Navigation – Plan du site

Hala Bayoumi, Karine Bennafla (dir.), Atlas de l’Egypte contemporaine

Eric Verdeil
Référence(s) :

BAYOUMI H., BENNAFLA K. (dir.), 2019, Atlas de l’Egypte contemporaine, Paris, CNRS Editions, 150 p.

Texte intégral

1L’Egypte vient de franchir, en 2019, le seuil des 100 millions d’habitants, sur un territoire exigu, la longue mais très étroite vallée du Nil. Ces dernières années, le Maréchal Al-Sissi a défrayé la chronique avec ses méga-projets forcément pharaoniques, cliché oblige, visant à doubler le canal de Suez et à construire une nouvelle capitale à 70 km à l’Est du Caire. Al-Sissi est le nouvel homme fort de l’Egypte, qu’il dirige d’une main de fer après la période de bouleversements politiques ouverte par la Révolution du 25 janvier 2011, qui a fait chuter Hosni Moubarak, puis le court intermède du premier président démocratiquement élu. Mohammad Morsi, issu de la confrérie des Frères musulmans, a été renversé après moins d’un an au pouvoir, en raison de la dégradation de l’économie et l’hostilité de l’Etat profond, à commencer par celle de l’armée. Autant dire que cette courte décennie a intensément transformé le pays et que cet Atlas de l’Egypte contemporaine constitue une mise à jour bienvenue des connaissances académiques. Dirigé par Karine Bennafla, géographe, alors directrice du Centre d’études et de documentation économiques, juridiques et sociales (CEDEJ), et Hala Bayoumi, ingénieure de recherche et responsable du pôle Humanités numériques de cette même institution, il propose dans un format synthétique et très abondement illustré un bilan des transformations évoquées ci-dessus, et de nombreuses autres dynamiques. Le livre tire parti des travaux des chercheuses et chercheurs en sciences sociales que cet institut français de recherche à l’étranger, soutenu par le ministère des Affaires étrangères et le CNRS, a hébergé et soutenu.

  • 1 L’auteur de cette recension se doit de signaler qu’il a participé à une réunion de réflexion prépar (...)

2Les facilités offertes par les systèmes d’information géographiques et autres logiciels, tout comme le coût désormais relativement faible de l’impression couleur ont rendu beaucoup plus aisée la réalisation d’atlas, comme en témoignent de nombreuses collections grand public mais aussi des initiatives académiques comme celles de l’Institut français du Proche-Orient, cousin du CEDEJ, qui a publié des atlas sur le Liban et la Jordanie1. Toutefois, aucun ouvrage équivalent n’existait jusqu’alors en Egypte, comme le rappellent les directrices dans l’introduction. Parmi les raisons à invoquer, le « découpage administratif et […] la configuration linéaire du territoire habité, qui rendent très complexe, sinon impossible, sa représentation à une échelle fine » (p. 10) constituent sans doute des contraintes majeures.

3A l’inverse, l’accès aux résultats du dernier recensement égyptien, réalisé en 2017, représentait une motivation de premier ordre pour se lancer dans ce travail cartographique. Le CEDEJ a, de longue date, établi un partenariat scientifique avec le CAPMAS, équivalent de l’INSEE en Egypte. La relation de confiance qui en découle a permis de nourrir ce travail de données récentes. Toutefois, l’ouvrage ne s’appuie que modérément sur les données censitaires et mobilise de nombreuses autres sources, certaines publiques, comme Open Street Map pour des zooms sur des situations locales, des données socio-économiques de diverses origines, la presse, etc. Loin de n’offrir qu’une vision statistique de l’Egypte, l’atlas approche son territoire et sa société selon des angles multiples. Photographies et iconographies aident également à restituer une vision incarnée du pays. Saluons la qualité et la clarté de cet ensemble iconographique, assemblé et mis en page par la cartographe Claire Gillette.

4Ce travail a rassemblé une soixantaine de contributeurs, chercheuses, chercheurs et cartographes, qui ont rédigé ces doubles pages. Ce collectif présente plusieurs caractéristiques remarquables. D’abord, il s’agit en majorité de femmes (36). Ensuite, ce groupe est multinational : s’il est difficile de comptabiliser les nationalités, l’ouvrage témoigne à l’évidence d’une coopération franco-égyptienne, renforcée par des chercheuses et chercheurs d’institutions européennes. Ce collectif est également pluri-disciplinaire : les géographes sont rejoints par des démographes, sociologues, anthropologues, économistes, historiens, etc. Enfin, on note un renouvellement générationnel. A l’exception d’Olivier Sanmartin, sur la péninsule du Sinaï, et d’Agnès Deboulet, qui a succédé à Karine Bennafla comme directrice du CEDEJ, spécialiste des questions urbaines et de l’habitat populaire au Caire, on ne retrouve pas dans cet atlas d’autres auteurs de L’Egypte au présent, paru en 2011. C’est le signe que de nouveaux regards émergent.

5L’atlas comporte sept parties, pour un total de 50 doubles pages. La première traite de l’histoire et de la géopolitique. Souvent uniquement appréhendée par son appartenance au monde arabe, l’Egypte est ici aussi analysée à travers ses relations fortes avec l’Afrique, à commencer par le lien nilotique. La deuxième partie retrace les grandes évolutions de la scène politique, en insistant sur le rôle des femmes et des mouvements ouvriers, en plus des mobilisations islamistes. La partie suivante s’attache aux dynamiques démographiques, aux enjeux scolaires et sanitaires, à la jeunesse et à la question copte. Ensuite, deux parties analysent le Grand Caire puis les grands ensembles régionaux. Ces points forts classiques de la recherche sur l’Egypte sont ici heureusement complétées par des focus originaux sur des espaces peu peuplés au sein du désert, dont plusieurs oasis. Les enjeux économiques et environnementaux sont abordés conjointement dans la sixième partie, tandis que l’atlas se conclut par l’évocation de la culture et du patrimoine, prismes d’analyse de l’identité égyptienne.

6Cette structure classique couvre donc un vaste ensemble de questions, toujours resituées dans leurs évolutions sociales, économiques et politiques. Les directrices reconnaissent d’inévitables lacunes, et il n’est pas question ici de pinailler sur tel ou tel manque. Les quelques réflexions qui suivent ne sont donc pas des critiques, ni même des réserves, mais simplement des remarques visant à replacer les connaissances ici rassemblées dans des débats plus larges au sein de la discipline géographique.

7Alors que la question urbaine a constitué un axe majeur de structuration des recherches en sciences sociales sur l’Egypte, le parti adopté ici suscite un léger regret. Ces recherches ont notamment souligné que la définition officielle de l’urbain en Egypte est notoirement sous-estimée. La double page consacrée au peuplement rappelle ce fait et met en avant l’apport que constituent les modèles d’urbanisation des plaines et deltas d’Asie pour penser les dynamiques urbaines égyptiennes. Toutefois, l’atlas semble s’en tenir à ces définitions officielles dans l’énumération des villes et de leurs populations, sans passer à des analyses en termes d’agglomérations et, plus encore, de mobilités. Peut-être faut-il voir dans cette timidité un effet de la collaboration avec le CAPMAS qui aurait induit des restrictions dans l’analyse de la dimension politique de l’urbain ? En effet, ces catégories statistiques inadéquates empêchent de voir que l’Egypte n’est plus qu’un gigantesque ensemble urbain linéaire. Quelles en sont les conséquences écologiques et pour la gouvernance et la gestion des espaces de la vie quotidienne ?

8C’est la loi du genre, par ailleurs, que le panorama foisonnant offert par un tel atlas ne se laisse pas réduire à un axe unique de problématisation. Pourtant, dans l’introduction, l’image classique de l’Egypte comme « don du Nil » est questionnée, à la lumière de la densification ininterrompue de l’œcoumène, et de la pression sur les ressources qu’elle provoque. Cette interprétation environnementale vient à juste titre compléter les analyses plus politiques qui ont dominé l’observation de l’Egypte au sortir de l’épisode révolutionnaire, à commencer par l’ouvrage d’inspiration plus politiste dirigée par Bernard Rougier, qui a dirigé le CEDEJ avant K. Bennafla, et Stéphane Lacroix (L’Egypte en révolution, 2015).

9Cette lecture écologique des enjeux territoriaux donne lieu à des approches fort stimulantes, telles que, à l’échelle du Caire, l’analyse du climat et surtout des pratiques et savoir-faire thermiques des citadins, la question du devenir de la collecte informelle des déchets et du recyclage, ou la structuration en filières courtes de l’approvisionnement en lait de la capitale égyptienne. D’autres questions écologiques majeures sont approchées plus classiquement et succinctement. La question de l’eau est surtout vue à travers l’angle géopolitique. Alors que les statistiques promettent à l’Egypte de passer prochainement sous le seuil de pénurie absolue, la question de l’approvisionnement des villes ou celle de la pollution auraient pu être approfondies davantage. Il est dommage, du reste, que le thème du changement climatique et des bouleversements écologiques qu’il provoque, ne soit pas davantage mis en avant afin de lier les évolutions de l’Egypte à celles du monde. La géohistoire de l’oasis de Kharga constitue néanmoins ici une perspective originale sur l’articulation entre variations historiques du climat, pratiques agricoles irriguées, peuplement et encadrement politique. Certaines contributions esquissent des liens entre questions socio-économiques et environnementales, comme la brutale réduction des subventions à l’alimentation et aux biens de consommation essentiels tels que l’électricité ou encore la conquête agricole du désert.

  • 2 A ce titre, on peut suggérer une lecture complémentaire : MAYEUR-JAOUEN C., 2019, Voyage en Haute-É (...)

10La politisation des questions écologiques constitue certainement, comme le suggère l’introduction, un chantier de questionnement majeur pour comprendre l’Egypte d’aujourd’hui. Mais l’analyse des mobilisations politiques, de quelque nature qu’elles soient, en dépit de la présence d’une partie dédiée à la vie politique, n’est abordée que de manière allusive voire euphémisée. La violence des années révolutionnaires n’est pratiquement pas mentionnée tandis que les pratiques répressives qu’impose le régime d’Al-Sissi sont pudiquement qualifiées de « dé-libéralisation du jeu politique » (p. 48). On suppose que cette timidité s’explique par la diplomatie nécessaire pour faire vivre la coopération scientifique qu’anime le CEDEJ avec ses partenaires égyptiens dans un contexte de surveillance et d’entraves à la recherche. Les directrices de l’ouvrage expliquent d’ailleurs que la quasi-absence de la moyenne et de la haute Egypte s’explique justement par les difficultés d’y mener des recherches2.

11Au total, ces remarques sont davantage à prendre comme une explicitation des contraintes qui pèsent sur la recherche en sciences sociales que comme des remises en cause. Cet atlas élégant, bien illustré, facile à lire, représente un véritable tour de force. Il actualise les connaissances sur l’Egypte contemporaine, et fournit des clés et des pistes pour intégrer la compréhension des mutations géographiques de ce pays dans des questions plus larges, fût-ce davantage sur le mode de l’introduction que de la somme. Il convient aussi de signaler, et de se réjouir, que l’ouvrage sera prochainement disponible en arabe et en anglais, et en accès libre en ligne. Ainsi, un lectorat élargi pourra bénéficier de ses lumières.

Haut de page

Notes

1 L’auteur de cette recension se doit de signaler qu’il a participé à une réunion de réflexion préparatoire au projet d’atlas de l’Egypte, en raison de son expérience avec les atlas de l’IFPO.

2 A ce titre, on peut suggérer une lecture complémentaire : MAYEUR-JAOUEN C., 2019, Voyage en Haute-Égypte : prêtres, coptes et catholiques, Paris, CNRS éditions, 412 p., ainsi que le film d’Anna Roussillon, Je suis le peuple (2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Verdeil, « Hala Bayoumi, Karine Bennafla (dir.), Atlas de l’Egypte contemporaine », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 21 avril 2020, consulté le 26 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/15324

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals