Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsAurélien Boutaud, Natacha Gondran...

Aurélien Boutaud, Natacha Gondran, Les limites planétaires

Isabelle Michallet
Référence(s) :

BOUTAUD A., GONDRAN N., 2020, Les limites planétaires, Paris, éd. La Découverte, coll. Repères écologie, 126 p.

Texte intégral

1Ce petit ouvrage indispensable expose à tout lecteur s’intéressant aux enjeux environnementaux les travaux initiés par le Stockholm Resilience Centre et destinés à identifier les principaux processus de régulation et de résilience du système Terre, afin d’établir pour chacun d’entre eux les limites à ne pas dépasser. Le livre débute par un historique très éclairant, expliquant les différentes étapes du raisonnement consistant à nier, puis à repousser l’idée même de limites, jusqu’à l’avènement et la consécration de la notion d’Anthropocène.

2Le chapitre II précise le cadre d’étude des limites planétaires. Si l’extraction des ressources naturelles (biomasse, minerais et énergies fossiles) augmente et s’intensifie, la question d’une pénurie n’est pas la plus immédiatement préoccupante. L’urgence provient plutôt des pollutions et des multiples conséquences négatives de cette exploitation sur les équilibres naturels. Autrement dit, l’objectif est de recenser les processus qui régulent la stabilité du système Terre et d’identifier les limites à ne pas dépasser sous peine de déstabiliser l’ensemble. Ces processus environnementaux doivent être étroitement surveillés, les risques étant très diversifiés et en interaction les uns avec les autres. La limite planétaire est un point de bascule toujours complexe à identifier, qu’il est prudent de situer dans une zone d’incertitude plutôt que par une valeur absolue. Elle peut être complétée par une référence à la notion de frontière planétaire, qui intègre des considérations sociétales à l’expertise strictement scientifique.

3Les chapitres III, IV, V et VI, qui présentent successivement les neuf processus environnementaux devant être surveillés, fournissent à chaque fois une présentation du processus, un recensement des perturbations et de leurs conséquences, un positionnement par rapport à la limite ou frontière planétaire retenue. Le propos est précis, pédagogique et accessible à tous. Des encadrés permettent d’ajouter des schémas explicatifs et de contextualiser le propos en rappelant les interactions avec les autres processus.

4Le chapitre III est centré sur les processus globaux affectant directement le système Terre : couche d’ozone, changement climatique et acidification des océans. Sur l’érosion de la couche d’ozone, le constat d’une frontière planétaire transgressée seulement ponctuellement démontre les effets bénéfiques d’une mobilisation internationale et d’une régulation des rejets de substances nocives. Le contraste avec l’enjeu du changement climatique est frappant : aucun accord international n’est aujourd’hui en mesure de prémunir la planète d’un changement irréversible du climat. Concernant l’acidification des océans, la frontière planétaire retenue semble encore respectée, bien que les changements soient très rapides et tendent à s’accélérer.

5Les perturbations des cycles de l’azote, du phosphore et de l’eau douce sont traitées dans le chapitre IV. Pour l’azote et le phosphore, le déséquilibre de ces cycles provoque de graves effets sur les écosystèmes, les limites planétaires retenues étant dépassées dans les deux cas. La situation est sensiblement différente pour le cycle de l’eau : si l’activité humaine le modifie en profondeur, les dépassements se révèlent principalement à l’échelon local, appelant une réaction adaptée par bassin versant.

6Les tensions pesant sur la biosphère sont traitées dans le chapitre V : érosion de la biodiversité et changement d’affectation des sols. Les atteintes à la biodiversité des espèces, conjuguées à la dégradation de la diversité fonctionnelle des écosystèmes, permettent d’établir un dépassement de la frontière d’intégrité de la biosphère. Pour le changement d’affectation des sols, l’accent est mis sur la déforestation, dont l’importance quantitative moyenne à l’échelon mondial atteste encore d’une situation de risque accru.

7La spécificité du chapitre VI est qu’il traite d’enjeux planétaires aux limites encore non établies. C’est le cas de la charge atmosphérique en aérosols, dont les compositions chimiques très variées provoquent des effets nocifs sur la santé, mais également sur le climat. L’accroissement constant des rejets de ces particules est inquiétant, mais il n’a pas été possible d’établir une variable de contrôle opérationnelle à l’échelon mondial. Le deuxième enjeu présenté est l’introduction d’entités nouvelles dans l’environnement, comme les substances chimiques ou les organismes génétiquement modifiés. La diversité de ces entités nouvelles rend impossible l’anticipation des impacts sanitaires et environnementaux et la détermination d’une variable de contrôle.

8Le dernier chapitre de l’ouvrage pose la question des voies ouvertes pour faire face aux limites planétaires. Si le cas de l’ozone stratosphérique a été traité de façon relativement rapide et efficace par une réduction des émissions des substances incriminées, il en va autrement des atteintes au cycle du carbone. L’ensemble des activités humaines émettant des gaz à effet de serre, aucun engagement international n’est encore parvenu à inverser la tendance et à imposer une neutralité carbone à échéance raisonnable. Pour d’autres limites planétaires, l’alimentation est pointée : l’agriculture est principalement responsable de plusieurs dépassements. Le système alimentaire mondial doit être repensé, depuis les pratiques agricoles jusqu’au gaspillage des aliments.

9L’expertise scientifique étant suffisamment étayée, la conclusion renvoie les décideurs politiques à leurs responsabilités. S’il faut espérer que ce livre contribue à mobiliser sur les urgences identifiées, il opère d’ores et déjà pour chaque lecteur une clarification des priorités. En expliquant comment se décline dans toute sa complexité le constat d’une planète finie, les auteurs, pour l’un consultant et pour l’autre enseignante-chercheuse au sein de Mines Saint-Etienne, rappellent que l’être humain est l’unique responsable de la destruction ou de la pérennité des processus de régulation et de résilience du système Terre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Michallet, « Aurélien Boutaud, Natacha Gondran, Les limites planétaires  », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 12 octobre 2020, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/16103

Haut de page

Auteur

Isabelle Michallet

Environnement-Ville-Société, UMR 5600, Institut de Droit de l’Environnement Université Jean Moulin Lyon 3 isabelle.michallet@univ-lyon3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search