Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsNathanaël Wallenhorst, La vérité ...

Nathanaël Wallenhorst, La vérité sur l’Anthropocène

Anne Rivière-Honegger
Référence(s) :

WALLENHORST N., 2020, La vérité sur l’Anthropocène, Paris, Le Pommier, 120 p.

Texte intégral

1Les ouvrages, essais, dictionnaires qui abordent la question de l’Anthropocène sont pléthore. Chaque discipline se saisit de la question, y apporte une touche critique. Mais bien souvent l’origine de ce terme et le rappel des articles majeurs qui ont jalonné la construction et l’appropriation progressive de ce terme dans la sphère scientifique sont supposés connus et ne sont pas repris. Leur connaissance est à même de nourrir le débat sociétal et le débat scientifique. Revenir aux sources est l’objectif que se donne Nathanaël Wallenhorst au travers de cet ouvrage en se limitant volontairement au champ des géosciences dans lequel est née cette nouvelle délimitation géologique. Docteur en sciences de l’environnement, en science politique et en sciences de l’éducation, enseignant chercheur à l’Université catholique de l’Ouest, l’auteur fait des recherches sur les incidences de l’entrée dans l’Anthropocène. Dans cet ouvrage, il adopte un style proche de l’oralité : le lecteur l’entend lui raconter l’Anthropocène et le guider pas à pas pour mieux comprendre les enjeux et les questions fondamentales soulevées.

2Le titre – explicité par l’auteur qui souhaite renvoyer ainsi à la solidité des informations contenues dans des articles expertisés par les pairs, solidité à même selon lui d’alimenter le débat et de se distinguer des fake news – est de fait un peu pompeux.

3Dans une longue introduction (p. 7-22), l’auteur explique son dessein : accompagner chacun à se faire sa propre idée sur les grands défis et enjeux que l’Anthropocène porte, par la mise à disposition et la présentation des résultats scientifiques des textes jugés fondateurs et de leur réception par la communauté scientifique (p. 13-14). En effet, partant des « on dit que », il a constaté des informations contradictoires. L’Anthropocène est défini avec sobriété comme « un terme scientifique qui indique l’entrée du système Terre dans une nouvelle période géologique » (p. 9). Les questions abordées sont libellées de façon simple et se font l’écho des interrogations de chacun puisées dans une écoute des chaînes d’information ou de la lecture de la presse, tout simplement en tant que citoyen. L’auteur évoque rapidement les savoirs politiques, anthropologiques et philosophiques de l’Anthropocène (p. 18) et affirme « qu’il est nécessaire de se demander comment comprendre, interpréter l’Anthropocène et lui donner du sens » (p. 19). Le développement de ces savoirs nécessite pour lui, dans un premier temps, de se mettre d’accord sur les faits et donc de les connaître au travers des productions des géosciences même si, tout comme l’auteur, nombreux sont ceux qui ne souscrivent pas à « l’anthropologie de l’inéluctabilité » (p. 22) présente dans les travaux de géosciences.

4Cinq chapitres structurent l’ouvrage, explorant tour à tour une question transversale en s’appuyant sur quelques articles-clés présentés de façon chronologique. Sans en reprendre le contenu, nous énoncerons simplement les titres : « Oui nous sommes entrés dans l’anthropocène » ; « Il est vital de ne pas franchir certaines limites planétaires » ; « Il est possible que l’ensemble de la biosphère se réorganise » ; « Une extinction de masse de la biodiversité est engagée » et, enfin, « Quelles sont les incidences du réchauffement climatique ? ». L’auteur répond systématiquement à l’interrogation qui sert de fil conducteur à l’ouvrage : « qu’en disent les scientifiques ? » Le support scientifique de l’ouvrage repose sur un travail rigoureux et méthodique de recensement de la bibliographie internationale existante au travers de la sélection initiale de huit revues internationales prestigieuses. Une hiérarchisation des articles (articles collectifs en anglais), en termes d’apports successifs, a permis la sélection effectuée. Sont ainsi mobilisés les résultats de 18 articles parus entre 2002 et 2017 ainsi que ceux du dernier rapport sorti en 2018 du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) - créé en 1988 par deux instances des Nations Unies -. Chaque chapitre bénéficie d’une introduction au ton très personnel, voire engagé, dans la façon de présenter les termes du débat, des précisions de vocabulaire sur la question traitée et se clôt par une conclusion/synthèse laissant un message pour poursuivre « l’enquête ». Cette implication forte de l’auteur ne surprend pas. Peut-il en être autrement sur la question de l’anthropocène ? Catherine Larrère, philosophe, lors d’une conférence dans le cadre de la Nuits des idées (Ecole Urbaine de Lyon, 25 janvier 2018) s’interrogeait sur la problématique de l’anthropocène comme matière à penser pour prolonger la réflexion sur la philosophie de l’environnement et l’entrevoyait comme non un concept surplombant mais une occasion de rediscuter nos concepts. Difficile donc d’être neutre et l’auteur partage sa conviction du pouvoir de « l’éducabilité » (…) « pour transformer le monde et l’aventure humaine » (p. 23). Elle affirmait encore que parler d’anthropocène c’est parler d’une généalogie. Cet ouvrage aide indubitablement à la retracer. Deux encadrés méthodologiques (sans titre) proposent pour l’un des pistes pour trouver les articles scientifiques sur l’anthropocène sur internet (p. 29) et, pour l’autre, un zoom sur les ressources documentaires sur la biodiversité et notamment les rapports du l’Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services (IPBES) - créé en 2012 par l’ONU et présenté comme le « GIEC de la biodiversité » - (p. 92). Ce partage d’astuces et de décryptage pour trouver l’information, finalement rarement proposé, est appréciable et les étudiants en seront les premiers bénéficiaires.

5La conclusion s’ouvre par la phrase suivante : « Les savoirs de l’anthropocène ne sont pas neutres, ils affectent durablement ceux qui les travaillent ». Pour autant, nous dit l’auteur, il convient de ne pas sombrer dans le pessimiste et de conserver notre « liberté d’action politique ». Il estime à trois les apprentissages fondamentaux à poursuivre et pour lesquels les savoirs de l’anthropocène sont indispensables : apprendre à penser la complexité ; apprendre à lutter ; penser l’utopie et la « proposition de nouveaux horizons d’attente, de nouvelles manières d’être les uns avec les autres » (p. 114).

6Cet ouvrage, petit par son format et son volume, peut faire l’objet d’un temps de lecture décuplé si l’on se prête au jeu de la découverte systématique des articles sélectionnés et commentés. Il représente un véritable outil d’information pour le grand public mais aussi de formation notamment universitaire si le lecteur mobilise toutes les références suggérées, qu’elles soient bibliographiques ou sitographiques. L’ouvrage est donc en mesure de faire écho aux attentes d’un lectorat large.

7On peut regretter de ne pas disposer en fin de volume d’une liste des articles commentés ainsi que d’une bibliographie plus interdisciplinaire. De la même façon, aucune ressource audiovisuelle n’est citée alors même que les documentaires à visée grand public ou pédagogique sont non seulement nombreux mais le plus souvent d’une grande qualité et constituent un support de débat ou de cours précieux. Citons, à titre d’exemple, les documentaires produits par l’Université virtuelle de l’environnement et du développement durable (UVED) et notamment la série Ecomedit sur biodiversité et société en région méditerranéenne qui comporte 36 vidéos (https://www.uved.fr/​fiche/​ressource/​biodiversite-et-societe-en-region-mediterraneenne-serie-ecomedit-36-videos).

8Cependant le défi que s’est lancé l’auteur est relevé et cet ouvrage stimulant va sans nul doute contribuer à la diffusion d’une culture scientifique sur l’anthropocène. Il peut être conseillé comme « le premier ouvrage à lire sur » qui faisait défaut jusqu’alors. Il invite à la réflexion sur la posture de chacun par rapport aux grands défis environnementaux. A cette interrogation, Jean-Louis Etienne – médecin et explorateur en Arctique et en Antarctique – a répondu par une approche pragmatique, constructive et positive en tant que Grand témoin aux Assises de l’eau sur « L’eau et le changement climatique » (Lyon, 15 novembre 2018). Il engage chacun à agir dans sa zone d’influence personnelle, professionnelle et le cas échéant politique ; et à faire son travail de pédagogue et son travail de citoyen permettant ainsi de revenir à un régime d’utilisation des eaux qui ne soit pas contraignant (https://www.youtube.com/​watch ?v =QpzVvR9xImQ). Nous avons au travers de cet ouvrage un bel exemple d’un tel engagement. Un ouvrage poursuivant la réflexion à partir des textes en sciences humaines et sociales en serait une prolongation souhaitable.

Haut de page

Bibliographie

MAILLEFERT M., 2018, « Aurélien Boutaud et Natacha Gondran, L’empreinte écologique », Géocarrefour [En ligne], 92/2 | 2018, mis en ligne le 17 décembre 2018, URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/11680

BOUTAUD A. GONDRAN N., 2020, Les limites planétaires, Paris, La découverte, repères écologie

BUISSON A., « Groupe Cynorhodon, Dictionnaire critique de l’anthropocène », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 16 septembre 2020, consulté le 16 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/16077

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Rivière-Honegger, « Nathanaël Wallenhorst, La vérité sur l’Anthropocène », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 16 septembre 2020, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/16068

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search