Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsJean-François Staszak, Raphaël Pi...

Jean-François Staszak, Raphaël Pieroni, Quartier réservé (Bousbir, Casablanca)

André Buisson
Référence(s) :

STASZAK J.-F., PIERONI R., 2020, Quartier réservé (Bousbir, Casablanca), Chène-Bourg (CH), Georg Editeur, 201 p.

Texte intégral

1Ce livre très illustré raconte la destinée d'un quartier "réservé" que d'aucuns souhaitent aujourd'hui "p"réserver. Les 62 figures dont de nombreuses cartes postales, les deux cahiers photographiques témoignent de la particularité du lieu, que l'association Casamémoire souhaite faire conserver au titre de la mémoire coloniale de la ville. Fermé en 1955 pour cause de troubles à l'ordre public, de violences récurrentes, Bousbir restera un symbole.

2Chaque ville a connu, dès le milieu du Moyen Âge, sa ou ses rue(s) "chaude(s)", avec ses maisons closes, ses lanternes rouges (red light) et son appellation très particulière : Gropecunt lane dans les villes d'Angleterre, Frauentormauer à Nuremberg… et naguère quelques rues de Lyon (rues Neuve, Tupin, Thomassin, du Port-du-Temple), de Marseille (rue Radot, démolie), de Paris (rue Saint Denis)…

3Puis ce furent des "quartiers rouges", comme à Amsterdam, réservés souvent à l'intérieur du centre ancien. On connait en revanche peu d'exemples de quartiers conçus spécialement pour la prostitution, à l'exception de l'emblématique Yoshiwara (Tokyo, dès 1652) où, à l'intérieur d'un espace fermé, avec un plan en grille et une porte unique, officiaient jusqu'à 7000 travailleuses du sexe (le quartier a été fermé suite à l'interdiction de la prostitution en 1957).

4L'ouvrage est conçu en trois chapitres précédés d'une introduction de J.-F. Staszak et R. Pieroni, tout deux géographes (qui ont coordonné cet ouvrage).

5Même si ce n'est pas l'habitude, commençons par la fin ! Le chapitre 3," Aujourd'hui à Bousbir avec Mélita Vangelatou" (R. Pieroni) (cahier photo en couleur p. 164-201), propose une visite actuelle du quartier. Une seconde porte a été percée, destinée aux voitures, le cinéma a disparu, une école, un centre administratif, des mosquées, ont fait leur apparition. Des étages ont été rajoutés aux immeubles, des couleurs ont remplacé le blanc uniforme des façades… un marché est venu se coller aux murailles, le quartier est maintenant enserré dans la croissance urbaine de Casablanca, et les habitants n'ont plus l'idée de ce qu'était l'endroit avant ! Ils profitent de la muraille comme on le ferait dans une gated community.

6Avant, c'est-à-dire depuis 1955, date du début de sa seconde vie, le quartier a accueilli le logement des supplétifs Marocains de retour de la guerre d'Indochine. Les rues ont été rebaptisées de noms de fleurs et on était alors prêts à oublier l'avant, le sulfureux "Bousbir, l'ancien quartier réservé du Casablanca colonial" (chapitre 1 : J.-F. Staszak).

7Conçu en 1924 par l'architecte Edmond Brion (1885-1973) à 5 km du centre-ville de Casablanca, l'endroit est conçu pour accueillir le "quartier réservé", jusqu'à sa fermeture en 1955. Le plan est rationnel, le projet remonte à 1917 (peut-il être attribué à Lyautey, résident général, qui avait confié à Henri Prost le plan d'aménagement de la ville ?) et son but est de contrôler la prostitution et d'endiguer la propagation de la syphilis et des maladies vénériennes en général par un suivi médical régulier des travailleuses du sexe. Il est une sorte de laboratoire urbain, destiné à éradiquer la prostitution dans la ville elle-même, et à servir de modèle pour d'autres territoires coloniaux, au Maroc d'abord (Meknès, Agadir…), puis Tunis et enfin Saïgon (le "parc aux buffles").

8Sur une parcelle de 2,4 hectares (160x150 m), appartenant à un diplomate français, Prosper Ferrieu, dont Bousbir est la prononciation locale du prénom (https://fr.wikipedia.org/​wiki/​Bousbir), une "petite ville" est bâtie dont les noms des rues évoquaient les femmes de Marrakech, Fès ou Meknès (Marrakchia, Fessia, Meknassia). Entourée de murs hauts de 8 à 10 m percés d'une seule porte monumentale, elle regroupe vingt-deux bâtiments de 2 à 3 étages, avec de 14 à 52 logements. Ceux-ci étaient gérés par une société, la Cressonnière, qui percevait les loyers. La modernité est présente avec l'eau courante, les égouts, le dispensaire. Les loisirs sont présents, avec cinéma, hammam, café maure et restaurants. Le quartier est divisé en trois zones regroupant des prostituées d'origine différente (Maures, Juives ou Européennes -dont le quartier ne fut jamais bâti) pour une clientèle essentiellement militaire et étrangère. 800 travailleuses y officiaient (malgré la dégradation du quartier, 675 y résidaient encore lors de leur expulsion à la fermeture du lieu).

9Cette documentation est complétée par le chapitre 2 : "Bousbir sous l'œil de Denise Bellon en 1936" (A. Mauuarin) : développement de la photographie et développement du tourisme au Maghreb (cahier photo p. 124-153). Photographiant le Maroc pour une commande des Chemins de fer du Maroc, son Rolleiflex 6x6 autour du cou, elle produit 1400 photos pour le studio Alliance Photo, des instantanés sur la "vie ordinaire" des femmes, alternant vues d'en haut, contre-plongées, à l'opposé des vues précédentes, réalisées avec des chambres photographiques statiques.

10Cette étude d'urbanisme et de mémoire est menée dans le sens de la patrimonialisation par l'association Casamémoire, suite à la perte par démolition d'un certain nombre de témoins majeurs de l'architecture coloniale de Casablanca. L'analyse de l'urbanisme et du style architectural de Bousbir montre une volonté de recréer un mythe, celui du Maroc anté-colonial, sublimé par des architectures arabo-mauresques propices au fantasme. Le style est repris dans des constructions contemporaines ou plus récentes, comme la cité indigène de la Compagnie sucrière dû au même Edmond Brion, ou le récent quartier des Habous, construit sur le modèle de l'ancienne medina.

11Bousbir est signalé dans les guides touristiques dédiés au Maroc dès les années 1930, des séries de cartes postales lui sont consacrées : dès le guide Michelin de 1939, la visite de Casablanca comprend deux étapes au moins, Bidonville et Bousbir ("le plus moderne et le plus vaste bouge du monde", p. 76). Plus de 200 cartes postales ont été éditées, des livres, des reportages de presse, des publications "médicales" ou prétendues telles, des films, comme celui de Camille Sauvageot en 1926, pour les "Archives de la planète" d'Albert Kahn.

12L'ouvrage a plusieurs mérites : même si le sujet est, pour le moins, scabreux, il porte l'attention sur un aspect méconnu de la vie coloniale (dans plusieurs scènes du film Pépé le Moko, on suivait des "bourgeois" en mal d'exotisme partis s'encanailler dans la Casbah). Il montre également la seconde vie de ce quartier, reconfiguré par les habitants au point d'en avoir oublié l'origine (sauf peut-être dans le fait qu'une "bousbiria", fille de Bousbir, est encore une insulte). Enfin, il attire l'attention sur le projet architectural et urbanistique lui-même, "louable" ( ? !) dans ses intentions de canaliser la prostitution endémique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Jean-François Staszak, Raphaël Pieroni, Quartier réservé (Bousbir, Casablanca) », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 09 décembre 2020, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/16591

Haut de page

Auteur

André Buisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search