Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsS. Cordobes, X. Desjardins et M. ...

S. Cordobes, X. Desjardins et M. Vanier (dir.), Repenser l’aménagement du territoire

Catherine Didier-Fèvre
Référence(s) :

CORDOBES S., DESJARDINS X. et VANIER M. (dir.), 2020, Repenser l’aménagement du territoire, Actes du Colloque de Cerisy, Paris, Berger Levrault, 320 p.

Texte intégral

1Penser l’aménagement est d’autant plus une nécessité dans le contexte de la pandémie interrogeant les sociétés sur leur avenir proche et lointain. C’est dans ce contexte que paraissent les actes d’un colloque que s’est tenu à Cerisy en septembre 2019. Si les textes ont été écrits avant la mise en place du confinement, ils n’en restent pas moins d’actualité tant est nécessaire de penser l’espace commun en prenant en compte plusieurs perspectives écologiques, technologiques et politiques pour rénover la pensée aménagiste. L’ensemble des textes s’organise en trois grandes parties.

2La première revient sur les fondements de la pensée aménagiste, sur ses forces comme sur ses faiblesses, aux échelles nationales (avec le texte synthétique de Marie-Vic Ozouf-Marignier) comme européennes (étude de Frédéric Santamaria). Arnaud Brennetot analyse les « déboires de la pensée aménagiste » en montrant les limites des promesses de renouvellement démocratique qu’elle portait. « Les exécutifs locaux sont désignés selon une logique de « démocratie du sommeil », c’est-à-dire que la légitimité démocratique dépend uniquement des choix électoraux des résidents permanents d’un territoire, tout en excluant de la représentation institutionnelle les autres types d’habitants (usagers, entrepreneurs et salariés non résidents, résidents secondaires, habitants mobiles, touristes, institutions supraterritoriales, etc.). » (p. 65) Le texte de Karine Hurel clôt l’ensemble en proposant une réflexion sur le renouvellement de la représentation cartographique de l’aménagement en montrant la place croissante tenue par d’autres disciplines (histoire, anthropologie, ethnologie, écologie…) ainsi que d’autres acteurs (designers, artistes, écrivains)…

3La deuxième consiste en un ensemble de textes donnant la parole aux acteurs aménageurs au quotidien sans que ce statut leur soit attribué (entreprises privées comme publiques gérant les réseaux). Mêlant des textes de chargés en communication d’entreprises de réseaux et ceux de chercheurs, l’ensemble apparaît comme disparate. Elle interroge toutefois la place tenue par les acteurs de l’action publique au regard des aménagements menés par des entreprises (texte d’Antoine Frémont et Anne Pons, texte de Nicolas Douay sur la question plus spécifique des réseaux numériques) dans une logique de rentabilité (couple concentration/dispersion). Sont également abordés les coûts, social comme environnemental, de la mise en place de nouveaux réseaux au fil des textes.

4La dernière partie est la plus novatrice. Elle propose de répondre au défi posé par ce colloque, résumé dans son carnet de bord par Jérôme Baratier : « Nous venons de passer le week-end à déconstruire ce qu’il restait de la pensée aménagiste. Il y a des gravats partout, de telle sorte qu’il faut faire attention où on met les pieds. La vieille lune aménagiste est à terre. (…) La séance d’exorcisme passée, les doutes et le vide grandissent : quoi et comment reconstruire ? » (p. 193). Les textes réunis proposent de présenter des paradigmes pouvant être source de renouvellement de la pensée aménagiste. Pour Martin Vanier, c’est dans la proximité, l’équilibre et l’autonomie que l’avenir de l’aménagement se trouve et non dans la dépendance à la croissance, à la rentabilité des équipements. Cela revient à « changer de casting » (p. 217) comme invite à le faire Xavier Desjardins. Le scénario du futur de l’aménagement doit concilier territoire et durabilité pour entrer dans l’anthropocène, question prospective à laquelle s’attache à répondre Stéphane Cordobes. « De nouveaux modes de gouvernance, qui ménagent la terre plutôt qu’ils ne managent le territoire » (Mathilde Marchand, p. 277).

5Au-delà du sens de la formule des auteurs de cette troisième partie très stimulante, les textes rassemblés dans ce volume apparaissent comme fondateurs d’une volonté de penser autrement l’aménagement. Écrits avant la catastrophe sanitaire que nous vivons, ils questionnent la place de l’humain face à la nature et prennent la mesure que notre monde est fini. C’est dans cet esprit que doivent se faire les futures opérations d’aménagement. Un beau programme !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Didier-Fèvre, « S. Cordobes, X. Desjardins et M. Vanier (dir.), Repenser l’aménagement du territoire  », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 20 octobre 2020, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/16112

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search