Navigation – Plan du site

Manola Antonioli et al., 2019, Saturations. Individus, collectifs, organisations et territoires à l’épreuve

Catherine Didier-Fèvre
Référence(s) :

ANTONIOLI M, DREVON G., GWIAZDZINSKI L, KAUFMANN V. et PATTARONI L., 2019, Saturations. Individus, collectifs, organisations et territoires à l’épreuve, Grenoble, Elya éditions, 248 p.

Texte intégral

1La lecture de cet ouvrage, paru à l’automne 2019, apporte dans le contexte post-confinement de nombreux éléments de réflexion sur notre société et invite à penser le monde d’après. Intitulé Saturations, il renvoie à une dimension quantitative caractérisée par un « trop plein » d’informations générant une détérioration qualitative de ces mêmes informations. C’est l’expérience qu’ont pu « éprouver les hommes et les femmes du XIXème siècle à s’habituer à la saturation de stimuli sensoriels qui les assaillaient dans les grandes villes, surtout lorsqu’ils découvraient cet environnement inédit lors d’une première sortie de leur village de campagne » (p. 12). Habitués à vivre au milieu de cette saturation, les urbains s’en accommodent plus ou moins, surtout dans le contexte de l’inflation des informations liée au développement du numérique. Quand ces agressions quotidiennes deviennent trop difficiles à supporter, le burn out guette et vient interrompre cette course folle à l’information, à l’hyper-activité dans le travail comme dans les loisirs. Le confinement a arrêté cette cavalcade et a donné une respiration bienvenue aux urbains : les bruits de la ville hyperactive laissant la place aux chants des oiseaux et aux sons des cloches. Une pause bienvenue, porteuse de nombreux espoirs sur la ville d’après. Cet ouvrage offre des pistes pour éviter de retomber dans les travers de l’hyper-ville caractérisée par le « trop plein ».

2Les dix-sept auteurs de cet ouvrage, dirigés par une philosophe (Manola Antonioli), des sociologues (Guillaume Drevon, Vincent Kaufmann et Lucas Pattaroni) et un géographe (Luc Gwiazdzinski), offrent une variété d’analyses organisées en deux parties, la première consistant en un repérage des saturations et la seconde rassemblant des solutions pour sortir des saturations. L’ensemble est préfacé par Yves Citron, professeur de littérature et de média à Paris 8. Toutes ces contributions invitent à « imaginer, sur les traces de Gaston Bachelard et d’Henri Lefebvre, une nouvelle « rythmanalyse », d’autres formes de « droit à la ville », d’autres stratégies du quotidien et d’autres répartitions entre les espaces privés et les espaces publics, entre la vitesse et la lenteur » (p. 21).

  • 1 La dromologie est l'étude du rôle joué par la vitesse dans les sociétés modernes. Ce néologisme vie (...)

3Se distinguent de l’ensemble, notamment dans la première partie, quelques textes particulièrement pertinents pour envisager l’avenir de nos sociétés. Celui de Manola Antonioli intitulé « décélération individuelle et démobilisation collective » s’appuie sur les travaux du sociologue allemand H. Rosa, ayant théorisé le concept d’accélération, ainsi que sur ceux de P. Virilio à l’origine de la dromologie1 et de sa critique mais également de P. Sloterdijk, auteur de La mobilisation infinie, ouvrage paru en 2000. Elle écorne au passage les productions de Michel Lussault, « chantre de l’avènement du monde » (p. 40). Elle met en garde contre les saturations dans le contexte de la crise écologique et du réchauffement climatique. « Une théorie critique radicale du monde contemporain pourrait être ainsi une critique de cette « mobilisation » généralisée, catégorie du monde et du langage militaire, qui transporte et traduit la violence guerrière implicite dans le dynamisme des processus avancés des techno-sciences, même si elles se déguisent désormais dans la fausse convivialité des réseaux sociaux, dans l’aspect lisse et « analgésique » des procédures informatives et des écrans, dans le passage de la violence manifeste de l’industrie lourde à celle cachée de l’information rapide, de la société disciplinaire à la société de contrôle. » (p. 43). Une réflexion d’autant plus d’actualité dans le contexte du déconfinement… Le liminaire co-écrit par Guillaume Drevon et Vincent Kaufmann est un texte pouvant être étudié en classe tant il réussit en quelques lignes à faire le tour de la question posée dans le chapitre « Saturation par les mobilités : vers de nouvelles inégalités temporelles face aux rythmes de vie contemporains ». Ils examinent les figures imposées de la mobilité dans le travail comme dans les loisirs et les vacances et dénoncent l’inflation d’activités selon un rythme de vie frénétique. Ils montrent également les effets de ces injonctions mobilitaires. « L’écart se creuse entre les personnes capables de s’acheter du temps et celles qui n’ont d’autres choix que de le subir » (p. 75). Le texte de Philippe Vidal sur la smart city rejoint celui de Brice Duthion sur la saturation touristique. L’application Airbnb est responsable d’une vague de « tourismophobie », face à la « course effrénée » du tourisme depuis le début des années 2000 : la mode des selfies et le syndrome des Big Five (entendre par là les lieux incontournables « à faire ») alimentant la machine. L’indice de saturation touristique (IST) renvoie à la pression très élevée de l’économie touristique sur l’économie locale et exige de repenser le déploiement de l’activité touristique pour que tout le monde y trouve son compte. La nuit, objet d’études de Luc Gwiazdzinski, renvoie à un temps qui n’est pas encore l’objet de saturations mais qui pourrait le devenir : « Progressivement, les activités humaines se sont déployées dans la nuit et ont recomposé un nouvel espace-temps de travail, de loisirs et de culture. Aujourd’hui, 80 % des Français déclarent sortir en ville la nuit contre moins de 20 % il y a 30 ans » (p. 135).

4Si des solutions sont évoquées dans quelques articles de la première partie de l’ouvrage, la seconde porte essentiellement sur celles-ci. Sont examinées successivement des appropriations d’espaces urbains par des collectifs (jardins partagés, investissement des zones d’activités économiques en dehors des heures de bureau) ou par les institutions (la planification urbaine à Genève). Des dispositifs pour gérer le « floux », le déplacement des piétons, dans les gares sont présentés. Les espaces périurbains sont vus comme des espaces pour échapper à la saturation urbaine grâce à la proximité avec la nature. L’article oublie toutefois de dire que, sauf dans le cas des habitants ayant leur travail à proximité de leur commune de résidence, la plupart sont contraints à de longs et fatigants trajets pendulaires les soumettant à la saturation urbaine et amputant leur temps libre. L’ensemble se clôt sur deux articles remarquables. Francis Jauréguiberry réfléchit, dans « Partir quand même dans un monde connecté », au dilemme se posant aux voyageurs au long court, ceux qui veulent faire du voyage une expérience à part entière, loin des tracas de leur vie quotidienne. Ces candidats à ce voyage initiatique sont confrontés aux injonctions du monde saturé, exigeant « qu’ils donnent des nouvelles », qu’ils tiennent régulièrement un blog : autant d’activités venant parasiter cette idée de break au cœur d’une vie de fou. Leur droit à la déconnexion n’est pas reconnu. Nelly Desmarais développe, quant à elle, un propos sur les liens entre « écriture urbaine et décélération », d’une actualité particulière dans le contexte du confinement. « Il faudrait ainsi réapprendre à regarder, voir autre chose que ce que l’on croit avoir vu. Réapprendre à voir malgré toutes ces images qui façonnent notre regard et le dirigent. Se défaire de l’appris, des représentations courantes, des lieux communs porteurs d’une vision du monde acquise ou imposée, une vision qui paraît souvent être la seule possible. Et peut-être en cela renouer avec l’unicité d’un point de vue individuel, unique, avec un regard singulier » (p. 219-220). Elle nous invite à « poser les bonnes questions aux lieux afin de restituer leur caractère émotif, leur histoire, en montrant ce en quoi celle-ci a à voir avec la nôtre, et la manière dont on entre réellement en contact avec la ville, d’abord par les sens, c’est-à-dire par un dialogue complexe entre intérieur et extérieur, émotion et perception » (p. 227-228). C’est ce que les écrivains apprentis ont réalisé pendant ce temps hors du temps en rédigeant des carnets de confinement. Une approche microgéographique au cœur de la réflexion sur les Saturations !

Haut de page

Notes

1 La dromologie est l'étude du rôle joué par la vitesse dans les sociétés modernes. Ce néologisme vient du grec dromos (« course ») et logos (« science »)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Didier-Fèvre, « Manola Antonioli et al., 2019, Saturations. Individus, collectifs, organisations et territoires à l’épreuve  », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 29 mai 2020, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/15477

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals