Navigation – Plan du site

Paul Damm, Orly, aéroport des Sixties

André Buisson
Référence(s) :

DAMM P., BARTOLETTI L. (coll.), SMITH P. (version anglaise), MOREAU J.-J., SERRE H., CASSAN J. (photographie), 2020, Orly, aéroport des Sixties, Lyon, éd. Lieux Dits, Patrimoine d’Île-de-France, 176 p., 255 photos, plans et figures.

Texte intégral

Je m’en vais le dimanche à Orly.

Sur l’aéroport, on voit s’envoler

Des avions pour tous les pays.

(paroles de P. Delanoë et Gilbert Bécaud, 1963)

1Emblème de la France des Trente glorieuses, de l’aviation à réaction, l’aéroport d’Orly est inauguré par le général De Gaulle le 24 février 1961, sur le plateau de Longboyau, porte de Paris, où fut construite la première aérogare en 1918 à Villeneuve-Orly. Les éditions Lieux Dits1 consacrent à ce monument d’architecture un ouvrage de grande qualité, bilingue français/anglais, très richement illustré de photographies actuelles et d’archives collectées par les auteurs, spécialistes du transport aérien.

2L’histoire de l’aéroport est égrenée dans ce livre structuré en cinq chapitres, dont chacun est enrichi d’encarts fournissant de nombreux compléments sur l’histoire de l’aviation. Chaque page présente une ou plusieurs photographies originales, voire nostalgiques, ainsi que des cartes et plans montrant l’évolution des structures aéroportuaires.

3"Orly, emblème des Trente Glorieuses" est le chapitre d’ouverture. Il décrit cet espace qui, rapidement, devient "l’un des lieux les plus visités de France" (40 000 visiteurs le dimanche 12 juillet 1964), avec une esthétique avant-gardiste liée à sa structure de verre et d’acier, aussi novatrice que la Maison de la Radio, le paquebot France, la Citroën DS et la Caravelle de Sud-Aviation. Orly est consacré comme "l’aéroport des jets", et les photographies de la page 23 (empennage du Super Constellation d’Air France, quadri-moteur à hélices) et 25 (réacteur d’avion et tour de contrôle) illustrent la profonde mutation de l’aviation pour laquelle Orly a été construit. L’édifice a un tel succès touristique qu’il oblige les concepteurs, dès les premières années, à éditer des dépliants et brochures, à imaginer des visites guidées et des terrasses.

4"Un aéroport pour les jets" (le chapitre 2) retrace l’évolution du plateau de Longboyau, depuis le premier site de Villeneuve-Orly au cours de la Première guerre mondiale jusqu’à l’Orly des années 1960. Les documents cartographiques montrent non seulement l’évolution de l’emprise de l’aéroport sur le terrain de la commune, mais également l’évolution des techniques aéronautiques, depuis le simple pré du "port aérien" de Villeneuve-Orly en 1921 (p. 35, 36), en 1933 (p. 37), en 1949 (p. 50), 1956 (p. 51) jusqu’aux installations modernes en 1961 (p. 56), 1966 et 1971 (p. 62). Deux photos illustrent également cette évolution, p. 44-45, avec en 1950 un super Constellation, et 1952 un De Havilland Comet. Le projet du Grand Orly nait en 1947, autour de la RN7, avec 7 pistes prévues, et une aérogare entièrement repensée pour accueillir plus de 500 000 passagers par an en 1950, 900 000 en 1953… et des jets (Caravelle et Boeing 707) nécessitant des pistes plus longues.

5Intitulé "Orly, vitrine de la modernité", le chapitre suivant met en scène l’œuvre d’avant-garde d’Henri Vicariot, qui importe à Orly le concept de "mur-rideau" (Lever house) avec charpente acier déjà utilisé aux Etats Unis. Les "installations terminales" vont compléter/remplacer l’aérogare sud. Elles sont l’œuvre. La période est celle du Design et les aménagements intérieurs sont pensés par l’atelier de Marcel Gascoin. "Les installations terminales" sont le point central de l’œuvre nouveau, inaugurant la technique du mur-color des vitreries de Saint-Gobain, le mur-rideau est isolé phoniquement par des menuiseries d’aluminium… L’ergonomie des lieux raccourcit le trajet des voyageurs de la voiture à l’avion, le design contemporain s’invite dans les salons avec la chaise 3107 d’Arne Jacobsen ou le fauteuil 740 de Joseph-André Motte… L’ouvrage livre de nombreux plans et épures architecturaux permettant de comprendre la mise en place des volumes (une trame de 8,28 m de côté en forme le nombre d’or). Orly devient "la vitrine française de la modernité des années 1960" et du "savoir-faire français" (verres Securit, Altuglass, Buflon, Vénidal, fonte d’aluminium teintée en "blond d’Orly" par anodisation). Le rôle de chaque étage est spécialisé, le voyageur évolue du grand hall (RdC) au centre commercial (sous-sol), à la galerie marchande (1er étage) puis au Transit (2e étage) et aux restaurants du 3e étage puis au cinéma, à l’Air Hôtel ou aux terrasses du 4e. Vitrine du monde, les présidents de la République accueillent à Orly les personnalités du Monde dans un pavillon dédié, l’Isba, meublé luxueusement par le Mobilier national. L’aéroport est aussi le témoin de son temps. Premier signe de gigantisme, ses 1600 hectares de superficie sont l’équivalent de 1/6 de la surface de Paris !

6Le chapitre "Orly aujourd’hui, Orly demain" veut ouvrir la discussion sur l’avenir. Orly a accueilli 32 millions de passagers en 2018, l’aéroport n’est plus qu’à 20 mn de Paris par le RER, le Tram arrive aussi… l’aéroport d’Orly se double d’un conservatoire de patrimoine, avec le musée Air France. Dans ce chapitre, les auteurs abordent l’avenir du transport aérien, en évoquant les mutations à venir de l’avion, dans le souci de l’économie d’énergie. Juin 2020 signe comme une "renaissance" pour ce site emblématique : le livre paraît alors que le site, fermé, pour la première fois depuis son ouverture, pour cause d’épidémie de Sars-Cov-2 entre le 31 mars et le 26 juin 2020, réouvre ses pistes au trafic… mais dans des conditions qui laissent le transport aérien exsangue et désorganisé pour longtemps.

7Complété par 25 pages d’annexes, regroupant notes, glossaire, biographies, tableaux, chronologie et bibliographie, le livre se feuillette ou se lit de manière détaillée, chacun y trouve une foison de renseignements sur l’histoire de l’aviation, sur la mode et le design des sixties (encadré p. 73-76). Entre Port-Aviation avant la Première guerre mondiale, Le Bourget dans les années 1920 et Roissy-Charles de Gaulle en 1974, Orly a bien été une grande étape dans l’histoire du transport aérien, comme ce livre réussit très bien à le montrer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Paul Damm, Orly, aéroport des Sixties », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 23 juin 2020, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/15902

Haut de page

Auteur

André Buisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals