Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsA. Suchet et A. El Akari (dir.), ...

A. Suchet et A. El Akari (dir.), Développement du sport et dynamique des territoires : expériences internationales comparées

John Tuppen
Référence(s) :

SUCHET A. et EL AKARI A. (dir.), 2020, Développement du sport et dynamique des territoires : expériences internationales comparées, Montpellier, AFRAPS.

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit des travaux de la 8ème Biennale de l’Association Francophone pour la Recherche en Activités Physiques et Sportives (AFRAPS) qui s’est tenue au Maroc en avril 2018. Au total, suite à une courte partie introductive, le cœur de ce volume est composé de 26 contributions, réparties entre quatre sections : Sport et tourisme dans l’organisation des territoires ; configurations nationales et politiques sportives ; développement du sport, éducation et intégration sociale ; et développement du sport, nationalismes et violences. Deux contributions, à nouveau très courtes, concluent le livre. Les différents chapitres représentent « des apports empiriques inédits », tous concernés par l’enjeu « à élaborer les conditions nécessaires et suffisantes pour permettre aux différentes pratiques sportives de participer effectivement à l’aménagement at au développement durable des territoires ».

2L’introduction est composée de trois articles, dont deux sont très succincts expliquent les objectifs du livre. Le troisième, de Jean-Pierre Augustin, analyse le développement du football sur le continent africain. Mettre ce chapitre en introduction ne semble pas très logique mais il a au moins le mérite de donner le ton du livre notamment en mettant l’accent sur les dimensions social et politique du football africain dans un contexte de globalisation. Ensuite, dans la première partie du livre, 6 chapitres sont présentés sur la thématique du sport et tourisme dans l’organisation des territoires. Quatre textes concernent la France, un autre se focalise sur la montagne en Himalaya, complété par une très courte présentation des stades démontables en milieu urbain. Les contenus sont très variés. Par exemple, C. Faucon et I. Sacareau proposent une étude détaillée et analytique des guides de montagne népalais, insistant aussi bien sur leur formation et leur certification que sur leurs territoires d’exercice et les dynamiques spatiales de leur activité ; C. Perrin-Malterre s’intéresse à la structuration de l’offre touristique de sports de nature sur un territoire utilisant une analyse du parapente au Puy de Dôme et du canyoning dans le Vercors tandis que A. Marsac et J.-L. Lheraud examinent, à travers les acteurs locaux, le rôle des sports de nature dans la conception et mise en place du PNR du Morvan. D. Féménias, dans son chapitre sur la reconversion de l’espace urbain à Rouen et au Havre, se concentre surtout la réutilisation de l’espace et la notion de « reconquête récréative », mettant moins l’accent sur les activités sportives ou récréatives elles-mêmes. Enfin, cette notion d’espace récréative est reprise par B. Gresser dans son analyse des plages français comme lieux de loisirs sportifs notamment à travers les clubs de plage pour enfant.

3La deuxième partie (Configurations nationales et politiques sportives) est composée de 10 contributions dont 6 qui concernent le continent africain. Même si l’accent est mis sur les acteurs et les politiques publiques, comme dans la première partie, les approches et les contenus des chapitres sont assez hétéroclites. A. El Akari est l’auteur de deux articles sur le Maroc. Dans le premier l’analyse se focalise sur l’identification des acteurs territoriaux impliqués dans la gestion du sport, tandis que dans le deuxième l’étude concerne la déconcentration administrative dans ce domaine à travers les services du ministère de la Jeunesse et des sports. Pour son étude sur le sport et territoires au Cameroun, R.Tamoufe Simo adopte une approche ethnosociologique et s’interroge surtout sur le rôle des autorités traditionnelles et du sport dans la dynamique territoriale. Au Sénégal 0. Ba s’intéresse à une autre catégorie d’acteur – le club de sport. Il étudie son rôle dans le développement local à travers l’exemple d’un club de football. Dans un court article, trois auteurs, J-L Mengue M’Etughe, A. Ango Dzime and S. Mootsinga Dada Garba, réfléchissent plutôt aux dysfonctionnements dans l’offre d’activités sportives utilisant l’exemple de l’organisation du sport universitaire à Libreville au Gabon. Enfin, pour conclure les études sur l’Afrique dans cette partie, Ch. Zongo propose une étude critique des politiques sportives au Burkina Faso et leur évolution dans le temps. Le but de ces politiques était « de faire du sport un outil de développement social et économique » du pays mais le bilan apparaît assez mitigé.

4Cette approche critique se retrouve dans le chapitre suivant (avec un retour en Europe) dans lequel A. Suchet, P. Charitas et Z. Belmaati-Cherkaoui procèdent à une analyse fort instructive sur l’organisation par la région Languedoc-Roussillon des Jeux Méditerranéens de 1993. L’échelle et l’optique changent dans le chapitre de Y. Hernandez où il offre un guide des études réalisées sur les thématiques STAPS dans les zones transfrontalières de l’Union Européenne. Le contexte spatial change à nouveau dans le texte de D. Charrier, Ch. Parmentier et J. Jourdan qui traite les questions de sport et développement local en comparant l’expérience de la France avec celle de la Palestine. Ils constatent dans le domaine sportif, par exemple, le rôle fort structurant des politiques publiques en France par rapport à l’importance accordée aux initiatives citoyennes en Palestine. La dynamique territoriale peut suggérer aussi la diffusion spatiale d’une idée ou concept et cette question est abordée par J. Gleyse dans le dernier chapitre de cette section où il analyse d’adoption, pas sans quelques difficultés, de la « méthode naturelle » ou « méthode française » de l’enseignement de l’éducation physique en Argentine et au Brésil.

5Pour la troisième partie les études de cas se focalisent sur « développement du sport, éducation et intégration sociale ». Les exemples, répartis entre 7 chapitres et encore très disparates, concernent la France, l’Italie, le Maroc, le Brésil, la Grande Bretagne ainsi que l’espace européen. Dans le premier chapitre le lecteur est plongé dans les quartiers populaires ou « difficiles » en France ou le sport pour les jeunes fait partie des initiatives prises pour combattre les problèmes sociaux. L’évolution de ces politiques et leur efficacité sont évaluées. Ce même souci existe au Maroc et A. Rharib et Y. Siame le détaille dans leur texte « l’Initiative Nationale pour le développement humain » l’objectif est de réduire les inégalités sociales en mettant en place une « économie sociale solidaire » ; les projets sportifs figurent parmi les initiatives prises sans toujours répondre aux attentes des populations. La question de la pauvreté urbaine et des populations défavorisées est abordée aussi dans le texte de C. Chabot qui s’intéresse à l’impact de méga-événements sportifs au Brésil sur les favelas en présentant des exemples contrastés. Les impacts des grands événements sportifs sont abordés également dans le chapitre de D Di Tommaso et A. Pioletti qui traite le football féminin en Italie et les difficultés auxquelles son développement doit faire face. Les problèmes qui se posent pour faire avancer un projet sportif sont abordés aussi à une micro-échelle en Grande Bretagne. Il s’agit de l’analyse de J-F. Loudcher sur l’enseignement de l’éducation physique dans une école secondaire atypique dans un contexte post Jeux Olympiques 2012. Toujours dans le domaine éducatif mais cette fois-ci à l’échelle européenne, J. Mikulovic et G. Bui-Xuan examinent le rôle que le sport peut jouer dans un processus inclusif pour les élèves en situation de handicap. De manière plus générale le sport est très lié aux politiques de santé, comme expliquent M. Honta et F. Illivi qui analysent cette situation en France ; ils identifient notamment les conflits qui peuvent exister entre une politique « top-down » de l’Etat et des interventions des collectivités locales proches des populations concernées.

6Enfin, la quatrième partie (Développement du sport, nationalismes et violences) est composée de trois chapitres. Dans un long texte détaillé Y. Fates retrace le développement des activités sportives en Algérie dans la période de ‘transition’ suite à l’indépendance de ce pays. Il insiste sur l’importance du sport pour une population jeune et sur les liens forts avec la politique. Le football joué un rôle important dans ce processus ; c’est aussi le sujet du chapitre de G. Rannou mais qui l’aborde sous une autre optique. L’auteur s’intéresse au club du Paris Saint-Germain, des territoires de ses supporteurs et de leurs « subcultures » et des problèmes d’hooliganisme qui y sont associés dans un contexte de « recherche permanente d’identité commune entre le club et son public ». Le football est encore le sujet du dernier chapitre de cette section. P. Soulier explore le lien entre ce sport et la politique en étudiant la Serbie pendant la guerre des années 1990. Elle montre comment le sport devient « un agent du nationalisme et du populisme » et « les stades (de football) deviennent de gigantesques meetings politiques non-revendiqués ».

7Pour conclure l’ouvrage, deux très courtes contributions sont proposée. La première de M. Kaach avance la notion d’un modèle sportif postcolonial dans les pays d’Afrique francophone dans lequel le secteur public, et surtout les services de l’Etat, joue un rôle essentiel. Enfin, G. Bui-Xuan, dans le tout dernier chapitre, revient sur une des idées clés du livre en évoquant le territoire comme un facteur du développement du sport et le sport comme objet de médiation territorial.

8Dans l’ensemble il s’agit d’un livre plein d’intérêt. La thématique autour du sport et des territoires est d’actualité et les différentes études de cas sont très riches en informations. Les analyses sont en générale très solides incorporant de bonnes bases conceptuelles. L’utilité de l’ouvrage vient aussi du mélange d’approches disciplinaires : par exemple, histoire, sciences du sport, géographie, sociologie, économie et sciences politiques. En outre, les études empiriques offrent une couverture géographique très large et l’importance accordée aux pays émergents, surtout africains, semble particulièrement pertinente étant donné les attentes et les enjeux liés au développement du sport là-bas. Ainsi, la diversité des analyses et des contextes spatiaux est un aspect très positif du livre. Ceci dit, la diversité pose parfois des problèmes de cohérence de l’ensemble et pour donner plus de clarté à toutes ces contributions hétéroclites il aurait été sans doute souhaitable d’insister plus dans l’introduction sur le fil conducteur qui relie les différents chapitres. Certes, dans cette partie introductive, de bonnes questions sont posées sur les liens entre sport et territoires mais de manière extrêmement succincte. Enfin il est dommage que dans la conclusion plus de place ne soit pas accordée à une vraie comparaison des études de cas autour, par exemple, des similitudes et divergences.

9Globalement, cet ouvrage a néanmoins de nombreuses qualités, notamment à travers les aperçus qui sont proposés sur le sport et les territoires dans des contextes très contrastés (géographique, culturel, socio-économique et politique). Il atteste aussi de l’intérêt des manifestations organisées par l’AFRAPS.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

John Tuppen, « A. Suchet et A. El Akari (dir.), Développement du sport et dynamique des territoires : expériences internationales comparées », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 04 février 2021, consulté le 09 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/16503

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search