Navigation – Plan du site

Des lieux pour apprendre et des espaces à vivre : l’école et ses périphéries. Les dehors et les ailleurs

Places for learning and spaces for living : the school and its surroundings. Outside and elsewhere
Dominique Chevalier et Caroline Leininger-Frézal

Dédicace

"L’éducation ne se borne pas à l'enfance et à l'adolescence. L'enseignement ne se limite pas à l'école. Toute la vie, notre milieu est notre éducation, et un éducateur à la fois sévère et dangereux". Paul Valéry, Variété III

Texte intégral

  • 1 Sans toutefois aborder, dans la lignée des écoles de la vie, la question d’une école « sans murs », (...)

1Ce deuxième numéro de Geocarrefour consacré aux « lieux pour apprendre » et « aux espaces à vivre » (qu’il s’agisse de l’école ou de ses périphéries), propose de poursuivre la réflexion entamée dans le premier numéro, sur ce qui se trame et ce qui se joue dans les différents lieux d’apprentissages et espaces de l’enseignement. Si le premier volume se situait à l’échelle même des établissements, abordés à la fois en tant qu’espaces d’apprentissages et d’agencements, cette deuxième livraison propose d’appréhender plus spécifiquement les « ailleurs » et les « dehors » des lieux pour apprendre1. Il est d’ailleurs tout à fait paradoxal que ce numéro thématique sorte au moment même où les enfants et adolescent·e·s du pays reprennent timidement le chemin de l’école, après deux mois passés chez eux·elles à suivre les cours sous forme de continuité pédagogique, « hors les murs » de l’école, en raison du confinement lié à la crise sanitaire provoqué par le SARS-COV-2.

2Divers enjeux heuristiques, épistémologiques et éthiques seront abordés à travers les trois sous-parties de ce dossier dans lequel nous aborderons « l’errance qui nous donne à nous amarrer à cette dérive qui n’égare pas » (Glissant, 1997).

La première sous-partie concerne la question des territoires scolaires.

3Des recherches, en géographie et sociologie de l’éducation ont montré le poids du contexte socio-spatial, mis en évidence les relations entre éducations et territoires, sous l’angle des inégalités scolaires d’origine territoriale (Caro, 2014 ; Givord et al. 2016 ; Boudesseul et al., 2016, Giraud, 2019) et des divers ancrages des établissements scolaires dans leurs territoires (Barthes, Champollion et Alpes, 2017, Dussaux, 2011). Cette territorialisation redessine, en permanence, les frontières spatiales, temporelles et symboliques de l’institution scolaire (Frandji, 2017). Dans le droit fil de ces « effets territoires », Sylvain Genevois s’interroge sur le fait de savoir s’il ne faudrait pas d’abord définir en quoi l’école peut (encore) « faire territoire », à travers un article qui s’inscrit résolument dans une approche macro-échelle pour aborder les inégalités scolaires et l’ancrage des établissements scolaires dans l’académie de La Réunion. En partant d’un territoire dit « périphérique » mais bien délimité puisqu’il s’agit aussi d’un territoire insulaire, il montre que les logiques de fonctionnement des territoires scolaires méritent d’être appréhendées dans leurs dynamiques et leur complexité. Aurore Lecomte, quant à elle, s’intéresse plus précisément à la façon dont l’école, en tant qu’institution, aborde la question des mobilités des Voyageurs et l’installation en France des Roms migrants. Roms et Voyageurs, en plus d’être marginalisés spatialement se trouvent également être “des oubliés de l’école”, en raison particulièrement des nombreuses entraves à la scolarisation qu’ils et elles rencontrent. Cette question socialement vive (Simmonot, Legardez 2006) suscite de nombreuses réactions et s’invite en classe, notamment en Géographie où elle trouve un écho dans le concept de justice spatiale, d’aménagement du territoire.

La deuxième sous partie évoque plus globalement la question des aménités dues à l’environnement extérieur.

4La contribution de Xavier Michel rend plus particulièrement compte des dispositifs occasionnels de déplacement des classes hors du lieu habituel de l’école qui sont particulièrement divers dans les pays d’Europe, ce que reflète une grande variété de termes (voyage, visite, séjour, excursion, sortie, échange, etc.) présents ou absents dans chaque pays. L’analyse proposée dans cet article investigue le matériau des textes réglementaires encadrant ces pratiques, en prenant pour objet de recherche les différenciations terminologiques entre et dans chaque pays, avec l’hypothèse qu’elles sont signifiantes de représentations spatiales du mouvement, des implantations et des relations des classes scolaires avec les environnements pratiqués.

5Dans un texte qui examine la façon dont des étudiant·e·s se préparant au métier du professorat des écoles et certain·e·s de leurs formateur·rice·s se représentent des espaces d’apprentissages Anne-Laure Le Guern et Jean-François Thémines montrent la diversité des lieux. À partir de l’analyse d’un corpus de photographies prises ou choisies, ils explorent les sensibilités aux questions d’injustice sociale et d’inégalités éducatives. Toujours dans l’optique d’analyser l’ailleurs comme aménités et opportunités de rencontres et d’apprentissages multiples, Claire de Saint-Martin interroge les effets de la délocalisation de l’espace de l’apprentissage de la classe à travers un séjour artistique de formation théâtrale dans la microrégion du Giussani, au sud-est de la Balagne. La délocalisation de l’espace d’apprentissage ne modifie pas les capacités d’apprentissage des enfants : elle les révèle en autorisant un autre rapport au savoir des élèves, et modifie également le regard des enseignants sur leurs pratiques et sur ces enfants.

La troisième sous-partie aborde à la fois des ailleurs lointains, et des dehors quotidiens

6Trois textes relatent des situations d’apprentissages en contexte d’altérité.

7Dominique Chevalier analyse notamment comment le Covid-19 est venu (re)configurer les apprentissages « Hors les murs » des stagiaires de l’Inspe de Lyon, parties faire leur stage de pratique accompagnée au Viet Nâm et au Sénégal, et ce que l’expérience de l’empêchement a provoqué. Marie Pouilles-Garonzi propose de son côté d’analyser différents espaces d’apprentissages d’une société et d’un pays divisés, à travers l’exemple de Chypre. L’utilisation de l’espace public, scolaire et périscolaire ainsi que la question des programmes et manuels scolaires sont évoquées pour comprendre les enjeux sociétaux globaux qui en découlent, tant la Question Chypriote est toujours lourdement imbriquée dans les territoires et les processus éducatifs.

8Dans le cadre particulier de la Nouvelle-Calédonie, Séverine Ferrière, Isabelle Lefort et Amandine Touitou présentent une réflexion sur la prise en compte de l’espace proche dans l’enseignement de la géographie. En effet, le Projet Éducatif Calédonien (2016) définit un nouveau curriculum qui pose les bases d’une École « ancrée dans son environnement », où l’espace local et régional deviennent des objets d’apprentissage à part entière. Dans l’acception de l’espace local comme possibilité d’apprentissages spatiaux, Elsa Filâtre évoque la manière dont les trajets domicile-école peuvent représenter un terrain d’étude pertinent pour révéler des expériences spatiales vécues à la fois singulièrement, collectivement et quotidiennement.

Haut de page

Bibliographie

BARTHES A., CHAMPOLLION P., et ALPE Y. (dir.)., 2017, Permanences et évolutions de la relation complexe entre éducations et territoires, Londres, ISTE Edition Ltd, Série Education, 346 p.

BLONDEAU N., BOY V., POTOLIA A., 2019, L’école sans murs. Une école de la reliance, Paris, L’Harmattan, 250 p.

BOUDESSEUL G., CARO P., GRELET Y., MINASSIAN L., MONSO O., VIVENT C., 2016, Atlas des risques sociaux d’échec scolaire : l’exemple du décrochage, France métropolitaine et DOM, coédition Céreq-DEPP. 

CARO P., FAIVRE E., GROSJEAN F., 2006, La territorialisation des politiques scolaires : l'exemple des collèges du bassin de Gap, Annales de géographie, 2006/4, n° 650, p. 434-448.

DUSSAUX M., 2011, L'éducation au développement durable, l'école et les territoires apprenants, thèse de doctorat, Université Descartes Paris 5.

FRANDJI D., 2017, La territorialisation des politiques éducatives en France. Des tensions récurrentes, in La fragmentation des systèmes scolaires nationaux, Revue Internationale d’Éducation, Sèvres, n° 76, p. 115-125.

GIRAUD F. et al., 2019, Habiter quelque part : la trame spatiale des inégalités, in LAHIRE, B. (dir.), Enfances de classe. De l’inégalité parmi les enfants, Paris, Seuil, 1209 p., p. 933-952.

GIVORD P., GUILLERM M., MONSO O., MURAT F., 2016, Comment mesurer la ségrégation dans le système éducatif ? Une étude de la composition sociale des collèges français », Éducation & formations, n° 91, p. 21-51.

GLISSANT É., 1997, Traité du Tout-Monde. Poétique IV, Paris, Gallimard.

LEGARDEZ A., SIMMONOT L., 2006, L’école à l’épreuve de l’actualité. Enseigner les questions vives, PARIS, ESF, 100 p.

Haut de page

Notes

1 Sans toutefois aborder, dans la lignée des écoles de la vie, la question d’une école « sans murs », puisqu’aucun texte n’a été proposé en ce sens. Sur le sujet, lire le livre « L’école sans murs. Une école de la reliance », issu d’un colloque qui s’est tenu à l’université Paris8 Vincennes-Saint Denis. Cf bibliographie

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Chevalier et Caroline Leininger-Frézal, « Des lieux pour apprendre et des espaces à vivre : l’école et ses périphéries. Les dehors et les ailleurs », Géocarrefour [En ligne], 94/2 | 2020, mis en ligne le 19 mai 2020, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/15432

Haut de page

Auteurs

Dominique Chevalier

Maîtresse de Conférences-HDR, Université Lyon-INSPÉ, CNRS UMR 5600 Environnement Ville Société dominique.chevalier@univ-lyon1.fr https://univ-lyon1.academia.edu/DominiqueChevalier

Articles du même auteur

Caroline Leininger-Frézal

Maîtresse de conférences HDR, LDAR, Université Paris Diderot, carolinefrezal@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals