Navigation – Plan du site

AccueilNuméros93/3ArticlesLe retour des ceintures maraîchèr...

Articles

Le retour des ceintures maraîchères ? Une étude de la proximité géographique des AMAP en Bouches-du-Rhône (2006-2015)

Back to The Periurban Market Garden ? Study of The Geographical Proximity of AMAP in Bouches-du-Rhône (2006-2015)
Noé Guiraud

Résumés

Les Amap sont un système alternatif de commercialisation alimentaire qui a été créé dans l’optique de rapprocher consommateurs et producteurs. L’organisation des Amap repose sur la relocalisation de l’échange alimentaire. En voulant observer les implications géographiques de cette organisation nous interrogeons aussi leur territorialité. Pour ce faire nous nous appuyons sur trois recensements des lieux de distribution et des fermes maraîchères en Bouches du Rhône, en 2006, 2010 et 2015. Nous montrons comment le système spatial des Amap repose sur trois relations spatiales : l’inter-relation des lieux du système Amap, le rôle des géographies agricoles et urbaines, et la distance comme indicateur du graphe géographique de l’Amap. Nous en tirons une typologie des Amap, qui rend compte de leurs rapports différenciés au territoire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le Miramap est le mouvement interrégional des Amap. Il a été créé en février 2010 et a pour objet l (...)

1Les AMAP (Association Pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne) sont désormais bien implantées dans le paysage français de la vente de produits alimentaires. Si elles paraissent marginales en termes de consommateurs face à d’autres modes de vente – fin 2015 le Miramap1 estimait à 270 000 le nombre de consommateurs et à 2 000 le nombre d’AMAP en France - elles n’en demeurent pas moins une forme de commerce alimentaire innovante qui symbolise tout particulièrement l’essor des circuits courts alimentaires en France depuis une vingtaine d’années.

2L’un des objectifs de ce mode de commercialisation est de rapprocher solidairement consommateurs et producteurs (Lamine, 2008 ; Mundler, 2007, 2009) en s’appuyant sur de nouveaux rapports économiques, sociaux et géographiques. Les AMAP, et plus largement les circuits courts, visent ainsi à reconnecter l’agriculture et l’alimentation (Lamine et Chiffoleau, 2012) et cet objectif passe notamment par la relocalisation géographique des activités. C’est avec cette visée que les circuits courts alimentaires, dont les AMAP sont une forme dite alternative (Renting et al., 2003 ; Traegar, 2011), mobilisent la proximité à la fois comme un principe et une échelle d’action (Guiraud, 2016). La proximité dans les circuits courts, au-delà de sa seule dimension spatiale, est largement étudiée par le cadre théorique de l’économie de la proximité (Praly et al., 2009 ; Blanquart et Gonçalves, 2011 ; Chevallier et al., 2014 ; Praly et al., 2014). La littérature souligne que la proximité, au-delà de la distance, s’observe aussi dans la qualification des relations entre acteurs et avec le territoire (Mundler et Laughrea, 2016). Ainsi, l’interdépendance entre proximités géographique et organisée a été analysée, tantôt à propos de la coordination entre producteurs (Poisson et Saleilles, 2012 ; Mundler, 2013), tantôt entre producteurs et d’autres acteurs du circuit logistique (Praly et al., 2009) ou encore entre producteurs et consommateurs (Prigent-Simonin et al., 2012 ; Kebir et Torre, 2013). Tous ces travaux soulignent l’intérêt d’analyser la plus ou moins grande distance spatiale (par la proximité géographique) et relationnelle (par la proximité organisée) entre les acteurs afin de mieux comprendre le fonctionnement de ces circuits. Toutefois, la question de l’impact de la proximité sur l’organisation géographique de ces circuits demeure sous-traitée à notre sens. C’est pourquoi nous nous sommes intéressés à traiter uniquement de cet aspect à propos d’une modalité particulièrement innovante de circuit court : en quoi les AMAP produisent-elles de nouvelles relations territoriales entre production et consommation ?

3Plusieurs études francophones sur les AMAP abordent cette question. La question du « faire territoire » des AMAP a été abordée par le prisme de la notion de local (de Sartre et al, 2010 ; Poulot, 2014a). Il a alors été mis en évidence des rapports au territoire différenciés entre consommateurs et producteurs, tant dans leurs motivations, leurs représentations et leurs pratiques (Poulot, 2014a) mais aussi que le territoire est finalement peu présent dans les discours (Pouzenc et al, 2008), et semble plutôt correspondre à une « spatialisation de réseaux sociaux » (de Sartre et al, 2010, p. 11), qu’à un réel sentiment d’appartenance ou d’appropriation territoriale. D’autres auteurs se sont appuyés sur la notion de système agro-alimentaire local (Muchnik et al, 2008) en concluant à la contribution des AMAP à l’émergence d’un système agro-alimentaire métropolitain en Bouches-du-Rhône (Minvielle et al, 2011). Ce caractère urbain des AMAP a par ailleurs été mis en évidence également en Midi-Pyrénées (Pouzenc et al, 2008 ; Olivier et al, 2011), en Ile-de-France (Poulot 2014a) et en Provence-Alpes-Côte-d’Azur (Guiraud et al, 2014). Enfin deux études ont documenté de façon exhaustive la distribution spatiale des lieux de production et de distribution des AMAP, l’une en Midi-Pyrénées (Pouzenc et al, 2008), et la seconde en Béarn (de Sartre et al, 2010). Si ces deux études ont porté sur une analyse de leur localisation par rapport à la trame urbaine, elles n’ont pas abordé la question des distances entre les lieux de l’AMAP. Pour autant les deux proposent une analyse qualitative des liens que les AMAP ont avec le territoire, ce qui nous permettra une mise en perspective intéressante de nos résultats.

4Dans ce contexte cet article propose une analyse des localisations des AMAP en Bouches-du-Rhône, et ce à trois dates différentes afin de pouvoir décrire les permanences et variations de leur organisation spatiale. Cette organisation est abordée tant par les localisations des AMAP dans la trame urbaine du département, que par les distances entre les lieux de l’AMAP. Nous nous appuyons sur des travaux menés durant une maitrise en géographie (2009-2010) et mis à jour à l’occasion d’une thèse de doctorat en économie (soutenue en décembre 2016), pour proposer une grille d’analyse de la proximité géographique des AMAP qui vise à décrire les relations spatiales des AMAP à différentes échelles et, in fine, à questionner ce que les AMAP produisent comme formes territoriales. Nous faisons l’hypothèse que la proximité géographique implique de voir réapparaître des ceintures maraichères autour des villes, centres de la demande.

5Après avoir brièvement rappelé ce que sont les AMAP et leur développement en France et plus particulièrement en Bouches-du-Rhône, nous expliquerons notre approche qui consiste à définir et décrire le système spatial des AMAP. Nous entendons par système spatial de façon assez restrictive un ensemble d'entités spatiales entre lesquelles existe un ensemble de relations (Sanders et al, 1999). Nous décrirons ensuite les différentes hypothèses que nous avons, puis nous détaillerons la récolte des données. Nous présenterons ensuite l’analyse des distances qui séparent le maraîcher du lieu de distribution des AMAP aux trois dates de recensement, puis, en décrivant la distribution des consommateurs pour sept AMAP en 2010, nous proposerons une première typologie des AMAP par les distances. Enfin, à partir de la cartographie des AMAP en 2015 nous amènerons un certain nombre des nuances à cette typologie tout en précisant les relations des AMAP aux géographies agricoles et urbaines du département. Nous conclurons sur l’apport de ces résultats quant à la territorialité du système AMAP et de sa contribution à la relocalisation agricole et alimentaire.

Les AMAP en France et en Bouches-du-Rhône

  • 2 « Les Amap : agir local pour agir global. Entretien avec Stéphanie Cabantous, porte-parole du Miram (...)

6La première AMAP en France est créée en 2001 à Aubagne, à l’initiative du couple Vuillon dont la ferme des Olivades se situe à Ollioules dans le Var. L’idée leur vient à la suite de la découverte du concept des CSA (Community Supported Agriculture) aux Etats-Unis. L’émergence des AMAP résulte ainsi d’une convergence de facteurs : une dynamique militante internationale à travers les réseaux altermondialistes mais aussi locale, l’AMAP étant créée avec le groupe Attac d’Aubagne (Lamine, 2008) et des paysans de la confédération paysanne, c’est pourquoi la charte de l’agriculture paysanne est adossée à celle des AMAP2. Par ailleurs le littoral provençal se caractérise par une pression foncière importante sur les terres agricoles du fait d’une urbanisation importante et pas toujours réglementaire. Aubagne fait alors figure d’exception avec la décision de la commune de créer une zone de préservation de l’agriculture sur son territoire qui remonte à 1992 et donne lieu à la création d’une charte agricole (Monburreau, 2007).

  • 3 http://miramap.org/IMG/pdf/charte_des_amap_mars_2014-2.pdf
  • 4 https://lespaniersmarseillais.org/ ?CharTe

7Le terme AMAP est lié à la charte d’Alliance Provence rédigée en 2003, et désormais de la Charte révisée par le MIRAMAP en 20143. Le nom Amap a été déposé à l’Institut national de la propriété industrielle en 2003 par Alliance Provence mais le réseau autorise par convention les autres associations à utiliser le nom (Mundler, 2009). Une particularité existe de ce point de vue en Bouches-du-Rhône du fait qu’on y trouve deux réseaux d’AMAP : Alliance Provence (devenu AMAP de Provence en novembre 2014) qui est le réseau créé en mai 2001 à l’occasion de la création de la première AMAP, et les Paniers Marseillais, créé en 2009 et dont les groupes se concentrent dans l’aire Marseillaise. Ce deuxième réseau a été créé suite à de désaccords entre des membres d’Alliance Provence au sujet du recours ou non à la certification Biologique et à des questions de gouvernance. De fait, les Paniers Marseillais n’utilisent pas le terme AMAP mais celui de Paniers. Par conséquent ils se réfèrent à leur propre charte4. Leur principale différence outre leur emprise spatiale est que les Paniers Marseillais se réfèrent explicitement à l’agriculture biologique comme critère de qualité de la production et ne font pas mention à l’agriculture paysanne. Enfin ils ont mis en place un accompagnement des producteurs (ils n’utilisent pas le terme paysan) par une formation continue et un producteur conseil. Dans l’optique d’étudier la proximité géographique de cette modalité de vente de paniers à l’échelle du département, nous nous permettons d’utiliser le terme AMAP sans distinguer les deux réseaux.

8Les AMAP sont une modalité de vente directe de produits alimentaires sous forme de paniers. La contractualisation prend la forme d’un partenariat local et solidaire entre le producteur et le consommateur qui repose sur un certain nombre de principes dans l’échange : un paiement à l’avance du producteur (habituellement 6 mois ou 1 an) et l’acceptation d’aléas de la production pouvant impacter le contenu du panier. Celui-ci n’est pas choisi par le consommateur. Et d’autre part une transparence quant au de mode de production qui doit respecter l’environnement et la qualité sanitaire des produits. De ce point de vue la charte des AMAP renvoi aux cahiers des charges de l’agriculture paysanne et de l’agriculture biologique. Selon les réseaux et les groupes la transparence vis-à-vis du mode de production peut prendre une forme informelle (visites à la ferme), et/ou celle d’un système participatif de garantie (Mundler et Bellon, 2011) et/ou celle de la labellisation Agriculture Biologique.

9On trouve aujourd’hui des AMAP dans l’ensemble du territoire national. En 2018, on compte 315 AMAP en Île-de-France, 300 en Rhône-Alpes, 200 en Midi-Pyrénées, 170 en Aquitaine et 137 en PACA5. Si des régions comme l’Île-de-France, Rhône-Alpes et Midi-Pyrénées affichent un fort dynamisme de création d’AMAP, ce n’est pas le cas pour la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur qui a vécu une diminution depuis 2010 (-22 %). A l’échelle départementale, les Bouches-du-Rhône demeurent néanmoins un des départements où l’on trouve un grand nombre d’AMAP en France : 70 AMAP en 2018, soit la moitié des AMAP de PACA, 40 sont adhérentes au réseau Amap de Provence et 30 au réseau les Paniers Marseillais.

Décrire le système spatial des AMAP : lieux et distances

La proximité géographique dans l’organisation de l’AMAP

  • 6 Notons que nous ne considérons pas les déplacements des consommateurs sur le lieu de production : e (...)

10Une AMAP a pour finalité la commercialisation alimentaire et de ce point de vue son organisation peut être résumée par trois étapes : la production, la distribution et la consommation. Ces trois actes se localisent de manière différenciée. Toutefois, il arrive que le lieu de production soit également le lieu de distribution. Les espaces de la production sont les fermes des maraîchers qui livrent des AMAP. Les espaces de la distribution sont des lieux, publics ou non, où se déroule de façon hebdomadaire la distribution des paniers. Les lieux de distribution se caractérisent par une grande diversité : des places, des cafés, des lieux associatifs, des parkings, des écoles, des entreprises etc. Les espaces de la consommation sont les lieux de résidence des consommateurs se fournissant dans des AMAP. Les consommateurs et les maraîchers se déplacent toutes les semaines sur le lieu de distribution6, celui-ci se trouve ainsi être le point d’entrée du réseau (Pumain, Saint-Julien, 1997). Ces lieux sont les nœuds d’un graphe géographique (Figure 1) et les liens correspondent aux distances entre les lieux. Ces distances sont parcourues par les acteurs du réseau, et c’est dans la perspective des déplacements qu’elles représentent que nous les utilisons comme des indicateurs de la proximité géographique dans les AMAP. Nous considérons ici la proximité géographique comme la distance kilométrique entre deux acteurs, pouvant être pondérée par le temps ou le coût de transport et par la perception qu’ont les individus de cette distance (Rallet et Torre, 2004).

Figure 1 : Schématisation de l’organisation spatiale d’une AMAP

Figure 1 : Schématisation de l’organisation spatiale d’une AMAP

11Décrire le système spatial des AMAP nous permet donc de définir des relations à partir desquelles nous analysons le rôle de la proximité géographique. Ces relations définissent des interactions spatiales dans le sens où elles mettent en jeu des lieux différents (Sanders et al, 1999). L’organisation des AMAP que nous venons de décrire permet d’identifier deux types d’interactions spatiales :

  • Celles entre les lieux de la production, de la distribution et de la consommation de l’AMAP que nous décrivons par les mesures des distances entre couples de lieux.

  • Celles entre les lieux de l’AMAP et le territoire que nous décrivons par l’analyse de la localisation des lieux de distribution et des maraîchers dans la trame urbaine des Bouches-du-Rhône

12Effectivement les lieux que nous considérons ont des fonctions dans le cadre de l’AMAP : production, distribution, consommation. On considère que ces fonctions ont un rôle dans la localisation de ces lieux. Dans cette perspective, la situation et la disponibilité des terres agricoles susceptibles d’accueillir une activité maraichère diversifiée a un impact sur la localisation des maraîchers en AMAP. De la même façon, l’organisation sociodémographique des espaces urbains a un rôle dans la localisation des lieux distribution et la répartition des consommateurs.

Recensement des localisations des AMAP et mesures des distances à trois dates

  • 7 La base des données est issue du projet C3D (financé par l’ANR) sur la période 2005-2008, menée par (...)
  • 8 Enquête réalisée dans le cadre du programme de recherche DEVAMAP (Dynamiques sociales et économique (...)

13C’est par l’étude des localisations et la mesure des distances que nous décrivons le système spatial des AMAP. Le premier pas de notre étude géographique est donc le recensement et la localisation des lieux de l’AMAP. Nous avons eu accès à un premier recensement des AMAP réalisé entre 2005 et 20067. C’est sur cette base et dans le cadre d’une enquête en 20108 que nous avons réalisé un deuxième recensement des AMAP avec l'objectif d'analyser leur organisation spatiale. Ce fut alors l'occasion de produire une première analyse diachronique à la fois de l’évolution du nombre d’AMAP et de la distance entre le lieu de distribution et le maraîcher (Guiraud, 2010). Durant cette enquête nous avons également pu recenser et localiser les résidences des consommateurs pour sept AMAP des Bouches-du-Rhône, ce que nous n’avons, hélas, pas pu réitérer en 2015 faute d’accès aux données. Puis, dans le cadre d’une thèse de doctorat portant sur le développement des circuits courts en région PACA, nous avons réalisé un troisième et dernier recensement des AMAP en 2015. A cette occasion nous avons mesuré les distances routières et les temps de déplacement à partir de la distribution spatiale des lieux recensés à l’adresse postale. Les recensements de 2010 et de 2015 ont été fait à partir des informations fournies par Alliance Provence puis Amap de Provence, les Paniers Marseillais et de recherches sur internet. Le tableau 1 présente les trois recensements des AMAP (lieux de distribution et maraîchers) des Bouches-du-Rhône pour chacune des dates.

Tableau 1 : Les lieux de distribution AMAP et maraîchers recensés pour chacune des années

Tableau 1 : Les lieux de distribution AMAP et maraîchers recensés pour chacune des années
9

Tableau 2 : Inversion du rapport nouveaux/disparus entre le recensement de 2010 et celui de 2015

Tableau 2 : Inversion du rapport nouveaux/disparus entre le recensement de 2010 et celui de 2015

14Ensuite, la distance mathématique (ou dite euclidienne) est mesurée entre deux types de couples de lieux : ferme – lieu de distribution, lieu de distribution – résidences de consommateurs. La distance euclidienne appelée communément « à vol d’oiseau » reste une caractéristique structurelle et il nous revient de lui donner du sens soit dans l’interprétation et la mise en contexte soit par la pondération des distances. C’est pourquoi nous avons choisis de mesurer également les distances routières et les temps de déplacement. Les distances mesurées correspondent aux déplacements aller (Tableau 3). Lorsque nous parlons de déplacements aller/retour nous le signifierons dans le texte.

15Pour mesurer les distances routières et les temps de déplacement nous avons eu recours à l'application commerciale Google Maps®. Notre choix s'explique à la fois par une facilité d'utilisation et le réalisme des mesures de cette application en matière de déplacement (Lhomme, 2015). Google Maps® prend en compte différents éléments : les sens de circulation, la congestion des routes, les feux tricolores. Techniquement, nous avons importé nos bases de données dans Google Maps® et calculé un à un chacun des déplacements des maraîchers au lieu de distribution pour les trois années. Nous avons ensuite reporté les mesures en km de route (chemin le plus rapide) et temps de déplacement dans nos bases. Ces mesures ont deux postulats : d’abord que le réseau routier n'a pas considérablement changé entre 2006 et 2015 (les mesures ont été faites en décembre 2015), ensuite que si plusieurs itinéraires sont possibles, le plus court en temps de route est celui utilisé.

Une typologie des AMAP selon leur configuration territoriale

La proximité au maraîcher : un éloignement maximum stable mais une augmentation des distances parcourues par le maraîcher

  • 10 Le décret n° 2002-1468 publié au JORF le 19 décembre 2002 sous le n° 295
  • 11 Rapport de la commission au parlement européen et au conseil sur l’opportunité d’établir un système (...)
  • 12 Rapport d'information à l'Assemblée nationale n° 2942 de la commission des affaires économiques sur (...)

16La charte des AMAP comme celle des Paniers Marseillais ne pose pas de contrainte en termes de distance entre les producteurs et les consommateurs, le principe de la proximité géographique est librement approprié par chaque groupe. Théoriquement rien n’interdit à un groupe de formaliser un contrat de type AMAP avec un maraîcher à plusieurs centaines de kilomètres, tant que les consommateurs et le producteur perçoivent cette distance comme proche. Si l’on regarde les textes administratifs étant à même de définir cette proximité géographique dans le cadre d’un échange alimentaire, on trouve l'évocation de distances dans un règlement relatif aux conditions de contrôle de la qualité des produits issus de producteurs ou artisans commercialisant leur production « en petite quantité » sur le marché local (Chaffote et Chiffoleau, 2007, p. 3)10. Ce règlement définit la « vente à proximité » par un rayon de 80 km maximum du lieu de production (Chaffote et Chiffoleau, 2007, p. 3 ; Raynal et Razafimahefa, 2014). Plus récemment, des distances seuils sont citées dans des rapports parlementaires qui traitent des circuits courts au niveau européen (Rapport au Parlement Européen, 2013)11 et national (Rapport à l'Assemblée Nationale, 2015)12. Ces rapports s'appuient en particulier sur l'étude de Kneafsey et al (2013, p. 25) qui évoque des distances au producteur variant de 20 à 100 km sur la base de travaux au Royaume-Uni, notamment celle de The National Farmers Retail and Markets Association (FARMA). Dans cette étude, la proximité géographique prend la forme « d'un rayon depuis le marché. 30 miles semble idéal, mais le rayon peut augmenter jusqu'à 50 miles pour les villes plus grandes, les régions côtières ou éloignées, avec un maximum recommandé de 100 miles. » (traduction de l'auteur).

17Qu’en est-il pour les AMAP de Bouches-du-Rhône ? Les distances entre le lieu de distribution et le lieu de production de chaque AMAP recensée (Tableau 3) aux trois périodes de création des AMAP correspondent assez bien à distances seuils évoquées dans ces textes. La distance moyenne au producteur est de 45 km de route en 2006 et en 2010 mais augmente à 50 km en 2015. La distance routière maximale atteint les 118 km de route dès 2006 et n'évoluera plus. Pourtant, comme nous allons le montrer, la proportion des lieux de distribution AMAP avec une distance à la ferme maraîchère supérieur à 60 km augmente de façon notable entre 2006 et 2015.

Tableau 3 : Distances entre lieu de distribution et la ferme maraîcher par AMAP et par Maraîcher en 2006, 2010 et 2015

Tableau 3 : Distances entre lieu de distribution et la ferme maraîcher par AMAP et par Maraîcher en 2006, 2010 et 2015

18Effectivement, derrière la stabilité sur les trois recensements de la distance maximale et de la distance moyenne entre lieu de distribution et ferme maraîchère (Tableau 3) se trouve une variété de cas, dont la distribution évolue dans le temps (Figure 2) : le nombre de maraîchers à moins de 40km diminuent tandis que ceux à plus de 60 km augmente. En 2006, c’est 67 % des AMAP qui avaient leur lieu de distribution à moins de 40 km de la ferme maraîchère, cette proportion va diminuer aux deux recensements suivants (54 % en 2010 puis 52 % en 2015). Parallèlement, la proportion des AMAP dont le maraîcher doit faire plus de 60 km par semaine pour livrer ses paniers, c’est 16,5 % des AMAP en 2006, puis 24 % en 2010 et 25 % en 2015.

Figure 2 : distribution des AMAP par catégorie de distance entre leur lieu de distribution et la ferme maraîchère en 2006, 2010 et 2015

Figure 2 : distribution des AMAP par catégorie de distance entre leur lieu de distribution et la ferme maraîchère en 2006, 2010 et 2015

19Ces deux tendances, l’augmentation des maraîchers à plus de 60 km et la diminution de ceux à moins de 40km est confirmé par la mesure des temps de déplacement : les maraichers passent plus de temps à distribuer les paniers en 2015 en 2006. C’est une part croissante de maraîchers qui passent plus de 50 minutes (1h40 aller-retour) pour livrer les paniers : 29,5 % en 2006 à 42,6 % en 2015. Tandis qu’à l’inverse, si 60 % des maraîchers mettent moins de 40 minutes de route (1h20 aller-retour) pour livrer leurs paniers en 2006, ils ne sont plus que 46,3 % en 2015. Ces estimations s’avèrent ainsi un peu plus élevées qu’en Midi-Pyrénées où, en 2008, « la durée moyenne du transport en voiture ou camionnette pour le producteur a été estimée à 50 mn » (Olivier et Coquart, 2008, in Raynal et Razafimahefa, 2014, p. 4). Tandis qu’on est loin des « 5 ou 6 heures nécessaires parfois pour acheminer leurs paniers » pour les maraîchers d’Ile-de-France (Poulot, 2014a, p. 49). Mais la taille des agglomérations urbaines ne sont pas comparables entre ces différents territoires, et l’on peut faire l’hypothèse que la dimension des villes impacte fortement la proximité géographique (Kneasfey et al, 2013) entre les maraîchers et les lieux de distribution en AMAP.

  • 13 Nous avons mesuré une corrélation positive significative à chacune des années, mais qui se renforce (...)

20De plus, la relative permanence de la distance entre le lieu de distribution et le maraîcher cache également un accroissement important des distances cumulées par un maraîcher, c’est-à-dire l’ensemble des distances qu’un maraîcher parcourt pour livrer une ou des AMAP chaque semaine. Le cumul moyen de distances était de 52,5 km en 2006 et atteint 78,9 km en 2015, tandis que la médiane, fixée à 37,7 km en 2006 et 2010, atteint 51,3 km en 2015. Cette augmentation des distances cumulées par maraîcher est à rapprocher de l’augmentation du nombre d’AMAP par maraîcher13 (Tableau1). Toutefois, ces mesures ne prennent pas en considération l’optimisation des déplacements du maraîcher. Cette optimisation peut impacter considérablement les km réellement parcourus.

  • 14 Entretiens réalisés avec un(e) administrateur(e) et un(e) salarié(e) du réseau en novembre 2013 et (...)

21Le réseau des Paniers Marseillais a une stratégie de développement explicitement orientée pour que les maraîchers puissent écouler leur production à 100 % en AMAP. Pour faciliter cet objectif le réseau cherche à optimiser les déplacements du maraîcher pour qu’il puisse cumuler plusieurs livraisons d’AMAP sur la même journée14. Le fait que ce réseau s’organise à l’échelle de la ville de Marseille explique aussi l’importance de viabiliser les déplacements des maraîchers, puisqu’en 2015 les groupes des Paniers Marseillais compte en moyenne 3 AMAP par maraîcher, et ces derniers sont en moyenne à 60 km du lieu de distribution, contre 20 km de moyenne pour les groupes du réseau Amap de Provence.

AMAP urbaines et AMAP péri urbaines : une variation des relations de proximité selon leur position dans la trame urbaine

22Afin de compléter notre analyse du système spatial des AMAP nous avons localisé l’ensemble des consommateurs pour sept AMAP (à l’occasion du recensement de 2010) soit les lieux de résidence de 490 consommateurs : deux AMAP se situent dans des communes multipolarisées (Roquevaire et la Roque-d'Antheron), une dans un petit pôle urbain (Gardanne), et les quatre dernières sont dans le pôle urbain marseillais : une dans sa périphérie nord (13015), une au sud (13009) , une à l’est (13012) et une dans le centre-ville (13001). Notre objectif est d’observer si la dispersion des consommateurs autour du lieu de distribution varie selon la localisation de l’AMAP dans la trame urbaine (Tableau 4).

23On observe que les consommateurs sont plus concentrés autour du lieu de distribution quand les AMAP sont localisées dans un tissu urbain plus dense. Ainsi, les adhérents de l’AMAP du centre-ville de Marseille parcourent en moyenne 960 m pour aller chercher leur panier toutes les semaines contre 5,5 km pour ceux de Roquevaire. Nos résultats sont cohérents avec ceux d’une étude menée en Brenne, où les adhérents « résident très rarement à plus de 20 km du siège de l’AMAP » (Bitoun et al., 2009, in Raynal et Razafimahefa, 2014, p. 5), puisque la distance maximale que nous trouvons pour ces 490 adhérents est de 18,71 km entre la résidence et le lieu de distribution.

Tableau 4 : Distribution des distances des consommateurs au lieu de distribution pour sept AMAP des Bouches-du-Rhône en 2010

Tableau 4 : Distribution des distances des consommateurs au lieu de distribution pour sept AMAP des Bouches-du-Rhône en 2010
  • 15 La corrélation statistique est hautement significative avec moins de 1 % de risque d’erreur, avec d (...)

24Nous nous sommes aussi demandé si la localisation des AMAP dans la trame urbaine avait un impact sur la distance entre le maraîcher et le lieu de distribution. Pour cela, nous avons calculé la distance entre le lieu de distribution des AMAP et le centre-ville de la ville la plus proche en considérant les villes moyennes et grandes. Soit les communes de plus de 20 000 habitants (Taullelle, 2010 ; Demazieres, 2017) : Marseille, Aix-en-Provence, Aubagne, Istres, Salon-de-Provence, Vitrolles, Marignane, Martigues, Arles, La Ciotat, Miramas et Avignon (qui n’est pas en Bouches-du-Rhône mais limitrophe). Puis nous avons confronté ces distances à celle que le maraîcher parcourt pour aller au lieu de distribution : on observe que plus le lieu de distribution est proche d’une ville de plus 20 000 habitants, plus le maraîcher est éloigné du lieu distribution. Si cette relation15 - plus l’AMAP est proche d’une ville, moins le maraîcher l’est - n’est pas observée en 2006, elle est par contre très nette en 2010 et en 2015.

25Ces deux observations, à propos de la proximité des adhérents au lieu de distribution d’une part et de la proximité des maraîchers au lieu de distribution d’autre part, nous amènent à distinguer les AMAP urbaines des AMAP périurbaines. Les AMAP situées près ou dans le centre-ville ont une distance au maraîcher plus importante que les autres, tandis que la dispersion des consommateurs est relativement plus faible autour du lieu de distribution et propice à des mobilités sans voiture. A contrario des AMAP en milieu périurbain où les distances au maraîcher sont en revanche beaucoup plus faibles, mais la dispersion des consommateurs plus importante, impliquant souvent un déplacement automobile.

Des AMAP agri-urbaines : le caractère urbain des AMAP en question

26La cartographie des lieux de distribution des AMAP et des maraîchers pour les trois recensements (Figure 3) nous permet d'affiner notre interprétation de la distribution géographique des AMAP dans le département : du point de vue des lieux de distribution d’une part et des maraîchers d’autre part. Par ailleurs nous avons représenté le zonage des aires et espaces urbains des communes (INSEE, 1999) afin de comparer (Tableau 5) la distribution des AMAP de notre étude à celles de l’étude réalisée dans le Béarn (de Sartre et al, 2010) et en Midi-Pyrénées (Pouzenc et al, 2008). Si nous y avons recours à des fins de comparaison, il faut souligner que le zonage urbain a évolué depuis 1999 vers une expansion péri urbaine, et avec la création notable, en 2016, de la métropole d’Aix-Marseille-Provence.

Tableau 5 : Comparaison des distributions des lieux de distribution AMAP entre les pôles urbains, le péri-urbain et le rural du Béarn (de Sartre et al, 2010), de Midi-Pyrénées (Pouzenc et al, 2008) et de Bouches-du-Rhône

Tableau 5 : Comparaison des distributions des lieux de distribution AMAP entre les pôles urbains, le péri-urbain et le rural du Béarn (de Sartre et al, 2010), de Midi-Pyrénées (Pouzenc et al, 2008) et de Bouches-du-Rhône

27La comparaison de la distribution des AMAP avec d’autres territoires (Tableau 5) montre que l’implantation géographique des AMAP est particulièrement urbaine en Bouches-du-Rhône. Si la répartition suit une même logique de sur représentation des AMAP dans les pôles urbains, celle-ci est amplifiée dans notre cas. Il faut noter que les Bouches-du-Rhône est le troisième département le plus peuplé de France en 2017 et dont plus de 80 % de la population réside dans la métropole d’Aix-Marseille-Provence. Ce caractère urbain de la distribution géographique des AMAP est d’autant plus à souligner qu’en 2010 43 % des maraîchers se localisent dans un pôle urbain et 41 % dans les couronnes péri-urbaines, contre respectivement 13 % et 23 % en Midi-Pyrénées (Pouzenc 2019). Par ailleurs, et telle que la cartographie (figure 3) le souligne, nous corroborons une identité métropolitaine des AMAP (Minvielle et al, 2011) des Bouches-du-Rhône.

Figure 3 : Cartographie de la distribution des AMAP et des fermes maraîchères en 2006, 2010 et 2015

Figure 3 : Cartographie de la distribution des AMAP et des fermes maraîchères en 2006, 2010 et 2015

28La lecture des cartes aux trois dates permet d’observer une concentration des lieux de distribution des AMAP dans l'agglomération Marseillaise. Or, en 2012, Marseille représente 42,9 % de la population du département, et comme le caractère urbain des consommateurs des AMAP a déjà été souligné (Lamine, 2008) on comprend pourquoi Marseille concentre plus de la moitié des AMAP du département. 56 % des AMAP en 2015 s’y localisent, ce qui est assez similaire à la situation de Paris qui concentre 60 % des AMAP d’Île-de-France (Poulot, 2014a) et de Toulouse (Pouzenc, 2019). La localisation des maraîchers vis-à-vis de cette concentration des AMAP à Marseille fait apparaitre une organisation centre-périphérie que l’on peut observer aux trois dates de recensement et que nous avons symbolisé par deux demi-cercles concentriques à partir de Marseille.

29Nous repérons ainsi sur la cartographie une première ceinture de localisation des maraîchers qui se trouvent à moins de 35 km à partir du centre-ville de Marseille : ce sont 13 maraîchers en 2015 (un tiers des maraîchers en AMAP) qui se localisent dans les communes d’Ensues-la-Redonne, Marseille (12e), Aubagne, Roquevaire, La Destrousse, Auriol, Trets, Gardanne, Venelles, Puyricard, Berre-l'Étang, Istres. Deux autres ceintures sont repérables : la deuxième correspond aux communes de la vallée de la Durance (La Roque d’Antheron, Mallemort) et autour de Salon de Provence, les maraîchers se trouvent alors à moins de 60 km du centre-ville Marseillais mais à plus de 35 km, tandis que la troisième correspond aux communes de la vallée du Rhône (entre Arles et Avignon) et de la plaine de la Crau (les communes rurales en dehors de la métrople d’Aix-Marseille-Provence). Ces différentes ceintures de localisation des maraîchers sont révélatrices de plusieurs types d'agriculture mobilisés par le système AMAP : nous différencions principalement une agriculture imbriquée dans le fait urbain, qui prends place dans ces espaces ouverts (Poulot, 2014b) que la ville produit en grandissant, et une agriculture du périurbain éloigné dont l'organisation est encore structurante du paysage. Rappelons qu'aujourd'hui, la campagne est périurbaine « pour près de 75 % du potentiel de production agricole » (Poulot, 2014a, p. 41).

30La différenciation de la première ceinture maraîchère se renforce si l’on met cette organisation en perspective des distances parcourues par les maraîchers. Effectivement, l’ensemble des maraîchers de la première ceinture parcourent en moyenne 18 km pour aller distribuer leurs paniers, contre 60 km en moyenne pour les autres. Cela représente 36 min aller-retour toutes les semaines pour écouler leurs légumes, c'est 1 h de moins que pour ceux de la deuxième ceinture. Enfin ils livrent une seule AMAP tandis que ceux de la deuxième ceinture en ont plus de 2 en moyenne.

31Ces observations nous permettent d’apporter une nuance à la typologie quelque peu réductrice entre AMAP urbaines et AMAP péri-urbaines. Nous définissons ainsi un troisième type d’AMAP, que l'on nomme les AMAP agri-urbaines, dont les maraîchers se localisent dans une première ceinture agricole urbaine à péri-urbaine, que l'on peut qualifier d'espaces ouverts de l'agglomération Marseillaise et qui ont une proximité importante avec le lieu de distribution de l’AMAP. Dans cette mesure les AMAP participent de « nouvelles relations villes/campagnes fondées sur une certaine réappropriation des périphéries urbaines déstructurées par une forme d’agriculture dynamique, susceptible de mieux résister à la pression foncière et immobilière » (Minvielle et al., 2011, p. 51). Le terme agri-urbain nous paraît alors opportun pour faire écho à cette dynamique et à la prise en considération croissante de l’agriculture par la ville (Poulot, 2014c).

Conclusion

32En mesurant la proximité géographique entre le maraîcher et le lieu de distribution des AMAP à l’échelle du département des Bouches-du-Rhône et à trois dates différentes nous venons corroborer, pour les AMAP, les distances seuils souvent évoquées à propos de la proximité géographique dans les circuits courts, à savoir une centaine de kilomètres entre producteurs et consommateurs. Néanmoins on a pu souligner que, pour ce mode de vente directe, la proportion des maraîchers à plus de 60 km du lieu de distribution a augmenté de façon notable entre 2006 et 2015, ce qui suggère une tension dans l’établissement de cette proximité entre consommateurs et producteurs sur laquelle nous revenons plus bas.

33Notre description du système spatial des AMAP des Bouches-du-Rhône nous a permis d’identifier trois relations spatiales :

  1. L'émergence d'un seuil de distance maximale entre le maraîcher et le lieu de distribution qui peut être interprété à la fois comme l’expression d’une proximité géographique recherchée par les acteurs, et d'autre part comme la contrainte d’un déplacement hebdomadaire qui a un coût pour le maraîcher.

  2. La polarisation de l'organisation spatiale des AMAP des Bouches-du-Rhône par Marseille. Cette polarisation s'accompagnant d'une différenciation des proximités tant du maraîcher que des consommateurs selon la situation des AMAP dans la trame urbaine.

  3. Une double dynamique s’observe à travers les distances parcourues par les maraîchers : la première est un phénomène de concentration qui implique un plus grand nombre d’AMAP par maraîcher et qui concerne en particulier les maraîchers les plus éloignés des grandes villes. L’autre, correspond à l’existence d’une première ceinture maraîchère dans la métropole d’Aix-Marseille-Provence où les fermes sont très proches des lieux de distribution (voire sont le lieu de distribution).

34A partir de ces relations nous proposons une typologie des AMAP qui met en valeur la variabilité de la proximité géographique. Les AMAP urbaines sont les plus nombreuses et se caractérisent par une distance importante vis-à-vis de la ferme maraîchère, tandis que les consommateurs sont proches de leur lieu de distribution. Les AMAP péri urbaines à l’inverse se caractérisent par une proximité plus importante entre le lieu de distribution et la ferme maraîchère. Les consommateurs eux, sont plus dispersés vis-à-vis du lieu de distribution, ce qui implique un usage de la voiture beaucoup plus important. Enfin, on distingue un troisième type, les AMAP agri urbaines, qui se caractérisent par une très grande proximité du maraîcher au lieu de distribution, et leur localisation à proximité de la grande ville, ici Marseille. On postule que pour ces AMAP les consommateurs ont des relations de proximité plus importante vis-à-vis de l’agriculture à la fois comme activité et comme espace. Nous y voyons l’idéal type attendu des AMAP comme formes de reconnexion entre agriculteurs et consommateurs.

35Enfin, ces résultats nous amènent à questionner l’existence de la ceinture maraîchère comme une forme pérenne ou non. A savoir, est-ce que les AMAP ont un rôle dans le maintien d’exploitations agricoles maraîchères en milieu urbain et périurbain ? Peut-on observer cette relation pour d’autres types de circuits courts ? Par ailleurs, comment peut-on expliquer la diminution du nombre d’AMAP observé entre 2010 et 2015 ? Cette diminution est-elle liée à une difficulté pour des groupes de consommateurs à trouver des maraîchers à proximité de Marseille et des villes en général ? Car bien que les Bouches-du-Rhône soit le premier département français en production légumière, celle-ci est largement orientée vers le marché de gros et l'export. L'observation de l'augmentation du nombre d’AMAP par maraîcher qui va de pair avec des distances cumulées élevées par maraîcher semble conforter cette lecture. Néanmoins, la distance maximale entre le maraîcher et le lieu de distribution (118 km de route) n'a pas été dépassée depuis 2006. Plusieurs autres hypothèses peuvent être avancées : l’intérêt des consommateurs peut avoir diminuer, la nouveauté étant passé. On peut aussi y voir une forme de saturation du marché (que l’on pourrait alors qualifier de niche), ou l’effet de la concurrence de systèmes commerciaux mobilisant l’image du panier, ou encore la difficulté des maraîchers à obtenir une rémunération satisfaisante par rapport au travail demandé. Dans cette perspective, il parait intéressant d’étudier selon quelles conditions la distance au lieu de distribution peut représenter une contrainte pour le maraîcher en AMAP.

Haut de page

Bibliographie

BITOUN P., CAMILLET C., LEFEBVRE C., 2009, Qui sont les consommateurs-citoyens de l’AMAP Terre de Mer, Enquête INRA-MONA/ESA, Angers, 15 p.

BLANQUART C., GONCALVES A., 2011, La diversité de l'inscription spatiale des circuits courts, ASRLDF, Fort de France, France, 12 p.

CHAFFOTTE L., CHIFFOLEAU Y., 2007, Circuits courts et vente directe : définition, typologie et évaluation, Cahiers de l'Observatoire CROC, n° 1-2, p. 1-8.

CHEVALLIER M., DELLIER J., PLUMECOQ G., RICHARD F., 2014, Dynamiques et structuration des circuits courts agroalimentaires en Limousin : distance institutionnelle, proximités spatiale et relationnelle, Géographie, économie, société, vol. 16/3, p. 339-362.

DEMAZIERE C., 2017, Le traitement des petites et moyennes villes par les études urbaines, Espaces et sociétés, 2017/1, n° 168-169, p. 17-32.

DE SARTRE A. X., DOUENCE H., MERCIER C-E., 2010, Choisir et redéfinir le local. L’exemple des filières courtes : les AMAP en Béarn, in TRAVERSAC J.-B. (coord.), Circuits courts, Contribution au développement régional, Dijon, Educagri éditions, p. 55-69.

GUIRAUD N., CONSALES J.-N., AUDARD F., 2010, Une grille d'analyse des AMAP en Bouches-du-Rhône. Les espaces d'une consommation engagée, 6e colloque SAGEO (Spatial Analysis and GEOmatics), Toulouse.

GUIRAUD N., LAPERRIERE V., ROUCHIER J., 2014, Une géographie des circuits courts en région Provence-Alpes-Côte d’azur, État des lieux et potentialités de développement, L’Espace géographique, Tome 43, n° 4, p. 356-373.

KEBIR L., TORRE A., 2013, Geographical proximity and new short supply food chains, in LAZZERETTI L. (ed), Creative Industries and Innovation in Europe, Concepts, Measures, and Comparative Case Studies, New York, Routledge, Serie Regions and cities, 328 p.

KNEAFSEY M., VENN L., SCHMUTZ U., BALAZS B., TRENCHARD L., EYDEN-WOOD T., BOS E., SUTTON G., BLACKETT M., 2013, Short Food Supply Chains and Local Food Systems in the EU. A State of Play of their Socio-Economic Characteristics, Luxembourg, Publications Office of the European Union, Joint Research Centre, scientific and policy reports, 128 p.

LAMINE C., CHIFFOLEAU Y., 2012, Reconnecter agriculture et alimentation dans les territoires : dynamiques et défis, Pour 2012/3 (N° 215-216), p. 85-92.

LAMINE C., 2008, Les AMAP : un nouveau pacte entre producteurs et consommateurs ?, éditions Yves Michel, collection Société civile, 163 p.

LAMINE C., PERROT N., RIGO J., 2005-2008, Monographies AMAP et réseau Alliance, Rapport de recherche, projet C3D (INRA)

LHOMME S., 2015, Evaluer les conséquences des politiques d'aménagement sur l'accessibilité spatiale des ressources territoriales. Mappemonde n° 117 (2015.1), 15 p.

MINVIELLE P., CONSALES J.-N., DALIGAUX J., 2011, Région PACA : le système AMAP, l'émergence d'un SYAL métropolitain, Économie rurale, 2011/2 n° 322, p. 50-63.

MONBUREAU B., 2007, Vers une agriculture urbaine, L’exemple de la plaine de Beaudinard à Aubagne, Dijon, Educagri Editions, 160 p.

MUCHNIK J., SANZ CAÑADA J., TORRES SALCIDO G., 2008, Systèmes agroalimentaires localisés : état des recherches et perspectives. Cahiers Agricultures, [S.l.], v. 17, n. 6, p. 513-519.

MUNDLER P., 2009, Les associations pour le maintien de l’agriculture paysanne : solidarité, circuits courts et relocalisation, Pour 2009/2 N° 201, p. 155 à 162.

MUNDLER P., 2007, Les Associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (AMAP) en Rhône-Alpes, entre marché et solidarité, Ruralia [En ligne], 20, 22 p.

MUNDLER P., BELLON S., 2011, Les Systèmes participatifs de garantie : une alternative à la certification par organismes tiers ?, Pour, 2011/5, n° 212, p. 57-65.

MUNDLER P., 2013, Le prix des paniers est-il un frein à l'ouverture sociale des AMAP ? Une analyse des prix dans sept AMAP de la Région Rhône-Alpes, Économie rurale, vol. 336, n° 4, p. 3-19.

MUNDLER P. et LAUGHREA S., 2016, Les bénéfices des circuits alimentaires de proximité, une revue critique de la littérature, in MUNDLER P. et ROUCHIE (dir.), Alimentation et proximités, Jeux d’acteurs et territoires, Dijon, 2016, Educagri éditions, 462 p.

OLIVIER V., COQUART D., 2008, Les AMAP, des réseaux agro-alimentaires alternatifs émergents en soutien à la « petite agriculture locale » : quelles opportunités pour l’amélioration des revenus des agriculteurs ?, 2e journées de recherches en sciences sociales, INRA – SFER – CIRAD, Lille, France, 17 p.

OLIVIER V., POUZENC M., PILLEBOUE J., 2011, AMAP et Points de Vente Collectifs de Producteurs : questions sur leur essor en Midi-Pyrénées, in TRAVERSAC J.-B. (coord.), Circuits courts, Contribution au développement régional, Dijon, 2011, Educagri éditions, p. 115-126.

POISSON M., SALEILLES S., 2012, Déterminants et processus d'émergence des systèmes agro-alimentaires localisés alternatifs. Economies et Sociétés, Série « Systèmes agro-alimentaires », AG, 2012, 34 (10/11), p. 2077-2096.

POULOT M., 2014a, Histoires d'AMAP franciliennes. Quand manger met le local en tous ses états, Territoire en Mouvement, p. 40-53

POULOT M., 2014b, Agriculture et acteurs agricoles dans les mailles des territoires de gouvernance urbaine : nouvelle agriculture, nouveaux métiers ? Espaces et sociétés, 2014/3 n° 158, p. 13-30.

POULOT M., 2014c, L’invention de l’agri-urbain en Île-de-France. Quand la ville se repense aussi autour de l’agriculture, Géocarrefour, 89/1-2, p. 11-19.

POUZENC M., BUHLER E.-A., COQUART D., FONTORBES J.-P., GIROU S., MONDY B., OLIVIER V., PILLEBOUE J., VINCQ J.-L., 2008, Les relations de proximité agriculteurs-consommateurs : Points de vente collectifs et AMAP en Midi-Pyrénées. Rapport d’Étude, UMR Dynamiques Rurales, Région Midi-Pyrénées, 268 p.

POUZENC M., 2019, Portrait des circuits courts 2001-2018 en Midi-Pyrénées. [Rapport de recherche] LISST, 15 p.

PRALY C., CHAZOULE C., DELFOSSE C., BON N., CORNEE M., 2009, La notion de proximité pour analyser les circuits court, XLVIe colloque de l'ASRDLF, Clermont-Ferrand, 6-8juillet, 17 p.

PRALY C. CHAZOULE C. DELFOSSE C. MUNDLER P., 2014, Les circuits de proximité, cadre d'analyse de la relocalisation des circuits alimentaires, Géographie, économie, société, n° 4, vol. 16, p. 455-478.

PRIGENT-SIMONIN A. H., HERAULT-FOURNIER C., MERLE A., 2012, Développer la proximité, in PRIGENT-SIMONIN A. H., HERAULT-FOURNIER C., Des prés à l’assiette, pérenniser les circuits courts alimentaires, Dijon, Coédition Quae, Educagri, 261 p.

PUMAIN, D., ST-JULIEN, Th., 1997, L’analyse spatiale : localisation dans l’espace, Paris, Armand Colin (Coll. « Géographie »), 167 p.

RALLET A., TORRE A., 2004, Proximité et localisation, Économie rurale, n° 280, Proximité et territoires, p. 25-41

RAYNAL J.-C., RAZAFIMAHEFA L., 2014, Prospective territoriale dans le cadre de projets sociaux et solidaires : analyse de l'émergence des AMAP au sein des bassins de vie ruraux en France, Territoire en Mouvement, Des campagnes en mouvement pour « mieux vivre ensemble », n° 22, 22 p.

RENTING H., MARDSEN T.K., BANKS J., 2003, Understanding alternative food networks: exploring the role of short food supply chains in rural development, Environment and Planning 35/3, p. 393-411.

SANDER L., GAUTIER D., MATHIAN H., 1999, Les concepts de système spatial et de dynamique, un essai de formalisation. Le point de vue des thématiciens, Revue internationale de géomatique, Volume 9, n° 1, p. 25-44.

TAULELLE F., 2010, La France des villes petites et moyennes, in CAILLY L. et VANIER M. (dir.), La France : une géographie urbaine, Paris, Armand Colin, p. 138-154.

TREGEAR A., 2011, Progressing knowledge in alternative and local food networks: critical reflections and a research agenda, Journal of Rural Studies, 27, p. 419-430.

Haut de page

Notes

1 Le Miramap est le mouvement interrégional des Amap. Il a été créé en février 2010 et a pour objet la représentation des Amap au niveau national.

2 « Les Amap : agir local pour agir global. Entretien avec Stéphanie Cabantous, porte-parole du Miramap », Mouvements, 2013/3 (n° 75), p. 21-30. DOI : 10.3917/mouv.075.0021.

3 http://miramap.org/IMG/pdf/charte_des_amap_mars_2014-2.pdf

4 https://lespaniersmarseillais.org/ ?CharTe

5 Sources : http://www.amap-idf.org/, http://www.lesamapdeprovence.org/, https://amap-aura.org/, https://amapreseau-mp.org/

6 Notons que nous ne considérons pas les déplacements des consommateurs sur le lieu de production : effectivement ce lien est faible en termes de fréquence et seule une partie des consommateurs pratique ce déplacement, voire aucun pour certaines AMAP.

7 La base des données est issue du projet C3D (financé par l’ANR) sur la période 2005-2008, menée par Claire Lamine, sociologue à l’Inra. Avec les contributions de N.Perrot et J.Rigo. Cette base de données compile l’ensemble des Amap de la région PACA sur la période 2005-2006.

8 Enquête réalisée dans le cadre du programme de recherche DEVAMAP (Dynamiques sociales et économiques dans les AMAP : évolutions possibles) qui est financé par la région.

9 La réseau a vu un certain nombre de groupes ne pas renouveler leur adhésion suite à différentes crises entre 2010 et 2015. Selon le réseau ces groupes n’ont pour autant pas arrêté leur activité.

10 Le décret n° 2002-1468 publié au JORF le 19 décembre 2002 sous le n° 295

11 Rapport de la commission au parlement européen et au conseil sur l’opportunité d’établir un système d’étiquetage applicable à l’agriculture locale et à la vente directe. Le 06 décembre 2013.

12 Rapport d'information à l'Assemblée nationale n° 2942 de la commission des affaires économiques sur les circuits courts et la relocalisation des filières agricoles et alimentaires, présenté par Mme la députée Brigitte Allain, le 07 juillet 2015.

13 Nous avons mesuré une corrélation positive significative à chacune des années, mais qui se renforce largement en 2010 puis en 2015. Les coefficients de détermination sont respectivement de 0,29, 0,64 et 0,79.

14 Entretiens réalisés avec un(e) administrateur(e) et un(e) salarié(e) du réseau en novembre 2013 et mars 2014.

15 La corrélation statistique est hautement significative avec moins de 1 % de risque d’erreur, avec des coefficients r =-0,52 en 2010 et r =-0,43 en 2015. En 2006, la relation comporte un risque à 1 % de marge d’erreur avec un r =-0,36.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Schématisation de l’organisation spatiale d’une AMAP
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13873/img-1.png
Fichier image/png, 112k
Titre Tableau 1 : Les lieux de distribution AMAP et maraîchers recensés pour chacune des années
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13873/img-2.png
Fichier image/png, 29k
Titre Tableau 2 : Inversion du rapport nouveaux/disparus entre le recensement de 2010 et celui de 2015
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13873/img-3.png
Fichier image/png, 13k
Titre Tableau 3 : Distances entre lieu de distribution et la ferme maraîcher par AMAP et par Maraîcher en 2006, 2010 et 2015
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13873/img-4.png
Fichier image/png, 31k
Titre Figure 2 : distribution des AMAP par catégorie de distance entre leur lieu de distribution et la ferme maraîchère en 2006, 2010 et 2015
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13873/img-5.png
Fichier image/png, 20k
Titre Tableau 4 : Distribution des distances des consommateurs au lieu de distribution pour sept AMAP des Bouches-du-Rhône en 2010
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13873/img-6.png
Fichier image/png, 65k
Titre Tableau 5 : Comparaison des distributions des lieux de distribution AMAP entre les pôles urbains, le péri-urbain et le rural du Béarn (de Sartre et al, 2010), de Midi-Pyrénées (Pouzenc et al, 2008) et de Bouches-du-Rhône
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13873/img-7.png
Fichier image/png, 46k
Titre Figure 3 : Cartographie de la distribution des AMAP et des fermes maraîchères en 2006, 2010 et 2015
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13873/img-8.png
Fichier image/png, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noé Guiraud, « Le retour des ceintures maraîchères ? Une étude de la proximité géographique des AMAP en Bouches-du-Rhône (2006-2015) », Géocarrefour [En ligne], 93/3 | 2019, mis en ligne le 17 février 2020, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/13873 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.13873

Haut de page

Auteur

Noé Guiraud

Post-doctorant - Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation, département EAC, Université Laval noe.guiraud.1@ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search