Navigation – Plan du site

Samuel Challéat, Sauver la nuit. Comment l’obscurité disparaît, ce que sa disparition fait au vivant, et comment la reconquérir

Catherine Didier-Fèvre
Référence(s) :

CHALLEAT S., 2019, Sauver la nuit. Comment l’obscurité disparaît, ce que sa disparition fait au vivant, et comment la reconquérir, Paris, Premier Parallèle, 296 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage grand public, consacré à la nuit, est le prolongement de la thèse de doctorat en géographie1 de Samuel Challéat soutenue en 2010 à l’Université de Bourgogne sous la direction d’André Larcenieux. Militant, cet ouvrage, organisé autour de trois verbes d’action (observer, s’organiser, atterrir), propose de faire connaître le combat et les actions menées initialement par des astronomes pour garantir la qualité de la nuit à des fins d’observation et plus largement désormais pour préserver la qualité du sommeil des habitants des villes exposés au halo lumineux permanent généré par les 11 millions de lampadaires présents sur le territoire métropolitain.

2Cette reprise de thèse de géographie au sujet original s’inscrit dans la lignée de travaux engagés par une équipe internationale de chercheurs ayant réalisé dès 2001 le Premier atlas mondial de la clarté artificielle du ciel nocturne2 Cet atlas, actualisé en 20163, a montré que « 83 % de la population mondiale et plus de 99 % de la population états-unienne et européenne vivent sous un ciel entaché de pollution lumineuse. » (p. 14). Cette exposition à la lumière artificielle a également un impact sur les habitats naturels : la lumière, à l’instar de murs ou de barrières, perturbe les cycles de croissance de croissance et de floraison de la flore et a un effet sur les visites d’insectes pollinisateurs nocturnes. Face à ce constat, il est nécessaire de trouver des nouvelles formes d’arbitrage entre nos besoins en lumière artificielle et nos besoins d’obscurité.

3La pollution lumineuse définit en tant que « perturbation corrélative à l’usage de la lumière artificielle des usages humains et non humains de l’obscurité en tant que ressource multiforme répondant à des besoins fondamentaux interdépendants et relevant des champs socioculturel, écologique et sanitaire. » (p. 47). Travailler cette thématique consiste à s’attacher à analyser les effets de ce perturbateur qu’est la lumière artificielle sur les territoires. C’est bien une démarche géographique mettant en lumière (sic) les franges périurbaines particulièrement dont la qualité de la nuit est fragmentée par la pollution lumineuse issue de la voirie, des zones commerciales et industrielles, des zones résidentielles ou des aéroports. Cette lumière artificielle également présente dans les intérieurs avec les appareils en veille ou l’usage des écrans influe sur la sécrétion de mélatonine et dérègle les horloges biologiques.

4Face à ces nuisances, il est nécessaire, à partir de l’étude des « territorialités nocturnes » entendues par Claude Raffestin comme nos pratiques et usages quotidiens, ordinaires des espaces nocturnes, de réfléchir à ce qui peut être fait pour réduire la pollution lumineuse en luttant contre les éclairages inutiles, dans un contexte d’austérité budgétaire. Des mesures sont prises, dès les années 1950 aux Etats-Unis, pour garantir la qualité du ciel dans les environs d’observatoires astronomiques et aboutissent à la mise en place de réserves internationales de ciel étoilé sur notre territoire. Tout l’enjeu est désormais d’étendre ce statut à des espaces qui ne soient pas des espaces protégés. Si, en France, le décret du 30/01/2012 impose l’extinction des enseignes lumineuses entre 1 heure et 6 heures du matin, à l’exception des aéroports et des unités urbaines de plus de 800 000 habitants, l’ensemble du territoire est loin d’être concerné. Les expérimentations de Trames noires se heurtent aux mêmes difficultés de mise en œuvre que les Trames verte et bleue garantissant des corridors écologiques à la faune et à la flore dans des espaces densément peuplés.

5Le mérite de cet ouvrage est de faire la lumière (sic), de façon très abordable, sur un sujet obscur (sic) ! « La lumière artificielle est l’une des seules productions humaines que l’on voit aussi distinctement depuis l’espace. » (p. 180) C’est bien la preuve que le sujet n’est pas accessoire et que les mobilisations du Dark-sky Movement ont encore de belles nuits devant lui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Didier-Fèvre, « Samuel Challéat, Sauver la nuit. Comment l’obscurité disparaît, ce que sa disparition fait au vivant, et comment la reconquérir  », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 12 juin 2020, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/15642

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals