Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsThomas Labbé, Les Catastrophes na...

Thomas Labbé, Les Catastrophes naturelles au Moyen Âge

André Buisson
Référence(s) :

LABBE T., 2020, Les Catastrophes naturelles au Moyen Âge‪, Paris, CNRS éditions, coll. Biblis, 2e éd., 352 p.‬‬‬‬‬‬‬‬

Texte intégral

  • 1 Entre autres, CR par S. Claire, Thomas Labbé, Les Catastrophes naturelles au Moyen Âge, Médiévales (...)

1Voici la réédition (au format "poche") de l'ouvrage publié chez le même éditeur en 2017, lui-même publication d'une thèse de doctorat soutenue à l'université de Bourgogne, dont le territoire d'investigation couvre l'Europe presque entièrement, pour la période du XIIe au XVe siècle. Plusieurs comptes rendus en ont alors été publiés1.

2Dans ce livre très documenté, où sont analysés 3146 récits de chroniqueurs et auteurs médiévaux, Th. Labbé cherche à définir, tour à tour, l'idée de catastrophe naturelle (première partie, « Imaginer le phénomène naturel extrême du XIIe au XVe siècle ») et l'action (la menace et les éléments de désorganisation sociale que la catastrophe déclenche) (seconde partie, « Réagir face aux phénomènes naturels extrêmes du XIIe au XVe siècle »). Sont ainsi inventoriés, tour à tour, ce que les Romains cataloguaient dans les prodigia, les comètes, éclipses de lune et du soleil, météores, orages, tempêtes, les éboulement, inondations, tremblements de terre, volcanisme…

3A l'heure où le mot "catastrophe" revient quasiment chaque jour dans l'actualité, replonger plus de cinq cents ans en arrière est une bonne méthode pour enquêter sur la signification et la perception que nos ancêtres ont eu de ces phénomènes. L'auteur rappelle que le Moyen-Âge ne connaît pas le mot "catastrophe" mais seulement "casus", voire "signum", "prodigium" (termes issus du latin qui leur portait un grand intérêt, où le réel se mêlait souvent au religieux). Pour autant, les hommes de cette période ne méconnaissent pas ces évènements… même si la période du XIIe au XIIIe s. est moins documentée que la suivante. La thèse générale de l’ouvrage est que la manière dont les sociétés définissent et réagissent aux catastrophes nous renseigne sur les rapports entre l’homme et la nature.

4La première partie s'articule autour de trois chapitres intitulés : « Construire une rationalité du phénomène naturel. Les causes de l’événement, point axial du système de représentation à la fin du Moyen Âge » (chapitre 1) ; « Le discours de la norme ou la conscience de la mécanique du monde (chapitre 2) ; « Donner un sens au phénomène extrême » (chapitre 3).

5L'auteur souhaite enquêter sur les faits eux-mêmes… et doit donc en faire le recensement. Afin de comprendre l'évolution de la compréhension de ces faits, il répertorie tous les termes de vocabulaire utilisés, à la manière d'une analyse de contenus et de données textuelles (chapitre 3 : Donner un sens au phénomène extrême).

6De plus en plus, à partir du XIIIe siècle, on a "Une perception active des causes physiques des phénomènes naturels" (p. 110 sq) et, à la fin du Moyen âge, on commence à faire le lien, entre "Anthropisation et dégradation de l'environnement" (titre de paragraphe, p. 114) comme dans les "capitulations (décisions) de 1414" de Meyronnes et de Larches sur l’Ubayette (p. 115) où l'on "règlemente fortement les droits de pâturage afin de préserver les versants". D'une certaine manière, ces constatations préfigurent celles qui aboutiront à la mise en place du RTM (Reboisement des terrains de montagne) comme dans les "capitulations de 1436" qui renforcent les décisions des précédentes sur la réglementation de la coupe du bois. Sur un autre sujet, l'envasement, la lagune de Venise est un cas très étudié durant cette période, avec une approche globale et historique qui serait encore d'actualité (p. 122-124).

  • 2 E. Leroy Ladurie, 1967, Histoire du climat depuis l'an Mil, Paris, Flammarion, Nouvelle bibliothèqu (...)

7A l'ère de l'Anthropocène, si souvent célébrée ces derniers temps, une catastrophe comme celle du mont Granier en Isère en 1248 (qui s'est répétée en 2016), démontre que le phénomène est purement géologique… l'Homme n'en est que le témoin. La thèse de Th. Labbé montre comment la société médiévale explique les phénomènes naturels et quels sens elle leur donne. Jusqu'au XVe siècle, avec le De Terraemotu de Giannozzo Manetti (1457), l'évènement est une punition divine (pour les anciens Etrusques et Romains, le prodigium avait la même origine) qui exige réparation, par la miséricorde et la pénitence. Il existe une hiérarchie dans les phénomènes recensés comme "significatifs". Pour le Moyen Âge, il faut retenir la notion de "catastrophe-sanction", et la "fonction purificatrice de l'évènement" (p. 140 sq et fig. 11), par la foudre comme par le séisme, l'un punissant l'adultère et la fornication (foudroiement de la cathédrale Notre-Dame du Puy…), l'autre le péché contre-nature et l'enrichissement indu. Pour autant, la période livre aussi bon nombre de témoignages d'une "réflexivité environnementale". Le XIVe s. est, pour les historiens contemporains, "l'âge de plomb", avec des épisodes pluvieux extrêmes, des criquets, des tremblements de terre (Bâle) et une variabilité climatique exceptionnelle qui induit des famines terribles (années 1342-1344 dans le Saint-Empire, p. 160). Pour E. Leroy-Ladurie2, cette période, qui correspond à la fin de l'Optimum climatique médiéval (OCM), précède – ou préfigure - le début du Petit Âge glaciaire. Si on rajoute à cela la grande peste noire et le début de la guerre de Cent ans…

8La seconde partie est également articulée autour de trois chapitres : "Absorption émotionnelle et construction sociale de l’urgence : le temps de l’évènement" (chapitre 4) ; "Encadrement et reconstruction matérielle : le temps de la réponse" (chapitre 5) et " Assimiler le phénomène extrême" (chapitre 6).

9Les réactions primaires sont souvent rapportées dans les textes, comme dans la lettre de Pétrarque du 25 novembre 1343 à la suite du raz-de-marée de Naples : mouvements de foule, panique, prières. Durant les tremblements de terre, c’est le sauve-qui-peut qui domine. C'est par la pénitence et la prière que s'organise le processus de reconstruction collectif. Miséricorde en est le maître mot, "toute manifestation ostentatoire étant jugée susceptible de renforcer l'ire de Dieu" (p. 196). Si les autorités organisent des manifestations religieuses, elles n’interviennent que très peu dans l’aide aux victimes. Il faut ressouder la communauté, la réformer parfois, par exemple en interdisant les divertissements ou les vêtements luxueux.

10Les évènements ont laissé peu de traces dans les archives publiques, à part quelques interventions frumentaires ou demandes d’arrangements fiscaux par les autorités locales au pouvoir central comme le montre l’exemple de Tours en 1405. L’appauvrissement des populations est fréquent. La charité, la caritas médiévale, est différente de la charité contemporaine, c’est un message vers Dieu plus qu’un acte de solidarité. Une rupture s’amorce au XVIe siècle. Débordant chronologiquement, l'auteur donne ainsi des pistes sur la mutation des attitudes du pouvoir municipal qui, par exemple encore à Tours, dès 1522, se porte au secours des populations.

11Les sources analysées mentionnent les catastrophes mais en fournissent beaucoup plus rarement un bilan : l'humain ne semble jamais faire cas, il est soit tout bonnement négligé, soit exagéré, à l'exception du séisme de Naples de 1456, pour lequel on doit à Giannozzo Manetti un décompte sérieux, paroisse après paroisse (p. 252-253), qui préfigure l'exactitude des chiffres donnés durant la période suivante. Pour le "matériel", seuls les lieux importants à la vie spirituelle et matérielle de la collectivité, églises et ponts principalement, semblent avoir retenu l’attention.

12L'un des grands résultats de l'analyse de Th. Labbé se situe dans la détermination que, durant les quatre siècles étudiés, le lien casus/signum reste fort (la proportion de signa restant constante, entre 25 et 30 % durant toute la période). Mais on assiste à un basculement. Pour preuve, la place des signes célestes (comètes, éclipses…) qui étaient au premier plan durant la première partie de ce bas Moyen Âge, s'affaiblit significativement durant la seconde moitié de la période, au profit des signes terrestres. Cette tendance montre que la place occupée précédemment par la tradition antique, notamment la disciplina etrusca, qui reposait en grande partie sur l'analyse des signes décryptés dans le templum (espace céleste dessiné par l'haruspice) laisse progressivement place à l'observation naturaliste (Aristote). Significative, et très instructive, dans quelques cas, est la rupture entre la doctrine de l'Eglise et la sagesse populaire. Par exemple, lors du séisme et de l'inondation de Villach (Carintie) en 1348, d'un côté des moines tentent de faire de ces catastrophes le signe de la colère de Dieu, invitant les habitants à la pénitence, alors que, de l'autre côté, ces derniers soulignent que c'est le séisme qui, en bouchant le cours de la rivière, a provoqué l'inondation. Et on pourrait reprendre dans ce livre plusieurs exemples tout aussi édifiants.

  • 3 L'historien de l'Antiquité garde toujours en mémoire les reliefs du laraire de la maison de L. Caec (...)
  • 4 Par exemple : M. Bois, D. Ratz, 2002, L'effondrement du Claps de Luc-en-Diois dans la vallée de la (...)

13L’ouvrage est précis, très circonstancié, complété d’une bibliographie abondante et récente (sources et bibliographie, p. 299-337, et un très précieux Index des évènements, p. 341-343). L'auteur n'a de cesse de prouver tout ce qu'il avance par des exemples, à l’échelle de l'Europe occidentale, tirés de son "catalogue" . On peut regretter la quasi-absence d’analyse des sources iconographiques, certes rares pour la période3, de même l'absence d'une mention du Claps, à Luc-en-Diois en 14424. Comme cela a déjà été souligné lors de la sortie de l’ouvrage, et au même titre que l'Histoire du climat depuis l'an Mil (Leroy Ladurie, 1967) ce livre trouve sa place parmi les classiques de l’histoire environnementale.

Haut de page

Notes

1 Entre autres, CR par S. Claire, Thomas Labbé, Les Catastrophes naturelles au Moyen Âge, Médiévales [En ligne], 73 | automne 2017, mis en ligne le 15 décembre 2017, URL : http://journals.openedition.org/medievales/8250 ; DOI : https://doi.org/10.4000/medievales.8250 ; F. Lavocat, Menace écologique au Moyen Âge https://www.en-attendant-nadeau.fr/2017/09/26/menace-ecologique-labbe/ ; F. Besson etP. Guéna, Les catastrophes naturelles ont-elles une histoire ? 19 avril 2017 https://www.nonfiction.fr/article-8856-les_catastrophes_naturelles_ont_elles_une_histoire_.htm :

2 E. Leroy Ladurie, 1967, Histoire du climat depuis l'an Mil, Paris, Flammarion, Nouvelle bibliothèque scientifique, 379 p. (plusieurs réééditions).

3 L'historien de l'Antiquité garde toujours en mémoire les reliefs du laraire de la maison de L. Caecilius Jucundus à Pompéi, seul témoin du tremblement de terre de 62 ap. J.-C. Cf. Thédenat H., 1905, Deux bas-reliefs de Pompéi, Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 49-4, p. 464-471, https://www.persee.fr/doc/crai_0065-0536_1905_num_49_4_71661

4 Par exemple : M. Bois, D. Ratz, 2002, L'effondrement du Claps de Luc-en-Diois dans la vallée de la Drôme vers 1442, Actes des VIè rencontres Archéosismicité et vulnérabilité, Environnement, bâti ancien et société, en ligne www.afps-seisme.org › download › file › 03-BOIS ; P. Thomas, « Le Claps (Luc en Diois, Drôme), un colossal éboulement datant de 1442 » [archive], sur https://planet-terre.ens-lyon.fr [archive], 6 février 2017

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Thomas Labbé, Les Catastrophes naturelles au Moyen Âge », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 09 décembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/16603

Haut de page

Auteur

André Buisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search