Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsPaul-Hervé Lavessière et al., Le ...

Paul-Hervé Lavessière et al., Le Sentier du Grand Paris

André Buisson
Référence(s) :

LAVESSIERE P.-H., DENISSEN J., MOREAU D., GALVEZ N. (Conseiller scientifique), 2020, Le Sentier du Grand Paris - Un guide de randonnée à travers la plus grande métropole d'Europe, Marseille, éditions Wildproject, 279 p.

Texte intégral

1Avant d'être le livre-guide de randonnée que nous avons en mains, le "Sentier du Grand Paris" est un projet collectif, une véritable réalisation de terrain composée entre 2016 et 2020 par une équipe composite d'artistes, d'urbanistes, de paysagistes... Il se place dans une continuité, celle de l’aménagement successif les "Sentiers métropolitains". “Les Sentiers Métropolitains inventent la ville de demain. Ils métamorphosent une métropole en reliant tous ses territoires et en les éclairant d’une lumière nouvelle1. Ils sont déjà présents autour de Marseille (le premier de la série, couronné "Meilleur nouveau sentier” du National Geographic, identifié comme GR2013), de Bordeaux, Avignon, Cologne, Milan, Athènes, Istanbul, Tunis, Boston ou Londres. Ils viennent, pour les marcheurs, compléter la palette des chemins de randonnée comme les grands itinéraires autrefois religieux vers Rome, Jérusalem ou Saint-Jacques-de-Compostelle… ou les sentiers de découverte autour de monuments linéaires antiques.2

2Quel meilleur moyen, en effet, pour découvrir une ville, que de la parcourir à pied, à condition de prendre son temps : il s'agit d'un projet "fou", offrir autour de la ville de Paris une ligne continue de sentiers sur 615 km de longueur, à parcourir en 40 jours de marche.

3A Londres, le sentier se parcourt comme une longue spirale de 450 km et 32 étapes, à Boston comme une grille orthogonale de huit sentiers (4 nord-sud, et 4 est-ouest), à Istanbul il forme une ligne qui relie la Mer de Marmara à la Mer Noire en 4 étapes. Pour d'autres villes, il se compose de grandes boucles. A Paris, il s'agit d'un "trilobe" qui se croise en trois points, Saint-Denis, Créteil et Versailles.

4Un tel projet nourrit, pour chaque ville, de nombreuses ambitions. Dans le cas de Paris, il permet de croiser les anciens faubourgs ouvriers et résidentiels ainsi que les villes nouvelles (p.35).

5Comme nous y incitent les narrateurs en fin d'introduction, mettons nous en route en suivant les guides. Ceux-ci nous proposent un itinéraire expliqué rapidement (nous ne sommes pas en présence d'un ouvrage de type Guides Bleus dans lesquels chaque détail est recensé), voire par l'anecdote. Ainsi, dès la seconde étape (p. 49), on apprend que Parly 2 doit son "L" à l'aigreur des élus parisiens, et que chaque appartement de la ville nouvelle était livré avec une Fiat 500 pour madame !

6Le point de départ, ainsi que celui d'arrivée, se situe à Versailles, devant les grilles du château.

7Chaque étape est une découverte : à la suite des marcheurs, on va ainsi croiser nombre de témoins de la croissance urbaine, des projets architecturaux ou urbanistiques, depuis Louis XIV jusqu'à nos jours. Or, du Roi Soleil aux dirigeants de la Ve République, en passant par Napoléon III, chaque acteur de la croissance de Paris a eu à cœur de modifier, de préserver, de transformer le territoire autour de la capitale, avec des buts divers.

8Le premier élément structurant qui fait obstacle à notre cheminement pédestre, c'est la voirie, omniprésente (dès la troisième page, les randonneurs traversent le fameux "triangle de Rocquencourt", ou "échangeur des trois provinces", puis ce seront les autoroutes… les routes "nationales"… et même, symbole du conflit entre histoire et progrès, l’"autoroute et nymphée" à Chilly-Mazarin (p. 132).

  • 3 "Tour d'équilibre" du système d'épandage des eaux usées de Paris, amenées sous pression.

9L'itinéraire recense bien sûr les curiosités, comme les reliquats des installations "hygiénistes" du XIXe siècle, avec le "merdoduc" haussmanien, que l'on croise à Pierrelaye (p. 74), à Chanteloup-les-Vignes (p. 59) ou avec la "tour infernale"3 de La Frette-sur-Seine (p. 76). Dans un tout autre registre, marquant aussi largement le paysage de leur empreinte, voici les grands cimetières de la couronne de Paris, avec Pantin, Bagneux et Thiais (le cimetière des pauvres), alors que le projet de cimetière géant de Méry-sur-Oise, avec sa ligne de chemin de fer surnommée le "nécropolitain" visible à Pierrelaye (p. 74) était abandonné. L’itinéraire permet aussi de prendre conscience de l’impact de la croissance urbaine sur l'environnement, avec les carrières de gypse, les "zones d'effondrement permanent" de Cormeilles (p.77), les usines à gaz. Ce périple est l'occasion de croiser les phases successives du "progrès", celui du Roi Soleil, avec les machines de Marly, les "rigoles du roi", celui de l'après-guerre, avec l'aérotrain, le Concorde, la 2cv, les anciens QG de l'OTAN, le T1, ou encore le "SK" de Noisy-le-Grand (ce futuriste mini métro en forme de cabines de ski souterraines, jamais ouvert au public !)…

10Corollaire indissociable du progrès, les bidonvilles, témoins évolutifs de la croissance, forment une empreinte fugace dans le paysage, puisqu'ils sont amenés à disparaître au fur et à mesure de la croissance urbaine et à reparaître plus loin, comme par une génération spontanée (dont la trace est croisée à plusieurs reprises dans le guide).

11Le Grand Paris, c'est celui des politiques, avec notamment Louis Loucheur (1872-1931) à Ormesson, Jacques Riboud (1908-2001), Paul Delouvrier (1914-1995) créateur du Schéma directeur d’aménagement urbain (SDAU), Pierre Billotte (1906-1992) à Créteil…. C'est également celui des urbanistes et des villes nouvelles comme Paris 2 - Parly 2 en 1969 (Robert de Balkany, 1931-2015, pour qui "vivre en dehors de Paris est une solution viable) ou Rosny 2 et des architectes comme Marcel Lods et Le Corbusier à Marly-le-Roi, Lucien Kroll à Neuville-sur-Oise, Mat Mullican à Bussy-Saint-Georges (p.203) et, plus récemment encore, Ricardo Bofill et Manuel Nunez Yanowsky à Noisy-le-Grand (p. 212)… C'est encore, de manière très anecdotique, le "faux Paris" des militaires de la Première guerre mondiale, projeté comme un leurre pour détourner les bombardements allemands de la capitale (p. 75). Y a-t-il eu, un jour, une volonté de créer une ceinture verte ? Elle apparaît en 1990 sous la forme d'un chemin de grande randonnée, GRP "Ceinture verte de l'Île-de-France". Les anciennes chasses royales puis présidentielles en auraient formé le périmètre. En découvrant le paysage aujourd’hui, on oublierait facilement que les banlieues de Paris construites depuis les années 1950 formaient auparavant un vaste périmètre maraîcher, avec ses variétés de légumes oubliées, comme l'asperge d'Argenteuil, le navet de Croissy, la bette blanche de Paris (p. 60).…

12La lecture de ce guide est passionnante. Le texte est enrichi de nombreuses citations d'auteurs, poètes, rappeurs, dialoguistes de cinéma. L'ouvrage est illustré d'un cahier de 32 pages de photographies, cartes postales anciennes en début de volume en plus de celles qui jalonnent la lecture de l'ouvrage, en tête de chaque chapitre, de 32 pages de plans et cartes anciens et modernes en fin de volume, du QRCode d'un guidage GPS ainsi que, plus original, du "making off" de l'aventure et d'une bibliographie.

13Alternant le "petit bout de la lorgnette" et la vision panoramique qui donne une vue renouvelée du "monde" des expériences urbanistiques, le guide renouvelle la vision du Grand Paris dans sa grande diversité. Il s'adresse à tout public, Parisiens, marcheurs et randonneurs, amis et amoureux de leur région. Les chercheurs et universitaires y trouveront nombre d'exemples concrets pour les cours de géographie et d'aménagement, d'analyse spatiale du paysage et d'histoire urbaine et régionale

Haut de page

Notes

1 Thierry Van de Wyngaert, Président de l’Académie d’Architecture https://www.metropolitantrails.org/fr

2 Par exemple, le sentier pédestre du limes romain (https://www.rivieresetfleuves.eu/le-limes/), celui du mur d'Hadrien entre Angleterre et Ecosse, mais également la grande muraille de Chine, les routes de la soie…

3 "Tour d'équilibre" du système d'épandage des eaux usées de Paris, amenées sous pression.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Paul-Hervé Lavessière et al., Le Sentier du Grand Paris », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 03 mai 2021, consulté le 22 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/16162

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search