Skip to navigation – Site map

HomeNuméros95/1ArticlesLa politisation des déchets en Ca...

Articles

La politisation des déchets en Campanie. Conversation à trois voix

Entretien avec Claudia Cirelli et Fabrizio Maccaglia1
The politicization of waste in Campania. Three voices conversation
Marco Armiero, Giacomo D'Alisa and Salvatore Paolo De Rosa

Outline

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Traduction de Claudia Cirelli et Fabrizio Maccaglia, revue et validée par les auteurs. Les tradu (...)

1Entre les années 1980 et les années les plus récentes, la Campanie a servi de territoire pour des opérations de traitement low cost des déchets pour l’essentiel d’origine industrielle. Les enquêtes diligentées ont mis en évidence, à propos de ces opérations, un écheveau complexe de relations entre des groupes de la criminalité organisée locales, des sociétés de transport, des industriels, des intermédiaires dans le négoce des déchets, des personnels de l’administration et diverses figures politiques. Aujourd’hui, près de 200 sites contaminés sont officiellement recensés, et plusieurs milliers d’autres doivent encore être soumis à expertise. La requalification du territoire campanien est lente. La cartographie des sites pollués fait en effet apparaître une situation sous la forme de taches de léopard, à quoi s’ajoutent les sites de stockage illégal encore totalement méconnus. Le trafic clandestin de déchets perdure aujourd’hui, cependant sous des formes moins visibles et dans des proportions plus réduites. Cet entretien propose de revenir sur cette séquence communément appelée « crise des déchets ».

Figure 1 : Le territoire de la Terre des feux

Figure 1 : Le territoire de la Terre des feux

En prenant le cas de la Campanie comme exemple, quand et comment les déchets sont-ils devenus un sujet de débat politique au niveau local et national, et un objet d'intérêt et de mobilisation pour la société civile et les populations locales ?

2Salvatore Paolo de Rosa : En Italie, si les problèmes posés par les déchets, d’origine industrielle ou issus de l'activité de consommation, sont décelables dès les débuts de l’industrialisation (je pense notamment à la vallée de Bormida, au cas de l'ILVA et à celui de l'Eternit de Casale Monferrato), ils se sont exprimés de manière plus aigüe pendant et après le boom économique des années 1960.

3Des réactions de la société civile à la pollution industrielle sont en effet observables tout au long de la période du cycle d’industrialisation contemporain, déclenchées tant par leurs effets visibles qu’invisibles sur les corps et les environnements. En même temps, et de façon plus marquée au cours des dernières décennies, la gestion des déchets urbains est devenue un enjeu politique en raison du conflit qui oppose des approches divergentes de la gestion des matières mises au rebut, et des controverses associées à localisation des équipements de traitement. Pour ce qui est de la Campanie, on assiste, dès les années 1980, à la survenue de conflits ayant pour enjeu les modalités, les technologies employées et les risques liés à la gestion des déchets urbains. Ce sont-là les premières manifestations de l'écologisme populaire visant à dénoncer les contradictions flagrantes de la gouvernance environnementale des ressources et du territoire qui, par la suite, connaîtront une forte aggravation lors des différentes phases de « l’emergenza rifiuti » (état d’urgence dans le domaine des déchets). C’est en particulier à partir de l’année 2000 que débute un long cycle de mobilisations sociales en réaction à une gestion des déchets urbains [imposées de manière autoritaire conjointement par l’autorité centrale et l’autorité régionale N.d.T.] – reposant sur la construction de centres d’enfouissement et d'incinérateurs en dérogation du droit commun. Ce modèle de gestion reste sourd aux demandes de participation et de négociation exprimées par les populations locales, et confirme ses objectifs alors même que les territoires concernés sont déjà compromis sur le plan écologique. Ce qui se profile dans ces années-là, c'est le rôle fondamental des comités populaires pour contrer les attaques d'un véritable système d'extraction de profits et de rentes associé aux déchets, qui se cache derrière la bannière mystificatrice de « l'intérêt public ».

4Marco Armiero : Je n'ai pas grand-chose à ajouter à ce que Salvatore a brillamment rappelé. Peut-être pourrait-on compléter par une remarque à propos de la notion de « déchet », qui présente selon moi un caractère particulièrement flou et indéterminé. Salvatore a inclus dans sa réponse, à juste titre, la question des pollutions industrielles et des coûts de ce qui est communément appelé miracle économique italien, une histoire longtemps occultée dans la mémoire collective du pays. En ce sens, il importe que la notion de déchets comprenne les restes urbains (ce que l'on appelle en termes techniques les déchets urbains solides), mais aussi le large éventail des restes que notre mode de vie, de production et de consommation, rejette dans l'environnement. De ce point de vue, je pense qu'il serait important de s’intéresser aux divergences qu’induit un environnementalisme qui se préoccupe principalement de l’image de la ville et du cadre de vie urbain, et un environnementalisme, que je qualifierais de classe, tourné vers la défense de la santé et des communautés. L'histoire environnementale américaine a, par exemple, envisagé ces questions en examinant les différences entre, d’une part, le mouvement pour la propreté et l’embellissement des villes et, d’autre part, le mouvement pour la justice environnementale. Je serais curieux de savoir si et dans quelle mesure on trouve trace de cette perspective différenciée en Italie. Dans le cas de la Campanie, ce sont les mouvements environnementaux constitués sur une base locale qui ont contribué à opérer un déplacement de la focale des déchets urbains abandonnés en pleine rue aux pollutions toxiques. Et y compris dans ce cas, il est possible de souligner une différence entre ceux qui ont réclamé la propreté des « beaux quartiers » de la ville et ceux qui ont davantage posé le problème des communautés sacrifiées, c'est-à-dire des territoires qui ont servi de décharges légales et illégales pour le bien-être des autres. Je terminerais en disant qu’il existe probablement plus d’un environnementalisme des déchets.

  • 2 Masaniello, né Tommaso Aniello, a été le protagoniste de la révolte napolitaine qui, au XVIIe siècl (...)

5Giacomo d'Alisa : En faisant écho à Marco et, d'une certaine manière, en le paraphrasant, je dirais qu’il est possible de construire des récits différents sur la politisation des déchets en Campanie. Un premier récit est celui proposée par Salvatore, centré sur les processus d'industrialisation et les conséquences que ceux-ci ont sur les formes de mobilisation en Campanie. Un deuxième récit est celui proposé par Marco lorsqu'il nous invite à réfléchir aux différentes exigences et propositions, qui émergent d'un environnementalisme esthétique et civil, au regard de celles exprimées par un environnementalisme matérialiste et populaire. Il existe probablement pléthore de narrations de la manière dont le déchet devient le siège et le moteur de l’action publique, comme en atteste le cas de ces milliers de Campaniens qui se sont engagés dans des mouvements pour réclamer une gestion différente des déchets et pour une définition différente de ce qu'est un déchet. On peut dénombrer plusieurs expériences de mauvaise gestion des déchets en Campanie. Parmi celles qui me semblent les plus importantes, je voudrais en soumettre une en particulier à l’attention des lecteurs. À la fin des années 1980, la Campanie tente de mettre en place un premier plan régional de gestion des déchets, qui ne rencontre pas l’adhésion de l’antenne de Legambiente en Campanie. Si, aujourd’hui, Legambiente est l'une des plus grandes associations de protection de l’environnement en Italie, à l’époque, elle était ce que l’on peut considérer comme l’âme verte du Parti communiste italien (PCI). Angelo Genovese, membre du comité scientifique de Legambiente et membre du PCI, est parmi les premiers à dénoncer un certain nombre de problèmes : le risque d’un transfert de déchets provenant des États-Unis vers la Campanie (probablement dû à la saturation de la décharge de New York) ; le manque de transparence des décisions concernant la régionalisation des centres d’enfouissement jusqu'alors essentiellement gérés sur une base municipale ; la dissimulation systématique des niveaux de contamination qui, déjà à l'époque, étaient relevés dans les décharges recevant indistinctement des déchets urbains et des déchets industriels. Angelo Genovese a été une source de connaissances très importante et a été à de nombreuses reprises un meneur dans le dossier des déchets en Campanie. Son activisme est celui d'un militant communiste. Il est évident que la question des déchets a dépassé de loin son rôle politique et environnementaliste, et il va sans dire que les mobilisations autour des déchets qui ont traversé la Campanie au cours de ces quatre décennies ne sont pas réductibles à l’engagement d’Angelo Genovese. Faire le récit des luttes dans lesquelles différents protagonistes de la question des déchets se sont engagés est, selon moi, une voie que chacun peut légitimement emprunter. Et, au cours de ces décennies, il y a eu une profusion de Masanielli2 des déchets. Il me semble que ces Masanielli sont devenus un mouvement politique fort et percutant lorsqu'ils se sont réunis, sans perdre la diversité et la pluralité des expériences et des voix qui les animent, sur le plus petit dénominateur commun : la santé. Le point culminant de la politisation des déchets me semble être atteint lorsque la mauvaise gestion se concrétise dans les terres polluées, dans le bétail agonisant et dans les corps malades des habitants de la Campanie. C'est la question de la santé qui relie la mauvaise gestion des déchets en Campanie à d'autres luttes dans d'autres régions du monde (ce dont parle Marco) et à d'autres histoires de conflits environnementaux (la perspective adoptée par Salvatore).

Comment les différentes crises ont-elles modifié la place des déchets dans l'agenda local et national des acteurs politiques italiens ? Par ailleurs, face à la répétition de ces crises, y a-t-il eu une reformulation de la question environnementale à partir de la question des déchets ?

  • 3 Les auteurs de cet entretien utilisent le terme scarto qui signifie « reste » en français, car il l (...)
  • 4 Impregilo est parmi les principaux groupes italiens de bâtiment et travaux publics. Originairement (...)
  • 5 Dans le système juridique italien, le commissaire extraordinaire, délégué à l'état d'urgence, est u (...)
  • 6 Luigi de Magistris est un ex-magistrat napolitain et un ex-substitut du procureur de la République (...)

6Salvatore Paolo de Rosa : Les « crises » des déchets urbains en Campanie, et les conflits qui les ont accompagnées, ont rendu visible l’affrontement entre des approches divergentes quant à la manière d’appréhender les restes3de la consommation et, en même temps, ont révélé le caractère systémique des déchets dans le modèle économique dominant. Les déchets sont la face « cachée » d'une croissance économique conçue comme infinie, qui n'est éthiquement acceptable qu’à partir du moment où, au quotidien, elle se nourrit de l'idée que les choses peuvent être jetées indéfiniment, vu que les « externalités » sont gérées et traitées sans causer de problèmes. Imaginer que la planète possède un caractère infini et que les déchets disparaissent, voilà le fantasme qui se cache derrière le modèle économique contemporain. En Campanie, les mouvements sociaux sont parvenus à ces conclusions après avoir emprunté le difficile sentier d'une construction autonome des savoirs par le biais de la lutte, l'étude et la confrontation avec des experts non inféodés au pouvoir. Les mouvements campaniens se sont, d’une part, opposés au projet de gestion des déchets de la société Impregilo4, validé par le Commissario per l’emergenza (le commissaire délégué à l’état d’urgence)5, fondé sur le stockage préalable des déchets destinés à l'incinération sur des sites dédiés. D’autre part, ces mêmes mouvements ont revendiqué une gestion plus durable des déchets, présentant moins de risques pour la santé, ouvrant la voie à une transition vers une économie circulaire et fondée sur la réduction et le recyclage des déchets. Les conflits en Campanie ont montré la concurrence entre ces deux approches, et exercé une influence sur le débat relatif à la gestion des déchets tant national que local. À moyen terme, il est devenu impossible pour les responsables politiques locaux de ne pas prendre position sur cette question désormais devenue centrale. Le programme politique qui a permis la réélection de Luigi De Magistris6à la mairie de Naples est, en ce sens, révélateur : Luigi De Magistris a en effet repris dans son programme la position des comités de base opposés à la construction de nouveaux incinérateurs appelés à desservir la ville de Naples. Ces mêmes revendications ont également été reprises par l'administration régionale, qui a fait de l'économie circulaire un objectif de sa politique publique des déchets, validant ainsi les retombées positives à long terme des solutions alternatives avancées par les comités de base. Dans le domaine de la santé publique, l'influence des mobilisations locales se lit dans l'attention croissante du public et des décideurs politiques portée aux déchets toxiques générés par l’industrie (aussi bien les déchets toxiques traités conformément à la réglementation en vigueur, que ceux traités en-dehors de celle-ci), et à l'avancement des programmes de requalification environnementale des sites. Le déblocage de budgets et les mesures réglementaires adoptées par les derniers gouvernements afin d’étendre les contrôles des sites et des activités illégales de traitement des déchets, la localisation et la remise en état des sites pollués, doivent également être lus comme une conséquence des revendications et des plaintes formulées en Campanie tout au long du cycle conflictuel contre les déversements de déchets toxiques et les incendies de décharges sauvages.

  • 7 Terra, est une liste citoyenne à laquelle ont adhéré des formations de gauche comme Rifondazione Co (...)
  • 8 https://www.facebook.com/stopbiocidio/

7Marco Armiero : Ce que l’on nomme communément « crises des déchets » est aussi – certes pas seulement – un instrument rhétorique dans la compétition politique. Les sacs-poubelle qui inondent les rues et les écrans sont bien évidemment le produit du métabolisme urbain (soit la transformation des flux d'énergie et de matière), mais surtout celui des jeux politiques et des intérêts qui sont en jeu. D’aucuns sont allés jusqu'à affirmer que de véritables actes de sabotage ont été orchestrés pour atteindre les administrations municipales ou régionales, ce qui prouve que les déchets sont par essence et toujours un fait politique. Dans le cas de la Campanie, la crise des déchets a, avant tout, contribué à la formation d’un réseau de communautés résistantes et à une politisation généralisée de la question environnementale. Il convient donc de se mettre d'accord sur ce que nous entendons par acteurs politiques. Je crois que les associations, les comités et, y compris, les individus, sont des acteurs politiques, et que leur construction en tant que véritables sujets politiques s’est accomplie à travers la mobilisation environnementaliste autour des déchets. Si, en revanche, nous nous réfèrons principalement aux décideurs politiques, Salvatore a précédemment bien rappelé comment le succès politique du Luigi De Magistris à l’occasion de deux scrutins électoraux peut également être mis au crédit de cette mobilisation politique. D’ailleurs, au moins deux de ses conseillers ont été partie prenante de cette expérience de mobilisation sociale. Je devrais également mentionner les nombreuses expériences locales qui, d'une manière ou d'une autre, sont liées à la mobilisation autour des déchets : je pense par exemple à la présentation dans différentes villes de la région, lors des élections, de listes citoyennes qui ont souvent obtenu d’excellents résultats (jusqu'à 17 % des suffrages), ou à la participation aux récentes élections régionales d’une liste écologiste (Terra7), qui est le résultat d'une coalition entre différents associations de terrain et certains partis de gauche. Pour résumer : la crise a donné naissance à de nouvelles subjectivités politiques et sociales, dont certaines n'ont pas reculé devant le défi politique en acceptant non seulement la compétition électorale mais aussi la confrontation avec les institutions (je pense à l’initiative des tables de négociation avec le Ministère de l'environnement que le réseau Stop Biocidio8 poursuit depuis des mois).

8Giacomo d'Alisa : Cette question conduit à aborder deux sujets complexes, qui ne peuvent être traités en quelques lignes. Je vais néanmoins tenter de passer en revue certaines caractéristiques propres à chacun d’entre eux.

9Le premier sujet est celui des déchets et des agendas politiques : cinq cent cinquante communes, cinq provinces, une région, un seul pays. Que l’on évoque les quatre dernières décennies auxquelles Salvatore et moi avons fait précédemment allusion (1980-2020), ou simplement la période de la gestion en régime d’état d’urgence des déchets urbains (1994-2009), toutes les collectivités territoriales ont été d’une façon ou d’une autre marquées par la politisation des déchets. Certes, certains cycles, ou crises, ont eu un impact sur certains échelons plus que sur d’autres, mais les mouvements environnementalistes pour une gestion et une définition différentes de ce qu'est un déchet les ont toutes impliquées avec des effets positifs ou négatifs. Les déchets ont également marqué l’essor ou le déclin de personnalités politiques d’envergures différentes. Antonio Bassolino, maire de Naples et présenté comme l’artisan du Rinascimento napoletano (de La Renaissance de la ville de Naples), qui a revêtu pendant 4 ans (de 2000 à 2004) la fonction de Commissario per l'emergenza de la gestion des déchets, perd énormément de soutiens à l’occasion de son deuxième mandat à la présidence de la région de Campanie, précisément à cause des événements liés à la gestion des déchets. À la même époque où Antonio Bassolino perd son soutien populaire, Silvio Berlusconi centre sa troisième candidature à la Présidence du conseil sur la résolution de la question des déchets en Campanie. Elu en 2008, il présidera tout au long de l’année 2009 plusieurs séances du conseil des ministres à Naples, toutes consacrées à la catastrophe nationale des déchets en Campanie. Et c'est son décret qui mettra fin à l'état d'urgence pour les déchets en Campanie. En 2013, Marco et moi avons écrit un article publié dans la revue Capitalism Nature Socialism sur l’histoire de ce prétendu miracle berlusconien. Berlusconi, le balai à la main, déblayant les rues napolitaines, représente au fond, et de façon assez absurde, l’environnementalisme de l’embellissement urbain, du cadre de vie, que Marco opposait dans sa première réponse aux activistes de la justice environnementale qui, infatigablement, n’ont jamais cessé de dire qu'il ne suffisait pas de nettoyer les rues de la ville pour résoudre le problème des déchets en Campanie.

10Le deuxième sujet concerne la reformulation des questions environnementales sous l’effet des conflits qui se sont déroulés en Campanie à propos de la gestion des déchets. C’est une question qui doit être affrontée dans toute sa complexité. Ce que Marco dit à propos des sujets politiques (dans la première partie de ma réponse je me suis limité à évoquer les répercussions [de la prise en charge de la crise des déchets N.d.T.] sur les réputations de figures de premier plan de la vie politique italienne), s'applique également à la reformulation des questions environnementales. Nous pouvons réfléchir aux dimensions politico-institutionnelles de la question ou encore aux mouvements environnementalistes et particulièrement à leurs modes d’organisation et à leurs discours sur le sujet des déchets. Je fais le choix ici de traiter uniquement des changements politico-institutionnels, en m’attachant à rappeler les changements les plus importants sur le plan législatif et réglementaire auxquels les groupes mobilisés en Campanie ont contribué. Force est de reconnaître que sans la très grande manifestation de 2013, dénommée fiume in piena (un fleuve en crue) et organisée par la coordination Stop Biocidio, jamais le législateur italien n'aurait sanctionné les incendies des décharges sauvages considérés comme un simple délit administratif jusqu’à l’adoption du décret-loi 136 de 2013. Ces mobilisations populaires, qui ont placé le droit à la santé au centre de leurs revendications, ont également accéléré l'approbation de la loi 68 de 2015, qui a introduit quatre crimes environnementaux dans le code pénal italien. Ce sujet était débattu depuis au moins une décennie en commission parlementaire, et n’avait jamais fait l’objet d’une décision. Nous pouvons tomber d’accord sur le fait que ces lois pourraient être améliorées et qu'elles ne répondent pas totalement aux questions posées par la plateforme Stop Biocidio, mais nul ne peut nier que ces résultats législatifs, même si circonscrits, n'auraient jamais été atteints sans les conflits alimentés par les activistes en Campanie.

Selon quelles logiques les relations entre, d’un côté, le gouvernement et les administrations centraux, et de l’autre, les autorités locales, se sont-elles organisées pour affronter les situations d'urgence ? Et, plus particulièrement, quels effets le recours à des modes d’action dérogatoires (par exemple la procédure du commissariamento straordinario) a-t-il eu sur les processus décisionnels des autorités locales, régionales et nationales dans le domaine des déchets ?

  • 9 Fabrizio Maccaglia a eu l’occasion de s'intéresser au déploiement de l’état d’urgence en Sicile dan (...)

11Salvatore Paolo de Rosa : L'état d’urgence en matière de gestion des déchets urbains en Campanie, activé de 1994 à 2009, a radicalement reconfiguré les relations entre les citoyens et les institutions. Nous sommes en présence d’une reconfiguration profondément antidémocratique, comme l'ont montré des recherches universitaires9 et des enquêtes judiciaires : les commissaires installés pour piloter cet état d'urgence ont en effet bénéficié de pouvoirs exceptionnels, d’importantes enveloppes financières et de la possibilité de déroger aux législations environnementales ainsi qu’aux procédures de consultation des populations locales. Quant aux autorités des communes de la plaine campanienne, sur les territoires desquelles des usines de traitement de déchets et des décharges étaient programmées, elles se sont vues largement dépossédées de leur pouvoir de décision et de leurs attributions en matière de planification. Les commissaires nommés par le pouvoir central ont ainsi été en capacité d’agir sans prendre en compte les situations de pollution préexistantes affectant les sites appelés à accueillir ces usines ou ces décharges, ainsi que les propositions alternatives de localisation des équipements ou de modes de traitement avancées par les communautés locales. Les processus décisionnels en matière de gouvernance environnementale ont été centralisés et privatisés, créant une situation où les entreprises ayant remporté les appels d’offres, bénéficiant de l’appui financier des banques, ont pu exercer une influence déterminante sur la nomination des commissaires. Et sur un plan plus général, l'opacité avec laquelle les situations d'urgence ont été gérées, a créé un contexte propice au clientélisme dans la distribution des chantiers et l’attribution des contrats publics, à la corruption et au trafic d’influence quand il s’est agi de recruter des experts ou négocier des passe-droits, et à la spéculation foncière. Il est en outre étonnant de constater que les mesures de l’état d’urgence [ayant, entre autres, pour objectif de reprendre le contrôle de la gestion des déchets aux mains des autorités locales et des opérateurs privés (N.d.T.)] n'ont pas fait obstacle à l'infiltration de la criminalité dans la logistique des déchets. Elles n'ont guère empêché, non plus, la survenue de situations de crise provoquées par la paralysie du ramassage des déchets, illustrées par les célèbres images d’une ville de Naples submergée par les ordures à diverses reprises entre 2000 et 2012. L'approbation du décret-loi 90/2008, converti en loi 123/2008, par le gouvernement Berlusconi, constitue le point culminant du processus de déresponsabilisation des autorités locales : les usines de traitement des déchets sont déclarées sites d'intérêt stratégique et placées sous la surveillance de l'armée, les manifestations animées par des collectifs de riverains et des associations contre la mise en service des équipements ou l’exploitation de ces sites font l’objet d’une criminalisation de la part des pouvoirs publics, les dérogations introduites au droit ordinaire deviennent la norme en matière de protection de l’environnement et de santé publique.

  • 10 Jacobin est un magazine trimestriel américain qui se définit comme « une voix dominante de la gauch (...)

12Marco Armiero : Giacomo, qui a écrit sur ce sujet avant moi, pourra mieux répondre à cette question. Il ne fait aucun doute que le régime de l’état d'urgence a réduit les espaces de démocratie et de participation du public. L'idée d'une « situation d’urgence » en matière de gestion des déchets (étrange urgence, longue de vingt ans !) a rendu possible un cadrage du cas campanien en termes d’action dérogatoire au droit commun. Je me contenterai donc de faire quelques remarques générales à ce sujet. Comme Naomi Klein nous l'a appris, le capitalisme se nourrit des urgences qui lui permettent d'imposer des mesures exceptionnelles, de faire plier les communautés et d'accumuler des profits. Ce qui apparaîtrait inacceptable en temps « normal » devient nécessaire dans les situations d'urgence ; et la logique de l'urgence ne laisse aucune place à la dissidence, à la protestation, aux alternatives. Ce constat est selon moi applicable aussi bien dans le cas des déchets en Campanie, que dans celui de la crise socio-écologique que nous connaissons. Avec un militant du réseau Stop Biocidio, j'ai publié un article dans la revue Jacobin10 dans lequel nous cherchons à identifier les enjeux que pose l’idée d’une urgence climatique, précisément à la lumière de l'expérience napolitaine. Pour nous, l'état d'urgence sert toujours à défendre le statu quo, et non à le renverser. Comment est-il possible de rechercher des réponses rapides et efficaces sans renoncer à la confrontation et peut-être même au conflit ? Comment envisager le caractère urgent des enjeux environnementaux sans tomber dans l'état d'urgence ?

  • 11 Slogan utilisé par le gouvernement italien lors du premier confinement pour inviter les Italiens à (...)

13Giacomo d'Alisa : L'utilisation, ou plutôt l'abus, des décrets relevant de l’état l'urgence en Italie est à mettre en relation avec d’importantes ressources publiques disponibles, convoitées par différents détenteurs de pouvoir. La capacité d’enrichissement de ces groupes se trouve accrue dans les situations d’état d’urgence, car ils sont alors en capacité de se soustraire aux règles qui régissent en temps ordinaire l’attribution des marchés publics et la sécurité sur les chantiers mais aussi à la réglementation dans le domaine environnemental, et de réduire de la sorte leurs coûts de production. Par ailleurs, la collusion des autorités publiques avec des entrepreneurs capitalistes s’en trouve facilitée, car en situation d’état d’urgence, elles sont autorisées à déroger aux processus décisionnels démocratiques et à escamoter ainsi le contrôle des citoyens sur leurs décisions. Notons que ces irrégularités ont non seulement été observées dans le cas de catastrophes socio-environnementales et dans la gestion des déchets, mais aussi pour capter les millions d'euros investis dans l’organisation d’événements culturels (par exemple l'EXPO, non couronnée de succès, de Milan), sportifs (la Coupe d'Amérique) et religieux (les Journées mondiales de la jeunesse) qualifiés de majeurs. Souvent, la mise en œuvre de ces dispositifs se heurte à des obstacles, dans la mesure où des autorités publiques peuvent, d'une manière ou d'une autre, faire contrepoids et freiner le déploiement normal des pouvoirs octroyés par l’état d'urgence. A titre d’exemple : les maires peuvent avec de simples ordonnances municipales contraindre l’application de certaines décisions ; les juges de la Cour des comptes peuvent quant à eux exiger des explications concernant les dépenses engagées ; de simples juges sont enfin en capacité d’empêcher des modes d’action susceptibles de porter atteinte aux droits fondamentaux. En substance, j’oserais dire que, dans les démocraties libérales, les états d'urgence, bien qu’opérants, ne sont pas totalement efficaces, surtout parce que, outre les différends institutionnels que j'ai mentionné plus haut, des oppositions sociales se font jour. C'est pourquoi les élites doivent obtenir le consentement du peuple. Elles doivent réussir à aligner leurs modes de gouvernement sur le sens commun. J'ai défini ces processus par l’intermédiaire de l’expression « urgentocratie », au sens où le pouvoir se déploie dans les situations d'état d’urgence mais avec le consentement de la population. Dans un autre domaine, en lien avec l’actualité, je dirais que le slogan « Io resto a casa » (je reste à la maison)11 a été le moyen par lequel on a créé un consensus au sein de la population pour déclarer l'état d'urgence lors de la première vague de la pandémie COVID19. Afin de traiter la question des déchets en Campanie, l’« urgentocratie » a été appliquée à de nombreuses reprises. Sans le recours à ce dispositif, il est impossible d'expliquer le (faux) miracle revendiqué par Berlusconi qui, en 2009, annonce avoir fait disparaître les déchets des rues de Naples.

Les crises des déchets ont-elles modifié structurellement les relations entre les acteurs publics et privés impliqués dans la gestion des déchets dans les zones touchées par l'urgence ou, au contraire, ont-elles consolidé ces relations ?

  • 12 Le procès Resit fait référence à la condamnation en janvier 2019 à 18 ans de prison de l'entreprene (...)

14Salvatore Paolo de Rosa : La relation entre acteurs publics et privés constitue l'un des dossiers de la longue séquence des états d’urgence les plus complexes à traiter. En quelques mots, il y a eu une consolidation des canaux directs de collaboration entre acteurs publics et privés, visant à générer des profits et du capital politique sans nécessairement résoudre les problèmes de la gestion des déchets. Cela a été parfaitement documenté par les commissions parlementaires, qui ont montré comment la crise des déchets a été artificiellement entretenue dans le seul but d’assurer la pérennité du gigantesque édifice politico-administratif mis sur pieds à la faveur de l’état d’urgence. Nous disposons de suffisamment de preuves pour montrer comment la « crise » des déchets urbains a été transformée par les autorités chargées de sa résolution en une opportunité d'enrichissement pour divers acteurs économiques privés, aussi bien criminels que non criminels, par le biais des mécanismes dérogatoires et de la distribution de chantiers publics, d’activités de conseils et d’expertise, ou encore de l’attribution de contrats publics. A titre d’exemple, des sociétés ayant remporté un appel d’offres ont pu négocier des accords en sous-main avec les propriétaires des terrains devant accueillir des installations de traitement de déchets et des sites de stockage, sans consulter les autorités locales et les populations concernées, ouvrant ainsi la voie à la spéculation foncière. Le mécanisme de sous-traitance a permis de canaliser des ressources économiques vers des entreprises de transport, de terrassement et de sécurité privée souvent liées au crime organisé. Et des condamnations exemplaires - comme celles prononcées à l’occasion du procès Resit12- ont révélé au grand jour les relations impliquant l'appareil gouvernemental et les propriétaires de décharges dans le trafic illégal de déchets. On peut dire que l'expansion de cette « zone grise » de collaboration entre public et privé à des fins qui ne relèvent pas de l’intérêt général a été la marque la plus évidente de la gestion en contexte d’état urgence.

  • 13 Territoires de Campanie particulièrement touchés par les incendies de décharges sauvages.
  • 14 Le projet pilote "Veritas", promu par A Sud en collaboration avec le Réseau Citoyenneté et Communau (...)

15Marco Armiero : Je pense que Salvatore a fort bien décrit les liens « toxiques » qui se sont établis entre la sphère publique et la sphère privée dans la gestion des déchets en Campanie. Je voudrais juste mentionner un autre type de triangulation, qui devrait peut-être également retenir notre attention. Les entreprises privées, les propriétaires fonciers qui tirent profit des jeux de rente, et les banques, n'ont pas été les seuls acteurs privés impliqués dans cette crise. Des associations de citoyens ont également vu le jour, qui y ont souvent joué un rôle central. Je pense par exemple au rôle des observateurs civiques qui ont assuré la surveillance des sites de stockage de déchets ou encore à l'expérience des reportages vidéo sur les incendies des décharges sauvages, qui s'est révélée fondamentale dans la création d'une agence ad hoc pour la « terre des feux »13. La collaboration entre une ONG et un institut de recherche a également permis de lancer une enquête épidémiologique très intéressante (Veritas14). Ainsi, les sphères publique et privée ont interagi dans la crise des déchets, au-delà du seul cercle dessiné par les relations entre les entreprises actives dans le traitement des déchets et les autorités locales.

  • 15 Le programme COHEIRS (Observatoires civiques pour la protection de l'environnement et de la santé) (...)

16Giacomo d'Alisa : Concernant la relation entre organismes publics et entreprises privées ayant des intérêts dans la gestion des déchets, il me semble qu'il n'y a pas grand-chose à ajouter à ce qu'a dit Salvatore. De plus, même ma réponse à la question précédente clarifie en partie certaines formes de collusion typiques de l’ « urgentocratie ». Cependant, comme le suggère Marco, il faudrait peut-être réfléchir un peu plus à la manière dont l'activisme contre la mauvaise gestion des déchets est parvenu à modifier les relations entre autorités publiques et membres des collectifs de citoyens, des organisations non gouvernementales et des associations en Campanie. Il me semble qu’il manque aussi une recension plus systématique des innovations publiques et sociales nourries par tant d'années de conflit environnemental en Campanie. Par exemple, il serait intéressant de comprendre quels résultats ont été obtenus grâce à la collaboration entre les observateurs civiques et le sous-préfet pour la période qui va de 2015 à 2017. Les responsables du projet européen COHEIRS15 ont en effet facilité la création d'un groupe d'experts, offrant des possibilités de collaboration entre les membres de l'Institut Scientifique Biomédical Euro-Méditerranéen (ISBEM), l'Association des Médecins pour l'Environnement (ISDE Italie), le Centre d'Etudes « Rifare l'Europa » et Donato Cafagna (délégué du Ministre de l'Intérieur aux incendies dans la « Terre des feux » pour cette période). Le groupe d'experts avait pour mission de former une centaine d’observateurs civiques chargés de signaler au sous-préfet les situations environnementales ayant atteint un niveau critique en Campanie, afin qu’il prenne dans les meilleurs délais et en coordination avec la police les mesures nécessaires pour contenir les effets négatifs de ces situations de pollution sur les écosystèmes et la santé des populations dans les zones signalées. Je ne pense pas qu'il y ait eu une évaluation de ces relations de collaboration entre les autorités publiques et les volontaires civils, ce qui est certainement regrettable.

Comment envisager la question de l'injustice environnementale, de la solidarité territoriale et des enjeux en matière de santé publique à la lumière de la crise des déchets en Campanie ?

  • 16 https://www.facebook.com/Rete-di-Cittadinanza-e-Comunit%C3%A0-278540365842457/

17Salvatore Paolo de Rosa : Rétablir la vérité sur la nature et la motivation des mobilisations populaires pourrait être, à cet égard, un bon début. L'injustice environnementale commise contre les populations campaniennes a surtout été le résultat d'un déficit démocratique et d'un discours hégémonique sur la façon de concevoir l'économie et, par conséquent, sur la façon de traiter la production, la gestion et l'élimination des déchets. L'objectif des comités locaux engagés dans les mobilisations [contre le trafic illicite de déchets et les mesures gouvernementales adoptées dans le cadre de l’état d’urgence (N.d.T.)] était de démontrer essentiellement deux choses. Premièrement, que les sites sélectionnés [pour accueillir des équipements de traitement de déchets ou des décharges, (N.d.T.)] étaient déjà particulièrement affectés sur le plan environnemental par la pollution dérivée du trafic illicite de déchets toxiques (le vrai problème caché à résoudre) et l'héritage d'une industrialisation problématique et à court terme. De ce point de vue, la priorité aurait été de mettre fin aux déversements dangereux de déchets et de procéder à la requalification écologique des territoires, plutôt que d'ajouter des charges environnementales supplémentaires à ces mêmes territoires. Deuxièmement, que l’approche conjointement adoptée par le gouvernement central, le Commissario per l'emergenza et la société chargée de la gestion des déchets municipaux était de nature conservatrice, au sens où elle visait à maintenir des logiques de gestion non souhaitables, et non durables. Cette approche était en effet orientée sur la recherche du profit, plutôt que sur une utilisation rationnelle des ressources économiques, et imposée par le truchement d’une logique autant autoritaire que répressive. Les Comités populaires de Campanie, qui font désormais partie de la Coalition Stop Biocidio et du Réseau Citoyenneté et Communauté16, ont montré la voie à suivre pour s'attaquer aux problèmes non résolus et aux risques sanitaires qui persistent encore aujourd’hui. Cette voie en Campanie passe, tout d’abord, par la participation réelle des communautés locales à la gestion des territoires ; ensuite, par une campagne de biosurveillance des individus à grande échelle afin de clarifier les liens de causalité entre la pollution par les déchets et la survenue de certaines maladies ; et, enfin, par un programme de préservation et d’amélioration de la santé environnementale en introduisant un moratoire sur les activités polluantes parallèlement à la valorisation économique et sociale de la vocation agricole de la région.

18Marco Armiero : La première chose à faire serait de reconnaître qu'il y a un problème d'injustice environnementale. Lorsque j'ai commencé à m'occuper de ces questions, il y a 15 ans, personne ne parlait encore de justice environnementale. La question des déchets était une histoire de Camorra et d'inefficacité, ou d'incivilité inspirée des pires stéréotypes appliqués aux populations du Mezzogiorno. Reconnaître qu'il s'agit d'une question de justice environnementale signifie changer de perspective et, d’abord, dire que la façon de traiter la question de l'injustice environnementale passe par la lutte, par le conflit. On pense souvent que les situations ne trouvent pas de solution parce qu'il y a un conflit qui crée des tensions. Je pense à l’inverse que le conflit fait partie de la solution et non du problème. Lorsqu'il n'y a pas de conflit, l'injustice environnementale se maintient sans anicroche. C'est dans le conflit que de nouvelles options apparaissent et font leur chemin. Les grands intérêts économiques, les classes dominantes, les politiciens corrompus, ceux qui ne savent même pas ce que c'est que de vivre près d'une décharge, de tomber malade dans une usine ou de respirer des fumées toxiques, n'ont aucun intérêt à changer les choses. Les choses ne changent pas parce que quelqu'un propose un bon programme, mais parce que l'équilibre des pouvoirs est modifié. Pour faire face à l'injustice environnementale, à Naples comme ailleurs, il est nécessaire de se mobiliser et de tenter de remettre en question les systèmes d'oppression et d'exploitation qui la reproduisent inlassablement.

  • 17 La traduction du mot riscatto nous a conduit à utiliser une périphrase pour évoquer le sentiment d’ (...)

19Giacomo d'Alisa : L’impact sanitaire constitue sans doute le sujet le plus emblématique de l’affaire des déchets en Campanie. L’élément commun aux mouvements qui se sont formés tout au long de ces décennies de déversements, d'ensevelissements et d'incendies de déchets, a été les effets que ces activités scélérates ont eu sur la santé. Le récit élaboré à partir de la plateforme politico-organisationnelle Stop Biocidio s'est précisément attaché à montrer à quel point la mauvaise gestion des déchets urbains et industriels en Campanie était préjudiciable au sol, à l'eau, à l'air et aux personnes… Autrement dit, qu’un biocide était en cours. Le débat sur les causes de morbidité et de mortalité imputables aux cancers et à d'autres pathologies est l’espace narratif où la justice peut être rendue ou l'injustice perpétrée. La violence culturelle et structurelle du récit dominant, qui fait des modes de vie des habitants de la Campanie la principale explication de la dégradation de leur santé, a été et reste encore trop souvent prédominante. Une violence discursive qui s'ajoute à la violence lente de la contamination, qui pénètre les corps et les affaiblit, et qui entraîne trop souvent une mort prématurée. Mais la lutte pour la santé est aussi le signe du « riscatto » (de la revanche et de la réparation)17, le processus par lequel s’est accomplie la politisation des Campaniens. Les mouvements pour une meilleure gestion des déchets en Campanie ont réussi à obtenir des résultats importants au moment même où la répression et la criminalisation des militants avaient atteint leur apogée. Je parle des années qui suivent immédiatement 2009. Les membres de Stop Biocidio et d'autres groupes territoriaux ont demandé et obtenu d'importants changements dans le cadre réglementaire et de gestion des déchets au moment même où, avec le décret gouvernemental de 2009, la crise des déchets avait été déclarée close. On ne peut certainement pas dire que la mobilisation a été couronnée de succès. Mais comme il est d’usage de dire, de nombreux activistes ont retiré de petits cailloux de leurs chaussures en ayant réussi à obtenir des résultats. La grande manifestation de 2013, fiume in piena, que j’ai évoquée plus haut, a forcé le gouvernement central à déclarer que la combustion de déchets constituait un crime environnemental, alors qu'auparavant il s'agissait seulement d'un délit administratif. Le conflit sur les déchets a contribué à accélérer l’intégration d'un certain nombre de crimes environnementaux dans le code pénal italien. De nombreux activistes ont été les artisans d'économies communautaires qui produisent des aliments écologiques sur des terres confisquées à la Camorra, et de la gestion de biens communs urbains laissés à l’abandon par négligence environnementale. Ce ne sont là que quelques exemples de cette réparation. Disons qu’à différentes reprises, ils ont exigé et sont devenus des acteurs de la justice environnementale, même si celle-ci nécessite des interventions de portée plus structurelle. Une étape importante pourrait être franchie avec la création d'une unité de justice environnementale au sein de l'Agence régionale de protection de l'environnement (ARPAC) en Campanie. Aux Etats-Unis, l'unité de justice environnementale est une direction interne à l'Agence de protection de l'environnement. Elle a été créée sous la présidence Clinton grâce à la force politique des mouvements américains pour la justice environnementale. L'unité pourrait avoir une double fonction. La première serait de veiller à ce que toutes les politiques, tous les programmes et toutes les activités relevant des fonctionnaires de l'ARPAC intègrent les questions de justice environnementale. Pour identifier les situations d'injustice environnementale, il serait possible de superposer une série de cartes relatives à l'état de santé, à la pollution, à la production de déchets et aux conditions sociales et économiques en Campanie, à différentes échelles géographiques. La deuxième fonction serait de renforcer la relation avec les citoyens, les associations et les entreprises, en garantissant une réelle possibilité de participation des différents acteurs sociaux et économiques à la conception et à la mise en œuvre des politiques environnementales dans la région.

Quels effets les protestations et la mobilisation de la population locale contre l'installation ou la réouverture d'usines de traitement de déchets ont-elles eu ? Et plus particulièrement sur la gestion des risques et de la crise sanitaire et environnementale ?

20Salvatore Paolo de Rosa : Je partage l’avis de Marco pour dire que le principal effet des mobilisations a été de faire prendre conscience du caractère particulièrement grave de la situation d’injustice environnementale dont les populations campaniennes ont été victimes. Ainsi, il est indiscutable que ces mouvements de protestation contre les décharges et les incinérateurs ont contraint les autorités publiques à apporter de plus grandes garanties en matière de protection de l'environnement et de santé publique. Dans le cas de l'incinérateur d'Acerra (construit en 2009), les protestations locales, tout en échouant à atteindre leur objectif principal, à savoir empêcher la construction de l'équipement, ont néanmoins réussi à imposer des exigences supplémentaires sur le plan environnemental pour en réduire la nocivité. La décharge de Pianura, théâtre d'une âpre bataille, n'a jamais été rouverte car, suite aux protestations, les signes d'une forte pollution provoquée par le stockage dans le passé de déchets dangereux ont été portés à la connaissance du public. Et il en a été de même pour de nombreux autres équipements de traitement de déchets : s'il n'y avait pas eu de révoltes ni des manifestations d’intérêt de la part des populations locales, on constaterait aujourd'hui des malversations, des situations d’illégalité, de risques sanitaires et environnementaux plus graves encore. En ce qui concerne les déversements illégaux de déchets toxiques et l'incinération sauvage des déchets, le rôle des comités et des coalitions environnementales populaires de Campanie a été d’inscrire le trafic illégal de déchets à l’agenda politique et social, en poussant les responsables publics de tous niveaux à prendre leurs responsabilités par le biais de lois et le déblocage de budgets. Si nous disposons aujourd'hui d’une bonne loi en matière de délit environnemental, d'un code de l’environnement actualisé et d'une loi spécifique pour endiguer le problème de l’incinération sauvage des déchets et les déversements illégaux de déchets, comme l'a mentionné Giacomo, c'est aussi grâce à la réactivité et à la dimension des mouvements de protestation et des propositions formulées par la Campanie. Il va de soi que les lois ne constituent pas des solutions effectives, cependant cet appareil législatif et réglementaire discrédite la fantomatique hypothèse d’un syndrome NIMBY véhiculée par les médias et le personnel politique, car les critiques et les alternatives formulées par les communautés locales ont profité à l’ensemble de la société, ont créé une situation de vigilance soutenue et ouvert la voie à une législation nationale. Plus particulièrement en ce qui concerne la réduction de la production de déchets et le recyclage des matériaux comme alternatives vertueuses à l’incinération, les mouvements campaniens ont créé un précédent d’envergure nationale en démontrant qu'il est possible d'atteindre de notables résultats en matière de tris sélectif où que ce soit, dès lors où on le veut et qu’on l’organise. A l’image de ce qui s'est passé à Acerra au beau milieu de la mobilisation contre l'incinération : à l'époque, il n'existait pas de système de collecte séparée [des différentes fractions de déchets (N.d.T.)] et de recyclage des déchets, les comités ont organisé un système autogéré qui fonctionnait correctement, et lorsque les gouvernements locaux et régionaux ont finalement mis en place des protocoles, des structures, des incitations et des réseaux pour le développement du recyclage des déchets, les communautés étaient prêtes. Aujourd'hui, Acerra est l'une des municipalités du sud de l'Italie qui affiche le plus haut pourcentage de tri sélectif de déchets.

21Marco Armiero : Je suis d'accord avec Salvatore. Souvent les mobilisations populaires ont eu le mérite, sinon de mettre à l’arrêt les chantiers source de nuisances, du moins de les placer sous contrôle. Je crois que l'un des principaux mérites de la crise des déchets est d’avoir posé la question de la relation entre pollution et santé, ouvrant la voie à des recherches scientifiques, certaines réalisées à l’initiative d’institutions, d'autres de chercheurs à titre individuel ou d’associations. L'Association des médecins pour l'environnement a joué un rôle de premier plan. Ce qui me semble clair et important à souligner ici, c’est que ce sont les informations produites par les habitants qui ont alimenté une production de connaissances scientifiques sur la pollution. En ce sens, la crise en Campanie démontre une fois de plus qu'une science socialement engagée n'est pas une science de « moindre qualité », au motif qu’elle n’est pas neutre et donc peu fiable, mais une science capable de produire de nouvelles connaissances précisément parce qu'elle s'est laissé interpeller par le conflit.

22Giacomo d'Alisa : Comme l'ont indiqué Salvatore et Marco, les conséquences ont été nombreuses et variées. J'oserais dire qu'à chaque bataille, des résultats ont été obtenus, significatifs dans certains cas et moins dans d'autres. Sans les mobilisations et la production de connaissances sur une base participative, les projets d’hommes d'affaires sans scrupule, de dirigeants publics corrompus et de la criminalité organisée auraient sans aucun doute abouti en Campanie et auraient aujourd’hui toutes les apparences d’un crime parfait. Par ailleurs, et pour ne donner qu’un exemple, qui aurait connaissance du fait qu’en Campanie les registres recensant les cas de carcinome sont essentiels pour réaliser des études approfondies et dignes de confiance concernant les causes et les dynamiques des cancers si les activistes n'avaient pas fait pression pour qu’ils soient mis en place ?

Quelles conséquences les crises des déchets ont-elles eu sur les représentations de la politique ?

23Salvatore Paolo de Rosa : Les crises des déchets ont montré, à ceux qui se sont efforcés de regarder au-delà des discours dominants et « toxiques », que les choix en matière environnementale et de gestion des ressources ne peuvent être laissés à des acteurs investis de pouvoirs dérogatoires. Ils ne peuvent pas non plus être formulés dans le cadre de partenariats public-privé qui échappent au contrôle des communautés locales et à la possibilité qu’elles ont d’ouvrir un débat contradictoire. L'héritage des mobilisations en Campanie se fait sentir bien au-delà de la seule question des déchets, comme en témoignent d’autres conflits environnementaux italiens : il a en effet été établi que la portée et la nature des changements que l’on observe sur le plan environnemental sont fondamentalement d’ordre politique, qu’ils nécessitent une forte implication et un débat aussi large que possible, et qu’ils doivent répondre au principe de précaution. Plus précisément, les crises des déchets ont montré quelque chose qui, en Italie, semble partagée par de nombreux territoires : les situations d'état d’urgence constituent bien souvent des opportunités pour faire des affaires et développer des logiques politiques de type clientélaire à l’occasion desquelles les coûts sont imputés aux communautés locales ; la gestion des services se révèle perméable à l’infiltration d’intérêts criminels, à tous les niveaux ; le manque de participation des populations locales aux décisions conduit fréquemment à l'imposition de projets qui n'apportent pas des bénéfices équitablement répartis, et sont l'expression d'un système prédateur et destructeur.

  • 18 Auteur-compositeur et chanteur populaire italien. Cette citation est extraite de la chanson intitul (...)

24Marco Armiero : Comme à l’accoutumée, je m’interroge sur la signification de l'expression « politique ». Si l'on place la focale sur les décideurs politiques, la crise des déchets a révélé toute leurs limites. Mais si par politique nous entendons l’attention portée à la chose commune ou publique, la crise des déchets a représenté une grande et belle expérience. On a vu se constituer un réseau de communautés engagées dans la défense de la santé et du territoire. Un tissu de militantisme social et politique préexistant a été réactivé, créant des réseaux inattendus associant des paroisses, des centres sociaux, des personnes âgées et des générations plus jeunes. Il en a résulté une politique généreuse car, comme l'a expliqué Salvatore, seul un discours aux accents de diversion et de désinformation pouvait envisager la situation campanienne à la lumière du syndrome NIMBY alors même que, sur le terrain, une démonstration continue de solidarité entre des communautés en lutte pouvait s’observer, y compris à des milliers de kilomètres de distance. Comme nous avons essayé de le dire dans divers travaux, parfois les batailles ont été perdues, la décharge ou l'incinérateur ont été ouverts, mais la communauté qui s'est créée autour de cette résistance est restée, produisant des fruits inattendus, parfois apparemment loin de la bataille initiale, comme des expositions artistiques, des festivals de cinéma, des associations, ou simplement des liens affectifs. Parce que la lutte contre les déchets est aussi une lutte contre ces relations socio-écologiques qui transforment chacun et chacune d’entre nous en déchets, des personnes et des communautés sans valeur. C'est pourquoi je dirais que la représentation du politique à laquelle on a assisté à la lumière de cette histoire est éblouissante ; en fait, comme le disait Fabrizio De Andrè, « dal letame nascono i fior… » (les fleurs naissent du fumier)18.

25Giacomo d'Alisa : Il me semble que tout au long de cet entretien, nous avons abordé divers sujets qui donnent des réponses à cette dernière interrogation. La politique institutionnelle et certains de ses représentants ont cherché à faire croire qu’ils étaient préoccupés par la question des déchets pour (re)prendre le pouvoir. Plusieurs activistes ont décidé d'occuper des postes institutionnels dans l'espoir d’exercer une influence sur les choix politiques en matière de gestion des déchets. Jusqu'ici, nous sommes en présence d’une évolution que je qualifierais de typique des forces sociales et politiques qui évoluent au contact des problèmes que génèrent les transformations socio-économiques et environnementales. Les processus de politisation et de subjectivation politique qui ont été déclenchés par les conflits animés par la volonté de voir advenir une gestion différente des déchets en Campanie vont cependant au-delà des changements politico-institutionnels. Marco a raison. Il me semble, en revanche, que le processus de sédimentation fait défaut : les forces qui se sont constituées sur le terrain du conflit dans le domaine des déchets me semblent à nouveau dispersées. Il faudra attendre que les fleurs nées du fumier soient pollinisées. Ou peut-être s'agit-il de fleurs de plantes rhizomatiques qui se développent déjà de manière invisible dans l'humus politique de la Campanie.

Les auteurs

26Marco Armiero

27Marco Armiero est directeur du Laboratoire des Humanités environnementales au KTH Royal Institute of Technology de Stockholm, où il est également professeur associé d'histoire de l'environnement. Il est actuellement président de la Société européenne d'histoire de l'environnement. Il a récemment obtenu la chaire de Barron Visiting Professorship en Humanités environnementales à l'université de Princeton. Il travaille à l'intersection des humanités environnementales, l'histoire de l'environnement et de l'écologie politique, en se concentrant sur la politisation/dépolitisation de l'environnement et sur les liens entre les injustices sociales et environnementales. Il est l'auteur de l’ouvrage Wasteocene, à paraître dans la Cambridge UP Series Elements in Environmental Humanities.

28Giacomo D’Alisa

29Giacomo D'Alisa est un écologiste politique et un économiste écologique. Il est chercheur au Laboratoire d'Ecologie et Société du Centre d'Etudes Sociales de l'université de Coimbra, au Portugal. En 2007, il a commencé son doctorat alors qu'il était militant contre la privatisation de l'eau à Naples et contre la mauvaise gestion des déchets en Campanie. Il a consacré l'essentiel de sa carrière universitaire à publier sur la crise des déchets en Campanie. L'objectif explicite de ses publications sur les déchets est de dévoiler les faits cachés de la gestion des déchets et le trafic illégal en Campanie et de donner la parole aux habitants pour la justice environnementale dans la région.

30Salvatore Paolo De Rosa

31Salvatore Paolo De Rosa est chercheur au laboratoire des Humanités environnementales au KTH Royal Institute of Technology de Stockholm. Il est titulaire d'un doctorat en géographie humaine de l'université de Lund, en Suède. Ses intérêts de recherche sont ancrés dans l'écologie politique et l'anthropologie, tandis que son travail se concentre sur les conflits environnementaux et les formes politiques des mouvements écologiques. Actuellement, il participe à l'enquête sur le mouvement climatique suédois, en particulier sur l'approche militante de l'adaptation et de l'atténuation. Il collabore largement avec le magazine Lo Stato delle Cittá, publié par l'éditeur indépendant Napoli Monitor, et est l'un des fondateurs de la plateforme d'écologie politique Undisciplined Environments.

Top of page

Bibliography

Bibliographie choisie des auteurs sur la thématique

ARMIERO M., 2014, A History of Environmentalism: Local Struggles, Global Histories (London –New York: Bloomsbury) [co-editors Marco Armiero and Lise Sedrez]

ARMIERO M., D’ALISA G., 2012, Rights of Resistance: The Garbage Struggles for Environmental Justice in Campania, Ital”, Capitalism Nature Socialism 23 (4), p. 52-68.

ARMIERO M., DE ROSA S.P., 2017, Political Effluvia: Smells, Revelations, and the Politicization of Daily Experience in Naples, Italy, in THORPE J., RUTHERFORD S., SANDBERG L. A. (eds), Methodological Challenges in Nature-Culture and Environmental History Research, London, Routledge.

D'ALISA G., GERMANI A. R., FALCONE P. M., MORONE P., 2017, Political ecology of health in the Land of Fires: a hotspot of environmental crimes in the south of Italy, Journal of Political Ecology, 24, p. 59-86.

D’ALISA G., ARMIERO M., DE ROSA S. P., 2014, Political Ecology : Rethink Campania’s toxic-waste scandal, Nature, vol. 509, p. 427.

D’ALISA G., DI NOLA M.F., GIAMPIETRO M., 2012, A multi-scale analysis of urban waste metabolism: density of waste disposed in Campania, Journal of Cleaner Production, Vol 35, p. 59-70.

D’ALISA G., WALTER M., BURGALASSI D., HEALY H., 2010, Conflict in Campania: waste emergency or crisis of democracy, Ecological Economics, vol. 70, No 2, p. 239-249. 

DE ROSA S. P., 2018, A Political Geography of "Waste Wars" in Campania (Italy): Competing Territorialisations and Socio-Environmental Conflicts, Political Geography, 67, p. 46-55.

FALCONE P. M., D'ALISA G., GERMANI A. R., MORONE P., 2020, When all seemed lost. A social network analysis of the waste-related environmental movement in Campania, Italy, Political Geography, Vol 77, p. 102-114.

Top of page

Notes

1 Traduction de Claudia Cirelli et Fabrizio Maccaglia, revue et validée par les auteurs. Les traducteurs ont rajouté les notes infra-paginales pour une meilleure compréhension du texte.

2 Masaniello, né Tommaso Aniello, a été le protagoniste de la révolte napolitaine qui, au XVIIe siècle, a conduit la population de la ville à se soulever contre la pression fiscale sur des produits de consommation courante imposée par le gouvernement vice-royal espagnol.

3 Les auteurs de cet entretien utilisent le terme scarto qui signifie « reste » en français, car il leur permet de poser dans la problématique de travail qui est la leur une approche élargie par rapport à une conceptualisation stricte en termes de déchet, dont le cadrage réglementaire et le sens commun qui lui est attribué induit une lecture pouvant être restrictive.

4 Impregilo est parmi les principaux groupes italiens de bâtiment et travaux publics. Originairement filiale de FIAT (Fiat Impresit), spécialisée dans les grands ouvrages de génie civil et la construction d'usines, il voit le jour à la fin des années 1980 de la fusion de plusieurs entreprises italiennes de travaux publics : Impresit-Girola Lodigiani (Impre-Gi-Lo). En 2000, la société Fibe, contrôlée à 100% par Impregilo est l’adjudicataire du marché pour la réalisation de l’usine d’incinération des ordures di Acerra et de la collecte des déchets.

5 Dans le système juridique italien, le commissaire extraordinaire, délégué à l'état d'urgence, est un fonctionnaire du gouvernement qui, pour une période de temps déterminée, est nommé pour faire face à des situations urgentes ou extraordinaires en centralisant et/ou en augmentant les pouvoirs décisionnels et en agissant par dérogation.

6 Luigi de Magistris est un ex-magistrat napolitain et un ex-substitut du procureur de la République au tribunal de Catanzaro. En 2009 entre en politique comme eurodéputé avec le parti Italia dei Valori, parti politique centriste italien, fondé par Antonio Di Pietro, ancien juge d'instruction de l'opération anti-corruption Mani Pulite, parti qu’il abandonnera par la suite pour créer le Mouvement Orange. En 2011 présente sa candidature à la mairie de Naples et gagne contre le candidat du parti de gauche (Parti Démocratique). En 2015 il est relu comme maire de la ville métropolitaine de Naples, nouvellement créée, qui remplace la province du même nom.

7 Terra, est une liste citoyenne à laquelle ont adhéré des formations de gauche comme Rifondazione Comunista, Sinistra Italiana, le Partito del Sud, la DeMa et la Cobas. Ses partisans pointent le fait que les deux grands camps politiques qui se sont succédé à la tête de la Campanie au cours des dix dernières années n’ont pas fait preuve d'une réelle sensibilité au regard des problèmes environnementaux de la région. En particulier, aucune mesure sérieuse n'a pas été prise en ce qui concerne la « terre des feux », le bassin de la rivière Sarno, très polluée et la gestion du système hydraulique de « Regi Lagni » un système de canaux et d’assainissement construit au XVIIe siècle pour l’irrigation de la plaine et devenu au XXe siècle une source de pollution majeure pour tout le littoral campanien à cause de déversements illégaux.

8 https://www.facebook.com/stopbiocidio/

9 Fabrizio Maccaglia a eu l’occasion de s'intéresser au déploiement de l’état d’urgence en Sicile dans le domaine des déchets et à ses effets sur l’action publique et le fonctionnement des institutions publiques : « La réforme de la filière déchets en Sicile (1999-2010). Pousser les règles, assouplir les procédures », Métropolitiques, 21 février 2011. URL : http://www.metropolitiques.eu/La-reforme-de-la-filiere-dechets.html ; « Trafic d'influence et privatisation de l'état : la mise en marché de la gestion des déchets en Sicile », Espaces et sociétés, 2013/4 (n° 155), p. 13-33. DOI : 10.3917/esp.155.0013. URL : https://www.cairn.info/revue-espaces-et-societes-2013-4-page-13.htm

10 Jacobin est un magazine trimestriel américain qui se définit comme « une voix dominante de la gauche américaine, qui offre des perspectives socialistes sur la politique, l'économie et la culture » www.jacobinmag.com.

11 Slogan utilisé par le gouvernement italien lors du premier confinement pour inviter les Italiens à ne pas sortir de chez eux. Un deuxième était « andrà tutto bene », « tout ira bien ».

12 Le procès Resit fait référence à la condamnation en janvier 2019 à 18 ans de prison de l'entrepreneur et avocat Cipriano Chianese pour catastrophe écologique et trafic illégal de déchets avec la circonstance aggravante d’association criminelle de type mafieux. La Resit est la décharge située sur le territoire de la commune de Giuliano, propriété de C. Chianese, connu comme le "roi des décharges", où environ un million de tonnes de déchets, dont environ 350 000 t dangereux, ont été enfouis au fil des ans. L'analyse des échantillons de sol a révélé la présence de métaux lourds tels que l'étain, le zinc, l'arsenic et d'autres boues industrielles. Les enquêteurs l'ont considéré comme l'un des concepteurs, au nom du clan des Casalesi, du système des Eco mafias et de l'élimination illicite des déchets. C'est l'un des points saillants de l'enquête qui a conduit au procès et à la condamnation ordonnée par la Cour d'appel de Naples. En outre C. Chianese a été condamné à indemniser les parties civiles, à savoir le Ministère de l'environnement, les municipalités de Parete et Giuliano et l’association Legambiente. La sentence a représenté une victoire judiciaire très attendue.

13 Territoires de Campanie particulièrement touchés par les incendies de décharges sauvages.

14 Le projet pilote "Veritas", promu par A Sud en collaboration avec le Réseau Citoyenneté et Communauté, qui rassemble de nombreuses organisations et comités de Campanie, et financé par la Fondation Charlemagne et la Fondazione Con il Sud, vise à contribuer à la création de preuves scientifiques qui aident à démontrer la corrélation entre l'exposition aux contaminants et l'apparition de cancers ainsi qu'à souligner l'importance des outils de la science citoyenne dans le domaine de l'environnement et de la santé. L'étude a été réalisée sur un échantillon de patients atteints de cancer et vivant dans les municipalités de la Terre des Feux, par le biais de tests toxicologiques visant à détecter la quantité de métaux lourds présents dans le sang.

15 Le programme COHEIRS (Observatoires civiques pour la protection de l'environnement et de la santé) créé par la Coordination civique pour la protection du territoire et la santé du citoyen en collaboration avec l'Isbem (Institut de recherche du Salento) est un projet qui implique huit pays européens, a été présenté à l'Agence européenne pour les démocraties locales, Alda, et financé par le programme "L'Europe pour les citoyens". Le projet prévoit la création de sentinelles pour l'environnement : les sentinelles sont des citoyens actifs qui, sur une base volontaire, deviennent des observateurs de ce qui se passe sur le terrain, intervenant et signalant à temps toute situation risquant de nuire à l'environnement et à la santé. Les sentinelles ont une reconnaissance de l'Europe, leurs noms sont inscrits dans le registre préfectoral des observateurs civils.

16 https://www.facebook.com/Rete-di-Cittadinanza-e-Comunit%C3%A0-278540365842457/

17 La traduction du mot riscatto nous a conduit à utiliser une périphrase pour évoquer le sentiment d’affranchissement d’une situation vécue comme avilissante et de reconquête d’un territoire d’appartenance sacrifié.

18 Auteur-compositeur et chanteur populaire italien. Cette citation est extraite de la chanson intitulée Via dal campo, sortie en 1967.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : Le territoire de la Terre des feux
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/16739/img-1.jpg
File image/jpeg, 794k
Top of page

References

Electronic reference

Marco Armiero, Giacomo D'Alisa and Salvatore Paolo De Rosa, « La politisation des déchets en Campanie. Conversation à trois voix », Géocarrefour [Online], 95/1 | 2021, Online since 23 February 2021, connection on 11 April 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/16739 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.16739

Top of page

Copyright

© Géocarrefour

Top of page
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search