Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95/1Penser le politique par les déchets

Penser le politique par les déchets

Think politics through waste
Claudia Cirelli et Fabrizio Maccaglia

Texte intégral

1Dans ce numéro Penser le politique par les déchets, notre objectif est d’envisager les déchets non seulement comme le résultat matériel de modes de production et de consommation de masse qu’il est nécessaire de gouverner pour limiter les effets de leur débordement et de leur nocivité sur la santé humaine et l’environnement, mais aussi, et surtout, comme des matières et des objets dont la prise en charge et l’appropriation sont au cœur d’enjeux économiques et sociaux – et, de ce fait, de pouvoir.

  • 1 La dimension « polymorphe » et l’usage inflationniste de la notion de politisation ont été souligné (...)

2Les déchets sont devenus, dans nos sociétés contemporaines, un objet éminemment politique : leur gestion dessine un champ dans lequel une variété d’acteurs évolue (pouvoirs publics, experts, entrepreneurs privés, associations, riverains, tribunaux, consommateurs, etc.), où des agendas s’élaborent et des intérêts se concurrencent, des expertises et des savoirs s’affrontent, des principes et des règles se négocient, des projets de territoires sont discutés, des narrations et des valeurs qui cadrent les actions des acteurs en présence sont introduites dans le débat public. Pour les coordonnateurs de ce numéro, « Penser le politique par les déchets » signifie explorer et expliciter, d’une part, la portée politique que représente la prise en charge de la gestion des déchets par la société elle-même, dans la mesure où cette prise en charge engage des processus décisionnels, des choix et des débats sur des matières présentant des risques (potentiels ou avérés sur la santé et l’environnement) qui sont résolument politiques (Douglas, Wildavsky, 1983) et, d’autre part, les rapports de force qui ont une incidence sur la conduite des affaires publiques (Godard, Donzel, 2014). Il s’agit donc de saisir la diversité des processus de politisation repérables dans le champ des déchets et de leur gestion. Dans ce texte, les coordonnateurs mobilisent le terme de politisation1 pour décrire les processus qui conduisent à identifier les déchets comme un enjeu majeur de société (Braud, 2014), de nouvelles formes d’engagement et d’expériences de citoyenneté (Carrel, Neveu, 2014), mais aussi à des actions d’opposition de la part des populations affectées par la présence d’installations de traitement et engagées dans la reconnaissance de droits (à la santé, à un environnement sain) et, enfin, de nouvelles formes de réflexivité institutionnelle, collective et individuelle, qui émergent en lien avec les déchets.

  • 2 Compte tenu de l’étendue du champ de recherche dans lequel les déchets sont constitués en objet d’é (...)

3« Penser le politique par les déchets » est donc une invitation à envisager une dimension de cet objet social que sont les déchets, fréquemment escamotée par un discours technique et gestionnaire, qui occupe une place centrale dans le débat public comme scientifique2. Le présent dossier trouve son origine dans le constat que la question des déchets n’a que rarement été envisagée à partir d’une lecture politique, c’est-à-dire d’une approche qui s’attache à investir les déchets comme un champ où s’expriment des rapports de pouvoir et d’emprise sur le territoire portés par des acteurs avec des intérêts et des agendas différents.

4Si, en France, les dimensions politiques du rapport aux déchets et de leur gestion ont pu être identifiées par différents travaux, pour autant dans la plupart de ceux-ci le périmètre privilégié du fait politique est celui des politiques publiques (Barbier, Larédo 1997 ; Rocher 2006 ; Le Bozec et al. 2012 ; Buclet, 2012 ; Bahers, 2012 ; Durand et al. 2015 ; 2016 ; Rocher 2020) et de leur réception (Hajek 2013 ; Cirelli 2015 ; Cirelli, Maccaglia 2019). Ces travaux ont rendu compte des transformations qui ont caractérisé le gouvernement des déchets dans les vingt dernières années, soulignant notamment l’implication toujours plus importante de nouveaux acteurs dans la prise en charge des matières et des objets (entreprises, bureaux d’études, associations, etc.) et les transformations du rôle de l’État dans le pilotage des politiques publiques des déchets : ici, le politique renvoie davantage à la reconfiguration du rôle des pouvoirs publics dans la production et la mise en œuvre de ces politiques dans un contexte où l’on cherche à substituer à la logique verticale une logique horizontale. Les travaux qui se sont intéressés de près aux conflits liés aux déchets ont davantage analysé les effets des situation de conflit et ont notamment donné lieu à des réflexions sur la productivité des conflits (Bobbio, Melé, Ugalde, 2016), aux conflits d’appropriation des gisements urbains des déchets (Cavé, 2015), l’engagement citoyen et le sentiment de « concernement », c’est-à-dire la volonté de la part des citoyens et de la société civile de reprendre la main sur une gestion des déchets placée sous le contrôle des experts, des industriels et des décideurs politiques ou administratifs (Barbier, 2002 ; Hajek, 2008). On relève néanmoins quelques exceptions avec P. Desvaux, qui livre une réflexion sur les jeux de pouvoirs associés aux flux métaboliques dans son terrain d’étude cairote (2017), T. Girard qui, à partir du cas de l’incinérateur de Fos-sur-Mer, interroge les usages politiques du danger (2012), ou encore E. Guitard qui s’attache à rendre compte de la manière dont, au Cameroun, les déchets sont considérés comme de véritables « dispositifs de pouvoir » et le contrôle des ordures un puissant instrument de gouvernement qui a traversé les époques (2015). Du côté des études historiques, la lecture politique des processus décisionnels relatifs à la gestion de l’eau et des déchets en ville ou de la pollution (Frioux, 2013 ; Massard-Guilbaud, 2010 ; Lyon-Caen, 2020 ; Jarrige, Le Roux, 2020) a pu être proposée, la dimension politique n’est cependant qu’une clé de lecture d’une réflexion qui ambitionne avant tout de construire une histoire des formes de l’action publique en lien avec les enjeux environnementaux en contexte urbain. Cela est sans doute lié aux différentes traditions et courants de pensée qui caractérisent et traversent la recherche française en matière d’environnement.

  • 3 Plus récemment, l’apport de l’urban political ecology (UPE) permet de réintégrer les conflits d’app (...)
  • 4 Nous faisons référence ici au cadre d’analyse s’inspirant de la political ecology ou de l’ecología (...)
  • 5 Un colloque a été organisé récemment par l’IHEAL sur les apports de la recherche latino-américaine (...)

5Un pas de côté montre, ailleurs, une toute autre situation : les travaux développés dans le cadre d’une approche de political ecology, courant développé aux Etats-Unis (Blaikie Brookfield, 1987 ; Hetch, 1984 ; Hetch, Ockburna, 1989), en Amérique Latine (Toledo, 1996 ; Alimonda et al., 2006 ; Leff, 2006 ; Escobar, 2011) et plus récemment en Europe (Swyngedouw, 1999 ; Martinez Allier, 2002 ; Heynen et al., 2006 ; Gautier et Benjaminsen, 2012), sont caractérisés par une centralité du politique dans l’analyse des relations société-nature. Ces travaux privilégient une analyse du pouvoir et des luttes pour le pouvoir qui ont pour théâtre la gestion de l’environnement, et la production de différents types de savoirs associés à la nature et à l’environnement (Benjaminsen, Svarstad, 2009)3. En particulier, en Amérique latine, les travaux sur les politique de l’eau (Avila García 2016 ; Swyngedouw, 2016), de l’extractivisme minier et agroindustriel (Alimonda, 2011 ; Giraldo, 2015, 2018 ; Svampa, 2019), ou qui portent sur la décroissance et les formes économiques alternatives (Gudynas, Acosta, 2011), problématisent et interrogent les rapports de force dominants qui contrôlent l’accès aux ressources, les modalités de leur exploitation et l’influence des relations politiques et des jeux de pouvoir sur les conflits socio-écologiques. Ces études ont ainsi jeté les bases d’un courant et d’un agenda propres de l’ecología política latino-américaine qui s’écarte en partie des positions des travaux anglo-saxons : à la frontière entre la production scientifique (dans le domaine des sciences sociales) et l’activisme, l’ecología política latino-américaine se propose de produire « implicitement » une réflexion sur la démocratie et sur la justice environnementale en tant que prolongement et complément des droits de l'homme et de la citoyenneté (Alimonda, 2006, p. 9). Plus spécifiquement, dans le domaine des déchets, les travaux qui s’inscrivent dans cette approche ont dirigé la focale, d’une part, sur les processus de politisation/dépolitisation (Armiero, 2018) et de déterritorialisation et reterritorialisation, qui découlent de la circulation des déchets et, d’autre part, de justice sociale et environnementale et sur les nouveaux rapports de force qui se constituent autour de l’appropriation des déchets et de leur valorisation (Schamber, Suarez, 2007, 2011, 2012 ; Gutberlet, 2015 ; Cornea et al., 2017). Tout particulièrement, la gestion des déchets est analysée comme un nouveau marché mondial émergent où la marchandisation, la commercialisation et la privatisation des déchets produisent une augmentation des conflits autour de la redistribution des bénéfices et des coûts générés par les flux d'énergie et de matières des sociétés industrialisées (De Maria, D’Alisa, 2013 ; Demaria, Schindler, 2015). En France, l’écologie politique se rattachant à ces courants a fait son apparition très récemment4, peu nombreux sont cependant les chercheurs qui se revendiquent ou inscrivent leurs travaux dans ce courant. On note une tension entre des auteurs considérant qu’adhérer à l’écologie politique constitue « un acte politique » (Laslaz 2017, p. 4) qui soulève des enjeux de neutralité scientifique et brouille en quelque sorte le positionnement d’un chercheur devenu mi-chercheur - mi-militant, et d’autres qui, à l’inverse, défendent l’idée qu’il s’agit d’un espace de débat à investir (Chartier, Rodary, 2015)5.

6En France, les recherches sur les déchets font l’objet d’un intérêt majeur depuis une quinzaine d’années dans le champ des sciences sociales. Si les travaux pionniers de J. Gouhier ou G. Bertolini (Bertolini, 1978 ; Gouhier, 1972) pointaient déjà, au tournant des années 1970 et 1980, les dimensions spatiales, sociales et économiques des déchets et de leur prise en charge, l’intérêt actuel est à mettre en relation avec les enjeux que pose leur gestion dans un contexte de montée en puissance de la problématique environnementale, mais aussi de leur présence exponentielle tant dans nos espaces (publics, privés, de travail, de loisir) que dans nos existences matérielles quotidiennes et nos expériences cognitives et symboliques.

7La réflexion sur les politiques environnementales et, en particulier, sur la notion d’économie circulaire et de métabolisme urbain, sert de cadre de travail à différents travaux qui envisagent les déchets non plus comme un problème à traiter mais comme une ressource - sources de matières premières recyclées et sources d’énergie (Durand et al., 2016 ; Dumain, Rocher, 2017 ; Desvaux, 2019 ; Lehec, 2019). Ce questionnement permet d’entrer dans les flux de matières et d’énergie, et de réfléchir à leur inscription à différentes échelles territoriales (Barles, 2014 ; Bahers et al., 2017). En ce sens, les circulations ne sont pas simplement des mouvements de matières et d’objets ou d’individus dans l’espace, mais constituent aussi une matérialisation technologique de l’exercice de l’autorité (Garcier, 2014 ; Garcier, Martinais, Rocher, 2017).

  • 6 La réflexion sur l’informalité, à partir des années 2000, a connu un renouvellement avec la questio (...)

8D’autres ont questionné ces politiques environnementales du point de vue de leurs effets de normalisation des comportements, avec le renforcement du contrôle exercé par les pouvoirs publics sur les gestes des individus, la promotion du « bon geste » ou encore la construction de la figure du citoyen éco-responsable (Rumpala, 2009 ) ; d’autres, encore, ont interrogé les dimensions sociales de l’activité de récupération et de socialisation par l’insertion, comme formes de lutte contre la précarité socio-économique, ou les limites et les contradictions de structures engagées dans le travail de la récupération (Benelli et al., 2017 ; Brodiez-Dolino, 2009 ; Corteel, 2016)6 ou mis « les travailleurs des déchets » au centre de leur réflexion (Corteel, Le Lay, 2011). La dimension éthique et « les jeux de caractérisation morale » (Ortar, Anstett, 2017) de la promotion des pratiques de tri et de recyclage par les politiques publiques font l’objet de travaux qui, en repartant de la réflexion de G. Hawkins (2006), révèlent aussi les enjeux liés à la mise en place d’un nouvel ordre moral et politique en lien avec la responsabilisation des individus. Dans la même veine, certains auteurs pointent les promesses non tenues d’une approche techniciste et gestionnaire qui déplace le focus des vrais enjeux de la production des déchets et l’illusion entretenue d’une société libérée de ses restes (Monsaingeon, 2017). Toujours dans cette perspective critique, les déchets sont aussi un point d’entrée pour réfléchir à l’acte de consommation : l’idée de consommation engagée, mobilisée par exemple par S. Dubuisson Quellier (2009 ; 2016), ouvre la voie à une réflexion sur les liens entre surproduction et surconsommation, et donc les logiques qui structurent en profondeur nos sociétés et qui font obstacle aux changements de comportements nécessaires à la transition écologique. Poursuivant dans l’analyse du binôme surproduction-surconsommation, on retrouve aussi les travaux qui portent sur les nouveaux espaces et formes d’engagement dans le domaine des restes et des déchets, comme les ressourceries (Rassat, 2017 ; Corteel, 2020), ou les activités et actions anti-gaspillage (cf. dans ce numéro la contribution d’I. Hajek). Ces dernières ne sont pas uniquement interrogées en ce qui concerne leur portée politique, mais aussi quant à leur dimension genrée et leur portée émancipatrice pour les femmes (Guien et al., 2020).

9Les travaux sur les déchets nucléaires se sont attachés, quant à eux, à souligner les controverses, les contraintes techniques et les intérêts qui caractérisent l’entrée en politique de cet objet jusque-là confiné dans le domaine du technique (Barthe, 2006) : ce qui importe à ces travaux, c’est de regarder les processus de politisation qui accompagnent les débats concernant la gestion de ces déchets.

10Le numéro ambitionne ainsi d’éclaircir dans quelle mesure les nouvelles formes d’engagement ou les situations de conflit dans le domaine des déchets sont utiles pour (re)penser le rapport au politique. Que font au politique ces nouvelles formes d’engagement et ces situations de conflit liées aux déchets ? C’est là un premier aspect de notre programme de travail. Ce qui est donc en jeu ici, c’est la manière dont les déchets participent, dans nos sociétés contemporaines, à animer le débat public au-delà des strictes limites du champ environnemental, par leurs capacités à agréger des thématiques (parmi d’autres : la réorientation de l’économie, la promotion de la sobriété en matière de consommation, la transition environnementale, la fabrique du lien social), et ouvrir des débats à travers lesquels se définit le bien commun et le modèle de société vers lequel on souhaite, ou non, aller. Les déchets ont cela de politique qu’ils sont, on le voit, « un lieu d’action de la société sur elle-même » pour reprendre une formulation de Pierre Rosenvallon (1989).

11Liberté a été donnée aux auteurs de ce dossier d’investir tout type de déchet sans restriction (déchets ménagers, déchets des activités économiques dangereux ou non, déchets solides ou non), dans la mesure où l’enjeu n’est pas tant de questionner un type de déchet et les politiques qui le cadrent, mais le jeu social qui se construit à la faveur de ce cadrage et les logiques qui organisent les relations entre les acteurs partie prenante de ce jeu. Les auteurs ont été invités à participer à la construction d’une problématique de travail qui ambitionne de mettre en lumière la composante politique de la gestion des déchets dans le cadre d’une approche qui place l’espace (et ses déclinaisons en termes de territoire, territorialité et territorialisation) au centre de la réflexion, c’est-à-dire de proposer une réflexion qui articule spatialité et politique pour appréhender ce qui se joue dans la construction des choix collectifs (en matière de gestion des déchets, d’équipements du territoire en installation de traitement) et la politisation de la gestion à partir d’enjeux locaux.

12Le choix d’envisager la question des déchets à partir d’une lecture articulant espace et politique tient au fait que ces matières et objets que l’on nomme déchets créent des espaces qui sont traversés et façonnés par des jeux de pouvoir :

  • Le domicile ou l’échelle micro : les déchets sont présents au quotidien dans nos intérieurs car nous sommes contraints de leur faire une place, de leur concéder un périmètre à travers l’installation de bacs et de poubelles, et c’est à cette même échelle que le rapport physique aux déchets se construit (séparer les matières et produits en vue de leur recyclage, laver les contenants en verre ou en métal préalablement à leur tri, etc.). C’est aussi à cette échelle que de nouvelles formes d’engagement, de concernement civique (au sens de Chanial, 2001) apparaissent et se déploient au-delà de la sphère familiale (on ne compte plus les blogs où des individus, voire des familles, mettent en scène leur engagement dans la cause environnementale et rendent compte publiquement de leur capacité à réduire leur production de déchets et de leur conversion à un mode de vie plus sobre).

  • L’échelle méso correspond aux lieux où se localisent les équipements de traitement (décharges, incinérateurs, déchetteries, etc.) : c’est là que se localisent les situations de conflits et que prennent forme les controverses relatives aux modalités de traitement des déchets. C’est là aussi que se négocient les grands marchés publics pour l’exploitation de ces équipements. C’est enfin à ce niveau que la politique locale est investie et conditionnée par les logiques économiques, techniques et sociales découlant de la gestion des déchets.

    • 7 Dans le domaine du recyclage des déchets électriques et électroniques, la filière est pour partie a (...)

    L’échelle macro est constituée par les flux de déchets qui circulent entre les lieux de production et les lieux de valorisation ou de stockage. C’est à ce niveau que se joue aussi la question de la distribution des externalités environnementales, avec l’exportation vers l’Asie ou l’Afrique, comme dans le cas des déchets électriques et électroniques de produits dont le recyclage est peu rentable sur nos territoires et difficilement pris en charge faute de filières suffisamment structurées7. Le processus d’internationalisation de l’économie des déchets met notamment en évidence les logiques d’interdépendance entre territoires producteurs et récepteurs pour le stockage ou la valorisation. Par exemple, la fermeture en cascade des marchés sud-est asiatiques aux cargaisons de déchets en provenance d’Europe, d’Amérique du Nord, d’Australie ou du Japon met en tension les filières de recyclage dans les pays producteurs des déchets et la remise en cause des politiques publiques (comme par exemple le choix de réduire la part de l’incinération dans la valorisation des déchets).

13Ces différentes échelles font émerger deux dimensions fondamentales du politique :

  • Le politique comme lieu où l’on arbitre entre des intérêts contradictoires au nom de l’intérêt général, et comme espace décisionnel où s’élabore et se met en œuvre l’action publique ;

  • Le politique comme modalité d’intéressement et d’implication des individus dans des activités qui questionnent le modèle de société dominant et qui ambitionnent de le transformer. Les pratiques adoptées par les individus sont animées par une préoccupation partagée à propos du bien commun, le déchet étant construit comme une cause ou le moyen d’en poursuivre une. Avec ces initiatives, le politique se conjugue au quotidien : la participation ou l’engagement ne se circonscrivent plus à des moments qui ont désormais acquis un caractère rituel comme les pétitions, les manifestations ou les scrutins électoraux ; le politique, au sens de débat à propos du bien commun, s’invite dans nos poubelles. Trier, faire du compost, recycler, réutiliser, etc. c’est faire de la politique par d’autres moyens, pour reprendre la formule de Clausewitz.

Faire des déchets une ressource politique : entre opposition, engagement et instrumentalisation

14Il ressort des contributions un premier niveau d’articulation entre espace et politique, qui est celui des enjeux spécifiques que les déchets posent en matière de gestion, eu égard à leurs propriétés. La première propriété envisagée ici est celle qui découle de leur matérialité : ce sont des matières polluantes, source de risque, de désagréments sensoriels, qu’il faut bien « mettre quelque part ». Avec cette formulation quelque peu triviale, il s’agit de souligner les nuisances - olfactives, visuelles et les représentations négatives associées - et celles liées à la circulation des convois et les préjudices - en matière de santé publique, d’atteinte à l’environnement, de valeurs immobilières et foncières - qui contraignent considérablement la localisation de ces équipements, tout particulièrement dans les zones urbaines denses. L’implantation ou l’extension des infrastructures de traitement des déchets échappent rarement à des actions de contestation pour la défense de l’environnement ou de la santé publique : les protestataires dénoncent les « violations » de lieux de vie, les « blessures » ressenties comme injustifiées et irréparables, pointent du doigt les injustices sanitaires et environnementales qui affectent certains groupes de population et certains territoires plus que d’autres ou encore, plus simplement, mettent en question les orientations des politiques publiques des déchets. L’entretien avec Marco Armiero, Giacomo D’Alisa et Salvatore Paolo De Rosa, qui présente la « crise des déchets » en Campanie, fait écho aux résultats d’autres travaux qui se sont intéressés à des situations conflictuelles (Bobbio, Melé, Ugalde, 2016) et qui ont montré que ces actions de protestation, bien qu’elles soient à l’origine de situations de blocage de l’action publique, peuvent être considérées comme socialement productives, en poussant : 1) à la création et à l’ancrage d’associations qui luttent et veillent localement pour la santé et la protection de l’environnement ; 2) à un rappel des règles du droit et de leur application de la part des collectifs mobilisés, ce qui a, par exemple, été défini comme une actualisation locale du droit (Melé, 2009), et même à faire évoluer le cadre juridique en matière de délits environnementaux ; 3) à la constitution d’espaces politiques intermédiaires (Melucci, 1999) où les protestations localisées changent d’échelle pour devenir des mobilisations sur des thèmes qui concernent l’ensemble de la société. Le conflit a pour effet d’ouvrir des moments de débat sur les modalités de gestion des déchets, de reconfigurer les jeux d’acteurs, de transformer les rapports de force et de faire émerger des groupes mobilisés disposant des compétences techniques, juridiques et relationnelles acquises pendant le conflit. En un mot, pour reprendre l’idée avancée par nos collègues italiens dans ce dossier, le conflit n’est pas le problème mais une clef pour la recherche de solutions concertées.

15Une autre conséquence de cette contrainte propre aux déchets, selon laquelle « il faut bien les mettre quelque part », ce sont les relations de dépendance dans lesquelles les pouvoirs publics évoluent vis-à-vis d’interlocuteurs qui disposent de disponibilités foncière et financières pour implanter où développer des équipements de traitement. Les flux de déchets et de matières récupérées constituent en même temps des circulations d’intérêts et de logiques d’influence qui participent au renforcement des rapports entre acteurs publics et privés. Différents contextes nationaux ont montré comment des acteurs privés ont su tirer profit d’une situation de monopole de la gestion des déchets, notamment par une maîtrise du foncier, et se sont imposés de la sorte comme des interlocuteurs incontournables des autorités locales, quelles que soient les majorités au pouvoir (l’agglomération de Naples constitue à ce sujet un exemple emblématique). C’est là un deuxième aspect du programme de travail que nous poursuivrons dans ce numéro. La gestion des déchets est un vecteur de marchés publics dont l’attribution s’accompagne d’une intense circulation de ressources financières mais aussi politiques ; c’est un point de contact privilégié entre pouvoirs publics et opérateurs privés. La gestion des déchets fait ainsi l’objet, à l’instar des grands marchés publics comme celui de l’énergie ou de l’eau, d’une instrumentalisation de la part des pouvoirs publics en vue de répondre à des objectifs politiques comme la construction du consensus électoral et l’animation de fidélités clientélaires (par la distribution d’emplois : Maccaglia, 2015), ou le financement illicite d’activités politiques (via des prélèvements sur les contrats publics : Maccaglia, 2013). Ces relations d’affaires entre pouvoirs publics et opérateurs privés sont évoquées dans plusieurs contributions dans lesquelles les auteurs s’intéressent notamment aux conditions dans lesquelles les marchés publics dans le domaine des déchets sont négociés et les partenariats entre acteurs publics et privés se mettent en place, voire des coalitions plus durables sur la base d’intérêts partagés. Le texte de Jihad Farah et Eric Verdeil montre ainsi comment les services urbains et le cycle de gestion des déchets sont des vecteurs de relations clientélaires visant la consolidation du pouvoir en place et le canal de relations d’affaires entre pouvoirs publics et entreprises du secteur des déchets. La gestion des déchets constitue un des espaces à partir desquels s’élaborent des arrangements formels en vue de contractualiser une prestation de service, mais également des arrangements plus informels qui visent à satisfaire des intérêts privés (enrichissement personnel, corruption). Elle apparaît comme un champ où se construisent des positions politiques, mais aussi économiques. Ce thème est aussi au cœur de l’entretien à Marco Armiero, Giacomo D’Alisa et Salvatore Paolo De Rosa, qui met en évidence comment des coalitions et des arrangements illégaux et illicites ont été mis au service d’intérêts politiques et économiques, sans pour autant solutionner les problèmes de gestion des déchets : le cas campanien révèle comment une « crise des déchets » peut être entretenue dans le seul but d’assurer la pérennité d’un mode de gestion dérogatoire et le dispositif politico-administratif et économique qui lui est associé. Cette « crise des déchets » a été opportunément instrumentalisées pour construire des positions de pouvoir dans les cercles administratifs et politiques, et de légitimation politique (M. Armiero, G. D’Alisa et P.S. De Rosa nous rappellent le choix du gouvernement Berlusconi d’en faire l’un des thèmes cruciaux pour la reconquête du pouvoir en 2008).

Investir les déchets pour explorer d’autres possibles

16L’investissement du champ des déchets ne se fait pas uniquement selon une démarche agonistique. La gestion des déchets ouvre également la voie à des activités d’animation de la société locale par les acteurs associatifs (associations de riverains, environnementales, etc.) et à une micro-politique de l’engagement8. Celle-ci est le support de revendications à travers lesquelles des individus demandent une participation active à la prise de décisions concernant la chose publique. Ces revendications sont à rapprocher des dispositions issues des « Grenelle de l’environnement » et, plus récemment, la loi de 2015 sur « la transition énergétique pour une croissance verte », qui ont instauré de nouveaux objectifs quantitatifs de réduction, d'augmentation du tri à la source et de la valorisation matière pour les déchets organiques faisant appel de manière croissante à la responsabilité individuelle et collective pour les atteindre : on voit ainsi des citoyens et des acteurs de la société civile manifester, à travers de multiples formes d’engagement (composteurs partagés, création de tiers lieux, groupes zéro déchet, groupes portant des actions anti-gaspillage, animation de blog, organisation d’opérations de ramassage des déchets, défis du type Trashe me9, etc.), une volonté de contribuer de la sorte à un débat public à l’échelle de leur quotidien et leur cadre de vie. Le déchet est ici construit comme une cause. Ce que l’on observe avec ces initiatives, c’est aussi une réorientation des circulations et des coûts : alors que la logique linéaire suppose un transfert des coûts sociaux de la sphère économique vers l’environnement, en faisant assumer à la collectivité les coûts de prise en charge et de traitement des objets devenus des déchets, ces différentes initiatives citoyennes visent à sortir des objets de ce circuit et prolongent leur durée de vie par le biais du réemploi et de la réutilisation, et transfèrent aux associations et aux individus une partie des coûts de la prise en charge (parfois la collecte, l’extraction des matières, la réparation…).

17Le texte de Julie Gobert et de Fréderic Deroubaix s’inscrit dans la réflexion sur la manière dont la question des déchets contribue à la formation de groupes organisés qui participent à l’animation du débat public et prennent une part active à l’élaboration et/ou à la mise en œuvre des politiques publiques des déchets au niveau local. Présentant deux études de cas qui portent sur la création de lieux où réaliser des activités de réparation, les auteurs montrent comment « le modèle dominant de gestion des déchets » se maintient par le fait que les collectivités territoriales n’apportent pas de soutien aux initiatives qui promeuvent une gestion alternative des objets, au-delà des facilités matérielles comme, par exemple, la mise à disposition de locaux. Ainsi, les initiatives restent en quelque sorte à l’état d’expérimentations, à la marge du modèle dominant, rencontrant des difficultés pour se développer et s’institutionnaliser faute d’un réel soutien public, alors même que ces initiatives en matière de réparation répondent aux objectifs énoncés par les politiques publiques des déchets. Parmi les freins identifiés qui limitent l’introduction dans le modèle dominant, il y a une manière différente de penser l’objet et sa place dans la politique environnementale. La contribution d’Isabelle Hajek s’inscrit dans cette seconde perspective en ce qu’elle interroge ce qui se joue de politique dans nos actes quotidiens lorsque nous accomplissons des gestes ordinaires (trier, recycler, réemployer) avec la conviction qu’ils auront un effet à l’échelle globale sur le plan environnemental. Cet engagement peut se traduire aussi par des postures de surveillance et de contrôle des individus dans leur espace de proximité pour s’assurer du bon accomplissement des consignes (tri, dépôts sauvages, etc.). L’auteure s’interroge pour savoir si « […] les initiatives ‘‘anti-déchets’’ observables aujourd’hui [sont-elles] porteuses d’une nouvelle conception du politique ? ». Le problème posé par l’auteure est de reconstruire le processus de politisation qui dessine une continuité dans l’action des « anti-déchets » « […] entre la réduction des déchets dans la sphère privée domestique et le soutien/la production d’une offre économique adaptée […] ». Elle montre la circulation des initiatives, leur adoption et leur hybridation au niveau local par des actions individuelles. Ainsi se constitue un maillage d’expériences, sans ordonnateur, qui, non seulement se combinent, mais font en quelque sorte système et traduisent une offre d’engagement. S’investir et s’impliquer dans la gestion des déchets est souvent une manière pour des individus de reprendre en main leur vie, et de se donner le sentiment de maîtriser le cours de leur existence et le sens qu’on lui donne. La dimension politique se lit dans le travail de déplacement des frontières « entre les sphères de la vie sociale, les espaces et les rôles sociaux qui leur sont associés, les personnes et les choses » engagé par les anti-déchets. Il s’opère un travail de requalification des identités et des lieux.

18Les initiatives individuelles et collectives observées par les auteurs (I. Hajek, J. Gobert et F. Deroubaix) de ce dossier sont portées par une démarche commune qui s’attache à substituer un cycle par un autre : il s’agit d’utiliser le cycle des produits comme un levier pour agir sur le cycle de l’économie et désactiver l’idée de croissance qui en est le moteur. Avec ces initiatives, le politique s’invite dans nos poubelles : il y a, derrière ces initiatives, aussi discrètes soient-elles, une volonté de transformer le mode de fonctionnement d’une société que l’on ne partage plus. Ces initiatives, que l’on peut qualifier d’alternatives au sens où elles se positionnent sinon en rupture des politiques publiques des déchets du moins à leur marge, visent à amorcer un cycle dans lequel les objets ne s’inscrivent plus dans une logique linéaire de consommation et de mise au rebut, mais sont inscrites dans une logique circulaire qui limite la production de déchets par le réemploi et la réutilisation. Et puis, c’est aussi une manière de penser le rapport aux ressources : le déchet permet d’ouvrir une réflexion à rebours, au sens où cette réflexion amène à questionner les ressources disponibles, leur exploitation dans la durée et les effets de cette exploitation en termes environnementaux. Le caractère subversif de ces initiatives est double. D’une part, en sortant du cycle des objets qui, sans cette intervention, se transformeraient en déchets. D’autre part, en faisant exister un autre modèle de consommation, qui s’inscrit en concurrence du modèle de consommation de masse de nos sociétés industrielles.

  • 10 On peut produire de l’eau potable, en creusant un puits, ou produire son électricité à l’aide de pa (...)

19Observe-t-on une reconfiguration du pouvoir à l’échelle locale par le biais de ces initiatives ? Dit autrement, ces initiatives modifient-elles structurellement ou conjoncturellement les modalités de gouvernement des territoires ? A la lecture de ces contributions, la réponse est négative. Si le caractère marginal de ces initiatives ne constitue pas en soi un coin suffisant pour démanteler les logiques sociales et économiques qui organisent nos sociétés industrielles, pour autant elles font exister d’autres manières de faire (et de penser) et participent à un mouvement plus ample de questionnement de ces logiques. Ces initiatives ne sont pas (encore) en mesure de transformer la réalité ; elles indiquent néanmoins des perspectives et ouvrent à la société des horizons d’action à explorer. On est en présence d’une contestation douce, au sens où la contradiction prend la forme d’un engagement individuel (par opposition à un collectif organisé) et personnel (qui découle d’une réflexion propre, intime, sur les enjeux environnementaux et sociaux : les préoccupations dérivent d’une expérience personnelle des pollutions industrielles, des risques technologiques, de l’épuisement des ressources, de l’idée de finitude de la géosphère, etc.). Avec ces initiatives, on se situe hors du champ de la conflictualité et du rapport de force. Et ces initiatives permettent d’interroger les dimensions individuelles et collectives de l’engagement. Enfin, le recyclage, le compostage, le glanage, la réutilisation sont autant d’activités liées à la gestion des déchets qui s’imposent dans nos sociétés occidentales comme un nouveau vecteur de discriminations sociales, introduisant une différence entre les individus qui ont un comportement que l’on reconnaît socialement comme civique, et ceux à qui on attribue un comportement privé de ce caractère civique au motif qu’ils ne s’impliquent pas ou peu dans des démarches écoresponsables. Il y a, dans le recyclage, le compostage, le glanage, la réutilisation, une part d’économie symbolique qui tient à la manière dont ces activités sont socialement investies. On voit ici s’exprimer une seconde propriété des déchets : c’est le fait de pouvoir faire l’objet d’une appropriation, à la différence d’autres ressources comme l’eau potable ou l’énergie10, parce que c’est nous qui produisons cette matière. Le gisement, dans le cas des déchets domestiques dont il a été question dans les lignes précédentes, c’est nous.

Construire les conditions de la responsabilité

20Les politiques publiques contemporaines dans le domaine des déchets se singularisent par l’attribution de rôles et de responsabilités tant sur le plan de la production des matières que de leur prise en charge, à destination des acteurs économiques (cf. la notion de responsabilité élargie du producteur) comme des consommateurs (cf. l’éco-participation acquittée à l’occasion de l’achat de produits électriques et électroniques). Si l’on considère les politiques environnementales à la lumière des politiques publiques des déchets, celles-ci apparaissent comme l’un des principaux leviers d’action, hier, de la politique du développement durable et, aujourd'hui, de la politique de transition écologique. Bien que les politiques des déchets ménagers suscitent localement de l’opposition, notamment en lien avec la mise en service de nouvelles installations ou l’introduction de mesures financières – telle que la tarification incitative, par exemple – ressenties comme une sanction ou une injustice, lorsqu’il s’agit de promouvoir des « petits gestes », ou d’inviter les habitants à « bien » faire, les politiques des déchets ménagers recueillent l’adhésion du public et, au pire, un manque d’attention. Ce sont des politiques qui bénéficient socialement d’une forte légitimité. En-dehors du champ des déchets ménagers, les pouvoirs publics doivent composer avec de puissants groupes de pression professionnels et interprofessionnels qui, jusqu'à présent, comme en témoigne le secteur du BTP, sont parvenus à contrer les efforts visant à discipliner la production de déchets ou la prévention de leur production et, d'une manière plus générale, leur gestion, en mettant en avant l'argument des coûts de production et de la productivité, et incidemment la question de l'emploi.

21Les individus sont mis en situation de développer une réflexion et des pratiques en relation avec les déchets, qui peuvent tout autant ouvrir à une démarche militante que rester confinées à l’échelle individuelle ou familiale. Kevin Caillaud et Renaud Nougarol, en s’intéressant à la tarification incitative, mettent en évidence l’individualisation et la responsabilisation qui accompagnent la gestion des déchets : « l’usager est placé au centre du système ». Sous couvert de la nécessité d’affronter des enjeux environnementaux et de réduire la charge environnementale de nos sociétés, la tarification incitative permet le déploiement de logiques managériales et comptables dans les services environnementaux, mais aussi de renforcer la logique technicienne (le puçage et les relevés ouvrent la voie à un contrôle du « bon comportement », qui est sanctionné par la définition du prix). Cela conduit les auteurs à voir dans la tarification incitative un dispositif de gouvernementalité. La mise en place de la tarification incitative porte avec elle une figure de l’usager qui est présenté comme le principal producteur de déchets et qui, à ce titre, est appelé à se responsabiliser. Et ils montrent également comment, en aval, l’organisation du travail est impactée par la mise en place de la tarification incitative : les petites stratégies et adaptations développées par les agents pour exécuter le travail et le rendre plus facile, et plus acceptable, qui relèvent des classiques appropriation du poste de travail, sont remises en cause et doivent être abandonnées. En traitant le thème des déchets inertes de démolition, la contribution de Laetitia Mongeard s’inscrit dans la réflexion du numéro à double titre. Tout d’abord, les déchets de la construction sont des flux « aux plus forts enjeux », qui sont particulièrement représentatifs de la dimension de la matérialité des déchets : ils représentent des tonnages très importants, des volumes des déchets produits par les villes et des flux du métabolisme urbain ; et leur abandon en bord de route, dans les bois ou en bordure des surfaces agricoles, pose des problèmes de consommation d’espace dédié à d’autres usages et de pollution. Ensuite, il s’agit d’un secteur où se pose d’une manière prégnante la question de la responsabilité des acteurs de la chaîne des déchets de la démolition et le rôle que entrepreneurs mais également maîtres d’ouvrage (en tant que commanditaire des travaux et responsable du choix des prestataires) jouent dans la mise en place d’un régime de responsabilité partagée vis-à-vis de ces déchets. Reposant sur des logiques de marché et complètement intégrée au fonctionnement économique des chantiers, la gestion de déchets de démolition fait l’objet d’une réglementation de plus en plus développée depuis la directive européenne de 2008. La contribution de Laetitia Mongeard, basée sur une étude de cas à Lyon, montre comment, dans ce nouveau cadre règlementaire de plus en plus contraignant et précis, l’acteur public, ici la Métropole de Lyon, joue un rôle croissant et central pour mettre en place les conditions d’une gestion partagée de ces déchets. L’auteure analyse notamment les relations d’affaires qui se sont construites entre la Métropole, en tant que maitre d’ouvrage public, et les entreprises du BTP et comment l’intervention publique prend la forme d’un encadrement des pratiques, mais aussi d’accompagnement, basés sur des partenariats. La contribution saisit les jeux d’acteurs qui agissent sur les flux au cours de la chaîne de circulation des matériaux, en montrant une forte orientation donnée aux marchés par les pouvoirs publics avec des cahiers de charges et des dispositifs de contrôle et d’incitation qui en font un acteur fort, très structurant pour la filière.

22Sur un autre plan, la question de la responsabilité a également été posée par le texte de Marco Armiero, Giacomo D’Alisa et Salvatore Paolo De Rosa dans le cas campanien, dans la mesure où l’on a vu s’installer dans le débat public l’idée que les problèmes rencontrés par ce territoire en matière de gestion, aussi bien dans son versant criminel (le trafic des déchets) que son versant politiques publiques (la réorganisation du secteur déchets depuis les années 2000) sont imputables aux habitants qui ne s’investissent pas suffisamment dans les formes alternatives de traitement des déchets (recyclage, compostage, etc.). Cette manière de poser le problème comporte deux angles morts. D’abord, en mettant l’accent sur la responsabilité des habitants, elle minore voire passe sous silence les responsabilités des pouvoirs publics dans la construction de la situation de crise et les liens de collusion entre des figures publiques (hommes politiques, agents administratifs, élus) et des acteurs privés (criminels et non criminels). Ensuite, en focalisant le problème sur les déchets domestiques, alors qu’une part importante des déchets faisant l’objet d’un trafic illégal sont des déchets industriels en provenance des régions du Nord de la péninsule. La responsabilité a été un argument utilisé pour culpabiliser les gens et les stigmatiser, adossé aux préjugés ayant cours dans la société italienne à l’égard des populations du Mezzogiorno.

Organiser le service public des déchets : entre innovation et inclusion

23Gérer les déchets, c’est développer un service en fonction d’objectifs (techniques, en matière d’hygiène, environnementaux) et de contraintes (financières, liées au cadre matériel dans lequel le service s’inscrit, etc.) qui traduisent une idée du bien commun. Les contributions qui mobilisent l’idée de service public le font dans des contextes marqués par : 1) l’incapacité budgétaire des municipalités à financer un service capable de couvrir l’ensemble d’un territoire et sa population. On voit dès lors se développer des formes de coopération entre opérateurs de ramassage et des opérateurs tiers, le tout plus ou moins régulé par les municipalités ; 2) la volonté des municipalités de réformer les services publics en introduisant de nouvelles logiques réglementaires et comptables, comme dans le cas de la redevance incitative. L’article de Mathieu Durand, Jérémie Cavé et Irène Salenson interroge ainsi la notion de service public et le périmètre de ce service à partir de six villes des pays du Sud. Plus particulièrement, celui-ci analyse les innovations organisationnelles mises en œuvre localement afin d’intégrer des actions jusqu’alors considérées comme extérieures au service municipal, voire illégales, marginales ou « répréhensibles ». Les auteurs montrent l’adaptation du service des déchets aux réalités locales (urbanistiques, budgétaires, sociales) avec le recours, par exemple, à la pré-collecte, qui « permet d’étendre l’action du service public sans étendre celle du service municipal » dans la mesure où la municipalité n’a pas la capacité d’organiser la collecte des déchets en porte-à-porte. On voit ainsi se mettre en place un service public qui associe des acteurs tiers, en amont (pré-collecte assurée par des groupes de citadins) ou en aval (récupérateurs informels ; compostage communautaire pour la fraction organique). La contractualisation peut être formelle ou informelle selon les cas. Quoi qu’il en soit, « la restriction du champ de l’action municipale de gestion des déchets fait alors porter sur des acteurs souvent précaires le fonctionnement du système ». Ce qui ressort de cette comparaison, c’est un service public minimal, qui agrège des activités qui complètent ce service minimal ou en assure le fonctionnement. C’est donc un service public souple dans lequel la municipalité assure un service de base, et coordonne et régule des acteurs qui viennent assurer le déploiement du service public.

24Sur un autre registre, la contribution de Adeline Pierrat, Renaud Colombier et Florian Marchadour, présente les résultats d’un projet de coopération international mené par une ONG française, appuyée financièrement par l’Union Européenne et en partenariat avec les autorités municipales de Dolisie, la troisième ville de la République du Congo, visant à mettre en place un service de ramassage des déchets. Dans un contexte de forte instabilité économique et politique, les auteurs analysent les interactions entre l’organisation non gouvernementale et le système politique local, en mettant en lumière les contraintes et les limites d’un système politique qui peine à mettre en œuvre des actions sur le terrain en matière de déchets. L’agencement d’un système de prise en charge des déchets (pré-collecte-collecte, qui traite un tiers des déchets produits dans la ville) a permis de redéfinir la façon de faire de la politique à l’échelle locale, en particulier en ouvrant à l’implication de la population par des enquêtes et des réunions de concertation. La contribution de Sebastián Carenzo et Santiago Sorroche propose également, mais d’un autre point de vue, et à partir du cas de Buenos Aires, une réflexion sur l’innovation et l’expérimentation dans la gestion de matières récupérables urbaines et l’intégration d’acteurs qui n’appartiennent pas au service municipal de gestion des déchets. A partir d’une approche qui se réclame de l’écologie politique, les auteurs analysent la gestion des restes en termes de conflits distributifs. Ceux-ci impliquent à la fois l'appropriation et la dépossession des déchets, considérés comme une ressource, et la distribution asymétrique des effets négatifs de leur gestion urbaine. A cela s’ajoute l'exclusion des acteurs dits « informels » des processus de conception des politiques qui organisent leur gestion. A rebours, d’une image trop longtemps entretenue d’une activité misérabiliste et de survie, le cas d’étude argentin propose l’analyse d’un modèle dit de « cogestion » mis en place par les coopératives des récupérateurs en accord avec le gouvernement de la ville de Buenos Aires, promu et soutenu par la Fédération nationale de récupérateurs argentins à l’échelle du pays. Ce modèle de cogestion est le résultat du travail de politisation des demandes de formalisation de l'activité et de participation dans l’organisation de la politique des déchets des coopératives et du mouvement des cartoneros : cela signifie la mise à l’agenda des politiques publiques locales et nationales, et leur inscription dans des sphères publiques de débat et également la construction des cartoneros comme sujets politiques. Cela a été possible grâce à une forte mobilisation menée depuis le milieu des années 2000 par les récupérateurs de la capitale argentine pour faire reconnaitre le rôle joué par l’activité de récupération dans l’économie urbaine et dans les politiques sociale et environnementale locales. Ce qui est montré par ces auteurs, c'est la capacité de ces groupes de récupérateurs à s’articuler entre eux, à s’allier à d’autres mouvements sociaux, comme celui très puissant des travailleurs de l’économie populaire par exemple, mais aussi aux partis politiques, aux organisations syndicales, aux universitaires engagés et à s’organiser en réseaux de portée régionale et mondiale (réseaux RedLACRE et GlobalRec). La construction de ce modèle de « co-gestion » se fait par une transformation et adaptation, un processus de « vernacularisation » comme l’appellent les auteurs, du modèle de gestion « intégrée » des déchets urbains développé dans les pays industrialisés dans les années 1990. Celui-ci, qui prévoit la mise en place d’une hiérarchie d’actions de réduction, valorisation et recyclage préalables au traitement final des déchets, une fois exporté est confronté à des conditions très différentes de celles caractéristiques du contexte d’origine qui l’ont produit, et son applicabilité est questionnée (Jaglin, Debout, Salenson, 2018 ; Lethbridge, 2017).

  • 11 Le secteur des déchets solides apparaît depuis quelques années comme un espace privilégié pour le m (...)

25A Lima, Bogotá, Lomé, Antananarivo, Delhi et Surabaya, comme à Dolisie et à Buenos Aires, les auteurs présentent des expériences de systèmes de traitement des déchets alternatifs au modèle « universel » et « intégré », pour s’adapter au contexte local. Un système que les auteurs définissent « hybride », « low tech », mais qui, loin d’être « une offre au rabais », est « une adaptation au contexte culturel local via un usage d’une technologie simplifiée qui peut être en partie produite et surtout facilement réparée localement ». A la différence de Buenos Aires, où la mise en place d’un système de gestion dit « vernaculaire », adapté au contexte local et surtout plus inclusif, est le produit du travail de lobbying politique des cartoneros, à Dolisie le système est le produit d’un travail conjointement réalisé par l’ONG et les services techniques municipaux. La contribution met en lumière le rôle des acteurs de la coopération internationale dans la promotion et la diffusion de ce qui est présenté comme de nouveaux modes de gestion adaptés à des réalités socio-économiques spécifiques – (c’est-à-dire caractérisés par une insuffisance de financements, l’instabilité politique locale et les configurations urbaines produites par l’informalité urbanistique). La mise en place du système de ramassage et de traitement des déchets permet un renforcement des autorités locales, mais également la légitimation d’acteurs politiques non locaux - une ONG française et l’Union européenne, ou l’Agence Française du Développement, qui a financé la recherche de M. Durand, J. Cavé et I. Salenson - comme initiateurs et promoteurs de modèles de gestion des déchets définis low-tech et pensés comme reproductibles dans des contextes urbains semblables, notamment du « Global South »11.

  • 12 Sabine Barles a montré comment le basculement dans les sociétés industrielles, à compter des années (...)
  • 13 Cette hypothèse de travail a précédemment été testée dans le cadre d’une réflexion sur la question (...)

26A chaque époque correspondent des catégories de déchets et des conditions de production de ces déchets en lien avec le profil de l’économie et les logiques de consommation, ainsi que des formes de valorisation et d’élimination des matières rejetées. A cela s’ajoutent des dispositions sociales ou politiques qui organisent les modalités par lesquelles les individus entrent en relation avec les déchets et leur font une place dans leur quotidien, et, au-delà, la manière dont une société construit son rapport aux déchets. Semblablement à d’autres ressources, les règles établissant la valeur et les conditions de la gestion et de l’exploitation des déchets sont constamment reformulées par l’évolution des systèmes socioculturels (les transformations techniques, l’évolution des connaissances et des représentations), des modes de production et de leur gouvernement. Le rapport aux déchets possède un caractère historiquement situé12, le caractère politique des déchets, comme le rapport social aux déchets, varie dans le temps et dans l’espace comme l’analyse des politiques publiques le montre bien, ce qui nous a autorisé dans le cadre d’une précédente recherche à avancer l’idée de régime13 comme cadre analytique pour saisir les propriétés (significations, fonctions et valeurs) attribuées aux déchets et les transactions sociales et économiques auxquelles ces propriétés ouvrent la voie. Dans une perspective similaire, Rémi Barbier apporte au débat l’idée « d’ordre public rudologique », qui est le résultat d’un demi-siècle d’investissement de la question des déchets par les pouvoirs publics : les réglementations successives ont façonné un rapport social aux déchets. L’ordre public rudologique donne un statut aux déchets et dessine ainsi le cadre des transactions (économiques, sociales) auxquelles une catégorie de déchets ouvre la possibilité. Cet ordre public rudologique s’est organisé à partir du principe de responsabilité. De là a émergé une économie morale des déchets à partir de trois idées principales que sont la valorisation, la prévention et la proximité, qui organisent désormais la gestion des déchets. L’auteur montre également l’économie morale des déchets qui s’est construite dans notre société, c’est-à-dire que l’objet déchet n’est plus uniquement saisi par des logiques économiques et techniques, mais qu’il est aussi envisagé à partir de considérations de justice sociale et est chargé de valeurs.

Conclusion

27Arrivés à ce point, il importe de répondre à l’interrogation suivante : que nous disent les déchets du politique ?

  • 14 Cette notion de citoyenneté du proche a fait l’objet d’une réflexion de la manière suivante : agir (...)

28Le régime des déchets crée une situation dans laquelle les habitants sont mis à contribution par les politiques publiques pour participer à un pan de la gestion des déchets en s’impliquant dans des opérations de tri et valorisation. Les habitants s’engagent également de manière indépendante dans des activités variées en relation avec les déchets pour réduire la quantité de déchets produits, la consommation des matières, remettre en cause la logique linéaire en extrayant des matières et participer de la sorte à la transition écologique. Ces deux processus conjugués possèdent un effet retour, dans le sens où les usagers revendiquent un droit de regard sur la définition de la politique des déchets et sur les orientations qui lui sont données. Un effet retour qui n’était pas forcement attendu, et souhaité, par les pouvoirs publics et qui n’est pas bien accueilli lorsqu’il conduit à la remise en cause de choix de localisation des grands équipements de traitement des déchets, ou lorsqu’ils interpellent les pouvoirs publics en pointant la timidité ou la lenteur de l’action publique. S’impliquer dans la prise en charge des déchets, faire, voire s’engager, contribue à animer ce que l’on peut appeler une citoyenneté du proche (Cirelli, Maccaglia, 2019)14; l’échelle du domicile, du voisinage, du quartier, autrement dit de la communauté locale, est investie pour promouvoir des actions et des pratiques, remettre en relation les individus qui ont en partage un même lieu, autant d’espaces auxquels on reconnait une capacité de transformation sociale. Là, nait l’interrogation suivante : comment démultiplier la transformation sociale pour lui donner une portée systémique, et donc comment parvenir à articuler cette échelle du proche avec les échelles d’actions supérieures ? Cette citoyenneté du proche contribue à entretenir l’idée (l’illusion ?) que l’écologie passe par les petits gestes, alors même que la transition environnementale nécessite des décisions plus contraignantes concernant nos modes de consommation et surtout les modes de production (cf. l’obsolescence programmée des équipements électriques et électroniques, la difficulté à assurer la maintenance et la réparation des produits faute de la disponibilité des pièces détachées ou de la conception des équipements, la réticence des fabricants à revoir la composition de leur emballage en optant pour des matériaux biodégradables et à abandonner le suremballage).

29Ces formes d’engagement et la responsabilisation qui les accompagnent donnent à voir des individus qui se politisent, mais pas à travers les cadres ou les formes traditionnels (partis politiques, syndicats, adhésion à des formes associatives traditionnelles). On voit donc émerger de nouvelles formes de « politisation » qui en appellent au collectif mais dépouillées d’idéologie, de l’idée de conflictualité sociale et de l’investissement dans la politique (ici les jeux et luttes de concurrence pour le pouvoir). Entre nouvelles formes de résistance et pratiques sociales dépolitisées (Hajek, 2020 ; Mosaingeon, 2017), nous assistons à l’émergence de nouvelles manières de s’engager et de nouvelles formes d’expérimentation dans le domaine de l’action citoyenne qui se situent au croisement de la cause environnementale, de l’engagement communautaire, des projets de capacitation, et dont le trait d’union sont ces objets et produits que l’on nomme déchets. Des expériences relatées ici transparaît une tension entre politisation et dépolitisation : il y a une politisation au sens où les déchets sont investis dans une perspective de transformation de la société et sont conçus comme un levier d’action bottom-up et, en même temps, cette politisation se conjugue avec une forme de dépolitisation au sens où les enjeux environnementaux ne sont pas envisagés en relation avec les rapports de production et le système d’intérêts économiques et rapports de force qui les sous-tendent. Cette citoyenneté du proche contribue à faire exister l’idée selon laquelle le champ environnemental peut être investi indépendamment des autres champs, et qu’il peut être le point d’appui à partir duquel reconfigurer les logiques du social et de l’économique.

Haut de page

Bibliographie

AÏT-AOUDIA M., BENNABI-CHRAÏBI M., CONTAMIN J-G., 2010, Contribution à une histoire sociale de la conception lagroyenne de la politisation, Critique internationale, 48, p. 207-220.

ALIMONDA H. (dir.), 2006, Ecología Política - Naturaleza, Sociedad y Utopía, Buenos Aires, CLACSO.

ALIMONDA H., 2011, La Naturaleza Colonizada - Ecología Política y Minería en América Latina, CLACSO/Ciccus Buenos Aires.

ARMIERO M., D’Alisa G., 2012, « Rights of Resistance: The Garbage Struggles for Environmental Justice in Campania, Italy », Capitalism Nature Socialism 23 (4), p. 52-68.

ARMIERO M., 2018, Of ghosts, waste, and the Anthropocene, in ERNSTSON H., SWYNGEDOUW E. (coords.) Urban Political Ecology in the Anthropo-obscene: Interruptions and Possibilities, Questioning Cities, London, Routledge.

AVILA GARCÍA P., 2016, Hacia una ecología política del agua en Latinoamérica, Revista de estudios sociales, nº. 55, p. 18-31

BAHERS J.-B., 2012, Dynamiques des filières de récupération-recyclage et écologie territoriale : l’exemple du traitement des déchets d’équipements électriques et électroniques en Midi-Pyrénées, Thèse de doctorat en Géographie-Aménagement de l’espace, Université de Toulouse 2 Le Mirail.

BAHERS J.B., DURAND M., BERAUD H., 2017, Quelle territorialité pour l’économie circulaire ? Interprétation des typologies de proximité dans la gestion des déchets, Flux, 2017/3-4 (n° 109-110), p. 129-141

BARBIER R., LAREDO P., 1997, L’internalisation des déchets. Le modèle de la Communauté urbaine de Lille, Paris, Economica.

BARBIER R., 2002, La fabrique de l’usager. Le cas de la collecte sélective des déchets, Flux, 2002/2-3 (n° 48-49), p. 35-46.

BARLES S., 2005, L’invention des déchets urbains, France 1790-1970, Seyssel, Editions Champ Vallon.

BARLES S., 2014, L’écologie territoriale et les enjeux de la dématérialisation des sociétés : l’apport de l’analyse des flux de matières, Développement durable et territoires [En ligne], vol. 5, n° 1 | Février 2014, mis en ligne le 04 février 2014.

BARTHE Y., 2006, Le pouvoir d'indécision. La mise en politique des déchets nucléaires, Paris, Economica.

BAKKER K., 2003, A Political Ecology of Water Privatization, Studies in Political Economy, 70, p. 35-58.

BENELLI N., CORTEEL D., DEBARY O., FLORIN B., LE LAY S., RETIF S. (dir.), 2017, Que faire des restes ? Le réemploi dans les sociétés d’accumulation, Paris, Presses de Sciences Po.

BENJAMINSEN T.A., SVARSTAD H., 2009, Qu’est-ce que la « political ecology ?”, Natures, Sciences, Sociétés, 2009/1, vol. 17, p. 3-11.

BLAIKIE P., 1988, Environmental crises in developing countries: how much, for whom and by whom? An introduction and overview, in BLAIKIE P. and UNWIN T. (eds), Environmental Crises in Developing Countries, London, Institute of British Geographers, Developing Areas Research Group, Monograph No. 5, p. 1-6.

BLAIKIE P., 1989, Environment and access to resources in Africa, Africa 59, 18-40.

BLAIKIE P., BROOKFIELD H., (eds.) 1987, Land Degradation and Society, London, Methuen.

BOBBIO L., MELE P., UGALDE V. (dir.), 2016, Entre conflit et concertation. Gérer les déchets en France, en Italie et au Mexique, Lyon, ENS Editions.

BRAUD P., 2006, Sociologie politique, Paris, LGDJ, « Manuel », 744 p., [8e édition ; 1re édition : 1992].

BRODIEZ-DOLINO A. (dir.), 2009, Emmaüs et l’abbé Pierre, Paris, Presses de Science Po.

BRYANT R. L. (ed.), 2015, The International Handbook of Political Ecology, Cheltenham, Edward Elgar.

BUCLET N., 2012, Trajectoires institutionnelles et implications citoyennes, in LE BOZEC A., BARLES S., BUCLET N., KECK G. (dir.), Que faire des déchets ménagers ?, Versailles, Éditions Quae, p. 61-99

CARREL M., NEVEU C., 2014 Citoyennetés ordinaires, ce que l’enquête empirique fait aux représentations sur la citoyenneté, Paris, Karthala.

CAVE J., 2015, La ruée vers l’ordure. Conflits dans les mines urbaines de déchets, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

CHANIAL P., 2001, Société civile, société civique ? Associationnisme, libéralisme et républicanisme, in J-L. LAVILLE, A. CAILLE, P. CHANIAL (dir.), Association, démocratie et société civile, Paris, La Découverte, p. 141-161.

CHARTIER D., RODARY E., 2015, Globalizing French écologie politique: a political necessity, in BRYANT R. L. (ed.), The International Handbook of Political Ecology, Cheltenham, Edward Elgar. 547-560.

CIRELLI C., 2015, Du déni à la mobilisation. Vivre à côté d’une décharge, Ethnologie Française, 2015-3, Tome XLV, p. 467-476.

CIRELLI C., FLORIN B., 2015 (dir.), Sociétés urbaines et déchets : éclairages internationaux, Tours, PUFR.

CIRELLI C., MACCAGLIA F., MELE P., 2017, ‘‘L’incinérateur est trop près, la poubelle trop loin’’ : gérer les déchets en régime de proximité, Flux, n° 109-110, p. 61-72.

CIRELLI C., MACCAGLIA F., 2019, Territoires des déchets. Agir en régime de proximité, Tours, Presses Universitaires François Rabelais.

COOK I., SWYNGEDOUW, E., 2012, Cities, social cohesion and the environment: towards a future research agenda, Urban Studies, 49 (9), 1959–1979.

CORNEA N., VÉRON R., ZIMMER A., 2017, Clean city politics: An urban political ecology of solid waste in West Bengal, India, Environment and Planning A: Economy and Space, vol. 49, issue 4.

CORTEEL D., LE LAY S., 2011 (dir.), Les travailleurs des déchets, Paris, Erès.

CORTEEL D., 2015, Des déchets faire surgir une capacité d’agir. Enquête dans une association berlinoise de récupération, Ethnologie Française, 2015-3, Tome XLV, p. 511-521.

CORTEEL D., 2020, Qu’est-ce que bricoler. Faire soi-même et avec les autres : improvisation et savoir-faire, Écologie et Politique, n° 60, avril 2020, p. 61-75.

DEMARIA F., D’ALISA G., 2013, Le nuove frontiere dell’accumulazione capitalista. Rifiuti e lotte ambientali in India, Zapruder, Storie in movimento, 30, p. 30-51

DEMARIA F., SCHINDLER S., 2015, Contesting urban metabolism: struggles over waste-to-energy in Delhi, India, Antipode, sept. 2015.

DESVAUX P. 2017, Économie circulaire acritique et condition post-politique : analyse de la valorisation des déchets en France, Flux, 2017/2 (n° 108), p. 36-50.

DESVAUX P., 2019, Pour une approche qualitative du métabolisme urbain. L’exemple des voies métaboliques des déchets plastiques au Caire (Égypte), Flux, 2019/2-3 (n° 116-117).

DOUGLAS M., WILDAVSKY A., 1983, Risk and Culture: An Essay on the Selection of Technological and Environmental Dangers, Oakland, University of California Press.

DUBUISSON-QUELLIER S., 2009, La consommation engagée, Paris, Presses de Sciences Po, [deuxième version actualisée 2018].

DUBUISSON-QUELLIER S., 2016, Gouverner les conduites, Paris, Presses de Sciences Po.

DUMAIN A., ROCHER L., 2017, Des pratiques citoyennes en régime industriel : les courts-circuits du compost, Flux, 2017/4 (n° 108), p. 22-35.

DURAND M., DJELLOULI Y., NAOARINE C., BERTRAND J.-R. (dir.), 2015, Gestion des déchets : Innovations sociales et territoriales, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

DURAND M., BAHERS J.-B., BONIERBALE T., BERAUD H., BARROCA B., 2016, Vers une économie circulaire… de proximité ; Métabolisme urbain, empreinte environnementale et politique de gestion des déchets. [Rapport de recherche] ADEME. 2016.

DURAND M., CAVE J., DELARUE J., LE BOZEC A., SALENSON I., 2019 Détourner les déchets, innovations socio-techniques dans les villes du Sud, Technical reports AFD, nº54.

ESCOBAR A., 2011, Ecología Política de la globalidad y la diferencia, in ALIMONDA H. (coord..), La naturaleza colonizada. Ecología política y minería en América Latina, Buenos Aires, Clacso, p. 61-88.

FRIOUX S., 2013, Les batailles de l’hygiène. Villes et environnement de Pasteur aux Trente Glorieuses, Paris, PUF.

GARCIER R., 2014, Disperser, confiner ou recycler ? Droit, modes de gestion et circulations spatiales des déchets faiblement radioactifs en France, L’Espace géographique, n° 43, p. 265-283.

GARCIER R., MARTINAIS E., ROCHER L., 2017, Désigner, mesurer, réguler : la mise en politique des flux et circulations, Géocarrefour [En ligne], 91/3 | 2017, mis en ligne le 10 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/10362

GAUTIER D, BENJAMINSEN T.A. (eds), 2012, Environnement, discours et pouvoir. L’approche Political ecology, Paris, Editons Quae.

GIRALDO O.F., 2015, Agroextractivismo y acaparamiento de tierras en América Latina: Una lectura desde la ecología política, Revista Mexicana de Sociología, 77 (4), p. 637-662.

GIRALDO O.F., 2018, Ecología política de la agricultura. Agroecología y posdesarrollo, San Cristóbal de Las Casas, Chiapas, México, El Colegio de la Frontera Sur.

GIRARD T., 2012, Les pouvoirs du danger : zone industrielle de Fos-sur-Mer : anthropologie politique des risques industriels et du conflit de l'incinérateur, Thèse de doctorat en anthropologie, EHESS.

GODARD P., DONZEL A., 2014, Éboueurs de Marseille. Entre luttes syndicales et pratiques municipales, Paris, Syllepse.

GOUHIER J., 1972, Eléments pour une géographie des déchets, Thèse de Doctorat en géographie, Université de Caen.

GUDYNAS E., ACOSTA A., 2011, El buen vivir o la disolución de la idea del progreso, in ROJAS M. (dir.), La medición del progreso y el bienestar : Propuestas desde América Latina, Foro Consultivo Científico y Tecnológico de México, Mexico.

GUIEN J, HAJEK I., OLLITRAULT S., Femmes et lutte contre le gaspillage : un espace d'émancipation ou d'aliénation genrée ?, Écologie et Politique, n° 60, avril 2020, p. 105-119.

GUITARD E., 2015, « C’est pas le déchet, c’est le diamant ! ». Pratiques de récupération et gestion publique des déchets à Garoua et Maroua (Cameroun), in CIRELLI C. et FLORIN B. (dir), Sociétés Urbaines et Déchets. Eclairages internationaux, Presses Universitaires François-Rabelais, Tours, p. 59-86.

GUSFIELD J., 2009, La construction des problèmes publics, Paris, Economica.

GUTBERLET J. 2015, More inclusive and cleaner cities with waste management coproduction: Insights from participatory epistemologies and methods, Habitat International, 46, p. 234–243.

JARRIGE F., LE ROUX T., 2020 L’invention du gaspillage : métabolisme, déchets et histoire, Ecologie Politique, 2020/1, n° 60, p. 31-45.

HAJEK I., 2008, La contribution des acteurs socio-associatifs à l'élaboration de la question environnementale : d'une sociologie de la connaissance à la construction d'une grammaire politique élargie : le cas de la mobilisation contre l'incinération des déchets à Marseille, Thèse de doctorat en Espaces, cultures, sociétés, Université Aix-Marseille et Université de Provence, Faculté des lettres et sciences humaines.

HAJEK I., 2013, Traitement des déchets et santé environnementale : la science, un facteur d’acceptabilité locale ? L’exemple de l’incinérateur à Fos-sur-Mer, Développement durable et territoires [En ligne], vol. 4, n° 2, mis en ligne le 15 juillet 2013, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/9760

HAJEK I., 2020, Militer contre le gaspillage. Reprendre en main sa vie, reprendre en main l’économie ? Écologie Politique, 2020/1, 60, 13-30.

HAWKINS G., 2006, The ethics of waste, New York, Oxford, Toronto, Rowman & Littlefield Publishers.

HECHT S. 1984, Cattle-ranching in Amazonia: political and ecological considerations, in SCHMINK M. and WOOD C. H. (eds), Frontier Expansion in Amazonia, Gainesville, University of Florida Press, p. 366-398.

HECHT S., OCKBURNA C., 1989, The Fate of the Forest. Developers, Destroyers and Defenders of the Amazon, London, Versa.

HEYNEN N., KAIKA M., SWYNGEDOUW E. (ed.) 2006, In the nature of cities: urban political ecology and the politics of urban metabolism, Routledge, London, UK.

JAGLIN S., DEBOUT L., SALENSON I. (dir.), 2018, Du rebut à la ressource. Valorisation des déchets dans les villes du Sud, AFD.

LE BOZEC A., BARLES S., BUCLET N., KECK G., 2012, Que faire des déchets ménagers ?, Paris, Quae.

LEFF E., 2006, La ecología política en América Latina. Un campo en construcción, in ALIMONDA H. (coord.) Los tormentos de la materia. Aportes para una ecología política latinoamericana, Buenos Aires, CLACSO, Consejo Latinoamericano de Ciencias Sociales.

LEHEC E., 2019, Vers un service composite de gestion du métabolisme urbain. Ce que compostage industriel et compostage en pied d’immeuble ont en partage, Flux, 2019/2-3 (N° 116-117).

LE LAY S., 2016, L’homo detritus fait-il de la politique ? Quelques réponses sous forme de mégots de cigarettes, Mouvements, 2016/3, (n° 87), p. 25-35.

LETHBRIDGE J., 2017, Municipal Solid Waste Management Services in Latin America, Technical Report. Public Services International (PSI), Ferney-Voltaire, France.

LYON-CAEN N., MORERA R., 2020, À vos poubelles, citoyens ! Environnement urbain, salubrité publique et investissement civique (Paris, XVIe-XVIIIe siècle), Ceyzérieu, Editions Champ Vallon.

MACCAGLIA F., 2013, Trafic d'influence et privatisation de l'état : la mise en marché de la gestion des déchets en Sicile, Espaces et sociétés, n° 155, p. 13-33.

MACCAGLIA F., 2015, Les ressorts informels du gouvernement local : l’action municipale officieuse à Palerme, Géocarrefour, n° 90, p. 251-261.

MASSARD-GUILBAUD G., 2010, Histoire de la pollution industrielle. France, 1789-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 404 p.

MARTINEZ ALLIER J., 2002, El ecologismo de los pobres. Conflictos ambientales y lenguajes de valoración, Barcelona, Edward Elgar.

MELE P., 2009, Pour une géographie du droit en actio, Géographie et culture, n° 72, p. 25-42.

MELUCCI A., 1999, Acción colectiva, vida cotidiana y democracia, México, El Colegio de México.

MILLIOT V., 2016, Petites histoires de trottoirs. Les médiations du récit sur les marchés informels de Paris, in COURTET C., BESSON M., LAVOCAT F. et VIALA A. (éd.), Mises en intrigues, « Rencontres Recherche et Création » du Festival d’Avignon, Paris, CNRS éditions, p. 163-183.

MONSAINGEON B., 2017, Homo Detritus, Paris, Éditions du Seuil, Coll. Anthropocène.

NZEADIBE T.C., 2009, Solid waste reforms and informal recycling in Enugu urban area, Nigeria, Habitat International, 33 (1), p. 93-99.

OIT, 2014, Tackling informality in e-waste management: The potential of cooperative enterprises, Genève, Organisation internationale du travail.

ONU-Habitat (2010), Solid Waste Management in the World’s Cities. Water and Sanitation in the World’s Cities 2010, Earthscan, London et Washington D.C.

ORTAR N., ANSTETT E. (dir.), 2017, Jeux de pouvoir dans nos poubelles. Economies morales et politiques du recyclage au tournant du XXIe siècle, Paris, Petra.

RASSAT F., 2017, Consommer local et s’inscrire dans un territoire. Les pratiques de réemploi et d’achat en ressourcerie, Revue Techniques et Travaux, 2017/2 (N° 31), p. 87-108.

ROCHER L., 2006, Gouverner les déchets : Gestion territoriale des déchets ménagers et participation publique, Thèse de Géographie, Université François Rabelais Tours.

ROCHER L., 2020, Waste, a matter of energy. A diachronic analysis (1992-2017) of waste energy rationales. Perspectives on Waste from the Social Sciences and the Humanities. Opening the Bin, 2020. ⟨hal-02975938⟩.

ROSENVALLON P., 1989, La croissance de l’État comme problème, in LE GOFF J.(dir.), L’État et les pouvoirs, Paris, Le Seuil, coll. « Histoire de la France », p. 491–512.

RULLAC S., BAZIN H., 2014, Les biffins et leurs espaces marchands : seconde vie des objets et des hommes, Informations sociales, n° 182, p. 68-74.

RUMPALA Y., 2009, La ‘‘consommation durable’’ comme nouvelle phase d'une gouvernementalisation de la consommation, Revue française de science politique, n° 5, p. 967-996.

SCHAMBER P., SUAREZ F., (eds.) 2007, Recicloscopio, Miradas sobre recuperadores urbanos de residuos de América Latina, Buenos Aires, Universidad Nacional de General Sarmiento, Universidad Nacional de Lanus, Prometeo Libros Editores.

SCHAMBER P., SUAREZ F., (eds.), 2011, Recicloscopio II: Miradas sobre recuperadores, políticas públicas y subjetividades en América Latina, Buenos Aires, Universidad Nacional de General Sarmiento, Universidad Nacional de Lanus, Prometeo Libros Editores.

SCHAMBER P., SUAREZ F., (eds.) 2012 Recicloscopio III: Miradas sobre recuperadores urbanos, formas organizativas y circuitos de valorización de residuos en América Latina, Buenos Aires, Universidad Nacional de General Sarmiento, Universidad Nacional de Lanus, Prometeo Libros Editores.

SCHEINBERG A., 2011, The informal sector in a modern, integrated, sustainable waste management system, in GUNSILIUS E., SPIES S. & GARCÍA-CORTÉS S. (Eds.), Recovering resources, creating opportunities: integrating the informal sector into solid waste management. http://wiego.org/publications/recovering. Accessed December 8.

SORY I., 2013, « Ouaga la belle ! » Gestion des déchets solides à Ouagadougou : enjeux politiques, jeux d’acteurs et inégalités environnementales (Thèse de doctorat en Géographie), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris.

SVAMPA M., 2019, Neo-extractivism in Latin America: Socio-environmental Conflicts, the Territorial Turn, and New Political Narratives, Elements in Politics and Society in Latin America, Cambridge, Cambridge University Press. doi:10.1017/9781108752589

SWYNGEDOUW E., 1999, Modernity and Hybridity: Nature, Regeneracionismo, and the Production of the Spanish Waterscape, 1890-1930, Annals of the Association of American Geographers, vol. 89, n°3 (Sep., 1999), p. 443-465.

TOLEDO V., 1996, Latinoamérica: crisis de civilización y ecología política, Gaceta Ecológica, volumen 36.

VERDEIL E., 2017, Des déchets aux remblais : imaginaires aménageurs, corruption et dérèglements métaboliques à Beyrouth, Jadaliyya Cities, http://www.jadaliyya.com/p./index/26876/Des-déchets-aux-remblais-imaginaire-aménageur,-corruption-et-dérèglements-métaboliques-à-Beyrouth

Haut de page

Notes

1 La dimension « polymorphe » et l’usage inflationniste de la notion de politisation ont été soulignés (Déloye, Haegel 2017 ; 2019), de même que la pluralité de ses usages (Aît-Aoudia et al. 2010), pour autant la notion nous apparaît particulièrement opérationnelle pour saisir dans un même mouvement la pluralité des processus qui construisent les déchets comme un enjeu de société à différentes échelles spatiales (du domicile à l’échelle planétaire) et temporelles (de « l’invention des déchets » au XIXe siècle aux conséquences du stockage souterrain des déchets nucléaires à l’échelle des millénaires).

2 Compte tenu de l’étendue du champ de recherche dans lequel les déchets sont constitués en objet d’étude, nous avons fait le choix de ne pas proposer un état de l’art, qui serait un exercice impossible à tenir dans le présent format, mais de pointer les recherches susceptibles d’alimenter le présent travail de problématisation.

3 Plus récemment, l’apport de l’urban political ecology (UPE) permet de réintégrer les conflits d’appropriation autour des flux dans la définition du métabolisme urbain et de mettre en avant les facteurs sociaux, économiques, politiques et environnementaux qui prennent place dans et façonnent les circulations au sein des milieux urbains (Heynen et al., 2006 ; Cook, Swyngedouw, 2012).

4 Nous faisons référence ici au cadre d’analyse s’inspirant de la political ecology ou de l’ecología política latino-américaine et non pas à l’écologie politique telle que conçue par des chercheurs comme André Gorz ou Ivan Illich.

5 Un colloque a été organisé récemment par l’IHEAL sur les apports de la recherche latino-américaine à ce courant tout en interrogeant la recherche française et sa place dans ce champ. https://ecopol-al.sciencesconf.org/ 9-11/12/2020

6 La réflexion sur l’informalité, à partir des années 2000, a connu un renouvellement avec la question des déchets. L’informalité est constituée à la fois comme un descripteur pour analyser le travail des récupérateurs de déchets dans les contextes urbains des pays du Sud, leur place dans un secteur économique soumis à des logiques de modernisation, de privatisation et d’industrialisation impulsées par les autorités nationales, mais aussi comme une catégorie analytique commode pour rassembler en un champ des travaux en nombre croissant (Cirelli, Florin, 2015 ; Jaglin, Debout, Salenson, 2018 ; Durand et al.2019). La commercialisation informelle d’objets issus de la récupération dans les contextes urbains des pays du Nord de la part de populations marginalisées et paupérisées a également représenté une opportunité pour mettre à l’épreuve la problématique de l’informalité dans des situations nationales où celle-ci n’était pas ou peu en usage habituellement (Rullac, Bazin, 2014 ; Milliot, 2016). L’informalité est ici associée aux nouvelles figures de la pauvreté urbaine. Cet intérêt pour les récupérateurs des déchets, quel que soit le contexte national, a également conduit à manifester de l’intérêt pour les savoir-faire et les modes d’organisation sociale et territoriale de ces travailleurs.

7 Dans le domaine du recyclage des déchets électriques et électroniques, la filière est pour partie animée en France par des sociétés investies dans le travail social.

8 Ces thématiques ont été en particulier développées dans la réflexion au sein du projet « Action collective, engagements de proximité et gestion des déchets en région Centre-Val de Loire » financé par l’APR de la Région centre Val de Loire 2016 et porté par l’UMR CITERES.

9 https://www.youtube.com/watch?v=KH20tkp_EhY&feature=emb_title

10 On peut produire de l’eau potable, en creusant un puits, ou produire son électricité à l’aide de panneaux solaires ou d’une éolienne, cependant ces formes d’appropriation sont relativement confidentielles au regard des contraintes techniques et des investissements qu’elles nécessitent en amont. Et puis, lorsqu’elles sont mises en œuvre, elles n’ouvrent pas la voie à des dynamiques collectives, cela s’observe par exemple avec les composteurs partagés. Les déchets ont cette capacité à servir de support à des actions et des rapports collectifs. Bien évidemment, on ne fait pas référence ici à la gestion communautaire dans le domaine de l’agriculture ou de la pisciculture.

11 Le secteur des déchets solides apparaît depuis quelques années comme un espace privilégié pour le montage de projets de coopération internationale. Un exemple que l’on peut citer c’est le dispositif 1% (créé en 2014) qui permet aux collectivités territoriales de mener des actions à l’international pour engager des projets dans le domaine des déchets jusqu’à 1 % de leur budget, soit en action directe, soit donné à des associations de leur territoire - ou non - pour que celles-ci mènent des projets dans le secteur des déchets.

12 Sabine Barles a montré comment le basculement dans les sociétés industrielles, à compter des années 1850, s’est accompagné d’une « invention » des déchets urbains (2005).

13 Cette hypothèse de travail a précédemment été testée dans le cadre d’une réflexion sur la question de la proximité appliquée à la gestion des déchets en Europe occidentale. Cf. notamment, Cirelli, Maccaglia, Melé, 2019 ou, directement, l’ouvrage « Territoires des déchets » (Cirelli, Maccaglia, 2019).

14 Cette notion de citoyenneté du proche a fait l’objet d’une réflexion de la manière suivante : agir au nom de la proximité contribue à la construction d’un sentiment d’appartenance collective à un territoire, et donc d’un sentiment de solidarité et de responsabilité au regard de la prise en charge des déchets. Agir dans et pour la proximité est un vecteur de valeurs (solidarité, sociabilité, responsabilité, engagement, justice, etc.) qui contribuent à promouvoir un projet de société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudia Cirelli et Fabrizio Maccaglia, « Penser le politique par les déchets », Géocarrefour [En ligne], 95/1 | 2021, mis en ligne le 23 février 2021, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/16866 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.16866

Haut de page

Auteurs

Claudia Cirelli

Chercheure associée UMR CITERES, Équipe CoST, Maison des Sciences de l'Homme Val de Loire, 33, Allée Ferdinand de Lesseps, 37204 TOURS http://sud.hypotheses.org/ https://halshs.archives-ouvertes.fr/cirelli-claudia claudia.cirelli@univ-tours.fr

Articles du même auteur

Fabrizio Maccaglia

Maître de conférences, UMR CITERES, Équipe CoST, Maison des Sciences de l'Homme Val de Loire, 33, Allée Ferdinand de Lesseps, 37204 TOURS fabrizio.maccaglia@univ-tours.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search