Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsNoël Coulet, Florian Mazel (dir.)...

Noël Coulet, Florian Mazel (dir.), Histoire d'Aix-en-Provence

André Buisson
Référence(s) :

COULET N., MAZEL F. (dir.), 2020, Histoire d'Aix-en-Provence, Rennes, PUR, 336 p.

Texte intégral

1Quarante-trois ans après la dernière synthèse (Bernos et coll., 1977), et après avoir été explorée, sondée, dévoilée par plus de 400 fouilles durant les cinquante dernières années, la ville d’Aix-en-Provence fait l’objet d’un travail méthodique de restitution des avancées. Sa topographie historique, sa richesse archéologique ont déjà permis d'en faire l'une des cités méridionales les mieux connues (Mocci et Nin, 2006 ; Guyon et coll., 1998).

2L'ouvrage présenté ici est tout à la fois un "beau livre", à la mise en page recherchée et riche de 459 figures en couleur, et un ouvrage scientifique de premier ordre, complété en fin de volume par une série d'index et une bibliographie. Sans surprise pour ce genre de monographie, le sommaire est chronologique et l'histoire de la ville est déroulée pour le lecteur en treize chapitres, de l'Antiquité à nos jours.

3Suivons quelques-uns des fils directeurs de l'ouvrage et tout d'abord celui de son emplacement, qui sous-tend toute l'histoire de la ville. Il faut remonter au contexte historique de sa fondation, dans la seconde moitié du second siècle avant notre ère. En 122 av. J.-C., le proconsul romain Caius Sextius Calvinus fonde Aquae Sextiae Salluviorum à seulement 3 km à vol d'oiseau d'une agglomération indigène (aujourd'hui Entremont) qui était peut-être la capitale des Salyens (N. Nin, "Aux origines d'Aquae Sextiae", p. 13-37). Aquae, car les auteurs anciens parlent de sources chaudes disparues aujourd'hui mais dont le nom Aix et les thermes "modernes" tirent au moins une tradition, et au carrefour de plusieurs voies stratégiques. Pour les Romains, dans le processus de conquête de la Provincia (qui donnera son nom à la Provence), c'est avant tout une fondation stratégique, à seulement trente kilomètres de la ville grecque de Massalia (Marseille), dans le but d'anéantir toute velléité d'expansion de la cité phocéenne. Première fondation en terre gauloise, elle ne sera pas, pour autant, la capitale de la nouvelle province, supplantée quatre ans plus tard par Narbo Martius -Narbonne - (elle-même détrônant l'agglomération indigène de Montlaurès située à quelques kilomètres), fondée par Cneius Domitius Ahenobarbus, à qui l'on doit également la via Domitia (voie Domitienne). Tout est alors écrit de son histoire : rivalité avec Marseille, première ville en terre indigène, capitale temporaire mais jamais définitive !

4Des trente premières années de son existence, les archéologues sont encore bien en peine de produire quelques traces. Mais au cours du premier siècle de notre ère, la ville est délimitée par une enceinte de 4 km de périmètre, avec courtines, cinq portes et de nombreuses tours, autour de l'habitat précédemment installé (fig. 28-29 p. 31), sur une trame urbaine de voies orthogonales (decumani et cardines) et d'îlots d'habitations de 36 x 28 m pour une surface de 67 hectares. A l'intérieur de l'enceinte, un théâtre de 100 m. de diamètre mis au jour en 2004, (pour comparaison, celui Fourvière à Lyon a un diamètre de 108,50 m) un ou plusieurs forum (a) et plusieurs maisons (N. Nin, "Aquae Sextiae, profil de la ville antique", p. 38-65).

5Comme la majorité des villes romaines, Aix entame un lent déclin au IIIe siècle de notre ère, suite à l'affaiblissement progressif du pouvoir impérial – entre autres – et les monuments publics qui avaient fait sa parure sont progressivement démantelés et leur espace réoccupé par d'autres types d'habitat. Une brève renaissance touche Aix entre les années 300 et le VIIe siècle, avec la création de la province de Narbonnaise Seconde, dont elle devient la capitale (J. Guyon, "Entre deux mondes", p. 66-87). La création d'un évêché courant IVe siècle, érigé en métropole ecclésiastique vers 450, ce qui occasionne la réoccupation de portions de la ville antique, éloignées les unes des autres (fig. 29, p. 31), le remploi de matériaux de construction… bien connu dans les villes romaines.

6A partir de cette période, la ville devient "polynucléaire", avec trois noyaux urbains (à l'Ouest, la ville des tours, ou quartier de la Seds, avec la cathédrale primitive ; à l'Est, le bourg Saint-Sauveur, autour de la nouvelle cathédrale construite vers 500 et, au Sud-Est, le bourg comtal) pour une superficie totale de 15-20 ha (fig. 4 p. 94). (S. Claude et N. Coulet, "Naissance d'une capitale, émergence d'une ville", p. 88-116). Le cœur de la ville va ainsi se déplacer vers l'Est de la ville pour y trouver son nouveau centre de gravité (fig. 16, p. 103). La communauté juive, présente depuis le XIe s. et bien intégrée, subit cependant des tourments et un quartier juif unique, non clos, est construit à la fin du XVe s. (S. Claude et N. Coulet, "Aix, ville royale", p. 118-140).

7En 1502, le Parlement est installé à Aix (l'un des trois fléaux de la Provence, avec le mistral et la Durance, dans les dictons populaires). A cette période, la ville est polarisée entre trois pouvoirs, le Comte, l'Evêque et la Maison commune (C. Dolan, "Aix au XVIe s., l'intégration au royaume de France", p. 142-156).

8C'est à partir de la période qui s'étend du XVIe au XVIIIe siècle que la ville retrouve une superficie comparable à celle de l'Antiquité, avec 66 ha, grâce notamment à la création du cours Mirabeau (et au lotissement d'anciens jardins au sud, la "ville Mazarine" au plan orthogonal). On note la concentration des lieux de pouvoir (Parlement, Cour des Comptes, Université, métropole ecclésiastique, gouvernement de province…) (R. Bertrand, "Le XVIIe s., le 'grand siècle' aixois", p. 158-182). Les crises sont nombreuses, la peste a sévi de 1346 à 1356, tuant 45 % de la population, elle revient en 1720, tuant un quart des Aixois (B. Cousin et I. Castaldo, "Le XVIIIe s., entre crises et Lumières", p. 184-204).

9L'ancienne capitale provinciale se transforme progressivement en "village orgueilleux" (C. Belmonte, "Déchéance ou déclassement ? Aix sous la Révolution et l'Empire", p. 206-224) et la croissance de Marseille précipite le déclin aixois (J.-M. Guillon, "Aix au XIXe s. (1815-1914), le regret du passé", p. 226-246).

10La Nationale 7 (RN7) donne à Aix un rôle de carrefour important et, signe d'un nouveau temps, en 1932, Aix devient "Aix-en-Provence" avec des thermes, un casino... La ville sort de ses anciennes limites urbaines, le quartier Abram enclenche le déménagement de l'université hors du centre-ville (N. Girard et J.-M. Guillon, "L'amorce d'une dynamique : Aix dans la première moitié du XXe s.", p. 248-264). Après-guerre, la ville continue sa croissance de plus belle (fig. 19 p. 279) avec un fort développement universitaire et d'activités tertiaires (N. Girard et J.-M. Guillon, "De l'après-guerre à nos jours : métamorphose et continuité", p. 266-294).

11Avec Paul Cézanne et Emile Zola, Aix prend une place importante (la Sainte-Victoire pour l'un, Plassans pour l'autre). Avec Frédéric Mistral, Germain Nouveau, Joseph d'Arbaud et les Félibres, la littérature "provençale" reçoit un écho très fort, mais l'art ne se limite pas à ces noms là et on s'arrête aussi à Aix pour visiter la fondation Vasarely, le musée Granet ou les expositions présentées à l'hôtel de Caumont (A. Paire, "Littérature, peinture et musique à Aix-en-Provence depuis la fin du XIXe s.", p. 296-310)

12Il est bon de rafraichir les connaissances par la publication de ces grandes monographies. Celle-ci trouvera son lectorat aussi bien parmi le grand public, d'Aixois tout d'abord, à qui elle est certainement destinée en premier lieu, mais aussi parmi la communauté des chercheurs en histoire, d'abord, mais également en géographie et en études politiques.

Haut de page

Bibliographie

BERNOS M., COULET N., DOLAN-LECLERC C., 1977, Histoire d'Aix-en-Provence, Aix-en-Provence, Edisud

GUYON J., NIN N., RIVET L., SAULNIER S., 1998, Atlas topographique des villes de Gaule méridionale. 1 - Aix- en-Provence, Travaux du Centre Camille Jullian, n° 23, Revue archéologique de Narbonnaise, supplément 30

MOCCI F. ET NIN N., 2006, Carte archéologique de la Gaule 13-4 : Aix-en-Provence, Pays d’Aix, Val de Durance, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 870 p., 1059 ill.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Noël Coulet, Florian Mazel (dir.), Histoire d'Aix-en-Provence », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 03 mai 2021, consulté le 16 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/16578

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search