Navigation – Plan du site
Articles

Le marché de plein vent alimentaire, un lieu en marge du commerce de détail alimentaire français ?

Open-air food markets: marginal areas of French food retailing?
Aurore Navarro

Résumés

Les marchés de plein vent alimentaires, formes de commerces dits « traditionnels », sont souvent considérés comme des lieux marginaux pour le commerce de détail. Malgré leur déclin annoncé tout au long du siècle dernier, ils se sont maintenus dans le paysage commercial français, faisant preuve d’une forte résilience. En s’appuyant sur les résultats de recherches de doctorat et de post-doctorat menés dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, l’article interroge les marchés de plein vent alimentaires à travers la notion de marge. Il relativise la supposée marginalité des marchés et tente de comprendre les formes de “renouveau” de ce commerce.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’expression « classique » fait référence à la présence de vendeurs aux statuts différents : artisa (...)
  • 2 L’article L. 3111-1 du Code général de la propriété des personnes publiques affirme que le domaine (...)

1Les marchés de plein vent connaissent depuis le début des années 2000 un « renouveau » (Navereau, Espinasse, 2016 ; Delfosse, 2010 ; Scheffer, 2010 ; Cheung, 1994) qui s’inscrit notamment dans le contexte d’émergence de “consommateurs engagés” en demande de produits de qualité (Dubuisson-Quellier, 2009). Aussi appelé « marché de plein air » ou « classique »1 (Chiffoleau, Chafflote, 2007), cette forme commerciale dite « traditionnelle » (Navereau, Espinasse, 2016 ; Gonzalez, Waley, 2013), est un lieu de l’espace public où se tient de manière éphémère (les vendeurs déballent et remballent leur marchandise dans un temps imparti, défini par les organisateurs), mais régulière (souvent hebdomadaire) une vente au détail de produits alimentaires et/ou manufacturés. La gestion de la portion de l’espace public concédée à l’organisation d’un marché est sous la responsabilité de la commune qui met en place une régie directe ou indirecte (association, agence privée). La vente a lieu dehors, en « plein vent », bien que certains marchés soient aussi partiellement ou complètement couverts. La particularité de ce mode de vente tient au statut de l’emplacement occupé par le vendeur : précaire et révocable, les emplacements relevant du domaine public ne peuvent être ni vendus, ni loués2. Les vendeurs ne possèdent donc pas de fonds de commerce.

2La notion de « renouveau » des marchés a vocation à souligner le regain d’intérêt des consommateurs pour ce mode de vente, mais aussi l’avènement d’un changement vis-à-vis d’un état antérieur. La littérature en sciences sociales française et anglo-saxonne annoncent tout au long du siècle dernier le déclin imminent des marchés (Navarro, 2015), dans un contexte de modernisation agricole, des moyens de transports et de commercialisation. La Seconde Révolution commerciale et le développement de la grande distribution dans la deuxième moitié du XXe siècle auraient pu contribuer à la disparition des marchés, à partir desquels se sont développées les villes médiévales (Pirennes, 1927). Alors qu’ils jouent un rôle central dans l’approvisionnement alimentaire des ménages jusque dans les années 1950-1960, les marchés, souvent situés dans les centres villes, sont peu à peu confrontés à la concurrence des grandes surfaces des périphéries, et apparaissent aujourd’hui à la marge du commerce de détail alimentaire français. En effet, la part de marché du commerce non sédentaire (foires, marchés, ventes sur éventaires) pour les produits alimentaires dans la consommation des ménages français représenterait, en valeur, 2,3 %, alors qu’elle est de 64,7 % pour les grandes surfaces d’alimentation générale, de 18,4 % pour les magasins d’alimentation spécialisée et de 6,4 % pour les petites surfaces d’alimentation générale et les magasins de produits surgelés3.

3Toutefois, si les marchés se sont maintenus et qu’ils ont connu un « renouveau » dans le paysage commercial, cela prouve en partie qu’ils ont su conserver une fonction économique (Watson, 2009) et que la notion de marge pour qualifier ces lieux demande à être nuancée. Ainsi, quel rôle et quelle place les marchés de plein vent alimentaires occupent-ils dans l’espace commercial ? S’ils apparaissent à la marge d’un point de vue économique, quelle est leur fonction dans le commerce de détail alimentaire français ?

  • 4 Bourg-en-Bresse (Ain), Valence et Romans-sur-Isère (Drôme), Annecy (Haute-Savoie), pays d’Abondance (...)

4Les résultats présentés sont issus de recherches de doctorat et de post-doctorat. Les enquêtes de terrain ont été réalisées en deux temps dans la région Auvergne-Rhône-Alpes : entre 2011 et 2015, et entre 2016 et 2017. Dans le cadre de la thèse, nous avons étudié les marchés dans différents contextes urbains, périurbains et ruraux : le Pays Roannais, l’Ardèche méridionale et la métropole lyonnaise. Au cours du post-doctorat, des enquêtes supplémentaires ont été réalisée dans onze villes4. Suivant une démarche qualitative et inductive, nous avons mené près de 300 entretiens semi-directifs auprès de vendeurs des marchés, gestionnaires, municipalités et associations, et étudié précisément quarante marchés alimentaires et manufacturés.

5L’article montre dans un premier temps que les marchés de plein vent alimentaires sont passés d’un lieu en marge du commerce de détail français à un lieu « distractif » (Lemarchand, 2008) et patrimonial, ce que certains auteurs ont qualifié de « renouveau ». Ce dernier, s’il est particulièrement notable dans les pratiques des consommateurs, exige d’être nuancé puisque les marchés, bien que souvent mobilisés comme un « outil d’aménagement souple » (Troin, 1982) par les communes, se trouvent souvent à la marge des politiques commerciales. En focalisant sur les résultats des enquêtes menées, il montre que l’analyse des mobilités et des stratégies des vendeurs souligne une fonction économique des marchés, et notamment leur spécialisation suivant les lieux.

Du lieu en marge au « renouveau »

Un sujet géographique peu étudié

6Jusqu’à récemment, les géographes se sont assez peu penchés sur la question des marchés de plein vent alimentaires en France et à l’étranger (Nordin, Troin, Chaze, 2016 ; Watson, 2009 ; Bachelard, 1981), contrairement à d’autres formes de commerces plus étudiées. La bibliographie thématique de la commission de géographie du commerce du CNFG compte par exemple 16 pages de références sur le commerce de gros et la grande distribution, et seulement 5 pages sur les marchés (Desprez et al., 2017).

7Le processus de marginalisation des marchés de plein vent alimentaire dans le commerce de détail est explicité, décrit et commenté par les études géographiques réalisées tout au long du siècle dernier. Des monographies sur les foires et les marchés, publiées au sein des écoles lyonnaises et grenobloises au début du XXe siècle (Arbos, 1923), soulignent le rôle de ces lieux de commerce dans la centralité des villes et des bourgs. Dès les années 1960, les analyses positivistes de la Nouvelle Géographie et de la géographie économique américaine considèrent le marché de détail comme un palimpseste d’une époque antérieure et dont la présence persistante, notamment en Europe, ne serait que le signe d’une modernisation commerciale plus lente à s’affirmer dans le Vieux Continent : les marchés ruraux sont décrits comme des « vestiges », « un trait de vie rurale qui apparaît comme une relique » (Berry, 1971 [1967], p. 201). S’appuyant sur la théorie des lieux centraux et des modèles de Walter Christaller et d’Agust Lösch (Chaze, 2014), l’hypothèse centrale de Berry repose sur le profil du consommateur rationnel qui tend à réduire au maximum ses coûts de transport en se rendant au magasin le plus proche pour l’approvisionnement banal, et dont les achats moins fréquents, réalisés dans des lieux plus éloignés sont retardés et combinés avec d’autres activités (services, démarches administratives). Quand l’anthropologue William Skinner étudie les marchés ruraux chinois, c’est pour comprendre l’organisation des sociétés « paysannes » et des « sociétés agraires traditionnelles » que la Révolution industrielle et la modernisation ont déjà mis à mal aux Etats-Unis et en Europe (Skinner, 1964, p. 3).

8En France, le colloque consacré aux « foires et marchés ruraux de France » organisé par l’Association des ruralistes français (ARF) en 1976 (Chiva, 1980) est l’occasion de lancer un cri d’alarme par les chercheurs issus de différentes disciplines. Alors que la consommation de masse, les hypermarchés et les achats dans les zones commerciales situées en périphérie des villes se développent, les centres villes et leur marché deviennent moins attractifs. Le spectre de leur disparition potentielle revient comme un leitmotiv. Le rôle du marché dans l’aménagement commercial d’espaces dépourvus de commerces sédentaires, notamment les nouvelles banlieues, est reconnu (Metton, 1984 ; Troin, 1982). Plusieurs études s’intéressent à la place des marchés dans l’organisation de l’espace régional et à leurs fonctions économiques et sociales (Bachelard, 1981 ; Nordin, 1983). Le marché apparaît aussi comme un point d’observation de la construction de l’espace quotidien, des parcours des individus (Seamon, Nordin, 1980).

9L’engouement des chercheurs pour la question des circuits courts (Deverre, Lamine, 2010), la relocalisation de la production alimentaire et l’approvisionnement urbain ont entraîné la réalisation de nombreuses études sur les marchés de producteurs. Les recherches sur les marchés classiques restent plus rares (Gonzalez, 2017 ; Machell, Caraher, 2012) et elles s’appuient majoritairement sur des cas urbains (Navereau, Espinasse 2016 ; Navarro, 2015 ; Chaze, 2014 ; Scheffer, 2010). En tant qu’événement routinier, participant à la fabrique des lieux et des espaces publics, les marchés de plein air ont donné lieu à plusieurs analyses récentes (Lemarchand, 2010 ; Watson, 2009 ; Watson, Studdert, 2006 ; Sélic, 2006 ; De La Pradelle, 1996). Quelques études ont aussi abordé la question sous l’angle des enjeux d’accessibilité alimentaire, d’inclusion sociale, de justice spatiale et de la gentrification (Gonzalez, 2017 ; Öz, Eder, 2012 ; Semi, 2004). Les marchés de plein vent ont donc fait l’objet d’études qui ont focalisé sur leur rôle dans la construction de l’espace sociale, laissant quelque peu de côté leur dimension économique. Cette situation tient en partie, tout du moins en France, à la place marginale des marchés dans les études statistiques réalisées sur le commerce de détail.

Des données statistiques fragmentaires

10Dans les données statistiques françaises, les marchés apparaissent en marge du commerce de détail tant en termes de nombre de structures existantes, que de parts de vente réalisées. Les rares données quantitatives concernant les marchés français sont approximatives parce qu’elles concernent souvent l’ensemble du commerce non sédentaire et ne prennent pas en compte les spécificités de chaque forme (marché alimentaire, mixte, de producteurs, foires). Elles sont aussi issues de sources peu nombreuses et qui ne sont pas toujours très prolixes sur les conditions d’obtention des données. Nous avons tenté de compiler les données récoltées afin d’obtenir une meilleur visibilité sur la place que tiennent les marchés en France et dans notre terrain d’étude.

  • 5 DCASPL , « Les marchés en France », Entreprises en bref , n°15, juillet 2005, [en ligne], www.archi (...)
  • 6 Les chiffres, approximatifs, ont été obtenus à partir de la compilation de différentes données : si (...)
  • 7 Il s’agit du chiffre approximatif auquel nous sommes parvenus en compilant plusieurs données recens (...)
  • 8 Source Insee, 2018. En ligne : https://www.insee.fr/fr/statistiques/4176228
  • 9 La classification de l’Insee considère que les très grands marchés rassemblent plus de 250 étals ; (...)

11Plusieurs sources5 dénombrent environ 8000 marchés qui se tiendraient dans 6000 communes, ce qui signifie que seulement 17 % des 36 000 communes françaises organiseraient un marché hebdomadaire. Le terrain de notre étude se distingue par le dynamisme des marchés. Selon nos calculs6, la région Auvergne-Rhône-Alpes compterait environ 1655 marchés dans 1118 communes pour un total de 4105 communes7 en 2017, donc plus de 27 % des communes accueilleraient un marché. Le nombre de marchés de plein vent semble faible, comparé aux 13 000 grandes surfaces alimentaires (supermarchés et hypermarchés) recensées en France au premier janvier 20178, auxquelles s’ajoutent plus de 8 000 supérettes et plus de 20 000 épiceries dominées par les enseignes de la grande distribution, notamment Casino et Carrefour, qui investissent les centres villes (Arnaud, 2013). Concernant la typologie des marchés français, plus de 75 % des marchés français seraient de plein air, les autres étant des halles et des marchés couverts. Une grande majorité d’entre eux est aussi de petite taille (62 %)9 et compte moins de 25 étals. Les grands et très grands marchés, qui réunissent plus de 61 étals, représentent une part minoritaire (7 %) et se situent surtout dans les communes à dominante urbaine (Tableau 1), où réside près de 82 % des Français. Les communes à dominante rurale restent bien desservies puisqu’elles accueillent 40 % des marchés français. Ces données datent néanmoins de 2005 et devraient faire l’objet d’une actualisation car le rythme de création et de disparition des marchés s’est accéléré au cours de la dernière décennie.

Tableau 1: Taille et localisation des marchés hebdomadaires français

Taille du marché

Type

de couverture

Dans une commune appartenant à un espace à dominante

Total

Plein vent

Mixte

Couvert

Rurale

Urbaine

Effectif

En

 %

Effectif

En

 %

En chiffre

En

 %

Effectif

En %

Effectif

En %

Effectif

En

 %

Petits marchés

4419

56

370

5

185

2,3

2192

27

2782

35

4974

62

Marchés moyens

1949

24

474

6

45

0,6

810

10

1658

21

2468

31

Grands marchés

338

4

168

2

6

0,07

186

2

326

4

512

6

Très grands marchés

59

0,7

22

0,3

3

0,03

22

0,3

62

0,7

84

1

Total

6765

84,7

1034

13,3

239

3

3210

40

4828

60

8038

100

Source : DCASPL, 2005.

12La part des marchés dans la consommation des ménages est relative suivant les lieux. Dans l’hypercentre de la métropole lyonnaise, elle est de 12 % en valeur (CCI de Lyon, 2012), et de 7 % pour l’ensemble de la métropole, ce qui est deux fois plus que la moyenne nationale (2,3 %). Après Paris, la ville de Lyon est celle qui compte le plus grand nombre de marchés en France. La part des marchés dans la consommation des ménages est de 4 % dans le Pays Roannais (CCI du Roannais, 2008) et de 2,9 % en Ardèche méridionale (CCIRA, 2012-2013), ce qui laisse à penser que les marchés jouent un rôle plus important dans les grands centres urbains.

13Le nombre d’entreprises exerçant dans les marchés reste mal aisé à identifier. En 2010, l’Insee recense plus de 27 000 entreprises alimentaires sur les 60 000 exerçant leur activité sur éventaires et marchés (Insee-Esane, 2010). La nomenclature retenue pour établir ces données ne considère que les commerçants et exclue les agriculteurs, ainsi que les artisans (Insee, 2010). Elle englobe ceux qui exercent leur activité dans les marchés hebdomadaires, ponctuels, et dans les foires. D’autres sources estiment à environ 25 000 le nombre d’agriculteurs et de marins-pêcheurs qui vendent directement au marché (Vinay, 2004). Le marché reste pour les producteurs de la région le principal mode de vente directe après la vente directe à la ferme : dans l’ancienne région Auvergne, elle est pratiquée par 10 % des exploitations alors qu’elle concerne près de 26 % des exploitations rhônalpines (RGA, 2010). Les données concernant les chiffres d’affaires réalisés par les vendeurs des marchés sont très rares et les enquêtes qualitatives permettent rarement de l’obtenir. La part d’informel qu’il existe dans la vente dans les marchés rendent les vendeurs méfiants et il reste difficile d’aborder avec eux ces questions.

14Ces données apportent quelques éléments de contexte mais ne permettent pas réellement d’évaluer le poids économique des marchés par rapport à d’autres commerces sur lesquels les données quantitatives sont plus nombreuses. Malgré la place apparemment marginal de ce commerce dans le paysage commercial français, ils jouissent cependant d’un capital de sympathie dans les représentations collectives.

Un capital de sympathie 

15Malgré les chiffres qui sembleraient indiquer que les marchés sont à la marge du commerce de détail, ils restent des lieux très fréquentés. En 2005, une étude du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (CREDOC) a montré que 59 % des consommateurs fréquentent les marchés au moins une fois par mois, dont 33 % sont des clients réguliers, les plaçant juste après les hypermarchés et les supermarchés (Moati et al., 2005, p. 76) et que cette fréquentation s’est stabilisée au cours des quinze dernières années.

16Le processus de patrimonialisation des marchés prend pour point de départ les années 1980. Plusieurs circulaires ministérielles10 rédigées alors laissent entrevoir le changement de regard : d’un lieu d’approvisionnement banal et quotidien, il devient un élément du patrimoine commercial à conserver. Une circulaire du ministre du commerce et de l’artisanat, Maurice Charretier, en 1980, reconnaît que les « marchés forains […] jouent un rôle primordial dans le fonctionnement des circuits de distribution ». En 1985, le Premier ministre, Laurent Fabius affirme que le marché participe à « la diversité des circuits de distribution », à « l’équilibre d’une économie moderne » et que « par sa souplesse, il fournit une réponse adaptée à l’importance des mutations démographiques, à l’acuité des problèmes d’accès et de desserte dans les régions les plus isolées ». En 1991, le ministre délégué à l’artisanat, au commerce et à la consommation, François Doubin, proclame comme ses prédécesseurs le rôle « essentiel » des marchés pour le commerce de détail, la proximité, la diversification et l’animation des villes. La circulaire a pour objet « la sauvegarde et le développement des marchés ».

17Appartenant au patrimoine commercial des villes, les marchés ont fait l’objet de labellisation dès les années 1990, notamment par le CNAC (Centre national des arts culinaires) qui accorde à une centaine de villes françaises le label « marché d’exception ». À l’échelle nationale, des concours sont organisés pour nominer le « plus beau marché de France » ou « le marché préféré des Français » par les chaînes de télévision (TF1, M6). La façon dont le tourisme et les acteurs du tourisme ont investi les marchés montre combien ils sont associés à l’identité locale des lieux (De la Pradelle, 1996 ; Scheffer, 2010). Par les produits spécifiques qui y sont vendus, par les habitudes et les routines qui s’y installent, les marchés sont des « « concentrés » des cultures locales » (Scheffer, 2010, p. 130). Ils semblent aussi fournir à la grande distribution un modèle de convivialité. Les stratégies marketing, adoptées par la grande distribution depuis les années 1990 font souvent référence aux marchés, surtout dans les rayons de vente des fruits et légumes rebaptisés le « coin du marché » ou « le petit marché ». Le succès de l’enseigne Grand Frais qui reprend et imite clairement la structure d’un marché couvert est aussi symptomatique.

18Si les rares données quantitatives sur les marchés de plein vent sembleraient indiquer qu’ils se trouvent à la marge du commerce de détail alimentaire français, les recherches en sciences sociales et la société civile lui attribuent des fonctions et des qualités qui relativisent cette position. En l’absence de données plus précises, notamment à l’échelle locale, qui permettraient d’estimer quantitativement le poids économique des marchés vis-à-vis des autres structures du commerce de détail alimentaire français, le chercheur a recours à l’enquête qualitative pour évaluer d’une part la place de ce commerce dans les politiques publiques et, de l’autre, les pratiques commerciales qui lui sont associées.

Un outil d’aménagement commercial difficile à mobiliser

De nouvelles logiques de localisation

19Le « renouveau » des marchés a été en partie identifié dans un intérêt plus marqué de la part des politiques publiques pour le commerce non sédentaire, et surtout pour les marchés d’approvisionnement alimentaire. Difficile à évaluer en nombre, en l’absence de données statistiques à l’échelle nationale, les créations de nouveaux marchés (marchés du soir, de producteurs ou biologiques) témoigne de la tentative des institutions publiques d’adapter les marchés aux exigences des consommateurs.

20L’analyse des récentes créations de marché de plein vent alimentaire laisse apparaître de nouveaux rapports au temps et aux lieux : le modèle du marché matinal situé au centre-ville ou au centre bourg se trouve bousculé. Les choix de localisation des communes résultent de l’ambition de capter les flux et les mobilités des clients, d’adapter les marchés aux mobilités quotidiennes et aux temporalités des modes de vie contemporains. De nouveaux marchés sont installés dans des lieux de passages, des centres d’affaires, des sorties d’école ou des places de gares. Ils trouvent également place dans des espaces situés habituellement à la marge des centralités commerciales, et donnent une nouvelle forme à un espace public habituellement traversé. À Lyon, au moins deux marchés ont été installés suivant cette logique : celui de la place Carnot le mercredi après-midi, en 2001, et celui du quai Augagneur le jeudi après-midi, en 2010. Ces deux sites accueillent d’autres marchés dans la semaine et sont situés dans l’hyper-centre. L’installation de ces marchés d’après-midi s’est faite dans l’objectif de capter les flux de mobilité en transformant des lieux de passage en lieux de destination. La place Carnot, qui est une place de marchés traditionnels le dimanche matin, est adjacente à l’une des deux plus importantes gares de la ville, la gare de Perrache, qui constitue un pôle d’échange multimodal, lieu de passage obligé de plus de 20 000 personnes par jour selon les estimations de la Métropole.

21Si le marché de plein vent est bien potentiellement capable de s’adapter aux lieux, l’intention volontariste des pouvoirs publics ne rencontre pas toujours le succès escompté et le marché comme « outil » de l’aménagement commercial ne se montre pas si facilement malléable (Troin, 1982). Plusieurs communes ou de villes ont essayé de créer de nouveaux marchés dans des quartiers dépourvus de commerces de proximité. Les obstacles rencontrés varient de nature : la concurrence d’un autre marché auquel les habitants du quartier préfèrent se rendre par habitude ; une inadéquation entre l’offre et la demande ; un jour, des horaires et un lieu de faible fréquentation. Dans la commune de Perreux (2163 habitants) située au sein de l’agglomération roannaise, le maire souhaitait créer un marché de producteurs afin de réanimer le bourg, perché sur sa colline, peu fréquenté par les nouveaux habitants des lotissements pavillonnaires et où ne se trouve qu’une boulangerie. La CCI de Roanne a participé à l’élaboration de la réglementation de ce nouveau marché organisé le vendredi après-midi. Le marché a duré un an, puis les producteurs ont souhaité le déplacer vers une place en bas de la colline, en dehors du village, à proximité de la route nationale afin de capter les flux des migrations pendulaires en fin d’après-midi de la route départementale. Depuis, ce dernier fonctionne mieux, d’autant plus qu’il bénéficie de nombreuses places de parking. De la même façon, la ville de Roanne, soucieuse de développer l’équipement commercial, a entrepris la création d’un mini-centre commercial associé à un marché hebdomadaire dans le quartier du Parc des sports. Au début, de nombreux commerçants furent attirés par le marché qui comptait alors une soixantaine d’exposants mais cela n’a pas fonctionné dans la durée. Les enquêtes réalisées par la suite ont montré que les habitudes des habitants étaient de se rendre les mardi et vendredi matin au marché du centre ville de Roanne. Les populations n’exprimaient pas une demande particulière d’avoir un marché « au pied de l’immeuble ».

  • 11 Au nom du décret d’Allarde, c’est-à-dire les lois du 2 et du 7 mars 1791 qui affirment la liberté d (...)

22De nombreuses communes souhaiteraient aussi avoir une influence sur la nature de l’offre du marché en renforçant le lien avec la production agricole et artisanale locale. Elles sont restreintes dans leur action par le cadre législatif. Au nom de la liberté du commerce, elles ne peuvent pas agir directement sur l’offre11. Plusieurs communes ont trouvé des subterfuges pour favoriser la présence des agriculteurs dans leurs marchés comme par exemple l’exonération des droits de place pour les agriculteurs de la commune ou la création d’une aire dédiée aux agriculteurs. La multiplication des marchés de producteurs au cours des dernières décennies est apparue comme une manière de mieux valoriser la production agricole locale pour les associations et institutions qui les ont mis en œuvre (Chambre d’agriculture, Slow Food, Parcs naturels régionaux, etc). Des tensions sont aussi nées entre les vendeurs des marchés traditionnels et ceux des nouveaux marchés. Par exemple, dans la commune de Lyon, la création du marché de producteurs de la place Carnot a conduit le syndicat des commerçants de marché du Rhône à intenter un procès à la ville de Lyon pour concurrence déloyale. Bien que le tribunal ait donné raison à la Ville, celle-ci n’a pas souhaité par la suite créer de nouveaux marchés de producteurs, malgré une demande d’une partie des habitants et des producteurs. Ces tensions ne reflêtent pas seulement l’opposition entre des catégories professionnelles distinctes, mais soulèvent des enjeux en termes d’accessibilité alimentaire et de justice spatiale (Gonzalez, 2017). Les marchés de plein vent alimentaires soulèvent de nombreux enjeux épineux, ce qui expliquent que les communes qui en ont la gestion, ou les institutions qui pourraient participer à leur valorisation restent plutôt frileuses à mettre en place des projets.

Des politiques publiques frileuses

  • 12 Nous avons étudié 40 sites Internet officiels de communes.

23Les communes ont conscience que le marché n’est pas un lieu neutre et qu’il participe à qualifier ou à disqualifier des lieux en fonction de la façon dont ils sont tenus, de la qualité des produits qu’ils proposent, de l’hygiène ou de la sécurité qu’ils assurent. Elles tendent à valoriser le marché plus pour son rôle dans l’animation des lieux que pour sa fonction commerciale, pour son rôle dans l’évaluation de la qualité de vie et dans l’identité des lieux. L’analyse des discours des municipalités12 permet de dégager quatre champs lexicaux associés aux marchés de plein vent : celui du patrimoine, du social, de la distraction et de la gourmandise (Navarro, 2015). Une fois encore, ce n’est pas leur rôle économique qui est mis en avant.

24Excepté la création de nouveaux marchés ou la modernisation des places publiques où les marchés se tiennent, les communes engagent souvent peu d’actions à l’égard des marchés de plein vent, en partie parce qu’elles rencontrent des difficultés à mobiliser les commerçants autour d’une action partagée. L’hétérogénéité des vendeurs des marchés de plein vent alimentaire a pour corolaire la difficulté à les réunir. Si le marché « fait lieu » pour l’ensemble de ces vendeurs, s’il favorise les échanges sociaux (Watson, 2009 ; Sélic, 2006 ; De la Pradelle, 1996), cela ne se manifeste pas par la constitution d’un corps organisé. Le marché constitue un lieu de regroupement d’activités très différentes, qui n’ont souvent en commun que de fréquenter le même espace commercial quelques heures par semaine. Les associations de vendeurs des marchés ont une espérance de vie souvent limitée et restent plutôt rares. Dans le cadre de notre travail, nous avons repéré cinq associations de commerçants de marché sur les quarante marchés étudiés. La FNSCMF (Fédération nationale des syndicats des commerçants de marché français), principal syndicat des commerçants non sédentaires en France, peine à mobiliser. Ce sont essentiellement les vendeurs forains (de produits manufacturés) qui y adhèrent. Les autres syndicats professionnels des artisans et producteurs sont souvent peu informés.

25Il est rare que des instances, agissant à une échelle plus petite que celle communale, prennent en main la question des marchés. À l’échelle de la Métropole lyonnaise, peu d’échanges et de transferts de compétences ont lieu sur le sujet entre les communes, alors même que d’une certaine manière elles « partagent » les mêmes commerçants qui pour la plupart exercent leur activité à l’échelle de la Métropole. Une association créée en 2004 à l’initiative de la CCI de Lyon, aujourd’hui rebaptisée « M ton marché », tente de fédérer les communes et les principales institutions. Elle propose des animations, des formations pour les vendeurs et les placiers. Aujourd’hui, elle réunit le département du Rhône, du Loiret, de l’Ain et de l’Isère.

26En Ardèche méridionale, il existe plus de liens entre les placiers, la plupart du temps issus de la police municipale, en raison de la grande affluence de vendeurs qui arrivent pour la saison touristique. Dans ce cas, les échanges concernent plus l’aspect sécuritaire que celui commercial.

27Peu d’intercommunalités prennent en considération la question des marchés, car les communes, proches d’un point de vue spatial, n’ont pas toujours suffisamment de points de convergence pour partager et échanger sur leurs marchés. Les pratiques et les besoins sont différents car les enjeux ne sont pas les mêmes entre une commune de 1 000 habitants et celle d’une ville de 10 000 habitants : les marchés n’ont pas la même fréquence ni le même volume d’activité. Les plus grandes communes possèdent un service en charge du commerce non sédentaire que n’ont souvent pas les petites communes.

28Au cours de ces dernières années, les financements de l’Etat dans le cadre des ORC (Opération rurale collective) et des OUC (Opération urbaine collective) ont permis d’initier une réflexion sur les marchés de plein vent à l’échelle intercommunale. Dans les cas que nous avons étudiés en Ardèche méridionale et dans le Pays roannais, les actions concernant le commerce non sédentaire n’ont pas abouti en raison d’un manque de mobilisation des commerçants autour du projet ou bien ont concerné des aspects matériels (rénovation de place) ou communicationnels (publication de brochures promotionnelles). Alors que les fonds FISAC (Fonds d’intervention pour la sauvegarde de l’artisanat et du commerce) aurait pu aider à l’investissement de matériel, dans les faits peu de commerçants non sédentaires en ont bénéficié soit parce qu’ils en ont rarement fait la demande, soit parce que les communes hésitent à investir dans des commerces qui ne sont présents que quelques heures par semaine sur leurs sols et qui, à tout moment, pourraient cesser d’exercer leur activité dans leur marché. D’une certaine manière, les vendeurs sont victimes de leur mobilité et la définition d’une échelle d’intervention pertinente.

29Plus que les communes ou l’Etat, l’échelon régional pourrait venir offrir un soutien au commerce non sédentaire. L’intérêt grandissant que les institutions rencontrent pour les marchés se manifeste par l’adoption par la région Auvergne-Rhône-Alpes, en juin 2019, d’un plan de soutien au commerce non sédentaire. Dans le texte de présentation sur le site officiel de la Région13, la vente dans les marchés est ainsi définie comme « un secteur incontournable de l’économie de proximité » avec ses « 1500 marchés hebdomadaires, 1,5 milliard € de dépenses annuelles et 13 000 professionnels ». La Région a pour programme d’apporter une aide aux commerçants non sédentaires à travers la mise en place de prêts à taux zéro ou de prêt Artisan pour l’acquisition de matériel neuf ; d’aider les communes à rénover ou réhabiliter les espaces publics où se déroulent les marchés ; de mettre en place le label « la Région aime ses marchés », ainsi que des appels à projets pour encourager l’innovation.

30Les obstacles que les communes rencontrent lorsqu’ils tentent d’en faire usage comme outil d’aménagement expriment la spécificité de cette forme de vente non standardisée. Ephémère, difficilement prévisible en même temps qu’elle suscite des routines et s’ancre dans le quotidien des habitants, elle est le fruit d’une rencontre entre des vendeurs et des clients. En analysant les discours de ces vendeurs sur leurs mobilités et leurs stratégies commerciales, la forte adaptabilité du marché en fonction des lieux apparaît et, du même coup, la grande amplitude de réalités que le même terme englobe.

Un espace de vente spécialisé adapté au lieu

Des mobilités commerçantes

31L’analyse des mobilités commerçantes éclaire les logiques d’attractivité des marchés, leurs dynamiques en fonction des lieux où ils se tiennent. Elle donne à voir les logiques d’attractivité auxquelles les marchés sont soumis et met en lumière les raisons de leur déclin, les processus de paupérisation ou de gentrification qui les affectent (Gonzalez, 2017).

32La désaffection des vendeurs envers une place de marché indique une perte de vitesse qui peut parfois conduire à la disparition progressive du marché ou à un changement qualitatif de l’offre et de la clientèle. Un marché en déclin se perçoit d’abord physiquement : les emplacements peinent à se remplir et les métrages des étals s’étirent car la place disponible est plus importante. Ensuite, les « listes d’abonnés », c’est-à-dire la liste des vendeurs qui se rendent au marché toute l’année, deviennent plus courtes ; et la liste des vendeurs inscrits au « rappel », c’est-à-dire ceux qui n’ont pas d’emplacement fixe, se réduit jusqu’à disparaître totalement. Dans tous les cas que nous avons pu rencontrer, les communes ne décrètent pas la fin d’un marché. C’est parce que les vendeurs ont cessé de venir que le marché a disparu. La question de la taille critique du marché se pose car lorsqu’une place n’accueille plus que deux commerçants, peut-on encore parler de marché ?

33Toutefois, le dynamisme d’un marché est relatif. Un marché peut-être en déclin tandis qu’il est très rémunérateur pour un vendeur. Dans des marchés du pays Roannais nous avons rencontré plusieurs arboriculteurs venant des Monts du Lyonnais ou de la Vallée du Rhône au moment de la saison des fruits. Ils justifient la centaine de kilomètres qu’ils parcourent pour se rendre dans des petits marchés de semaine (moins de 25 étals) par la possibilité de mieux vendre leurs fruits dans un espace où la concurrence est moins grande que dans leur région de production et où ils peuvent faire la différence. C’est aussi le cas des ostréiculteurs du bassin de Thau qui remontent la vallée du Rhône pour vendre dans les marchés, des arboriculteurs ou d’artisans spécialisés. Dans les marchés de la Métropole lyonnaise (carte 1), ce sont surtout les agriculteurs qui parcourent le plus grand nombre de kilomètres (plus de 50 kilomètres).

34La localisation du marché n’est pas le seul déterminant dans le dynamisme du marché. Un même site peut avoir une affluence variable au cours de la semaine : il peut être très attractif un jour et très peu fréquenté un autre. De manière générale, plus les vendeurs venant de loin sont nombreux, plus le marché est attractif et rayonne. Les marchés urbains attirent le plus souvent des vendeurs qui parcourent des distances plus élevées entre leur domicile et le lieu de vente car le panier moyen urbain est souvent jugé comme potentiellement plus élevé que dans les espaces ruraux (Figure 1). Dans la majorité des cas des vendeurs de produits alimentaires que nous avons enquêtés (artisans, producteurs, vendeurs), la distance parcourue depuis le domicile est inférieure à vingt kilomètres, et ce, quel que soit le type d’espace enquêté (urbain, rural, périurbain). La pratique de la vente au marché s’effectue dans la plupart des cas dans un périmètre de proximité autour du domicile.

Carte 1 : Commune de résidence des producteurs de la commune de Lyon

Carte 1 : Commune de résidence des producteurs de la commune de Lyon

Conception et réalisation : Navarro, Aubrun, 2015, ©.

Source : relevés de terrain 2011-2014 ; données de la ville de Lyon - 2014, BD CARTO® ; BD ALTI®.

Figure 1. Distance moyenne parcourue entre le domicile et les marchés par les vendeurs

Figure 1. Distance moyenne parcourue entre le domicile et les marchés par les vendeurs

Source : DECA-Lyon ; enquêtes de terrain 2011-2014.

35Les discours des vendeurs sur le choix des marchés qui constituent leur tournée hebdomadaire laissent apparaître des types de marchés aux ambiances distinctes : rurales, « tranquilles » et familières ; urbaines, très fréquentées et diversifiées ; cossues, au panier moyen plus élevé ; ou « populaires », où les produits sont vendus à des prix très bas. Certains vendeurs ne se rendent que dans un type de marché, d’autres préfèrent se rendre dans différents types de marché au cours de la semaine. Le choix des marchés fréquentés par les vendeurs dépend en partie de l’offre de produits alimentaires qu’ils proposent et de la clientèle qu’ils visent.

Des stratégies commerciales variées

36Les études sociologiques sur les vendeurs des marchés restent peu nombreuses. Elles focalisent souvent sur la question de l’intégration des travailleurs immigrés par le marché (Peraldi, 2002 ; Semi, 2004 ; Blanchard 2011). Dans les années 1990, la sociologue Catherine Guyot-Harrold a soutenu une thèse sur quatre générations de marchands forains de la région parisienne montrant comment après s’être enrichi, les dernières générations encourageaient leurs enfants à faire des études et à quitter la profession. L’auteur soulignait les problèmes de renouvelement rencontrés au sein de la profession. Nos enquêtes laissent apparaître au contraire une nouvelle dynamique d’installation et de transmission des activités dans les marchés. À la diversité des activités présentes s’ajoute un gradient d’investissement variable selon la place qu’occupe le marché dans le chiffre d’affaires. La nature des entreprises exerçant dans les marchés se décline de la petite entreprise individuelle à l’entreprise agro-alimentaire qui recherche un débouché de diversification.

37Les stratégies commerciales et la typologie des vendeurs des marchés se sont diversifiées et les circuits d’approvisionnement se sont complexifiés au cours des dernières décennies. Certes, le récent engouement des consommateurs et de la société civile pour les circuits courts, la question alimentaire et le rapprochement avec les producteurs locaux a permis d’inverser la tendance selon laquelle le nombre d’agriculteurs vendant sur les marchés ne cessait de baisser depuis les années 1980 grâce à l’implantation de nouveaux types d’agriculteurs, hors cadre familial et/ou en agriculture biologique. Il s’agit le plus souvent de personnes en reconversion professionnelle qui trouvent dans la vente directe sur les marchés des revenus immédiats. Ce sont aussi des agriculteurs qui s’étaient inscrits dans des circuits de commercialisation longs, vendant aux grandes surfaces ou en gros, et qui ont décidé de se lancer dans la vente directe et la transformation sur les marchés suite à la baisse des cours ou à une faillite. Le marché offre une possibilité de « rebondir » et de poursuivre l’activité agricole.

38La mise en scène de la ruralité, du local ou de l’agriculture associée à la vente au marché (Lemarchand, 2010 ; De la Pradelle, 1996) cache une diversité de types de vendeurs que la distinction classique entre producteurs et revendeurs ne suffit pas à épuiser. Des auteurs ont pointé la trop grande concurrence existante dans les marchés classiques (Chaffote, Chiffoleau, 2007), notamment entre les producteurs et les « revendeurs ». Les nouveaux marchés répondent à un désir de local, de « vrai local », alors que les « marchés classiques » accueilleraient des produits venus du monde entier introduisant une concurrence difficilement soutenable pour les producteurs locaux.

39Il est vrai que l’accroissement des mobilités et la facilité rendues aux déplacements grâce à l’introduction des vols low cost rend envisageable pour certains vendeurs, notamment ceux où la concurrence est la plus élevée, les primeurs, de se rendre dans les marchés de gros espagnols ou marocains pour choisir leur marchandise qu’ils font ensuite venir en France par transporteurs. Sur les marchés lyonnais, des primeurs très équipés (locaux réfrigérés, des poids lourds, des gerbeurs électriques) s’approvisionnent de cette façon pour réduire les coûts et amortir les investissements.

40Pour des industries agro-alimentaires, les marchés sont devenus un débouché qui participe à une stratégie commerciale différenciée. L’entreprise italienne de production de pâtes fraîches « Pasta & Company » est un bon exemple car elle s’est spécialisée dans la vente non sédentaire. Il s’agit d’une sorte de franchise qui propose aux vendeurs d’utiliser leur marque, leur produit et leur type d’étal. Le vendeur doit s’engager par contrat à ne pas se rendre dans un marché où la marque est déjà présente afin d’éviter toute concurrence inutile. Sur leur site internet, une carte de l’Europe indique dans quels marchés il est possible de trouver ces produits : en France (surtout dans le quart Est), en Allemagne, en Autriche et dans tout le Nord de l’Italie. Très présente dans le Nord de l’Italie, notamment autour de Turin et Milan, la tendance est de conquérir l’ensemble des marchés d’un même espace.

41Pour d’autres vendeurs, le marché n’est qu’un débouché parmi d’autres. C’est le cas par exemple d’une charcuterie pluri-générationnelle. Crée au XIXe siècle à Lyon, dans les marchés, l’entreprise existe depuis cinq générations. Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, elle a grandi et s’est diversifié. Un service traiteur est venu compléter l’activité de charcuterie. Ils ont aussi acquis un atelier de transformation industriel. L’entreprise compte trois camions-magasins et emploie 103 salariés. Elle vend aussi ses produits dans les grandes et moyennes surfaces. Ils continuent les marchés parce que c’est avec eux que l’entreprise est née, tout en exportant au Japon ou ailleurs dans le monde la fameuse charcuterie lyonnaise.

  • 14 Huitième rendez-vous du commerce, « Le commerce non sédentaire : atout et acteurs du commerce de pr (...)

42En fonction des activités, le marché joue un rôle variable : fondamental pour certaines, il est un débouché complémentaire pour d’autres. Pour les secteurs traditionnels de l’alimentation, le marché constitue un débouché crucial. En 2008, parmi les 14 175 primeurs exerçant en France, un peu moins de 10 000 sont non sédentaires et seulement 4 500 possèdent un magasin (UNFD, 2014). La moitié des entreprises de crèmerie-fromagerie et 60 % des poissonneries en France ne vendent aussi que sur les marchés14.

Une offre spécialisée

43Les marchés reflètent les tendances de consommation actuelles ou locales, en fonction du lieu où il se tient, en même temps qu’il est un lieu où sont introduites de nouvelles tendances. Entre les commerçants, une rumeur circule selon laquelle les marchés seraient observés par le secteur de la grande distribution en recherche de nouvelles idées marketing. Les marchés peuvent apparaître comme des espaces de test, où s’exprime la créativité des individus animés par le désir de se distinguer et où seront introduits des nouveaux produits. En effet, le marché accueille de nombreux entrepreneurs, qui « tentent leur chance » en débutant une nouvelle carrière de façon plus ou moins créative, et qui introduisent parfois des produits anormaux, rares, pour se distinguer de la concurrence. En Ardèche méridionale, par exemple un artisan-pâtissier, ex-manager dans l’agro-alimentaire, a eu l’idée d’un gâteau exclusivement réalisé à partir de produits ardéchois et qui aurait la forme d’une châtaigne. Concevant un produit haut-de-gamme et dans l’optique de pouvoir par la suite le vendre à une plus grande échelle, à partir d’un point de vente sédentaire, il a commencé à faire connaître son produit dans plusieurs marchés de la région et s’est formé à la pâtisserie pour développer sa gamme.

44La vente dans les marchés permet de jouer de la différenciation des lieux. Ce qui est banal là-bas est rare ici, l’enjeu étant ensuite de fidéliser la clientèle. Plusieurs produits introuvables ailleurs sont vendus exclusivement dans certains marchés, mais leur présence est souvent le fruit du hasard, au fait qu’une personne se soit trouvée là et ait décidé d’entreprendre au marché en s’appuyant sur sa culture culinaire ou des produits de son pays d’origine. L’introduction de produits venus d’ailleurs, dits « ethniques », dans les marchés de plein vent alimentaires est un processus que la littérature scientifique a analysé à travers la figure de l’entrepreneur commercial immigré (Blanchard, 2011 ; Peraldi, 2002). Cela est particulièrement vrai dans les marchés des métropoles. À Lyon, au marché du soir du quai Augagneur, la diversité des origines des produits est particulièrement notable : pakistanaise, espagnole, algérienne, vietnamienne, italienne, libanaise, malgache, grecque. Dans la banlieue lyonnaise, un jeune maraîcher original s’est installé sur quelques hectares et s’est spécialisé dans la production de légumes utilisés dans la cuisine chinoise. Nous avons aussi retrouvé ce phénomène dans des communes rurales, de façon plus ponctuelle, en Ardèche méridionale par exemple : une Sénégalaise proposant des plats cuisinés à emporter ; des Marocains vendant des pâtisseries orientales achetées chez un grossiste à Marseille ; une Hongroise réalisant le gâteau à la broche (trdlnik) devenu un article forain très présent dans les places publiques touristiques d’Europe centrale. En Ardèche méridionale, les dynamiques démographiques et touristiques justifient la présence plus importante de produits d’ailleurs que dans le Pays roannais, où l’offre est quasi inexistante.

45L’introduction des nouveaux produits au marché aboutissent parfois à des formes de métissage entre l’ici et l’ailleurs. Un traiteur algérien réalise par exemple de la brioche à la fleur d’oranger, appelée mouna, à laquelle elle ajoute de la prâline lyonnaise. D’autres produisent des majhouba, des galettes algériennes fourrées avec du fromage de chèvre produit localement et acheté au marché.

46Les marchés s’adaptent aux lieux et attirent les vendeurs qui proposent des produits que les habitants ou les clients potentiels de ce marché attendent. Les tentatives échouées d’orienter l’offre d’un nouveau marché par les municipalités sont assez révélatrices. À Lyon, le réaménagement des berges du Rhône entre les années 2005 et 2007 a rendu le quai Augagneur plus attractif. Le marché qui s’y tient en semaine du mardi au dimanche n’accueille plus que deux ou trois commerçants. Pourtant, l’après-midi, aux beaux jours, les escaliers des berges sont remplis de personnes qui viennent profiter du soleil au bord du fleuve. En 2010, la ville de Lyon inaugure un marché d’après-midi le jeudi. La composition du marché est dans un premier temps très diversifiée, accueillant un certain nombre d’agriculteurs. Progressivement, il devient un marché particulièrement sensible aux différences saisonnières, son offre change et s’oriente majoritairement vers des plats cuisinés. De même, la rénovation du quartier du Plateau de la Duchère à Lyon s’est accompagnée de l’inauguration d’un marché d’après-midi, place l’Abbé Pierre, en 2012. L’ambition était de faire du quartier une ville-centre, renforcée par la mise en place d’un marché. Le service des marchés avait travaillé à la constitution d’une offre variée et de qualité qui n’a pourtant pas rencontré les faveurs des habitants. Les commerçants ont, peu à peu, cessé de venir et le marché semblait devoir disparaître. Quelques mois plus tard, d’autres commerçants proposant des produits à des prix moins élevés sont arrivés et le marché a repris de l’ampleur mais avec une nouvelle gamme de produits, plus adaptée à une clientèle peu fortunée pour qui le rapport quantité-prix est fondamental.

Conclusion

47La forte adaptabilité des marchés à la demande et aux lieux explique en partie qu’ils se soient maintenus. S’il est possible de parler de renouveau des marchés, c’est parce qu’ils occupent de nouveaux espaces, qu’ils acquièrent de nouvelles formes, qu’ils attirent une clientèle plus jeune qui impliquent des rénovations des places urbaines. Le renouveau de cette forme de commerce se manifeste par l’apparition de nouveaux types de marchés, de nouveaux lieux ou temporalités auxquelles ils se déroulent, mais aussi leur multiplication, le renouvellement de leurs fonctions, à l’apparition de nouveaux acteurs (association, institutions), de nouvelles typologies de vendeurs ou de produits vendus afin de répondre à la demande d’une partie des consommateurs, clients et habitants. Le prétendu processus de marginalisation des marchés demande à être relativisé et nuancé. En réalité, la forme du marché s’est adaptée aux changements qui ont marqué le commerce de détail alimentaire français au cours du XXe siècle, mais aussi des modes de consommation, des mobilités et des exigences des consommateurs. Devenu un pilier du « patrimoine commercial » français, les marchés jouissent d’une réputation dans les représentations collectives qui se reflète assez peu dans le poids économique qui lui est reconnu. Les données quantifiées manquent alors que les aménités de cet événement quotidien pour les bourgs et les villes pourraient être plus étudiées, en termes de fréquentation et de rôle dans le dynamisme du commerce sédentaire local. Le marché constitue un terrain d’analyse fertile pour comprendre la complexité de l’organisation du commerce alimentaire contemporain, et plus généralement des systèmes alimentaires locaux. Ils sont des lieux où s’imbriquent différentes stratégies et logiques commerciales, mobilités, pratiques sociales et représentations. L’analyse du marché classique exige de faire varier les échelles selon que l’on s’intéresse au marché et au lieu où il se tient, aux vendeurs et à leurs mobilités, aux produits et à leur origine, au lien du marché avec son environnement commercial plus généralement. D’une certaine manière, le marché classique peut être appréhendé comme un microcosme du commerce de détail alimentaire. Loin d’être figé dans le temps, il est soumis constamment aux changements, aux adaptations et aux arrangements quotidiens qui le structurent et le modèlent. Dans la mesure où il répond à une offre, qu’il s’adapte aux lieux où il se déroule en répondant aux attentes d’une clientèle, les marchés participent pleinement au commerce de proximité.

Haut de page

Bibliographie

ARBOS P., 1923, Les foires, Annales de Géographie, t. 32, n° 180, p. 554-558.

ARNAUD B., 2013, Le commerce alimentaire de proximité. Analyse de marché et évolution des plaintes des consommateurs, DGCCRF éco, n° 17, août [en ligne], www.economie.gouv.fr, consulté le 20.02.2014.

BACHELARD M., 1981, Foire et marchés en Indre-et-Loire, thèse de doctorat en géographie, sous la direction de Jean-François Troin, Université François Rabelais de Tours, 239 p.

BERRY B. J.-L., 1971, Géographie des marchés et du commerce de détail, [traduction française, 1ère édition : 1967], Paris, Armand Colin, 254 p.

BLANCHARD M., 2011, Fare mercato a Torino : carriere professionali e pratiche quotidiane degli ambulanti stranieri nei mercati rionali, Mondi migranti , fasc. 2, p. 75-99.

BROMLEY R.D.F., 1998, Market-place trading and the transformation of retail space in the expanding Latin American city, Urban Studies, 33, p. 1311-1333.

CHAFFOTE L., CHIFFOLEAU Y., 2007, Les marchés paysans hebdomadaires ouverts toute l’année, Fiche commercialisation CROC, n° 1, Montpellier, INRA, 8 p.

CHAZE M., 2014, Le commerce des petites villes : organisation géographique et stratégies d’aménagement. Étude du centre-est de la France, Thèse de doctorat, Université Clermont-Ferrand II-Blaise Pascal, Clermont-Ferrand.

CHEMLA G., 1994, Les ventres de Paris : les Halles, la Villette, Rungis : l’histoire du plus grand marché du monde, Grenoble, Glénat.

CHIVA I. (dir.), 1980, Foires et marchés ruraux en France, Etudes rurales, n° 78-79-80, Paris, éd. De l’EHESS, avril-décembre.

DE LA PRADELLE M., 1996, Les vendredis de Carpentras, Paris, Fayard, 374 p.

DELFOSSE C., 2010, Marché et développement local, in TRAVERSAC J.-B. (dir.), Contributions des circuits courts alimentaires au développement régional, Dijon, Educagri, p. 153-166.

DEPREZ S. et al., 2017, Commerce & Géographie, Bibliographie thématique en géographie du commerce, Comité National Français de Géographie (CNFG), Commission Géographie du commerce, https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01471984/document

DEVERRE C., LAMINE C., 2010, Les systèmes agroalimentaires alternatifs : une revue de travaux anglophones en sciences sociales, Economie rurale, n° 317, p. 57-73.

DUBUISSON-QUELLIER S., 2009, La consommation engagée, Paris, Presse de Science Po.

GONZALEZ S. (ed.), 2017, Contested Markets, Contested Cities. Gentrification and Urban Justice in Retail Spaces, Routledge, 192 p.

GONZALEZ S., WALEY P., 2013, Traditional retail markets : the new gentrification frontier ?, Antipode, 45, p. 965-983.

LEMARCHAND N., 2008, Géographie du commerce et de la consommation : les territoires du commerce distractif, Mémoire d’habilitation à diriger des recherches, sous la direction de Guy Chemla, Université Paris IV-Sorbonne, 222 p.

LEMARCHAND N., 2010, Les marchés de Montréal : entre dynamique urbaine et identité québécoise, in AUGUSTIN J.-P. (dir.), Villes québécoises et renouvellement urbain depuis la Révolution tranquille, Pessac, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, p. 73–84.

MACHELL G., CARAHER M., 2012, The role of municipal markets in urban food strategies : a case study, in VILJOEN A.M., WISKERKE J.S.C. (Eds.), Sustainable Food Planning : evolving theory and practice, Wageningen Academic Pub., p. 127-136.

METTON A., 1984, Les marchés en banlieue parisienne, in METTON A. et al., Le commerce urbain français, Paris, PUF, p. 149-155.

MOATI P. et al., 2005, Enquête commerce 2005. Comportements et attitudes des consommateurs à l’égard du commerce alimentaire, Cahier de recherche du CREDOC , n° 211, novembre p. 76.

NAVARRO A., 2015, Le marché de plein vent alimentaire et la fabrique des lieux, thèse de doctorat de Géographie, Aménagement et Urbanisme, sous la dir. de Claire Delfosse, Université Lumière Lyon 2, 359 p.

NAVEREAU B., ESPINASSE P., 2016, Les marchés forains dans les espaces de faible densité : témoins du passé – acteurs du renouveau ? L’exemple du Gers, in DESSE R.-P. et LESTRADE S. (dir.), Mutations de l’espace marchand, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 414 p.

NORDIN C., 1983, Marchés, Commerçants, Clientèle. Le commerce non sédentaire de la région parisienne. Etude de géographie humaine, thèse de l’Institut de Géographie humaine et économique, Université de Göteborg, Suède, 531 p.

NORDIN C., 1993, Halles, marchés et foires. Importance, évolution socio-professionnelle et perspective d’avenir, Culture technique, n° 27, Paris, juillet, p. 91- 99.

NORDIN C., TROIN J.-F., CHAZE M., 2016, Commerce ambulant et marchés, BSGLG, n° 66, p. 59-63.

ÖZ Ö., EDER M., 2012, Rendering Istanbul’s periodic bazaars invisible: reflections on urban transformation and contested space, International Journal of Urban and Regional Research, 36, pp. 297-314.

PERALDI M., 2002, La fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes en Méditerranée, Paris, Maisonneuve et Larose.

PIRENNE H., 1927, Les villes au Moyen-Age. Essai d’histoire économique et sociale, Bruxelles, Lamertin.

SCHEFFER S., 2010, La dimension touristique des marchés, une forme particulière de renouveau, in TRAVERSAC J.-B. (dir.), Contributions des circuits courts alimentaires au développement régional, Dijon, Educagri, p. 129-151.

SEAMON D., NORDIN C., 1980, Market-place as place ballet, Landscape, p. 35–41.

SÉLIC J.-P., 2006, Pour une anthropologie communicationnelle des transactions commerciales, Communication, vol. 25, n° 1.

SEMI G., 2004,Le multiculturalisme quotidien : Porta Palazzo entre commerce et conflit, sous la direction de Michèle De la Pradelle, Université de Turin, EHESS, p. 75.

SKINNER W., 1964, Marketing and Social Structure in Rural China: Part I, The Journal of Asian Studies, vol. 24, n° 1, p. 3-43.

TROIN J.-F., 1982, Les marchés forains : un domaine géographique à explorer et à exploiter, Annales de Géographie, vol. 91, n° 506, p. 490-498.

VINAY E., 2004, Vendez sur les marchés !, Paris, éd. D’Organisation/APCE.

WATSON S., 2009, The Magic of the Marketplace: Sociality in a Neglected Public Space, Urban Studies, 46 (8), July, p. 1577-1591. 

WATSON S., STUDDERT D., 2006, Markets as sites for social interaction : space of diversity, Policy Press, Bristol, 64 p.

Haut de page

Notes

1 L’expression « classique » fait référence à la présence de vendeurs aux statuts différents : artisanat, commerce, agriculture. Elle distingue ce type de marchés de ceux à thèmes et exclusifs (agriculture biologique, produits locaux ou issus du commerce équitable par exemple).

2 L’article L. 3111-1 du Code général de la propriété des personnes publiques affirme que le domaine public est imprescriptible et inaliénable. La vente au marché de détail se distingue de la vente dans les halles où les commerçants occupe une “loge”, un emplacement dont l’occupation est généralement concédée pour plusieurs années. lui attribue

3 Source : Insee 2018, En ligne : https://www.insee.fr/fr/statistiques/2015133#tableau-tableau1

4 Bourg-en-Bresse (Ain), Valence et Romans-sur-Isère (Drôme), Annecy (Haute-Savoie), pays d’Abondance (Abondance, Châtel), Evian (Haute-Savoie), Chambéry (Savoie), Villefranche-sur-Saône (Rhône), Moulins (Allier), Riom (Allier).

5 DCASPL , « Les marchés en France », Entreprises en bref , n°15, juillet 2005, [en ligne], www.archives.entreprises.gouv.fr, consulté le 13.07.2011. Ces données générales suscitent le doute dans la mesure où le nombre de 6000 communes accueillant un marché sur les 36 000 communes françaises apparaît particulièrement bas. Dans un article de 1993, Christina Nordin recense par exemple près de 23 000 marchés et foires en France et 2000 halles, ce qui placerait le pays en tête des pays européens, devant l’Allemagne de l’Ouest (10 700 marchés et foire) et l’Italie (15 000 marchés et foires).

6 Les chiffres, approximatifs, ont été obtenus à partir de la compilation de différentes données : sites internet, guides des marchés, Chambres de commerce et d’industrie.

7 Il s’agit du chiffre approximatif auquel nous sommes parvenus en compilant plusieurs données recensées sur les sites internet des collectivités territoriales. La Région Auvergne-Rhône-Alpes dénombrait en juin 2019 près de 1500 marchés dans l’ensemble de la région.

8 Source Insee, 2018. En ligne : https://www.insee.fr/fr/statistiques/4176228

9 La classification de l’Insee considère que les très grands marchés rassemblent plus de 250 étals ; les grands marchés réunissent entre 61 et 250 étals ; les marchés moyens comptent entre 25 et 60 étals ; les petits marchés comptent moins de 25 emplacements.

10 Source : www.scmpvl.net/les-delegues.php.

11 Au nom du décret d’Allarde, c’est-à-dire les lois du 2 et du 7 mars 1791 qui affirment la liberté du commerce et de l’industrie, la jurisprudence affirme à plusieurs reprises que le maire doit accueillir tous les commerçants le désirant dans sa commune, dès lors qu’ils ne dérangent pas l’ordre public. Il ne peut pas non plus favoriser un type de commerce au détriment d’un autre.

12 Nous avons étudié 40 sites Internet officiels de communes.

13 Source : https://www.auvergnerhonealpes.fr/actualite/661/23-la-region-lance-un-plan-de-soutien-aux-commercants-non-sedentaires.htm

14 Huitième rendez-vous du commerce, « Le commerce non sédentaire : atout et acteurs du commerce de proximité », Paris-Bercy, lundi 22 octobre 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Commune de résidence des producteurs de la commune de Lyon
Crédits Conception et réalisation : Navarro, Aubrun, 2015, ©.
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13909/img-1.png
Fichier image/png, 300k
Titre Figure 1. Distance moyenne parcourue entre le domicile et les marchés par les vendeurs
Crédits Source : DECA-Lyon ; enquêtes de terrain 2011-2014.
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/13909/img-2.png
Fichier image/png, 11k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Navarro, « Le marché de plein vent alimentaire, un lieu en marge du commerce de détail alimentaire français ? », Géocarrefour [En ligne], 93/3 | 2019, mis en ligne le 17 janvier 2020, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/13909 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.13909

Haut de page

Auteur

Aurore Navarro

Docteure en géographie, Laboratoire d’Etudes Rurales, Université Lyon2 aurore.navarro@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals