Navigation – Plan du site

Vincent Béal et al., Sociologie de Saint-Étienne

Natacha Gondran
Référence(s) :

BÉAL V., CAUCHI-DUVAL N., GAY G., MOREL JOURNEL C., SALA PALA V., 2020, Sociologie de Saint-Etienne, Paris, Editions La Découverte, Collection Repères. 128 p.

Texte intégral

1Un dicton local affirme qu’à Saint-Etienne, comme dans le Nord, « on pleure quand on y arrive, et on pleure quand on en repart ». Peu de villes françaises de cette taille peuvent se targuer d’avoir à leur nom une manufacture d’armes (même si elle n’est plus en activité), une chanson, un groupe de musique britannique, sans parler de l’incontournable équipe de foot. Depuis janvier 2020, Saint-Etienne fait également l’objet d’un « Repères » sur sa sociologie. Dans cet ouvrage, qui se lit comme un roman, Vincent Béal, Nicolas Cauchi-Duval, Georges Gay, Christelle Morel Journel et Valérie Sala Pala croisent leurs visions, issues de plusieurs disciplines (sociologie, sciences politiques, démographie, aménagement, urbanisme et géographie) pour tracer les contours de cette ville attachante qui « fait souvent figure d’exception ». Ils se sont appuyés pour cela sur de nombreux travaux d’étudiants stéphanois de master ou doctorat, dont plusieurs sont eux-mêmes issus des populations d’origine immigrées évoquées dans l’ouvrage.

2Le premier chapitre brosse le tableau statistique de « Saint-Etienne, ville réelle ». On peut qualifier Saint-Etienne de « ville pauvre » de par son faible revenu médian, son faible taux de ménages imposables et son fort taux de pauvreté. Mais elle apparait moins inégalitaire que ses voisines (le rapport entre le neuvième et le premier décile de revenus est de 3,6 alors qu’il est de 4,2 à Lyon). Saint-Etienne est aussi une ville de migrations, travaillée par la question ethnique : les étrangers représentent 13 % de la population communale, ce qui constitue la proportion la plus élevée de la région. Dans les années 70, les stratégies de peuplement des bailleurs sociaux et de la municipalité ont favorisé les regroupements ethniques. Les populations de certains quartiers ont ainsi recréé une vie communautaire autour de commerces, marchés ou cafés où se côtoient systèmes de référence français et étrangers. Cette dynamique alimente des stratégies d’évitement résidentiel et scolaire qui se traduisent par des déménagements vers d’autres territoires plus homogènes sur les plans sociaux et ethniques. Mais « l’enracinement des minorités ethniques dans la société urbaine construit à Saint-Etienne des expériences sociales originales qui s’opposent à l’uniformisation de ses périphéries résidentielles » : militantisme associatif ou politique, affirmation de figures stéphanoises issues de l’immigration, liens étroits avec les divers territoires d’origine…

3Le deuxième chapitre relativise, grâce à une approche historique, les différents mythes qui construisent la représentation de la ville. L’image de Saint-Etienne comme une « ville sans passé », liée au fait qu’elle n’émerge vraiment comme une « ville qui compte » qu’au milieu du XIXe siècle, masque le fait que certains traits marquants de la ville trouvent leur origine bien plus tôt. C’est, par exemple, lors de l’insurrection fédéraliste de 1793 qu’est née la fameuse opposition entre Lyon et Saint-Etienne et la scission entre les départements de la Loire et du Rhône. L’étiquette de ville noire et industrielle conduit à surévaluer les poids de l’industrie, des mines de charbon et de la présence ouvrière. En réalité, Saint-Etienne est une mosaïque sociale dans laquelle coexistent différentes industries (textile, métallurgie, cycles, voire chocolateries). Il s’agit plus d’une ville atelier que d’une ville usine. L’image de la ville ouvrière trouve son illustration dans les nombreux jardins ouvriers, encore très dynamiques aujourd’hui (un arrêté municipal a même autorisé officiellement, pendant le confinement, les déplacements des jardiniers pour se rendre à leur jardin) alors qu’ils ont été « inventés » en 1895 pour offrir un complément de salaire et permettre aux ouvriers de survivre lors des périodes chômées. Mais cette image de ville ouvrière masque l’importance des femmes dans les mondes domestique et professionnel. Enfin, la fameuse image de « ville du foot » cache le fait que l’association sportive de Saint-Etienne a été créée en 1927 par le fils du créateur de la société des magasins du Casino et que la section professionnelle, créée en 1933 visait à « servir l’image de l’entreprise » qui a d’ailleurs donné au club de foot ses propres couleurs : le vert et le blanc. Ce n’est qu’à partir des années 1950 que la municipalité s’impliquera financièrement pour assurer la pérennité de l’équipe. Mais la ferveur des supporters autour des « verts » est toujours bien vivante aujourd’hui et se diffuse d’ailleurs bien au-delà de la ville.

4Le troisième chapitre de l’ouvrage présente « la ville face aux mutations du capitalisme ». La ville est entrée, à la fin des années 1970, dans une période de crise dont elle n’est toujours pas sortie. La période des trente glorieuses porte mal son nom à Saint-Etienne. Elle est marquée par le déclin de plusieurs secteurs clés : le charbon, la sidérurgie et le textile, qui passe de 80 000 emplois dans la ville au début du XXe siècle à 15 000 au début des années 1970. Les restructurations ne s’accompagnement pas d’un projet industriel cohérent, mais du « démantèlement du système productif local ». Dès les années 1970, la globalisation de l’économie, si décriée aujourd’hui, « donne naissance à une nouvelle géographie du capitalisme particulièrement défavorable aux anciennes régions industrielles ». Après la disparition de plusieurs dizaines de milliers d’emploi depuis les années 1970, le début des années 2000 semble marquer un renouveau pour Saint-Etienne : création d’emplois, diminution du taux de chômage, ralentissement du déclin démographique et hausse des prix de l’immobilier… Mais la crise de 2008 impacte encore plus durement les anciennes régions industrielles et les villes moyennes… Saint-Etienne est ainsi d’autant plus touchée que les politiques d’austérité ne permettent pas aux secteurs de l’enseignement et de la santé d’amortir la crise…

5Le quatrième chapitre, « le grand déménagement : la ville diluée dans ses périphériques », décrit le déclin démographique de Saint-Etienne et ses conséquences. La ville est passée de 223 223 habitants en 1968 à 171 047 en 2015. Cette diminution s’explique par la désindustrialisation, mais aussi par la périurbanisation et le départ des ménages les plus riches. L’étalement urbain et la consommation d’espace sont inversement proportionnels à la dynamique démographique de la ville centre. La superficie artificialisée au sein de l’aire urbaine a ainsi augmenté de manière inquiétante pendant cette période. A cela s’ajoute d’importants contrastes en termes de revenus entre le cœur de l’agglomération et la périphérie : les niveaux de revenus des habitants peuvent varier du simple au double entre les différentes communes. La ville maintient cependant un rapport de proximité à la nature qui se traduit par l’existence de nombreux « circuits courts » pour son alimentation (marchés, AMAP, magasins de producteurs). Cette périurbanisation appellerait à un pilotage intercommunal fort dont l’agglomération a pourtant été longtemps dépourvue. Ce n’est qu’en 2001 que la communauté d’agglomération a intégré tout l’ancien bassin houiller et en 2015 que la communauté urbaine, dépassant les 400 000 habitants, a accédé au statut de Métropole.

6Le cinquième chapitre, décrit « les paradoxes politiques » de cette « ville ouvrière qui vote à droite ». Saint-Etienne a été la première ville de France à élire une municipalité socialiste, en 1888, mais depuis, elle a essentiellement été dirigée par le centre-droit. Et le dernier résultat des élections municipales n’est pas venu contredire cette analyse… Les auteurs expliquent ce paradoxe par la fragmentation de la population ouvrière au sein de différents secteurs d’activité et de petites, voire très petites entreprises (dans les années 1960, les trois quarts des entreprises comptaient moins de 2 salariés). Cet éclatement de la classe ouvrière expliquerait les divisons de la gauche qui se constatent depuis l’entre-deux guerres… jusqu’à aujourd’hui.

7Le dernier chapitre « Au-delà des stratégies d’attractivité urbaine », évoque les relations complexes entre l’Etat, considéré comme un appui nécessaire mais dont les structures peinent à comprendre la « spécificité stéphanoise », et les initiatives de la ville pour concevoir des bâtiments emblématiques de la « renaissance » de Saint-Etienne. L’ouvrage se termine sur une note d’espoir, en évoquant les nombreux collectifs et associations qui portent des initiatives alternatives, orientées vers l’amélioration des conditions de vie des habitants et des populations les plus défavorisées. C’est probablement dans ses initiatives que naît l’attachement à cette « ville en décroissance » de ses habitants. Il serait intéressant que la « sociologie de Saint-Etienne » s’empare davantage de ces initiatives comme objet d’étude plus approfondi, afin de mieux en cerner les contours et enseignements… Mais peut-être cela sera-t-il l’objet d’un prochain ouvrage collectif ?

Haut de page

Annexe

Saint-Etienne dans la revue Géocarrefour

Stéphane MERLE, 2004 Le stade Geoffroy Guichard de Saint-Étienne, un "monument" du sport local ? [Texte intégral] Paru dans Géocarrefour, vol. 79/3 | 2004

Stéphane MERLE, 2007, Compte-rendu de Quelle ville voulons-nous ?, de Michel Thiollière [Texte intégral] Paru dans Géocarrefour, Vol. 82/3 | 2007

Elizabeth CHESNEAU, 2014, Retour d'expérience sur la cartographie interactive du Document d'Information Communal sur les Risques Majeurs de la Ville de Saint-Étienne [Texte intégral] Paru dans Géocarrefourvol. 88/4 | 2013

Justine ULTSCH, 2010, Les temporalités de l’interface ville-rivière à travers le cas de Saint-Étienne et du Furan, Géocarrefour, Vol. 85/3 | 

André VANT, 1996, A propos de la "recomposition du système d'acteurs en région stéphanoise"/ Repositionning of the actors in the urban system of Saint-Etienne [Full text on Persée] Géocarrefour, Volume 71/3.

Georges GAY, 1996, La ville industrielle, de l'exception à la banalisation : la fin des grandes usines métallurgiques de l'Ondaine et de Saint-Chamond / The industrial town from an exeptionnal to a general case : the end of a large metallurgical plants of the Ondaine valley and Saint-Chamond [Full text on Persée] Géocarrefour, Volume 71/3.

Christelle CHAUT, 1996, Un "nouvel" acteur paradoxal en région stéphanoise : les houillères de bassin du Centre et du Midi / A "new" paradoxical actor in the Saint-Etienne region : the Houillères de bassin du Centre et du Midi [Full text on Persée] Géocarrefour, Volume 71/3.

Eric THOMAS, 1996, Restructuration des services municipaux stéphanois et rupture dans le mode de planification urbaine / Restructuring Saint-Etienne's municipal services and a major break in the method of urban planning [Full text on Persée] Géocarrefour, Volume 71/3.

Lila BENCHARIF, 1996, L'émergence d'un islam public à Saint-Etienne : la question des lieux de culte / The emergence of islam into the public domain at SaintEtienne : the question of the question of cult areas [Full text on Persée] Géocarrefour, Volume 71/3.

André VANT, 1996, Du logement à l'habitat, l'émergence d'un nouvel acteur dans l'urbanisme stéphanois, le C.A.L.L.-P.A.C.T. / From housing to residential development : the emergence of a new actor in the Saint-Etienne region : the C.A.L.L-P.A.C.T [Full text on Persée] Géocarrefour, Volume 71/3.

Dominique GAY, Georges GAY, 1996La distribution d'eau potable, levier et reflet des , dynamiques territoriales dans l'agglomération stéphanoise / The distribution of drinking water : lever and reflecton of spatial dynamics in the Saint-Etienne urban area [Full text on Persée] Géocarrefour, Volume 71/3.

Yves CHAPPOZ, 1996, Dynamique de l'action concertée et reconfiguration du jeu des acteurs, l'exemple du contrat de développement économique du bassin de l'Ondaine / The dynamics of joint action and redefinition of actors'roles : the example of the economic development contract of the Ondaine basin [Full text on Persée] Géocarrefour, Volume 71/3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natacha Gondran, « Vincent Béal et al., Sociologie de Saint-Étienne », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 01 juillet 2020, consulté le 03 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/15928

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals