Navigation – Plan du site
Articles

Habiter l’école : la « salle des profs », un nouveau tiers-lieu à inventer au sein des établissements scolaires ? L'exemple de la Martinique

Dwelling school: the « staff room », a new third place to invent in schools? The example of Martinique
Solenne Jego et Colette Ranély Vergé-Dépré

Résumés

Le concept de tiers-lieu (Oldenburg, 1989) fait référence à l'idée de « communauté », que l'on peut transférer dans le monde scolaire lorsqu’on évoque la « communauté éducative ». Au sein d’un établissement scolaire, la « salle des profs » peut-elle être qualifiée de tiers-lieu ? À l’heure où on demande aux équipes pédagogiques de travailler ensemble en interdisciplinarité, de se former souvent hors temps de travail, la « salle des profs » n’a-t-elle pas vocation à jouer un rôle essentiel dans la mise en place de pratiques collaboratives ? L'analyse s’appuie notamment sur une enquête réalisée auprès d'enseignants de collèges et lycées en Martinique. Elle montre la nécessité d’aménager de véritables espaces renforçant les liens entre les différents acteurs de la communauté éducative.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

« De nombreuses enquêtes ont mis en évidence l’isolement des enseignants français et leur difficulté à travailler en équipe. Cet isolement constitue un frein à la coopération, à l’expérimentation et à l’essaimage des pratiques. Les salles de professeurs et les centres de documentation et d’information (CDI), où il est en général difficile d’échanger et où l’aménagement et le mobilier, ne sont pas conçus pour des travaux collaboratifs. Ils n’encouragent pas les rencontres ni les initiatives en ce sens [...] » (Becchetti-Bizot et al., 2017, p. 51).

1Cette citation, tirée d'un récent rapport (2017), intitulé « Vers une société apprenante » pour le Ministère de l’Éducation nationale, met en exergue le fait qu'en France, les pratiques collaboratives au sein des établissements scolaires sont beaucoup moins développées que dans d'autres pays. Le métier d'enseignant en France est même qualifié de « solitaire » dans le compte rendu de l'enquête TALIS (Teaching And Learning International Survey) de 2013 par la DEPP (Direction de l’Évaluation, de la Prospective et de la Performance), menée auprès d'enseignants de collèges en les interrogeant sur leurs pratiques à la fois en classe et hors de la salle de classe (DEPP, MEN, 2014). La collaboration entre collègues, mais aussi avec l'ensemble de la communauté éducative, ainsi que les pratiques d'enseignement alternatives seraient donc sous-représentées en France. Pourtant, on enjoint de plus en plus les équipes pédagogiques à travailler en interdisciplinarité par la pédagogie de projet, ou au travers des différents parcours (artistiques et culturel, avenir, citoyen...) ou encore à mener des pédagogies différenciées en faveur d'une école inclusive, intégrant les nouveaux outils numériques, etc. On les invite également, dans le même sens, à repenser la relation professeur/élève, qui se doit d'être moins frontale, par l'utilisation de méthodes dites « actives » ; et, au sein des établissements, à développer des relations plus horizontales où la hiérarchie serait davantage perçue comme une aide pour l'évolution de l'enseignant plutôt que comme un moyen de contrôle et d'évaluation. En outre, selon un article du journal Le Monde, paru en avril 2019 (Charbonnier, 2019), le métier souffrirait également en France d'un fort manque d'attractivité et le développement de la formation continue et d'une culture de la collaboration pourrait fortement contribuer à le revaloriser.

2Au vu des différentes transformations sociétales à l'œuvre aujourd’hui, l'enseignement de masse (tel qu'il fut conçu au XIXe et au XXe siècles) doit en effet, pour beaucoup de chercheurs en éducation, être repensé et ne s'applique plus aux défis que doit relever le XXIe siècle (Robinson et Aronica, 2017). Cependant, bon nombre de bâtiments scolaires d'aujourd'hui furent construits à cette époque, avec leurs salles de classes cloisonnées, en enfilade le long de couloirs interminables et étroits. Alors que sous l’Ancien Régime, lorsque l’éducation était essentiellement assurée par l’Église, les écoles s’apparentaient davantage à des couvents, les lycées (créés en 1802 par Napoléon Ier) furent construits sur le modèle des bâtiments militaires, avec salles de classe au rez-de-chaussée et dortoirs à l’étage (Mazalto, 2007). Et même si certains lycées gardent une architecture prestigieuse en réinvestissant d’anciens collèges de congrégations, la démocratisation de l’enseignement sous la Troisième République pousse l’État à rationnaliser au maximum les espaces scolaires tout en respectant les conseils des hygiénistes intégrés aux critères de fonctionnalités. C’est donc « dans cette deuxième moitié du XIXe siècle que se fige la conception des lieux de transmission dans un langage architectural qui cloisonne, rationnalise et contraint » (Marquez, 2015, p. 74). Cela donne lieu à des bâtiments scolaires entièrement normalisés composés de salles de classe rectangulaires, des modules de base reproduits à l’identique partout et, ce, d’autant plus que les procédés de construction issus de la Révolution industrielle amplifient et favorisent cette standardisation. Ce rationalisme des constructions scolaires, déjà présent sous Jules Ferry, atteint son paroxysme après la Seconde Guerre mondiale, d’autant plus qu’il faut réhabiliter et reconstruire dans un temps très court les édifices détruits. Mais, aujourd’hui, ces bâtiments sont souvent des infrastructures vieillissantes, pas toujours adaptées et suffisamment flexibles pour répondre aux nouvelles exigences de l'enseignement actuel. Bien sûr, il ne s'agit pas de dire que le bâtiment seul fait la pédagogie, et celle-ci évoluera toujours plus vite que ne se transformera le bâti. Cependant, ces bâtiments standardisés, parfois réalisés à la va-vite avec des matériaux de piètre qualité, induisent de fait un enseignement essentiellement frontal et peu propice à des pratiques collaboratives et flexibles où l’enseignant et l’élève seraient tous les deux en position d’acteurs. Pour autant, si l'espace ou le lieu ne déterminent pas les comportements des individus, comme on a pu le lire dans les discours des naturalistes et des géographes à la fin du XIXe siècle (Debarbieux, 2006), ils peuvent clairement les influencer ; c'est le cas notamment lorsqu'il s'agit du bien-être à l'école, que ce soit pour les élèves ou les enseignants, mais aussi du climat scolaire ou encore de l'efficacité des apprentissages et des pratiques enseignantes. C'est pourquoi ce rapport de 2017, « Vers une société apprenante », encourage vivement les établissements scolaires à aménager de nouveaux espaces d'échanges qui soient de véritables espaces collaboratifs permettant la mise en œuvre de nouvelles pratiques de travail, mais aussi une véritable dynamique d'innovation et de créativité :

« Aménager des tiers-lieux physiques, dans tous les types d’établissements de formation et de recherche ou à proximité, et des tiers-temps pour favoriser les rencontres et les coopérations entre praticiens, passeurs et chercheurs, aux différentes échelles, modestes ou ambitieuses, dans des centres de références » (Taddei et al., 2017, p. 5).

3Cette notion de « tiers-lieu » (Oldenburg, 1989), on le verra par la suite, même si elle n'est pas nouvelle, revient en force aujourd’hui et acquiert ici toute sa pertinence, notamment dans le domaine de l’éducation où la formation et l’auto-formation sont au cœur des processus qui concernent à la fois les élèves, mais aussi les enseignants, les futurs enseignants, les chercheurs, les parents d’élèves et l’ensemble de la communauté éducative. Les tiers-lieux répondent aussi à un nouveau besoin de modularité et de flexibilité induit généralement par le développement des outils numériques qui permettent un travail de plus en plus nomade et interconnecté par le biais des réseaux. C'est pourquoi on parle aussi parfois de « tiers-lieux numériques » ou virtuels. La création de ces tiers-lieux au sein des établissements scolaires pourrait être une des réponses aux besoins actuels des enseignants et des élèves, ainsi qu'à cette nécessité croissante d’aménager de véritables espaces de collaboration.

4C'est donc ce à quoi cherche à répondre ce travail, notamment à partir d'une enquête menée auprès d'enseignants du second degré en Martinique concernant un espace bien précis qu'ils fréquentent régulièrement : la salle des professeurs. Comment la perçoivent-ils ? Est-elle propice à la coopération, voire à la co-élaboration de projets entre collègues, et donc un moteur d’innovations pédagogiques ? Comment un meilleur aménagement et une plus grande appropriation de cet espace pourraient-ils agir sur la perception que les enseignants en ont, ainsi que sur l’évolution des pratiques et du travail en équipe au sein des établissements du second degré ?

5La question est finalement de savoir si on pourrait faire de cet espace qu'est la « salle des profs » un véritable tiers-lieu au sein des établissements. Le cas de la Martinique, île française de 1 128 km² située dans l'archipel des Antilles, est intéressant dans la mesure où ces espaces sont encore très peu développés et où le contexte de l’insularité accentue pourtant l'importance de la collaboration (à différentes échelles) et la mise en réseau des multiples acteurs et ressources. La rénovation d’infrastructures scolaires, aujourd’hui vieillissantes et pas toujours adaptées aux risques naturels de la région (cyclones, séismes, etc.), pose aussi la question de la création de ces « tiers-lieux » comme véritable vecteur de renforcement des liens entre ces différents acteurs de la communauté éducative en Martinique et de son ouverture sur le reste du territoire à la fois caribéen, métropolitain, voire international. Après avoir présenté le cadre conceptuel et méthodologique de cette étude, on s'intéressera aux représentations des enseignants interrogés, ainsi qu'à leurs attentes en matière d’aménagement de ces lieux.

Cadres conceptuel, méthodologique et contexte martiniquais

Le concept de « tiers-lieu » et ses déclinaisons sémantiques

6Le concept de tiers-lieu ou de « troisième place » n'est pas récent puisqu'il a d’abord été proposé par le sociologue américain Ray Oldenburg (1989) : « alors que la maison et les endroits de vie constituent les "premiers-lieux", les "second-lieux" sont les places de travail où les individus passent le plus clair de leur temps. Les "tiers-lieux" représentent pour leur part des points d’ancrage de la vie communautaire qui favorisent des échanges plus larges et plus créatifs […] » (Genoud et Moeckli, 2010, p. 4).

7La notion de communauté est ici essentielle car le tiers-lieu, qu'on appelle aussi parfois le « tiers-espace », n'est pas seulement un espace de transition entre le travail et la maison. Pour Oldenburg, c'est avant tout un « générateur de communauté ». On retrouve d'ailleurs cette dernière notion dans le monde scolaire lorsqu’on évoque la « communauté éducative ». Le terme de « tiers » peut signifier « troisième », mais il fait aussi référence « aux tiers », c'est-à-dire aux autres, à l'altérité et renvoie donc également à la notion d'échange et de partage, voire de non-possession si on considère ainsi que c'est le lieu des « tiers ». Ce concept se définit alors surtout, dans sa dimension essentielle, par la mise en place de certaines pratiques dites « collaboratives » dans un lieu spécifique que l'on pourrait caractériser par son ouverture et sa connectivité. Cependant, ce lieu n'est pas d'abord identifiable physiquement mais est avant tout le produit ou le résultat de certaines pratiques mises en place par les différents acteurs qui le fréquentent, même si cela peut induire des aménagements spécifiques (numériques notamment). Le tiers-lieu « apparait donc comme à la fois un lieu ouvert et indifférencié et un espace communautaire et de dialogue [...] » (Bohas et al., 2017, p. 3).

8Ici on rejoint également la définition géographique de « l'habiter » selon Mathis Stock (2004), pour qui habiter, c'est pratiquer des lieux géographiques, donc faire avec l'espace. C'est en quelque sorte la pratique qui crée le lieu, mais ce dernier influence aussi les pratiques :

« Une pratique se partage, pas seulement au sens où elle se diffuse, mais aussi au sens où elle est un geste commun, une émotion collective, la temporalité d’une communauté. [...] Nous suggérons que les acteurs des tiers-lieux et des espaces collaboratifs, par leurs activités quotidiennes dans et au-delà du lieu, expérimentent, catalysent et révèlent de nouvelles pratiques de travail » (Bohas et al., 2017, p. 2).

9On comprend donc que le tiers-lieu est à la fois le résultat de certaines pratiques au sein d'un espace ouvert sur l'altérité et qu'il permet lui-même l'émergence et l'expérimentation de nouvelles façons de travailler propres au monde contemporain. On l'emploiera donc ici essentiellement dans le sens « d'espace collaboratif ». C'est un lieu « conçu par les usagers. C’est le principe de maîtrise d’usage. Il n’y a pas de tiers-lieux-types, c’est un espace idéal-type à atteindre » (Bazin, 2015).

10Il ne s'agit pas ici de dresser une liste exhaustive de toutes les définitions, car ce concept est largement polysémique (Rodin et al., 2018 ; L'Observatoire, 2018) : il existe autant de définitions que de tiers-lieux. En effet, apparaissent aussi, dans des acceptions proches, les termes anglo-saxons de coworking ou co-design, mais aussi de makerspaces ou encore de Fablab qui insistent davantage sur la « fabrication » (objets, couture, numérique, etc.), en référence à l'atelier. Il s'agit donc avant tout de mettre en exergue les traits communs qui permettent d'identifier le tiers-lieu.

11Le second aspect primordial qu'il convient de noter est que c'est aussi un espace de « cohabitation » dans lequel les relations se veulent horizontales, d'égal à égal, sans pour autant nier la singularité des individus ; le but est, en effet, de favoriser le dialogue et le partage autour de « valeurs » communes définies préalablement et autour de « pratiques » :

« Un décalage par rapport aux lieux professionnels habituels favorise le dépassement des malentendus et des distances sociales. Prévoir un rendez-vous dans une salle de classe ou un laboratoire peut raidir les postures de l’enseignant ou du chercheur. Il vaut mieux fréquenter un "carrefour" qui n’est ni à l’un ni à l’autre, mais bel et bien un espace partagé, au moins provisoirement » (Becchetti-Bizot, Houzel, Taddei, 2017, p. 21).

12Le tiers-lieu apparait donc aussi comme un espace « carrefour » où la sincérité et l'authenticité des échanges et des relations est rendue possible par une certaine neutralité ne faisant pas référence au statut social des personnes. C'est avant tout un lieu favorisant l'émergence de projets impliquant différents acteurs voulant avancer ensemble et « faire collectif ». Ces espaces résonnent donc particulièrement avec le développement de nouvelles pratiques au sein de l'enseignement qui se constitue déjà en « communauté éducative » à travers des valeurs et des objectifs communs. Ces nouvelles pratiques, comme la pédagogie de projet, qui induisent notamment le dépassement des purs cadres disciplinaires, nécessitent la collaboration entre les différents enseignants, mais aussi avec les autres membres de l'établissement, voire avec des partenaires ou intervenants extérieurs. L'objectif recherché est de favoriser l'émergence de compétences multiples chez les élèves et non simplement l'acquisition de connaissances pures.

« Nous avons besoin d’impulser des démarches de projets sur tous les territoires pour conduire les transformations souhaitées. Les projets en effet constituent des cadres pratiques de travail en commun entre des acteurs aux profils divers. Ils assouplissent les rigidités institutionnelles pour atteindre un objectif concret et circonscrit. Ils redéfinissent pour un temps donné les rapports entre les partenaires, sans mettre en danger leur identité singulière, pour leur permettre de franchir au mieux les transitions d’une vie d’apprenant » (op.cit., p. 49).

13L'aménagement de lieux dédiés à ces nouvelles pratiques semble alors de plus en plus urgent pour les équipes pédagogiques afin de répondre aux nouveaux enjeux auxquels l'enseignement est confronté aujourd'hui. Puisque « l’école forme et produit ses habitants » (Lazzarotti, 2015, p. 21), il est nécessaire de recréer un dialogue entre le lieu-école et ses multiples usagers, qui sont tous différents mais qui y viennent dans un même objectif général commun, celui de se former grâce aux savoirs et aux apprentissages divers et variés.

La « salle des profs », un tiers-lieu potentiel ?

14Il existe un lieu. Il est présent dans tous les établissements. Des « profs » s’y croisent, s’y disent « bonjour », viennent prendre un café, vérifier leur casier. Parce que généralement dans ce lieu, il y a toujours une grande rangée de casiers et une machine à café, parfois une bouilloire pour les pauses entre les cours. C’est le lieu des rencontres informelles qui peuvent rester formelles ou devenir plus conviviales. C’est aussi parfois le bureau des plaintes ou celui des critiques, des « je n’en peux plus de cette classe » ou des « on va encore avoir droit à une nouvelle réforme ». Mais cet espace peut aussi être le lieu d'échanges plus positifs sur des expériences pédagogiques menées, divers projets, ou tout simplement sur sa vie personnelle.

15Quoi qu'il en soit, au sein d’un établissement, la « salle des profs » est un peu un troisième lieu. Fréquentée quotidiennement par les enseignants, c'est un espace qui n’est pas tout à fait celui du travail, mais qui n’est pas tout à fait non plus celui du repos, même s'il doit permettre à l'enseignant de se détendre. Ce dernier n’est, en effet, plus devant sa classe, mais il n’est pas encore rentré chez lui. Peut-on alors qualifier cet espace de tiers-lieu ?

16En tant qu'espace habité, c’est sans doute du moins un lieu de l’entre-deux, qui rejoint par de nombreux aspects la définition du tiers-lieu si on considère que la « salle des profs » est en quelque sorte un « [...] espace intermédiaire entre dimensions publiques et privées, entre le lieu du travail et le lieu d’habitation, dans un accompagnement mutuel à l’autoformation où sont collectivement validées les compétences, par les pairs » (Bazin, 2015). Ce lieu joue donc un rôle fonctionnel essentiel au sein des établissements et on pourrait aussi, dans une définition plus large, le qualifier de « tiers-espace » car il joue aussi un rôle émotionnel important. D’un point de vue sociologique, il permet aux enseignants de relâcher la pression maintenue devant les élèves ; il permet, en retrouvant les collègues, de discuter et d’échanger, d’avoir des « égaux », des interlocuteurs qui aident souvent l’enseignant à désamorcer des problèmes ou des situations complexes auxquelles il peut être confronté :

« Le tiers-espace favorise les processus de résilience. C’est une manière de s’en sortir face à l’adversité, d’absorber une perturbation et de retrouver ses fonctions dans un nouvel équilibre. La résilience produit une défense-protection, un équilibre face aux tensions, une confiance dans l'engagement, une positivité de soi » (Bazin, 2015).

17Selon M. Mazalto (2017, p. 100), la salle des professeurs est donc « un pôle essentiel pour les enseignants », et selon les collectivités : « ces locaux comprennent un foyer, un espace cafétéria, la salle de réunion, des espaces pour le travail individuel ou à deux, des sanitaires… Les enseignants doivent pouvoir se réunir, travailler individuellement ou en concertation, ou encore se reposer entre deux cours dans des locaux adaptés et calmes ». La salle des professeurs serait donc avant tout un lieu de convivialité, de ressources, de détente, de partage, de travail et d’informations.

18Cependant, comme le constate l'auteur, beaucoup de salles de professeurs n’offrent pas la totalité de ces équipements. Dans la plupart des établissements, la « salle des profs » n’est qu’un lieu quelconque, austère, une salle parmi d'autres avec, pour seuls éléments de différenciation, les casiers des enseignants et la machine à café. Pourtant, dans de nombreux guides régionaux sur les équipements et ressources des établissements scolaires, ici par exemple pour les lycées en Provence-Alpes-Côte-d'Azur, il est stipulé que les locaux à destination des professeurs :

« doivent être conçus pour les rencontres, le travail et la diffusion d’informations. Leur positionnement au sein de l’établissement doit permettre une liaison aisée avec le CDI et les locaux de l’Administration, et doit intégrer une circulation et un accès privilégiés vers les différentes fonctions pédagogiques. Ces locaux doivent être implantés au cœur du lycée ; ils doivent bénéficier d’un traitement spécifique des ambiances afin d’assurer les meilleures conditions de confort et de convivialité (lumière naturelle, éclairage artificiel spécifique adapté, confort acoustique, confort thermique…) » (Région Provence-Alpes-Côte D'azur, 2011).

19En effet, à l’heure où on demande de plus en plus aux équipes pédagogiques de travailler ensemble, comme on l'a vu précédemment, de dépasser les barrières des disciplines, de se concerter, d’innover dans leurs pratiques, de se former souvent hors du temps de travail, la « salle des profs » n’a-t-elle pas vocation à jouer un rôle essentiel dans la mise en place de pratiques collaboratives (Kherroubi, 2003) ? Ce lieu est-il alors réellement aménagé en ce sens ? La salle des profs pourrait-elle devenir un vrai centre névralgique au cœur des processus d’innovations pédagogiques au sein des établissements ? Et si ce n’est dans la salle des profs, ne pourrait-on pas envisager de nouveaux espaces de tiers-lieux au cœur des établissements scolaires, conçus et dédiés à la mise en place de projets collaboratifs, transversaux et pluridisciplinaires, connectés à d’autres établissements ?

« […] alors que le travail d’équipe se construisait encore principalement, dans les années quatre-vingt – quatre-vingt-dix, hors de l’établissement, par des rencontres hors temps de travail chez un des enseignants impliqués, toutes les réunions des équipes ont lieu maintenant en salle des professeurs. […] Ce glissement vers l’établissement, déjà très perceptible à la fin des années quatre-vingt-dix, s’explique tout d’abord par la multiplication, dans le cadre des réformes successives du collège, des dispositifs qui demandent de travailler en équipe […] » (Kherroubi, 2003, p. 56.)

20Les établissements ont donc pour vocation d’impulser cette dynamique d’innovation dans les pratiques mais aussi dans les espaces dédiés à celles-ci. Pour les territoires d’Outre-mer, à l'exemple de la Martinique, cela pourrait, en outre, créer une vraie valeur ajoutée en termes de formation, en s’appuyant à la fois sur ces espaces d'échange et sur les nouvelles technologies qui permettent d’amenuiser le sentiment d’isolement lié à l’insularité et à l'éloignement vis-à-vis de l'Hexagone. De plus, en défendant des valeurs « avant tout humanistes, ouvertes sur la société, sur le partage et sur la collaboration » (Genoud et Moeckli, 2010, p. 8), les tiers-lieux peuvent contribuer à « penser l’école autrement, de l’appréhender dans sa globalité en la repositionnant comme un lieu de construction d’une citoyenneté partagée, de dialogue et de médiation, porteuse d’une culture commune » (Guyon, 2015, p. 6).

Cadre méthodologique et éléments propres au contexte martiniquais

21Pour répondre à ces différentes questions, nous avons décidé de réaliser, en avril 2019, une enquête sous la forme d'un questionnaire en ligne comprenant à la fois des réponses fermées de type « oui/non », mais aussi des réponses ouvertes permettant aux enseignants d'exprimer leur point de vue et leurs attentes concernant notamment l'aménagement de la salle des professeurs et la possibilité d'en faire un tiers-lieu. Ce questionnaire a été envoyé indifféremment aux enseignants des collèges et lycées publics de l'académie de la Martinique qui compte une quarantaine de collèges et 25 lycées, pour un effectif de 38 800 élèves dans le second degré à la rentrée 2017 selon un rapport d'information déposé à l'Assemblée nationale par la commission des affaires culturelles et de l’éducation (Studer et Minot, 2018). Ce questionnaire nous a permis d'obtenir un échantillon de 167 réponses d'enseignants du second degré, tous établissements confondus. L'analyse de cet échantillon nous permettra dans un premier temps d'entrevoir l'espace de la « salle des profs » au travers du ressenti des enseignants et de leurs représentations en tant qu'espace habité, vécu et pratiqué au quotidien. Puis, on interrogera leurs attentes sur l'aménagement de ce lieu, avec comme objectif l'amélioration de la collaboration entre pairs, et on évoquera la possibilité d'en faire un tiers-lieu. L'analyse des matériaux recueillis permettra également de questionner l'existence éventuelle de spécificités sur le territoire insulaire martiniquais.

Figure 1 : Localisation des départements et territoires ultramarins français d'Amérique

Figure 1 : Localisation des départements et territoires ultramarins français d'Amérique

22En effet, la Martinique mais aussi la Guadeloupe, comme la plupart des territoires ultramarins français, se distinguent par leur insularité et l'éloignement géographique vis-à-vis de la Métropole (fig. 1). Mais à la différence de la Guyane ou de Mayotte (dans l'océan Indien), l'effectif scolaire des îles antillaises françaises a tendance à baisser et ces îles perdent de plus en plus de jeunes âgés de 18 à 29 ans, souvent diplômés, qui partent vers l'Hexagone pour trouver un emploi ou poursuivre leurs études. Cela entraîne un important vieillissement de la population et une baisse de la natalité : la Martinique comptait 376 480 habitants au 1er janvier 2016, soit une diminution de 15 827 personnes par rapport à 2011, ce qui en fait la région française qui connaît aujourd'hui le plus fort taux de dépeuplement (INSEE, 2018). Cette situation entraîne par là-même des fermetures d'écoles et amoindrit le dynamisme économique, alors que ces jeunes actifs pourraient être des moteurs et des créateurs de nouvelles entreprises sur le territoire. De plus, les deux îles antillaises connaissent de grandes difficultés économiques et sociales qui tendent à faire de l’école un élément essentiel du bien-être de la population. L'éloignement et l'insularité sont aussi des facteurs aggravants pour certaines problématiques, connues également de la Métropole, mais qui touchent une plus large part de la population en Martinique. En effet, les situations d'illettrisme et de décrochage scolaire sont particulièrement importantes puisque, « [...] dans les départements d’outre-mer [...] en 2016, 36,2 % des jeunes ultramarins étaient considérés en situation d’illettrisme, dont 30,4 % en Guadeloupe et 35 % en Martinique, contre 10,8 % à l’échelle nationale » (Studer et Minot, 2018, p. 14). Aux Antilles, sont essentiellement touchées des populations fragilisées par les difficultés socio-économiques, encore plus sévèrement ressenties du fait que ces familles se trouvent dans des milieux isolés et souvent cloisonnés, ce qui peut les conduire vers l'exclusion sociale.

23De plus, les îles de la Caraïbe sont soumises à de nombreux aléas comme les cyclones, les tempêtes tropicales, mais aussi les séismes du fait d'une activité volcanique bien présente, qui peuvent entraîner des situations d'urgence, de survie, et de coupure totale ou partielle au niveau des communications avec le reste du territoire de la Caraïbe et de l'Hexagone. Ce fut récemment le cas lors du passage du cyclone majeur Irma en septembre 2017, qui a surtout touché les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy : la vingtaine d'établissement scolaires que comptait Saint-Martin a ainsi été gravement endommagée et trois d'entre eux ont été détruits. Plus généralement :

« La chaleur, l’humidité, les tempêtes tropicales et les cyclones, les risques volcaniques, sismiques et de submersion génèrent des conditions d’enseignement difficiles tant pour les adultes que pour les enfants. Outre les difficultés à se concentrer dans des salles de classe surchauffées, le plus souvent sans climatisation et à se détendre dans des cours de récréation en plein soleil ou noyées sous les averses tropicales, ces conditions climatiques extrêmes dégradent les équipements de façon accélérée » (Studer, Minot, 2018, p. 23).

24Par ailleurs, de nombreux établissements scolaires sont vieillissants et ne correspondent plus aux normes actuelles (notamment parasismiques), alors qu'ils devraient notamment pouvoir jouer un rôle primordial d'accueil des populations en cas de catastrophe naturelle. La rénovation de ces infrastructures scolaires, déjà amorcée aujourd’hui (photographie 1) mais qui reste insuffisante, se doit donc de prendre en compte la nécessité d’aménager de véritables espaces de collaboration dédiés aux enseignants mais aussi à la collectivité dans son ensemble, notamment en cas de nécessité ou de risque majeur. Ceux-ci pourraient renforcer les liens entre les différents acteurs de la communauté éducative, mais également avec les familles, et permettraient de créer des espaces plus sûrs et connectés, attrayants pour les enseignants, les jeunes chercheurs et les étudiants. Ils pourraient devenir des moteurs d'innovations sur le territoire, d'autant que la circulation est souvent compliquée sur ces îles volcaniques où beaucoup d'habitants se retrouvent isolés. Ces tiers-lieux, alors « générateurs de communautés » comme l'entendait Oldenburg, prennent tout leur sens et pourraient participer à la création d'un territoire apprenant plus dynamique et stimulant :

« Les visites des établissements et les échanges avec les acteurs de l’école ont effectivement montré, tant à la Guadeloupe qu’à la Martinique, que les contraintes des territoires pèsent fortement sur l’application – et l’applicabilité – des politiques nationales et justifient le recours à des solutions innovantes et adaptées. C’est pourquoi les personnels enseignants et de direction demandent plus de soutien dans les expérimentations pédagogiques qu’ils souhaitent conduire » (op. cit., p. 23).

Photographie 1 : Le chantier de reconstruction du lycée Schœlcher, le plus ancien lycée de la Martinique, à Fort-de-France

Photographie 1 : Le chantier de reconstruction du lycée Schœlcher, le plus ancien lycée de la Martinique, à Fort-de-France

Cliché : C. Ranély Vergé-Dépré, mars 2019

La « salle des profs » : un espace quotidien des enseignants, vécu, pratiqué mais réellement habité ? Vers l'idée d'un tiers-lieu

Une vue de la « salle des profs » par les enseignants du second degré en Martinique

25Il convient d'abord de noter que l'espace de la salle des professeurs est en général bien présent dans la plupart des établissements scolaires. En Martinique, sur les 167 enseignants sondés, seules deux personnes stipulent qu'elle est absente. En prenant appui sur notre enquête, nous allons ici tenter de comprendre comment les enseignants perçoivent cet espace, s'il correspond à leurs besoins et à leurs attentes, et s'il permet de développer des pratiques collaboratives.

26Beaucoup d'enseignants fréquentent la salle des professeurs régulièrement puisque seuls 6,1 % des sondés disent ne pas y aller et faire leurs pauses dans un autre espace. Cependant même s'ils y passent, 47,2 % des sondés n'y vont que de temps en temps, juste pour vérifier leur casier ou prendre un café ; peu d'enseignants y vont pour travailler hors de leurs heures de cours et 40 % considèrent que l'espace n'est pas assez agréable et fonctionnel.

27Quand on les interroge sur ce qu'ils estiment être les points positifs et négatifs de cet espace, de nombreuses similitudes se dégagent des différentes réponses et les mêmes points reviennent à chaque fois. Pour la plupart des enseignants interrogés, le principal point positif de la « salle des profs » est véritablement la possibilité de la rencontre, du partage et du dialogue avec les autres collègues de l'établissement. Vient ensuite la possibilité de se restaurer et de se détendre. Concernant les points négatifs, ceux-ci apparaissent généralement plus souvent dans les réponses, avec en premier des équipements vétustes, insuffisants ou défectueux qui concernent à la fois le mobilier (tables, chaises, fauteuils), mais aussi d'autres éléments sans doute plus indispensables sous les tropiques, telle que la fontaine à eau ou la climatisation, et surtout le matériel informatique très souvent jugé insuffisant et déficient. Cela pose la question de la mise en réseau de cet espace et de l'accès à internet, aux logiciels et aux outils dont les enseignants ont souvent besoin pour travailler.

28Après les équipements, c'est le problème de l'insonorisation de cette salle qui semble faire défaut : pour beaucoup, elle est considérée comme trop bruyante, ce qui est propice à la rencontre, certes, mais peu au travail. La plupart expriment aussi la non-existence d'un espace « confortable » qui permettrait la détente. Beaucoup soulignent l'inconfort d'une pièce dont le mobilier, souvent constitué de chaises et de tables, ne permet pas vraiment de se reposer comme en témoigne cette réponse : « l'endroit est peu ventilé, trop bruyant, les chaises ne sont pas confortables, les ordinateurs fonctionnent une fois sur deux, difficile de se ressourcer dans un tel espace ».

29La problématique du repos et de la détente que devrait offrir cet espace rejoint aussi le souhait, très souligné par les enseignants, d'une meilleure séparation des espaces, ou un agencement qui soit véritablement à même de faire cohabiter les différentes fonctions du lieu qui sont principalement celles d'échanger, de communiquer, de travailler seul ou à plusieurs, de se restaurer et enfin de se reposer ou de s'isoler. L'agencement de l'espace est ici primordial comme en témoigne cet enseignant pour que le lieu soit vraiment fonctionnel :

« Déco austère, peu de prises électriques. La salle n'est ni destinée spécifiquement au repos, ou à la prise de repas ou encore au travail. C’est un espace où toutes ces activités se mêlent et se parasitent. Pas de repos possible. Pas de travail sérieux possible. Des repas pris sur des espaces dédiés au travail et le tout dans le bruit des discussions professionnelles ou personnelles ».

30Pourtant, beaucoup d'enseignants interrogés considèrent que c'est un lieu important au sein des établissements, mais 76,1 % pensent que l'aménagement peut y être amélioré et 63,1 % que cet espace est peu propice au développement de pratiques collaboratives et à l'émergence de projets entre collègues. Certains notent également un éloignement de cet espace par rapport à leur salle de classe.

« C'est un espace essentiel dans la vie d'un enseignant ; pour en avoir fréquenté beaucoup je trouve qu'il est rarement fait pour donner envie d'y rester. Ce qui me plait : l'idée que c'est un endroit d'échange et de confidentialité ; espace pause-café ; s'y retrouver est comme un havre de paix ; seul ou avec des collègues. Ce qui me déplait : on ne sépare pas clairement espace de travail et espace pour se détendre ; il n'y a pas assez de confort ; il manque une déco appropriée, etc. ».

31À la question : « Aimez-vous y rester et y passer du temps en dehors de vos cours ? », seuls 17 % des sondés répondent de manière positive et estiment s'y sentir bien. 51,1 % avouent n'y rester que lorsqu'une réunion y est organisée (tableau 1). Et quand on leur demande : « pensez-vous que votre "salle des profs" est un espace aujourd'hui optimisé en faveur de l'innovation pédagogique ? », c'est encore plus flagrant, puisque la réponse est « non » à 92,1 %.

32

Tableau 1 : Réponses à la question sur la fréquentation de la salle des professeurs par des enseignants du second degré en Martinique

Tableau 1 : Réponses à la question sur la fréquentation de la salle des professeurs par des enseignants du second degré en Martinique

Source : Questionnaire auteurs, avril 2019

33Pour comprendre le ressenti de ces enseignants, nous leur avons demandé de choisir l'adjectif qualificatif qui, selon eux, s'appliquait le mieux pour caractériser cet espace, qu'il soit positif ou négatif. Sans tenir compte des répétitions, on obtient 17 adjectifs positifs différents, avec le terme de « fonctionnel » qui revient assez souvent, suivi de « convivial » et « spacieux ». Mais on obtient en revanche plus de 45 adjectifs négatifs différents, avec des réponses négatives beaucoup plus nombreuses. Certains font référence plutôt à l'ambiance du lieu (photographies 2 et 3) : « triste », « inerte », « froide », « vieillot », « austère », voire même « déprimante », « sinistre », « désertique », « hostile ». D'autres caractérisent plutôt l'espace : « minimal », « corridor », « sas », « cagibi », « petite », « étriquée »... Enfin, les termes utilisés peuvent qualifier aussi le manque de fonctionnalité du lieu : « inconfortable », « inadapté », « dépassé », « bruyante », « obsolète », « moulin », « fournaise », etc.

Photographies 2 et 3 : La salle des professeurs du lycée général et technologique Joseph Gaillard, à Fort-de-France (Martinique) : un exemple d'espace fermé et peu attractif

Vue extérieure :

Vue intérieure :

Clichés : S. Jégo, avril 2019

34Même si, d'un établissement à un autre, les réponses peuvent être tout à fait différentes, on peut observer néanmoins une tendance globale d'insatisfaction par rapport à l'aménagement de cet espace et à sa capacité à répondre aux besoins des enseignants ; d'ailleurs 79,7 % estiment n'avoir jamais été consultés ni interrogés sur leurs attentes en termes d'aménagement de cet espace. Pourtant, leurs attentes se recoupent elles-aussi assez clairement lorsqu'on analyse l'ensemble des réponses :

« Des zones de détente avec des canapés, des plantes, des tables basses et le nécessaire pour se désaltérer et stocker des produits alimentaires. D'autres zones équipées d'ilots de travail avec des chaises de bureau confortables. Une zone dédiée au numérique avec des ordinateurs reliés à internet et fonctionnant convenablement ».

35On retrouve encore ici l'importance de l'agencement pour faire cohabiter les différentes fonctions, mais aussi la création d'« îlots de travail » et une « zone dédiée au numérique » qui est un élément nécessaire pour les enseignants :

« Un lieu à ''multi-espaces'' respectant la liberté de chacun, climatisé, lumineux et insonorisé. Un espace tourné aussi vers l'extérieur, un espace, lieu d'échanges, un espace de repos (canapé-musique-plantes). Un lieu chaleureux ''pause café ou déjeuner'' avec des couleurs ».

36Un autre enseignant témoigne du fait que la « salle des profs » est un lieu qui a peu évolué. Aujourd'hui, il ne correspond plus, pour beaucoup, aux attentes et aux besoins des équipes pédagogiques et ne permet pas de faire le lien avec d'autres personnels dans les établissements :

« En créant un espace convivial, les personnels se détendraient et apprécieraient davantage leur environnement. Les échanges s'en trouveraient améliorés, ces personnes ayant l'esprit plus ouvert. La salle des profs (tout comme les salles de classe) n'a pas évolué. Dans la plupart des cas, cet espace est identique à celui que nous avons connu élève ».

37Souvent, les professeurs accusent aussi le fait que c'est un espace « classique », « quelconque » et donc peu chaleureux. Le monde de l'entreprise a pourtant déjà commencé à développer des espaces de coworking où les notions de convivialité, de travail et de repos peuvent cohabiter sereinement grâce à un agencement bien pensé. Cela rejoint aussi la notion de « tiers-lieu ». De plus, il est important aussi que les différents acteurs puissent s'approprier un espace et le faire vivre en le rendant moins « impersonnel » comme le souligne cette réponse :

« Une salle que les enseignants auraient aménagée, pas une salle dont l'aménagement a été imposé. Une salle de vie qui donne envie d'y aller, même si on peut y travailler, mais que tout ne soit pas mis et fait pour rappeler l'environnement de travail. Un peu comme dans les start-up ».

38Le vécu de ces quelques enseignants nous permet de réaliser la nécessité primordiale aujourd'hui d'adapter et de transformer des espaces scolaires qui, pour beaucoup, ont peu évolué et qui sont donc la cause de nombreux dysfonctionnements et insatisfactions. Cela ne contribue pas à créer un bon climat scolaire ni à renforcer les liens entre les équipes pédagogiques car, encore une fois, même si l'espace ne détermine pas les comportements, il peut avoir une influence, qu'elle soit positive ou négative. Le concept de « tiers-lieu » pourrait donc permettre de revaloriser un espace dont l'image semble finalement assez morose et notamment en Martinique, où le contexte, comme on l'a vu, impose des adaptations et de profondes innovations.

La « salle des profs » comme tiers-lieu : un incubateur potentiel de l'innovation pédagogique au sein des établissements en Martinique ?

39Le concept de « tiers-lieu » est actuellement peu connu des personnels enseignants : 71 personnes parmi celles que nous avons interrogées estiment n'en avoir jamais entendu parler. Cette notion est en effet encore peu développée dans le milieu éducatif et s'est peut-être davantage épanouie dans le monde de l'entreprise, avec l'émergence des nouvelles technologies et l'assouplissement des modalités de travail des individus. Cependant, les initiatives en matière de « tiers-lieux » dits « éducatifs » sont en pleine émergence et se développent de façon croissante au sein et en dehors des établissements scolaires, comme nous le montre cet exemple réalisé dans le secondaire :

« Le collège Compère Morel de Breteuil a transformé son CDI en Centre de Connaissance et de Culture (3C) avec le soutien de LabCDC et du Conseil départemental de l’Oise. Quelques cloisons en moins, un nouveau mobilier ludique et coloré, du matériel informatique moderne, et le tour est joué ! Le CDI évolue d’un lieu de passage vers un lieu de vie pour les élèves comme pour le corps enseignant »1.

40Ou encore, ce deuxième exemple :

« Les élèves investissent également les tiers-lieux en extérieur. Au collège Travail Langevin à Bagnolet (Seine- Saint-Denis), les élèves ont travaillé avec les enseignants et un artisan pour créer "un jardin éphémère" avec l’installation de bancs et de palettes pour planter un potager. Le lieu précédemment connu pour être un passage peu sécurisé est devenu un espace de détente accessible à tous permettant des cours de sport en plein air » (op. cit).

41Les modèles se multiplient un peu partout, car ils répondent aussi à un véritable besoin de bien-être et peuvent permettre de renforcer les liens et d'améliorer le climat scolaire, notamment dans les zones d'éducation prioritaire. Le tiers-lieu peut permettre, comme on le voit dans ces deux exemples, de générer des projets fédérateurs épanouissants à la fois pour les élèves et les enseignants. Cela modifie le regard qu'ils portent sur leurs espaces du quotidien, espaces souvent associés à la contrainte pour les élèves comme pour les professeurs, mais qui peuvent être réappropriés par les acteurs eux-mêmes, ce qui donne aussi plus de sens à ces lieux fréquentés quotidiennement.

42Nous avons donc expliqué cette notion de « tiers-lieux » aux enseignants interrogés, puis nous leur avons posé la question suivante : « pensez-vous que la "salle des profs" pourrait devenir un nouveau "tiers-lieu" dans les établissements en Martinique ? ». Sur 100 réponses collectées, 86 répondent positivement, contre seulement 14 « non ». Les avis positifs l'emportent donc clairement comme on le constate par ces différents témoignages :

43- « Oui c'est un espace à ne pas déconsidérer, il peut être déterminant de la qualité de nos relations entre collègues et de la qualité de notre travail ».

44- « Oui si les acteurs de la communauté éducative l'investissent ».

45- « Pourquoi pas, si des aménagements sont faits, mais ça demande aussi de changer les mentalités. Beaucoup de collègues considèrent que la présence dans l'établissement doit se limiter aux heures de cours. Il faudrait que des heures de concertation soient prévues dans les emplois du temps ».

46Ce dernier témoignage montre également que le concept de tiers-lieu implique aussi de nouvelles façons de penser et de gérer les temps « hors-cours » pour les enseignants. Ces « heures de concertation » comme les nomme l'enseignant, pourraient correspondre à l'aménagement d'un « tiers-temps » destiné à la collaboration entre pairs et à la conduite de projets interdisciplinaires. Car, si l'on en demande aujourd'hui toujours plus aux équipes pédagogiques, il faut aussi leur permettre de disposer de temps et de lieux adaptés et efficaces, au risque sinon de générer des malaises, de la négativité et toujours plus de frustrations : « [...] la coopération est souvent le gage d’une amélioration des relations au sein de l’établissement et d’un apaisement du climat scolaire en général. Or, plusieurs études montrent combien la culture de coopération aide à stabiliser les équipes et à faire progresser les élèves » (Becchetti-Bizot et al., 2017, p. 50).

47C'est aussi pourquoi, aujourd'hui, les réformes de l'enseignement ne sont pas toujours bien acceptées alors qu'elles pourraient être sources d'innovation. De plus, en Martinique, du fait de l'éloignement géographique et de la difficulté à accéder à certaines ressources, il est plus que nécessaire de mutualiser et de rendre accessibles celles-ci. Les problèmes de circulation sur cette île volcanique font que de nombreux enseignants partent très tôt de chez eux pour ne rentrer que tard le soir ; la plupart veulent quitter leur établissement au plus tôt afin d'éviter les embouteillages récurrents. Cela leur donne peu envie de s'attarder sur leur lieu de travail.

48De plus, comme en témoigne cet enseignant interrogé, faire de la salle des professeurs un tiers-lieu pourrait permettre à cet espace de s'ouvrir davantage sur l'ensemble des personnels de l'établissement, sur les élèves et leurs familles également : « je pense que compte tenu de la nouvelle réforme du gouvernement, la salle des profs doit devenir un lieu essentiel de travail et d'échanges avec toute la communauté scolaire ». 72,4 % des sondés pensent également que les particularités de la vie insulaire devraient renforcer la mise en réseau et le développement de pratiques collaboratives en aménageant des espaces éducatifs adaptés.

Conclusion

49L'enquête menée auprès d'un large échantillon d'enseignants du second degré en Martinique sur l'aménagement de la « salle des profs » et sur la possibilité d'en faire un « tiers-lieu » nous a permis de comprendre que les équipes pédagogiques souhaitent très largement une amélioration de ces espaces qui ont peu évolué depuis leur construction, il y a près d'un demi-siècle pour beaucoup d'établissements. Même si la question de l'aménagement, qui ne se pose pas seulement en Outre-mer, renvoie souvent au manque de budget, notamment des collectivités qui ne peuvent pas toujours assumer les dépenses, le tiers-lieu ne nécessite pas nécessairement une reconstruction complète mais parfois simplement une meilleure appropriation, « personnalisation » de l'espace par les acteurs eux-mêmes, afin de lui redonner cette chaleur et cette convivialité tant espérées et favoriser les pratiques collaboratives. Redonner à l'espace plus de flexibilité par une différenciation des fonctions, mais aussi par des outils nomades ou un mobilier adapté peut faire la différence. Mais le tiers-lieu, comme on l'a vu, n'a pas de définition précise, il est aussi l'objet de l'imaginaire et de la réinvention. C'est donc, en partant des initiatives enseignantes, des chefs d'établissements ou autres membres des équipes pédagogiques, mais aussi des élèves, que le tiers-lieu peut se créer et qu'il devient alors source de nouvelles dynamiques et qu'il convient de soutenir.

50Notre enquête s'est focalisée sur la « salle des profs » car c'est un lieu qui peut vraiment constituer un noyau dur dans les écoles et qui peut devenir un véritable incubateur d'innovations pédagogiques s'il est pensé et aménagé en ce sens, et si les équipes enseignantes y sont formées et sensibilisées. Cependant, il peut se créer partout, dans un couloir abandonné, dans un hall, dans un CDI devenu désert, etc. Son objectif est de renforcer et de stimuler une certaine « culture de la coopération », notamment en France où celle-ci reste encore timide. Comme l'explique Éric Charbonnier (2019) dans le journal Le Monde :

« Il faudra à l’avenir renforcer la culture de coopération, impliquer les enseignants dans la prise de décision des établissements, insuffler un esprit de recherche et d’innovation dans les écoles et entre les écoles. Chaque école doit devenir un mini laboratoire, où les enseignants et leur chef d’établissement travaillent ensemble, dialoguent, expérimentent, font évoluer les pratiques pédagogiques et évaluent les résultats » (Charbonnier, 2019).

Haut de page

Bibliographie

BAZIN H., 2015, Les figures du tiers-espace : contre-espace, tiers-paysage, tiers-lieu, Filigrane. Musique, esthétique, sciences, société. [En ligne], n° 19, URL : http://revues.mshparisnord.org/filigrane/index.php?id=717

BECCHETTI-BIZOT C., HOUZEL G., TADDEI F., 2017, Vers une société apprenante, Rapport sur la recherche et le développement de l’éducation tout au long de la vie, Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, 84 p. URL : http://www.education.gouv.fr/cid115649/vers-une-societe-apprenante-rapport-sur-la-recherche-et-developpement-de-l-education-tout-au-long-de-la-vie.html

BOHAS A., FAURE S., DE VAUJANY F., 2017, Tiers-lieux & Espaces collaboratifs : Laboratoires et révélateurs de nouvelles pratiques de travail, Research Group Collaborative Spaces (RGCS), Note de recherche, 30 p.

CHARBONNIER É., 2019, Redonner ses lettres de noblesse au métier d'enseignant, Le Monde, 01/04/2019.

DEPP, MEN, 2014, TALIS 2013, Enseignant en France : un métier solitaire ? Note d'information, n° 23, juin 2014, 4 p.

DEBARBIEUX B., 2006, Prendre position : réflexions sur les ressources et les limites de la notion d'identité en géographie, L’Espace géographique, tome 35, n° 4, p. 340-354. https://doi.org/10.3917/eg.354.0340

GENOUD P., MOECKLI A., 2010, Les tiers-lieux, espaces d’émergences et de créativité, Revue Économique et Sociale, n° 2, p. 1-9.

GUYON R., 2015, Éditorial : Habiter l’école ou la recherche d’un espace singulier ouvert sur le monde, Diversité, n° 179, p. 5-6.

INSEE, 2018, Recensement de la population en Martinique, INSEE Flash Martinique, n° 108, 2 p.

KHERROUBI M., 2003, L'autorité pédagogique vue de la salle des professeurs, Le Télémaque, n° 24, 2003/2, p. 51-64.

LAZZAROTTI O., 2015, Habiter l’école, de circulations en passages, Diversité, n° 179, p. 18-23.

L'Observatoire - La revue des politiques culturelles, 2018, dossier « Tiers-lieux : un modèle à suivre ? », vol. 52, 104 p.

MARQUEZ E., 2015, La qualité de vie conditionne la pensée et le comportement, Diversité, n° 179, p. 73-78.

MAZALTO M., 2017, Concevoir des espaces scolaires pour le bien-être et la réussite, Paris, L'Harmattan, 194 p.

OLDENBURG R., 1989, The Great Good Place: Cafes, Coffee Shops, Community Centers, Beauty Parlors, General Stores, Bars, Hangouts and How They Get You Through the Day, New York, Paragon House, 338 p.

RAUDIN E., MOLIN C., SALAZAR H., VALITON C., 2018, À la recherche des tiers lieux, Urbanisme, Hors-Série n° 67. URL: https://www.urbanisme.fr//de-l-audace-pour-nos-territoires-design-innovation/special-67/159#article841

RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR, 2011, Guide régional d'équipement du pôle ressources des lycées. Vie lycéenne, 25 p. URL : https://extranet-lycee.maregionsud.fr/DOCU/DOCS//R %C3 %A9f %C3 %A9rentiels %20Lyc %C3 %A9es/02-Guides %20fonctionnels/Pole %20ressources %20- %20GRES/R %C3 %A9f %C3 %A9rentiel %20Vie %20lyceenne.pdf

ROBINSON K., ARONICA L., 2017, Changez l'école ! La révolution qui va transformer l'éducation, Paris, Éditions Play Bac, 464 p.

STOCK M., 2004, L’habiter comme pratique des lieux géographiques, EspacesTemps.net [En ligne]. URL: https://www.espacestemps.net/articles/habiter-comme-pratique-des-lieux-geographiques/

STUDER B., MINOT M., 2018, Rapport d'information par la commission des affaires culturelles et de l'éducation en conclusion de la mission effectuée à la Guadeloupe et à la Martinique pour la rentrée scolaire (3-8 septembre 2017), enregistré à la Présidence de l'Assemblée nationale le 31/01/2018, 47 p.

TADDEI F., BECCHETTI-BIZOT C., HOUZEL G., 2017, Vers une société apprenante. Les grands axes du rapport. Rapport sur la recherche et le développement de l’éducation tout au long de la vie, Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, 9 p. URL : https://cache.media.education.gouv.fr/file/03_-_mars/19/0/2017_rapport_taddei_740190.pdf

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation des départements et territoires ultramarins français d'Amérique
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/14329/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Photographie 1 : Le chantier de reconstruction du lycée Schœlcher, le plus ancien lycée de la Martinique, à Fort-de-France
Crédits Cliché : C. Ranély Vergé-Dépré, mars 2019
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/14329/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Tableau 1 : Réponses à la question sur la fréquentation de la salle des professeurs par des enseignants du second degré en Martinique
Légende Source : Questionnaire auteurs, avril 2019
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/14329/img-3.png
Fichier image/png, 54k
Légende Vue intérieure :
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/14329/img-4.png
Fichier image/png, 390k
Crédits Clichés : S. Jégo, avril 2019
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/14329/img-5.png
Fichier image/png, 390k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solenne Jego et Colette Ranély Vergé-Dépré, « Habiter l’école : la « salle des profs », un nouveau tiers-lieu à inventer au sein des établissements scolaires ? L'exemple de la Martinique », Géocarrefour [En ligne], 94/1 | 2020, mis en ligne le 12 mars 2020, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/14329 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.14329

Haut de page

Auteurs

Solenne Jego

Enseignante vacataire d'histoire-géographie, Lycée professionnel de Place d'Armes et Lycée polyvalent Nord caraïbe, Martinique, jego.solenne@gmail.com

Colette Ranély Vergé-Dépré

MCF-HDR en géographie, INSPÉ de la Martinique, Université des Antilles, AIHP-GEODE Caraïbe (EA 929), colette.ranely@inspe-martinique.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals