Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95/1Compte rendu d'ouvragesLucie Taïeb, Freshkills. Recycler...

Compte rendu d'ouvrages

Lucie Taïeb, Freshkills. Recycler la terre

Nancy Merary Jiménez-Martínez
Référence(s) :

TAÏEB L., 2020, Freshkills. Recycler la terre, Lille, La Contre Allée, 128 p.

Texte intégral

1Ce récit aborde de manière vibrante l'un des thèmes les plus d’actualité de la vie urbaine contemporaine : la production des déchets et leur traitement en bout de chaîne.

2La première rencontre de l'auteure avec Fresh Kills, l'une des plus grandes décharges à ciel ouvert au monde, a lieu lors de la lecture du roman Outremonde de Don DeLillo, où la décharge est présentée comme le reflet de notre société, puisque tout y est relégué : nos souhaits, nos appétits et nos envies.

3Cette lecture a pour l’auteure l’effet d’une initiation, la décharge lui apparaissant comme le revers de la société de consommation car, comme l’écrit DeLillo, « Rien n’est plus invisible que ce qui s’offre au regard de tous ». Fresh Kills questionne son propre aveuglement : le dépotoir s'installe dans ses soucis comme un vaste champ paradoxalement invisible. Cependant, ce n'est pas tant cela qui exerce une attraction sur Lucie Taiëb mais l’avenir de Fresh Kills : le projet « Recycle the Land, Reveal the Future » va transformer la décharge en Freshkills (on rebaptise le site en créant un seul mot), le Central Park du XXe siècle. Cette réhabilitation, qui agit comme une révélation pour l’auteure, l’amène à se demander ce que la terre devient lorsqu’elle est recyclée.

4C'est donc le récit de l'incursion dans cette décharge et dans son avenir que l’auteure présente dans ce livre. La réflexion plonge le lecteur dans la question du gaspillage, de cette surdité volontaire et cette cécité collective envers ces objets dont nous nous débarrassons et qui se retrouvent dans une enclave mentale : c’est le récit d’une illusion, celle de la ville propre d'où tous les déchets et la saleté disparaissent comme par magie et finissent par s'accumuler dans un lieu que nous ne voulons pas voir.

5La première partie du livre revient sur l’origine de cette solution qui n’en a que les apparences et sur le triomphe de l'hygiénisme à l'origine des premières décharges sanitaires, qui ne sont rien d'autre que des trous remplis de déchets recouverts de matière inerte afin d’éviter les nuisances. Mais nous savons qu’il n'y a pas de solution sérieuse ou complète pour faire face à la production croissante et quotidienne de déchets.

6C'est Robert Moses, artisan de la rénovation de New York qui, en 1948, suivant le modèle haussmannien, propose l'assèchement des zones humides pour y déverser les ordures et fait de Fresh Kills, sur Staten Island, la décharge de The Big Apple. Si le contrat initial prévoit une exploitation pour une durée de trois ans, la décharge demeurera en activité jusqu’en 2001. Grâce à une prose narrative extraordinaire qui raconte sa visite à Freshkills et sa tentative de comprendre ce qui s'y passait, l'auteure réfléchit sur trois thèmes majeurs qui sous-tendent ce problème urgent : la mémoire, l'importance du langage et le métabolisme urbain.

La mémoire

7Autour de la question de savoir s'il est possible de recycler la terre, l’auteure se demande dans quelle mesure - bien que le projet promette « la restauration de l'idylle avec la valeur ajoutée de l'expérience » -, une décharge qui ferme cesse vraiment d'être une décharge. Avec de questionnements puissants, l’ouvrage suggère que peut-être, au-delà des défis technologiques qu'implique la reconversion de la décharge, le plus grand effort est celui qui nécessite la reconstruction symbolique du site aux yeux des riverains qui ont subi pendant des décennies sa présence.

8Le projet « Recycle the Land, Reveal the Future » fait valoir que tout peut être réparé, mais la décomposition des déchets de Freshkills prendra jusqu'à un demi-siècle et leur volume ne diminuera que de 15 %. Ce qui signifie que la décharge s'effondrera lentement et imperceptiblement, et peu de gens se souviendront que là où aujourd’hui il y a un parc, il existe toujours une décharge.

L'importance du langage

9Et si les mots ne suffisent pas pour nommer cette folie grandissante, pour évoquer les tas de déchets qui ne trouvent place nulle part, dans le langage des managers il n'y a pas de place pour les doutes, les angoisses ou les inquiétudes.

10Recycler la terre montre comment le langage des gestionnaires se saisit dans une logique purement utilitariste de cet objet qu’est le déchet : les propriétés qui lui sont reconnues déterminent ses coûts de traitement et fixent la réglementation qui lui est applicable, fixent les limites des champs dans lequel il s’inscrit et organisent in fine son orientation vers une filière de stockage lorsqu’on ne peut/veut rien faire de lui. Si dans le langage des gestionnaires les questions de la valeur économique, de la valorisation et du recyclage des déchets sont présentées d’un ton neutre et descriptif, donnant le sentiment d’une lecture à la fois distanciée et à égalité avec d’autres questions qui engagent les déchets, ces questions relatives à la valeur, à la valorisation et au recyclage restent prédominantes.

11Dans ce cadre, la décharge est dernière étape du cycle de vie des déchets qui ne peuvent pas être traités dans les conditions techniques et économiques disponibles à ce moment et à cet endroit. La description des installations de traitement trouble sa représentation, et ce mot neutre et désincarné de la bureaucratie urbaine renomme et élimine l'image négative de la décharge : d'un geste linguistique, la disparition du monstrueux tas d'ordures est assurée. En d'autres termes, ce langage nous suggère, presque en chuchotant, que rien ne doit nous déranger, ni inquiéter puisque le problème est "géré".

Le métabolisme urbain

12Quand la marchandise a cessé d'être une marchandise, quand elle a perdu toute valeur, qu'en reste-t-il ? Désormais incomplète, réduite à un fragment de ce qu'elle était et privée de son nom, la chose conserve une aura, à savoir, celle d'une consommation imprudente qui est à l'origine de tous les déchets confinés dans les centaines de milliers de décharges du monde.

13Fresh Kills n'est pas une métaphore, c'est un épicentre où s'accumulent nos vides et vanités, qui, au fur et à mesure des vagues, sont générés et quittent les villes civilisées mais aussi, comme les marées, y reviendront. La ville normalisée nous place dans une enclave caractérisée par les apparences. Cependant, sous ses environnements artificiels et ses espaces « verts », elle sent la destruction et la souffrance, car à force de ne pas vouloir voir on perpétue un ordre injuste et on ignore le prix payé par ceux qui vivent dans les zones à sacrifier.

14Dans cette profonde réflexion Freshkills. Recycler la terre s'interroge sur l'utilité de jeter les ordures « au bon endroit », de bien trier nos déchets et réaliser tous ces petits gestes. La réponse que l’ouvrage propose est sans appel : ces gestes sont utiles pour perpétuer l'ordre et croire que l'on vit dans un monde où les déchets sont maîtrisés, pour professer que la consommation de masse n'est pas un problème et, finalement, pour maintenir notre image de citoyens respectueux et, comme Pilate, gardez nos mains propres à tout prix.

15Ce métabolisme urbain injuste, mais soutenu par tous, rejette les restes aux marges de la ville car dans les périphéries converge tout ce qui doit être exclu de l'espace urbain, comme M. Foucault l’a formulé dans L'Histoire de la folie à l'âge classique. En d'autres termes, ce modèle crée un amalgame entre déchets urbains et déchets sociaux, et prend forme dans l'organisation de l'espace urbain dans la désignation de certaines zones sacrifiées.

16Freshkills est l'allégorie de la relation non résolue avec nos déchets et synthétise l'impensable et l'invisible qu'ils représentent pour nous. C'est pourquoi le projet de parc est porteur d'espoir, surtout parce qu'il n'y a aucun moyen de traiter les déchets dans un horizon immédiat autre que les enfouir dans la décharge. Freshkills est un exemple et une métaphore préfiguratrice qui établit comment il est possible d’envisager notre coexistence avec les ordures, ce que Lucie Taïeb juge comme la simulation de la ville propre, puisque ce processus de réhabilitation ne fait que redoubler le mensonge de la disparition des déchets.

17Freshkills. Recycler la terre conclut que la décharge sanitaire, née au XXe siècle comme « solution » aux déchets de l'activité industrielle et de la société de consommation, est l'enfant monstrueux de notre mode de vie et l'un des visages de l'ordre moderne et civilisateur qui repose sur l’économie de la destruction.

18L'aveuglement et la surdité que nous avons entretenus dans notre relation avec les déchets ont un prix élevé. La pandémie causée par le nouveau coronavirus humain (SARS-CoV-2) nous rappelle la relation étroite entre la santé humaine et celle de la planète en montrant que toutes les menaces contre l’environnement sont des intimidations contre l'humanité elle-même. Ce livre de Lucie Taïeb nous prévient que nous avons plus d'un cadavre dans nos placards, menaçant de refaire surface au moment le moins attendu.

19Bibliographie

20Foucault M., 1972, Histoire de la folie à l’âge classique. Folie et déraison, Paris, Gallimard, [1961].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nancy Merary Jiménez-Martínez, « Lucie Taïeb, Freshkills. Recycler la terre », Géocarrefour [En ligne], 95/1 | 2021, mis en ligne le 18 janvier 2021, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/16837 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.16837

Haut de page

Auteur

Nancy Merary Jiménez-Martínez

Centro Regional de Investigaciones Multidisciplinarias (CRIM), Universidad Nacional Autonoma de Mexico njimenez@crim.unam.mx

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search