Navigation – Plan du site
articles

Circulation des produits forestiers non-ligneux à Dakar : Logiques et fonctionnement des filières de Detarium senegalense et Saba senegalensis

The circulation of non-timber forest products in Dakar: Organisation and operation of the short supply chains of Detarium senegalense and Saba senegalensis
Edmée Mbaye et Sidia Diaouma Badiane

Résumés

La question de l’approvisionnement des produits forestiers non-ligneux de plus en plus transformés a été souvent étudiée dans le cadre des relations entre les zones de production et les lieux de consommation (Ch. Ba, 2000, p. 1). Diverses études ont suffisamment démontré le caractère informel des échanges entre les espaces de provenance et de destination des produits alimentaires (M. Padilla et H. Bencharif, 2001, p. 261).

Cet article s’intéresse au circuit de deux produits forestiers non-ligneux : Detarium senegalense (Ditakh) et Saba senegalensis (Maad) dans l’agglomération dakaroise. L’étude se fonde sur l’hypothèse que le fonctionnement de la filière est déterminé par des logiques socioéconomiques (confiance et profit). La méthodologie est basée sur un suivi saisonnier des produits débarqués sur le marché urbain. Elle est complétée par l’application d’un guide d’entretien pour recueillir les informations sur les acteurs de la filière urbaine. Cette démarche a permis de démontrer que la performance de la filière est liée à la personnalité des acteurs qui manipulent la fixation des prix.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La catégorie des ressources forestières considérées de façon générique comme des produits forestiers non-ligneux sont les « biens d’origine biologique autres que le bois, provenant des forêts, d’autres terrains boisés ou provenant d’arbres hors forêts » (FAO 1999, p. 64). Les produits forestiers non-ligneux (PFLN), occupent une part non négligeable dans les réseaux de commerce national sénégalais. Les produits quittent les zones de cueillette (milieu rural) et ont deux destinations principales (fig. 1). L’une est la satisfaction des besoins locaux et l’autre, les marchés ruraux et urbains (Ndiaye 2000, p. 12 ; Roques et al. 2019, p. 2).

Figure 1 : Circuit des produits forestiers non-ligneux selon la provenance

Figure 1 : Circuit des produits forestiers non-ligneux selon la provenance

Source : Nd. A. Diop, 2007 – adaptée, mai 2019

2L’essentiel des quantités de PFNL commercialisés est débarqué dans les grands centres urbains dont Dakar reste le plus important du pays (Thiaw 2002, p. 123 ; Kane 2006, p. 266 ; Diop 2007, p. 223). Ces PFNL rapportent assez de profit au niveau local malgré leur caractère informel (Mbaye 2006, p. 218). Cependant, il y a très peu d’études sur leur aboutissement en bout de filières, c’est-à-dire les zones urbaines (filières courtes). Très peu de travaux de recherche sont effectués sur les quantités de produits, les revenus, les prix, du fait que l’activité est restée informelle et que les acteurs évoluent souvent dans des réseaux assez organisés.

3La présente étude s’intéresse particulièrement à la circulation des PFNL, notamment en zone urbaine. Elle se focalise ainsi sur l’analyse de la filière courte de Detarium senegalense et Saba senegalensis dans l’agglomération de Dakar (figure 2), qui concentre une bonne partie de la production commercialisée au Sénégal. Beaucoup d’études ont tenté de montrer l’importance des ressources végétales naturelles en amont des filières, en milieu rural à travers son impact socioéconomique au Sénégal (Mbaye, 2001, p. 51, 57, 60 ; Mbaye, 2006, p. 221, Dieng et al, 2016), démontre la valeur d’usage des PFNL à travers Cordyla pinnata. etc. D’autres ont mis l’accent sur les études ethnobotaniques comme M. Gueye et al. (2012, p. 773). En aval, rares sont celles qui ont dépassé les marchés de gros en raison des difficultés de collecte de données (Janin, 2019, p. 11). E. Mbaye, (2006, p. 237)a estimé la valeur économique des quantités de Detarium senegalense débarquées au marché syndicat de Pikine (Dakar). Dans la sous-région de l’Afrique de l’Ouest comme au Burkina Faso aussi, la plupart des études s’intéressent à l’organisation, la dépendance économique des populations aux PFNL, pour montrer leur importance dans les ménages (Ouédraogo et al, 2013, p. 45).

4Cette présente étude, tente, au-delà de la quantification effectuée au marché de gros de Pikine, d’apporter des réponses à l’organisation sociale de la filière à travers les logiques des acteurs détenant une filière très informelle, mais performante.

5L’agglomération dakaroise présente un cadre structurant de redistribution des PFNL comme Detarium senegalense et Saba senegalensis à partir de certains marchés urbains tels que Thiaroye, Syndicat de Pikine, Castor, Thilène, Port, Sandaga.

Figure 2 : Marchés concernés par l’étude

Figure 2 : Marchés concernés par l’étude

6Detarium senegalense est le fruit d’une plante forestière du même nom. Il s’agit d’une plante de la famille des Caesalpiniaceae. Elle peut atteindre une hauteur de 18 à 20 m. Le fruit de cette essence forestière est appelé « ditakh » en Wolof (nom vernaculaire au Sénégal). Les fruits ont la forme de « drupe globuleuse irrégulière et ovoïde, légèrement aplatie, large de 3 à 5 cm. Ils contiennent un gros noyau central recouvert d’une pulpe farineuse acidulée et très fibreuse, de couleur verte ». La floraison débute en mars et les premiers fruits atteignent leur maturité en août-septembre. La maturité complète, dans certains endroits, intervient en novembre – décembre. Le fruit de ditakh est consommé cru. La pulpe est utilisée pour préparer des nectars, des marmelades, des sirops.

7Saba senegalensis connu sous l’appellation de « maad » en Wolof est le fruit d’une plante lianescente de la famille des Apocynaceae. Cette espèce grimpante est pourvue de rameaux armés de vrilles terminales lui permettant de s’accrocher aux autres arbres et peut mesurer 40 m de hauteur. Les fruits ont une forme ovale large de 6 à 8 cm. Ils contiennent des graines enrobées de pulpes jaunes, moelleuses et juteuses à la maturité entre les mois de mai et août dans les zones de production au Sénégal. La pulpe jaunâtre acidulée, est appréciée comme rafraîchissement et se mange assaisonnée de sel, de sucre ou de piment. L’intérieur de la coque est couvert d’une peau superficielle que l’on peut consommer.

8Notre recherche s’article ainsi autour de l’hypothèse que la filière coutre de Detarium senegalense et de Saba senegalensis est portée par des acteurs de profils divers, ayant une logique de fonctionnement basée sur une dimension aussi bien spatiale que socioéconomique. Dans les marchés urbains de Dakar, certains acteurs disposent d’un pouvoir de référence par rapport à d’autres et par conséquent jouent un rôle prépondérant dans le système d’approvisionnement, la redistribution, la fixation des prix et la performance de la filière.

Cadre théorique et méthodologique

9L’étude a privilégié une approche filière (Padilla et Bencharif, 2001, p. 261) permettant d’aborder plusieurs aspects liés à la circulation des PFNL. La notion de circulation traduit ici, la mise en relation de différents acteurs de la distribution des PFNL, notamment les fruits de Detarium senegalense et de Saba senegalensis. La distribution de ces produits forestiers non ligneux semble mettre en évidence les stratégies commerciales qui reposent sur une dimension spatiale et les relations sociales entre acteurs du marché. Elle laisse percevoir dans une certaine mesure les déterminants de la performance de la filière à travers l’organisation des acteurs clés.

10Notre étude se situe dans le champ théorique de la géographie du commerce, orientée vers l’analyse de la hiérarchie des aires commerciales, des trames et structures, de la localisation des commerces, du comportement et des stratégies des acteurs (commerçants, consommateurs) (Mérenne-Schoumaker, 2011, p. 3). Il convient de clarifier ici que nous analysons la distribution classique en zone urbaine de produits forestiers non-ligneux locaux en Afrique de l’ouest. Il s’agit au-delà de l’aspect descriptif de la filière, de décrypter la configuration des marchés, le comportement des prix et des acteurs. Cela renvoie à la démarche que B. Mérenne-Schoumaker et S. Deprez, (2016, p. 14) proposent concernant les outils et méthodes de la géographie du commerce de détail. Notre approche puise son ancrage dans la théorie des « places centrales » de Berry, (Lemarchand, 2011, p. 2) selon laquelle, il existe des lois de distribution des produits liées à l’espace (marchés), et aux acteurs. C’est dans cette perspective de montrer que les fruits de Detarium senegalense et de Saba senegalensis s’insèrent dans un système de commerce et de consommation qui fait émerger une sorte de logique non seulement économique, mais aussi sociale, que cette étude est réalisée.

11Des prospections ont été faites dans les marchés officiels : le marché Syndicat de Pikine, le marché du Port, le marché Tilène, le marché Sandaga, le marché de Castor et le marché de Thiaroye-gare. De même certains quartiers ont été visités pour le suivi des revendeurs à la sauvette (Médina, castor, Plateau, Fass).

12Un suivi saisonnier des produits débarqués sur le marché urbain, a été fait, à partir du marché primaire de Syndicat à partir des données des coxeurs. (19 grossistes appelés coxeurs suivi en 2016). Il est complété par l’application d’un guide d’entretien pour recueillir les informations entre Janvier et Février 2018 auprès des grossistes (coxeurs), les demi-grossistes, les détaillants ou revendeurs au niveau des quartiers. L’enquête a concerné essentiellement 22 coxeurs rencontrés au marché Syndicat et au Port, 20 demi-grossistes répartis entre le marché Castor, le marché de Thiaroye-Gare, le marché Tilène, le marché Sandaga et 15 détaillants installés dans les quartiers de Castor, de Médina, de Plateau et de Fass.

13Des informations complémentaires ont été recueillies auprès de personnes ressources notamment, les structures étatiques chargées de la politique de valorisation des produits locaux et du contrôle de la circulation. Il s’agit essentiellement de la direction du commerce intérieur et de la direction des eaux et forêts chasse et conservation des sols.

14Par cette démarche, il est possible de montrer la structure de la filière du point de vue vertical (production mise en marché aux premier et second niveaux, c’est-à-dire les stades de gros et détail, mais aussi du point de vue horizontal (les échelles, les quantités de produits, etc.) et une dimension temporelle (une saison de suivi 2016).

15L’identification de la filière permet d’entrevoir les relations entre les différents acteurs pour mieux comprendre le fonctionnement, et saisir le comportement et la logique des acteurs (Hugon 1985, p. 8).

Caractéristiques de la filière et des acteurs

16La circulation des PFNL comme Detarium senegalense et Saba senegalensis est déterminée par les facteurs liés à la production et à l’approvisionnement à partir des zones rurales. Les caractéristiques de la filière se déclinent par la complexité des acteurs qui jouent un rôle crucial dans les maillons de distribution des produits en milieu urbain Dakarois.

Description de la filière

17L’approvisionnement de la ville de Dakar se fait par le ravitaillement en produits des zones de brousse (Côte d’Ivoire, Mali, Sénégal) vers la ville de Dakar. Ce système comprend des marchés officiels c’est-à-dire les lieux de commercialisation des produits en provenance des différentes zones de cueillette et d’autres points de vente informels (Figure 3). La filière est aussi caractérisée par les produits manipulés par les différents acteurs. Il ressort plusieurs maillons déterminés par des facteurs intrinsèques aux réalités du marché.

Figure 3 : Structuration des circuits d’approvisionnement

Figure 3 : Structuration des circuits d’approvisionnement

18Le marché Syndicat de Pikine est l’un des points centraux de débarquement des produits à Dakar. Il y a aussi des lieux de débarquement secondaires (le marché Sandaga, le marché Tilène, le marché Castor, etc.). Le marché Syndicat de Pikine, qui détient aujourd’hui le monopole des débarquements des PFNL, résulte de la dynamique de circulation des PFNL à Dakar.

19Ce marché, installé en 1977 à Pikine a connu de nombreux déplacements depuis Sandaga en 1945, le premier des centres principaux de débarquement, avant d’atteindre son emplacement actuel. C’est à ce niveau que se dessine actuellement le circuit des produits comme Detarium senegalense et Saba senegalensis.

20Les produits bruts (fruits frais ou secs), les produits semi-transformés et les produits transformés (industriels) sont les catégories de marchandises rencontrées dans les différents espaces de vente du marché dakarois. Du marché primaire (Syndicat) aux supermarchés (Casino Sahm et Plateau), il existe une variété de produits dérivés de Detarium senegalense et Saba senegalensis.

21Il existe des produits semi-transformés de façon artisanale, généralement au niveau domestique. Il s’agit des graines de Saba senegalensis enrobées de pulpes jaunes, bouillie au feu doux, assaisonnées de sucre, de sel ou encore de piment et vendues dans des petits gobelets. Le fruit de Detarium senegalense subit également une transformation domestique pour produire de la boisson locale.

22Les produits transformés (industriels) concernent le jus, la marmelade, le sirop, la confiture, fabriqués à base de Detarium senegalense et Saba senegalensis par des entreprises comme ESTEVAL, Zena Exotic Fruits, Founty Services, etc. Ces produits sont vendus dans des bocaux, des emballages plastiques ou des bouteilles de volume variable.

23Les produits bruts proviennent directement des zones de production du territoire sénégalais ou importés des pays voisins (Gambie, Mali, Côte-d’Ivoire, Guinée-Bissau, etc.). La vente de ces produits se fait en vrac au niveau du marché Syndicat et en détail dans les marchés secondaires, ainsi que dans les quartiers.

Caractéristiques des acteurs de la filière

24Les filières courtes des PFNL se caractérisent par une organisation assez particulière des acteurs. Ces derniers peuvent être regroupés selon leur fonction : les acteurs de l’approvisionnement et des échanges d’une part et les acteurs intervenant dans l’appui technique et la facilitation.

  • 1 Le bana–bana (terme wolof) est un opérateur économique de filière. Il peut s’identifier comme colle (...)

25L’approvisionnement est assuré par les bana-bana1 qui achètent les produits des zones de cueillette, pour les livrer aux coxeurs (grossistes). Ces derniers vendent les produits aux détaillants des marchés secondaires et aux revendeurs de quartiers.

26Les vendeurs à la sauvette permettent un approvisionnement de proximité aux consommateurs urbains. De ce fait les PFNL suivent un parcours assez régulier dont les paramètres sont la provenance et la saisonnalité.

27Les acteurs identifiés au niveau de la transformation sont plus ou moins diversifiés. Certains acteurs font la transformation des produits à titre individuel ou en groupement. Ils achètent les produits frais ou secs qui sont transformés en jus et autres produits dérivés consommables immédiatement ou à long terme. Une entreprise comme ESTEVAL fournit une variété de jus vendu à 350 F CFA (0,53 euro) la bouteille de 25 cl et 1.200 F CFA (1,83 euro) la bouteille d’un litre. Un litre de sirop peut coûter 2000 F CFA soit 3,05 euros.

28L’activité de transformation des produits forestiers non ligneux a été sans doute provoquée par une demande accrue de sous-produits consommables de qualité dans les grandes villes comme Dakar. Cette transformation artisanale ou semi-industrielle a l’avantage de permettre une conservation des produits et de les rendre disponibles sur le marché en contre saison.

29Les consommateurs urbains utilisent les produits bruts et transformés. Toutes les catégories sociales sont concernées par l’usage alimentaire des PFNL. La préférence des consommateurs dans le choix des types de produits, est justifiée par divers éléments. En effet, la transformation va de pair avec la recherche de qualité pour satisfaire les consommateurs. C’est pourquoi, les acteurs de la transformation misent sur la qualité pour rendre plus attractif leurs produits dans les espaces de vente. L’offre devient dès lors plus diversifiée. Certains consommateurs s’approvisionnent directement au niveau des vendeurs de quartier (produits frais ou semi-transformés), d’autres préfèrent les grands espaces (supermarchés) dans lesquels, ils peuvent acheter les produits de qualité (répondant aux normes d’hygiène et de qualité alimentaire).

30Le niveau de revenu des consommateurs et la proximité des lieux de vente des produits, sont aussi des éléments qui déterminent le choix de type de produits consommés. Les produits transformés ont relativement un coût plus élevé que les produits bruts, mais sont accessibles à toutes les catégories de consommateurs.

Figure 4 : Prix de vente des produits transformés de Ditakh et Maad

Figure 4 : Prix de vente des produits transformés de Ditakh et Maad

31Concernant le jus (nectar) de Ditakh et Maad notre investigation a révélé que le litre coûte entre 1200 (1,83 euro) et 1850 F CFA (2,82 euros) (figure 4). Le litre du sirop de Maad est vendu à 2000 F CFA (3,05 euros) par ESTEVAL et 2500 F CFA (3,82 euro) par le GIE Kumba. On note une variation de prix selon les types de produits. Le prix peut passer du simple au triple, bien que la comparaison soit difficile à faire, en raison du décalage entre le produit consommé à l’état brut et après transformation. Plusieurs intrants interviennent dans le processus de transformation du produit, cela se répercute sur la fixation du prix de vente. Le consommateur a la possibilité d’utiliser les gammes de produits conditionnés selon ses besoins.

32Différents acteurs interviennent au niveau institutionnel. Les structures étatiques concernées sont : la direction des Eaux et forêts, Chasse et Conservation des Sols (DEFCCS), la direction du commerce intérieur et les structures d’encadrement comme l’Institut de Technologie Alimentaire (ITA).

33Les produits sont contrôlés par la DEFCCS. Le poste de contrôle des produits qui arrivent au marché primaire de Syndicat se situe à Bargny. C’est à ce niveau que s’effectue le dernier contrôle des taxes de PFNL commercialisés à Dakar. La direction du commerce intérieur s’occupe en principe de la régularité des prix de vente des produits manufacturés. Or, les PFNL dont il est question ici ne rentrent pas dans la catégorie des produits manufacturés. Cette direction n’est presque pas impliquée dans la structuration des prix de vente des produits. Les structures comme l’ITA assurent, l’encadrement technique de la transformation des produits, domaine de prédilection de certains Groupements d’Intérêt Economique (GIE). Dans ce domaine, interviennent également les services de contrôle d’hygiène pour la délivrance de certificat médical attestant l’aptitude à transformer et à vendre des produits industriels, ainsi que les produits n’ayant pas subi de transformation. Il s’agit en particulier du Laboratoire National d’Analyse et de Contrôle (LANAC).

Flux de produits en fonction des acteurs

34La ville de Dakar est la principale destination de la production de Detarium senegalense et de Saba senegalensis. Cela a été démontré par un certain nombre de travaux. En effet, Mbaye (2006, p. 193) indique par exemple que 73 % de la production de Detarium senegalense dans les îles du Saloum entre 2001 et 2004, étaient essentiellement acheminée à Dakar. Il est de même pour Saba senegalensis, pour lequel Thiaw (2002, p. 239) affirme que 93 % des quantités prélevées dans la région de Kédougou, avaient pour destination Dakar. Ces chiffres démontrent une réalité même s’il faut admettre que le flux de produits est variable selon les réalités du marché et les acteurs en jeu.

35La saisonnalité de la production fait qu’il n’est pas aisé de déterminer avec exactitude les quantités fournies par les bana-bana aux coxeurs. Toutefois, quelques éléments de suivi autorisent cette analyse. La contribution des coxeurs dans l’approvisionnement du marché est liée à certains indices. On peut constater que les quantités de produits bruts reçues par un coxeur sont systématiquement redistribuées. Les quantités reçues diffèrent selon les jours et les saisons. Les données de suivi montrent qu’en 2016, les coxeurs ont reçu globalement entre 5 540 kg et 220 420 kg soit un total d’environ 1 269,96 tonnes de Saba senegalensis. Les quantités reçus varient d’un coxeur à un autre (figure 5). Cette inégalité dans la ventilation des quantités n’est pas le fait du hasard. Il est déterminé par l’ancienneté dans le marché, la relation de confiance entre coxeurs (grossistes sur place) et banabana (grossistes ambulants), l’efficacité dans le système de commercialisation, etc.

Figure 5 : Quantités de produits de Saba senegalensis détenues par coxeurs en 2016 au marché Syndicat

Figure 5 : Quantités de produits de Saba senegalensis détenues par coxeurs en 2016 au marché Syndicat

36AF durant la saison 2016 a réceptionné 220 420 kg de Saba senegalensis qui représentent les quantités les plus abondantes tandis qu’IDT n’en a reçu que 5540 kg.

37Concernant Detarium senegalense, 218.868 kg sont enregistrés dans le marché parmi les coxeurs suivis et sont répartis de façon très hétérogène entre eux. Le choix de la méthode de suivi de deux ressources vivantes sur le marché a permis de constater que l’ensemble des coxeurs suivis ne vendent pas en même temps ces deux dernières. Seuls les 3, 4 % vendent à la fois Saba senegalensis et Detarium senegalense. Le fruit de Saba senegalensis est beaucoup plus répandu sur le marché (figure 6).

38

Figure 6 : Quantités de produits de Detarium senegalense détenues par coxeurs en 2016 au marché Syndicat

Figure 6 : Quantités de produits de Detarium senegalense détenues par coxeurs en 2016 au marché Syndicat

39A partir de l’évaluation des quantités reçues par les 19 coxeurs suivis en 2016, on note que le volume de Saba senegalensis reçu au marché Syndicat est estimé en moyenne à 64 070,53 tonnes pour un coxeur durant la saison, contre seulement 25, 749 tonnes pour celui de Detarium senegalense.

40Les demi-grossistes opèrent dans les marchés secondaires. Ils s’approvisionnent généralement au marché Syndicat (marché primaire). Les quantités varient en fonction du rythme d’écoulement du produit. Un demi-grossiste peut faire en moyenne trois à quatre sorties par mois pour l’achat de produit à Syndicat. La quantité du produit varie entre 1 et 4 sacs par sortie. Selon le marché, la durée de l’écoulement est de 1 à 4 jours. Par ailleurs, sur l’ensemble des demi-grossistes interrogés, 39 % revendent en deux jours, 31 % en trois jours, 23 % en un jour et 8 % en quatre jours.

41Les revendeurs de quartier prennent le produit généralement chez les demi-grossistes et les grossistes. Cela veut dire qu’ils s’approvisionnent à partir des marchés secondaires (marché Sandaga, marché Syndicat, le marché Castor). Un revendeur de Detarium senegalense souligne qu’il achète 2 à 4 kg par sortie. En pleine saison, les sorties sont quasi quotidiennes. En fin de saison il fait deux à trois sorties par semaine.

Logiques des acteurs de la filière

42L’approvisionnement des PFNL est en effet assuré par les bana-bana. Ces produits ayant acquis des valeurs marchandes importantes ont vite été repérés comme une filière qui dans l’apparence est connue. Cependant, la réalité est toute autre. En milieu urbain, la vente des produits forestiers notamment Detarium senegalense et Saba senegalensis remonte dans les années 1980 (Mbaye 2006, p. 206). L’émergence des marchés modernes a permis le développement des échanges autour de ces produits qui avaient pour bastion les zones rurales.

Logique marchande : pratiques et pouvoirs des acteurs de la filière

43Le passage de l’autoconsommation à la logique marchande résulte de l’installation de l’économie monétaire. La possibilité, à travers la vente des PFNL, d’accroitre les revenus sans investissement matériel, a donné lieu à la structuration plus ou moins complexe des acteurs de la filière.

44Le système urbain de circulation des PFNL a subi des articulations imposées par des logiques organisationnelles, économiques et techniques. De la brousse au supermarché ou du produit brut au produit transformé, les acteurs tirent des bénéfices substantiels assez rémunérateurs par rapport aux efforts de prélèvement.

45Le fonctionnement et les logiques restent liés à divers facteurs interdépendants. Les coxeurs maîtrisent parfaitement le fonctionnement des marchés, bien qu’ils interagissent avec les bana-bana. Ils s’identifient à des passerelles incontournables du fait qu’ils maîtrisent la manipulation du reste de la filière. Ils peuvent en effet faciliter les différentes transactions au profit des autres acteurs. Leur force de travail, leur capacité d’organisation permettent de fidéliser leurs fournisseurs et offrent aux bana-bana une disponibilité financière, seule garantie pour acquérir de la marchandise et multiplier autant que possible les arrivages de produits sur le marché dakarois. Aussi, la personnalité de chaque coxeur se révèle à travers les différentes opportunités que lui offre la vente des produits à Syndicat.

  • 2 Mot wolof

46L’arrivée des PFNL sur le marché primaire obéit à des règles. Le coxeur de syndicat est averti à l’avance de l’arrivée d’un camion par les bana-bana avec qui il opère. Dès lors, il prévient aussi les manutentionnaires (sourgueu2) pour qu’ils s’apprêtent. Le camion est souvent chargé par lots identifiés comme tel par leur propriétaire. Ainsi, le nombre de lots appartenant à chaque coxeur est enregistré sur une liste détenue par l’expéditeur depuis la zone de production.

47Au débarquement du camion à syndicat, la liste est remise à un responsable préposé. Ce dernier est chargé de contrôler les lots portant la marque des propriétaires. Après cette vérification, il procède à un appel pour que chaque équipe manutentionnaire récupère les lots de leur coxeur.

48Le coxeur joue un rôle clé dans le marché. La confiance et la fidélité que lui manifeste le bana-bana, résultent du travail qu’il accomplit avec promptitude et efficacité. Ce travail concerne notamment la vente et paiement des produits déposés, le paiement du transport, l’entreposage de la marchandise. L’accomplissement de ces tâches rassure les bana-bana et favorise sa fidélisation. Dans le marché, la confiance et la fidélité vont de pair. Tant que le bana-bana a confiance, il reste fidèle à son coxeur. La confiance suppose que ce dernier réalise une bonne affaire au profit du bana-bana dont le produit est vendu au meilleur prix. Il doit être aussi en mesure d’écouler rapidement les produits et assurer au bana-bana une rotation régulière de ses approvisionnements.

49La concurrence entre coxeurs est évidente, mais elle se pratique dans la plus grande discrétion. Chaque coxeur garde jalousement ses informations et ne souhaite pas que son voisin sache exactement ce qu’il fait, ni comment il le fait. Parfois le silence absolu est de règle.

50Arrivés au marché « Syndicat », les fruits de Detarium senegalense et de Saba senegalensis sont vendus en suivant différentes logiques qui se manifestent dans le comportement des coxeurs à la recherche de stratégies plus adaptées, mais aussi dans celui des bana-bana toujours en concertation avec les premiers. Les prix sont très variables dans les marchés secondaires (tableau1).

Tableau 1 : Prix (F CFA) du Kilogramme de produits bruts dans les marchés secondaires

Produits bruts

Marché Castor

Marché Tilène

Marché Sandaga

Marché Thiaroye

Detarium senegalense

500-600

500-700

500-800

250-500

Saba senegalensis

600-800

500-1000

500-800

500-1000

Source : Enquêtes sur le terrain, Février 2018

51Les chiffres montrent une différenciation selon le produit et le marché. Le kilogramme de Saba senegalensis est presque partout plus cher que celui de Detarium senegalense. Cette fluctuation est provoquée par le fait que la majeure partie de la production de Saba senegalensis est importée des pays voisins (Mali, Côte-d’Ivoire). Le fruit de Detarium senegalense par contre provient des zones plus proches (Saloum, Casamance, Gambie, Guinée Bissau).

52Les acteurs de l’approvisionnement et de la commercialisation, sont presque unanimes quant à la rentabilité de leur activité. Les prix appliqués dans les marchés secondaires (tableau 1) sont multipliés par trois voire quatre chez les revendeurs de quartiers. La proximité du marché central explique la différence de prix entre les marchés secondaires.

Fonctionnement de la filière basé sur des leviers complexes

53La redistribution des PFNL dans la ville de Dakar, fait apparaître une certaine forme d’organisation de la filière bien qu’elle soit informelle. Les stratégies des acteurs s’aperçoivent à travers l’établissement de réseau assez complexe entre les bana-bana, les coxeurs et les clients principalement.

54Le niveau organisationnel entre acteurs de la filière est assez complexe. Les acteurs ne sont pas tous réunis en corporation. On n’a pas identifié un regroupement ni de bana-bana, ni de coxeurs autour des marchés. La discrétion des acteurs serait le facteur explicatif, puisque les stratégies sont souvent individuelles. En revanche, on remarque une harmonie de fonctionnement du marché en termes d’application des prix du produit autour d’un même lieu de vente. Cela s’opère dans la négociation pour s’accorder d’un prix entre un coxeur et un client au marché Syndicat. En général, les acteurs restent solidaires. Certains faits le démontrent. Par exemple quand un client vient acheter, un manutentionnaire lui est proposé par le coxeur pour le transport des produits qu’il achète jusqu’à la sortie du marché. Le client est libre de chercher un transporteur où il veut s’il ne tombe pas d’accord sur un prix mais en général c’est peine perdue puis que les manutentionnaires sont solidaires sur le prix du marché.

55Les coxeurs pratiquent aussi cette solidarité. Un coxeur peut couvrir son voisin auprès des bana-bana. Il s’agit des plus puissants parmi les coxeurs, s’ils reçoivent beaucoup de produits, ils peuvent le redistribuer à leurs voisins moins nantis et se chargent, par la suite de récupérer l’argent, tout en retirant la commission du coxeur qui a sous-traité.

56Les échanges entre coxeurs sont très irréguliers et discrets. Cela résulte du fait que chaque coxeur garde jalousement les informations de son activité. Les coxeurs travaillent généralement avec des parents proches pour éviter les problèmes. Les stratégies des bana-bana amènent aussi un comportement auto-centrique. Dès lors qu’un bana-bana peut travailler avec plusieurs coxeurs, cela entraine une méfiance entre les coxeurs. Chacun veut prouver au bana-bana qu’il est plus efficace. Cela est une « loi » du marché, car le bana-bana travaille avec les coxeurs les plus opérationnels.

57Au niveau de la filière courte des PFNL à Dakar, on peut distinguer quelques formes de coordination irrégulières déterminées par le système du prix des produits et les relations ou accords entre acteurs du marché. Il s’agit des bana-bana, des coxeurs et des clients. Les autres acteurs sont essentiellement les structures institutionnelles ou non institutionnelles impliquées dans la transformation des produits ou la régulation du circuit.

58L’analyse du fonctionnement du marché urbain de Dakar montre que les prix constituent un élément clé au niveau des échanges entre acteur. Cependant, les coûts et les marges au niveau des différents maillons de la filière ne reflètent pas exactement la rémunération des facteurs engagés pour assurer la mise sur le marché des différents produits. Il n’existe pas de distorsions liées à des prix officiels. Les prix sont négociés entre acteurs. Ces prix sont le reflet des changements entre l’offre et la demande des PFNL sur le marché. La saisonnalité de l’offre se répercute sur le fonctionnement du marché. Le produit brut est disponible durant la saison avec une variation des quantités selon qu’on est en début, en milieu ou en fin de saison. Les prix obéissent aussi à cette fluctuation.

59En dehors de la saison, ce sont les produits dérivés qui entrent en jeu sur le marché. Il s’agit généralement des nectars, des confitures, jus, sirop, produits issus de la transformation et vendus dans les supermarchés. Les structures de transformation installées à Dakar, disposent d’avantages d’opportunités par rapport au niveau d’encadrement permettant l’accès plus facile aux technologies et aux marchés urbains.

60Les différentes imperfections au niveau des échanges se répercutent sur les prix des produits à la consommation. Les prix à la consommation ne reflètent ni les coûts de production et des échanges, ni la qualité qui est un critère important pour le consommateur. L’asymétrie d’information est forte dans le cas des consommateurs du fait de l’absence d’institutions de régulation et de structure de pression (association de consommateurs) pour pouvoir s’informer sur les produits mis à leur disposition et juger du rapport qualité prix à payer. Le seul critère d’appréciation disponible repose sur l’emballage, la matière première utilisée et les intrants. La prise en compte de la qualité dans le mécanisme de coordination de la filière peut constituer une voie de recours pour faciliter les relations d’échanges entre acteurs. Des arrangements avec un système de prix basé sur la qualité pourraient garantir contre les risques de comportements opportunistes des différents acteurs. D’autant plus que le critère de qualité est déjà pris en compte par les structures de transformation à travers le contrôle de qualité opéré avant l’achat sans aucune répercussion sur le prix.

61Les relations d’échange entre les acteurs ne reposent pas sur des engagements contractuels fermés mais sur des relations informelles basées sur la confiance. La confiance est acquise grâce à la fidélité de l’acteur. La constitution de réseau dans la filière urbaine permet de limiter les incertitudes concernant l’approvisionnement et la commercialisation des produits.

62L’absence d’organisation formelle n’empêche pas les acteurs d’échanger. Elle a l’avantage d’éviter la constitution de monopole ayant une répercussion sur les prix des produits. On peut noter une sorte de barrière d’entrée dans le réseau sans lien avec les acteurs présents sur le marché. Le système de parrainage illustre bien le processus d’intégration du réseau. Le réseau constitue dès lors un moyen de surmonter les limites de coordination par le système de prix du fait des imperfections du marché. Il sert de levier d’intermédiation économique. Les acteurs établissent un partenariat fondé sur l’intérêt mutuel à garder de bonnes relations. Ces relations sont souvent personnelles, mais aussi renforcées par la parenté, l’origine, la langue ou la religion. Le coxeur est assisté par une équipe (employés). Ce sont des jeunes dynamiques qui sont ses collaborateurs, qui proviennent en général de son entourage familial. Il s’agit des apprentis coxeurs en général.

Comportements des acteurs, fondement de la performance de la filière

63Quelques éléments peuvent être relevés en ce qui concerne la particularité de la filière des PFNL notamment celle étudiée ici (Detarium senegalense et Saba senegalensis). Un premier à considérer pourrait être le comportement des acteurs, les autres aspects se rapportent à la contribution de la filière à la sécurité alimentaire.

Paradoxe d’une filière informelle performante

64L’une des caractéristiques majeures de la filière des PFNL est la grande discrétion qui entoure la pratique des acteurs. Officiellement les populations ont la possibilité de cueillir la totalité des produits librement (Article L.10 du code forestier) pour la satisfaction des besoins personnels. Cela veut dire qu’il n’y pas une grande contrainte concernant l’accès à l’espace de cueillette. Le prélèvement des ressources dans les terroirs est souvent fait à titre personnel, quelque fois communautaire comme dans les terroirs du Saloum.

65En effet, d’amont en aval, la filière reste l’apanage d’informels évoluant dans le marché de façon indépendante. Le bana-bana acteur de l’approvisionnement du marché urbain est très opportuniste dans les échanges. Or, il est à l’origine de la mise en circulation du produit. C’est lui qui le cède au coxeur qui assure à son tour la commercialisation au niveau du marché primaire. Le coxeur est plutôt l’élément central du système puisqu’il est à la base de la fixation des prix en tenant compte des paramètres de gain qu’il peut tirer de l’activité.

66Les transactions entre les cueilleurs et les bana-bana ou entre les bana-bana et les coxeurs ne sont pas soumises à une réglementation de fixation de prix. Le seul niveau de contrôle est le paiement des taxes forestières au débarquement. Cela démontre qu’il y a une faiblesse dans la traçabilité du produit de la production à la commercialisation. Il existe un décalage, entre la production issue des terroirs, comparée à celle obtenue à Syndicat et au niveau des rapports du service des Eaux et Forêt (DEFCCS) (Mbaye 2006, p. 293 ; Diop 2007, 283). La quantité de Ditakh et Maad qui arrive dans les marchés primaires de Dakar échappe souvent au contrôle des services techniques.

Apports économiques remarquables et exigences de qualité de produits : les déterminants de l’avenir de la filière

67Les PFNL sont assez disponibles et accessibles. Les données officielles indiquent qu’une part considérable des PFNL est destinée actuellement aux marchés urbains ou les ventes sont très attractives. Ce constat permet de dire que ces produits passent d’une économie domestique à une économie de rente. La récolte des PFNL devient progressivement une activité d’appoint aux revenus des ménages ruraux et par conséquent impacte sur les revenus des acteurs urbains notamment les bana-bana, les coxeurs et les détaillants. La fluidité apparente de la filière accorde aux fruits de Detarium senegalense et Saba senegalensis une importance économique capitale, en lui donnant sa place dans la constitution des revenus.

Figure 7 : Chiffres d’affaire de Coxeurs suivis au Marché Syndicat en 2016

Figure 7 : Chiffres d’affaire de Coxeurs suivis au Marché Syndicat en 2016

68L’analyse des données recueillies auprès de 19 grossistes au marché « Syndicat » de Pikine (figure 7) permet de tirer quelques conclusions sur la logique des acteurs et le fonctionnement des filières de Detarium senegalense et Saba senegalensis à partir des marchés urbains. En effet, les chiffres d’affaires moyens obtenus par les grossistes tournent autour de 9 749 000 F CFA (14 884 euros pour Saba senegalensis et de 9 849 107 F CFA environ 15 037 euros pour Detarium senegalense pour la saison 2016 au marché « Syndicat » de Pikine. Quant aux petits détaillants des quartiers, leur chiffre d’affaires peut aller jusqu’à 30 000 F CFA soit 46 euros en moyenne par mois.

69Les questions majeures qui se posent sont entre autres les effets de la filière dans le marché urbain, mais aussi sa place dans l’économie. Loin d’être une filière marginale, le système de commercialisation des PFNL, bien qu’il soit informel à Dakar est assez robuste. La maîtrise du circuit par les acteurs notamment les coxeurs tient à l’importance des revenus générés par la vente des produits. L’augmentation des revenus monétaires est un signal de la performance de la filière.

70Par ailleurs, les acteurs de la transformation introduisent le maillon des produits dérivés (jus, confiture, nectar, etc.). La diversification des produits transformés amplifie la demande. Elle permet dans une autre mesure d’éviter la perte des produits frais ou secs (fruits étant périssables). Des exigences nouvelles s’imposent surtout pour les produits transformés en termes de qualité et d’hygiène.

71Il est noté que le circuit est faiblement régulé. Cela demanderait l’établissement de modes de régulation qui passerait par une meilleure implication des acteurs institutionnels et politiques pour favoriser le contrôle efficace de la filière.

Conclusion

72L’étude de la filière Detarium senegalense et Saba senegalensis à Dakar, orientée sur l’analyse des logiques et du fonctionnement a permis de s’intéresser à certains paramètres (le marché, les produits du marché, mais également les quantités, les prix, etc.). Cette approche permet d’avoir une compréhension du comportement des acteurs à partir du marché primaire.

73La réflexion a abouti à un certain nombre de conclusions. Il y a une complexité et des interactions énormes qui caractérisent cette filière. Le fonctionnement et les logiques sont animés par plusieurs éléments interdépendants. Les coxeurs sont en effet les acteurs essentiels de la filière à Dakar. Bien qu’ils travaillent en étroite collaboration avec les bana-bana, ils détiennent en réalité, seuls, les clés du fonctionnement du marché. Ils s’identifient à des passerelles incontournables puisqu’ils sont à la base de la facilitation des différentes transactions au profit des fournisseurs (bana-bana). Ils garantissent l’acquisition de la marchandise et manipule les arrivages et leur distribution sur le marché dakarois.

Haut de page

Bibliographie

BA Ch., 2001, Circulation des biens et approvisionnement des villes, le raccourci par l’agriculture péri‑urbaine et le rôle des femmes, Bulletin de l'APAD [En ligne], 19 | 2000, mis en ligne le 12 juillet 2006, URL : http://apad.revues.org/429

BOURDIEU P., 1980, Le capital social : notes provisoires. Actes de la recherche en sciences sociales, n° 31, p. 2-3.

DIENG S. D. et al, 2016, Caractérisation des services écosystémiques fournis par Cordyla pinnata dans la périphérie de la Forêt classée de Patako au Sénégal, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 16 numéro 2 | septembre 2016, mis en ligne le 09 septembre 2016, consulté le 14 septembre 2017. URL : http://vertigo.revues.org/17634; DOI : 10.4000/vertigo.17634.

DIEYE P. N., 2003, Comportements des acteurs et performances de la filière lait périurbain de Kolda (Sénégal), Numéro 61 de la série Thèses et Masters. Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier. 71 p.

DIOP Nd. A., 2008, Une approche géographique de la cueillette à partir de sources officielles. Problématique du contrôle de l’information provenant de l’espace de production, Thèse de doctorat troisième cycle. Géographie, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, 417 p.

FAO, 1999. Les Produits Forestiers non Ligneux et la Création de Revenus. Unasylva 50(198) :63-64.

GUEYE M et al, 2012, Etude ethnobotanique des plantes utilisées contre la constipation chez les Malinké de la communauté rurale de Tomboronkoto, Kédougou (Sénégal) Malinké de la communauté rurale de Tomboronkoto, Kédougou (Sénégal), p. 773-778.
HUGON P., 1985, Dépendance alimentaire et urbanisation en Afrique : un essai d’analyse mésodynamique en termes de filières. - Nourrir les villes en Afrique Subsaharienne, Paris, L’Harmattan, p. 23-46.

JANIN P., 2019, Les défis de l’approvisionnement alimentaire : acteurs, lieux et liens. Revue internationale des études du développement 237 (1) : 7‑34. https://doi.org/10.3917/ried.237.0007.

KANE I. C., 2006, La valorisation du prélèvement végétal un pari écologique et économique pour le monde paysan en milieu sud-soudanien sénégalais, Thèse de doctorat de géographie, l’université Jean Moulin Lyon 3 et Université Cheikh Anta Diop, Dakar, 369 p.

LEMARCHAND N., 2011, Nouvelles approches, nouveaux sujets en géographie du commerce », Géographie et cultures, 77 | p. 9-24. DOI : 10.4000/gc.703

MBAYE E., 2001, Valeurs d’un parc agroforestier de fruitiers sauvages. Intérêt pour l'exploitation durable dans quelques iles du Saloum (Sénégal), Mémoire de DEA, Géographie, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, 97 p.

MBAYE E., 2006, La cueillette en brousse : territoires et filières du Gandoul. Fonctionnement, logiques, perspectives, Thèse de doctorat troisième cycle. Géographie, Université Cheikh Anta Diop, Dakar 420 p.

MERENNE-SCHOUMAKER B. et DEPREZ, S., 2016, la géographie du commerce de détail : outils et méthodes, Bulletin de la Société Géographique de Liège, 66, p. 13-17

MERENNE-SCHOUMAKER B., 2011, La Géographie du commerce de détail : nouvelles approches, Bulletin de la Société Géographique de Liège, vol. 56, p. 3-5.

NDIAYE P., 2000, Le prélèvement de ressources vivantes au Sénégal-oriental (Tambacounda et Kolda), Université Cheikh Anta Diop, Dakar, 70 p.

OUEDRAOGO M. et al, 2013, Dépendance économique aux produits forestiers non ligneux : cas des ménages riverains des forêts de Boulon et de Koflandé, au Sud-Ouest du Burkina Faso, Journal of Agriculture and Environment for International Development, 107 (1), p. 45-72.

PADILLA M., BENCHARIF A., 2001, Approvisionnement alimentaire des villes : concepts et méthodes d'analyse des filières et marchés, in PADILLA M., BEN SAÏD T., HASSAINYA J., LE GRUSSE P. (ed.). Les filières et marchés du lait et dérivés en Méditerranée : état des lieux, problématique et méthodologie pour la recherche. Montpellier, CIHEAM, p. 262-279. (Options Méditerranéennes : Série B. Etudes et Recherches ; n. 32).

ROQUES E., LACHAUX C., TOURNEBIZE T., EPANDA A. M., MIKAM AKONGONGOL M., 2019, Un modèle économique et social pour la conservation de la biodiversité  : des filières oléagineuses durables issues de produits forestiers non ligneux (PFNL) pour préserver la Réserve de Faune du Dja (RFD) au Cameroun, OCL 26 : 7. https://doi.org/10.1051/ocl/2018065.

THIAW D., 2002, Identification, utilisations et valorisation des ressources végétales dans la communauté rurale de Tomboronkoto de la cueillette à la production, Thèse de doctorat troisième cycle. Géographie, Université Cheikh Anta Diop, 328 p.

Haut de page

Notes

1 Le bana–bana (terme wolof) est un opérateur économique de filière. Il peut s’identifier comme collecteur bana–bana ou simple bana–bana. Le collecteur bana–bana, dans le cadre de la filière Detarium et Saba est d’abord un exploitant que le simple exploitant. En plus des quantités qu’il a pu obtenir par son propre travail de cueillette, il peut également parcourir la brousse et les zones limitrophes de son terroir, à la recherche de compléments de marchandise pour être en mesure de livrer une quantité importante dans les marchés urbains. Le bana–bana, quant à lui, est un opérateur de plus haut niveau que le premier. Généralement, il n’exploite pas mais achète sur fonds propres et en quantités plus importantes, soit auprès des récolteurs ou même des collecteurs bana–bana.

2 Mot wolof

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Circuit des produits forestiers non-ligneux selon la provenance
Légende Source : Nd. A. Diop, 2007 – adaptée, mai 2019
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13518/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 2 : Marchés concernés par l’étude
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13518/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 3 : Structuration des circuits d’approvisionnement
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13518/img-3.png
Fichier image/png, 7,7k
Titre Photo 1 : Fruit et nectar de Detarium senegalense (Ditakh)
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13518/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13518/img-5.png
Fichier image/png, 76k
Titre Photo 2 : Fruit et nectar de Saba senegalensis (Maad)
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13518/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13518/img-7.png
Fichier image/png, 76k
Titre Figure 4 : Prix de vente des produits transformés de Ditakh et Maad
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13518/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 5 : Quantités de produits de Saba senegalensis détenues par coxeurs en 2016 au marché Syndicat
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13518/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 6 : Quantités de produits de Detarium senegalense détenues par coxeurs en 2016 au marché Syndicat
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13518/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 7 : Chiffres d’affaire de Coxeurs suivis au Marché Syndicat en 2016
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13518/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edmée Mbaye et Sidia Diaouma Badiane, « Circulation des produits forestiers non-ligneux à Dakar : Logiques et fonctionnement des filières de Detarium senegalense et Saba senegalensis », Géocarrefour [En ligne], 93/2 | 2019, mis en ligne le 17 janvier 2020, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/13518 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.13518

Haut de page

Auteurs

Edmée Mbaye

Enseignant-chercheur Laboratoire de Biogéographie Département de Géographie, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Fann-Dakar BP 5005, 00221 776515442, edmeediouf1@gmail.com

Sidia Diaouma Badiane

Enseignant-chercheur, Laboratoire de Biogéographie, Département de GéographieUniversité Cheikh Anta Diop de Dakar, Fann-Dakar BP 5005, 00221 775246113 sidia.badiane@ucad.edu.sn

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals