Navigation – Plan du site
Articles

Produire et s’alimenter localement en bio : histoires d’engagements et de compromis collectifs

Local production and consumption of organic foods : accounts of commitments and collective compromises
Fabienne Barataud, Amandine Durpoix, Romain Fèche, Tiffany Garcia, Catherine Mignolet et Céline Schott

Résumés

Cet article se propose d’analyser la manière dont alimentation locale et agriculture biologique (AB) parviennent à être articulés dans des initiatives collectives. Le travail est fondé sur l’analyse fine de deux situations rurales. Nous interrogeons tout d’abord les stratégies spécifiques de différents porteurs d’initiatives et constatons que la mise en avant du local et de la mixité des productions conventionnelles et biologiques se confronte à un engagement plus militant soutenant préférentiellement l’AB. Nous montrons ensuite comment, au sein même des initiatives relevant de cette seconde logique, des compromis émergent pour concilier la construction d’un ancrage local, la nécessité de faire réseau et le respect de valeurs. Le tissu associatif apparait comme un levier fondamental face à des collectivités qui peinent parfois à se saisir de ces enjeux. Nous questionnons alors la capacité de ces initiatives à faire projet de territoire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « L’alimentation durable » est entendue par Chiffoleau et Prévost (2012) « en tant qu’ensemble de p (...)

1Dans un contexte général de préoccupations environnementales, d’attentes citoyennes pour une alimentation plus durable1 et d’une méfiance grandissante suite à des scandales sanitaires inscrits dans des filières longues, une transition du secteur alimentaire est reconnue comme nécessaire (Griffon, 2006 ; Caplat, 2014). L’invitation au développement durable influence ainsi, depuis les années 2000, ce secteur qui voit l’émergence de pratiques et d’acteurs se réclamant d’une rupture avec le système agroalimentaire conventionnel ou global (Deverre et Lamine, 2010). Cette nouvelle équation alimentaire (Morgan et Sonnino, 2010) relie la question de l’alimentation à une multiplicité d’enjeux parmi lesquels la reconnexion entre agriculture et alimentation « de qualité ». Les consommateurs retiennent une approche multidimensionnelle de la qualité de l’alimentation, tout à la fois gustative, sanitaire, environnementale, sociale (Codron et al., 2006) et appellent à des formes de consommation durable et de proximité (Poulot, 2012). Cette attente embarque pêle-mêle la diminution du nombre d’intermédiaires, un rapprochement géographique des lieux de production et de consommation, un renforcement du lien entre producteurs et consommateurs. Selon la définition donnée par le Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Pêche en avril 2009, à partir d’un groupe de travail réunissant professionnels du secteur et représentants de la société civile, le circuit court est celui qui n’implique qu’un intermédiaire au maximum entre le producteur et le consommateur. Cette définition n’inclut pas stricto sensu d’autres facteurs comme la connaissance des producteurs et la confiance associée, la valorisation des terroirs et des savoir-faire, ou encore les distances kilométriques (Darly et Aubry, 2014). La dimension géographique se trouve néanmoins souvent, même de manière implicite, au cœur des projets collectifs visant à développer les circuits courts, d’autant que l’implication croissante d’acteurs publics territoriaux (notamment en milieu urbain ou péri-urbain) dans la définition des politiques agricoles entraîne un processus de requalification des enjeux associés aux circuits courts en mettant en avant leur dimension territoriale (Naves, 2016).

2Des travaux ont permis de formuler une proposition de cadrage conceptuel de la gouvernance alimentaire territoriale (Billion, 2017) et l’intérêt d’une construction moins sectorielle du fait alimentaire a été souligné. Mais des difficultés d’hybridation entre politiques agricoles et alimentaires subsistent, hybridation qui seule rendrait possible la formulation d’une politique alimentaire territoriale transversale aux différents champs (Bonnefoy et Brand, 2014). Les capacités des politiques, des acteurs et des lieux à créer du lien entre agriculture et alimentation ont été tout particulièrement traitées en contexte citadin/urbain ou dans l’articulation ville/campagne (Sonnino, 2009 ; Perrin et Soulard, 2014 ; Hochedez, 2014 ; Bonnefoy et Brand, 2014 ; Lardon et Loudiyi, 2014 ; Bousbaine et Bryant, 2016 ; Baysse-Lainé et Perrin, 2017 ; Bognon, 2017). De même, l’implication croissante des collectivités territoriales dans l’émergence des circuits courts et des circuits de proximité a été mise en évidence notamment en milieu urbain ou péri-urbain (Mansfield et Mendes, 2013 ; Sonnino, 2014 ; Naves, 2016). D’autres catégories de travaux se sont davantage intéressées aux visions des différents acteurs engagés, par exemple aux liens entre producteurs et consommateurs et aux perceptions que les consommateurs ont des circuits courts (Hérault-Fournier et al., 2012). Verrous et éléments facilitant la transition du point de vue des pratiques, que ce soit des pratiques agricoles (Maréchal et Spanu, 2010), des pratiques alimentaires ou des pratiques à l’échelle des filières (Praly et al., 2014), ont également été étudiés, ainsi que les dimensions sociales des questions alimentaires avec la proposition d’une construction d’un droit à l’alimentation à partir d’une position éthique (Paturel et Ramel, 2017).

3Nous retenons quant à nous trois grands résultats qui constituent les prémisses de notre positionnement pour cet article :

  • Le territoire est le niveau privilégié de coordination des acteurs locaux et le développement durable se construit localement (Lardon et al., 2008) : l’échelle territoriale est donc une échelle particulièrement pertinente pour traiter de la transition écologique, économique et sociale des systèmes alimentaires.

  • Cette transition repose sur l’articulation entre les actions d’une diversité d’acteurs et de maillons engagés : société civile, monde agricole, politiques publiques au travers d’actions partagées mais aussi de processus d’influences ou de critiques, de moments de conflits ou de controverses (Lamine, 2012).

  • La transition des systèmes alimentaires et l’émergence de systèmes alimentaires alternatifs (Bousbaine et Bryant, 2016) appellent des formes d’innovation territoriale c’est-à-dire « des initiatives pour modifier la coordination marchande [qui] soutiennent ensuite de nouvelles modalités d’action collectives concernant les relations entre les différentes catégories d’acteurs du développement territorial » (Chiffoleau et Prévost, 2012).

  • 2 Agreste Primeur, n°275, Janvier 2012, RA2010, commercialisation des produits agricoles, Un producte (...)
  • 3 Plus de la moitié des agriculteurs certifiés en agriculture biologique sont inscrits dans des circu (...)

4Tandis que la grande majorité des travaux porte sur les métropoles ou les zones péri-urbaines, nous nous focalisons sur la question de la territorialisation (Rastoin, 2015) d’une alimentation durable dans les espaces ruraux. Ces territoires ont ceci de spécifique qu’ils incarnent une forme de paradoxe : l’agriculture y est plus qu’ailleurs présente mais les circuits courts y sont plus faiblement représentés (parce que le bassin de consommation y est moins important et parce que le grand nombre d’exploitants présents a induit leur regroupement dans des structures collectives qui assurent traditionnellement la commercialisation en filières longues, Agreste 20122). Par ailleurs les collectivités locales n’y ont pas les mêmes capacités d’action, ni les mêmes contraintes que des agglomérations plus importantes. Dans ces processus de territorialisation, différents modèles agricoles sont promus. Nous prêtons une attention particulière à l’Agriculture Biologique (AB) pour deux raisons : d’une part c’est une réponse potentielle (même si elle n’est pas la seule) à une partie des attentes et enjeux environnementaux et sociétaux, qu’il s’agisse de la santé en lien avec les pratiques agricoles, ou de principes éthiques portés par certains producteurs engagés dans l’agriculture biologique autour de valeurs de partage, de justice alimentaire et d’équité sociale, de sens du collectif (et donc des démarches de commercialisation collectives), d’animation des territoires ruraux et de lien entre producteur et consommateur ; d’autre part, l’AB entretient un lien privilégié avec la question du local : elle est ainsi par exemple plus représentée que l’agriculture conventionnelle dans les circuits courts3.

5En analysant le rôle des proximités spatiales et relationnelles (Rallet et Torre, 2004 ; Praly et al., 2009, 2014) dans le développement des circuits courts, notre article propose donc de montrer comment se construisent des circuits courts, notamment en AB. Le rôle de certaines dynamiques locales dans ces constructions, leur articulation avec des dynamiques plus institutionnelles et leur capacité à constituer des innovations territoriales (Chiffoleau et Prévost, 2012) seront interrogés. Le travail s’appuie pour cela sur l’analyse croisée de deux études de cas situées en contexte rural, examinées à différents grains (état des lieux infra-régional, initiatives locales, logiques de producteurs agricoles) au cours des trois dernières années.

6Après avoir contextualisé nos deux cas et précisé à la fois le matériau disponible et la méthodologie retenue (partie 1), nous nous attachons à examiner la place spécifique que peut jouer l’Agriculture Biologique, en relation avec le statut et les valeurs de différents porteurs de projet (collectivités, producteurs, consommateurs) qui s’organisent autour de stratégies spécifiques de commercialisation alimentaire localisée (partie 2). Nous analysons ensuite plus finement deux initiatives collectives portées par des agriculteurs et des consommateurs dans l’objectif de relocaliser l’agriculture et l’alimentation : l’expérience des Bios du Coin à Mirecourt dans les Vosges et de l’Inventerre du Pré vert à Dieuze en Moselle (partie 3). Nous questionnons enfin la capacité de ces initiatives à faire projet de territoire à partir de l’engagement des collectivités territoriales d’un côté et du tissu associatif d’un autre côté (partie 4).

Analyse croisée de deux cas en territoire rural

Contextes des deux zones d’étude

7Les deux zones d’étude se situent en Région Grand-Est, en territoire rural, à plus de 30 km des grandes agglomérations messine et nancéienne. Ces zones d’environ 1300 km2 chacune (carte 1) ne sont fondées ni sur des bases biophysiques ni sur des bases administratives, mais constituent des territoires « d’accroche », des espaces d’initiatives de commercialisation alimentaire engageant à la fois le circuit court et l’agriculture biologique, dont les logiques reflètent la pluralité de réponses possibles données à la recherche d’alternatives face au modèle agricole dominant. Elles se situent toutes deux sur des territoires sur lesquels les auteurs ont une solide implantation et y mènent des travaux depuis plusieurs années (voir infra, matériel et méthode) : la première (« le Saulnois ») s’organise autour de la petite aire urbaine de Dieuze et de la commune de Château-Salins (dans le département de la Moselle) toutes deux rattachées à la Communauté de Communes du Saulnois ; la seconde (« autour de Mirecourt ») se situe quant à elle dans la plaine des Vosges (Ouest Vosgien) et se structure autour de la petite aire urbaine de Mirecourt rattachée à la Communauté de Communes Mirecourt-Dompaire.

  • 4 Qualifiés de « Rural périurbain des petits pôles d’emploi » selon les catégories Insee.

8Ces deux zones se trouvent dans des territoires ruraux4 présentant, quoiqu’avec des traits plus ou moins marqués, un certain nombre de tendances communes en termes socioéconomiques (tableau 1a) : taux de chômage et de pauvreté importants, déclin démographique, et vacance de logements importante, revenu médian inférieur à la moyenne nationale. L’aire urbaine dieuzoise, la commune de Château-Salins et l’aire urbaine de Mirecourt se trouvent ainsi classées en Zone de Revitalisation Rurale (ZRR) par le Ministère de l’Aménagement du Territoire. Les deux zones sont peu touristiques ; elles sont toutes deux caractérisées par un riche passé industriel (exploitation du sel dans le Saulnois, lutherie et industrie du bois dans l’Ouest vosgien) aujourd’hui dévitalisé. Les entreprises de transformations agroalimentaires et manufacturières font partie des rares pourvoyeurs d’emploi même si elles subsistent en nombre réduit.

  • 5 D’après l’atlas produit par la Draaf Grand-Est : http://draaf.grand-est.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf (...)

9L’activité agricole reste dominante sur les deux territoires (tableau 1b). Les systèmes privilégiant la polyculture-élevage se maintiennent avec toutefois une forme de spécialisation ancienne fondée sur des troupeaux de vaches allaitantes sur prairies et des vaches laitières dont l’alimentation principale est le maïs produit sur les exploitations tandis que les autres productions végétales sont commercialisées dans les filières aval. La part d’exploitations en Agriculture Biologique y est sensiblement égale aux moyennes départementales, le cas d’étude mosellan étant par exemple, à l’instar de l’ensemble du département de la Moselle, en-deçà des chiffres nationaux. Les circuits courts, faiblement présents si l’on considère toutes formes d’agriculture confondues5, sont toutefois mieux représentés chez les producteurs en AB (même si les chiffres sur nos zones d’étude sont inférieurs aux valeurs départementales, surtout pour le cas vosgien pour lequel il y a une vraie différence entre la montagne et la plaine). Les exploitations en AB et en circuit court sur les deux zones d’étude font principalement de la vente de produits animaux, essentiellement bovins, puis ovins, et porcins (pour environ 40 % d’entre elles) et de la vente de légumes et/ou fruits (pour 29 % d’entre elles dans le Saulnois et 38 % d’entre elles autour de Mirecourt). On trouve peu de transformation fromagère à la ferme, notamment en lait de vache, par rapport à l’ensemble des exploitations susceptibles de commercialiser des produits laitiers, ce qui est souvent le cas dans les régions spécialisées dans lesquelles les infrastructures de collecte vers les filières longues ont été mises en place de longue date. Finalement une part non négligeable de productions majoritairement valorisées en circuits courts est issue de systèmes de production dits « minoritaires » ou de diversification : polyculture/polyélevage en Moselle, ovins et autres herbivores dans les Vosges, apiculture, etc. qui ne bénéficient pas d’équipements de collecte ou de transformation collective sur le territoire.

Carte 1- Situation des deux zones d’étude

Carte 1- Situation des deux zones d’étude

Tableau 1a- Indicateurs démographiques et économiques des deux zones étudiées.

Aire urbaine Dieuze

Commune de Château-Salins

Aire urbaine Mirecourt

CC du Saulnois

CC de Mirecourt-Dompaire

Moselle

Vosges

France métropolitaine

Surface (km2)

104.6

10.8

90.4

974.4

485.4

6 216.3

5 873.8

543 940

Nb de communes

128

76

Nb d’habitants

5 573

2 442

9 119

29 449

19 670

1 044 486

372 016

64 300 821

Densité

53.3

227

100.9

30.2

40.5

168

63.3

118.2

Variation de la population (taux annuel moyen entre 2010 et 2015 en %)

-2.7

0.2

-1.1

-0.3

-0.2

-0.0

-0.4

0.5

Taux de chômage

14.2

17.2

18.1

11.9

13.5

14.4

16.2

13.7

Taux de pauvreté

14.4

19.4

18.1

13

nr

14.7

16.2

14.9

Médiane du revenu disponible par unité de consommation en 2015 (€)

19 497

18 401

19 195

19 736

nr

20 498

19 126

20 566

Source : INSEE 2015

Tableau 1b- Indicateurs qualifiant l’agriculture des deux zones étudiées.

Indicateur

Moselle

Zone d'étude "Saulnois"

Vosges

Zone d'étude "Mirecourt"

SAU ( % de la surface totale)

51,3

69,7

36,3

57

Activité dominante

(nb Exploitations)

Élevage d'autres animaux (1242), Culture et élevage associés (1194), Culture de céréales légumineuses, graines oléagineuses (960)

Culture et élevage associés (317) & Culture de céréales, légumineuses, graines oléagineuses (211)

Élevage de vaches laitières (998), Élevage d'autres animaux (890)

Élevage de vaches laitières (313), Élevage d'autres bovins (158)

Pourcentage d'exploitants en AB

5,1

6,4

8,9

8,4

dont en circuits courts (en %)

39,1

35,4

42,6

32

Productions vendues par les exploitants en AB et en CC

Arboriculture/maraîchage (29 %), viande bovine (26 %), ovins viande (12 %), transformations laitières (12 %), transformations céréalières (9 %), volailles/œufs (3 %), porcs (3 %)

Arboriculture/maraîchage (38 %), viande bovine (24 %), ovins viande (9 %), transformations laitières (3 %), transformations céréalières (3 %), volailles/œufs (6 %), porcs (9 %)

Sources : RPG 2017, IGN AdminExpress 2.2, Base SIREN (04/2019) et Annuaire de l'Agence bio (25/04/2019)

Matériel

  • 6 Sur ce terrain le travail a été conduit dans le cadre du projet ASTRAL (Acteurs et Services Ecosyst (...)

10Dans le Saulnois6, nous avons mené quarante entretiens semi-directifs et/ou ouverts auprès d’agents de collectivités territoriales, techniciens, élus, maires-agriculteurs, agriculteurs, paysans, membres d’associations, agents de l’Etat, enseignants de lycée agricole. Nous avons surtout enquêté des acteurs identifiés par « relations » et dont les critères d’appartenance à des environnements idéologiques (sur l’environnement et l’agriculture) sont différenciés. Nous avons également participé à une vingtaine d’événements locaux liés aux questions alimentaires, qui nous ont permis d’observer directement ces moments collectifs : réunions de lancement de nouveaux projets, permanences de distribution, réunions de gestion des commandes, réunions de bureau ou de conseil d’administration des associations, assemblées générales, fêtes et autres rencontres avec les producteurs, soirées-débats, etc.

  • 7 Sur Mirecourt, ce travail est soutenu par un financement de la Fondation de France dans le cadre de (...)

11Sur Mirecourt, nous sommes partie prenante d’une dynamique de type Living-Lab7 dans laquelle un écosystème d’acteurs s’est rallié autour de valeurs communes (parmi lesquelles l’importance d’une alimentation saine, la transmission des savoirs et l’éducation, l’inclusion et la mixité des publics, l’accessibilité des produits alimentaires de qualité et la justice sociale, l’attachement à un territoire rural vivant, …) et travaille à mettre en synergie diverses initiatives (des jardins partagés, des chantiers collectifs, une restauration collective bio et locale) visant la construction d’un système alimentaire territorialisé le plus durable possible (Mignolet et al., 2018 ; Coquil et al. 2019). Nous contribuons à cette dynamique à plusieurs titres : par l’implication directe d’une ferme expérimentale dont est dotée l’unité ASTER, par l’appui à la coordination des initiatives, par l’analyse réflexive que nous proposons au collectif des processus en jeu. C’est cette place privilégiée au cœur des interactions qui nourrit nos analyses. Par ailleurs des enquêtes semi-directives auprès de dix-huit producteurs en AB et en circuits courts de l’ouest vosgien ont été conduites pour pouvoir d’une part caractériser le fonctionnement de leurs exploitations en termes de moyens de production (main d’œuvre, SAU, ateliers de production et de transformation…), et, d’autre part, qualifier et quantifier les flux amont et aval sur les exploitations et ainsi questionner leur rapport au territoire et leurs logiques de commercialisation.

12Enfin, dans les deux cas, nous avons complété ce travail de terrain par une enquête documentaire portant sur les diagnostics de territoire, chartes, et comptes rendus de réunions des associations nous intéressant.

Éléments de méthode

13Notre travail est fondé sur l’analyse croisée des deux études de « cas », le « cas » étant vu comme proposant « une intrigue » (Becker, 2002) qui permet d’aborder sa narration avec ses états successifs et ses ruptures. L’analyse croisée, en articulant les lectures suffisamment fines de chacune des situations, permet d’en extraire des propriétés ou caractéristiques remarquables et d’accéder à une plus grande intelligibilité de chacune d’elles. Ce positionnement méthodologique a pour objectif de regarder nos deux terrains l’un à travers l’autre et non pas par rapport à l’autre dans une opposition similitudes/différences ou en vue d’établir une typologie ou d’identifier des morphologies. Detienne (2009) propose ainsi de soumettre des sociétés n’ayant a priori rien en commun à un même questionnement pour mieux « découvrir un aspect inaperçu ». La comparaison permet alors de déconstruire les frontières, de chercher les invariants et les spécificités, mais aussi de répondre à la question « de quoi mon cas est-il le cas ? » (Dumez, 2013). C’est enfin une démarche qui s’enrichit du croisement des regards disciplinaires (agronomie, géographie sociale et anthropologie) et qui permet ainsi de ne pas rester prisonnier des « aires culturelles » (Detienne , 2009).

Un foisonnement de dynamiques autour du fait alimentaire

14Sans viser l’exhaustivité, cette section vient illustrer la pluralité des initiatives autour du « fait alimentaire » (Bonnefoy et Brand, 2014) sur les deux zones d’étude. Le foisonnement d’initiatives en lien avec une relocalisation de la question alimentaire y est important et relativement récent (tableau 2). Ces initiatives répondent à des logiques différentes selon les porteurs et leur échelle d’intervention.

Tableau n° 2- Les initiatives liées à l’alimentation dans les zones d’étude du Saulnois et de Mirecourt

Initiatives liées à l’alimentation

Porteur(s)

Objectif(s)

Valeurs

Date

Acteurs locaux divers

Institutions

Collectivités territoriales

Le marché de Perrette (Paniers) - Maizières-lès-Vic

Association de producteurs organisés dans l’EARL de la Gissière

Fournir des paniers fermiers hebdomadaires aux consommateurs du Saulnois

Mutualisation de la commercialisation ; Mixité AB non AB ; Liberté dans l’acte d’achat

2010

« Boutiques du parc » - Parc Naturel Régional de Lorraine

Parc naturel régional de Lorraine

Promotion produits et savoirs du territoire via les circuits courts de distribution

Favoriser l’économie locale ; Préserver l’environnement ; Consommation alimentaire locale

2010

AMAP la salicorne d’abondance – Dieuze

Collectif citoyen sensibilisé, puis producteurs

Concilier soutien à l’AB locale et satisfaction des besoins alimentaires des populations du territoire

Agriculture paysanne, pratiques agro-écologiques, alimentation bio accessible, participation et éducation populaire ; relation solidaire contractualisée

2012

AMAP la Belle Verte – Lucy

Collectif consommateurs / producteurs

Soutenir le développement de l’agriculture paysanne et biologique

Solidarité économique et morale avec les producteurs ; Proximité relationnelle ; Concertation

2012

« Tous à vos paniers ! »

Marché de producteurs

- Château-Salins

Commune de Château-Salins ; Communauté de Communes du Saulnois

Promouvoir les produits agricoles locaux et les circuits courts pour rétablir la confiance entre producteurs et consommateurs locaux

Produits locaux et de qualité ; Vendus directement par le producteur et/ou transformateur ; Mixité AB et non AB

Producteurs AB/non AB du Saulnois

Magasin « l’Inventerre du pré vert » - Dieuze

Collectif consommateurs / producteurs

Favoriser la consomm’action de produits de qualité et AB dans une relation équitable avec tous les acteurs de la filière, du producteur au consommateur

AB ; Proximité relationnelle paysans-consommateurs ; Prix justes, rémunérateurs (producteurs) et abordables (consommateurs) ; Participatif ; Solidarité et écologie

2017

Mangeons Mosellan –MOselle Sans Limites (MOSL)

Conseil départemental de Moselle

Garantir l’origine locale de produits de qualité

« Made in Moselle » ; Emploi local ; Traçabilité territoriale

2017

Marque « Vosges Terroir »

Chambre d’Agriculture des Vosges

Soutenir l’économie locale en valorisant les productions et savoir-faire du département

Promouvoir les produits vosgiens de qualité ; Traçabilité territoriale ; Qualité

1987

Marché Bio de Bleurville

L’association du Marché Biologique de Bleurville

Faire connaître les produits et les enjeux de l’AB dans le cadre d’un échange entre producteurs et consommateurs

AB ; Proximité consomm’acteurs/producteurs ; production locale et de qualité, respect environnement ; Tissu rural dynamique

1997

(Foire de) Relanges Bio

GAB 88 ; association du marché bio de Bleurville ; Foyer Rural de Relanges

Promouvoir production, transformation, commercialisation et consommation de produits AB ; Développer l’économie rurale locale

Respect de l’homme et de l’environnement ; Information / convivialité / pédagogie ; AB

2006

Marché du Terroir -Mattaincourt

Commune de Mattaincourt

Valoriser les productions locales de qualité de la plaine des Vosges ;

Redynamiser le centre-bourg

Soutenir le changement de comportement alimentaire des consommateurs vers la qualité ;

Convivialité ; Alimentation locale et vente directe

2015

Village Bio - Foire de Poussay

Commune de Poussay

Donner une visibilité aux producteurs engagés en AB ; Lieu festif d’échanges et de débats autour de l’AB

AB de proximité et rémunératrice ; Information / pédagogie / apprentissage ; Coopération

2016

+ CGA Lorraine (groupe régionale FNAB)

AMAP du Montfort

La Neuveville-Sous-Montfort

Commune de La Neuveville-sous-Montfort

Développer et mutualiser le circuit court alimentaire pratique ; Valoriser les productions locales ; Redynamiser la commune

Alimentation saine, locale, de qualité, écologique ; proximité relationnelle producteurs / consommateurs ; mixité AB non AB ; Convivialité

2017

Collectif citoyen

Magasin Biovosges

Mirecourt

Initiative privée

Proposer une offre urbaine de produits vosgiens de qualité, pour mirecurtiens et touristes

Valoriser les produits vosgiens de qualité ; CC ; proximité géographique ; Transparence/confiance ; mixité AB et non AB

2017

Point de dépôt « Le coin des Bios » - Mirecourt

Association de producteurs « les bios du coin » + café participatif et citoyen l’Utopic

Accès à des produits AB selon des modalités pratiques pour consommateurs et producteurs

Cohérence territoriale productions / consommations ; Accessibilité produits AB diversifiés en vente directe ; Mutualisation de la commercialisation

2017

15A l’échelle départementale, les labels portés par les chambres d’agriculture (« Vosges terroir », « Mangeons mosellan » et « Moselle passion ») ne se réfèrent pas explicitement à l’AB, et, lorsque la notion de qualité des produits est évoquée, elle repose sur des bases peu détaillées et des critères peu objectivés. Les conseils départementaux de leur côté démontrent un engouement récent pour une forme de marketing territorial qui, dans le cas vosgien, s’associe plus précisément à l’agriculture au travers du slogan « Je suis agriculteur & je vois la vie en Vosges ». Dans le cas mosellan, la marque « Moselle sans limites » vient même remplacer les labels portés par la chambre d’agriculture en visant des objectifs d’attractivité et de développement du territoire (Kotler et Gertner, 2002) qui diluent la question alimentaire dans un ensemble de considérations (sport, tourisme, entreprises, etc.). Les dynamiques départementales mettent surtout l’accent sur des valeurs relatives à la promotion de l’économie agricole pour favoriser la création d’emplois, le rayonnement économique et marketing du territoire (par exemple sous forme d’aide à la présentation de bêtes de concours). L’orientation dessinée par les différentes aides disponibles est celle d’un développement économique local via l’agriculture. Mais la contribution de cette agriculture (marquée par les productions céréalières et l’élevage) à l’alimentation locale n’est que faiblement envisagée pour le moment. Par ailleurs aucun accent spécifique et explicite n’apparaît autour de l’agriculture biologique tandis que la volonté de travailler avec « les différents modèles agricoles » est ouvertement revendiquée. Le conseil départemental des Vosges a ainsi décliné sur son territoire l’initiative nationale « AgriLocal », plateforme de mise en relation entre producteurs et acteurs de la restauration collective pour faciliter l’approvisionnement local de ces structures et favoriser « l’économie du territoire, l’installation de nouveaux exploitants agricoles, le développement d’activités alternatives ». Selon la même logique, les Fonds Leader qui permettent de financer des actions autour des circuits courts via le Pôle d’Equilibre Territorial de l’Ouest Vosgien soutiennent explicitement le « développement des circuits de proximité » sans qu’il soit fait mention à l’AB dans la Fiche-Action Agriculture qui exprime le rôle de l’agriculture en tant que « source de développement de valeur ajoutée », ou « d’attractivité touristique du territoire ». Dans tous ces exemples, on reste donc principalement sur des préoccupations économiques et si dans les deux départements, il est possible de deviner l’amorce d’une stratégie de reterritorialisation de l’agriculture, en travaillant sur l’offre agricole, cette stratégie délaisse cependant majoritairement pour l’instant la question de l’accessibilité spécifique des productions en AB.

  • 8 Pour la foire de Poussay, le village bio constitue en réalité un îlot de l’AB au sein d’une manifes (...)

16Pour les initiatives impliquant des collectivités territoriales communales ou inter-communales (marchés ou magasins de producteurs), l’agriculture biologique est souvent présente mais dans une logique de mixité avec l’agriculture conventionnelle8. Ces initiatives s’inscrivent principalement dans la revalorisation des centre-bourgs, désertés et vidés de leurs commerçants en concurrence avec les Grandes et Moyennes Surfaces locales et la proximité des agglomérations spinalienne et nancéenne dans le cas vosgien / messine, sarrebourgeoise et nancéenne dans le cas du Saulnois. Pour ces collectivités territoriales, qui visent avant tout la revitalisation des territoires ruraux les concernant, le critère de localité prime sur le mode de production. Elles complètent ainsi les approches départementales en agissant très timidement à travers leurs compétences relatives à l’éducation, la pédagogie ou la sensibilisation à l’alimentation. Dans le Saulnois, c’est à travers des incitations « faibles » à la consommation en circuits courts via un répertoire des producteurs, ou encore à une gestion durable des déchets alimentaires à travers une aide financière à l’achat de composteur, la promotion du compostage de quartier et la diffusion d’un guide du compostage, que la Communauté de communes agit de manière plus concrète autour de l’alimentation. Sur le territoire de Mirecourt, la Communauté de communes de Mirecourt-Dompaire gère un verger conservatoire et un verger pédagogique, notamment à destination des publics scolaires. Quelques communes voisines de Mirecourt tentent d’agir sur l’éducation à l’alimentation (par exemple : bacs de jardins et arbres fruitiers dans la commune de la Neuveville sous Montfort), ou mobilisent leurs compétences en urbanisme pour soutenir les circuits courts (exemple de la commune de Mattaincourt et la réhabilitation du centre-bourg via un « marché de terroir », en faisant appel à la chambre d’agriculture).

17De leur côté les initiatives portées par les collectifs d’acteurs locaux que nous avons repérées mettent largement en avant la proximité relationnelle entre producteurs et consommateurs, mais aussi des éléments relatifs aux modes de commercialisation ou de production des denrées alimentaires (« prix justes et rémunérateurs », « pratiques agro-écologiques »). Dans ces initiatives portées au moins partiellement par des collectifs d’acteurs locaux incluant producteurs et/ou consommateurs, l’agriculture biologique se trouve alors explicitement affichée. Même si des affiliations aux labels mosellans restent encore importantes, elles sont de plus en plus délaissées par les producteurs dans le Saulnois situé en Moselle sud car les événements organisés dans ce cadre semblent privilégier la visibilité donnée aux producteurs ancrés en Moselle nord. Le rattachement aux labels ou marques produites par le département ne fait par ailleurs pas toujours l’unanimité chez les producteurs AB, malgré l’attrait d’une visibilité à l’échelle départementale et de l’accompagnement marketing promis. L’appartenance aux réseaux de l’agriculture biologique apparaît finalement plus valorisante pour ces acteurs et davantage en phase avec les valeurs qu’ils défendent autour de leurs logiques productives.

18L’analyse des initiatives conduites sur les deux territoires fait ainsi apparaître deux logiques différentes : une logique centrée sur la mise en avant du local via des marques territoriales et des modalités de circuits courts qui mixent produits agricoles issus des modes de production conventionnel et biologique ; et une logique centrée sur la mise en avant de l’agriculture biologique, dont l’engagement porte avant tout sur un mode de production, qui s’accompagne chez certains d’un engagement plus militant (soutenir le mouvement, défendre un modèle). Bien que dans le Recensement Agricole 2010, l’agriculture biologique soit renseignée dans le volet « diversification » dans la même rubrique que les signes de qualité rattachés à un terroir (IGP, AOC-AOP, Label Rouge, etc.), sa territorialisation ne semble pourtant pas si évidente. C’est d’ailleurs ce qui a conduit la FNAB (Fédération Nationale d’Agriculture Biologique) à imaginer et porter le slogan « bio et local, c’est idéal » pour se défendre face à un localisme qui tend à occulter d’autres considérations. Dans les deux territoires, des coopérations ou accords entre acteurs locaux émergent dans la droite ligne de ce slogan.

Deux initiatives locales innovantes qui ambitionnent de conjuguer proximité et ab

19Sur ces deux territoires, deux initiatives (L’Inventerre du Pré Vert et les Bios du Coin) apparaissent comme particulièrement intéressantes par leur dynamisme, la richesse de leurs ambitions, mais aussi par ce qu’elles illustrent des difficultés qui peuvent être rencontrées ou des leviers pour construire localement un lien producteur/consommateur assurant une agriculture et une assiette alimentaire plus « saines et durables ». Après avoir décrit l’émergence des deux initiatives et la constitution initiale des collectifs, nous explicitons les motivations et les valeurs des acteurs engagés dans ces initiatives avant de montrer comment ces constructions ne vont pas toujours de soi et demandent à leurs membres des formes de compromis au fil du temps.

L’Inventerre du Pré Vert : un magasin de consomm’acteurs dans le Saulnois

20L’Inventerre du Pré Vert s’est installé en juin 2016 dans un local de la Maison des Jeunes et de la Culture (MJC) de Dieuze, dont les membres avaient développé une AMAP en 2012 mais dont l’essoufflement a fait émerger cet outil alternatif de commercialisation alimentaire. Durant la première année, 500 personnes adhèrent à l'association et au moins 50 bénévoles aident à la tenue du local de vente. Le magasin s’approvisionne alors auprès d’une dizaine de producteurs sur un périmètre de 40 kilomètres, principalement situés sur la Communauté de communes du Saulnois, pour regrouper en juillet 2018, 18 producteurs sur un périmètre beaucoup plus étendu, soit 90 km de rayon et 3 départements (carte 1). La MJC, en plus d’offrir un loyer adapté aux capacités financières de ce collectif naissant, partage avec le magasin son solide réseau trans-associatif de bénévoles. L’importante proximité relationnelle des participants de L’Inventerre du Pré Vert constitue ainsi une particularité et un fondement fort. Ce magasin est le fruit d’un travail collaboratif entre des producteurs et des consommateurs désireux de trouver dans le Saulnois un lieu d’approvisionnement alimentaire, sans engagement de régularité pour le consommateur, avec des créneaux horaires étendus et la possibilité de choisir ses produits tout en réaffirmant le soutien aux circuits courts, à l’agriculture biologique et locale.

21La charte rédigée annuellement par le Conseil d’Administration est validée en assemblée générale par les adhérents ; elle définit le magasin comme un intermédiaire associatif, un « espace bio, local et participatif » (Charte 2016). Une exigence de la certification AB ou en cours y est inscrite et ferme la porte à tout projet de mixité avec d’autres modèles de production que l’agriculture biologique ou biodynamique, contrairement à ce qui est proposé par la commune de Dieuze.

Les Bios du Coin : des producteurs en réseau et une vente en points de dépôt autour de Mirecourt

  • 9 Les points de dépôt sont des lieux dans lesquels les clients peuvent venir chercher, à une date fix (...)

22Créé en 2013, le réseau les Bios du Coin est au départ un regroupement de huit producteurs en agriculture biologique, situés dans un rayon de 20 km autour de Darney sur le Plateau Lorrain (carte 1), qui pratiquaient la vente directe dans l’Ouest Vosgien. Ce regroupement, formalisé autour d’une charte, vise dès son origine plusieurs objectifs : (i) assurer une complémentfarité des productions et une offre plus large pour les consommateurs de produits issus de l’agriculture biologique, (ii) rapprocher géographiquement consommateurs et produits bio en optimisant temps et déplacement à la fois des consommateurs et des producteurs par la mise en place d’un nouveau système de circuit court fondé sur des points de dépôt9, au côté de modes de commercialisation tels que les marchés et AMAP et, à terme, (iii) développer les débouchés de chaque producteur en mutualisant les clientèles.

  • 10 Initialement adossé en 2016 lors de son ouverture à un café associatif l’Utopic à Mirecourt, puis à (...)
  • 11 Il s’agit du logiciel libre Cagette.net qui ne prend aucune commission (les développeurs se rémunèr (...)

23Malgré l’ouverture de quelques points de dépôt « pluri-producteurs » et la création d’outils de communication (site internet, flyer, logo), l’initiative reste relativement stationnaire jusqu’en 2016 en raison de difficultés à trouver un projet fédérateur pour l’ensemble du groupe. La dynamique est relancée par la structuration d’un collectif citoyen10 qui crée, en mars 2017, un point de dépôt pour trois producteurs du réseau. Ce point de dépôt présente la particularité de favoriser le contact avec un nouveau public, a priori moins sensibilisé à la consommation bio et locale, via les bénévoles qui gèrent la distribution des commandes et organisent des événements festifs et conviviaux. En février 2018, les Bios du Coin choisissent d’utiliser un logiciel de commandes en ligne11 pour mutualiser et simplifier les commandes, avec l’objectif de déployer l’initiative sur plusieurs points de dépôt. Ils sont rejoints par de nouveaux producteurs ce qui oblige à élargir le périmètre initial du réseau (rayon de 50 km autour de Mirecourt), mais permet d’enrichir la gamme de produits offerts. Le réseau se transforme en association dont les statuts et le règlement intérieur précisent les règles organisationnelles (mutualisation de la clientèle, des points de dépôt, création et gestion d’un compte commun, partage des tâches…), mais aussi les objectifs et les valeurs partagés.

Les raisons des choix de commercialisation des producteurs de ces deux initiatives

Construire un ancrage local

  • 12 Cas particulier car ce type de production n’existe pas dans la Plaine des Vosges et la productrice (...)

24L’un des objectifs des Bios du Coin est de mailler le territoire par des points de dépôt de produits bio et locaux. Ceci correspond à une volonté de territorialisation (au sens d’une relocalisation sur le territoire) de la production à la consommation en passant par la transformation et la distribution. Hormis une productrice d’herbes aromatiques et médicinales12 dont l’exploitation se trouve dans les Hautes-Vosges, tous les producteurs des Bios du Coin revendiquent un fort ancrage local à la fois de leur production (située comme le précise le règlement intérieur « dans un rayon maximum de 60 km autour de Mirecourt ») et de la transformation, mais aussi de l’approvisionnement en intrants. Cette attention particulière sur l’origine des intrantstraduit la revendication d’une redéfinition du circuit court qui devrait selon eux intégrer des notions d’autonomie, mais aussi d’impacts environnementaux. On retrouve cette préoccupation à Dieuze puisque la charte de l’Inventerre du Pré Vert inclut l’approvisionnement « dès que possible, en direct avec des fournisseurs locaux lorsque le producteur fait appel à des matières premières extérieures à sa ferme ».

25Si la commercialisation de leurs productions tend à être aussi locale que possible, on observe cependant des variations entre producteurs des Bios du Coin selon les types de production, certains d’entre eux restant encore fortement dépendants de l’agglomération nancéenne ou spinalienne pour des raisons historiques ou organisationnelles, même s’ils émettent le souhait de relocaliser au maximum leur clientèle sur l’Ouest Vosgien. Cette dépendance aux gros centres urbains est très variable selon le type de production (clientèle très locale pour les légumes mais dépendance forte au pôle nancéen pour le fromage par exemple). L’enjeu est donc de « densifier » la clientèle au niveau des points de dépôt afin de toucher une population essentiellement rurale et de limiter les déplacements vers les grandes agglomérations.

26Les pratiques de consommation dominantes restent toutefois encore largement tournées vers les grandes et moyennes surfaces situées au mieux dans les Communautés de communes, voire dans les zones commerciales de Sarrebourg, Metz, Nancy et Epinal, bassins d’emplois pour les travailleurs ruraux, qui peuvent y trouver des magasins spécialisés dans la distribution de produits biologiques et la grande distribution généraliste. Ces réalités, que les producteurs biologiques en circuits courts doivent prendre en compte, ont pour conséquence des ajustements géographiques nécessaires, qui conduisent à « distribuer les produits plus loin que prévu », tout en préservant les valeurs communes avec les réseaux amapiens, au-delà des frontières de la Communauté de communes, en alimentant « pour pouvoir vivre du circuit court » les grandes agglomérations. Ainsi, le producteur militant fondateur de l’Inventerre distribue ses produits jusque Courcelles-Chaussy, Nancy, Sarrebourg et Lucy (soit environ 40km autour de son exploitation), tout en s’efforçant de rester ancré dans les réseaux AMAP pour respecter une proximité en termes de valeurs. De ce point de vue la stratégie de maillage territorial des Bios du Coin apparaît comme un moyen de toucher une clientèle rurale en lui offrant accès, en plusieurs lieux, à des produits diversifiés et de réduire ainsi leur propre dépendance aux débouchés urbains. Sortir la distribution des lieux habituels (les points de dépôts ne se trouvant pas exclusivement sur les fermes), penser l’approvisionnement et la disponibilité en produits bio et locaux dans un territoire rural en déclin, construire une nouvelle coordination, une nouvelle organisation de coopération et de nouvelles relations entre producteurs et consommateurs, sont autant de facettes d’une innovation sociale entendue en tant que processus de changement, d’expérimentation dans un territoire donné (Richez-Battesti et al., 2012).

Un engagement social de longue durée

27L’engagement social sur un temps long des acteurs de ces deux initiatives est une caractéristique marquante de l’expérience des deux collectifs. Les Bios du Coin sont majoritairement des producteurs militants pour la plupart installés hors cadre familial et impliqués dans des mouvements locaux, régionaux voire nationaux autour de l’AB, du développement rural ou de l’Education populaire (syndicats agricoles minoritaires, mandats politiques, Fédération des Foyers Ruraux, etc.).

  • 13 ASSAJUCO - Emmaüs est une association loi 1908, créée en 1971, basée sur le bénévolat, agissant dan (...)

28L’Inventerre du Pré Vert est né sous l’influence d’une diversité d’acteurs aux valeurs communes autour de la consommation alimentaire responsable. Les fondateurs sont issus de familles bien ancrées dans le paysage agricole local mais ayant un « parcours à l’extérieur » empreint de militantisme agricole (affiliation à la Confédération Paysanne, à l’altermondialisme, au groupement d’agriculteurs bio (GAB), etc.). Ils ont un capital social, géographique et culturel important : ils sont diplômés d’école d’ingénieurs, détiennent un passé d’enseignant et ont pratiqué la mobilité en France et/ou à l’étranger. Ces acteurs sont également investis dans les associations environnementalistes ou en lien avec des associations locales orientées vers la culture et l’entraide sociale. La présence d’autres acteurs associatifs (des enseignants, des retraités, des néo-ruraux, etc.) affiliés à la MJC, l’Assajuco13 et à Artisan du Monde, particulièrement actifs, fait la force de ce collectif, même si des niveaux d’exigence différents sur l’investissement dans le magasin ou sur la mixité des productions que l’on peut, ou non, y trouver ont pu provoquer à certains moments des tensions (voir infra « des compromis à trouver »). Le positionnement ferme sur les produits de l’agriculture biologique, surtout défendu par les fondateurs du magasin, crée un important fossé avec la Communauté de communes du Saulnois.

29Ainsi, l’engagement social et l’empreinte militante associés au modèle de production biologique et local, sont des valeurs communément investies dans nos deux cas par les producteurs. Dans une recherche d’égalité et d’équité, la charte de l’Inventerre prévoit une adhésion similaire (1 euro) pour le producteur et le consommateur, l’amélioration du revenu du producteur avec, dans le même temps, des propositions de « produits sains » à un coût abordable pour le consommateur. Pour faire vivre le territoire rural, le collectif recherche un alignement des besoins et des capacités économiques entre tous les adhérents, sans distinction.

Faire réseau : l’importance des liens entre producteurs et entre producteurs et consommateurs

30La proximité passe aussi par une logique sociale garantie par la force des liens entre producteurs et consommateurs, définissant une « éthique relationnelle » (Ballet et Carimentrand, 2008) qui vise la création d’une communauté de destins entre producteurs et consommateurs (Goodman, 2004), ce dernier devenant consomm’acteur (Dubuisson-Quellier, 2011). Avec un fonctionnement collaboratif et participatif, les fondateurs de l’Inventerre misent sur la construction de liens interpersonnels dans la tenue du magasin : un référent (bénévole) travaille étroitement avec un producteur pour gérer les stocks et éviter le gaspillage. Il est également question d’établir des liens de confiance, de transparence et de solidarité autour des multiples aléas pouvant entrainer des variations de prix (par exemple en cas de problème de fraîcheur des légumes, de déficit de production ou de problème d’emballage). Le circuit court devient ainsi le lieu d’expression d’une « consommation engagée » valorisant des enjeux sociaux et/ou environnementaux (Dubuisson-Quellier, 2018 ; Dubuisson-Quellier et Lamine, 2004).

31A l’intérieur du périmètre défini par les Bios du Coin, la proximité relationnelle entre producteurs prime sur la proximité géographique. La notion de solidarité au sein du réseau, fréquemment invoquée par les militants des circuits courts (Lamine, 2005), implique que chaque producteur ouvrant un point de dépôt « multi-producteurs » privilégie un membre des Bios du Coin plutôt qu’un autre producteur plus proche géographiquement. Le lien de confiance entre membres du réseau est essentiel pour faire fonctionner cette dynamique, ce pourquoi il est prévu que l’admission d’un nouveau membre doive remporter 100 % de l’adhésion des membres du conseil d’administration de l’association. De la même façon, le partenariat entre le collectif citoyen de bénévoles et les Bios du Coin repose sur une relation de confiance adossée à une bonne interconnaissance et le partage de valeurs. D’après la présidente des Bios du Coin, la force du collectif associée à l’outil numérique Cagette.net pourrait permettre à l’avenir de mutualiser réellement la clientèle et les points de dépôt, et d’aboutir à un véritable réseau alimentaire local. « Participer activement au développement du réseau » et « être prêt à mettre en place un point de dépôt sur sa ferme ou à proximité […] » apparaissent explicitement dans la charte des Bios du Coin.

Des compromis à trouver

32Pour les producteurs de l’Inventerre du Pré vert et les Bios du coin, travailler avec une structure associative leur permet de :

  • trouver un lieu permettant de décloisonner les cadres habituels par une rencontre culture/agriculture (via les concerts, expositions, débats, etc.), par des formes de convivialité et de rencontre avec des publics diversifiés, peu ou pas sensibilisés à la question alimentaire,

  • trouver un soutien moral et logistique chez des bénévoles engagés pour l’organisation d’événements ou de manifestations autour de l’alimentation bio et locale,

  • créer un réseau avec d’autres organismes également impliqués dans le développement de ce type d’initiatives (Foyers Ruraux par exemple).

33Ancrage local, respect de valeurs partagées et force des liens producteurs-consommateurs ne sont cependant pas toujours compatibles dans la durée, ce qui conduit les acteurs des deux initiatives à rechercher des formes de compromis. Dans les deux cas d’étude, un enjeu majeur est de choisir ce qui doit primer entre la proximité géographique et la diversification de l’offre en produits AB. Si les Bios du Coin ont opté pour un élargissement du territoire de localisation de leurs producteurs en vue d’enrichir leur offre en produits, à l’Inventerre du Pré Vert, cette recherche de compromis a alimenté les débats internes au conseil d’administration, menaçant parfois l’existence-même du collectif. Ces débats sont accentués par la question de la multiplication des points de vente de certains producteurs, qui se traduit, dans une logique d’intensification commerciale, par des partenariats avec les Grandes et Moyennes Surfaces ou les coopératives (rajout d’intermédiaire), conduisant à une activité de plus en plus tournée vers les villes ce qui vient remettre en cause une certaine idée du local. D’autres peuvent nouer des alliances avec des producteurs non-biologiques, sources de tensions voire d’exclusion du magasin. Les produits d’Artisan du Monde vendus au magasin (chocolat, café, thé, etc.) posent également la question des relations entre circuit court et « commerce équitable » (Le Velly, 2011). Le territoire est, de fait, composé de producteurs et de consommateurs aux offres et demandes différentes, plus variées que les lignes écrites de la charte de l’Inventerre et, pour intégrer la réalité de la diversité des manières de produire, vendre et consommer, des compromis sont à construire comme autant d’outils d’une démocratie renouvelée (Thuderoz, 2013). Malgré des arbitrages difficiles, des acteurs parmi les plus réticents ont fini par accepter les métamorphoses du projet initial, en incluant par exemple dans leur charte la possibilité d’achat-revente avec des producteurs qui ne veulent pas/plus s’engager dans le magasin et la possibilité d’intégration d’une coopérative laitière, Biogam, qui vend des produits alimentaires issus de l’agriculture biologique aux grandes enseignes de la région Grand-Est depuis 1968. Suite à la révision de la charte entre 2016 et 2017, le conseil d’administration a toutefois enregistré le départ de plusieurs de ses membres fondateurs.

34Sur Mirecourt, le maillage du territoire par des points de dépôt visant à organiser la proximité géographique, mais dans lesquels producteurs des Bios du Coin et consommateurs ne se croisent pas ou peu, présente le risque d’une perte de proximité relationnelle entre producteurs et consommateurs et ne correspond pas à ce que recherchent certains d’entre eux. Cette perte de liens sociaux est toutefois compensée par l’organisation de moments conviviaux, tels que les brunchs, soirées-débats et marchés bio organisés au Café L’Utopic ou à BioziQ.

35Enfin, une dernière forme de compromis, observée tout particulièrement à l’Inventerre du Pré Vert, met en balance le recours au bénévolat ou au salariat. Initialement fondé sur l’engagement des producteurs et des consomm’acteurs, le fonctionnement du magasin a rapidement pâti de l’essoufflement des bénévoles et de l’absence des producteurs, qui ne sont pas tous parvenus à dégager du temps de présence en raison de la multiplication de leurs points de vente. Face à ces dysfonctionnements, la décision a été prise de recruter un salarié sur financement européen du FEADER. Cette décision soulève toutefois deux formes de discorde au sein de l’association : la première concerne sa dépendance vis-à-vis de la Politique Agricole Commune alors même qu’elle revendique une volonté d’autonomie financière ; la seconde est relative au conflit de valeurs perçu par certains membres du conseil d’administration entre bénévolat et salariat. Adoptant une posture de « militantisme moral » ou « par conscience » (Agrikoliansky, 2001), ils dénoncent ainsi une dérive marchande qui remettrait en cause la « noblesse de la cause » et « l’éthique sociale » du projet.

Des initiatives au projet de territoire

36Faire projet de territoire nécessite de penser le potentiel de connexion entre public, privé, associatif, mais aussi entre différents niveaux d’organisation ; ainsi Lamine (2012) souligne que « les dynamiques de développement de l’AB et leur pérennisation supposent un certain degré de reconception du système agri-alimentaire territorial et une vision politique partagée de ce dernier ». Quelles sont, dans ces conditions, les potentialités des initiatives décrites précédemment à faire projet de territoire ? En particulier, quelles sont les conséquences d’un portage de ces initiatives par le tissu associatif plutôt que par les collectivités locales ?

Des politiques locales qui ont du mal à s’engager

37La littérature fait mention d’un intérêt croissant des collectivités pour l’alimentation durable (Rouillé d’Orfeuil et al., 2015). Les stratégies mises en œuvre par les collectivités pour assurer l’ancrage territorial de la politique alimentaire peuvent prendre des formes diverses : gestion du foncier agricole, relocalisation des filières, structuration et mise en relation de l’offre et de la demande en produits locaux via des plateformes adaptées, approvisionnement de la restauration collective en produits locaux, sensibilisation et éducation des consommateurs, lutte contre le gaspillage alimentaire. Mais sur les deux terrains étudiés, l’investissement des collectivités locales reste (quoiqu’à des degrés divers) plutôt timide.

38En Moselle, le soutien par le département de marques territoriales traduit une mobilisation de l’identité qui, nous l’avons dit, peine à rassembler les différents acteurs agricoles. Quant aux alentours de Mirecourt (et plus largement dans la plaine des Vosges par opposition aux Hautes-Vosges), l’absence de sentiment d’appartenance (Gwiazdzinski, 1997 ; Di Méo, 2004 ; Guérin-Pace, 2006) ou de consistance patrimoniale (Magnaghi, 2017) rend difficile le développement de telles marques. Sur les deux territoires ruraux étudiés, l’AB (et l’agriculture en général) n’est pas ou peu mobilisée par l’action publique dans un objectif de développement (économique, démographique…), contrairement à d’autres situations comme en Aquitaine (Gomez et Naves, 2018), dans de grandes villes (et en particulier celle de Stockholm étudiée par Hochedez (2014) qui montre que l’AB y est vue comme un outil d’aménagement), ou en Auvergne-Rhône-Alpes dans des territoires ruraux en difficulté (Loudiyi et Houdart, 2019). Ici, il n’y a pas de leaders politiques ayant une vision forte du rôle de l’agriculture et de l’alimentation pour le développement durable de leur territoire, capables de fédérer différents acteurs autour d’un projet global qui permettrait de réguler et coordonner les actions (Billion, 2017.

39Dans le Saulnois, les entretiens menés avec les acteurs politiques de la Communauté de communes et des élus locaux (maires) montrent que le magasin l’Inventerre du Pré vert n’est pas considéré par les collectivités territoriales comme un moteur de développement territorial (Torre, 2015). On observe sur ce terrain une faible réappropriation de la question alimentaire, et, plus largement, une faible territorialisation des politiques publiques (Callois et Moquay, 2006 ; Berriet-Solliec et al., 2005). Un élément d’explication peut être la difficile articulation des différents niveaux et secteurs d’intervention (Capt et al., 2014). Dans des contextes urbain et péri-urbain, Bonnefoy et Brand (2014) font déjà le constat que des difficultés d’hybridation subsistent qui empêchent la formulation d’une politique alimentaire territoriale transversale aux différents champs et intégrée au projet d’agglomération. Sur le secteur du Saulnois, la Communauté de communes ne semble de plus pas prête à tourner la page de son passé agricole, comme l’insufflerait le modèle des circuits courts. Le développement des circuits courts n’y apparaît pas comme une priorité, dans la mesure où ce mode de commercialisation est a priori contradictoire avec les tendances liées à l’agriculture industrialisée, orientée par les marchés mondiaux, qui a construit son territoire agricole et qui constitue encore aujourd’hui son « idéologie territoriale » (Rieutort, 2009). Par ailleurs, l’imbrication de l’administratif et du politique liée à l’influence du syndicat agricole majoritaire au sein des Conseils communautaires (Rieutort, op. cit.) influence nécessairement les soutiens potentiels des élus locaux de ces Communautés de communes aux initiatives agri-alimentaires alternatives sur leur territoire.

40Sur Mirecourt toutefois, après une phase d’observation durant laquelle les élus locaux sont restés relativement en retrait de la dynamique, nous observons actuellement un engagement progressif de la Communauté de communes aux côtés d’un collectif d’acteurs rassemblés autour de multiples initiatives en lien avec l’agriculture et l’alimentation, dont celle des Bios du Coin. La non focalisation exclusive sur l’initiative portée par les Bios du Coin dans cette dynamique locale et le fait, par exemple, que les questions de santé ou de précarité soient également des moteurs de l’action de ce collectif, semblent permettre à la Communauté de communes de s’engager à ses côtés. Elle pourrait alors jouer un rôle fédérateur et de représentation vis-à-vis des échelons supérieurs (Conseil départemental, Région), notamment au travers du portage d’un Projet Alimentaire Territorial tout en laissant aux acteurs à l’origine de l’initiative un rôle moteur dans cette dynamique. Tout l’enjeu pour les acteurs originels est de savoir comment seront alors arbitrées certaines questions, comme la place de l’AB, dans le futur projet territorial.

41Quoi qu’il en soit, ce sont pour l’instant prioritairement les collectifs locaux qui, mobilisant les liens entre « cuisine, agriculture et commercialisation entrées ensemble en relocalisation » (Poulot, 2012), inventent une proposition à l’échelle locale d’un mode de consommation « différent, écologique, solidaire et responsable ». Examiner les ressorts et le rôle de ces associations dans la construction des initiatives permet alors de mieux comprendre la façon dont les projets prennent corps sur ces territoires.

Le tissu associatif : une « figure » indispensable au développement de certaines initiatives locales ?

42Au sein de ces deux initiatives, les forces s’allient pour « faire tourner » les collectifs autour de la figure du consomm’acteur, qui se situe bien au-delà du projet « locavore » (Poulot, 2012). A Mirecourt, la question alimentaire, en venant nourrir les soirées-débats organisées par le café Utopic, ou par le biais d’ateliers cuisine à destination d’une population diversifiée, se veut même vecteur d’animation territoriale. Figure protéiforme, ce consomm’acteur regroupe différentes catégories d’engagement comme les fondateurs, les membres actifs et les adhérents (Rodet, 2018), qui ensemble, proposent des innovations face aux politiques locales. Les initiatives et l’innovation sont au cœur même de la question associative (Labazée et al., 2009). Dans des contextes politiques peu enclins au développement des circuits courts et de l’agriculture biologique, cette diversité des formes d’engagement peut être lue comme une force pour le développement des réseaux de l’alimentation engagée. Selon Chevallier et al. (2014), c’est justement « le déficit d’institutionnalisation des circuits courts [qui] amène à mobiliser des institutions non a priori dédiées au commerce alimentaire telles que les associations sportives, culturelles, les événements liés à la vie de quartier ». Pour renforcer la force des réseaux sociaux autour des questions alimentaires indépendamment des collectivités territoriales, ces associations reposent sur des formes de militantisme antérieur et pluri-associatives. A travers ces coopérations, elles transportent leurs représentations dans l’espace public (marchés, conférences, réunions, événements, etc.). Elles se confrontent ainsi à des représentations différentes des leurs et interpellent dans le même temps les acteurs politiques. Le tissu associatif se lie également à des acteurs politiquement engagés et militants pour donner du poids à leurs projets indépendamment des collectivités territoriales. Autrement dit, les associations jouent un rôle de médiateur en exprimant et en construisant les problèmes sociaux incluant une multitude d’acteurs du territoire. Proches des populations, elles construisent des problématiques sociales qui touchent l’environnement, l’alimentation et la ruralité, et permettent la structuration de mobilisations inédites en milieu rural. Elles s’inscrivent au plus près de la réalité locale et peuvent donc se faire les supports de projets territorialisés, et, dans le même temps, sont capables de les inscrire en relation à des enjeux ou des espaces globaux (Regourd, 2005). Leurs longues expériences assurent une solidité sociale venant renforcer le mouvement social et rendent pérennes les collectifs. Pour autant, même si ces initiatives associatives ont un rôle et un impact réel, il est important qu’elles puissent aussi favoriser l’ascendance des idées et ne doivent pour cela pas se trouver trop isolées d’autres types d’acteurs plus institutionnels car « c’est grâce à ce contact que le rôle des associations pourra être amplifié et susciter des initiatives reconnues et reprises à une autre échelle » (Labazée et al., 2009). Tout l’enjeu réside donc dans l’articulation de ces différents niveaux.

Conclusion

43Au terme de notre analyse, nos deux cas d’étude soulignent les défis de l’articulation entre le court, le local et le bio, et interrogent le jeu des acteurs.

44L’analyse a montré que de cette complexe articulation découle une remise en question des notions de proximité et de ce qui fait le « court ». Dans le but de sécuriser la commercialisation de l’ensemble de leur production, les producteurs biologiques de nos deux initiatives locales ont été conduits à faire des choix d’une grande diversité en matière d’approvisionnement, de production, de vente et de commercialisation. Ces choix interrogent tout à la fois, la relation entre producteurs et consommateurs, et la relation des producteurs au territoire local.

45Au centre de multiples compromis, l’agriculture biologique crispe encore de nombreuses sensibilités tant aux échelles individuelles que collectives. Les collectivités territoriales en milieu rural restent souvent frileuses face à l’AB. Pour éviter d’heurter une partie de leurs élus, de leurs concitoyens ou de leurs partenaires traditionnels issus du monde agricole conventionnel, elles promeuvent préférentiellement des systèmes « mixtes » qui tendent à gommer les spécificités de l’agriculture biologique présente sur le territoire. Dans le cas vosgien comme dans le cas mosellan, les producteurs biologiques sont mis ou restent en retrait de la scène de la gouvernance des projets locaux institutionnels de territoire. Nos deux situations ont en commun un faible accompagnement des acteurs politiques dans des initiatives surtout portées par des associations, si bien qu’un décalage semble subsister entre le discours général sur le développement des circuits courts en AB et de réelles actions mises en œuvre à l’échelle territoriale. Cette absence d’institutionnalisation interroge alors la capacité de ces initiatives à faire projet de territoire.

46Pourtant, les exemples d’innovation proposée par l’Inventerre du pré vert et les Bios du coin parce qu’ils naissent de la désectorisation de la question alimentaire, qu’ils sont pris dans un ensemble plus vaste et portés par un réseau associatif, ont davantage de chance de toucher un public plus large, au-delà des cercles habituellement engagés sur les questions d’alimentation. Les événements autour de la sensibilisation à l’environnement et les changements d’habitudes de consommation des consommateurs, sont d’ailleurs envisagés par ces collectifs comme outils d’animation du territoire et les systèmes alimentaires locaux acquièrent alors un rôle refondateur de relations de proximité et de reconstruction des communautés locales (Magnaghi, 2017).

Haut de page

Bibliographie

AGRIKOLIANSKY É., 2001, Carrières militantes et vocation à la morale : les militants de la LDH dans les années 1980, Revue française de science politique, 51(1), p. 27-46.

BALLET J., CARIMENTRAND A., 2008, Le commerce équitable : des labels à l'éthique relationnelle, in DREYFUS F., CHIFFOLEAU Y., TOUZARD J.M., Les nouvelles figures des marchés agro-alimentaires : apports croisés de l'économie, de la sociologie et de la gestion, Versailles, Quae, p. 61-71.

BILLION C., 2017, La gouvernance alimentaire territoriale au prisme de l’analyse de trois démarches en France, Géocarrefour, 91/4. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10288; DOI : 10.4000/geocarrefour.10288

BAYSSE-LAINÉ A., PERRIN C., 2017, Dossier « L’agriculture dans le système alimentaire urbain : continuités et innovations » – Les espaces agricoles des circuits de proximité : une lecture critique de la relocalisation de l’approvisionnement alimentaire de Millau, Natures Sciences Sociétés, 25. DOI : 10.1051/nss/2017017

BECKER H. S., 2002, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, Editions La Découverte, 352 p.

BERRIET-SOLLIEC M., DÉPRÉS C., TROUVÉ A., 2005, La territorialisation de la politique agricole en France. Vers un renouvellement de l'intervention publique en agriculture ?, INRA - CESAER 6, 13 p.

BONNEFOY S., BRAND C., 2014, Régulation politique et territorialisation du fait alimentaire : de l’agriculture à l’agri-alimentaire, Géocarrefour, 89/1-2, p. 95-103.

BOGNON S., 2017, Vers la reterritorialisation du réseau d’approvisionnement alimentaire parisien ? Trois approches de la mobilisation des proximités, Flux, 109-110(3), p. 118-128. DOI :10.3917/flux1.109.0118.

BOUSBAINE A.D., BRYANT C., 2016, Les systèmes innovants alimentaires, cas d’étude : la Ceinture Aliment Terre de Liège, Belgeo, 4. URL: http://journals.openedition.org/belgeo/19507; DOI: 10.4000/belgeo.19507

CALLOIS J.M., MOQUAY P., 2006, La territorialisation des politiques de développement rural : acquis des expériences antérieures et perspectives, Ingénieries- EAT, N° spécial FEADER, p. 155-163.

CAPLAT J., 2014, Changeons d’agriculture, Domaine Du Possible, Actes Sud, 152 p.

CAPT D., LEPICIER D., LESEIGNEUR A., 2014, Le rôle des territoires de projets infra-régionaux sur l’agriculture et l’alimentation. Le cas du développement de circuits de proximité, Géocarrefour, 89/1-2, p. 105-113.

CHEVALLIER M., DELLIER J., PLUMECOCQ G., RICHARD F., 2014, Dynamiques et structurations des circuits courts agroalimentaires en Limousin : distance institutionnelle, proximités spatiale et relationnelle, Géographie, économie, société, 16(3), p. 339-362.

CHIFFOLEAU Y., PRÉVOST B., 2012, Les circuits courts, des innovations sociales pour une alimentation durable dans les territoires, Norois, 224(3), p. 7-20.

CODRON J.-M., SIRIEIX L., REARDON T., 2006, Social and environmental attributes in an emerging mass market: challenges of signaling and consumer perception, with European illustrations, Agriculture and Human Values, 23(3), p. 283–297.

COQUIL X., ANGLADE J., BARATAUD F., BRUNET L., DURPOIX A., GODFROY M., 2019, TEASER-lab : concevoir un territoire pour une alimentation saine, localisée et créatrice d’emplois à partir de la polyculture - polyélevage autonome et économe. La diversification des productions sur le dispositif expérimental ASTER-Mirecourt, Innovations Agronomiques, 72, p. 61-75.

DARLY S., AUBRY C., 2014, La demande en produits locaux de la restauration collective : quels liens avec l’offre de proximité dans une région d’agriculture industrielle ? Le cas de l’Ile-de-France, Géocarrefour, 89/1-2, p. 145-157.

DETIENNE M., 2009, Comparer l’incomparable, Paris, Éd. Le Seuil, coll. Points, 188 p.

DEVERRE C., LAMINE C., 2010, Les systèmes agroalimentaires alternatifs. Une revue de travaux anglophones en sciences sociales, Économie rurale, n° 317, p. 57-73.

Di MÉO G., 2004, Composantes spatiales, formes et processus géographiques des identités, Annales de géographie, n° 638-639.

DUBUISSON-QUELLIER S., 2011, Le consomm'acteur d'hier à aujourd'hui, Les Grands Dossiers des Sciences Humaines, 22(3), p. 19-19.

DUBUISSON-QUELLIER S., 2018, La consommation engagée, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), « Contester », 160 p.

DUBUISSON-QUELLIER S., LAMINE C., 2004, Faire le marché autrement. L’abonnement à un panier de fruits et légumes comme forme d’engagement politique des consommateurs, Sciences de la Société, n° 62, p. 145-168.

DUMEZ H., 2013, Qu’est-ce qu’un cas, et que peut-on attendre d’une étude de cas ?, Le libellio d’AEGIS, 9(2), p. 13-26.

GOMEZ A., NAVES P., 2018, Le gouvernement des circuits courts et de proximité à l’épreuve des territoires : une illustration dans quatre départements, Revue Française de Socio-Économie, 20(1), p. 259-277.

GOODMAN M.K., 2004, Reading fair trade: political ecology, imaginary and the moral economy of fair trade foods, Political geography, 23(7), p. 891-915.

GRIFFON M., 2006, Nourrir la planète : pour une révolution doublement verte, Paris, Editions Odile Jacob, 456 p.

GUÉRIN-PACE F., 2006, Sentiment d'appartenance et territoires identitaires, L’Espace géographique, tome 35(4), p. 298-308.

GWIAZDZINSKI L., 1997, Sentiment d’appartenance et développement des territoires, Les Échos du développement durable (http:// www.developpement-local.com)

HÉRAULT-FOURNIER C., MERLE A., PRIGENT-SIMONIN A.-H., 2012, Comment les consommateurs perçoivent-ils la proximité à l’égard d’un circuit court alimentaire ?, Revue Management & Avenir, 53(3), p. 16-33.

HOCHEDEZ C., 2014, La mise en place des politiques alimentaires locales dans la région métropolitaine de Stockholm : une gouvernance du malentendu ?, Géocarrefour, 89/1-2, p. 115-124.

KOTLER P., GERTNER D., 2002, Theoretical papers, Country as brand, product, and beyond: A place marketing and brand management perspective, Brand Management, 9(4-5), p. 249-261.

LABAZÉE G., LY C., MASSIÉ A., SASSANO R., 2009, Quel avenir pour le milieu rural français ?, POUR, 201(2), p. 73-82.

LAMINE C., 2005, Settling Shared Uncertainties: Local Partnerships between Producers and Consumers, Sociologia Ruralis, 45(4), p. 324-345.

LAMINE C., 2012, « Changer de système » : une analyse des transitions vers l'agriculture biologique à l'échelle des systèmes agri-alimentaires territoriaux, Terrains & travaux, 20(1), p. 139-156. https://www.cairn.info/revue-terrains-et-travaux-2012-1-page-139.htm.

LARDON S., TONNEAU J.P., RAYMOND R., CHIA E. et CARON P., 2008, Dispositifs de gouvernance territoriale durable en agriculture. Analyse de trois situations en France et au Brésil, Norois, 209, p. 17-36.

LARDON S., LOUDIYI S., 2014, Agriculture et alimentation urbaines : entre politiques publiques et initiatives locales, Géocarrefour, 89/1-2, p. 3-10.

LE VELLY R., 2011, Si loin, si proches : la difficile association entre circuits courts et commerce équitable, Revue Tiers Monde, 207(3), p. 133-149.

LOUDIYI S., HOUDART M., 2019, L’alimentation comme levier de développement territorial ? Réflexions tirées de l’analyse processuelle de deux démarches territoriales, Economie rurale, 367(1), p. 29-44.

MAGNAGHI A., 2017, La conscience du lieu, Paris, Eterotopia France, rhizome, 221p.

MAHÉ T., LERBOURG, J., 2012, Des agriculteurs bio diplômés, jeunes et tournés vers les circuits courts, Agreste Primeur, 284.

MANSFIELD B., MENDES W., 2013, Municipal Food Strategies and Integrated Approaches to Urban Agriculture: Exploring Three Cases From the Global North,

MARÉCHAL G., SPANU A., 2010, Les circuits courts favorisent-ils l’adoption de pratiques agricoles plus respectueuses de l’environnement ?, Courrier de l’environnement de l’INRA, no 59, 13 p.

MIGNOLET C., FÈCHE R., SCHOTT C., BARATAUD F., 2018, Concevoir un système agri-alimentaire territorialisé en milieu rural : vers l’émergence d’un living-lab pour impulser de nouvelles pratiques agricoles et alimentaires à différentes échelles de territoire, revue AES, 8(2), décembre 2018 : Agronomie et design territorial.

MORGAN K., SONNINO R., 2010, The urban foodscape : world cities and the new food equation, Cambridge Journal of Regions, Economy and Society, 3, p. 209‑224. DOI : 10.1093/cjres/rsq007

NAVES P., 2016,

PATUREL D, RAMEL M., 2017, Éthique du care et démocratie alimentaire  : les enjeux du droit à une alimentation durable, Revue française d'éthique appliquée, 4(2), p. 49-60. https://www.cairn.info/revue-francaise-d-ethique-appliquee-2017-2-page-49.htm.

PERRIN C., SOULARD C.-T., 2014, Vers une gouvernance alimentaire locale reliant ville et agriculture. Le cas de Perpignan, Géocarrefour, 89/1-2, p. 125-134.

POULOT M., 2012, Vous avez dit « locavore ? » De l'invention du locavorisme aux États-Unis, Pour, 215-216(3), p. 349-354.

PRALY C., CHAZOULE C., DELFOSSE C., BON N., CORNEE M., 2009, La notion de « proximité » pour analyser les circuits courts, 46e colloque de l’ASRDLF, Clermont-Ferrand, 6-8 juillet, 17 p.

PRALY C., CHAZOULE C., DELFOSSE C., MUNDLER, P., 2014, Les circuits de proximité, cadre d'analyse de la relocalisation des circuits alimentaires, Géographie, économie, société, 46(16), p. 455-478.

RALLET A., TORRE A., 2004, Proximité et localisation, Économie rurale, n° 280, mars-avril.

RASTOIN J.-L., 2015, Les systèmes alimentaires territorialisés : le cadre conceptuel, Résolis, 4.

REGOURD E., 2005, Les associations, porteuses de projet pour de nouvelles ruralités ? Colloque FAIRE CAMPAGNE, Rennes, 17-18 mars 2005.

RICHEZ-BATTESTI N., PETRELLA F., VALLADE D., 2012, L’innovation sociale, une notion aux usages pluriels : quels enjeux et défis pour l’analyse ?, Innovations, 38(2), p. 15-36.

RIEUTORT L., 2009, Dynamiques rurales françaises et re-territorialisation de l'agriculture, L'information géographique, vol. 1, p. 30-48.

RODET D., 2018, Engagements militants, professionnalisés ou distanciés : les visages multiples de l’alimentation engagée, Anthropology of food. URL : http://journals.openedition.org/aof/8261

ROUILLÉ d’ORFEUIL H., RASTOIN J.-L., CHAMAY A., 2015, SAT : 100 initiatives locales pour une alimentation responsable et durable, Resolis, 56 p.

Sonnino R., 2009, Feeding the City: Towards a New Research and Planning Agenda. International Planning Studies, 14(4), p. 425-435. DOI: 10.1080/13563471003642795

SONNINO R., 2014, The new geography of food security: exploring the potential of urban food strategies.

THUDEROZ C., 2013, Le problème du compromis, Négociations, 20(2), p. 95-111.

TORRE A., 2015, Théorie du développement territorial, Géographie, économie, société, 17(3), p. 273-288.

Haut de page

Notes

1 « L’alimentation durable » est entendue par Chiffoleau et Prévost (2012) « en tant qu’ensemble de pratiques, de la production à la consommation de biens alimentaires, économiquement viables, socialement soutenables et écologiquement responsables »

2 Agreste Primeur, n°275, Janvier 2012, RA2010, commercialisation des produits agricoles, Un producteur sur cinq vend en circuit court. http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf_primeur275.pdf

3 Plus de la moitié des agriculteurs certifiés en agriculture biologique sont inscrits dans des circuits courts contre 20% pour les agriculteurs conventionnels (Mahé et Lerbourg, 2012) ; parmi les vendeurs directs sur les marchés, les fournisseurs de paniers et les adhérents de magasins collectifs, presque un sur trois est en production biologique certifiée, alors que les agriculteurs biologiques ne représentent que 3 % de la population agricole générale en Bretagne (Maréchal et Spanu, 2010).

4 Qualifiés de « Rural périurbain des petits pôles d’emploi » selon les catégories Insee.

5 D’après l’atlas produit par la Draaf Grand-Est : http://draaf.grand-est.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/AtlasGRANDESTpages60-65_cle831112.pdf

6 Sur ce terrain le travail a été conduit dans le cadre du projet ASTRAL (Acteurs et Services Ecosystémiques dans les Territoires Ruraux Lorrains) financé par le programme PSDR4 (Pour et Sur le Développement Régional) Inra/Région Grand-Est.

7 Sur Mirecourt, ce travail est soutenu par un financement de la Fondation de France dans le cadre de son appel à projets EcoAgri2016.

8 Pour la foire de Poussay, le village bio constitue en réalité un îlot de l’AB au sein d’une manifestation essentiellement tournée vers l’agriculture conventionnelle, ce qui est cohérent avec son statut de 2ème foire agricole de France.

9 Les points de dépôt sont des lieux dans lesquels les clients peuvent venir chercher, à une date fixée dans la semaine, les commandes qu’ils ont préalablement passées directement à un ou plusieurs producteurs (principe d’un « drive » fermier). Il peut s’agir d’un lieu ouvert mis à disposition par un particulier, un organisme ou un producteur qui ne nécessite a priori aucune présence car reposant sur la confiance. Ce mode de fonctionnement est plus souple que celui d’une AMAP pour les consommateurs (pas de contrat fixant la fréquence ou les quantités commandées).

10 Initialement adossé en 2016 lors de son ouverture à un café associatif l’Utopic à Mirecourt, puis à une structure associative BioziQ affiliée à la Fédération de Foyers Ruraux des Vosges et regroupant des membres communs.

11 Il s’agit du logiciel libre Cagette.net qui ne prend aucune commission (les développeurs se rémunèrent uniquement via les formations VIVEA) et qui incite les producteurs à être totalement autonomes sur leur outil de commercialisation.

12 Cas particulier car ce type de production n’existe pas dans la Plaine des Vosges et la productrice a de fortes attaches familiales avec Mirecourt.

13 ASSAJUCO - Emmaüs est une association loi 1908, créée en 1971, basée sur le bénévolat, agissant dans le Saulnois et la région de Sarrebourg. 

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1- Situation des deux zones d’étude
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/14065/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 570k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Barataud, Amandine Durpoix, Romain Fèche, Tiffany Garcia, Catherine Mignolet et Céline Schott, « Produire et s’alimenter localement en bio : histoires d’engagements et de compromis collectifs », Géocarrefour [En ligne], 93/3 | 2019, mis en ligne le 14 février 2020, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/14065 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.14065

Haut de page

Auteurs

Fabienne Barataud

UR055 INRA ASTER (AgroSystèmes TErritoires Ressources), 662 av. Louis Buffet, F-88500 Mirecourt fabienne.barataud@inra.fr

Amandine Durpoix

UR055 INRA ASTER (AgroSystèmes TErritoires Ressources), 662 av. Louis Buffet, F-88500 Mirecourt amandine.durpoix@inra.fr

Romain Fèche

UR055 INRA ASTER (AgroSystèmes TErritoires Ressources), 662 av. Louis Buffet, F-88500 Mirecourt romain.feche@inra.fr

Tiffany Garcia

UR055 INRA ASTER (AgroSystèmes TErritoires Ressources), 662 av. Louis Buffet, F-88500 Mirecourt tiffanygarciadoctorante@gmail.com

Catherine Mignolet

UR055 INRA ASTER (AgroSystèmes TErritoires Ressources), 662 av. Louis Buffet, F-88500 Mirecourt catherine.mignolet@inra.fr

Céline Schott

UR055 INRA ASTER (AgroSystèmes TErritoires Ressources), 662 av. Louis Buffet, F-88500 Mirecourt celine.schott@inra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals