Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95/1ArticlesRécup', glanage, zéro déchet : un...

Articles

Récup', glanage, zéro déchet : une nouvelle conception du politique ?

Recycling, gleaning, zero waste: a new conception of politics?
Isabelle Hajek

Résumés

De nombreuses pratiques de recyclage, de récupération et de réduction des déchets se sont multipliées en moins d'une décennie. Sans céder à l'illusion de la nouveauté, ces initiatives invitent à un réexamen de la dimension politique de l'objet déchet : elles mettent non seulement à l'épreuve l'idée d'action collective, voire de militantisme, mais interrogent la notion même de politique et le travail de politisation associé à l'engagement des acteurs sociaux. En partant des résultats d'une recherche sociologique menée entre 2016 et 2019 dans le cadre du programme « Mobilisation de la notion de gaspillage » de l'Ademe, l'article examine la façon dont ces initiatives sont porteuses d'une nouvelle culture du politique. En retissant un lien aux choses autre que celui de la standardisation du rapport aux objets et en transformant des espaces soustraits de l'espace politique conventionnel, ces initiatives reviennent sur des partages au fondement de la production et de la gestion moderne des déchets, et sur ce qui de leur économie, de celle du domestique au marché, les réachemine vers un commun.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par analogie à l'expression de « Grande Société » de G. Wallas (1914) reprise par J. Dewey (1988a) (...)
  • 2 L'expression « anti-déchets » est de nous : elle renvoie à notre parti pris d'interroger, dans le c (...)
  • 3 Notamment dans le cadre d'un « tournant délibératif » (Dryzek, 2002 ; Blondiaux, Sintomer, 2002) ou (...)
  • 4 Et celle de compétence politique (Blondiaux, 2007 ; Talpin, 2010).
  • 5 Tels que sit-in, actes de désobéïssance civile (Hayes, Ollitrault, 2012).
  • 6 La première repose sur le respect de la loi, le consentement à l'impôt et le vote, la seconde marqu (...)
  • 7 Pour une excellente synthèse, voir J. Weisbein (2017).
  • 8 De la contestation à la réforme de l'offre économique jusqu'à la création de nouveaux marchés.

1De nombreuses pratiques de recyclage, de récupération et de réduction des déchets se sont multipliées en moins d'une décennie : « zéro déchet », « dumpsters diving », glaneurs, « repair cafés », « disco soupes »... Sans céder à l'illusion de la nouveauté, ces initiatives invitent à un réexamen de la dimension politique de l'objet déchet en ce qu'elles mettent non seulement à l'épreuve l'idée d'action collective, voire de militantisme, mais interrogent la notion même de politique et le travail de politisation associé à l'engagement des acteurs sociaux. Elles s'inscrivent, d'abord, dans un contexte de globalisation du problème des déchets où leurs flux et leurs masses croissantes couplés à l'impossibilité de les externaliser génèrent un envahissement des espaces terrestres, extra-planétaires, ainsi que des existences quotidiennes, et impliquent une multitude d'acteurs au-delà des échelles nationales. L'entrée dans l'ère du bigwaste1 se double ainsi de redoutables difficultés pour réunir les moyens nécessaires à l'action. Elle invite, dans une perspective anthropologique, à une « cosmopolitique » (Stengers, 2007) qui explore la composition d'un monde intégrant la cohabitation avec les entités externalisées de la Modernité désormais irréductibles (Lolive, Soubeyrand, 2007). La forme de ces initiatives, ensuite, interroge. L'idée d'un « mouvement social » unifié porteur d'une historicité (Touraine, 1978) semble peu adaptée, la notion de « mouvement citoyen » trop floue pour appréhender des formes d'auto-organisation basées sur des réseaux tant collectifs qu'individuels, pas toujours formels, peu centralisés, correspondant davantage à des « aires de mouvement » (Cefaï, 2007 ; 2009). Enfin, les relations que ces initiatives entretiennent avec la question des fonctionnements économiques, les interactions avec le marché qu'elles développent soulèvent des interrogations, si ce n'est du scepticisme, quant à leur capacité de rupture avec la dynamique reliant, sur la longue durée, capitalisme et invention du gaspillage (Écologie & Politique, 2020). Expérimenter des pratiques et des modes de vie fondés sur de nouveaux modèles de production et de consommation (lifestyle oriented market) en vue de réduire les déchets, ou chercher à favoriser et/ou produire une offre économique intégrant la lutte contre le gaspillage témoigne en effet d'une adhésion aux solutions offertes par le marché et sa transformation. Face à la complexité de ces éléments de constat, croiser les travaux portant sur les formes de participation citoyenne et sur les rapports entre mondes militants et mondes économiques peut être heuristique pour comprendre les initiatives « anti-déchets »2 actuelles. Alors que des transformations relativement récentes de la démocratie3 ont conduit à analyser la notion de politisation4 à partir de l'injonction à participer, le poids croissant de l'opinion publique, la démultiplication des espaces de participation ont favorisé l'essor de modes « non-conventionnels de participation »5 — voire encouragé le passage d'une « citoyenneté d'obligation » à une « citoyenneté d'engagement »6 rendant plus poreuses les frontières avec l'expérience ordinaire. De nombreux travaux7 ont d'ailleurs insisté sur l'« ordinaire » du politique dans sa polysémie (Gautier, Laugier, 2006 ; Lefébure, 2015), et plus fondamentalement, sur son « encastrement social » (Lagroye, 2003), son caractère processuel (Arnaud, Guionnet, 2005) et sa « construction » (Le Gall et al., 2012), incitant à ne plus considérer le politique comme une chose en soi mais bien des formes ordinaires de politisation, logées dans les pratiques, les situations de tous les jours. D'autres, menés initialement sur les mouvements altermondialistes et les questions de développement durable, ont encore élargi la perspective en considérant la façon dont certaines modalités d'action, empruntées aussi bien par des individus que par des collectifs organisés, ciblaient le marché et pas seulement l'État (Schneiberg, Lounsbury, 2008 ; Soule, 2009 ; King, Pearce, 2010), de façon variée8 (Lounsbury et al., 2003 ; Nosi, Zanni, 2004 ; Sine, Lee, 2009), le transformaient en arène politique (Holzer, 2006 ; Stolle, Micheletti, 2013 ; 2015 ; Dubuisson-Quellier, 2016) et participaient d'une économie inédite des pouvoirs liant activistes, consommateurs, entreprises, gouvernements dans l'avènement d'une société transnationale basée sur le marché. Toutefois le constat que nombre de mouvements (qu'ils soient liés à l'agriculture, l'alimentation, l'énergie, ou à la création d'une « nouvelle domesticité ») soucieux de concrétiser des relations matérielles plus durables avec le monde qui les entoure s'appuient sur des formes inédites de coopération entre producteurs et consommateurs au niveau local a conduit les chercheurs à émettre l'hypothèse de « circulations alternatives » de pouvoirs et de matières (Forno, Graziano, 2014 ; Monticelli, della Porta, 2019 ; Schlosberg, Coles, 2019) et plus largement, à réengager une reconceptualisation du pouvoir à partir des pratiques attentives aux flux de matières et aux relations du quotidien. Dans le prolongement de ces réflexions, peut-on considérer les initiatives « anti-déchets » observables aujourd'hui comme porteuses d'une nouvelle conception du politique ?

  • 9 L'enquête sur les Réseaux Émergents de Lutte contre le GAspillage (RELGA) portait sur les associati (...)

2Pour apporter des éléments de réponse, cet article mobilise les résultats d'une recherche sociologique, l'enquête RELGA9 menée entre 2016 et 2019 dans le cadre du programme « Mobilisation de la notion de gaspillage » de l'Ademe. Dans une première partie, il soutient que face à la globalisation du problème des déchets dont les flux en démultiplient les acteurs déconnectés les uns des autres et les conséquences, ces initiatives dessinent un espace de résistances qui circulent entre elles, s'inspirent les unes des autres, mais dont l'échelle de l'agir reste la localité, reliant des expériences collectives plurielles, médiatisées par les réseaux sociaux, à une écologie des solutions personnelle ou « écologie de soi » que portent des individus aux parcours et aux aspirations diversifiés. Ce mélange de mise en réseau, de lieux et de singularités suggère un premier ingrédient de révision d'une vision conventionnelle, légitimiste, de l'espace du politique (Buton et al., 2016), moins conçu comme un lieu fixe qu'en tant qu'activité / processus de maillage où se recomposent des collectifs. Dans ce cadre, l'article propose en seconde partie de s'intéresser au travail concret, de l'ordre du quotidien, auquel se livrent les acteurs pour fabriquer un engagement contre les déchets. Il revient sur les catégories dont dispose le chercheur pour penser le passage d'une micropolitique de l'engagement à une « biopolitique alternative ». Il montre qu'en retissant un lien aux choses autre que celui de la standardisation du rapport aux objets et en transformant des espaces soustraits de l'espace politique conventionnel et/ou qui en sont relativement autonomes (du « soi » à l'espace domestique jusqu'à l'espace économique) en espaces d'action, ces initiatives reviennent sur des partages — entre personne et chose, individuel et collectif, producteur et consommateur, marché et politique... — au fondement de la production et de la gestion moderne des déchets, et sur ce qui de leur économie, de celle du domestique au marché, les réachemine vers un commun (Dardot, Laval, 2014 ; Thévenot, 2017).

La mosaïque « anti-déchets » : un espace trans-local de résistances

3Une mosaïque d'initiatives, pour la plupart nées outre-Atlantique et en Europe, a aujourd'hui en ligne de mire la surproduction de déchets. Elles sont cependant rarement questionnées dans leur cohérence d'ensemble alors même qu'elles présentent des traits communs - qui ont d'ailleurs bousculé les cadres de RELGA. Bien que nationale, il ressort en effet de cette enquête que les initiatives « anti-déchets » s’inscrivent dans un espace de références et d'actions d'emblée composites, portées en partie par une culture des réseaux sociaux, dont la circulation transcende les frontières des espaces (qu'ils soient physiques ou sociaux) mais que les individus inscrivent dans les liens du proche, leur vie quotidienne, leurs trajectoires et préoccupations personnelles. Dit autrement, les dimensions acquises aujourd'hui par le problème des déchets ne se traduisent pas seulement par sa globalisation, mais aussi par des mouvements de « résistances » (Aubenas, Benasayag, 2002) qui circulent, s'hybrident entre eux, créent des liens entre des expériences collectives, des îlots localisés, et des individus. Ce faisant, ces initiatives se rejoignent sur une même vision interactionniste, donnent tout autant au problème des déchets une visibilité inédite qu'elles en révèlent, par le bas, des tentatives pour y faire face, en redéfinir les cadres spatiaux de traitement, inventer des formes de vivre et d'agir avec, des pratiques tant individuelles que conjointes et une culture plurielle qui s'y inscrivent. Elles participent, plus largement, d'un phénomène de globalisation dont le processus d'homogénéisation/d'uniformisation culturelle réactive les particularismes, les ancrages dans le local et la proximité, s'inscrit en tension permanente avec des formes d'hétérogénéisation (Featherstone, et al., 1995 ; Sassen, 2007 ; Robert-Demontrond et al., 2020). Elles convoquent de fait un espace du politique moins conçu comme un lieu fixe, donné a priori, ni même comme celui d'une activité et d'acteurs spécialisés/professionnalisés tels que la tradition wébérienne et la Modernité les ont légués, qu'en tant qu'activité/processus de maillage décentrés de la notion de citoyenneté, des échelles et des horizons normatifs qui lui sont attachés (Weisbein, op. cit. ; De Larivière, Weisbein, 2017). En contrepoint des flux mondiaux de déchets qui en démultiplient les acteurs touchés ou concernés tout en les laissant largement déconnectés les uns des autres, ces initiatives recomposent des collectifs choisis, implantés dans la vie des gens, dans leurs choix personnels, leurs singularités, et leur environnement proche.

Des dynamiques de circulation et d'hybridation des expériences collectives

  • 10 Le site internet de la fondation RC recense les pays d’implantation des ateliers RC selon les aires (...)
  • 11 L'essor du mouvement Disco Soupe en France au cours de l’année 2012, qui s’inscrit dans une triple (...)
  • 12 En dehors de quelques exceptions où les personnes ont acquis une notoriété publique, les prénoms de (...)

4Ces initiatives circulent en effet d'un espace à l'autre et articulent / hybrident des logiques plurielles à l'action contre les déchets. Le concept de l'atelier Repair Café (RC), créé en octobre 2009 à Amsterdam par la journaliste Martine Postma, en est un exemple. Depuis leur lancement, la diffusion des RC dépasse les frontières nationales10 et s'opère de façon décentralisée sans que la fondation néerlandaise les ait impulsés. En France, les groupes de Paris, Vauréal et Sophia Antipolis ont émergé en 2013 et revendiquent chacun d’avoir organisé le « premier » RC français tandis que de multiples groupes essaiment dans une grande diversité de modes d'organisation11. Tous partagent néanmoins l'objectif d'éviter la production de déchets par la prolongation de la durée de vie des appareils de consommation courante, associé à une visée d'autonomisation des acteurs par la transmission de savoir-faire et de création de lien social. Autre exemple parmi de nombreux qui associent la lutte contre les déchets à des finalités sociales, l'association Tente des glaneurs (TG) créée en 2010 à Lille par un cuisinier gastronome, militant de longue date aux Restos du Cœur. La TG glane sur le marché du quartier populaire de Wazemmes pour en redistribuer les denrées à des populations précaires. Après avoir inspiré la création d'une TG à Strasbourg, le modèle s'exporte en Espagne et en Belgique ainsi qu'au niveau régional avec plusieurs TG lancées à Caen, Grenoble, Paris, Armentières, Roubaix, Boulogne... On retrouve ce caractère composite et cette circulation à des échelles plus réduites, parfois entre deux initiatives régionales comme c'est le cas de l'association Bene'Pom (BP) que fonde Marc12 en 2016 en Alsace dans le but de récupérer des fruits dans les jardins des particuliers en prenant modèle sur une association à Dijon, Fruimalin. Marc s’est rendu à Dijon pour rencontrer le fondateur de Fruimalin et a décidé de s'en inspirer pour créer son association à partir du principe d’une récupération des fruits délaissés conjugué à des activités de partage comme des ateliers de cuisine avec des personnes en difficultés ou des distributions de compotes cuisinées en maisons de retraite.

5Á la constitution de ces réseaux, trans-locaux et composites, se surajoutent de nombreuses références sur les solutions à mettre en œuvre, véhiculées par des films, des livres grand public et une culture des réseaux sociaux dans laquelle des individus sont parfois devenus en peu de temps des icônes très populaires comme Béa Johnson pour le mouvement Zéro Waste (ZW), certaines familles ou bloggeuses zéro déchet... La multiplication de reportages sur les actions de lutte contre le gaspillage a beaucoup participé à l'élaboration de cet univers, qu'il s'agisse de reportages de Canal + sur le « Banquet des 5000 » inspirateur des Disco Soupes (DS), ou de l'émission Capital de M6 sur la TG régulièrement cités dans les entretiens. Les collectifs « anti-déchets » eux-mêmes n'hésitent pas à emprunter ce registre médiatique d'autant plus facilement que certains comptent dans leurs rangs des membres issus du milieu du cinéma ou de la télévision. Ils opèrent ainsi un détournement symbolique dans lequel l'utilisation des codes de la publicité propres à la société de consommation permet de promouvoir la lutte contre les déchets. Ces dynamiques de circulation des expériences de collectifs ne sont cependant pas exclusives : elles sont au contraire en lien permanent avec des logiques, à la fois, d'ancrage dans un espace local et d'expression de singularités individuelles. Elles ne produisent pas d'homogénéité.

Des logiques d'ancrage et d'expression des singularités

  • 13 La Réserve des Arts est une association qui récupère des matériaux au sein des entreprises pour les (...)
  • 14 Station Service est une recyclerie de matières premières récoltées auprès des entreprises de la rég (...)
  • 15 L’association Offcut récupère des matériaux inutilisés auprès des particuliers et des lieux artisti (...)

6D’inspiration trans-nationale ou trans-régionale, les initiatives observées par RELGA n’en organisent pas moins un maillage très fin du territoire et font valoir une forte demande d'engagement au niveau local qui se traduit par la multiplication de collectifs plus ou moins formels. Elles sont, pour la plupart, d'impulsion ou d'origine locale par le biais de quelques individus qui se saisissent d'un concept, entrent en relation avec ses fondateurs et transposent, relocalisent l'initiative qui les inspire en l'adaptant aux contraintes, aux ressources du territoire et à celles qui leur sont propres. Pour créer l'association mulhousienne de récupération créative « L'Art et la Matière » (AM), Thomas s'est inspiré de trois structures pionnières : La Réserve des Arts13 à Paris, Station Service14 à Nantes et Offcut15 à Bâle en Suisse. Le fonctionnement de l'AM s’appuie cependant sur la spécificité de ressources locales, notamment l’industrie textile très ancienne dans la région qui compte parmi les trois entreprises donatrices avec lesquelles les partenariats sur la collecte des matériaux sont réguliers. De plus, l'association s'inscrit dans un projet de réhabilitation d’une friche industrielle au sein d’un quartier populaire de Mulhouse qui accueille depuis 2012 des associations culturelles et artistiques avec lesquelles celle-ci a monté un atelier de conception et de fabrication (FabLab) utilisant des matériaux de récupération. L'AM est, enfin, un projet de reconversion professionnelle pour Thomas, ex-journaliste, qui a décidé de faire passer au premier plan de sa vie professionnelle une activité artistique de musicien-plasticien qu’il pratique sur son temps libre depuis de nombreuses années.

  • 16 D'où notre parti de désigner les acteurs par le terme d'« activiste » pour souligner leurs préoccup (...)

7Plus largement, les discours comme les modalités d'action « anti-déchets » mis en avant par ces initiatives valorisent un engagement (plus qu'un militantisme) individualisé et positif. L'action concrète (plutôt que la dénonciation) à l'échelle de chacun, si ce n'est la performance (le challenge, le défi) sont placés au premier plan16, relient l'individu au collectif, parfois de façon très ponctuelle tel que l'engagement-flash attendu lors des disco-soupes qui supposent que le public soit prêt à participer instantanément et réagir aux sollicitations (discussions, expositions, jeux). Pour reprendre une expression rencontrée plusieurs fois dans les entretiens, il s'agit de « faire sa part de Colibri ». Cette individualisation de l'action est aussi celle de la subjectivité de l'acteur : conçu comme tolérant aux écarts et aux convictions plurielles, l'engagement doit laisser une marge à l’individu, non seulement par rapport à son temps de vie professionnelle et privée, mais aussi par rapport à ses valeurs propres. Chacun doit pouvoir être « libre de ses choix » (Camélia, ZW Lyon) par rapport aux projets auxquels il souhaite prendre part. Il s'agit de « désacraliser l'engagement » (Nadine, ZW Grenoble), le dédramatiser au regard des contraintes qu'il pourrait représenter sur la durée, mais également parce que l'individu doit pouvoir hiérarchiser les causes dans lesquelles il s'investit, à l'image de Christine qui, pourtant parmi les membres fondateurs d'un groupe local ZW, fait passer la cause vegan avant celle du zéro déchet. Être en adéquation avec ses valeurs, renouer avec certains idéaux et/ou aspirations sans se couper des autres apparaissent centraux.

8De la même façon, l'espace symbolique, les icônes des réseaux sociaux et de la culture Internet « anti-déchets » mettent en scène un « soi » toujours singulier, dans sa vie privée, avec les siens, à travers des moments de la vie courante, puisant à la fois dans les styles du journal personnel et de la téléréalité, dans des registres expressifs et normatifs, à l’image de la chaîne Youtube « Le corps, la maison, l’esprit » où Laetitia, sur un ton jovial, exprime ses réflexions sur l’écologie et le sens de la vie, donne des conseils sur le zéro déchet, filme ses gestes quotidiens, ses départs en vacances en mode zéro déchet avec son compagnon. À l'instar de nombreux blogs ou sites Internet, on y trouve mise en scène une écologie des solutions personnelle centrée sur l'agir individuel, une « micro-écologie » ou « écologie de soi » (Andrieu, 2012 ; Andrieu, Sirost, 2014) fondée sur le rapport que la personne entretient avec elle-même, son corps, comme vecteur d'une expérience de transformation de soi, de ses proches et du monde.

Des « passeurs » aux itinéraires et aux aspirations diversifiés

  • 17 Á savoir : politique, scientifique et réactif (voir Ollitrault, 2008, dont nous nous inspirons, ain (...)
  • 18 Ce changement recèle parfois des composantes émotives brutales comme le choc ressenti par Camélia ( (...)

9Les acteurs de ces initiatives présentent eux-mêmes des caractéristiques d'hétérogénéité et de mobilité sociale qui, en les rendant plus distants d'un groupe social de référence, font d'eux les porte-parole, les « passeurs » de nouvelles normes et valeurs. En prenant appui sur les socialisations et les manières de se définir, de rendre compte de son vécu, des idéaux-types d'itinéraires peuvent être dégagés à partir des entretiens menés dans le cadre de RELGA. Ils ne correspondent que pour partie à ceux mis en évidence pour les militants écologistes17 et semblent moins cloisonnés. Si les « anti-déchets » prônent un changement de pratiques, une dynamique de mobilité marque la plupart, parfois sur différents plans de la vie. Beaucoup ont circulé dans les mondes sociaux, culturels, professionnels, ou se trouvent confrontés au changement (que ce soit par l’entrée dans la conjugalité, ou dans la parentalité ; par la fin des études et/ou une situation de chômage, voire plusieurs de ces éléments en même temps18), des profils de « voyageurs », « en transition » se surajoutant, complexifiant les itinéraires-types.

  • 19 Déjà observée de façon générale chez les militants écologistes (Bennahmias, Roche, 1992).
  • 20 Durant Mai 68, les « établis » appartiennent aux groupes maoïstes et abandonnent études et carrière (...)
  • 21 Créé en 2012 autour de trois revendications : la régulation de la finance, le réchauffement climati (...)
  • 22 Cet itinéraire transverse et cette justification, qui témoignent d'une acculturation au militantism (...)

10Ainsi, un itinéraire à dominante militante ressort pour certains ayant eu des expériences dans une organisation associative, politique ou partisane. Cette « boulimie militante »19 n'est pas à consonance exclusivement environnementale ou sociale, mais transverse. On le voit chez Liliane (ZW Vence) : elle a circulé dans les mondes militants, passant des ouvriers « établis »20 au monde « bon chic bon genre » de la défense des Droits de l'Homme pour Amnesty International, jusqu'aux luttes locales pour le cadre de vie, avant d'être adjointe municipale à l'environnement, puis de se centrer sur le zéro déchet ; ou chez Bruno, d'abord militant à Europe Écologie Les Verts, ensuite au collectif Roosevelt21, puis à ATTAC, avant d'entrer dans le RC Paris. Pour ces acteurs, lutter contre les déchets procède souvent de la quête d'une autre façon de militer, plus « concrète » — moins dans les paroles22.

  • 23 Là où dans les mobilisations contre les installations d'incinération et d'enfouissement des déchets (...)
  • 24 Daphnée, ancienne infirmière reconvertie à la couture, confiera non sans malice « être restée dans (...)

11D'autres partagent un intérêt pour la question des déchets d'abord forgé dans l'activité professionnelle. Cet itinéraire à dominante professionnelle concerne plutôt des professionnels de la vente, de la restauration, de la réparation, de l'habitat23. Il témoigne, en revanche, d'un pas de côté, voire d'une critique par rapport au milieu professionnel, qui se traduisent littéralement dans la lutte contre les déchets. Le fondateur de la TG (voir supra), ancien cuisinier-gastronome chez Bocuse, conjugue les investissements opposés (luxe versus pauvreté), dit avoir gardé un annuaire lorsqu'il « donnait à manger aux riches » pour maintenant « donner richement à manger ». Valentin, entrepreneur-artisan de la réparation depuis quinze ans, s’est engagé comme réparateur bénévole dès les débuts du RC Marseille : il conçoit son bénévolat de façon complémentaire à son activité professionnelle, il lui permet de prendre position contre les groupes industriels et les réparateurs qui n’informent pas le consommateur sur l’utilisation et l’entretien du produit pour maintenir sa durée de vie, ni ne se soucient des conséquences en termes de déchet et de pollution. L'engagement dans un RC participe d'une visée pour introduire dans le métier des valeurs environnementales, à l'instar de Daphnée, « professionnelle des aiguilles », qui voit dans l'écocouture associative un moyen de « faire passer un message ». La capacité à circuler, voire à convertir certaines pratiques ou savoir-faire et/ou à passer d'un domaine de la vie sociale à l'autre, notamment en mobilisant dans l'une les ressources acquises dans l'autre, est ainsi très présente parmi les interviewés24.

12Enfin, RELGA montre un itinéraire par la sphère privée et/ou domestique. Claire (ZW Strasbourg) et Camélia (ZW Lyon) pratiquent le zéro déchet depuis de nombreux mois avant d'assister à une réunion du groupe local. Claire dit avoir commencé « à lire des choses, [cherché] comment les gens faisaient et petit à petit appliqué », récupéré les feuilles de brouillon, fait ses courses au marché. Bien que les motifs économiques semblent communs (les deux interviewées, comme d'autres, sont au chômage durant leur investissement personnel dans le zéro déchet), le désir de se libérer des socialisations subies, des rôles intériorisés, est mis en avant : pour Camélia, par rapport à un mode de vie transmis par les parents qu'elle dit lié à la « société de consommation » ; à un modèle familial d'éducation, pour Claire, dans lequel « la fille fait des études de secrétariat ». Si à l'instar des militants « réactifs » de l'écologie (Ollitrault, 2008) ou des formes de « résistances ordinaires » (Frère, Jacquemain, 2013), sises dans la vie de tous les jours (Berger et al., 2011), il s'agit de chercher dans les pratiques quotidiennes (plutôt que dans les connaissances scientifiques ou dans la culture militante) matière à changer, la capacité à maîtriser le sens de ses pratiques et de son existence quotidiennes sont au cœur de cette entrée par la sphère privée.

13De fait, les itinéraires qui socialisent les individus à la lutte contre les déchets, leurs aspirations mêmes, s'avèrent diversifiés, retravaillent leur identité qu'elle soit militante, liée à la profession, ou à l'environnement familial. Si la lutte contre les déchets se singularise à l'aune de trajectoires et d'aspirations personnelles, de l'histoire et du vécu des acteurs, certaines caractéristiques — qui tiennent aux formes concrètes à travers lesquelles les « anti-déchets » conçoivent et mettent en œuvre leur engagement — transcendent ces différences. En leur sein, les détails du rapport aux choses, les liens sociaux du proche, et les actions pour pallier l'insuffisance d'une offre économique en adéquation avec un mode de vie et des pratiques de sobriété-matière, occupent une place cruciale.

D'une micropolitique de l'engagement à une biopolitique alternative de la remise en circuit

14Ni l'action à l'échelle locale, ni le recours à la sphère économique comme un levier d'action collective ne sont une nouveauté aussi bien dans l'histoire des mouvements sociaux que dans celle du militantisme « anti-déchets ». Les travaux sur les mouvements anti-globalisation et les initiatives portant sur le développement durable mettent plutôt en avant leur réorientation, dès le milieu des années 2000, vers l'échelle locale et leur repositionnement autour de l'idée de réorganiser la consommation et la production à travers de petites unités et la recherche d'alternatives locales destinées à réinsérer l'économie dans des formes de solidarités — dont participent de nouvelles formes de coopération entre producteurs et consommateurs (Seyfang, Smith, 2007 ; Forno, Graziano, op. cit. ; Della Porta, op. cit. ; Weiner, Forno, 2020). Sur les déchets, l'essor d'une écologie associative durant les années 1980-2000 œuvre à l'élaboration et la mise en place de politiques de tri et de recyclage, et succède à une génération de projets sur le recyclage marqués par un écologisme concret, expérimental et une dimension économique (Hajek, 2020). La recherche RELGA met en relief comment les initiatives « anti-déchets » actuelles renouent avec cet héritage en concevant la production d'une offre économique comme un levier d'action. Néanmoins, ses résultats montrent que la montée en puissance d'un registre d'action économique s'articule à / s'inscrit en continuité avec un registre de sensibilisation à la réduction des déchets ciblant les acteurs dans leur vie quotidienne. Nous soutenons que saisir la dimension politique de l'activisme « anti-déchets » suppose de s'intéresser à cette continuité mais exige un cadre d'analyse articulant trois éléments.

  • 25 C'est-à-dire en tant qu'activité tangible de nature créatrice dont la fonction est d'assurer l'ajus (...)

15En premier, en écho à ce qui a été précédemment évoqué, une « culturalisation du politique » (Dewey, 1988b [1977]) qui aborde la démocratie comme un « mode de vie personnel » — a way of personal life (Dewey, op. cit, p. 227) — et refuse une conception dualiste qui oppose le privé au public, la personne privée au citoyen, et légitime une représentation hiérarchique du monde social niant la dynamique de politisation sans laquelle ni la citoyenneté, ni la participation, ni la démocratisation ne peuvent avoir lieu (Zask, 2015). Cette perspective conduit à s'intéresser à la façon dont les attachements dits « familiers », « personnels », « intimes », contribuent à « faire du commun » (Cefaï, 2009 ; Dardot, Laval, op. cit. ; Thévenot, op. cit.), ou encore, à celle dont l'expérience « ordinaire » au sens d'« expérimentation », d'« enquête » que lui donne J. Dewey (2010 [1927])25 correspond à un genre de connaissance particulier qui n'est autre que celui de la démocratie. Elle admet que des éléments non spécifiquement politiques comme le corps (Memmi, 1998), le divertissement, l'émotion (Berger et al., op. cit. ; De Larivière, Weisbein, op. cit.), ou encore les échanges au sein d'espaces privés (Muxel, 2015) ou concrets, liés à la vie ordinaire, quotidienne (tels que l'espace domestique, la maison, le quartier...) sont des ingrédients d'expériences morales et de politisation.

16En deuxième, une attention pour le travail de dé-différenciation de la spécialisation des rôles, des espaces et des sphères de la vie sociale opéré par les acteurs. B. Holzer, à propos du political consumerism, le rappelle: « In modern society, individuals are therefore not members of one and only one particular segment, sphere of system of society but always participate in many of them. At least since Simmel's work on social circles (Simmel, 1989 [1890]), sociologists routinely locate the individual at the intersection of the differentiated spheres or subsystems of modern society » (op. cit., p. 407). De fait, la construction sociale du politique se réalise en de multiples lieux, non exclusivement à travers des oppositions duales, des affrontements ou des rapports de force, mais aussi par l’intermédiaire de « passerelles édifiées entre ordres sociaux et politiques, toujours sujettes à renégociation » (Arnaud, Guionnet, op. cit., p. 25). Neutralisées en étant renvoyées à la sphère privée, aux « choix individuels », les recompositions de normes et de valeurs auxquelles se livrent les individus acquièrent une dimension collective en étant généralisées par les organisations de mouvements sociaux (ce que B. Holzer nomme collectivized individual action), donnant corps au slogan « the personal is political ».

  • 26 Qui, chez les Anciens, avait son lieu d'expression dans la maison œuvrant à l'économie et au mainti (...)
  • 27 Voir l'entretien de G. Agamben réalisé par S. Grelet et M. Potte-Bonneville (1999), ainsi que G. Fa (...)

17En troisième, une conception du biopolitique (Foucault, 1976) qui fait de l'introduction de la zoe (la vie naturelle)26 dans la bios (vie politique) et la polis (cité), l'évènement décisif de la Modernité (Lazzarato, 2000). L'articulation de ces trois éléments permet d'examiner sous l'angle d'un processus de politisation la continuité que construisent les « anti-déchets » entre la réduction des déchets dans la sphère privée domestique et le soutien / la production d'une offre économique adaptée, dessinant une biopolitique alternative27 dans laquelle les acteurs sociaux eux-mêmes tentent d'agir sur les conséquences de leurs activités. Partant de ce cadre conceptuel, l'examen du travail concret à travers lequel les acteurs fabriquent un engagement contre les déchets met au jour deux formes d'enquête auxquelles ils se livrent pour les remettre en circuit : sur nos liens aux choses, et sur les transformations des circuits par lesquels elles transitent.

Enquêtes sur nos liens aux choses. Goûter, entretenir, réparer... : sensibiliser et faire - plutôt qu'éduquer

18Dans la recherche RELGA, on observe que de nombreuses actions d'éducation à la réduction des déchets sont menées quels que soient les collectifs, mais la démarche d'éducation est largement revisitée. Fondée sur une pédagogie active, elle emprunte plus volontiers à une « métaphore de l'expérimentation » (Quet, 2012), de l'expérience ressentie et pratique — plutôt qu'à celle de l'éducation informationnelle, de la discussion / mise en débat de connaissances toutes faites. Pour le dire autrement, il s'agit de placer l'acteur dans une position de sujet de l'expérience, de le placer dans une relation d'incorporation d'un nouveau lien aux choses — par les sens, par l'activité. L'expérience y est ainsi conçue comme ce qui permet de se relier (ce que D. Gauntlett (2011) exprime dans l'idée de making is connecting), de tisser un lien aux choses — inversement au geste de mise à distance du déchet. Ce sont les tests qu'improvisent les Disco Soupes (DS) en prenant au pied de la lettre l'idée de sensibilisation en tant que mise en action des sens, en faisant goûter aux passants des plats cuisinés avec des légumes destinés à être jetés pour frapper leurs sens, créer le trouble (le produit a bon goût alors même qu’il était destiné à être jeté et a l’air abîmé) avant l'ordre du discours et de la justification, comme l'exprime Hana de DS Lyon :

« C'est la première approche [faire goûter] pour ensuite discuter avec eux de leur pratique ».

19Dans les ateliers des RC, où les bénévoles cherchent à transmettre la bonne utilisation des appareils pour en empêcher l’usure, la casse et la mise au rebut, une phase de démontage précède la réparation ; elle vise à sortir l'acteur d'un rapport inquiet aux choses en explorant un fonctionnement normal (nettoyage, activation des fonctions...), de l'ordre du maniement, de la constitution de repères :

« […] quand la personne ouvre son ordinateur et qu’elle se rend compte qu’en fait c’est une machine infernale, ça lui fait très peur d’avoir cet ordinateur ouvert éventré sous les yeux, elle se demande même si elle va arriver à le refermer ! Et puis petit à petit on décrypte que telle partie de l’ordinateur correspond à ça, que le ventilo par exemple, il suffit juste de le désencrasser, d’enlever toute la poussière, des fois il y a des CD qui ne sont plus lisibles [ou il faut juste] remplacer le lecteur CD et pas tout l’ordinateur. » (Laetitia, RC Marseille)

  • 28 Lequel, selon l'auteur, dématérialise les choses dans les conventions sociales et court-circuite l' (...)
  • 29 Comme les ingrédients qui entrent, par exemple, dans la fabrication de la lessive proposée dans cer (...)

20En prenant appui sur le travail de L. Thévenot (1994) à propos des modalités de commerce entre humains et choses, nous dirions qu'il s'agit moins d'éduquer l'acteur selon un schéma de socialisation aux choses28 que de le faire entrer avec elles dans un « régime de familiarité ». Face à ces choses singulières que sont les objets usés, abîmés, cassés, voués à être jetés, voire inhabituels29, l'enjeu est de produire un « ajustement écologique », non plus standardisé mais personnalisé, circonstancié, dans lequel : « L'usager 'se fait' aux défauts […] et admet que l'objet n'est plus intact […] accepte, au fil de l'usage, les petits travers de la chose qui l'amènent à réajuster sa conduite à son égard » et vers « un traitement de la chose en personne » (Thévenot, op. cit., p. 89-90). De fait, ce régime de familiarité se caractérise par une grandeur qui n'est pas celle de la quantité ou du profit (ce n'est pas le recyclage « par une entreprise ou une industrie qui risqueraient de faire du profit » explique Daphnée), mais une grandeur minime, de « goutte d'eau » qui indique une posture de mesure, de retenue (littéralement retenir au lieu de jeter l'objet), voire de maintien d'un lien ne serait-ce qu'en maîtrisant à qui l'on donne :

« C’est pas la quantité de déchets qu’on va sauver dans un Repair Café qui va… c’est une goutte d’eau en fait. Mais par contre […] que les gens comprennent qu'on ne peut pas continuer comme ça à consommer et jeter les objets ». (Simon, RC Paris)

  • 30 Association d'écocouture de récup' strasbourgeoise.

« Ce que j’ai pu noter, c’est que pour les gens, ça a une grande importance où est-ce que leurs vêtements arrivent ! Ils sont conscients qu’ils peuvent le mettre dans la benne, mais ils préféreront le donner à TADAM30 parce que, en fait […] c’est le recyclage par le propriétaire, pas par une entreprise ou une industrie qui risqueraient de faire du profit sur leurs vêtements ! Donc ils préfèrent nous les donner à nous ! » (Daphnée)

Enquêtes sur les circuits eux-mêmes. Prendre part, partager

21Dans les observations réalisées durant la recherche, tisser un lien aux choses est toujours une activité partagée, à laquelle prendre part et qui se transmet de proches en proches, une façon de faire du commun au sens où l'expriment P. Dardot et C. Laval : « le commun est à penser comme co-activité, et non comme co-appartenance, copropriété ou copossession » (op. cit., p. 48-49). Il s'agit tout autant de réencastrer les choses dans une économie de proximité que d'y redéployer d'autres façons de faire et ce faisant de transformer la nature et la composition des circuits par lesquels elles transitent.

  • 31 En particulier les femmes dont la portée émancipatrice de l'engagement dans le zéro déchet ne peut (...)

22Une sémantique de la sociabilité, du partage, de la convivialité est ainsi largement utilisée et créée : les « apéros », « drink », « cafés », le « plaisir », ce qui est « disco », festif et ludique, sont mis en avant ; la famille, les foyers (à travers les « défis-familles », les « défis-foyers »), les copains (« disco-copains ») deviennent des espaces d'action qui permettent tout autant d'étendre l'engagement que de le réinscrire dans des structures de sens (Passy, 2005), des significations de proximité. Au sein de ces espaces du proche, les individus31 investissent le soi comme un espace dans lequel expérimenter de nouvelles pratiques, s'y familiariser soi-même avant de chercher à y convertir les proches, conjoint, enfants, parents, amis et voisins, comme par exemple Christine du groupe ZW Strasbourg :

« Jusque-là, j’étais pas prête [à remplacer les mouchoirs en papier par des mouchoirs en tissus] ! Et puis, je pense que ce sont les derniers rhumes de cet hiver où je prends un mouchoir, je me mouche et je le jette […] J’ai dit bon je vais m’y mettre moi en premier et puis après on verra, peut-être j’essaierai avec les enfants ou… mon mari, voilà. »

23Des espaces de socialisation et d'entraide sont créés dont la désignation emprunte à la fois aux espaces public et familial, comme le « café-poussette » que Liliane du groupe ZW de Vence décrit, à partir desquels les espaces marchands quotidiens sont eux-mêmes investis :

« […] le principe c’est que les jeunes mamans peuvent discuter entre elles tranquilles. Et on s'y dit :

  • 32 La campagne « Mon commerçant m'emballe durablement » vise à inciter les commerçants à réduire les e (...)

- Oh ! moi, j’ai pas osé aller au Leclerc avec mes boîtes32 !

- Tu veux que je vienne avec toi ?

- Ah oui ! Je veux bien !

On est autour d’un café-crème et on échange […] pour ne pas lâcher les gens, pour qu’ils continuent, parce que le plus difficile, c’est de changer ses habitudes, c’est là qu’il faut leur tenir la main ».

24Il s'agit de faire « jouer la proximité » requalifiée en espace militant :

« […] le but du jeu, c'est qu'ils [les membres du groupe local] aillent voir leurs propres commerçants, ce n'est pas d'aller voir n'importe quel commerçant. Les premiers bénévoles sont allés voir leur boucherie, leur boulanger, leur épicerie, etc., qu'ils connaissaient déjà. C'est un peu le but du jeu c'est la proximité quoi… » (Clothilde, groupe ZW Lyon).

  • 33 Il s'agit en effet de personnes, apparentées ou non (par exemple, un couple avec enfants ou des col (...)

25Cette action de proches en proches est aussi une dynamique de transformation et d'acheminement social et symbolique des engagements et de leur portée. Elle permet de reconnecter la sphère économique à d'autres sphères de la vie sociale, ou d'en favoriser l'accès à des personnes qui en sont exclues. Ainsi, la TG en organisant son stand sur le marché des fruits et légumes se fixe pour mission d'aider les personnes en situation de pauvreté à retrouver une forme de dignité, un « rôle d’acteur » : elles font à nouveau les courses, y compris celles plus superflues comme les fleurs, bénéficient de ce moment de rencontres qu'est le marché, certaines devenant même « collaborateurs-bénévoles » de la TG. La logique qui s'y déploie n'est cependant pas linéaire ou à sens unique (réinsérer dans l'espace marchand des acteurs qui n'y ont pas accès), elle réinscrit aussi les échanges marchands dans des chaînes de micro-valuations auxquelles chacun prend part à un moment. Le produit glané est soumis à épreuves successives qui redéfinissent son statut. Dans un premier temps, s'il est abîmé, il se voit écarté de la vente par le forain lui-même en vue des glaneurs — sans être jeté : il constitue alors pour ce dernier une économie réalisée (un gain) sur l'abonnement pour l'emplacement sur le marché à payer à la mairie, dont le montant est corrélé à la quantité de déchets produits. Au moment du glanage ensuite, le bénévole prend en compte sa consistance (« on prend le produit en main ») et expérimente une forme d’empathie / réciprocité, se met à la place du public : « est-ce que je le prendrais pour moi ? ». L'enquête à laquelle chacun prend part se tient ici dans un rapport de complémentarité à l'offre économique existante, explore les gisements de matières et leurs publics. Autre exemple : les « défis familles zéro déchet », « défis foyers zéro déchet » (dont la désignation même s'ancre dans la sphère domestique) rassemblent des personnes partageant le même espace résidentiel33 ayant décidé de se lancer ensemble dans une expérience de réduction des déchets. Elles sont équipées par le groupe local à travers un « kit » comprenant : des sacs en tissu récupéré, une gourde, un guide de l'Ademe pour composter et un guide conçu par le groupe comportant une série d'échanges verbaux censés donner des arguments face aux critiques, ainsi que des adresses des producteurs locaux. C'est aussi un réseau d'acteurs que les militants mobilisent à travers une campagne de presse pour publiciser l'opération, auprès des commerçants de la ville afin de leur assurer un accueil positif, et une visite des producteurs locaux dans l'objectif de retisser un lien physique pour faire « reprendre contact aux familles avec la réalité de la production de légumes » (Liliane). L'enjeu est tout autant d'inviter les acteurs à agir à leur échelle, de changer leurs façons de faire que de transporter leurs actions à l'extérieur du foyer / de l'espace privé : en les inscrivant dans un espace de dialogisme avec d'autres discours, en créant une mobilisation locale autour d'eux et en leur donnant les points de repères d'un espace économique proche auquel ils pourront être reliés et s'approvisionner.

Enquêtes sur les circuits eux-mêmes (suite). Faire de l'économie une infrastructure collective

  • 34 Là où les pouvoirs publics insistent, eux, sur la modalité du « trop » à travers la notion de gaspi (...)
  • 35 Ils se traduisent par des projets de reconversion professionnelle sur la réduction des déchets. Dan (...)
  • 36 Selon une formule empruntée à W. Sine et B. Lee (2009).
  • 37 Pour preuve supplémentaire, le fait qu'il ne s'agit jamais pour les activistes rencontrés de simple (...)

26Si la responsabilité du marché, et plus largement, d'un mode de production capitaliste est soulignée par la plupart des « anti-déchets », celle-ci est souvent décriée dans le sens - peut-être plus inattendu - d'une offre économique insuffisante34 qui ferait obstacle à un réel changement des pratiques, voire de mode de vie. Le sentiment d'injustice qui en découle, lié à l'impossibilité de pouvoir réduire les déchets par l'amont, conduit certains activistes à s'affranchir des limites du marché en palliant eux-mêmes la production d'une offre économique intégrant l'action contre les déchets dans l'objectif d'aider le plus de personnes à changer. Les exemples abondent au sein de la mosaïque « anti-déchets »35. Ce faisant, les « anti-déchets » transforment l'économie en une sorte de capacitation collective, une infrastructure36 distribuée localement qui permet d'agir et de gagner en autonomie par rapport au marché existant. La disponibilité biographique des acteurs, tout comme leurs dispositions sociales, si ce n'est leur facilité à la mobilité (voir supra), jouent certes un rôle important. Mais on ne peut attribuer la production de cette offre économique aux seules trajectoires individuelles et à l'opportunité qu'elle représente pour certains de trouver une activité professionnelle en harmonie avec leurs valeurs personnelles, que ce soit à travers la création d'une entreprise, ou d'activités destinées à sortir du cadre associatif pour celui de la (micro)entreprise37. Ces activités participent aussi de trajectoires collectives qui visent à constituer un milieu de soutien. C'est le cas, par exemple, de la proto-filière économique d'entrepreneurs ZW, le « réseau vrac », créé en janvier 2015 par ZWF en réponse à un nombre croissant de sollicitations sur des projets d'activités de vrac :

« La première épicerie 100 % vrac, c’était La Recharge à Bordeaux en 2014, et en fait, depuis 2014, il y a beaucoup de projets qui sont en cours […], une quinzaine peut-être ouvertes en France à l’heure actuelle. Ce n’est pas énorme, mais il y a beaucoup de gens qui se sont lancés dans l’élaboration de ce projet personnel, et qui de plus en plus, intuitivement, contactaient l’association pour développer un partenariat, pour être relayés, être soutenus, etc. Et donc on [ZWF] s’est dit mais ça fait déjà vingt personnes qui nous contactent pour une épicerie vrac un peu partout ! Il faut institutionnaliser ça ! » (Thierry, avocat de ZWF)

  • 38 Si les commerces de vrac sont présents, on trouve aussi dans ce réseau lyonnais des activités allan (...)
  • 39 Les membres de RC soutiennent ainsi que leur activité n'entre nullement en concurrence avec celle d (...)

27L'essor de ces sollicitations conduit ZWF à autonomiser le « réseau vrac » à travers la création en mars 2016 d'une association professionnelle destinée à répondre aux sollicitations d’entrepreneurs du vrac en faisant d’un réseau au départ informel une structure d'appui, sinon une armature, favorable à l'émergence de cette nouvelle offre économique. Ce « réseau vrac » fait rapidement paradigme en inspirant une initiative similaire du groupe ZW lyonnais comptant, au moment de l'enquête RELGA, une quarantaine d'entrepreneurs et/ou porteurs de projet38 dont les réunions mensuelles visent à l'entraide et au partage de ressources. On retrouve une optique similaire du côté des RC dont l'objectif sous-jacent est de recréer une économie de la réparation qui prenne en charge un domaine ciblé d’objets : les appareils de consommation courante dont le coût de réparation chez un professionnel est supérieur au prix de rachat et qui n’atteignent ainsi pas le secteur professionnel de la réparation et sont jetés39. Il s'agit bien, là encore, d'une offre économique insuffisante de réparation que les RC cherchent à accroître en générant, au-delà du seul moment d'un repair-café, une demande de pièces détachées et, encore plus en amont au niveau des parcours de formation, en valorisant les métiers de la réparation dans les établissements scolaires.

28De fait, loin de renvoyer à une dépolitisation du problème déchets, les activistes se livrent, par les enquêtes qu'ils mènent, à un travail de lutte des frontières : entre les sphères de la vie sociale, les espaces et les rôles sociaux qui leur sont associés, les personnes et les choses. Ils recréent des liens personnels entre acteurs et objets, requalifient le soi et l'espace domestique en espace militant, économicisent des activités jusqu'alors du ressort de l'autoproduction et réinsèrent l'économie dans des formes d'interdépendance locale - ré-ordonnant / tissant autour des choses et des restes un « horizon d'engagements » (Thévenot, 2017) de soi-même jusqu'à l'économie qu'il s'agit de réorganiser, de transformer en « outil de résistance » (Robert-Demontrond et al., op. cit.). Ils produisent un travail de révision de la division sociale du travail au fondement de la gestion moderne des déchets et de son économie politique, mettant à profit le caractère transversal du déchet, sa puissance de (re)mise en ordre du monde social (Douglas, 2001[1967]) : « Le déchet, c’est vraiment le truc qu’on produit absolument sans arrêt ! De la naissance à la mort et toutes les heures […] la thématique déchet permet d’aborder absolument tous les domaines et permet de faire comprendre que l’on peut agir… » (Liliane, groupe ZW Vence).

Conclusion. Spatialité du politique, spatialité du marché

  • 40 On pense en particulier à la façon dont le travail d'enquête des « anti-déchets » s'articule à d'au (...)
  • 41 Disqualifiés dans l'espace politique conventionnel.
  • 42 Voire « glocale » ou rhizomatique à l'instar des SCMOs (Sustainable Community Movement Organization (...)
  • 43 Selon une expression présente chez E. Ostrom (1990), ainsi que chez R. W. Weiner et F. Forno (op. c (...)

29Face à la prolifération mondiale des déchets et la destruction irréparable des ressources et des milieux naturels dont ils sont à l'origine, les acteurs concernés et/ou qui subissent les conséquences de leur prolifération se sont eux-mêmes démultipliés — tout en étant déconnectés les uns des autres, dépourvus aussi bien de solutions (autres que celles d'un modèle de gestion technico-scientifique lui-même en crise) que d'une existence et de moyens politiques adaptés. La responsabilité du marché et d'un mode de production capitaliste est généralement mise en avant par la plupart des acteurs mobilisés contre les déchets. Pourtant de nombreuses initiatives « anti-déchets » tentent aujourd'hui d'expérimenter des pratiques et des modes de vie fondés sur de nouveaux modèles de production et de consommation, quand elles n'essaient pas de favoriser une offre économique orientée par des pratiques zéro déchet. Plutôt qu'en disqualifier la dimension politique, nous avons considéré que ces initiatives invitaient à un double examen : du travail de politisation associé à l'engagement des acteurs, et des catégories dont dispose le chercheur pour penser une « biopolitique alternative » attentive aux continuités entre les sphères de la vie sociale ainsi qu'aux activités d'expérimentations démocratiques des acteurs. Si des investigations supplémentaires seraient nécessaires à notre analyse40, quelques points peuvent être dégagés en réponse à une interrogation sur la vertu heuristique de ces initiatives « anti-déchets » pour penser le politique. En premier lieu, les enquêtes des « anti-déchets » invitent à sortir d'une conception « mentaliste » (Blondiaux, 2007 ; Talpin, 2010), cognitive, de la notion de compétence politique, souvent conçue selon un biais intellectualiste et un modèle scolaire de la connaissance du champ politique (et de la capacité à s'y exprimer en fonction de « dispositions ») : le travail de politisation des « anti-déchets » est une co-activité, aux coordonnées concrètes (qu'elles soient celles des territoires, des liens du proche, des projets personnels) et ceux-ci font valoir des savoirs qui ne sont pas toujours ceux de l'institution scolaire. On l'a vu, les activistes cherchent à prendre la valeur des choses en engageant le corps, les sens41 (avant d'entrer dans l'ordre du discours, de la persuasion idéologique ou argumentative), et ils s'appuient sur des savoir-faire manuels (bricolage, réparation, cuisine, couture, approvisionnement…). La compétence politique procède alors d'une mise en acte critique, concrète, littéralement parfois incarnée (et moins du discursif), reposant ainsi à nouveaux frais la question des inégalités entre les acteurs, des conditions d'accès des plus démunis à cet agir commun. En second lieu, les espaces dans lesquels ils inscrivent leurs actions incitent à repenser la spatialité du politique, moins en tant que fixité, ni même comme segment d'une activité professionnelle, que selon une architecture plus horizontale, interlocale et/ou interurbaine42, impliquant un double processus : de re-territorialisation des flux de matières et de recouturage (meshwork) des attachements unissant les personnes, les sphères de la vie sociale à côté et dans le marché (« both alongside and outside the market »43), aux choses. Ces initiatives, à l'instar des luttes qui se mènent aujourd'hui pour une « politique du commun » et la construction d'une « nouvelle institution civique du marché » (Dardot et Laval, op. cit., p. 496), conduisent alors tout autant, et en dernier lieu, à réviser la spatialité — « mécanique » (Stengers, op. cit., p. 57) — d'activités économiques fondées sur la construction de réseaux et de flux de matières sans cesse plus longs qui « nou[e]nt sans trembler les intérêts humains avec des non humains de plus en plus nombreux et disparates » (idem). Ce faisant, elles reviennent sur le mythe central de la division du travail social sous-jacente à la gestion moderne des déchets : celui de déchets conçus comme «  externalités du marché », et invitent à considérer consommation et production comme deux maillons indissociables.

Haut de page

Bibliographie

ANDRIEU B., 2012, L'écologie de soi, in ANDRIEU B. (dir.), L'autosanté. Vers une médecine réflexive, Paris, Armand Colin, p. 59-78.

ANDRIEU B., SIROST O., 2014, L'écologie corporelle, Sociétés, vol. 3, n° 125, p. 5-10.

ARNAUD L., GUIONNET C. (dir.), 2005, Les frontières du politique. Enquêtes sur les processus de politisation et de dépolitisation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 326 p.

ASPE C., JACQUE M., 2012, Environnement et société, Versailles, Éditions Quæ, 280 p.

AUBENAS F., BENASAYAG M., 2002, Résister, c'est créer, Paris, La Découverte, 126 p.

BARTHELEMY T., WEBER F., 1986, Le Territoire en question : associations et militants écologistes bretons, ENS, 68 p.

BENNAHMIAS J.-L., ROCHE A., 1992, Des verts de toutes les couleurs : histoire et sociologie du mouvement écolo, Paris, Albin Michel, 209 p.

BERGER M., CEFAÏ D., GAYET-VIAUD C. (dir.), 2011, Du civil au politique. Ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Peter Lang, 603 p.

BLONDIAUX L., 2008, Le nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative, Paris, Seuil, 110 p.

BLONDIAUX L., 2007, Faut-il se débarrasser de la notion de compétence politique ? Retour critique sur un concept classique de la science politique, Revue française de science politique, vol. 57, n° 6, p. 759-774.

BLONDIAUX L., SINTOMER Y., 2002, L'impératif délibératif, Politix, vol. 57, n° 15, p. 17-35.

BUTON F., LEHINGUE P., MADIO N., ROZIER S. (dir.), 2016, L'ordinaire du politique. Enquêtes sur les rapports profanes au politique, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 410 p.

CEFAÏ D., 2007, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l'action collective, Paris, La Découverte, 727 p.

CEFAÏ D., 2009, Comment se mobilise-t-on ? L'apport d'une approche pragmatiste à la sociologie de l'action collective, Sociologie et sociétés, vol. 41, n° 2, p. 245-270.

CLOTEAU A., MOURAD M., 2016, Action publique et fabrique du consensus. La « lutte contre le gaspillage alimentaire » en France et aux États-Unis, Gouvernement et action publique, vol. 5, n° 1, p. 63-90.

DALTON R., 2007, The Good Citizen. How a Younger Generation is Reshaping American Politics, Washington, CQ Press Americans, 256 p.

DARDOT P., LAVAL C., 2014, Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La Découverte, 600 p.

DE LARIVIERE C. J., WEISBEIN J., 2017, Dire et faire le commun. Les formes de la politisation ordinaire du Moyen-Âge à nos jours, Politix, vol. 3, n° 119, p. 7-30.

DENAVE S., 2015, Reconstruire sa vie professionnelle. Sociologie des bifurcations biographiques, Paris, Presses universitaires de France, 305 p.

DEWEY J., 1988a, Individualism Old and New, The Later Works, 1925-1953, vol. 5, BOYDSTON J. A. (ed.), Southern Illinois University Press, [1977], 590 p.

DEWEY J., 1988b, Creative democracy: the task before us, The Later Works, 1925-1953, vol. 14, BOYDSTON J. A., CARBONDATE (eds.), Southern Illinois University Press, [1977], 518 p.

DOUGLAS M., [1967] 2001, De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, La Découverte, 210 p.

DRYZEK J., 2002, Deliberative Democracy and Beyond: Liberals, Critics, Contestations, Oxford, Oxford University Press, 195 p.

DUBUISSON-QUELLIER S., 2016, Gouverner les conduites, Paris, Presses de Sciences Po, 480 p.

Écologie et politique, 2020, Dossier spécial : Lutter contre le gaspillage : réforme ou révolution ? n° 60, avril, 201 p.

FABUREL G., 2018, Les métropoles barbares. Démondialiser la ville, désurbaniser la terre, Paris, Éditions Le Passager Clandestin, 432 p.

FEATHERSTONE M., LASH S., ROBERTSON R. (eds.), Global Modernities, Londes, Sage Publications Ltd, 304 p.

FILLIEULE O., 2001, Propositions pour une analyse processuelle de l'engagement individuel, Revue française de science politique, vol. 51, n° 1, p. 199-215.

FORNO F., GRAZIANO P. R., 2014, Sustainable community movement organisations, Journal of Consumer Culture, vol. 14, n° 2, p. 139-157.

FOUCAULT M., 1976, La volonté de savoir. Histoire de la sexualité, tome I, Paris, Gallimard, 224 p.

FRÈRE B., JACQUEMIN M. (dir.), 2013, Résister au quotidien ? Paris, Presses de Sciences Po, 304 p.

GAUNTLETT D., 2011, Making is Connecting. The social meaning of creativity, from DIY and knitting to YouTube and Web 2.0, Cambridge, Polity Press, 232 p.

GAUTIER C., LAUGIER S. (dir.), 2006, L'ordinaire et le politique, Paris, PUF/CURAPP, 252 p.

GRELET S., POTTE-BONNEVILLE M., 1999, Une biopolitique mineure. Entretien avec Giorgo Agamben, Vacarme, n° 10, p. 4-10, https://vacarme.org/article255.html (consulté le 26/08/2020).

GUIEN J., HAJEK I., OLLITRAULT S., 2020, Femmes et lutte contre le gaspillage : un espace d'émancipation ou d'aliénation genré ? Écologie et Politique, n° 60, avril, p. 105-119.

HAYES G., OLLITRAULT S., 2012, La désobéissance civile, Paris, Presses de Sciences Po, 172 p.

HAJEK I., 2013, Traitement des déchets et santé environnementale : la science, un facteur d’acceptabilité locale ? L’exemple de l’incinérateur à Fos-sur-Mer, Revue Développement durable et territoires, vol. 4, n° 2, http://developpementdurable.revues.org/9760 (consulté le 26/08/2020)

HAJEK I., 2020, Militer contre le gaspillage : reprendre en main sa vie, reprendre en main l'économie ? Écologie et Politique, n° 60, avril, p. 15-30.

HAJEK I., DIESTCHY M., 2019, RELGA, Étude sur les réseaux émergents de lutte contre le gaspillage. Les « passeurs » de la lutte contre le gaspillage, Rapport final, ADEME, SAGE CNRS-UdS, janvier, 182 p., https://www.ademe.fr/etude-reseaux-emergents-lutte-contre-gaspillage-passeurs-lutte-contre-gaspillage (consulté le 26/08/2020)

HOLZER B., 2006, Political consumerism between individual choice and collective action: social movements, role mobilization and signalling, International Journal of Consumer Studies, vol. 30, n° 5, september, p. 405-415.

KING B., PEARCE N., 2010, The contentiousness ok markets: Politics, social movements and institutional change in markets, Annual Review of Sociology, n° 36, p. 259-267.

LAGROYE J. (dir.), 2003, La politisation, Paris, Belin, 576 p.

LAZZARATO M., 2000, Du biopouvoir à la biopolitique, Multitudes, vol. 1, n° 1, p. 45-57.

LEFEBURE P., 2015, Les rapports ordinaires à la politique, in COHEN A., LACROIX B., RIUTORT P. (dir.), Nouveau manuel de science politique, Paris, La Découverte, 828 p.

LE GALL L., OFFERLÉ M., PLOUX F (dir.), 2012, La politique sans en avoir l'air. Aspects de la politique informelle, XIXe-XXIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 416 p.

LOLIVE J., SOUBEYRAN O., 2007, Cosmopolitiques : ouvrir la réflexion, in LOLIVE J., SOUBEYRAN O., L'émergence des cosmopolitiques, Paris, La Découverte, p. 9-44.

LOUNSBURY M., VENTRESCA M., HIRSCH P., 2003, Social movements, field frames and industry emergence: A cultural-political perspective on US recycling, Socio-Economic Review, n° 1, p. 71-104.

MEMMI D., 1998, Le corps protestataire aujourd'hui : une économie de la menace et de la présence, Sociétés contemporaines, n° 31, p. 87-106.

MICHELETTI M., STOLLE D., 2015, Consumer strategies in social movements, in DELLA PORTA D., DIANI M. (eds.), The Oxford Handbook of Social Movements, Oxford, Oxford University Press, p. 478-493.

MONTICELLI L., DELLA PORTA D., 2019, The Successes of Political Consumerism as a Social Movement, in BOSTRÖM M., MICHELETTI M., OOSTERVEER P. (eds.), The Oxford Handbook of Political Consumerism, Oxford, Oxford University Press, 944 p.

MUXEL A., 2015, La politisation par l'intime. Parler politique avec ses proches, Revue française de science politique, vol. 65, n° 4, p. 541-562.

NEGRONI C., 2005, La reconversion professionnelle volontaire : d'une bifurcation professionnelle à une bifurcation biographique, Cahiers internationaux de sociologie, vol. 119, n° 2, p. 311-331.

NOSI C., ZANNI L., 2004, Moving from « typical products » to « food-related services ». The Slow Food case as a new business paradigm, British Food Journal, vol. 106, n° 10/11, p. 779-792.

OLLITRAULT S., 2008, Militer pour la planète. Sociologie des écologistes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 224 p.

OSTROM E., 1990, Governing the Commons: The Evolution of Institutions of Collective Action, Cambridge, UK, Cambridge University Press, 280 p.

QUET M., 2012, La politique, c'est l'expérimentation, Hermès, La Revue, vol. 2, n° 63, p. 215-220.

ROBERT-DEMONTROND P., JOYEAU A., BOUGEAUD-DELFOSSE C., 2020, La sphère marchande comme outil de résistance à la mondialisation : le cas du marché des colas, Management International / Gestiòn Internacional / International Management, vol. 14, n° 4, p. 55-68.

SASSEN S., 2007, La globalisation : une sociologie, Paris, Gallimard, 348 p.

SCHLOSBERG D., COLES R., 2019, Le nouvel environnementalisme du quotidien : durabilité, flux matériels et mouvements sociaux, Lien social et Politiques, n° 82, p. 246-276.

SCHNEIBERG M., LOUNSBURY M., 2008, Social movements and institutional analysis, in GREENWOOD R., OLIVER C., SAHLIN-ANDERSSON K, SUDDABY R. (eds.), The Sage handbook of organizational institutionalism, London, SAGE Publications, p. 650-672.

SEYFANG G., SMITH A., 2007, Grassroots innovations for sustainable development: Towards a new research and policy agenda, Environmental Politics, vol. 16, n° 4, p. 584-603.

SINE W., LEE B., 2009, Tilting at windmills? The environmental movement and the emergence of the US wind energy sector, Administrative Science Quarterly, n° 54, p. 123-155.

SOULE S., 2009, Contention and corporate social responsability, Cambridge, Cambridge University Press, 192 p.

STENGERS I., 2007, La proposition cosmopolitique, in LOLIVE J., SOUBEYRAN O., L'émergence des cosmopolitiques, Paris, La Découverte, p. 45-68.

STOLLE D., MICHELETTI M., 2013, Political Consumerism. Global Responsibility in Action, Cambridge, Cambridge University Press, 366 p.

TALPIN J., 2010, Ces moments qui façonnent les hommes. Éléments pour une approche pragmatiste de la compétence civique, Revue française de science politique, vol. 60, n° 1, p. 91-115.

THEVENOT L., 1994, Le régime de familiarité. Des choses en personne, Genèses, n° 17, sept., p. 72-101.

THEVENOT L., 2017, Des liens du proche aux lieux du public. Retour sur un Programme Franco-Russe Pionnier, Revue d'études comparatives Est-Ouest, vol. 3, n° 48, p. 7-43.

TOURAINE A., 1978, La voix et le regard, Paris, Seuil, 308 p.

WALLAS G., 1914, The Great Society. A Psychological Analysis, New York, Macmillan, 426 p.

WEINER R. W., FORNO F., 2020, Introduction: sustainable solidarity economies: rhizomatic practices for another world, in FORNO F., WEINER R. W. (eds.), Sustainable Community Movement Organizations. Solidarity Economies and Rhizomatic Practices, London and New York, Routledge, p. 1-18.

WEISBEIN J., 2017, Vers un agenda de recherche sur les politisations ordinaires au sein de la sociologie politique française ? À propos de L'ordinaire du politique : enquêtes sur les rapports profanes au politique, dirigé par F. BUTON, P. LEHINGUE, N. MARIOT et S. ROZIER, Politix, vol. 3, n° 119, p. 147-160.

ZASK J., 2015, Introduction à John Dewey, Paris, La Découverte, 128 p.

ZERO WASTE France, 2017, Le scénario ZERO WASTE 2.0, Paris, éditions Rue de l'échiquier, 158 p.

Haut de page

Notes

1 Par analogie à l'expression de « Grande Société » de G. Wallas (1914) reprise par J. Dewey (1988a) pour décrire l'époque des bigness (big industry, big market, big government, big business) et le sentiment d'impuissance des individus, la perte consécutive de contrôle de leur existence (voir aussi Zask, 2015).

2 L'expression « anti-déchets » est de nous : elle renvoie à notre parti pris d'interroger, dans le cadre de cet article, ce qui unit ces initiatives au regard d'une critique de la notion de politique.

3 Notamment dans le cadre d'un « tournant délibératif » (Dryzek, 2002 ; Blondiaux, Sintomer, 2002) ou d'un « nouvel esprit de la démocratie » (Blondiaux, 2008).

4 Et celle de compétence politique (Blondiaux, 2007 ; Talpin, 2010).

5 Tels que sit-in, actes de désobéïssance civile (Hayes, Ollitrault, 2012).

6 La première repose sur le respect de la loi, le consentement à l'impôt et le vote, la seconde marque une participation plus active à la vie de la cité, une autre vision de ce que doit être le « bon citoyen » (Dalton, 2007).

7 Pour une excellente synthèse, voir J. Weisbein (2017).

8 De la contestation à la réforme de l'offre économique jusqu'à la création de nouveaux marchés.

9 L'enquête sur les Réseaux Émergents de Lutte contre le GAspillage (RELGA) portait sur les associations Zero Waste France (ZWF), Disco Soupe (DS), Tente des Glaneurs (TG), Repair Café (RC), diverses associations et/ou collectifs d'écocouture et de glaneurs. Elle visait à interroger les acteurs, les usages et les dispositifs de sensibilisation à la lutte contre le gaspillage qu'ils conçoivent, leurs éventuels circulation et élargissement à des thématiques plus récentes cherchant à renouveler le projet écologique. Elle s'appuie sur une analyse de la littérature grise, de sites internet et/ou blogs, d'un corpus de 10 entretiens « experts » menés dans le cadre d'une pré-enquête auprès de responsables associatifs et de représentants de l’Ademe, de trente et un entretiens approfondis d'une durée moyenne de 2h30 auprès de(s) fondateur(s) de chaque initiative et deux à trois de ses membres, et douze observations de manifestations réalisées dans le cadre de l'enquête principale (Hajek, Diestchy, 2019).

10 Le site internet de la fondation RC recense les pays d’implantation des ateliers RC selon les aires linguistiques : dans les pays néerlandophones (Belgique, Pays-Bas), francophones (Belgique, France, Suisse), germanophones (Allemagne, Autriche, Suisse), anglophones (Australie, Irlande, Royaume-Unis, USA) et hispanophone (Espagne), voir : https://repaircafe.org/

11 L'essor du mouvement Disco Soupe en France au cours de l’année 2012, qui s’inscrit dans une triple filiation : une action festive, la Schnippeldisko, organisée en Allemagne par l’association Slow Food, le mouvement Feedback et le Banquet des 5000 initiés par l’anglais Tristram Stuart, et la communauté MakeSense au sein de laquelle sont investis ses fondateurs, s’effectue selon la même logique d’essaimage par appropriation locale ou via la mobilité de quelques pionniers du mouvement. Dans le même ordre d'idée, le mouvement Zero Waste (ZW) d'inspiration anglo-saxonne est lui-même très composite, issu d'expériences menées par quelques villes pionnières et de mouvements de contestation face à la multiplication des installations d'enfouissement et d'incinération (Hajek, Diestchy, 2019). Si les groupes locaux se sont développés rapidement en France, en Belgique, aux Pays-Bas, le mouvement ZW connaît actuellement de nouveaux développements du côté des pays de l'Est et de la Chine.

12 En dehors de quelques exceptions où les personnes ont acquis une notoriété publique, les prénoms des acteurs rencontrés pour RELGA sont des prénoms d'emprunt.

13 La Réserve des Arts est une association qui récupère des matériaux au sein des entreprises pour les vendre aux professionnels de la création et sensibilise étudiants, entreprises et institutions à la prévention des déchets, https://www.lareservedesarts.org/

14 Station Service est une recyclerie de matières premières récoltées auprès des entreprises de la région, revendues à des particuliers, associations et institutions culturelles, http://www.stations-services.org/

15 L’association Offcut récupère des matériaux inutilisés auprès des particuliers et des lieux artistiques et les met en vente dans une boutique ouverte à tous, le « Materialmarkt », http://www.offcut.ch/

16 D'où notre parti de désigner les acteurs par le terme d'« activiste » pour souligner leurs préoccupations pour l'action, et compte tenu des nombreuses fois où au cours des entretiens ceux-ci exprimaient leur désapprobation quand nous parlions d'eux en termes de « militant ».

17 Á savoir : politique, scientifique et réactif (voir Ollitrault, 2008, dont nous nous inspirons, ainsi que Barthélémy, Weber, 1986).

18 Ce changement recèle parfois des composantes émotives brutales comme le choc ressenti par Camélia (ZW Lyon) et son compagnon face à une invasion de cafards de leur logement qui les oblige à vider les placards.

19 Déjà observée de façon générale chez les militants écologistes (Bennahmias, Roche, 1992).

20 Durant Mai 68, les « établis » appartiennent aux groupes maoïstes et abandonnent études et carrière professionnelle pour aller travailler en usine et rejoindre le prolétariat.

21 Créé en 2012 autour de trois revendications : la régulation de la finance, le réchauffement climatique et la réduction du temps de travail, voir : https://collectif-roosevelt.fr/

22 Cet itinéraire transverse et cette justification, qui témoignent d'une acculturation au militantisme, se retrouvent parmi les jeunes diplômés du supérieur (Master et +, souvent dans des formations sur l’environnement) que nous avons rencontrés, pour certains salariés d'associations, dont on peut supposer qu'ils ont été plus exposés aux logiques de professionnalisation du monde militant (Ollitrault, 2008; Aspe, Jacqué, 2012) et à la nécessité corrélée de faire preuve, par contre, de leur vocation.

23 Là où dans les mobilisations contre les installations d'incinération et d'enfouissement des déchets que nous avons observées lors de travaux antérieurs, les professionnels engagés sont davantage ceux de la gestion des risques industriels, de l'environnement ou de l'équipement, qu'il s'agisse de fonctionnaires ou de salariés du privé (Hajek, 2013).

24 Daphnée, ancienne infirmière reconvertie à la couture, confiera non sans malice « être restée dans les aiguilles »!

25 C'est-à-dire en tant qu'activité tangible de nature créatrice dont la fonction est d'assurer l'ajustement entre l'être vivant et son environnement.

26 Qui, chez les Anciens, avait son lieu d'expression dans la maison œuvrant à l'économie et au maintien de la vie.

27 Voir l'entretien de G. Agamben réalisé par S. Grelet et M. Potte-Bonneville (1999), ainsi que G. Faburel (2018).

28 Lequel, selon l'auteur, dématérialise les choses dans les conventions sociales et court-circuite l'épreuve de réalité sur une croyance partagée par les sujets (Thévenot, op. cit.).

29 Comme les ingrédients qui entrent, par exemple, dans la fabrication de la lessive proposée dans certains ateliers, peu utilisés, mal connus, pouvant présentés des risques ou créer de l'hésitation chez l'utilisateur (Hajek, Diestchy, op. cit., p. 41).

30 Association d'écocouture de récup' strasbourgeoise.

31 En particulier les femmes dont la portée émancipatrice de l'engagement dans le zéro déchet ne peut se saisir que dans une dialectique, là encore, entre espaces privé et public, faute de quoi il ne peut que constituer une charge et une aliénation supplémentaires. Pour une analyse ciblée sur les femmes et le zéro déchet, nous renvoyons le lecteur à notre travail mené avec une philosophe et une politiste (Guien, Hajek, Ollitrault, 2020).

32 La campagne « Mon commerçant m'emballe durablement » vise à inciter les commerçants à réduire les emballages qu'ils utilisent, que ce soit en réduisant les emballages des fournisseurs, en adoptant la vente en vrac et/ou la consigne, ou en acceptant les contenants personnels des clients, et vise implicitement à les transformer en entrepreneurs de cause en les incitant, « par ricochet », à sensibiliser leurs fournisseurs et leur clientèle.

33 Il s'agit en effet de personnes, apparentées ou non (par exemple, un couple avec enfants ou des colocataires), dont la caractéristique commune est de résider sous un même toit.

34 Là où les pouvoirs publics insistent, eux, sur la modalité du « trop » à travers la notion de gaspillage érigée en catégorie d'action publique (Cloteau, Mourad, 2016).

35 Ils se traduisent par des projets de reconversion professionnelle sur la réduction des déchets. Dans l'enquête RELGA, ils concernent quatorze personnes sur l'ensemble des interviewés, soit la quasi-moitié de l'échantillon. Sur la façon dont ces projets peuvent recouvrir une réorientation dans un autre secteur professionnel, ou une reconversion professionnelle dans un autre métier, et être conçus différemment par les acteurs, comme une réelle « bifurcation » (Denave, 2015 ; Négroni, 2005) avec des transformations dans l'ensemble des sphères de la vie ou, comme un moyen de renouer avec une continuité biographique, en lien avec une quête des origines, voir le détail de la recherche (Hajek, Diestchy, op. cit., p. 161-165).

36 Selon une formule empruntée à W. Sine et B. Lee (2009).

37 Pour preuve supplémentaire, le fait qu'il ne s'agit jamais pour les activistes rencontrés de simplement créer une entreprise ou une activité économique mais de concilier des finalités sociales et de non-concurrence par rapport à celles déjà positionnées sur le même créneau, d'où des réflexions et hésitations récurrentes dans le choix du cadre légal (association ou entreprise) de l'activité et, parfois, des formes de bricolage pour pouvoir arriver à en vivre (Hajek, Dietschy, op. cit.).

38 Si les commerces de vrac sont présents, on trouve aussi dans ce réseau lyonnais des activités allant de la vente de prestations de service à celle de denrées alimentaires, comme par exemple une entreprise de livraison de produits en vrac, une autre qui met à disposition des entreprises des machines distribuant des gobelets lavables, une entreprise de fabrication de sacs à vrac, etc. D'autres projets sont en cours concernant, par exemple, la restauration, ou encore, le conseil et la formation sur le zéro déchet, témoignant du développement de ce réseau local.

39 Les membres de RC soutiennent ainsi que leur activité n'entre nullement en concurrence avec celle des réparateurs professionnels mais lui est au contraire complémentaire.

40 On pense en particulier à la façon dont le travail d'enquête des « anti-déchets » s'articule à d'autres modalités d'action et d'autres collectifs tels que les collectifs de « villes en transition », les circuits d'AMAP, les jardins partagés, voire des mouvements contre-culturel, amenant à leur attribuer une portée globalisée, sinon systémique.

41 Disqualifiés dans l'espace politique conventionnel.

42 Voire « glocale » ou rhizomatique à l'instar des SCMOs (Sustainable Community Movement Organizations) étudiés par R. W. Weiner et F. Forno (op. cit.).

43 Selon une expression présente chez E. Ostrom (1990), ainsi que chez R. W. Weiner et F. Forno (op. cit.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Hajek, « Récup', glanage, zéro déchet : une nouvelle conception du politique ? », Géocarrefour [En ligne], 95/1 | 2021, mis en ligne le 23 février 2021, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/16302 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.16302

Haut de page

Auteur

Isabelle Hajek

Maîtresse de conférences en sociologie, Institut d’urbanisme et d’aménagement régional (IUAR) - Université de Strasbourg Laboratoire Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe (SAGE, UMR 7363 CNRS) 22 rue René Descartes 67084 Strasbourg cedex hajek@unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search