Navigation – Plan du site

AccueilNuméros94/3ArticlesLa spécialisation intelligente, u...

Articles

La spécialisation intelligente, une stratégie réellement pensée pour toutes les régions de l’UE ?

Smart specialization, a strategy really thought out for all regions of the EU?
Sébastien Bourdin, Olivier Lefèvre et Fabrice Saint

Résumés

La stratégie « Europe 2020 » pour une croissance « intelligente, durable et inclusive » vise à mettre en œuvre ce que l’UE appelle une « stratégie de spécialisation intelligence » (RIS3), en prenant en compte les caractéristiques institutionnelles, culturelles et sociales pour mieux s’adapter aux spécificités locales. A partir d’entretiens semi-directifs réalisés auprès de responsables de service en charge de la gestion des Fonds structurels et d’investissement européens, nous montrons que les régions en retard ont davantage besoin de mettre en œuvre des stratégies de rattrapage plutôt que de conversion « brutale » vers une économie de la connaissance pour laquelle elles ne sont pas prêtes, aussi bien en termes d’ingénierie de projets européens, de qualité de la gouvernance que du potentiel de R&D pour créer des régions tournées vers l’innovation et l’entrepreneuriat. En conséquence, il semble nécessaire de proposer une approche plus individualisée de la politique de cohésion pour qu’elle puisse répondre aux réels besoins des régions européennes en prenant en compte leurs spécificités.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À en juger par son nom, l'objectif de la politique de cohésion de l'Union européenne (UE) semble clair : promouvoir la cohésion dans l'UE. Or, ce concept recouvre de nombreuses acceptions (Elissalde et al., 2013) et a évolué au cours du temps (Medeiros, 2016) en fonction des différentes stratégies poursuivies par les orientations politiques qui se sont succédé sous l’impulsion de la Commission européenne.

2La dernière stratégie – la stratégie Europe 2020 – a succédé à l'agenda de Lisbonne en renouvelant les objectifs de compétitivité et de croissance pour la période de programmation 2014-2020. La stratégie pour une « croissance intelligente, durable et inclusive » (Commission européenne, 2010) visait à répondre à des questions exacerbées par la crise économique, comme le ralentissement de la croissance dans certaines régions (Bourdin, 2018). Plusieurs rapports, dont le rapport Barca, préconisaient alors une territorialisation de la politique de cohésion, autrement dit de distribuer les fonds européens en prenant en compte les spécificités locales de chaque région d’Europe (Bourdin et Torre, 2018). Les stratégies de développement régional qui en ont découlé ont été guidées par le concept de spécialisation intelligente (SS pour smart specialisation), qui tente de traduire un concept sectoriel dans un contexte spatial, reliant la stratégie de l'Union européenne pour l'innovation à la politique de cohésion (McCann et Ortega-Argilés, 2013). La stratégie de spécialisation intelligente (SSI) est le fruit d’une profonde révolution structurelle dans la façon dont le développement régional est pensé en Europe. Bourdin (2019) parle même de changement paradigmatique pour décrire la territorialisation de la politique de cohésion qui s’est opérée avec la mise en œuvre d’une « place-based policy ». La SS est un concept récent qui vise à relancer la croissance en Europe et à réduire son déficit de productivité vis-à-vis des leaders mondiaux (Foray et al., 2009). Empruntant des arguments à la théorie du commerce international, tels que l'avantage comparatif et les dotations en facteurs, le cadre de la SSI souligne la nécessité pour les régions et les pays de donner la priorité à certains domaines verticaux (spécialisation) en s'appuyant sur les forces et atouts existants (intelligente) comme base d'une croissance axée sur l'innovation (Foray et al., 2011). En particulier, ce processus de SS repose sur la sélection des domaines d'intervention/de spécialisation qui ne s’appuie ni sur les connaissances et la volonté des décideurs, ni sur une base de connaissances purement analytique, mais résulte plutôt d'un processus interactif entre les décideurs et le secteur privé, le processus dit de « découverte entrepreneuriale », qui permet d'explorer et d'évaluer les nouvelles opportunités en termes de potentiels bénéfices, de risques et de besoins politiques (Foray & Goenaga, 2013). Enfin, cette stratégie trouve également ses origines dans les théories développées en science régionale dans les années 90 notamment autour des concepts de réseaux d’innovations (Maillat et al., 1991), de districts industriels (Becattini, 1992) ou encore de milieux innovateurs (Crevoisier, 2001) pour lesquels l’innovation passait par la mobilisation des ressources territoriales locales. Ces formes de clusters sont d’ailleurs devenues la cible des décideurs politiques pour soutenir l'innovation et la compétitivité initiées à plusieurs niveaux spatiaux (supranational, national, régional) (voir par exemple Porter 2000 ; Asheim et al., 2006).

3Plusieurs constats s’imposent. Premièrement, la spécialisation intelligente a été intégrée dans la politique de cohésion sans période d'essai ni phase pilote (Foray, 2015). Aucune preuve directe n'était disponible au moment du lancement quant à sa pertinence dans les différents domaines et contextes territoriaux de l'Union européenne. Ainsi, la SS était et est toujours dans une large mesure une « expérience ambitieuse », dont les réalisations et l'efficacité sont une question importante à laquelle nous n’avons à ce jour que des réponses partielles et contradictoires. Deuxièmement, l'objectif global de la politique de cohésion – qui était de refléter les idéaux de régionalisation et d'intégration associés à la stratégie « Europe des régions » – s'est déplacé vers la compétitivité et la croissance associées à l'agenda de Lisbonne, et vers l'innovation associée à Europe 2020. Troisièmement, dans les pays d’Europe centrale et orientale (PECO), ces changements ont coïncidé, d'une part, avec (i) la transition et l'adhésion à l'UE, (ii) le renforcement des capacités démocratiques et institutionnelles et (iii) le niveau de développement très faible des régions périphériques et, d'autre part, avec (i) le « rattrapage », (ii) la polarisation induite par les crises, (iii) la centralisation politique et (iv) la concurrence régionale. Quatrièmement, l'approche de spécialisation intelligente de l'UE a accéléré l'« européanisation » des politiques nationales et régionales d'innovation (Elouaer-Mrizak et Picard, 2018), en particulier dans les PECO, en raison de leur brève histoire dans la formulation des politiques d'innovation. Si l'influence de l'UE a été bénéfique en fournissant des conseils politiques et de meilleures pratiques, elle exige également le respect de principes prédéfinis (c'est-à-dire des conditionnalités ex ante), ce qui limite la marge de manœuvre des États membres dans le choix des options politiques. D’ailleurs, les accords de partenariat des Etats membres avec l’UE encadrant les programmes pour la période 2014-2020 mettent l'accent sur la compétitivité économique plutôt que sur la convergence socio-économique en tant que moteur des stratégies de développement financées par la politique de cohésion (Nosek, 2017). Enfin, la politique de cohésion est devenue la principale stratégie d'investissement de l'UE, et joue un rôle majeur dans le développement des régions d’Europe centrale et orientale.

4Or, alors même qu’elle a contribué à la croissance et à une convergence accrue au niveau des États membres, elle est susceptible de soutenir les processus de polarisation actuels entre régions de l'UE. La politique de cohésion s'efforçant avant tout de maintenir la compétitivité économique de l'UE à l'échelle mondiale, elle s'éloigne de son objectif traditionnel de promotion de la cohésion territoriale en soutenant le développement à l'échelle mondiale. En outre, on peut également s’interroger sur la capacité des régions les plus en difficulté à mettre en œuvre cette stratégie de spécialisation intelligente basée sur l’innovation alors que certaines d’entre elles, plus de dix ans après leur intégration dans l’UE, peinent toujours à se développer économiquement face à des régions capitales qui continuent d’attirer une grande partie des investissements (Lepesant, 2011 ; Bourdin, 2019). Il se pose aussi la question de la capacité administrative des régions à mettre en œuvre cette stratégie. Dès 2004, Gilles Lepesant abordait déjà la question du déficit d’ingénierie à partir de l’exemple des régions polonaises, et soulevait le besoin d’une recomposition du paysage institutionnel que nécessitent les Fonds européens en raison des conditions posées à leur attribution.

  • 1 Research and Innovation Strategies for Smart Specialisation

5Il semble donc légitime de s’interroger sur les contradictions entre les objectifs de la politique de cohésion de l’UE, les exigences de la démarche RIS31 et la capacité des régions périphériques à pouvoir mettre en œuvre cette stratégie, d’autant plus que la mise en place de cette stratégie étant plus difficile pour les régions en retard, elle revêt souvent pour elles la forme d’une copie des stratégies des régions avancées (Colletis-Wahl, 2018). Ainsi, notre article contribue à la littérature existante en examinant comment et dans quelle mesure (i) l'approche de spécialisation intelligente de la politique d'innovation régionale se traduit actuellement en décisions stratégiques et en interventions politiques pour les régions en difficultés économiques et (ii) la stratégie de spécialisation intelligente répond aux défis socio-économiques des régions européennes en retard. Alors qu’une très grande partie des publications sur la stratégie de spécialisation intelligente examine son efficacité à l’aide de méthodes quantitatives, nous nous basons sur une étude qualitative via des entretiens semi-directifs auprès des coordinateurs/responsables de la mise en œuvre de la SS dans plusieurs régions européennes afin de comparer le processus de construction de la RIS3.

6Notre article est organisé comme suit : tout d’abord nous présenterons le cadre théorique de notre étude puis nous présenterons notre méthodologie avant d’exposer les principaux résultats de notre analyse. Enfin, nous proposerons quelques pistes de réflexion pour la future politique de cohésion 2021-2027.

Cadre théorique

Retours sur la stratégie de spécialisation, son émergence et ses implications dans les régions en retard

7Les stratégies de recherche et d'innovation pour une spécialisation intelligente (RIS3) – mises en œuvre comme une condition préalable à l'obtention d'un soutien des Fonds européens structurels et d'investissement – ont été introduites afin de parvenir à un changement de paradigme dans la structure des politiques régionales de l'innovation. Chaque région doit « identifier les priorités de transformation qui permettent d'amplifier les structures et compétences locales existantes et de produire ainsi des avantages compétitifs originaux et uniques » (Foray, 2015, p. 2). Elles sont apparues dans un courant de pensée de plus en plus populaire soulignant la nécessité de territorialiser les politiques publiques (Barca et al., 2012 ; Bourdin et Ragazzi, 2018), dans lequel le contexte géographique – composé d'éléments sociaux, culturels et institutionnels – et l'intervention politique devraient inclure la participation d'un large groupe d'acteurs, évitant l'exclusion sociale et les inégalités. Elles ont été imaginées comme pouvant potentiellement résoudre le problème des politiques d'innovation régionales trop standardisées et de taille unique « one size fits all » (Tödtling & Trippl, 2005). Il s'agit donc d'un programme de transformation économique intégrée, axé sur les forces, les avantages concurrentiels et le potentiel de performance d'un pays ou d'une région.

8Plus précisément, l'expression « spécialisation intelligente » désigne l'approche actuelle de l'UE en matière de politique régionale d'innovation. Elle a été officiellement introduite dans le contexte de la politique européenne de cohésion dans le cadre d'une réforme plus large visant à renforcer le caractère territorial de la politique et à soutenir la prise de décision en mettant l'accent sur la participation des parties prenantes, l'expérimentation et les résultats (Barca, 2009). Plus spécifiquement, la SS a proposé un nouvel ensemble intégré de principes guidant l'investissement dans l'innovation par l'établissement de priorités et la concentration des ressources publiques, ainsi que la mobilisation des atouts locaux et des capacités entrepreneuriales. L'adoption formelle d'une stratégie de spécialisation intelligente (SSI) a ensuite été établie par la législation européenne comme condition préalable à l'utilisation du FEDER, qui est la principale source de financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020, en faveur de la recherche et de l’innovation

  • 2 L'économie évolutionniste est un domaine qui considère l'économie comme un système évolutif, et (...)

9La contribution supposée de la S3 à la performance et à la croissance régionales repose sur trois piliers. Le premier fait référence à l'idée de la spécialisation : une région doit éviter de répartir les ressources entre plusieurs (trop de) domaines afin d’atteindre une masse critique et augmenter la productivité des investissements en recherche et développement (Foray et al., 2009). Il s’agit d’un principe général mis en avant par la réglementation européenne. On peut le rapprocher du concept de « concentration thématique » selon lequel la plus grande partie des investissements des Fonds européens structurels et d'investissement est orientée vers un nombre limité de priorités (recherche et innovation, numérique, petites et moyennes entreprises, transition énergétique). Le deuxième pilier est relatif au principe d'encastrement. La stratégie régionale qui sera adoptée dépend fortement de la structure industrielle effectivement présente dans une région. Par conséquent, la spécialisation régionale montre un degré élevé de dépendance à l'égard des sentiers (Asheim et al., 2011). Le troisième pilier concerne la relation entre les domaines de spécialisation. La littérature en économie évolutionniste2 suggère que le passage de la diversification à des technologies étroitement liées aux technologies existantes peut conduire à de nouveaux potentiels de croissance pour les régions (Boschma, 2015 ; Balland et al., 2018).

10D. Foray (2013) décrit la spécialisation intelligente comme un élément d'une politique régionale et industrielle plus large dans le cadre de laquelle les processus de « découverte entrepreneuriale » identifient de nouvelles activités dans des domaines technologiques et/ou sectoriels inexplorés, qui ont un potentiel de diffusion des connaissances, d'innovation, d'économies d'échelle et d'agglomération et de débouchés commerciaux. Notons que la notion d'« activités » est elle-même assez générique et n'est pas suffisamment définie dans la littérature. La philosophie de la RIS3 est de soutenir les « activités » les plus prometteuses (et identifiées) pendant une période exploratoire, après quoi seules celles qui présentent un « potentiel » devraient être encouragées par des politiques régionales et industrielles dédiées.

11Or, l'identification de « nouvelles activités » préconisées par la RIS3 peut s'avérer particulièrement difficile pour les régions en retard de développement. En effet, les régions en retard de développement enregistrent un déficit en matière de capacités entrepreneuriales et d'innovation ; le processus de découverte entrepreneuriale sur lequel repose la RIS3 peut être absent. Les régions en retard de développement présentent également des réseaux faibles, ce qui entrave l'échange de connaissances, la fertilisation croisée des idées et l'émergence de nouveaux domaines d'opportunités de marché (Capello et Kroll, 2016). Néanmoins, les chercheurs ont récemment commencé à définir théoriquement comment les régions en retard de développement pourraient davantage s’inscrire dans les initiatives RIS3 et en tirer profit, par exemple en intégrant formellement la SS dans les cadres géographiques et économiques existants et en reconnaissant que les trajectoires régionales futures sont largement conditionnées par leur histoire (Morgan, 2013). P. McCann et R. Ortega-Argilés (2015) et D. Foray et al. (2015). Certains préconisent de renforcer l'ancrage régional, en alignant mieux les programmes de formation sur les besoins sectoriels locaux afin de réduire les inadéquations des compétences régionales avec les besoins des entreprises. De tels programmes pourraient être adaptés de manière flexible pour garantir que la région conserve ses compétences face aux changements structurels en cours sur les marchés du travail, des technologies et des produits (voir Bailey et al., 2018).

Les limites de la stratégie de spécialisation dans les régions en retard

12Malgré le satisfecit de son initiateur D. Foray quant à son opérationnalité (Foray, 2019), le concept de SS a plusieurs limites qui ont été identifiées en partie dans la littérature et que nous considérons comme particulièrement importantes pour les pays les moins développés. Parmi ces freins, on recense des obstacles liés aux caractéristiques de l’économie régionale, les problèmes de qualité des institutions et le manque d’ingénierie, et enfin les difficultés d’implication des parties prenantes dans le processus de construction de la SS.

La structure économique régionale compte

13Les caractéristiques économiques des régions en retard peuvent expliquer en partie les difficultés de ces régions à pouvoir mettre en œuvre une RIS3. Premièrement, il manque un véritable écosystème entrepreneurial et il est rare que les conditions favorables à la création d'entreprises pour créer des emplois de manière durable soient réunies dans les pays les moins développés de l’UE (Bourdin et al., 2019). D’autres auteurs (Manolova et al., 2008 ; Bruns et al., 2017) ajoutent qu’il en résulte un manque de culture entrepreneuriale, reflet de normes et de valeurs culturelles idiosyncrasiques, de traditions et d’un patrimoine institutionnel différents de celui de l’Europe de l’Ouest.

14Plusieurs auteurs (ie. Lefilleur, 2010 ; Boulineau, 2011 ; Gorzelak et al., 2013 ; Bourdin, 2019) ont montré que certaines régions étaient complètement intégrées alors que la transition économique en Europe centrale et orientale pour d’autres régions restait largement inachevée. Pour ces dernières, le système socialiste a fortement pesé sur les structures productives, les composantes socioprofessionnelles et les dotations en facteurs de production des régions. On continue d’y observer l’héritage de l’aménagement socialiste avec une industrie lourde (extraction, métallurgie, énergie) dans les centres urbains avec encore une présence importante de catégories socioprofessionnelles ouvrières dans les villes aux dépens des activités qualifiées et de services (Lepesant, 2011). En conséquence, pour ces régions en difficultés et n’ayant que partiellement entamé leur transition, la mise en place d’une SSI basée sur des technologies complexes reste à ce jour illusoire. Comme l’expliquent Crespo et al., (2017), les régions en retard de développement se caractérisent généralement par un faible niveau de complexité des connaissances, et ne disposent pas non plus des conditions pour faire de la R&D leur permettant de tirer parti d’un point de vue économique de leurs technologies ainsi développées.

15Par ailleurs, les régions doivent sélectionner ex ante des « domaines prioritaires » sur lesquels les Fonds seront prioritairement investis. Or, cette identification est difficile. En effet, dans les régions dépendant d'une seule industrie (par exemple, l'acier) qui est arrivée à maturité ou même dans une phase de déclin (Virkkala, 2007 ; Isaksen, 2014), la sélection ex ante est problématique pour deux raisons principales : (i) il n'y a pas suffisamment de diversité technologique dans la région ; (ii) l'avantage comparatif historique de la région s'est érodé et n'offre pas de potentiel de croissance économique à long terme compte tenu de la dynamique industrielle plus large et de la mondialisation (Foray, 2013). En outre, pour les régions fondées sur des industries traditionnelles – ce qui est encore le cas pour de nombreuses régions centre-orientales et du Sud de la Méditerranée –, le fait de se concentrer sur leurs forces industrielles actuelles peut les conduire à ce que G. Grabher (1993) appelle un « piège de spécialisation rigide ». Selon l’auteur, les régions en retard de développement peuvent avoir besoin d'établir des voies entièrement nouvelles pour éviter cela.

La qualité des institutions compte

16Bien que la politique de cohésion s'adresse à tous les pays et régions de l’UE, une grande partie des Fonds est attribuée aux régions moins développées (les régions dont le PIB/hab. est inférieur à 75 % de la moyenne de l’UE – soit 27 % de la population de l’UE qui reçoit 164 milliards d’euros pour 2014/2020, représentant 67 % du budget total alloué à la politique de cohésion). L’obtention de ces Fonds est fortement conditionnée par la réalisation d’une RIS3. Or, la littérature souligne notamment l'existence d'un « paradoxe de l'innovation » dans ces régions. Il existe une contradiction entre la nécessité de promouvoir l'innovation dans les régions en retard pour accélérer leur développement et leur capacité moindre d'absorber les Fonds disponibles et d'investir efficacement dans les activités d'innovation par rapport aux régions plus avancées. Ce paradoxe s'explique par les faiblesses du système régional d'innovation et les caractéristiques institutionnelles de ces régions. Le déficit de compétences en ingénierie de projets européens et le manque de formation du personnel en charge des dossiers (Bachtler et al., 2014) constitue une réelle difficulté pour ces régions.

17Par conséquent, la solution à cette contradiction nécessite un changement institutionnel majeur et un renforcement des relations entre les parties prenantes de l’innovation en région (Marques & Morgan, 2018). Plus généralement, la littérature sur le développement économique régional et local souligne l'importance de la nécessité d'institutions efficaces, caractérisées par la confiance, la réciprocité et la coopération stratégique entre les acteurs publics et privés pour favoriser les processus de développement (Martin et Sunley, 1996 ; Farole et al., 2011 ; Rodríguez-Pose et Garcilazo, 2015). Dans leur étude récente, A. Rodríguez-Pose et T. Ketterer (2018) suggèrent que (i) la qualité du gouvernement est importante pour la croissance régionale et constitue toujours le principal obstacle au développement dans les régions en retard et que (ii) procéder à des améliorations de la qualité des institutions est essentiel pour ces régions en difficultés économiques. Ainsi, la qualité du gouvernement s’avère être un facteur pertinent influençant la capacité d'innovation, et des institutions publiques efficaces et transparentes sont nécessaires à la mise en place de stratégies pour l'innovation qui soient efficaces (Rodríguez-Pose et Di Cataldo, 2015).

La coordination entre les acteurs et une implication large comptent

  • 3 Nomenclature des unités territoriales statistiques

18Les régions sont censées (i) organiser un processus de « découverte entrepreneuriale » participatif entre le public et le privé pour (ii) identifier les capacités régionales, (iii) convenir d'une spécialisation, supposée incarner une vision commune des parties prenantes du développement régional et (iv) définir des actions à mettre en œuvre ensemble (Foray et al., 2009). Cette idée de la nécessité de partenariat entre les acteurs pour créer les conditions d’un développement territorial n’est pas neuve. Parmi les conditions à réunir pour bénéficier des Fonds structurels européens, dès les années 1990, il était déjà demandé une collaboration entre acteurs administratifs, économiques et sociaux (Lepesant, 2004). Cependant, avec la RIS3, la coordination est devenue une priorité pour construire la SSI d’une région, tout du moins en théorie. Car le problème est que, dans plusieurs Etats européens, il existe encore un système qui reste très centralisé (Boulineau, 2016) et où la région demeure une « coquille vide ». Par exemple, qu’il s’agisse de la Roumanie ou de la Bulgarie, la question de l’adéquation entre le maillage administratif et la capacité administrative (Boulineau, 2006) se pose. En effet, afin de se conformer à la classification NUTS3, les pays d’Europe centrale et orientale ont souvent dû effectuer des réformes territoriales et définir de nouveaux maillages territoriaux sur lesquels reposaient l’attribution des Fonds européens. Or, pour certains d’entre eux, les régions de planification qui ont été délimitées sont devenues des « maillages sans territoire » et l’on comprend dès lors la capacité médiocre d’absorption de ces pays. Par conséquent, il existe une incapacité des structures centralisées à mobiliser la participation des parties prenantes : les lacunes dans l'élaboration d'une vision commune peuvent ainsi entraver le processus. R. Capello et H. Kroll (2016) relèvent plusieurs difficultés tels que le manque (i) de connectivité entre les parties prenantes, (ii) d'esprit d'entreprise, (iii) de qualité de la gouvernance locale et (iv) de masse critique pour développer des processus d'apprentissage collectif. Ces aspects sont étroitement liés au contexte institutionnel, car le manque de liens ou la faiblesse des capacités d'apprentissage collectif peuvent être le fruit de la prédominance d'institutions biaisées (notamment par la corruption) et de la méfiance mutuelle aggravée par une faible culture de coopération.

19P. McCann et R. Ortega-Argiles (2015) suggèrent donc de mettre en place des mesures visant à améliorer la connectivité entre les acteurs afin de favoriser le renforcement des liens. Mais, au-delà des relations entre les parties prenantes du développement régional (institutions publiques, entreprises de différentes tailles et représentatives du contexte économique local, établissements d’enseignement supérieur, laboratoires publics et privés, société civile) d’une région, il est maintenant reconnu que les réseaux de connaissances susceptibles de créer des innovations sont souvent délimités de manière non territoriale et que les liens extra-régionaux sont de plus en plus importants pour élargir le bassin de connaissances d'une région et stimuler l'apprentissage (Rychen et Zimmermann, 2008 ; Camagni et Capello, 2013). En effet, lorsqu'ils sont combinés à des bases de connaissances locales, les flux de connaissances externes peuvent redynamiser l'industrie locale et revitaliser la croissance. C’est ainsi que, au travers d’une typologie des régions européennes pour l’innovation, R. Camagni et al. (2014) soulignent la nécessité de surmonter la dichotomie simpliste entre le centre et la périphérie et dessinent ainsi une géographie de l'innovation qui est beaucoup plus complexe. Il ressort de leur étude cinq type de régions : (i) un espace européen fondé sur la science (régions dotées d'une solide base de connaissances et de processus d'innovation rapides spécialisés, avec une grande originalité des connaissances scientifiques locales et un degré élevé d'apports de connaissances) ; (ii) les régions des sciences appliquées (des régions fortement productrices de connaissances caractérisées par les sciences appliquées, avec un degré élevé de connaissances provenant de régions ayant une base de connaissances similaire avec une activité de R&D élevée) ; (iii) les régions avec un domaine d'application technologique intelligent (dans lesquelles un taux élevé d'innovation de produit est enregistré, avec un degré limité de science appliquée locale et une créativité et une réceptivité élevées qui permettent de traduire la science fondamentale externe et la science appliquée en innovation ; la dotation en R&D est beaucoup plus faible que dans les deux cas précédents) ; (iv) un espace de diversification intelligente et créative (composé de régions avec un faible degré de connaissances locales appliquées, une certaine capacité d'innovation interne, un degré élevé de compétences locales) ; (v) un espace d’imitation de l'innovation (des régions montrant une faible intensité de connaissances et d'innovation, un faible esprit d'entreprise et une faible créativité, une forte attractivité de l'investissement étranger direct à l’étranger, et un bon potentiel d'innovation). La plupart de ces régions de la classe (v) se trouvent dans de nouveaux pays membres comme la Bulgarie, la Hongrie, la Lettonie ou Malte, plusieurs régions en Pologne, en Roumanie et en Slovaquie, mais aussi dans le sud de l'Italie. Il est ainsi supposé que du fait de leur faible potentiel d’innovation intra-régional, elles doivent faire appel à des connaissances externes qu’elles importeront sur leur territoire.

Méthodologie

20La méthodologie déployée consiste à réaliser une analyse qualitative comparative de la construction des RIS3 dans plusieurs régions européennes afin d’évaluer comment et dans quelle mesure la SSI correspond aux besoins et s’inscrit dans les dynamiques économiques territoriales des régions en retard. L’objectif de cette étude n’est pas de démontrer que la RIS3 ne serait pas efficace dans les régions en retard mais plutôt d’identifier les différences régionales entre différents types de régions (avancées, intermédiaires, en retard) qui minimiseraient ses effets dans les régions en difficultés économiques. Il sera alors ainsi possible de mettre en lumière les risques de cette politique et les leviers pour faciliter sa mise en œuvre et avoir ainsi les effets escomptés.

21Pour cela, nous avons donc, dans un premier temps, construit un guide d’entretiens semi-directifs qui a été adressé aux personnes en charge de la gestion des Fonds européens et de la RIS3 dans différentes régions (tableau 1). Ce guide est structuré comme suit : (i) nous avons cherché à savoir comment la stratégie régionale a été construite, et ce qu’elle comportait ; il était important de comprendre avec quelles parties prenantes la stratégie avait été réalisée, et de percevoir les éventuelles difficultés rencontrées dans ce cadre ; (ii) nous avons ensuite analysé le contexte organisationnel, c’est-à-dire comment était structurée l’autorité en charge des Fonds, et quel était son degré d’autonomie (autorité déconcentrée versus décentralisée) ; (iii) nous avons interrogé, ensuite, les intéressés sur leur vision des premiers résultats de la stratégie et souhaitions savoir si les choix qui avaient été opérés avaient été payants ; enfin (iv), nous avons demandé leur opinion personnelle concernant la SSI au niveau européen et régional et ce qu’ils changeraient avec du recul pour l’améliorer. Les entretiens ont été retranscrits puis codés.

Tableau 1 : Caractéristiques des entretiens

Nom de la région

date entretien

durée entretien

langue

BG31 - Expert de l'Etat rattaché à la région Severozapaden - Direction de la politique économique, département "innovation et entrepreneuriat", Minitère de l'Economie

24 avril 2019

63 min

anglais

EL5 - Directeur du service des Fonds structurels européens - Région Voreia Ellada (Grèce du Nord)

13 juin 2019

39 min

anglais

HU32 - Chef de service - Département de la stratégie et de la politique d'innovation, Bureau national de la recherche, du développement et de l'innovation

10 mai 2019

41 min

anglais

ITF6 - Responsable du Département de la programmation nationale et communautaire

15 juin 2019

75 min

anglais

RO41 - Directeur adjoint de l'autorité de gestion du programme opérationnel d'assistance technique, Ministère du développement régional, de l'administration publique et des fonds européens

24 juin 2019

71 min

anglais

ES61 - Chef de la direction générale adjointe de l'administration du FEDER, Direction générale de l'Agriculture et des administrations publiques

8 juillet 2019

56 min

anglais

DE6 - Chef de l'autorité de gestion du FEDER - Ville libre et hanséatique de Hambourg, Ministère de l'économie, des transports et de l'innovation

03 juin 2019

48 min

allemand

UKI - Chef du département des Communautés et des Gouvernements Locaux - Programmes FEDER

11 juillet 2019

43 min

anglais

FRD1 et D2 - Ancien chef du service Pilotage FEDER / FSE / IEJ - Direction Europe & International, Région Normandie

08 avril 2019

55 min

français

  • 4 Notons que pour les régions que nous avons contactées et ayant une autorité de gestion centralis (...)

22Une fois le guide d’entretien construit, nous avons défini un échantillon de régions aux caractéristiques différentes (tableau 2). Nous nous sommes basés pour cela sur un ensemble d’attributs : (i) l’European Quality of Government Index (EQI), dont le dernier classement date de 2017, qui est un indice qui a été développé par Charron et al. (2014) et qui comprend trois composantes (qualité et impartialité des institutions et niveau de corruption) ; (ii) le Regional Innovation Score (RIS - version 2018) qui identifie les performances d’innovation des régions (on distingue les innovation leaders, les strong innovators, les moderate innovators et les modest innovators) ; (iii) le Regional Competitiveness Index (RCI) qui évalue la capacité d'une région à offrir un environnement attrayant et durable où les entreprises et les résidents peuvent vivre et travailler ; (iv) le PIB/hab. en PPA. en 2018 ; (v) le taux de chômage en 2018 ; (vi) le fait que l’autorité de gestion était décentralisée ou non. Ces différents indicateurs ont permis de choisir six régions « en retard » et six régions « avancées ». Il s’agissait donc de : Severozapaden (Bulgarie (BU31)), la région la plus pauvre de l’UE avec aucune autorité gestionnaire locale, Voreia Ellada (Grèce (EL5)), la région qui est la plus en retard en Grèce, avec des indicateurs institutionnels et socio-économiques très bas, Eszak-Alföld (Hongrie (HU32)) avec des indicateurs peu élevés et un système de gestion centralisé, la Calabre (Italie (IT F6)), une région historiquement peu développée de l’UE malgré le fait qu’elle ait bénéficié d’une large enveloppe de Fonds européens sur les dernières périodes de programmation de la politique de cohésion, la Petite Valachie ou appelée aussi Sud Ouest Oltenie (Roumanie (RO41)), l’une des régions les plus en difficulté de la Roumanie, avec un fonctionnement étatique vertical hérité de son passé communiste, l’Andalousie (Espagne (ES61)) pour les mêmes raisons que la Calabre4 ; puis des régions plus ou moins « avancées » suivantes : Hambourg (Allemagne (DE 6)), Londres-centre (Grande-Bretagne (UKI)), région la plus riche de l’UE et capitale du pays, la Basse-Normandie (France (FR23)), région en transition selon la dénomination utilisée par la politique de cohésion, la Haute-Normandie (France (FR25)).

Tableau 2 : Caractéristiques des régions de l’étude

Analyse des résultats

Les limites identifiées dans les régions en retard

23Plusieurs régions en retard semblent avoir eu des difficultés à mobiliser et à engager les acteurs locaux dans le processus de construction de la stratégie ; un certain nombre de raisons expliquent cela.

24Premièrement, il peut s’agir de l’existence d’une autorité de gestion (parfois très) centralisée qui n’a pas laissé de place à l’implication des parties prenantes locales de l’innovation. Ainsi, pour certaines régions, les priorités et les actions tendent à être définies par un ensemble non représentatif d'acteurs participants, issus du monde scientifique et/ou ayant des relations politiques privilégiées avec l’Etat central. Plusieurs responsables ont souligné le manque de diversité des personnes impliquées, en particulier un déficit d’accès et de liens avec le secteur privé. On retrouve ce phénomène en Bulgarie où la direction nationale en charge des politiques économiques et de l’innovation n’a pas mis en place une gestion décentralisée de la RIS3 et réunit une seule fois par an des interlocuteurs régionaux qui font remonter des informations locales. La personne interviewée en Bulgarie nous a expliqué la peine qu’elle avait à récupérer cette information et déplorait le manque de formation des interlocuteurs régionaux. Ce déficit en ingénierie de projets européens constitue un vrai frein de son point de vue. Tout comme la personne interrogée en Roumanie, il a été souligné le manque de tradition de gestion administrative au niveau NUTS 2 (régional) et les interviewés espéraient mettre en œuvre, pour la future politique de cohésion, un mode plus déconcentré au niveau NUTS 3, le réel niveau d’aménagement et de développement économique. Ils souhaitaient également, à l’avenir, pouvoir mettre en place de nouvelles formes de communication plus efficaces et impliquant plus de personnes via l’organisation de focus groups. En Hongrie, le développement de la stratégie a été compliqué également. Tout comme la Bulgarie ou la Roumanie, il s’agit d’un pays très centralisé, qui ne possède pas de strate régionale ou, tout du moins, il ne s’agit pas d’un échelon reconnu de mise en œuvre des politiques publiques. En outre, la strate inférieure (le megyék) n’a que très peu de pouvoir sur ces problématiques. Le gouvernement central a décidé tout de même de suivre les recommandations communautaires et de demander aux différentes régions un diagnostic. Ces dernières ont été incitées à créer un début de stratégies territoriales au niveau régional. Mais, le gouvernement ayant été pris par le temps et « sous la pression de Bruxelles », l’Etat a finalement créé une stratégie unique pour tout le territoire hongrois, résultat d’un « copier-coller des stratégies régionales inabouties, sans réflexion stratégique globale finale » pour reprendre les termes du correspondant national de la RIS3 qui déplorait « la manière avec laquelle on lui avait demandé de faire les choses ». Concernant la région hongroise étudiée, il nous a été aussi rapporté un manque de volonté du pouvoir politique de s'engager dans des processus européens – même s'ils pourraient être bénéfiques – car ils représentent pour lui un recul de la place des pouvoirs publics dans le développement économique au profit de l’UE. Enfin, pour ces régions, le processus de découverte entrepreneuriale est quasiment, voire totalement, inexistant. Le responsable de la SSI de la région Voreia Ellada nous l’a fait remarquer explicitement.

25Deuxièmement, les difficultés rencontrées peuvent être une conséquence directe du manque de masse critique en R&D et de la faible densité d'entreprises ou d'institutions. Une autre explication corrélée peut résider dans la présence d’un tissu très développé de TPE-PME qui ne sont peu voire pas innovantes du tout, comme il nous l’a été dit explicitement pour l’Andalousie. Pour les autorités bulgares et roumaines interrogées, il a été mis en évidence un manque d’efficacité de la RIS3 dans les régions de Severozapaden et de la Petite Valachie car ces régions étaient loin des « locomotives économiques » localisées dans les régions capitales. Il y est déploré un manque de connexion entre l’université et le monde de l’entreprise, et il a été rappelé à plusieurs reprises dans les entretiens le côté prématuré de la mise en œuvre d’une économie de la connaissance dans ces régions « reculées ». Pour la région de Eszak-Alföld, il a été souligné la présence d’une vraie dynamique locale sur le territoire de Debrecen (ville-centre de la région) avec une agence de développement économique financée pour moitié par la ville et pour l’autre moitié par l’université. En revanche, il subsiste des difficultés à transformer le savoir en valeur économique. « On peut chercher des choses incroyables, mais si on n’arrive pas l’utiliser, cela ne sert à rien. Il y a un grand capital de connaissances qui est inutilisé. » a indiqué le chef du service hongrois interrogé.

26Troisièmement, et plusieurs responsables d’autorités gestionnaires des régions en retard y ont fait référence, il existe un manque de professionnalisme des acteurs régionaux, qui ont besoin d'améliorer leurs compétences en matière de construction de stratégies de développement territorial, et ce, de manière multipartenariale et multiniveaux. Alors que pour les régions avancées, l’exploitation des indicateurs économiques, des indices et des classements, ainsi que les avis d'experts et les analyses SWOT dominent le processus de construction de la SSI, il est beaucoup plus difficile pour les régions en retard de produire des analyses aussi poussées et de dresser des inventaires régionaux des ressources liées à des choix rationnels de domaines de spécialisation dans l’innovation. On retrouve ici des questions de rationalité limitée (Simon, 1972). D’une manière générale, le défaut d’ingénierie administrative dans les régions concernées est un problème. Le manque d’expérience des exécutifs régionaux dans la construction de projets collaboratifs pour mobiliser des Fonds structurels et les difficultés inhérentes au montage de tels dossiers européens constitue un frein. La transformation des processus politico-administratifs pour certaines régions (en particulier en Europe orientale) est encore lente, et la culture de l’évaluation des politiques publiques tout comme la transparence des processus de décision ne sont que (très) partiellement présentes. Ce constat appelle des réformes institutionnelles en profondeur et la formation du personnel. C’est d’ailleurs sur ce dernier aspect que la personne en charge de la gestion des Fonds européens de la région de Voreia Ellada regrettait le manque d’implication de ses élus politiques pour impulser une dynamique.

27Quatrièmement, un problème souvent négligé est qu'en dépit des améliorations significatives enregistrées en cette fin de période de programmation 2014-2020, les régions en retard doivent continuer à développer et à mûrir leurs capacités entrepreneuriales locales. Alors que la découverte entrepreneuriale propose les bases d’un processus de construction d'une intelligence collective permettant la conception et le suivi des politiques, une fois que les actions et les projets sont identifiés et soutenus par des instruments politiques et financiers adéquats, les acteurs régionaux ont encore un long chemin à parcourir. Des compétences entrepreneuriales expertes sont nécessaires pour le prototypage, les essais, la démonstration, la validation des produits et des modèles d'affaires et, en fin de compte, pour la mise sur le marché international, afin d'avoir un effet structurel significatif sur le développement territorial. Or, il s’agit d’un manque récurrent pour les régions en difficultés économiques/en transition. Pourtant, dans la RIS3, il est supposé qu'une fois que des (nouvelles) idées d'entreprise spécifiques en lien avec les domaines prioritaires définis sont découvertes, il se met en œuvre un processus d'innovation entrepreneuriale qui va conduire, de manière plus ou moins automatique, à des processus de changements structurels de l’économie (et donc à la croissance régionale). Mais il est rare d’aboutir à ce cheminement dans des régions où, historiquement, les aspirations entrepreneuriales ne sont pas la norme.

La spécialisation intelligente et les « régions qui gagnent »

28Alors que certaines régions ont peiné pour mettre en place la RIS3, d’autres ont bénéficié d’un environnement économique et institutionnel favorable pour pouvoir la mettre en œuvre. C’est le cas de nombreuses régions avancées, si bien que l’on peut s’interroger si finalement cette stratégie n’avait pas été pensée avant tout pour elles. C’est le cas de la région d’Hambourg dont le directeur en charge de la RIS3 nous expliquait qu’elle avait était pionnière dans la construction de la stratégie. Au total, 24 personnes de différentes origines (monde universitaire, recherche publique et privée, secteur public, petites et grandes entreprises représentatives du tissu économique régional) ont été réunies et ont dégagé collectivement trois grands axes de réflexion (transfert, futur et finance) permettant de rendre possible l’application de la stratégie. La partie « transfert » correspond à la conversion du savoir académique en innovation technologique puis en atout économique. Le « futur » fait référence à la nécessaire dimension prospective de la stratégie, tandis que la finance renvoie aux moyens financiers déployés pour y arriver. La stratégie s’est également appuyée sur une large enquête auprès des entreprises en lien avec la chambre de commerce et d’industrie hambourgeoise. Derrière l’apparente réussite de la RIS3, le directeur nous a confié la difficulté de pouvoir concilier les intérêts singuliers des différentes parties prenantes durant les multiples réunions préfiguratrices de la stratégie. Il a donc été décidé de mettre en place in itinere une structure d’échange où les acteurs se rencontrent, au moins une fois tous les trois mois, pour se connaître et faire part des difficultés rencontrées ou bien des améliorations qu’ils aperçoivent. Enfin, une des améliorations possibles identifiée par le responsable de l’autorité régionale de Hambourg serait de mieux gérer la coopération inter-régionale. En effet, même en Allemagne, il est difficile de briser les frontières et de créer des synergies avec ses voisins. Il s’agit d’un point qui a été mis en avant également par le responsable de l’autorité régionale de Londres-centre.

29L’analyse des entretiens fait également ressortir l’importance du facteur temps et de la nécessité de préparer, très à l’avance, ce type de stratégies. Pour certaines régions développées, il y a eu un travail de trois ou quatre ans en amont avant de pouvoir planifier réellement la RIS3 et produire les premiers documents.

30De manière générale, les régions avancées semblent les mieux armées pour mettre en œuvre des démarches de type RIS3, à l’image des régions françaises. En effet, celles-ci sont régulièrement amenées à élaborer et à mettre à jour des documents stratégiques dans le cadre d’une approche participative, comme le CRDE (contrat régional de développement économique) en Haute-Normandie et le SRESR (schéma régional de l’enseignement supérieur et de la recherche) en Basse-Normandie. Dès 2009, les régions françaises avaient été incitées par la Commission européenne à se doter d’une SRI (stratégie régionale d’innovation) selon une méthodologie commune proposée par le niveau national. Le passage de la SRI à la RIS3 peut donc s’apparenter à une consolidation et à un approfondissement de la stratégie existante.

31Les RIS3 de Basse-Normandie et de Haute-Normandie ont été élaborées selon une méthodologie comparable, les points communs étant renforcés par le fait que le même prestataire a accompagné les deux régions dans la rédaction de chaque stratégie. Dans les deux cas, le processus de concertation s’est articulé autour d’entretiens préalables avec des acteurs de l’écosystème d’innovation, puis d’ateliers de travail visant à déterminer les priorités et les domaines d’activités stratégiques propres à la région. A ces grandes étapes de la concertation se sont ajoutés des groupes de travail organisés par certains acteurs participant à la démarche et un recueil de contributions écrites. Dans les deux cas, le suivi de la concertation et de la rédaction de la RIS3 a été assuré par une instance de pilotage composée notamment de services de l’État et de la Région.

32L’approche ascendante incluse dans le concept de découverte entrepreneuriale, relativement novateur, a donc été globalement respectée dans les deux régions concernées. Néanmoins, il n’a pas été toujours simple de mobiliser directement un nombre important d’entreprises pour ce type de travaux, notamment en Basse-Normandie. Outre le temps requis pas la concertation, son utilité n’est pas facile à percevoir par les acteurs du secteur marchand ; la participation active de structures intermédiaires (pôles de compétitivité, associations de filières) a néanmoins permis de s’assurer d’une réelle prise en compte des intérêts des entreprises. La situation est sensiblement différente pour les laboratoires publics qui se sont massivement investis dans le processus RIS3. De fait, l’inscription de leur champ de recherche dans la stratégie leur garantit un accès potentiel aux Fonds européens (et plus particulièrement le FEDER) tout en confortant une reconnaissance de leur domaine d’activité au niveau régional, national et européen.

33Malgré des recommandations nationales formulées par la DATAR (Délégation interministérielle à l’Aménagement du Territoire et à l’Attractivité Régionale) puis par le CGET (Commissariat général à l'égalité des territoires)5, les RIS3 des régions françaises présentent des nuances notables, comme en témoigne la comparaison entre les régions Haute et Basse-Normandie. Dans les deux cas, la recherche d’un consensus a constitué un principe directeur lors de la sélection des domaines d’activités stratégiques. Dans le cas de la Haute-Normandie, le processus s’est traduit par une démarche séquentielle « en entonnoir » (foisonnement, structuration, exploration et justification, hiérarchisation et stratégie6). Quant à la Basse-Normandie, dont le tissu économique est jugé peu spécialisé, l’approche privilégiée a consisté à identifier des domaines d’activités pouvant bénéficier à plusieurs filières phares du territoire régional, afin de permettre à celui-ci, dans son ensemble, d’être dynamisé par l’innovation.

34La définition de la RIS3 répond également à des considérations administratives et financières. Ainsi, une région dotée d’un volume important de Fonds européens et dont l’économie est peu spécialisée aurait intérêt à éviter de cibler sa RIS3 sur des domaines d’activités stratégiques trop étroits, et ce afin de maximiser la consommation des crédits qui lui ont été attribués. A l’inverse, on pourrait supposer qu’une région fortement spécialisée mais avec une faible allocation de FEDER opterait pour un fort ciblage de sa RIS3.

35Enfin, il paraît important de noter un écueil possible dans cet exercice de définition d’une stratégie prescriptive, à savoir se fermer à des opportunités de développement non identifiées au moment de l’élaboration de la RIS3 mais qui émergent au cours de la période de programmation. C’est le cas par exemple de l’énergie hydrogène, non citée dans la stratégie bas-normande. Ce domaine d’activités stratégiques a par la suite été mis en évidence par des exigences économiques et environnementales et porté par un volontarisme politique, y compris au niveau local. Cette illustration témoigne de l’intérêt de faire évoluer la stratégie de spécialisation en cours de période, même si la méthodologie fondée sur la découverte entrepreneuriale nécessite un délai incompressible pour aboutir à une révision partagée par l’ensemble des parties.

Conclusion et perspectives de recherche

36L’objectif de notre article était d’interroger si la stratégie de spécialisation intelligente initialement imaginée répondait aux attentes et enjeux de l’intégration régionale européenne. Notre étude fondée sur des entretiens semi-directifs montre que la RIS3 reste difficile à mettre en œuvre dans certaines régions, en particulier les plus en difficulté.

37Le manque de connectivité, d'esprit d'entreprise, de taille en termes de potentiel de marché, de diversité industrielle, de qualité de la gouvernance locale et d'une masse critique de capacités pour développer des processus d'apprentissage collectif ont fait de la SSI une stratégie plus utile pour les régions avancées que pour les régions en retard de développement. De fait, il est nécessaire de renforcer en permanence le caractère territorial de la politique de cohésion et en particulier de donner les moyens aux autorités régionales de mettre en œuvre une SSI adaptée aux réelles ressources territoriales locales présentes sur le territoire. Il est également indispensable de renforcer l’ingénierie et les capacités administratives dans ces régions, par exemple en apportant un soutien accru par l'échange de bonnes pratiques et/ou d'experts praticiens. Le programme de R&I de l'UE après 2020 devrait être ouvert à l'expérimentation de nouvelles méthodes d'appel et d’évaluation des propositions et de soutien aux projets, par exemple en combinant de manière innovante des formes d'investissement fondées sur des subventions, des prêts et des capitaux propres, obligeant ainsi le secteur public et privé à travailler de manière plus systématique au service du développement territorial.

38On peut se poser la question de savoir si les régions doivent continuer à se spécialiser davantage, alors que, dans certains cas, la diversification pourrait être la meilleure stratégie. De même, on peut s’interroger sur le fait que la RIS3 fait peser sur une région divers risques d'immobilisation économique, compte tenu de l'accent mis sur le renforcement des structures existantes. En outre, une des limites de la stratégie actuelle est la multitude de stratégies « impersonnelles » de certaines régions. En effet, certaines régions – voire certains pays (la Hongrie par exemple) – ont des stratégies fortement inspirées les unes des autres. Les thèmes « à la mode » (biotechnologies, industrie créative, informatique, énergies vertes et intelligentes, sciences des matériaux et fabrication intelligente, etc.) sont surreprésentés. Toutes les régions n’ont pas d’avantage comparatif dans ces domaines. Les diagnostics ne sont pas tous réalisés qualitativement, et les stratégies ne correspondent pas toutes à des problématiques économiques locales. En territorialisant la stratégie, l’Union a voulu s’éloigner du « one size fits all ». Notre analyse montre qu’il est difficile d’imposer à une région en retard la même stratégie qu’à une région métropole. En effet, il est demandé à toutes les régions de devenir des leadeurs mondiaux dans les thèmes qu’elles auront choisis mais il nous semble hautement improbable que la région Severozapaden devienne leader mondial des biotechnologies (même à moyen terme) telles qu’elle l’a défini dans sa RIS3. Nous pensons que ces régions ont besoin d’avoir des stratégies de rattrapage plutôt que de conversion « brutale » vers une économie de la connaissance avant de pouvoir mettre en place ce nouveau dispositif. En conséquence, il semble nécessaire de proposer une approche plus individualisée de la politique de cohésion pour qu’elle puisse répondre aux réels besoins des régions européennes.

39Enfin, les études portant sur la politique de cohésion – et en particulier sur la stratégie de spécialisation intelligente – ne doivent pas perdre de vue que cet instrument ne doit pas être déconnecté des autres politiques publiques des Etats et des régions. De ce point de vue, il semble important de relativiser la portée de cette RIS3 car elle n’est qu’un des nombreux dispositifs mis en œuvre par les autorités régionales et nationales pour créer les conditions d’un développement territorial durable. Aussi, il serait intéressant, dans des recherches futures, d’analyser dans quelle mesure les SSI (et les Fonds européens dédiés) s’articulent avec les autres politiques publiques de développement (et les financements locaux ou nationaux dédiés).

Haut de page

Bibliographie

ASHEIM B., COOKE P. & MARTIN R., 2006, The rise of the cluster concept in regional analysis and policy: a critical assessment, in B ASHEIM, P COOKE & R MARTIN (eds), Clusters and Regional Development : Critical reflections and explorations. Routledge, p. 1-19.

ASHEIM B. T., BOSCHMA R. & COOKE P., 2011, Constructing regional advantage: Platform policies based on related variety and differentiated knowledge bases, Regional Studies, 45(7), p. 893–904.

BACHTLER J., MENDEZ C., & ORAŽE H., 2014, From conditionality to Europeanization in Central and Eastern Europe: Administrative performance and capacity in cohesion policy, European Planning Studies, 22(4), p. 735-757.

BAILEY D., PITELIS C. & TOMLINSON P. R., 2018, A place-based developmental regional industrial strategy for sustainable capture of co-created value, Cambridge Journal of Economics, 42(6), p. 1521-1542.

BALLAND P. A., BOSCHMA R., CRESPO J. & RIGBY D. L., 2018, Smart specialization policy in the European Union: relatedness, knowledge complexity and regional diversification, Regional Studies, p. 1-17.

BARCA F., 2009, An Agenda for a Reformed Cohesion Policy. A Place-based Approach to Meeting European Union Challenges and Expectations, Brussels, European Commission

BARCA F., MCCANN P. & RODRÍGUEZ‐POSE A., 2012, The case for regional development intervention: place‐based versus place‐neutral approaches, Journal of Regional Science, 52(1), p. 134-152.

BECATTINI G., 1992, Le district industriel : milieu créatif, Espaces et sociétés, 1, p. 147-164.

BOSCHMA R., 2015, Smart specialization and regional innovation policy, Milan, Ed. Franco Angeli.

BOULINEAU E., 2011, La Bulgarie entre compétitivité et cohésion. IDE, fonds structurels et disparités territoriales dans un PECO, L’Espace Politique, 15, https://doi.org/10.4000/espacepolitique.2097

BOULINEAU E., 2016, À l’Est de l’Europe, quoi de neuf en matière de réformes territoriales ? Réflexions à partir de la régionalisation en Bulgarie, EchoGéo, 35.

BONNET J., BOURDIN S., GAZZAH F., 2019, Le contexte entrepreneurial et son influence spatialement différenciée sur le niveau de développement régional, Revue d’Economie Régionale et Urbaine, 4, p. 699-725

BOURDIN S. 2018, Géographie de la résilience des régions européennes face à la crise, Région & Développement, 48, p. 1-19.

BOURDIN S., 2019, Does the Cohesion policy have the same influence on growth everywhere? A GWR approach in Central and Eastern Europe, Economic Geography, 95, 3

BOURDIN S. & TORRE A., 2018, Les financements européens de développement régional : l'Union européenne en quête de cohésion, Revue d'économie financière, 4, p. 39-57.

BOURDIN S. & RAGAZZI E., 2018, La science régionale et la performance des politiques publiques : retour sur les méthodes d’évaluation, Revue d’Economie Régionale et Urbaine, 2, p. 225-242.

BRUNS K., BOSMA N., SANDERS M. & SCHRAMM M., 2017, Searching for the existence of entrepreneurial ecosystems: a regional cross-section growth regression approach, Small Business Economics, 49(1), p. 31-54.

CAMAGNI R. & CAPELLO R., 2013, Regional innovation patterns and the EU regional policy reform: Toward smart innovation policies, Growth and change, 44(2), p. 355-389.

CAMAGNI R., CAPELLO R. & LENZI C., 2014, A territorial taxonomy of innovative regions and the European regional policy reform: Smart innovation policies, Scienze Regionali, 1, p. 69-105.

CAPELLO R. & KROLL H., 2016, From theory to practice in smart specialization strategy: emerging limits and possible future trajectories, European Planning Studies, 24(8), p. 1393-1406.

CGET, 2015, Synthèse des stratégies de spécialisation intelligente, Paris, L’Europe s’engage en France, Connaître les programmes européens 2014-2020.

CHARRON N., DIJKSTRA L. & LAPUENTE V., 2014, Regional governance matters: Quality of government within European Union member states, Regional Studies, 48(1), p. 68-90.

COLLETIS-WAHL H. K., 2018, Évaluer les stratégies de spécialisation intelligente, Revue d'Economie Régionale et Urbaine, 2, p. 305-326.

COMMISSION EUROPEENNE, 2010, Europe 2020, Une stratégie pour une croissance intelligente, durable et inclusive, 3 mars 2010, Publications Office of the European Union, https://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do ?uri =COM :2010 :2020 :FIN :FR :PDF

CRESPO J., BALLAND P. A., BOSCHMA R. & RIGBY D., 2017, Regional Diversification Opportunities and Smart Specialization Strategies, Publications Office of the European Union, https://ec.europa.eu/research/openvision/pdf/rise/crespo-balland-boschma-rigby_regional_diversification.pdf

CREVOISIER O., 2001, L'approche par les milieux innovateurs : état des lieux et perspectives. Revue d’Economie Régionale et Urbaine, 1, p. 153-165.

DATAR, 2012, Synthèse des stratégies de spécialisation intelligente, L’Europe s’engage en France, Paris, https://www.europe-en-france.gouv.fr/fr/ressources/guide-synthese-des-strategies-regionales-de-linnovation-sri-en-vue-de-la-specialisation

ÉLISSALDE B., SANTAMARIA F. & JEANNE P., 2013, L'affirmation du rôle de la Commission européenne : de l'importance du discours sur la cohésion, L’Espace géographique, 42(2), p. 97-114.

ELOUAER-MRIZAK S. & PICARD F., 2018, Évaluer les stratégies régionales d’innovation et innovation méthodologique, Revue d’Economie Régionale et Urbaine, (2), p. 327-352.

FAROLE T., RODRIGUEZ-POSE A. & STORPER M., 2011, Cohesion policy in the European Union: growth, geography, institutions, Journal of Common Market Studies, 49(5), p. 1089-1111.

FORAY D., 2015, Smart specialisation. Opportunities and challenges for regional innovation policy, London, Routledge.

FORAY D., 2019, In response to ‘Six critical questions about smart spezialisation’, European Planning Studies, 27(10), p. 2066-2078.

FORAY D. & GOENAGA X., 2013, The goals of smart specialization, JRC Scientific and Policy Report, S3 Policy Brief Series No. 01/2013.

FORAY D., DAVID P. A. & HALL B., 2009, Smart specialisation–the concept, Knowledge economists policy brief, 9(85), p. 100.

FORAY D., DAVID P. A. & HALL B. H., 2011, Smart specialisation from academic idea to political instrument, the surprising career of a concept and the difficulties involved in its implementation, No. REPWORK. MTEI-WP-2011-001-Foray_David_Hall - PDF

FORAY D., MCCANN, P. & ORTEGA-ARGILÉS R., 2015, Smart specialization and European regional development policy, Oxford handbook of local competitiveness, p. 458-480.

GORZELAK G., MAIER G. & PETRAKOS G. (Eds.)., 2013, Integration and transition in Europe: the economic geography of interaction, Londres, Routledge.

GRABHER G., 1993, The weakness of strong ties: the lock-in of regional development in the Ruhr Area, in GRABHER G. (ed.) The Embedded Firm: On the Socioeconomics of Industrial Networks, London and New York, Routledge, p. 255–277.

ISAKSEN A., 2014, Industrial development in thin regions: trapped in path extension? Journal of Economic Geography, 15(3), p. 585-600.

LEFILLEUR J., 2010, Géographie industrielle de l'Europe centrale et orientale, Paris, L'Harmattan.

LEPESANT G., 2004, À quoi servira la politique régionale européenne en Pologne ? Annales de Géographie, p. 145-167.

LEPESANT G., 2011, Géographie économique de l'Europe centrale : recomposition et européanisation des territoires, Paris, Presses de Sciences po.

MAILLAT D., CREVOISIER O. & LECOQ B., 1991, Réseaux d'innovation et dynamique territoriale, Revue d’Economie Régionale & Urbaine, 3, p. 407-432.

MANOLOVA T. S., EUNNI R. V. & GYOSHEV B. S., 2008, Institutional environments for entrepreneurship: Evidence from emerging economies in Eastern Europe, Entrepreneurship Theory and Practice, 32(1), p. 203-218.

MARQUES P. & MORGAN K., 2018, The heroic assumptions of smart specialisation: A sympathetic critique of regional innovation policy, in ERDIL E. (Ed), New avenues for regional innovation systems-theoretical advances, empirical cases and policy lessons, London, Springer, p. 275-293.

MARTIN R. & SUNLEY P., 1996, Paul Krugman's geographical economics and its implications for regional development theory: a critical assessment, Economic Geography, 72(3), p. 259-292.

MCCANN P. & ORTEGA-ARGILÉS R., 2015, Smart specialization, regional growth and applications to European Union cohesion policy, Regional Studies, 49(8), p. 1291-1302.

MCCANN P. & ORTEGA-ARGILÉS R., 2013, Transforming European regional policy: a results-driven agenda and smart specialization, Oxford Review of Economic Policy, 29(2), p. 405-431.

MEDEIROS E., 2016, Territorial cohesion : An EU concept, European Journal of Spatial Development, 60, p. 1-30.

MORGAN K., 2013, The regional state in the era of Smart Specialisation, EKONOMIAZ. Revista vasca de Economía, 83(02), p. 103-126.

NOSEK Š., 2017, Territorial cohesion storylines in 2014–2020 Cohesion Policy, European Planning Studies, 25(12), p. 2157-2174.

PORTER M. E., 2000, Location, competition, and economic development: Local clusters in a global economy, Economic development quarterly, 14(1), p. 15-34.

RODRÍGUEZ-POSE A., 2013, Do institutions matter for regional development? Regional studies, 47(7), p. 1034-1047.

RODRÍGUEZ-POSE A. & DI CATALDO M., 2015, Quality of government and innovative performance in the regions of Europe, Journal of Economic Geography, 15(4), p. 673–70

RODRÍGUEZ-POSE A. & GARCILAZO E., 2015, Quality of government and the returns of investment: Examining the impact of cohesion expenditure in European regions, Regional Studies, 49(8), p. 1274-1290.

RODRÍGUEZ-POSE A. & KETTERER T., 2019, Institutional change and the development of lagging regions in Europe, Regional Studies, p. 1-13.

RYCHEN F. & ZIMMERMANN J. B., 2008, Clusters in the global knowledge-based economy: knowledge gatekeepers and temporary proximity, Regional Studies, 42(6), p. 767-776.

SIMON H. A., 1972, Theories of bounded rationality, Decision and organization, 1(1), p. 161-176.

TÖDTLING F. & TRIPPL M., 2005, One size fits all?: Towards a differentiated regional innovation policy approach, Research policy, 34(8), p. 1203-1219.

UYARRA E., MARZOCCHI C. & SORVIK J., 2018, How outward looking is smart specialisation? Rationales, drivers and barriers, European Planning Studies, 26(12), p. 2344-2363.

VIRKKALA S., 2007, Innovation and networking in peripheral areas—a case study of emergence and change in rural manufacturing, European Planning Studies, 15(4), p. 511-529.

Haut de page

Notes

1 Research and Innovation Strategies for Smart Specialisation

2 L'économie évolutionniste est un domaine qui considère l'économie comme un système évolutif, et non comme un système constamment en équilibre ou tendant vers l'équilibre. Elle mobilise des concepts tels que la dépendance de sentier ou encore l’évolution dynamique d’un système pour expliquer les phénomènes étudiés.

3 Nomenclature des unités territoriales statistiques

4 Notons que pour les régions que nous avons contactées et ayant une autorité de gestion centralisée, nous avons été mis directement en contact avec le niveau national.

5 Etude portée par la DATAR (2012) : http://www.innovonslareunion.com/fileadmin/user_upload/innovons/bibliotheque_pour_innover/documents_ou_etudes_nationales/B_120214_DATAR_Synthese_SRI.pdf

Etude portée par le CGET (2015) : https://www.cget.gouv.fr/ressources/publications/synthese-des-strategies-regionales-de-l-innovation-en-vue-de-la-specialisation-intelligente-des-regions-francaises

6 Foisonnement : les parties prenantes (PP) font des propositions sans filtres ; structuration : les idées des PP sont mises en cohérences et structurées par « grands pôles » ; exploration et justification : les propositions sont discutées, certaines sont sélectionnées et d’autres non ; les idées retenues sont hiérarchisées puis la stratégie et construite au regard des choix opérés et justifiés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Bourdin, Olivier Lefèvre et Fabrice Saint, « La spécialisation intelligente, une stratégie réellement pensée pour toutes les régions de l’UE ?  », Géocarrefour [En ligne], 94/3 | 2020, mis en ligne le 21 septembre 2020, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/15572 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.15572

Haut de page

Auteurs

Sébastien Bourdin

Enseignant-Chercheur, EM Normandie Business School, Département Economie, Territoires et Développement durable, Métis Lab (9 rue Claude Bloch, 14 000 Caen) sbourdin@em-normandie.fr

Articles du même auteur

Olivier Lefèvre

Chercheur associé, EM Normandie Business School

Fabrice Saint

Chercheur associé, Région Normandie

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search