Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsPierre-Henry Frangne et coll., De...

Pierre-Henry Frangne et coll., Des lignes et des paysages - Du sillon à la skyline

André Buisson
Référence(s) :

FRANGNE P.-H., LIMIDO P., LE DU L., REGNAULT H., 2020, Des lignes et des paysages - Du sillon à la skyline, Rennes, PUR, 365 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage constitue les actes du colloque tenu à l'université de Rennes 2 en septembre 2017. Il réunit quinze articles, outre une introduction détaillée de P. Limido et une conclusion de P.-H. Frangne. L'originalité de cette manifestation était, autour d'un sujet défini – le paysage et ses composants – de questionner des chercheurs venus d'horizons très différents. La composition de la table des matières est, de fait, très éclectique. Au détour des pages, on va croiser tour à tour archéologue, anthropologue, urbaniste, philosophe, architecte, géographe, historien d’art, littéraire, théoriciens de la perception ou artiste du land-art. La problématique générale se situe dans la définition, ou l'identification, de lignes créatrices – ou formatrices – du paysage.

2L'ouvrage se structure dans une forme quadripartite (quatre parties, quatre articles dans chaque partie), avec quatre perspectives.

3En premier lieu, la naissance des lignes conceptuelles, historiques. Les auteurs vont alors interroger la notion d'horizon (C. Flécheux) qui correspond à la fois à la limite et à l'ouverture vers l'infini. L'horizon, tout à la fois barrière visuelle et obstacle aux retrouvailles (on songe à la « ligne bleue des Vosges », mais aussi à la chanson de Vincent Scotto « Il n'y a pas de Pyrénées… ») est indéfinissable dans son tracé et dans sa couleur. Impalpable, il se dérobe au fur et à mesure de l'avancée de l'homme. C'est ensuite au tour de la ligne droite, ou brisée, qui structure (ou divise) le paysage… avec comme exemple la voie romaine (F. Colléoni). L'une des bonnes manières de repérer ces voies romaines, c'est la lecture des photographies aériennes (en Afrique du Nord, en Espagne ou en Italie du Nord par exemple). Leurs lignes brisées participent, avec les cadastres orthogonaux, à la structuration et au rythme de l'espace (rythme donné par les relais routiers, les embranchements, les habitats proches ou distants de ces voies. A son tour, C. Reichler « s'attaque » à une route héroïque, celle du Simplon, d'abord sentier muletier, puis véritable route stratégique conçue par Bonaparte en 1800 et inaugurée sous l'Empire en 1805… ce sera une « route Napoléon », entre Brigue et Domodossola. Surtout, cette « percée alpine » ouvre la voie de l'imagerie paysagère de la route alpine, avec ses récits et ses représentations figurées. De son rôle d'organisatrice du paysage, elle devient paysage sous la plume ou le pinceau des Romantiques, par les éléments qui la constituent. Enfin, dans les dessins des écoliers (programme pédagogique élémentaire, de 1977 à 2015), A. Baudinault questionne le regard des enfants sur les lignes permettant de représenter le paysage.

4Dans la seconde partie, « Histoire de lignes, lignes d'histoire », les auteurs interrogent la notion de colonisation (mais pas forcément territoriale). E. Chézel, avec les lignes d'éoliennes en Frise du Nord, explore le terrain d'expérimentation du pionnier de l'industrie éolienne Vestas, qui détermine un exemple de concertation avec les habitants de ces terroirs placés dans un « monde-météorologique » où le vent est omniprésent. M. de Loage, dans le Nord Québécois, voit dans la « maison de colonisation » l'emblème de la conquête des zones « à défricher » et le noyau dur d'un programme politique fort, associant missionnaires et colons dans la conquête de l'espace. M. Duperrex, avec le pipeline, montre la création d'un nouveau paysage concurrent de celui du chemin de fer, où le pétrole, et l'infrastructure industrielle qui l'entoure, organise l'espace avec ses interdits (on peut les comparer à tous les règlements qui entouraient la terre autour des aqueducs romains, dont parlent l'auteur latin Frontin et les documents épigraphiques comme la « pierre de Chagnon » dans la Loire. Enfin, E. Chiffre et coll. présentent la Ligne Maginot, gigantesque fortification érigée entre les deux guerres mondiales pour figer une frontière fluctuante entre France et Allemagne. Plus qu'une simple ligne, c'est tout un réseau conçu en profondeur dans le paysage, et jusque dans les profondeurs de la terre par son réseau de tunnels et de casemates. Son organisation est largement puisée dans le modèle du limes romain, cette « ligne » de fortifications qui entourait le monde romain et dont subsiste, notamment, le mur d'Hadrien entre Angleterre et Ecosse.

5La troisième partie interroge « L'art dans les lignes ». A.D. Spathoni étudie l'œuvre de Cy Twombly, L. Montazeri la présence de l'homme et du paysage chez Bergman, O. Belon la ligne dans les photographies de trois artistes et C. Rannou, suivant en artiste plusieurs expéditions scientifiques, questionne l'idée d'habiter en ligne.

6La quatrième partie est intitulée « Lignes de villes, lignes de vie ». A. Steinmetz étudie l'impression ressentie par Le Corbusier face aux gratte-ciels à New York en 1935. Pour le théoricien de l'architecture, cette dernière est affaire de rythmes plutôt que de styles (qui sont éphémères). D. Méaux enquête sur une ligne fantôme… celle formée par le réseau souterrain des réseaux enfouis, des rivières urbaines aux réseaux d'égouts. Il suit le parcours d'artistes en résidence à Clermont-Ferrand qui tentent de retrouver le tracé de la Tiretaine (comme le Furan à Saint-Etienne ou la Rize à Lyon). Enfin Y. Muller est frappé par les lignes formées par les coulées de lave aux portes de l'urbain en Islande.

7La conclusion de P.H. Frangne définit enfin le paysage comme un « parlement de lignes », on peut parler de « Faire paysage ». Pour autant, ces lignes droites, brisées, courbes, sont tour à tour visibles ou invisibles (enterrées), muettes ou sonores (on songe aux songlines des Aborigènes australiens). Elles sont liées à des réalités géomorphologiques, historiques ou culturelles, physiques, organiques ou vivantes.

8Le volume présenté est tout à la fois dense et varié. Il est la preuve que la conjonction des regards de chercheurs d'horizons différents rend la recherche encore plus passionnante, même si l'idée de skyline, évoquée dans le titre, n'est abordée que pour le cas de New York. Une bibliographie générale, placée en fin de volume, p. 341-353, montre bien que les chercheurs ont voulu œuvrer dans un sens commun.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Pierre-Henry Frangne et coll., Des lignes et des paysages - Du sillon à la skyline », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 03 mai 2021, consulté le 23 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/16577

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search