Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsFrançois Blary, Jean-Pierre Gély,...

François Blary, Jean-Pierre Gély, Pierres de construction, de la carrière au bâtiment

André Buisson
Référence(s) :

BLARY F., GÉLY J.-P., 2020, Pierres de construction, de la carrière au bâtiment, Paris, CTHS éd., Collection Orientations et méthodes, n° 34, 288 p., 200 ill.

Texte intégral

1Ecrit à quatre mains, ce livre propose deux approches complémentaires et croisées, celle du géologue J.-P. Gély et celle de l'archéologue F. Blary, ce qui nous vaut notamment en fin de volume un chapitre d'annexes très détaillé consacré à l'archéologie du bâti et la géoarchéologie et une bibliographie très complète du sujet (p. 215-267).

2Pour résumer l'esprit général de l'ouvrage, on pourrait indiquer qu'en s'appuyant sur l'exemple de la France, il nous fait progresser, "de la ressource lithique au chantier de construction". Son but n'est pas de fournir un simple inventaire, mais d'ouvrir la piste de l'économie de la pierre, de la cartographie de la ressource (ce qui, historiquement, avait fait l'objet de toutes les attentions des grands de ce monde, comme Louis XIV et Colbert au XVIIe siècle, mais avant eux les Romains qui en avaient la nécessité pour la décoration de leurs villes). "L'économie de la pierre de construction intègre trois étapes techniques (…) l'extraction de la pierre dans la carrière, le transport de la pierre entre la carrière et le chantier de construction, et la mise en œuvre de la pierre dans le bâtiment" (p. 9). Si l'on ajoute à cela la recherche du matériau, l'ouvrage est divisé en quatre chapitres. Le premier, "Les ressources lithiques", en propose un état des lieux ; il ne saurait remplacer un manuel de géologie de la France. Il balaie cependant de manière systématique les différentes régions naturelles, et procède à un inventaire des ressources, type de roche après type de roche (sédimentaires, sans oublier les argiles, indispensables dans la construction, de la brique à la tuile, les roches cristallines, ardoises, schistes, marbres, roches volcaniques, granites… ainsi que les "régions pauvres en pierre" (p. 39 sq.) où le génie des bâtisseurs a inventé la construction à pans de bois, colombage, torchis, pisé… De cet inventaire, naissent les notions de bassin et de centre carrier, dont la localisation, des ensembles disparus, repose à la fois sur l'enquête d'archives, la prospection et sur l'analyse toponymique.

3Le deuxième chapitre, "L'extraction de la pierre", s'attache à inventorier les lieux d'exploitations des matériaux lithiques et propose une esquisse typologique des carrières (domestiques à ciel ouvert, caves-carrières - avec des schémas très explicites, comme la fig.  43-, les grandes carrières à ciel ouvert et souterraines. Pour ces dernières, les auteurs détaillent les exploitations par rampe inclinée et les exploitations par puits. Ils précisent les techniques d'extraction et recensent toutes les phases d'héritage successives, de l'Antiquité à l'époque moderne. Les auteurs évoquent ensuite les métiers (maîtres-carriers, compagnons carriers, ouvriers-carriers, manouvriers) ainsi que les risques liés au métier, et enfin la législation et la police des carrières. Enfin, un rapide survol des villages de carriers et des carrières après leur abandon termine le chapitre.

4Dans le chapitre trois, "La pierre quitte la carrière", sont étudiés les "temps" nécessaires à la mise en œuvre du matériau : après une phase de séchage ou d'égouttage, plus ou moins longue, la pierre est transportée, le long de voies de terre ou d'eau, quelquefois aménagées, souvent privatisées, par des moyens spécialisés (les nautes dans l'Antiquité, p. 123, avec une faute de typographie – un r plutôt qu'un v- sur les Nautae Ararici), les barges fluviales immenses (plus de 30 m de long pour les chalands romains d'Arles ou de Lugdunum, idem pour les barques de Meillerie sur le Léman au XXe s.). Le transport a un prix, mesuré au temps de voyage, au nombre de personnels mobilisés et, bien évidemment, des privilèges se sont rapidement mis en place. Les auteurs s’attardent ensuite sur l'origine géographique des matériaux, les bassins carriers et les aires d'approvisionnement proches ou lointaines, comme celles de Lyon antique (fig. 140-142 et 147) et bien sûr de Paris. Dans la démarche inverse, ce sont les aires de diffusion de certaines pierres particulières (comme la pierre de Caen, fig. 150) qui sont mises en évidence.

5Enfin, dans le chapitre quatre "Les chantiers de construction" est évoqué le "dernier maillon de la chaîne technologique" (p. 149). En commençant par les remplois (spolia) discrets ou non, puis en enchaînant avec la "pierre neuve", son acheminement délicat par les rues étroites des villes, la notion d'achat groupé et de revente partielle. Vient alors le chantier lui-même, avec ses fondations quelquefois en pieux de bois, ses murs en matériaux "nobles" (pierres en grand appareil) ou mixtes (alliances tuiles/pierres, bois/terre, bois/pierre ou tuffeau/briques…). Pas de chantier sans les hommes pour l'animer, et l'ouvrage passe en revue les métiers, du maître d'œuvre à l'architecte, les maçons, tailleurs et sculpteurs, sans oublier les paveurs (de rues).

6Enfin, comme nous l'avons déjà évoqué, un chapitre d'annexes très détaillé, consacré à l'archéologie du bâti et la géoarchéologie clôt l’ouvrage.

7Si le format de ce livre est trop réduit pour "faire le tour de la question", pour autant, il brosse, grâce à la connaissance approfondie que les auteurs ont du sujet, un panorama très complet du "monde" de la pierre de construction. Notons ainsi, les très bonnes idées. D’abord, le recours à une illustration très importante, variée et de première main la plupart du temps, qui est issue des chantiers menés par les auteurs, comme notamment les très enrichissants relevés "pierre à pierre" auxquels tous les archéologues se sont frottés et qui sont d'un très grand intérêt. A l’inverse, ces relevés nous font regretter le petit format de l'ouvrage et le parti-pris du noir-et-blanc au lieu de la couleur, qui empêche de profiter pleinement de cette richesse iconographique. Ensuite, le recours très fréquent aux planches illustrées de l'Encyclopédie de Diderot et D'Allembert, dont on ne soulignera jamais assez l'apport essentiel à la connaissance des arts, sciences et techniques, et notamment de l'outillage, souvent inchangée depuis l'époque gauloise jusqu'à l'invention de la mécanisation !

8Il faut regarder cet ouvrage comme un manuel, qui vient de manière très heureuse faire la synthèse de travaux nombreux et dispersés autour de la pierre de construction, matériau omniprésent à la fois dans le paysage naturel et dans celui, apprivoisé, du bâti rural ou urbain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « François Blary, Jean-Pierre Gély, Pierres de construction, de la carrière au bâtiment  », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 20 janvier 2021, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/16850

Haut de page

Auteur

André Buisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search