Navigation – Plan du site
articles

La commercialisation des légumes cultivés dans l’espace urbanisé de Bouaké : une réorganisation des intermédiaires commerciaux

Marketing of vegetables grown in the urban area of Bouaké: a reorganisation of commercial intermediaries
Kouakou Attien Jean-Michel Konan

Résumés

La ville de Bouaké (Côte d’Ivoire) offre un cadre physique favorable à l’activité agricole. Depuis des décennies, une diversité de légumes est produite dans les nombreux bas-fonds qui segmentent la ville et dans d’autres sites agricoles. Ces vivriers frais suivent plusieurs itinéraires de vente depuis les producteurs jusqu’aux consommateurs. Ces itinéraires sont animés par divers intermédiaires commerciaux hétérogènes. Sur la période 1960-1980, on distinguait un trio d’intermédiaires commerciaux de légumes composé d’une société d’Etat (AGRIPAC) et de deux entités privées. Pendant la décennie 1980-1990, face aux difficultés d’organisation interne et de gestion financière liées à ses charges, l’Etat est contraint de mettre fin aux activités d’AGRIPAC et de réorienter sa politique du secteur vivrier. En conséquence, dans l’animation des circuits de vente des légumes cultivés à Bouaké, on assiste au fil du temps à une restructuration de l’aval de la chaîne avec l’émergence de nouveaux intermédiaires commerciaux.

Cette contribution vise à cerner la typologie des intermédiaires commerciaux et leurs modes de fonctionnement dans les différents circuits de ventes des légumes produits dans l’espace urbanisé de Bouaké.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En Afrique subsaharienne, l’agriculture pratiquée à l’intérieur des villes et à leur proche périphérie est une réalité qui tend à s’imposer bien qu’elle soit souvent réprouvée par les politiques de planification urbaine (Bagré et al., 2002, p. 139 ; Mougeot, 2006, p. 11-12 ; Legall et Brondeau, 2012, p. 4). D’ailleurs, Barles (2008, p. 24), Aubry et Pourias (2013, p. 152), et Robert et al. (2018, http://journals.openedition.org/​vertigo/​21857; DOI :10.4000/vertigo.21857) disent d’elle qu’elle est un phénomène qui fait partie intégrante et contribue au « métabolisme urbain ». Dans cette partie de l’Afrique au Sud du Sahara, ce sont environ 40 % des ménages urbains qui exercent des activités agricoles en ville (FAO, 2012, p. 18). L’agriculture urbaine est devenue depuis de nombreuses années un élément vital pour bon nombre de citadins face aux enjeux urbains contemporains (Wegmuller et Duchemin, 2010, p. 2). Elle fournit des aliments pour des populations citadines croissantes (plus de 400 millions de citadins du continent africain selon FAO, 2012, p. 7). Aussi elle offre à une frange de la population des emplois directs et indirects. Elle est génératrice de revenus (Broutin et al, 2005, p. 13-14), améliore le cadre de vie et favorise l’insertion sociale (Wegmuller et Duchemin, 2010, p. 9).

2En Côte d’Ivoire, notamment à Bouaké (deuxième zone urbaine après la métropole abidjanaise), située au Centre-Nord du pays (fig. 1), l’agriculture pratiquée sur les espaces urbanisés se révèle aujourd’hui comme un véritable filet social pour une population meurtrie par plus d’une décennie de crise politico-militaire et dont les conditions de vie restent encore préoccupantes (54,9 % de la population vit dans la pauvreté selon (Ministère du plan et du Développement, 2015, p. 25).

3Dans les nombreux bas-fonds et autres espaces laissés vacants à l’intérieur et à la périphérie de la ville, se cultive aujourd’hui une diversité de légumes de "type européen" et de "type africain". L’ampleur que prend la culture des légumes dans la ville de Bouaké est liée au fait qu’elle permet de répondre aux besoins d’une population bouakoise qui ne cesse de croître (INS : RGPH, 2014). Les légumes sont essentiellement cultivés sur des périodes relativement courtes. L’essor des légumes à cycle court dans l’agriculture urbaine à Bouaké est relatif au fait qu’ils permettent une rentabilité financière dans un temps restreint. Au-delà de l’aspect financier, l’adoption des cultures à cycle court par les citadins-agriculteurs est guidée par un souci d’anticipation d’une éventuelle expulsion des parcelles de production dans une ville qui connait une urbanisation assez rapide.

4Les quantités de légumes issues des champs urbains de Bouaké sont pour la plupart commercialisées tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la ville. L’autoconsommation est faible car les légumes récoltés n'entrent pas dans les habitudes alimentaires de ceux qui les cultivent, généralement, elle ne concerne que les invendus et les produits abimés ou mal formés.

5La commercialisation des légumes se fait par le biais d’intermédiaires commerciaux divers. Notre article s’intéresse à cette commercialisation des légumes produits dans la ville de Bouaké. Si la pratique des activités agricoles se maintient depuis de longues décennies dans la ville malgré la croissance urbaine, c’est aussi parce que les produits cultivés sont aisément et rapidement écoulés par des acteurs qui sont le relais des producteurs. Au début de l’Indépendance, on distinguait une diversité d’intermédiaires entre le producteur et le consommateur composée d’acteurs du secteur public et du privé. Mais pendant la décennie 1980-1990, une réorganisation s’est opérée dans l’approvisionnement des populations citadines de Bouaké en légumes frais suite au retrait de l’Etat et de certains acteurs du privé. De nouveaux acteurs intermédiaires ont fait leur apparition dans un commerce de légumes qui reste encore prisonnier de circuits anarchiques.

6Qui sont ces nouveaux intermédiaires qui animent le commerce des légumes produits dans l’espace urbanisé de Bouaké ? Quels sont leurs modes de fonctionnement dans les différents circuits de ventes ?

Méthodologie

7Les résultats que nous présentons dans cet article résultent de l’exploitation d’une littérature approfondie sur l’agriculture urbaine en général, et plus spécifiquement sur la commercialisation des produits agricoles. L’observation étant une des phases importantes de la recherche scientifique, nous avons sillonné des sites de production de légumes et des marchés de la ville dans le but de repérer les acteurs des circuits de commercialisation et de percevoir l’environnement et l’attitude des acteurs.

8Des enquêtes sur le terrain ont été menées pendant trois mois allant de mai à août 2018. Ces enquêtes nous ont conduits auprès des commerçants de légumes rencontrés sur les sites de productions, dans les marchés, à certains carrefours des grandes artères de la ville et même dans quelques ruelles des quartiers. Par ailleurs, des échanges ont eu lieu avec l’Office d’Aide à la Commercialisation des Produits Vivriers (OCPV) et certaines associations actives dans la commercialisation des légumes dans l’espace urbanisé de Bouaké.

9Avec la direction de l’OCPV, les échanges nous ont permis de connaître les prix des produits agricoles vendus sur les marchés de la ville et les activités de la structure. Il était aussi question pour nous dans les échanges de cerner les stratégies mises en place par les autorités dans la commercialisation des produits agricoles et d’apprécier les actions menées par cet Etablissement public national (EPN) sous tutelle du Ministère du Commerce dans la ville de Bouaké. Sa mission est de proposer des actions concrètes visant à assurer une meilleure mise en marché des produits ; contribuer à l’organisation des marchés de vivriers (gros et détail) ; créer les conditions favorables à l’expansion du commerce des produits vivriers.

10Avec les associations, les échanges nous ont permis de comprendre le poids du regroupement des commerçants dans la vente des légumes. En effet, selon les responsables rencontrés, le fait que les commerçants soient réunis en association, cela permet de mieux contrôler et stabiliser les prix des légumes sur les marchés et parler d’une seule voix.

11Auprès des commerçants, nous avons cherché à cerner la diversité des intermédiaires dans les circuits de commercialisation des produits issus de l’agriculture urbaine à Bouaké et leurs modes de fonctionnement. Ainsi pour notre étude, un dispositif d’enquêtes réalisé à partir de la méthode boule de neige a permis d’interroger à la fois les grossistes (25) et les demi-grossistes ou détaillants (50) selon le type de produits commercialisés.

12Les informations recueillies lors de nos différentes enquêtes de terrain ont fait l’objet d’un dépouillement à la fois manuel et informatique. Ce traitement et l’élaboration des cartes ont été effectués grâce à des logiciels appropriés comme : QGIS 2.16, Adobe Illustrator (CS 3 et CS 5). L’utilisation du logiciel Google Earth Pro a aussi permis de calculer les superficies de certains sites étudiés.

Résultats

La ville de Bouaké, un cadre propice à la production d’une diversité de légumes

13Estimé à environ 29 280 hectares (INS : RGPH, 2014), l’espace urbanisé de Bouaké est installé sur un dôme granitique et présente un relief relativement plat avec une altitude moyenne de 310 m (Atta, 1978, p. 57 ; Kouassi, 2007, p. 27). Sur ce relief apparait une topographie essentiellement marquée par la présence de nombreux bas-fonds qui divisent presque tout l’espace urbain de Bouaké (figure 2).

Figure 2 : La ville de Bouaké où serpentent de nombreux bas-fonds

Figure 2 : La ville de Bouaké où serpentent de nombreux bas-fonds

14Une des particularités de ces zones humides dont les superficies avoisineraient les 200 hectares, est qu’elles sont inondées pendant une bonne partie de l’année. Le caractère singulier de ces bas-fonds favorise la pratique continue de l’activité agricole sur ces espaces depuis plusieurs décennies (Dabin et al., 1960, p. 21). En effet, en saison pluvieuse, ces espaces sont utilisés pour la culture du riz. Mais en saison sèche ; ils servent plutôt aux cultures maraichères.

15En dehors des zones humides, les parcelles de terre ferme non mises en valeur ou partiellement construites, laissées vacantes dans la ville sont aussi colonisées par l’agriculture. Une carte produite en 2015 par CNTIG a révélé que seulement 47 % des parcelles loties de Bouaké sont construites. Cela démontre que sur 29 280 hectares d’espace urbanisé, environ 15 000 hectares ne sont encore bâtis et abritent une diversité de plantes comestibles, notamment des légumes à cycle court (tableau 1).

Tableau 1 : Ensemble des légumes produits dans l’espace urbanisé de Bouaké

Source : Enquête de terrain, 2018

16Ce tableau révèle une gamme assez variée de légumes produits sur les différents sols de la ville de Bouaké depuis de nombreuses années par des générations de citadins-agriculteurs. Pour une production continue de légumes tout le long de l’année, les citadins-agriculteurs ont adopté deux systèmes culturaux : La spécialisation dans une production légumière (monoculture) et la culture de plusieurs légumes (polyculture). (photo 1).

17Les légumes sont produits à des fins à la fois d’autoconsommation et de commercialisation, mais la plus grande quantité est destinée à la vente.

18La grande chaîne de l’agriculture urbaine est animée par plusieurs acteurs. Au premier maillon de la chaîne, se trouvent les producteurs, et à la fin de la chaîne, les consommateurs. Mais entre le consommateur et le producteur, il y a des intermédiaires commerciaux même si quelquefois certains consommateurs préfèrent se procurer les légumes directement sur les sites de production. La culture des légumes sur l’espace urbain de Bouaké date de la période coloniale.

19En effet, en s'installant dans la ville de Bouaké, les Européens ont maintenu leurs habitudes alimentaires. Cependant ne pouvant pas importer continuellement ces produits périssables, ils se sont approvisionnés sur place en cultivant ces légumes par le biais des domestiques. Après le départ des Européens, ces derniers ont continué cette activité, imités par d'autres citadins, car elle était particulièrement rémunératrice.

20Pour l’approvisionnement des marchés et des ménages, des commerçants intermédiaires privés ont joué un rôle dans le circuit de vente en faisant du commerce des légumes leur activité. En outre, dès leur arrivée après l’Indépendance, les nouvelles autorités du pays, dans un souci de rationalisation et modernisation des circuits de distribution du vivrier, ont mis en place la structure AGRIPAC (Bredeloup, 1993, p. 77). Ainsi, acteurs publics et privés se sont partagé l’approvisionnement des produits agricoles.

De 1960 à 1980 : la commercialisation des légumes assurée par un trio d’intermédiaires public et privés

21Avant l’apparition des intermédiaires commerciaux, la vente des légumes cultivés dans la ville de Bouaké se faisait essentiellement par un circuit de vente directe, c’est-à-dire du producteur au consommateur. Chaque matin, la femme ou un membre de la famille du citadin-agriculteur se rendait sur le marché pour écouler les produits frais. Certains citadins pouvaient aussi acheter directement les légumes frais auprès de producteurs dont les sites de culture se trouvaient aux abords des grandes artères. Petit à petit, le circuit de vente directe a été supplanté par une nouvelle organisation marchande avec l’arrivée des intermédiaires, même si le circuit de vente directe n’a pas totalement disparu. Pour Bredeloup (1993, p. 76), l’intervention d’intermédiaires dans la vente des produits est fonction de l’accroissement rapide de la population urbaine et des ressources financières générées mais aussi des nouveaux styles alimentaires des citadins.

22A Bouaké, sur la période 1960-1970, on distinguait un trio d’intermédiaires commerciaux de légumes composé d’une société d’Etat (AGRIPAC) et de deux entités privées (Atta, 1978, p. 214).

AGRIPAC, un intermédiaire commercial public

23Autour de 1972, face à un système commercial jugé "traditionnaliste", qualifié de "totalement désorganisé", "constitué de façon spontanée et anarchique", incapable de répondre à l’accroissement des besoins alimentaires urbains et de mobiliser le surplus de production, mais aussi reposant sur trop d’intermédiaires, les nouvelles autorités vont engager une réforme au niveau de la commercialisation des produits vivriers ivoiriens (Bredeloup, 1993, p. 77 ; Chaléard, 1996, p. 529). Pour mettre en exécution cette nouvelle réforme, l’Etat s’est appuyé sur une société d’économie mixte dénommée Programme d’Action pour l’Agriculture (AGRIPAC) qui fonctionnait avec un capital de 600 millions de francs CFA, détenu à 94 %par l'Etat (Richard, 1981, p. 145). Les tâches assignées à AGRIPAC étaient de :

24- Réorganiser les circuits commerciaux et réguler l’approvisionnement afin de réduire le déséquilibre d’un marché qui menaçait la santé économique et sociale du pays,

25- Diminuer les intermédiaires et réduire les pertes dans la chaine de vente afin d’éviter des ruptures de stocks trop fréquentes,

26- Mettre fin aux cumuls de marges qui rendaient les prix anormalement élevés pour les consommateurs,

27- Mettre en place un mécanisme de vente moderne des produits vivriers locaux afin de pallier au déficit de l’ancien système,

28- Consolider les acquis en assistant, formant et organisant les opérateurs déjà en place (Bredeloup, 1993, p. 77 ; Richard, 1981, p. 145).

29Pour ce faire, la nouvelle société a mis très tôt en place une organisation pour la distribution des légumes afin de réussir son rôle d’intermédiaire. Dans l’opérationnel, la société se propose de mettre à disposition des agents économiques de nouvelles infrastructures de collecte, stockage, distribution (entrepôt, marchés, magasins de vente) et de transport. Aussi, elle devait intervenir directement dans le circuit commercial par l’implantation des structures décisionnaires chargées d’organiser la collecte, de prévoir un approvisionnement régulier des marchés urbains et de fixer les prix (production, commercialisation, consommation).

30Des stands de vente AGRIPAC sont ainsi installés sur l’ensemble du territoire ivoirien. Estimés à environ 240 stands, ces espaces de "vente moderne" proposaient des produits agricoles à un faible prix au détail.

31A Bouaké, la station d’AGRIPAC absorbait environs 20 % de la production totale des légumes produits localement. Les achats de ces produits comme dans bien d’autres régions du pays étaient groupés pour être d’une part vendus dans les stands installés dans la zone ou acheminés d’autre part vers la métropole abidjanaise. L’une des actions de cet intermédiaire commercial était la stabilisation des prix des denrées. Pour réussir sa mission, il a entrepris de diffuser les prix des produits afin de permettre aux populations de connaître le prix des denrées et empêcher les autres intermédiaires privés de faire de la surenchère. Ainsi chaque semaine dans les colonnes du quotidien "Fraternité-Matin", il fixait des prix indicatifs des principales denrées agricoles (Atta, 1978, p. 215).

32Toute cette organisation a permis à AGRIPAC d’être un intermédiaire commercial des produits agricoles incontournable pendant une courte période avant de fermer les stands quelques années plus tard. Plusieurs raisons expliquent ce déclin de la société AGRIPAC.

Des difficultés organisationnelles et financières

33Dès les premières années de sa mission, AGRIPAC doit faire face à des difficultés organisationnelles et financières liées à la fois à son organisation et ses charges (nombre pléthorique d’agents, salaires élevés, décentralisation des décisions, équipements onéreux et sophistiqués nécessitant une maintenance importante). En outre, dans sa structuration, la concentration des antennes relais à l’intérieur du pays et les moyens dont elles disposaient se prêtaient mal à la collecte des produits. Effet, la collecte des légumes sur les sites de production qui supposait un contact permanent avec la production, étant donné la dispersion, dans l'espace et le temps, était reléguée au second plan. Les antennes ne disposaient que d’un ou deux agents acheteurs avec des moyens limités pendant que plus du tiers du personnel était affecté aux tâches administratives. Certaines antennes étaient parfois obligées par manque ou insuffisance de véhicules de faire appel à des transporteurs privés pour le transport des produits vers les centres de consommation. Les locations des véhicules pouvaient coûter cher à l’Etat. De plus les risques étaient quelquefois énormes, notamment en raison du non-respect des rendez-vous par des transporteurs occasionnant des pertes élevées pour la société.

Cumul de fonctions désavantageux à la nouvelle société

34AGRIPAC cumulait les fonctions d’expéditeur, de grossiste, de transporteur, mais aussi de détaillant et rivalisait avec les différents agents du système traditionnel. Ce cumul d’activités faisait de la machine AGRIPAC, une structure commerciale rigide, lourde et inefficace. En effet, très souvent, les légumes subissaient un long circuit avant d’arriver jusqu’aux consommateurs. Une à trois étapes devaient être franchies en fonction du statut des acheteurs : grossistes, semi-grossistes ou détaillants. Pour des légumes fragiles ou périssables cela constituait un véritable problème car les équipements de conservation faisaient bien souvent défaut. Aussi la société était souvent dans l'impossibilité d’écouler elle-même les produits jusqu'au détail c’est-à-dire jusqu’au consommateur. Cet ensemble de difficultés entraînait des pertes énormes pour la nouvelle société et des dépenses pour l’Etat.

Manque de collaboration entre AGRIPAC et les animateurs de l’ancien système

35Pour mettre à disposition des consommateurs des produits vivriers moins onéreux que ceux diffusés par les filières habituelles, une coordination en amont s’imposait avec tous les animateurs de l’ancien "système commercial". En effet selon la réforme, AGRIPAC avait aussi pour mission de consolider les acquis déjà en place par une collaboration avec les anciens opérateurs à travers l’assistanat, la formation et l’appui organisationnel. Cette collaboration n’a pas été instaurée et AGRIPAC perçue comme un concurrent. Elle n’avait pas également su apprécier à sa juste valeur la force de réaction et, la souplesse de fonctionnement de ces opérateurs dits traditionnels qui ont mis en place une stratégie pour leur survie et "plombé" le travail d’AGRIPAC.

La réforme AGRIPAC « plombée » par les acteurs du système commercial jugé "traditionnaliste"

36Les stands de vente AGRIPAC disséminés dans le pays proposaient parfois des produits de faible quantité à un faible prix au détail. Certains commerçants hostiles aux actions d’AGRIPAC profitèrent alors pour racheter petit à petit et régulièrement la totalité des produits. En agissant ainsi, ils créaient une pénurie de légumes dans les stands d’AGRIPAC. Cette opération leur a permis ainsi de détenir le monopole du commerce et de fixer entre eux de nouveaux prix à la consommation plus élevés.

Inadéquation entre les réformes d’AGRIPAC et les réalités des citadins

37La stratégie de commercialisation des légumes proposée par AGRIPAC n’était pas d’aller au-devant de la clientèle. Or les consommateurs et consommatrices avaient l’habitude d’effectuer leurs achats sur les marchés ou dans les coins de rue où régnaient les marchandages. Très souvent les légumes étaient même livrés à domicile par des vendeuses ambulantes. Ce qui aurait été intéressant et bénéfique pour la bonne marche de la société AGRIPAC, c’est qu’elle s’adapte aux réalités existantes en amenant ses agents à s’installer sur les marchés pour attirer la clientèle au lieu de l’attendre dans son magasin.

38En initiant la réforme de la commercialisation des produits vivriers, l’Etat avait l’ambition par le canal de la société AGRIPAC de rationaliser les circuits de distribution afin d’assurer une juste confrontation de l’offre et de la demande selon les principes de l’économie libérale (Bredeloup, 1993, p. 77). Dans la forme, la mise en place de la société AGRIPAC a fait naître de réels espoirs, cependant la phase opérationnelle a été très en dessous des espérances. Les tentatives de restructuration du commerce vivrier furent un échec. Ainsi en 1980, c’est-à-dire huit années seulement après sa mise place, la société AGRIPAC fut dissoute dans le cadre de la réforme des Sociétés d’Etat à cause des difficultés internes et externes rencontrées dans son fonctionnement. Bredeloup (1993, p. 80) et (Chaleard, 1996, p. 529) affirment que l’intervention directe de 1’Etat dans les échanges commerciaux a perturbé le fonctionnement du marché en faussant la formation des prix, paralysant les différents partenaires économiques et entrainant des dépenses publiques inconsidérées eu égard au service rendu. Ainsi à un congrès du PDCI-RDA (premier parti politique ivoirien fondé en 1946), le président Houphouet Boigny rappelait que « 1’Etat n’était ni entrepreneur, ni commerçant » et que la politique commerciale devait reposer sur les règles de l’économie libérale. Désormais la participation des opérateurs privés dans le secteur est de plus en plus valorisée sans toutefois que l’Etat se retire totalement (Chaleard, 1996, p. 530). L’Etat cantonnerait désormais son rôle à l’animation du secteur commercial, assurer une bonne circulation de l’information, d’équiper le territoire national en marchés (Bredeloup, 1993, p. 81).

39A Bouaké, en dehors de l’intermédiaire commercial public AGRIPAC, la commercialisation des légumes cultivés dans la ville était aussi l’affaire d’intermédiaires privés.

Deux types d’intermédiaires commerciaux privés des légumes

40La mise en place de la société AGRIPAC pour servir de pont commercial entre producteurs et consommateurs n’a pas pu endiguer les systèmes traditionnels de vente existants. Ainsi à côté de la vente moderne initiée par la structure étatique AGRIPAC, se sont maintenus des intermédiaires commerciaux privés dans un circuit traditionnel inorganisé. A Bouaké, deux types d’intermédiaires commerciaux privés ont été répertoriés (Atta, 1978, p. 215-216).

Les riches commerçants de l’ethnie Dioula

41L’appellation dioula désigne ici l’ensemble des populations venues du nord Côte d’Ivoire (ivoiriens ou non ivoiriens) parlant un dialecte mandingue et généralement musulman. En outre, le groupe "dioula" comprend des ethnies très différentes : Malinké, Bambara, Haoussa, Jerma, Ouolof, Peulh, Senoufo et même des gens ordinaires d'autres ethnies de Côte d'Ivoire convertis à l'islam (Atta, 1978, p. 149). En Côte d'Ivoire, il se trouve que la majorité des commerçants est Dioula. Par conséquent, l’esprit des ivoiriens, le dioula c'est le commerçant musulman. Dans la ville de Bouaké, à cette époque les populations autochtones Baoulés étaient essentiellement tournées vers les activités agricoles tandis que les Dioulas détenaient majoritairement et traditionnellement le commerce. Ces derniers composent plus de la moitié de la population de Bouaké et certains se sont investis dans la commercialisation des produits agricoles au point de devenir des acteurs presqu’incontournables dans les circuits de vente. Véritables intermédiaires commerciaux, ces riches commerçants se rendaient sur les sites de production à l’intérieur de la ville comme dans sa périphérie proche et achetaient de grosses quantités de légumes frais directement auprès de plusieurs citadins-agriculteurs. Les stocks de légumes achetés servaient ensuite à ravitailler les nombreux internats des établissements scolaires et autres structures publiques (camps militaires, universités, etc..) et privées (restaurants, hôtels, etc..) qui existaient à Bouaké. Une des particularités de cette vente est que ces intermédiaires disposaient d’une clientèle bien définie. La destination des produits achetés auprès de producteurs était d’avance connue. Les livraisons auprès des structures se faisaient chaque semaine ou à des moments précis. Mais les grossistes rencontraient parfois des difficultés pendant les vacances et autres congés scolaires. Leur activité tournait alors au ralenti puisque les établissements qui constituaient leurs grosses clientèles restaient fermés pendant plusieurs mois. Ce qui n’était pas le cas des vendeuses ambulantes qui sans interruption commercialisaient une diversité de légumes même si elles devaient quotidiennement aussi rechercher d’autres clients.

42Aussi ce qui est paradoxal et surprenant, c’est que ce sont des entités privées qui ravitaillaient à cette époque certains établissements publics alors qu’existait une structure étatique (AGRIPAC) chargée de mettre fin à l’action des intermédiaires commerciaux privés. Cette situation vient confirmer la gestion inefficace et pas assez rigoureuse de la société AGRIPAC.

43Pendant environ deux décennies, ces riches commerçants ont œuvré comme intermédiaires dans le circuit de vente des légumes à Bouaké. Mais suite à la crise économique qui a secoué le pays au cours de la décennie 1980, l’Etat a été obligé d’engager des réformes dans plusieurs secteurs notamment au niveau de l’éducation et fermer de nombreux internats et cantines scolaires qui absorbaient une grande partie des stocks de ces grossistes. Mais avant la fermeture des internats, les lenteurs administratives dans le paiement des factures pesaient déjà sur l’activité des commerçants.

44En outre, certaines restauratrices et autres vendeuses de légumes qui habituellement se ravitaillaient auprès de ces grossistes-dioulas ont commencé à se rendre dans les villages périphériques pour s’approvisionner directement. Pendant les jours de marché hebdomadaire dans les villages périphériques, ces femmes se déplaçaient pour acheter les légumes en grande quantité et à moindre coût. Cette situation a beaucoup fait baisser le chiffre d’affaire des intermédiaires-dioula. Un autre fait qui selon Bredeloup (1993, p. 79) a contribué à l’affaiblissement de l’activité des grossistes-dioula, c’est la prolifération rapide des commerçants grossistes dans le circuit. Là où les légumes étaient dans le passé facilement accessibles, il fallait désormais parcourir plusieurs localités sur de longues distances pour le ravitaillement. Certains grossistes aux moyens modestes vont se retirer du circuit parce qu’ils ne pouvaient pas suivre ce rythme de concurrence emmaillé par les nombreuses dépenses parfois élevées (coût d’achat et transport des produits) et des tracasseries routières.

45Aussi, les dix années de crise militaro-politique qu’a vécu le pays avec Bouaké en première ligne ont porté un coup dur aux activités de ces grossistes. Plusieurs établissements (restaurants, hôtels, camps militaires, universités) ont été fermés. Du coup ces riches commerçants ont été obligés de s’orienter vers d’autres activités commerciales.

Des équipes de jeunes filles ambulantes

46Les dernières intermédiaires commerciales de cette période ancienne étaient des jeunes filles pour la plupart déscolarisées. Très tôt le matin, elles se rendaient quotidiennement sur les sites de production pour se ravitailler en légumes frais. Les légumes achetés en petite quantité par ces jeunes intermédiaires ambulantes étaient portés sans grande difficulté sur la tête dans des bassines ou cuvettes. Selon Atta (1978, p. 215), ces légumes étaient vendus par certaines jeunes filles sur les différents marchés périphériques de la ville. D’autres trouvaient leurs clientèles à la devanture des magasins d'alimentation. En outre, les produits sont aussi proposés sur les grandes artères de la ville aux passants en général mais particulièrement aux ressortissants européens à cette époque. Ici, dans cette commercialisation, contrairement à l’intermédiaire public AGRIPAC, ces sont les jeunes filles commerçantes portaient les produits vers les clients. Lorsqu’elles arrivent à écouler les légumes plus tôt que prévue dans le courant de la journée, elles retournaient s’approvisionner à nouveau chez le producteur puisque les sites de production étaient généralement à l’intérieur de la ville.

47Ainsi, trois entités d’intermédiaires ont animé le circuit de commercialisation des légumes dans la ville de Bouaké de 1960 à 1980. Ces intermédiaires commerciaux étaient composés d’une structure publique (AGRIPAC) et de deux entités privées (groupes de jeunes filles et les riches commerçants dioulas). Dans leur fonctionnement, AGRIPAC et l’entité des riches commerçants ont rencontré des difficultés diverses qui les feront sortir des circuits de vente. Du coup, la commercialisation des légumes cultivés sur l’espace urbain de Bouaké passe à partir de 1980 exclusivement aux mains des structures privées.

La commercialisation des légumes produits à Bouaké, une activité des acteurs privés à partir de 1980

48Durant la décennie 1980-1990, les intermédiaires commerciaux qu’étaient AGRIPAC (structures étatiques) et les riches commerçants dioulas (entité privée) sont sortis du circuit de vente des produits vivriers. Les raisons spécifiques du déclin de chacun de ces deux intermédiaires évoquées dans les paragraphes plus haut sont de différents ordres. En raison de l’échec de la société AGRIPAC, l’Etat s’est retiré de la commercialisation directe des légumes et s’est consacré à l'aide et à l'assistance dans le secteur. Dès lors on a assisté à une réorganisation des circuits de vente des produits agricoles avec de nouveaux intermédiaires commerciaux exclusivement privés.

49A Bouaké, le circuit de commercialisation des légumes est maintenant depuis des années aux mains d’intermédiaires privés. Ces privés sont appelés des intermédiaires-grossistes et des intermédiaires-détaillantes. Au niveau de la vente au détail, nous avons deux groupes. Il y a d’une part toujours les jeunes filles et d’autre part des supermarchés. Ces deux groupes de commerçants intermédiaires constituent à leur niveau respectif des maillons importants dans la pérennisation des activités agricoles. Qui sont-ils ? Et quels sont leurs modes de fonctionnement ?

Les intermédiaires-grossistes des légumes produits à Bouaké

50Dans la chaine de commercialisation des produits cultivés dans la ville de Bouaké, l’intermédiaire-grossiste constitue un maillon important. Il sert de pont entre le producteur et le vendeur au détail. Généralement, ces grossistes traitent très rarement directement avec les consommateurs. Leur but premier est d’avoir une quantité considérable de produits afin de ne pas ralentir ou rompre la relation avec la clientèle de détaillants. Les produits achetés aux producteurs des différents sites de la ville sont acheminés vers la vingtaine de marchés de proximité présents sur l’ensemble de la ville ou sur ceux qui sont à l’extérieur de Bouaké. Le rayon d’activité du grossiste est très large.

Crédit photo : Konan, 2018

51A Bouaké, les intermédiaires-grossistes de légumes de sexe féminin sont majoritaires avec une proportion estimée à 90 % contrairement au temps passé où l’on avait une majorité d’intermédiaires hommes. De plus, ce groupe d’intermédiaires grossistes n’est pas uniquement d’ethnie Dioula. Des femmes autochtones Baoulé, originaires de la région sont depuis plusieurs décennies actives dans la commercialisation des légumes. En effet l’urbanisation galopante de la ville a englouti certains villages périphériques et réduit de ce fait les superficies consacrées à l’agriculture. Cette situation a conduit certaines femmes initialement productrices dans ces zones à se lancer dans le commerce des produits agricoles. A cette catégorie de femmes autochtones, s’ajoute, celles arrivées à Bouaké l’exode rural et qui n’ont pu trouver du travail. Elles se sont donc aussi investies dans la vente de légumes. Ainsi périodiquement, elles se rendent dans les zones de production pour se ravitailler et par la suite approvisionner les sites marchands de la ville. Cette forte implication de ces femmes d’ethnie Baoulé dans le commerce des légumes se perçoit par la mise en place de plusieurs associations d’entraide dans les différents espaces de vente. Par ailleurs, selon nos enquêtes de terrain, les grossistes-intermédiaires sont les acheteurs les plus appréciés par les citadins-agriculteurs par rapport aux petits acheteurs au bord du champ. Cette préférence est surtout d’ordre financier. En effet, les producteurs estiment que les transactions avec ces derniers procurent des sommes d’argent assez conséquentes par rapport aux autres clients (détaillants ou par vente directe aux consommateurs). Des producteurs de légumes nous disaient « Avec les grossistes, on sent qu’on vient de faire une bonne affaire. Et l’argent que nous gagnons, nous permet de réaliser certains projets et de prendre soins de nos familles. Alors que quand nous vendons en détail, l’argent est petit et nous ne pouvons rien réaliser ». Environ 88,6 % des producteurs enquêtés vendent prioritairement aux les intermédiaires-grossistes pour la vente de leurs produits avant d’approvisionner les détaillantes.

52Une autre satisfaction, c’est bien la complicité et la collaboration assez poussée entre les producteurs et les acheteurs-grossistes. Les acheteurs-grossistes sont pour les producteurs un relais d’informations sur les goûts et les demandes des consommateurs. Désormais, les légumes produits par les citadins-agriculteurs sont sur commande du grossiste intermédiaire ce qui évite des pertes à la récolte. A Bouaké, les intermédiaires-grossistes approvisionnent les détaillantes et d’autres clients de la ville ou résidants en dehors de Bouaké. Ces clientèles que nous avons listées pendant nos enquêtes de terrain regroupent les vendeurs du marché, les restaurateurs, les vendeurs des maquis (espace de restauration populaire où la nourriture et la boisson sont à prix réduits) et les établissements ayant des cantines (figure 3).

53Les producteurs réalisent leurs meilleurs chiffres d’affaires avec ces intermédiaires-grossistes qui ont un plus large éventail commercial par rapport aux détaillantes. En outre, les intermédiaires-grossistes, pour éviter la rupture de leur stock, s’attachent les services de plusieurs producteurs de légumes de la ville et des alentours. En effet, le fait de fidéliser plusieurs fournisseurs de légumes frais constitue une sorte de garantie et surtout de capital en saison sèche où plusieurs légumes deviennent très rares pendant les fêtes à cause du manque d’eau.

54Si entre producteurs et grossistes des liens privilégiés existent, entre les grossistes et détaillantes les relations sont aussi étroites.

Figure 3 : Diversité de la clientèle ravitaillée par des intermédiaires grossistes

Figure 3 : Diversité de la clientèle ravitaillée par des intermédiaires grossistes

Source : enquête de terrain, 2018

Relations commerciales étroites entre grossistes et détaillantes

55Dans la ville de Bouaké, pour l’écoulement des légumes, les détaillantes constituent un "bras relais" important pour les grossistes lorsque ceux-ci ne livrent pas directement les produits aux grandes surfaces (figure 4). Des marchés de référence se positionnent comme les zones de transaction entre grossistes et détaillantes. Le plus dynamique et régulier est le marché Bromakoté. Sur le marché Bromakoté transitent plus de 80 % de la production de légumes. Tous les jours, les détaillantes des marchés de proximité viennent se ravitailler auprès des grossistes sur ce marché. Pour les grossistes, ces détaillantes jouent un rôle capital dans la chaîne de vente. Elles permettent une évacuation rapide des légumes qu’ils soient de types européen ou africain. En effet, du fait de la multiplication des marchés dans la ville et grâce à leur capacité à toucher toutes les couches sociales de population avec un système de vente souple, les détaillantes arrivent à écouler des quantités importantes de légumes. Le fait d’être ce "bras relais" des grossistes a favorisé le raffermissement des liens de confiance. Le renforcement des liens de confiance a même poussé des grossistes à accepter que certaines détaillantes paient la somme d’argent due après la vente des produits.

Figure 4 : Relation étroite entre grossistes et détaillantes pour l’approvisionnement en légumes des consommateurs

Figure 4 : Relation étroite entre grossistes et détaillantes pour l’approvisionnement en légumes des consommateurs

Source : enquête de terrain, 2018

56En plus du marché Bromakoté, certains marchés hebdomadaires dans les quartiers de la ville constituent des lieux de transaction entre grossistes et détaillantes. Les marchés de quartiers les plus importants sont ceux de Koko et de Belleville qui se tiennent respectivement le mercredi et le vendredi.

57A Bouaké comme dans de nombreuses villes ivoiriennes, même s’il existe des relations étroites entre grossistes et détaillantes, il n’est pas rare de constater quelque parfois des situations conflictuelles. La raison principale est que parfois sur ces marchés, des grossistes peuvent commencer la vente des légumes en gros et terminer en fin de journée par la vente au détail. Cette situation n’est pas du goût des certaines détaillantes qui voient là une sorte de concurrence assez déloyale pour leur activité.

Les intermédiaires-détaillants de vente de légumes à Bouaké

58Les deux intermédiaires détaillants sont les derniers maillons du circuit de commercialisation avant que les produits ne parviennent aux consommateurs.

Les intermédiaires-détaillantes aux circuits de vente divers

59Tout au long de nos enquêtes de terrain, que ce soit sur les sites de production, dans les rues comme sur les marchés, nous avons rarement vu des intermédiaires de sexe masculin. C’est un maillon dans la chaine exclusivement aux mains des femmes.

60Nous avons relevé deux types d’intermédiaires-détaillantes dans la ville de Bouaké. On a d’une part les détaillantes se ravitaillant auprès des grossistes et d’autre part les détaillantes s’approvisionnant directement sur les sites de production. En fait ces dernières ne sont autres que les équipes de jeunes filles dont nous parlions un peu plus haut. Ce groupe d’intermédiaires commerciaux est la seule entité qui a su se maintenir dans le circuit de vente de légumes à Bouaké depuis la période suivant l’Indépendance à aujourd’hui. Il est le relais direct entre producteurs et consommateurs.

61La vente des légumes au détail est devenue une activité très dynamique et très importante à Bouaké pour bon nombre de femmes. Les crises militaro-politiques que la Côte d’Ivoire a vécus ces dernières années ont engendré un taux de chômage et de pauvreté assez élevé dans la région de Bouaké. Ainsi le commerce des légumes s’est présenté comme un véritable filet social pour ces femmes de tout âge.

Crédit photo : Konan, 2018

62Avec un fond d’investissement relativement peu important, les détaillantes s’approvisionnent soit chez les intermédiaires-grossistes soit directement auprès des producteurs. Les légumes sont ensuite écoulés dans différents espaces de vente de la ville. Nos enquêtes nous ont permis d’identifier trois espaces de vente : au marché, à domicile et sur les grandes artères de la ville.

  • Les intermédiaires-détaillantes commercialisant les légumes sur les marchés : après l’achat des différents légumes (de type européen comme africain) sur les lieux de production ou auprès d’intermédiaires grossistes, elles regagnent directement leur étal sur les marchés de la ville pour la vente aux consommateurs. Selon les revendeuses, leur clientèle provient de toutes les couches sociales.

63Les intermédiaires-détaillantes commercialisant les légumes à domicile. Elles n’ont pas de place fixe de vente sur les marchés de proximité et au marché central. Chaque matin, après l’achat des légumes, ces revendeuses livrent les produits aux domiciles de la clientèle qui sont généralement dans les quartiers proches. Par ailleurs, lorsque les légumes ne sont pas totalement vendus aux consommateurs habituels, les revendeuses sillonnent tout le quartier ou d’autres zones voisines pour proposer les produits à d’autres personnes. En employant cette méthode de vente de proximité, les détaillantes veulent rapprocher davantage les produits des consommateurs.

64Les dernières intermédiaires-détaillantes sont celles qui n’ont ni étals au marché et qui ne se rendent pas aux domiciles pour la vente. Cet ensemble de détaillantes proposent et vendent chaque jour aux heures de pointe les légumes sur les grandes artères de la ville aux endroits de grande affluence. Les légumes proposés aux différents clients sont de petites facilement transportables dans des sachets plastiques moins encombrants mieux encombrants.

65Pour les consommateurs cette stratégie de vente adoptée par ces intermédiaires-détaillantes est très bénéfique pour les populations. D’abord, cela leurs évite de parcourir de longues distances pour s’approvisionner en produits frais. L’autre satisfaction se situe au niveau des prix. Les légumes proposés par les détaillantes sont bien moins chers et peuvent faire parfois l’objet de marchandage pour la simple raison le vendeur n’est pas soumis aux exigences de taxes journalières.

Les supermarchés, d’autres intermédiaires-détaillants

66Nous pourrions évoquer le retour des magasins AGRIPAC vu les dispositifs et les stratégies de vente. Seulement qu’ici la vente et la gestion ne sont pas du fait de l’Etat mais réalisées par les structures privées. Dans plusieurs supermarchés installés dans la ville Bouaké, il n’est pas rare de voir des rayons entiers dédiés à la vente de fruits et légumes. Ces denrées vendues sont importées mais aussi produites localement. Même marginalisés dans les systèmes de distribution alimentaires (Afd, 2019, p. 12), les supermarchés et autres magasins restent des intermédiaires commerciaux importants pour la vente des légumes. Cependant, contrairement aux autres intermédiaires, les supermarchés sont des espaces de vente réservés à une certaine frange de la population, la classe aisée. Les prix des produits proposés sont parfois le double des prix sur les marchés à causes du coût de certains facteurs (conservation, taxes, transport, etc) auxquels ces structures doivent faire face. Aussi, dans ces enceintes, les produits sont généralement vendus au kilo pesés ce qui n’est pas encore totalement ancré dans les habitudes des Bouakois.

67Dans la commercialisation des légumes à Bouaké, les acteurs privés ont joué un rôle important à partir des années 1980. Qu’ils soient grossistes ou détaillants, ces intermédiaires animent les circuits de vente. Par ailleurs, si on assiste à une dynamique dans les circuits de vente c’est bien parce que les consommateurs y contribuent.

68Quel est le rôle joué par les consommateurs dans cette réorganisation commerciale ?

Le consommateur : un acteur incontournable dans le système de vente des légumes à Bouaké

69Dans la réorganisation des intermédiaires commerciaux dans les circuits de vente des légumes, les citadins consommateurs jouent un rôle important. Dans la localité de Bouaké, leur part se perçoit à plusieurs niveaux

- L’évolution accélérée du nombre de consommateurs

70Au cours des cinquante dernières années, Bouaké a connu une croissance démographique très soutenue. D’une population urbaine estimée à 85 000 habitants en 1965, elle atteint actuellement 542 000 habitants (INS : RGPH, 2014). Et selon les prévisions, la population de la ville attendrait d’ici 2023, plus de 900 000 habitants et le million à l’horizon 2030. Par conséquent, la population des consommateurs de produits alimentaires est en perpétuelle croissance (Koffie-Bikpo, et Adaye. 2015, p. 2) et doit être approvisionnée en produits vivriers de qualité mais aussi en quantité. Ainsi, pour répondre aux besoins alimentaires des citadins, une frange de la population va se transformer en grossistes et détaillants pour animer les différents circuits d’approvisionnement. Ainsi, au-delà de la croissance de la population, il y a aussi les habitudes alimentaires qui guident l’évolution du système de vente.

- Les nouvelles habitudes alimentaires des citadins vers plus de légumes

71L'établissement des jardins maraîchers dans la ville de Bouaké fut au départ lié à la présence d'une clientèle européenne pendant la période coloniale (Atta, 1978, p. 210). Après l’indépendance, les africains dits "évolués" qui pour la plupart ont étudié en Europe vont prendre la relève et perpétrer la production des légumes de type européen. Petit à petit, la consommation de ces légumes, complétée par les légumes de type africain, va prendre une place importante dans les habitudes alimentaires des citadins. Dans les ménages des villes ivoiriennes, l’approvisionnement des cuisines est une priorité (Dubresson, 1989, p. 3) et les légumes font aujourd’hui partie intégrante de l’alimentation des populations urbaines. La plupart des mets sont à base de légumes. Ils sont consommés crus ou cuits. Cette des légumes dans la consommation des ménages a considérablement favorisé la dynamique de réorganisation des intermédiaires commerciaux à Bouaké.

Conclusion

72L’agriculture urbaine tient une place importante dans la ville de Bouaké depuis la fin de la période coloniale. Elle est devenue au fil des années une activité génératrice d’emplois. Le commerce de ces productions locales apporte une partie des emplois indirects offerts par la pratique agricole à Bouaké est bien le commerce des produits. Circuit commercial jugé « traditionnel » et « anarchique » pour répondre aux besoins alimentaires d’une population en perpétuelle croissance au lendemain de l’Indépendance, les nouvelles autorités ont initié des réformes qui conduiront à la mise en place en 1972 de la société étatique de commercialisation AGRIPAC. Dans sa forme moderne, AGRIPAC a suscité de l’espoir dans le paysage commercial. Mais dans la pratique, submergée par des difficultés d’organisation et financières, elle n’arriva pas à supplanter les circuits de vente dits traditionnels pour satisfaire les consommateurs. En outre, AGRIPAC était aussi concurrencé à Bouaké par d’autres acteurs que sont les riches commerçants dioulas et des groupes de jeunes filles qui avaient un mode de fonctionnement plus souple. Finalement l’Etat s’est désengagé du commerce des produits vivriers laissant ainsi la place aux opérateurs économiques privés. Du coup, le système traditionnel a refait surface autour de la décennie 1980 marqué par une réorganisation des intermédiaires commerciaux. Le circuit de vente des légumes est désormais animé à Bouaké par les intermédiaires-grossistes et les intermédiaires-détaillants, acteurs uniquement du secteur privé.

73Les perspectives de l’agriculture urbaine (production et commercialisation) sont globalement positives, mais pourraient être encore améliorées grâce à une action claire des pouvoirs publics, non pas cette-fois-ci en tant qu’acteur direct de la commercialisation, et des investissements stratégiques dans le système de commercialisation des légumes.

Haut de page

Bibliographie

AFD, 2019, Contribution des systèmes de distribution alimentaire à la sécurité alimentaire des villes : étude de cas sur l’agglomération d’Abidjan (Côte d’Ivoire), Notes Techniques, n° 49, 83 p.

ATTA K., 1978, Dynamique de l'occupation de l'espace urbain et péri-urbain de Bouaké (Côte d'Ivoire), Thèse de Doctorat 3e Cycle, École des Hautes Études en Sciences sociales, ORSTOM, Paris, 309 p.

AUBRY C. et POURIAS J., 2013, L’agriculture urbaine fait déjà partie du « métabolisme urbain », Demeter, p. 135-155.

BAGRE A.S., KIENTGA M., CISSE G., TANNER M., 2002, Processus de reconnaissance et de légalisation de l'agriculture urbaine à Ouagadougou : de la légitimation à la légalisation, BIOTERRE, Rev. Inter. Sci. de la Vie et de la Terre, n° spécial, Actes du colloque international, Centre Suisse du 27-29 Août 2001, Editions Universitaires de Côte d’Ivoire, p. 139-148.

BARLES S, 2008, « Comprendre et maîtriser le métabolisme urbain et l'empreinte environnementale des villes », Annales des Mines - Responsabilité et environnement, n° 52, p. 21-26.

BREDELOUP S., 1993, Agripac et ses lendemains au pays de la banane plantain, in BLANC-PAMARD C. (ed.) Dynamique des systèmes agraires : politiques agricoles et initiatives locales : adversaires ou partenaires, Politiques Agricoles et Initiatives Locales, Séminaire, Paris (FRA), p. 73-90

BROUTIN C., COMMEAT P-G, SOKONA K., 2005, Le maraîchage face aux contraintes et opportunités de l'expansion urbaine. Le cas de Thiès/Fandène (Sénégal), Gret, Enda graf, document de travail Ecocité n° 2, www.ecocite.org, 36 p.

CHALEARD J.L., 1996, Temps de villes, temps des vivres : l’essor du vivrier marchand en Côte d’Ivoire, Paris, KARTHALA, 661 p.

DABIN, B., LENEUF N. et RIOU G., 1960, Carte pédologique de la Côte d'Ivoire au 1-2.000.000, Institut d’Enseignement et de Recherches Tropicales, Adiopodoumé (Côte d’Ivoire), ORSTOM, 39 p.

Dubresson A., 1989, Urbanisation et consommation alimentaire citadine en Côte d’Ivoire, Economie Rurale, n° 190, p. 3-8.

FAO, 2012, Pour des villes plus vertes en Afrique. Premier rapport d’étape sur horticulture urbaine et périurbaine, Rome, Organisation des Nations Unies pour alimentation et l’agriculture, 116 p.

GBELLE M., 2013, Cadre de Gestion Environnementale et Sociale(CGES), Rapport Final, Projet de Renaissance des Infrastructures en Côte d’Ivoire (PRI-CI), E3029v2, 148 p.

Institut National de la Statistique (INS), 2014, Recensement Général de la Population et de l’Habitat (2014), 49 p.

KOFFIE-BIKPO C. Y., ADAYE A. A., 2014, Agriculture commerciale à Abidjan : le cas des cultures maraîchères, Pour, 2014/4 (N° 224), p. 141-149. DOI : 10.3917/pour.224.0141. URL : https://www.cairn.info/revue-pour-2014-4-page-141.htm

KOUASSI A.M., 2007, Caractérisation d’une modification éventuelle de la relation pluie-débit et ses impacts sur les ressources en eau en Afrique de l’Ouest : cas du bassin versant du N’zi (Bandama) en Côte d’Ivoire, Thèse de Doctorat en hydrogéologie-Hydrologie, Université de Cocody, LSTEE, 210 p.

LEGALL L., BRONDEAU F., 2012, Les sites maraichers planifiés en milieu urbain : quelle sécurisation foncière pour quelle sécurisation économique ? Analyse à l'échelle locale. Le cas du périmètre maraicher de Kossodo. Ouagadougou. Burkina Faso, XIXème colloque ASRDLF Industrie, ville et région dans une économie mondialisée. Session spéciale "Nature et Métropole, regards croisés", 17 p.

Ministère d’Etat, Ministère du plan et du Développement, 2015, Enquête sur le Niveau de Vie des Ménages en Côte d’Ivoire, INS, DGPLP, 91 p.

MOUGEOT L. J. A, 2006, Cultiver de meilleures villes : agriculture urbaine et développement durable, Publié par le Centre de recherches pour le développement international, www.crdi.ca/un_focus_villes, 137 p.

RICHARD P., 1981, La commercialisation devant le problème vivrier en Côte d'Ivoire, éléments d'analyse et de réflexion à partir des produits du nord, ORSTOM, 336 p.

ROBERT A., YENGUÉ J L, AUGIS F., MOTELICA-HEINO M., HIEN E. et SANOU A., 2018, L’agriculture ouagalaise (Burkina Faso) comme modèle de contribution au métabolisme urbain : avantages et limites, VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Hors-série 31 | septembre 2018, mis en ligne le 05 septembre 2018, consulté le 10 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/21857; DOI : 10.4000/vertigo.21857

WEGMULLER F. et DUCHEMIN E., 2010, multifonctionnalité de l’agriculture urbaine à Montréal : étude des discours sur la base du programme des jardins communautaires, VertigO-la revue électronique en sciences de l'environnement, Volume 10 numéro 2, [En ligne] URL : http:// vertigo.revues.org/10445; DOI : 10.4000/vertigo.10445

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation de la ville de Bouaké
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13764/img-1.png
Fichier image/png, 551k
Titre Figure 2 : La ville de Bouaké où serpentent de nombreux bas-fonds
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13764/img-2.png
Fichier image/png, 368k
Titre Photos 1A et 1B : Une gamme variée de légumes produits à Bouaké à partir de systèmes culturaux basés à la fois sur la monoculture et la polyculture
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13764/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13764/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13764/img-5.png
Fichier image/png, 444k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13764/img-6.png
Fichier image/png, 339k
Titre Photo 2 : Des intermédiaires grossistes s’approvisionnant sur les sites de production dans la ville de Bouaké
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13764/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13764/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13764/img-9.png
Fichier image/png, 307k
Crédits Crédit photo : Konan, 2018
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13764/img-10.png
Fichier image/png, 316k
Titre Figure 3 : Diversité de la clientèle ravitaillée par des intermédiaires grossistes
Crédits Source : enquête de terrain, 2018
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13764/img-11.png
Fichier image/png, 6,4k
Titre Figure 4 : Relation étroite entre grossistes et détaillantes pour l’approvisionnement en légumes des consommateurs
Crédits Source : enquête de terrain, 2018
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13764/img-12.png
Fichier image/png, 7,7k
Titre Photo 3 : Tout comme les intermédiaires grossistes, les intermédiaires détaillantes s’approvisionnent en petite quantité sur les sites de production
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13764/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13764/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13764/img-15.png
Fichier image/png, 380k
Crédits Crédit photo : Konan, 2018
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13764/img-16.png
Fichier image/png, 334k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kouakou Attien Jean-Michel Konan, « La commercialisation des légumes cultivés dans l’espace urbanisé de Bouaké : une réorganisation des intermédiaires commerciaux », Géocarrefour [En ligne], 93/2 | 2019, mis en ligne le 17 janvier 2020, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/13764 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.13764

Haut de page

Auteur

Kouakou Attien Jean-Michel Konan

Enseignant-Chercheur Géographe – Urbaniste Université Alassane Ouattara (Bouaké – Côte d’Ivoire) Laboratoire Recherche Ville Société Territoire (LaboVST) attien_2@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals