Aÿ en Champagne, de Bordeaux, Carignan-de-Bordeaux, Blanquefort, Parempuyre, Carbon-Blanc en Bordelais, de Beaune, Nuits-Saint-Georges, Meursault, Macon en Bourgogne. La hiérarchie des pôles peut changer entre les statistiques en valeur ou en volume. Les pôles du vignoble languedocien liés aux caves viticoles et aux gros négociants (Narbonne, Carcassonne, St-Félix-de-Lodez, Pézenas, …) se révèlent davantage et logiquement dans les volumes.

44De fait, cette répartition illustre parfaitement l’organisation des centres d’exportations de vins en France à l’échelle nationale mais aussi à l’échelle régionale : chaque grand vignoble possède ses pôles, ses centres, ses périphéries et ses marges… Pour les vins de Bordeaux, quatre pôles commandent nettement les autres centres d’exportations : Bordeaux, Blanquefort, Carignan de Bordeaux et Parempuyre. En Champagne, comme en Bourgogne, deux pôles dominent fortement les autres, Epernay et Reims d’une part et, d’autre part, Beaune et Nuits-Saint-Georges… Dans ces cas de figure, la ville l’emporte sur les petits bourgs ruraux, mais il n’est pas nécessaire qu’elle soit une grande métropole régionale. Le cas bordelais est finalement assez exceptionnel. Mais il mérite d’être nuancé, car si Bordeaux reste le premier pôle en valeur, il fait jeu égal avec Blanquefort pour les volumes et Parempuyre prend la troisième place à Carignan situés dans la périphérie bordelaise… Pourtant, traditionnellement, Libourne et saint-Emilion font figure de grands pôles de négoce avec la place de Bordeaux. Ces trois pôles comptent le plus de négociants et d’exportateurs en Gironde, loin devant Carignan et Parempuyre ou même Landiras. Le cas bordelais montre une nouvelle configuration spatiale d’exportations des vins liée à de nouvelles logiques économiques et d’acteurs.

45A l’échelle locale de l’agglomération, il faut distinguer entre le centre de commandement, le centre de gestion et de fonctionnement de l’entreprise et la plateforme logistique, qui sert souvent de lieu de vinification, d’embouteillage, de stockage et de départ pour le transport. Cette dernière est le plus souvent située en périphérie urbaine et à proximité d’une voie rapide ou d’une entrée d’autoroute. La logique spatiale industrielle du vin est la même que celle de l’industrie tout court, en suivant un processus de desserrement urbain et de délocalisation périurbaine des établissements les plus voraces en espaces libres. Michel Réjalot (2003), dans sa thèse décrit ces grandes plateformes logistiques bordelaises comme des nouvelles cathédrales du vin qui correspondent à de nouvelles logiques spatiales, et souvent à de nouveaux acteurs.

46L’exemple bordelais nous invite à entrer dans le rôle des acteurs en général et des négociants en particulier. La présence de l’énorme pôle alsacien des Grands Chais de France de Petersbach créé ex-nihilo par Joseph Helfrich peut être éclairée en dégageant les principales caractéristiques des exportateurs. Aux pôles d’exportations correspondent l’équivalent en termes d’acteurs, même si certains d’entre eux sont présents par l’intermédiaire de leurs filiales dans plusieurs pôles. A la nouvelle hiérarchie spatiale des exportations répond la non moins nouvelle hiérarchie des exportateurs, avec la mise en évidence d’une même structure oligopolistique encore plus accentuée, réduite à deux-trois exportateurs seulement.

Figure 6 : Les principaux exportateurs de vins en valeur en France (2015)

Figure 6 : Les principaux exportateurs de vins en valeur en France (2015)

Sources : Douanes

Figure 7 : Les principaux exportateurs de vins en France en volume (2015)

Figure 7 : Les principaux exportateurs de vins en France en volume (2015)

Sources : Douanes

  • 7 Plusieurs centaines de types révélés par les APE
  • 8 FEVS : Fédération des exportateurs de vins et spiritueux

47S’il existe une multitude d’exportateurs7 avec de nombreuses porosités entre les activités (un vigneron peut être aussi un négociant, se déclarer caviste et avoir un hébergement touristique par exemple), il est possible de les regrouper en cinq grandes catégories, les négociants, les vignerons, les caves coopératives, les cavistes, les intermédiaires divers. La FEVS8 rappelle régulièrement que 80 % des exportations de vins et spiritueux sont réalisés par ses adhérents qui sont des négociants. Ils sont les plus importants. Ce pourcentage est globalement vérifié par les données des douanes : 78 % des exportateurs sont des négociants. Les vignerons suivent (9 %) avec les caves coopératives (7 %), les cavistes (0,5 %) sont loin derrière les intermédiaires (6 %) qui sont en majorité des grossistes dans une diversité de productions. La hiérarchie des exportateurs est proche de celle des pôles d’exportations où ceux du Languedoc sont plus nombreux dans le graphique des volumes que pour celui des valeurs où les Champenois, les Bordelais et les Bourguignons sont majoritaires, excepté le cas alsacien des Grands Chais de France implantés à Petersbach par le négociant Joseph Helfrich.

48Les négociants doivent être séparés entre les anciens et traditionnels, dont certains remontent à la fin du XVIIIe siècle et les nouveaux apparus dans la seconde moitié du XXe siècle que nous appelons ici « néo-négociants ». Ces derniers ont peu à peu fait leur place au soleil en absorbant nombre de leurs concurrents régionaux. Ils proviennent parfois d’une filière étrangère au monde de la vigne et du vin, comme LVMH avec sa filiale Moët Hennessy Champagne Service (MHCS) qui provient du luxe, Vranken est un Belge qui s’est marié avec la fille d’un négociant champenois, Castel est lié à la bière et aux eaux minérales ou Les Grands Chais de France (GCDF) dont son fondateur vient des spiritueux et des alcools. Pernod-Ricard a la même trajectoire originelle des spiritueux. Or désormais, ces nouveaux négociants tiennent le haut du pavé en termes d’exportations pour les volumes comme à Petersbach pour les GCDF ou pour les valeurs à l’instar de MHCS en Champagne.

49Ces néo-négociants sont apparus dans le même temps que les fondateurs des grandes transnationales étrangères australiennes, américaines, italiennes ou espagnoles exportatrices de vins et ont accompagné la mondialisation du vin en France avec les mêmes stratégies et les mêmes logiques de développement : création de vins de marque pour être bien identifié auprès des acheteurs, diversification des aires d’approvisionnement dans les pays d’origine en s’implantant dans tous les vignobles régionaux par l’intermédiaire de filiales tout en enracinant l’ancrage régional, implantation à l’étranger pour y développer et conquérir un marché émergent ou s’affranchir des règles de production considérées comme très (trop) contraignantes en Europe, exportation de très gros volumes avec un rapport valeur sur volume finalement assez faible, et de petites marges sur les vins les moins réputés… Ils sont donc devenus de véritables transnationales aux multiples filiales françaises et étrangères.

50Les GCDF sont dans tous les vignobles français ou presque, mais ils ne réalisent qu’un quart de leur chiffre d’affaires en France. Ils sont donc très tournés vers l’international par leurs exportations. Au contraire, Castel, qui lui aussi a investi tous les vignobles français, vend la majeure partie de son vin en France.

51MHCS uniquement centré sur la Champagne a investi les marques Cheval blanc et Chandon dans plusieurs pays étrangers (Argentine, Inde, États-Unis, Australie, Chine), tandis que Vranken et Taittinger ont investi dernièrement au Royaume-Uni pour produire des vins effervescents en raison d’un réchauffement climatique favorable à un glissement de la production de vins vers des latitudes plus septentrionales et en créant de facto une concurrence franco-française à leurs propres produits nationaux, mais avec l’idée de favoriser une consommation qui se tournera un jour sur les champagnes originaux de France…

52Ce faisant, ils ont mis en œuvre de nouvelles configurations territoriales de la vigne et du vin. Ils ont participé activement à la création d’un oligopole territorial de la vigne et du vin en France comme à l’étranger, et ce, à plusieurs échelles : internationale, nationale et régionale.

Conclusion

53Les flux liés aux exportations et aux importations de vins confirment la première place de l’Europe et de la France. Cette dernière peut être considérée comme un modèle vitivinicole du fait de sa première place en valeur pour les exportations. Mais, au moins dans le détail, le point de départ de ces mêmes flux et l’organisation spatiale qui en découle restaient encore peu connus. Ces points de départ correspondent aux principales AOP et villes vitivinicoles françaises à forte notoriété, sièges des entreprises exportatrices, avec des exceptions notables. Ces exportations mettent en évidence ce que les économistes de l’UMR MOISA de Montpellier ont appelé un oligopole à franges. Cet oligopole est à la fois entrepreneurial et territorial, dessinant une organisation en archipels, centres, périphéries et marges à plusieurs échelles. Il correspond à d’inhabituelles configurations spatiales créées par de nouveaux acteurs du marché, les néo-négociants, bousculant partiellement les logiques des négociants traditionnels.

54L’oligopole français a été mis en œuvre au même moment que l’oligopole mondial. Il en fait intrinsèquement partie. Il découle des mêmes logiques de concentration et de création d’entreprises d’envergure internationale capables de rivaliser avec les concurrentes américaines, australiennes et européennes. À ce titre, il se partage le marché mondial du vin, il investit à l’étranger, dans les pays concurrençant directement les vins français et commercialise de plus en plus de vins étrangers. Il fabrique ainsi une autoconcurrence. En d’autres termes, le modèle français et le marché mondial du vin se sont influencés mutuellement.

55Il reste encore une inconnue qui est celle de l’évolution de la Chine. Si, comme le reconnaît volontiers le géographe et spécialiste de la Chine Guillaume Giroir « la Chine a vocation à être première en tout », le système vitivinicole mondial ne peut encore qu’évoluer et bousculer la hiérarchie présente…

Haut de page

Bibliographie

ADDA J., 2012, La mondialisation de l’économie, Paris, La découverte, 344 p.

BARAT J., MONTANGE B., IMERTI M.-H., Analyse des filières vitivinicoles des principaux pays producteurs dans le monde, Paris, FranceAgriMer, CNIV, 13 p. http://www.franceagrimer.fr/filiere-vin-et-cidriculture/Vin/Informations-economiques/Etudes-et-syntheses/(offset)/10?SearchText =

BRUGIERE F., AIGRAIN P., BECHET B., 2006, Facteurs de compétitivité sur le marché mondial du vin, VINIFLHOR, Paris, 35 p.

CARDEBAT J.-M., 2017, Economie du vin, Paris, La découverte, 127 p.

GIROIR Guillaume, 2002, Vin, mondialisation et civilisation en Chine, Douro-Estudos & Documentos, Vol VII (13), p. 255-284.

LENNOZ-GRATIN Ch., 2017, Facteur de compétitivité sur le marché mondial du vin, FranceAgriMer, Paris, 55 p.

LEGOUY F., 2014, La géohistoire de l’espace viticole français sur deux siècles : 1808 – 2010 : plusieurs cycles viticoles décrypté, Paris, Espace-Temps, http://www.espacestemps.net/articles/la-geohistoire-de-lespace-viticole-francais-sur-deux-siecles-1808-2010-plusieurs-cycles-viticoles-decryptes/

LEGOUY F., BOULANGER S. (dir.), 2015, Atlas de la vigne et du vin ; un nouveau défi de la mondialisation, Paris, Armand Colin, 173 p.

LEGOUY F., 2015, Les territoires du vin dans la mondialisation, analyses multiscalaires et multivariées et représentations cartographiques, HDR de l’Université d’Orléans, 2 vol. , 600 p.

LEGOUY F., 2016, Vin et mondialisation, Images économiques du monde, Paris, Armand Colin, p. 127-130.

LEGOUY F., 2017, Les territoires du vin dans la mondialisation : la France un modèle pour l’Europe ? Conférence donnée au Ministère de l’économie à l’occasion de la fête de la gastronomie, septembre 2017.

PITTE J.-R., 2009, Le désir du vin à la conquête du monde, Paris, Fayard, 333 p.

RASTOIN J.-L., MONTAIGNE E., COELHO A., 2006, Globalisation du marché international du vin et restructuration de l’offre, INRA, n° 5-6, 4 p.

RÉJALOT M., 2003, Le modèle viti-vinicole bordelais dans sa filière (1980-2003). Un idéal français dans la tourmente ? Thèse de doctorat de Géographie, Université de Bordeaux 3, Bordeaux, 372 p.

ROUDIÉ Ph., 2000, Vignobles et vins de France : élitisme et diversité, Historiens & Géographes, n° 370, p. 341-346.

Haut de page

Notes

1 Chaque entreprise est répertoriée par un numéro de code à 9 chiffres qui permet de l’identifier

2 Le code APE ou Activité Principale Exercée d’une entreprise permet de connaître le type d’activité de cette entreprise. La connaissance des APE des exportateurs aboutit à une typologie des acteurs.

3 Fin 2014, 1 € = 1,1685 US $ et fin 2015, 1 € = 1,0858 US $

4 Cette typologie complète celle que nous avons élaborée dans l’article « Le vin dans la mondialisation, entre les pays du Nord et les pays du Sud », concernant tous les pays de la planète, producteurs et consommateurs de vin ou non et qui est publiée dans l’ouvrage de 2019 aux éditions des PUM/PUB en hommage au professeur Bernard Charlery de la Masselière. Nous renvoyons le lecteur à cet article et nous proposons ici la synthèse de FranceAgriMer qui ne concerne que les pays produisant du vin.

5 Depuis juillet 2003, l’Espagne encadre le secteur vitivinicole par la loi. Le vin est déclaré « produit naturel » et les pouvoirs publics promeuvent une consommation culturelle responsable. En France, le vin subit depuis plusieurs année une forte dégradation de son image : au premier verre il serait cancérigène…

6 La syrah présente aux Etats-Unis un grand engouement auprès de certains vinificateurs, les Rhone rangers qui n’envisagent pas seulement la qualité des vins à la seule aune des pinots noirs, des cabernets-sauvignons ou des chardonnays, mais aussi avec la syrah, cépage emblématique des crus prestigieux du nord de la vallée du Rhône.

7 Plusieurs centaines de types révélés par les APE

8 FEVS : Fédération des exportateurs de vins et spiritueux

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Evolution des exportations de vin, de la production et de la consommation mondiales et de l'écart entre ces deux dernières variables (1972-2015)
Crédits Source : OIV-FAO
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13442/img-1.png
Fichier image/png, 54k
Titre Figure 2 : Les exportations mondiales de vins en valeur et en volume (1961-2015)
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13442/img-2.png
Fichier image/png, 41k
Titre Carte 1 : Les exportations de vins par les principaux pays exportateurs (1995-2015)
Crédits Sources : FAOSTAT
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13442/img-3.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 3 : Balance commerciale de l'Europe et de quelques pays représentatifs (1961-2015)
Crédits Source : FAOSTAT
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13442/img-4.png
Fichier image/png, 71k
Titre Carte 2 : Les exportations de vins par la France (2015)
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13442/img-5.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Carte 3 : Les exportations de vins de Champagne (2015)
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13442/img-6.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Carte 4 : Les exportations de vins de Bordeaux (2015)
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13442/img-7.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 4 : Les exportations de vins par grandes régions viticoles en France (2015)
Crédits Sources : Douanes
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13442/img-8.png
Fichier image/png, 12k
Titre Carte 5 : Les exportations de vin en valeur en France (2015)
Crédits Sources : Douanes
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13442/img-9.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Carte 6 : Les exportations de vin en volume en France (2015)
Crédits Sources : Douanes
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13442/img-10.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 5 : Les principaux pôles d'exportation de vin en France en valeur et en volume (2015)
Crédits Sources : Douanes
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13442/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Figure 6 : Les principaux exportateurs de vins en valeur en France (2015)
Crédits Sources : Douanes
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13442/img-12.png
Fichier image/png, 24k
Titre Figure 7 : Les principaux exportateurs de vins en France en volume (2015)
Crédits Sources : Douanes
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13442/img-13.png
Fichier image/png, 22k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Legouy et Sébastien Dallot, « Le commerce international du vin et ses logiques territoriales à plusieurs échelles », Géocarrefour [En ligne], 93/2 | 2019, mis en ligne le 17 janvier 2020, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/13442 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.13442

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals