Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueAppels à contributionChercheurs d'eaux au temps des ch...

Chercheurs d'eaux au temps des changements globaux. Quelles perspectives pour les territoires ?

Water seekers in times of global change. What prospects for the territories?
Anne Rivière-Honegger et Stéphane Ghiotti

Résumés

Les recherches sur l’eau, tant dans leurs dimensions matérielles qu’idéelles, font l’objet d’un renouvellement dans le champ des sciences humaines et sociales. Ceci est à mettre en relation avec les défis majeurs actuels et futurs et les enjeux inédits que pose la gestion de l’eau. Dans un contexte de changements globaux qui accentue certains enjeux et en suggère de nouvelles hiérarchies à toutes les échelles spatio-temporelles, les questionnements évoluent, les valeurs sont bousculées, la gouvernance et l’action se réinventent. Ce numéro propose d’interroger comment se construisent aujourd’hui les connaissances et savoirs pour penser la gestion territorialisée de l'eau et des milieux aquatiques ?

Haut de page

Texte intégral

1Au regard des multiples changements globaux en cours et à venir, les relations des sociétés à leurs environnements et notamment à l’eau s’en trouvent profondément transformées. La multiplication et la diversité des enjeux, des acteurs impliqués et des échelles mobilisées mettent au centre de la problématique la question spatiale et territoriale. Qu’ils soient plutôt issus de l’écologie et des approches en termes de socio-écosystèmes ou, plus anciennement, de la géographie critique (Swyngedouw, 2004), de nombreux travaux (qui englobent aussi le droit, la sociologie, les sciences politiques, l’anthropologie...) reconnaissent la place et le « sens » du lieu, de l’espace et du territoire. Ils proposent en cela des ponts entre les disciplines et les courants théoriques pour y parvenir (Mathevet et al., 2015 ; Barreteau et al., 2016 ; Matherson et al., 2017). Quels sens peut-on effectivement donner à ces débats globaux sans questionner les modalités et les conditions de leurs « ancrages » ainsi que leurs conséquences et implications localement ? C’est l’objectif que nous ambitionnons de donner à ce numéro de Géocarrefour.

L’eau : un enjeu de connaissance majeur face aux enjeux environnementaux globaux

2L’eau est indispensable pour les écosystèmes, la santé humaine et la plupart des activités qui dépendent de sa qualité et de sa quantité (eau potable, agriculture, industrie, aquaculture, énergie, voie de circulation, navigation, loisirs, pêche, activités de nature et de protection de la nature…). A l’inverse, certains usages exercent des pressions et ont un impact sur la ressource et les milieux aquatiques et limitent ou restreignent les autres usages ; il en résulte des situations de tensions voire de conflits mais aussi souvent dans le même temps de coopérations (Raison et Magrin, 2009 ; Julien, 2010 ; Lasserre et de Palacio, 2016 ; Ganoulis et Fried, 2018). La gestion de l’eau repose en Europe, au travers de l’application de la Directive Cadre Européenne sur l’eau (2000), sur des principes de concertation et de participation de l’ensemble des acteurs de l’eau (élus, usagers, Etat et collectivités territoriales etc.) mais aussi sur des objectifs normatifs d’atteinte du « bon état écologique ». A l’échelle d’un cadre territorial reconnu réglementairement comme cohérent, celui du bassin versant, on vise à la préservation et la reconquête du bon état écologique de l’eau et des milieux aquatiques tout en assurant la satisfaction des usages. Cela passe par la solidarité territoriale entre les différentes catégories d’usagers, qui se traduit dans une gestion durable et équilibrée des ressources en eau et des milieux aquatiques. Celle-ci s’appuie notamment sur des instruments réglementaires (Drobenko, 2015), des mécanismes économiques incitatifs (Petit, 2016,) et des dispositifs participatifs (Hassenforder et al., 2020). Cependant, les récentes lois de décentralisation et la reconnaissance des Etablissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre (EPCI-FP) comme responsables de la mise en œuvre de la Gestion des milieux aquatiques et Prévention des Inondations (GEMAPI) rebattent les cartes et réinterrogent la notion de territoires pertinents. A l’échelle internationale, parmi les objectifs de développement durable (ODD) à atteindre à l’horizon 2030 dans la perspective « d’un monde meilleur et plus durable pour tous », plusieurs sont relatifs à l’eau. Ils répondent aux défis mondiaux, notamment ceux liés à la pauvreté, aux inégalités, au climat, à la dégradation de l’environnement, à la prospérité, à la paix et à la justice (ONU, 2015). Partout, l’eau constitue un enjeu de connaissance majeur face aux enjeux environnementaux globaux (Unesco, 2020). Les nombreux programmes de recherche, conférences internationales, colloques et outils de fédération de la recherche témoignent de la vitalité de la communauté scientifique autour de cette thématique.

Des recherches sur l’eau, objet d’un renouvellement en sciences humaines et sociales

3Dans ce contexte, les recherches sur l’eau tant dans leurs dimensions matérielles, techniques que sociales ou encore idéelles font l’objet d’un renouvellement dans le champ des sciences humaines et sociales (géographie, histoire, sciences politiques, économie, sociologie, anthropologie, psychosociologie, droit…) (Rivière-Honegger, Morandi et Cottet, 2012 ; Gautier, Benjaminsen, 2012 ; Guay et Britto, 2017 ; Barbier et al, 2020). Elles s’attachent notamment à réinterroger les liens entre sociétés et milieux naturels, envisagés de plus en plus comme un système unique, fait d’interactions et de dépendances dynamiques (Chenorkian et Robert, 2014 ; Dufour et Lespez, 2019) et objets d’une action publique renouvelée. Les retours d’expérience montrent qu’agir sur le territoire suppose de les aborder de manière intégrée. Saisir ces évolutions est crucial, si l’on considère, à la suite de J.-J. Perenes, que « L’eau raconte la société, c’est-à-dire ses rapports de force, mais de manière spatialisée » (Perenes, 1993, p. 185). L’enjeu est double pour la science, à la fois théorique – du territoire de l’eau à l’hydro-socio-système (Ghiotti, 2015) et dans sa capacité à apporter une connaissance adaptée à l’action. Cela repose en particulier sur des approches théoriques, conceptuelles et méthodologiques innovantes qu’il convient de partager et d’analyser. Forts de ces évolutions, les questionnements évoluent, les valeurs sont bousculées (Pierron, 2017), la gouvernance et l’action se réinventent (Barone et Mayaux, 2019 ; Bouleau, 2019). Le contexte de changements globaux accentue indéniablement certains enjeux et suggère de nouvelles hiérarchies à toutes les échelles spatio-temporelles (Daniell, Barreteau, 2014 ; Boulay et Fanchette, 2019).

4En lien direct, les politiques publiques dans le domaine de l’eau et des milieux aquatiques doivent aujourd’hui appréhender une grande diversité de problématiques : aménagements relatifs au petit (adduction d’eau potable et assainissement) et au grand cycle de l’eau (barrages, transferts…) ; gestion et protection de la ressource (de surface et souterraine), tant en termes de qualité (pollution, déchets aquatiques…) que de quantité (tensions sur la ressource), protection de la biodiversité, restauration écologique des milieux aquatiques (fluviaux, littoraux…), développement des usages économiques et récréatifs, gestion des risques (inondations…), régulation des conflits d’usage de l’eau, mise en œuvre de gouvernance adaptée à l’objectif visé, etc.). Ces problématiques, aux imbrications toujours plus complexes, doivent être articulées à différentes échelles territoriales. Mettre en œuvre des réponses adaptées requiert souvent une approche faisant discuter les sciences sociales, les sciences de l’environnement et les sciences de l’ingénieur (Hellier et al., 2009 ; Carré et Deutsch, 2015 ; Goeldner-Gianella et al., 2016 ; Bouarfa, Brelle et Coulon, 2020 ; Leenhardt, Woltz et Barreteau, 2020) dans la formulation des questionnements, la démarche de recherche et la mise en œuvre des politiques de l’eau (Ferraton, 2016).

5Le défi, pour les chercheurs travaillant en lien avec les acteurs de la gestion, est de produire des connaissances formalisées, partagées et transférables malgré les incertitudes qui leur sont attachées du fait des changements environnementaux rapides et profonds.

6Au cours des dernières décennies, les adaptations continuelles et la recherche d’innovations sont observables en termes de gouvernance et d’intégration des acteurs. Le succès n’est plus le fait d’un acteur tout puissant mais d’un collectif d’acteurs du territoire. Cette évolution se traduit également dans le statut accordé aux différentes formes de connaissances : les savoirs techniques, les savoirs scientifiques et les savoirs locaux visent à être mis en dialogue et non plus cloisonnés (Claveau et Prud’homme, 2017). La question de la concertation et de la participation des publics est centrale bien qu’elle montre certaines limites. Les retours d’expériences montrent que les apports du dialogue « institué » entre acteurs sont multiples (co-construction des projets/adhésion, diminution des dissensus/conflits, acquisition d’une culture de l’eau, meilleure adaptation aux nouveaux défis, etc.). Ceux du dialogue « élargi aux citoyens » vont jusqu’à la construction d’expertises alternatives au travers de mouvements de mobilisation, d’implication, d’apprentissage, etc. (Barone et al., 2018). Un paradoxe s’observe aussi : celui d’un faible intérêt des élus et plus largement de la population pour débattre de la politique de l’eau et s’engager. Faut-il y voir une limite de la démocratie de l’eau représentative et institutionnalisée ? Que peut apporter la démocratie participative ? Nombreux sont les travaux qui relaient ces questions. Mais quelles solutions pourraient être apportées alors même que l’enjeu actuel est d’élargir le dialogue aux acteurs du monde de l’aménagement et aux riverains et habitants ?

7Comment se construit la connaissance aujourd’hui, en sciences humaines et sociales, pour penser la gestion territorialisée de l'eau et des milieux aquatiques ? Quelles analyses sont proposées sur les futurs enjeux « eau/milieux aquatiques/biodiversité/risque » relatifs au petit et/ou au grand cycle de l’eau ? Ces questions se posent partout dans le monde. Multiplier les exemples dans des contextes géographiques diversifiés contribuera à des réponses contrastées.

Trois entrées non exclusives sont privilégiées :

Comment les recherches en sciences humaines et sociales peuvent-elles représenter et analyser spatialement les liens entre les sociétés et les milieux aquatiques ?

8Avec les réformes territoriales (pour la France notamment), le dernier cycle à venir de la DCE (2021-2027) et les directives européennes plus largement, les enjeux internationaux (transition écologique, changement climatique, maintien de la biodiversité, adaptation, etc.), les volets compétences, acteurs, échelles, financements, les lignes directrices (gestion par bassin-versant, continuité écologique, restauration, participation, biodiversité, etc.) sont discutées avec force (Leclabart, Quentin, 2019 ; Touchart, Bartout, 2020). Il est utile d’en rappeler les évolutions successives, d’en dresser le panorama, de définir les changements en cours en s’appuyant sur des études de cas ; mais il est aussi utile d’identifier les enjeux à venir, de décrypter les jeux d’acteurs pour la mise en œuvre de sa politique de planification, et de s’appuyer sur les retours d’expérience. La question de la gouvernance de l’eau est posée en termes de gestion intégrée de l’eau et des milieux aquatiques par bassin versant. Le débat autour du choix et de l’opérationnalité de cette unité de gestion reste vif (quelle prise en compte, par exemple des eaux souterraines ?) - tout comme celui autour de l’efficacité de la politique de gestion intégrée de l’eau.

Quels sont les cadres théoriques, les notions et concepts mobilisés actuellement pour penser la gestion territorialisée de l'eau et des milieux aquatiques ?

9Il s’agira de réfléchir aux intérêts, aux limites, à ce qu’il faudrait dépasser. Que disent les approches actuelles des rapports eau/environnement/sociétés avec bien sûr un focus central sur les dimensions spatiales, géographiques et territoriales ? Comment est pris en compte le territoire ? Quels sont les limites et apports de l’approche systémique ? Quelle réflexion est-elle menée sur l’adaptation des « territoires de l’eau » face aux évènements, aux aléas, aux situations de crises de plus en plus fréquentes, ponctuelles ou à long terme ? Quels sont les apports d’une réflexion sur la résilience des territoires (Pigeon et al., 2018) ? Quelles sont les articulations entre l’approche systémique et la political ecology et plus globalement les questions de pouvoirs (Molle, 2008 ; Linton, 2010 ; Linton et Budds, 2014 ; Blanchon, 2016) ? Comment sont interrogées les liaisons entre pouvoir, connaissance et représentations sociales ? Dans quelle mesure les territoires hydrosociaux définis par Boelens et al. (2016, p. 2)

10comme « la matérialisation imaginaire et socio-environnementale contestée d’un réseau multi-scalaire spatialement délimité dans lequel les humains, les flux d’eau, les relations écologiques, les infrastructures hydrauliques, les moyens financiers, les arrangements juridico-administratifs et les institutions et pratiques culturelles sont définis, alignés et mobilisés de manière interactive par des systèmes de croyances épistémologiques, des hiérarchies politiques et des discours de naturalisation » (Boelens et al, 2016) mettent-ils en évidence la diversité des projets territoriaux liés à l’eau et les luttes pour leur matérialisation (Hommes et Boelens, 2017 ; Valadaud et Aubriot, 2019) ?

Quels méthodes/outils/données sont - ils mobilisés, pour quels types de réponses ?

11Les recherches en sciences humaines et sociales s’attachent notamment à réinterroger les liens entre sociétés et milieux naturels, envisagés de plus en plus comme un système unique, fait d’interactions et de dépendances dynamiques. Les retours d’expérience montrent qu’agir sur le territoire suppose de les aborder de manière intégrée. Les outils se multiplient, que ce soit pour identifier les fonctions rendues par les écosystèmes ou services écosystémiques, ou pour mettre en œuvre des processus de concertation et participation (Fleury et Prévot-Julliard, 2012 ; Mathevet et Godet, 2015). Beaucoup de démarches innovantes ont été déployées sur les territoires en vue de favoriser l’implication des parties prenantes ou l’adhésion sociale à un projet ou à un aménagement. Quels sont- les retours ? Quelle évaluation en fait-on ? Sur quoi reposent-t-elles (indicateurs, etc.). Les outils de modélisation concourent à leur représentation dynamique et spatialisée. Il conviendra d’en discuter les enjeux conceptuels et méthodologiques mais aussi leur statut dans le dialogue ou encore leur performance, leur appropriation par les différents acteurs de la gouvernance de l’eau. Quels sont les enseignements de la recherche concernant les outils réglementaires ? Quels sont ceux sur les mécanismes économiques incitatifs ?

12L’objectif de ce dossier thématique est de mesurer une effervescence perceptible en sciences humaines et sociales et son contenu scientifique autour de cette question, mais aussi de saisir la nature des ouvertures vers d’autres sciences et les apports des entrelacements interdisciplinaires en construction. Il en est attendu des articles qui donnent à voir la diversité des enjeux sociaux autour de l’eau et mettent en perspectives ceux bio-physiques.

Délais et consignes

13Cette proposition fait suite à l’organisation à l’ENS de Lyon en septembre 2019 « des 4èmes doctoriales en Sciences sociales de l’eau » : https://dsse2019.sciencesconf.org/​. Les contributions des doctorant.es et des jeunes chercheur.se.s sont souhaitées mais aussi d’auteurs au-delà de ce cadre et de disciplines diverses.

14Les auteurs peuvent s’adresser aux coordinateurs du numéro, Anne Rivière-Honegger UMR 5600 EVS du CNRS – ENS de Lyon, anne.honegger@ens-lyon.fr et Stéphane Ghiotti, UMR ART’DEV du CNRS - Université de Montpellier 3, stephane.ghiotti@univ-montpellier3.fr pour signaler leur intérêt dans un résumé d’une page pour le 30 avril 2021. Une réponse sera envoyée aux auteurs mi-mai 2021. L'envoi des articles définitifs devra être fait pour le 10 septembre 2021.

15La proposition sera rédigée en français ou en anglais, transmise en format Word, police Times New Roman, et devra comprendre : un titre, un résumé entre 3000 et 5000 signes maximum (bibliographie comprise) présentant la problématique de l’article, le cadrage théorique, le ou les terrains d’étude sur lesquels la proposition s’appuie, une courte bibliographie et 3 à 5 mots clés.

16La rédaction de l'article devra respecter les normes de la revue : (http://journals.openedition.org/​​geocarrefour/​1017). L'article pourra être rédigé en français ou en anglais, d’un volume optimum de 40 000 signes espaces compris. Les articles seront évalués en double aveugle par le comité de lecture. Les auteurs recevront une notification de la décision (et des instructions de correction) en octobre 2021.

Haut de page

Bibliographie

ASPE C., 1991, Chercheurs d’eau en Méditerranée, Paris, Editions du Félin, 215 p.

BARBIER R., DANIEL F.-J., FERNANDEZ S., RAULET-CROSET N., GUERIN-SCHNEIDER L., LEROY M. (éd.), 2020, L’environnement en mal de gestion. Les apports d’une perspective situationnelle, Lille, Presses Universitaires Septentrion, coll. Environnement et société, 353 p.

BARONE S., BARBIER R., DESTANDAU F., GARIN P., 2018. Gouvernance de l’eau : un mouvement de réforme perpétuelle ? Paris, L’Harmattan, coll. Sociologies et environnement, 253 p.

BARONE S., MAYAUX P.L., 2019. Les politiques de l’eau, Paris, LGDJ, (coll. Clefs, sous-collection Politique), 160 p.

BLANCHON D., 2016, Radical Political Ecology et Water Studies. Quels apports pour la géographie de l’environnement en France ? in CHARTIER D., RODARY E. (dir.), Manifeste pour une géographie environnementale, SciencesPo Les Presses, chapitre 10, p. 259-278.

BARRETEAU O., GIBAND D., SCHOON M., CERCEAU J., DECLERCK F., GHIOTTI S., JAMES T., MASTERSON V., MATHEVET R., RODE S., RICCI F., and THERVILLE C., 2016, Bringing together social-ecological system and territoire concepts to explore nature-society dynamics, Ecology and Society, 21(4):42. https://doi.org/10.5751/ES-08834-210442

BOUARFA S., BRELLE F. et COULON C., (coord.), 2020, Quelles agricultures irriguées demain ? Répondre aux enjeux de sécurité alimentaire et du développement durable, Paris, Editions Quae, coll. Matière à débattre et décider, 210 p.

BOELENS R., HOOGESTEGER J., SWYNGEDOUW E., VOS J., WESTER P., 2016, Hydrosocial territories : a political ecology perspective, Water International, vol. 41, n° 1, p. 1‑14.

BOULAY S. et FANCHETTE S. (dir.), 2019, La question des échelles en sciences humaines et sociales, IRD éditions, Editions Quae, UPDate sciences et technologie, 160 p.

BOULEAU G., 2019. Manuel d’analyse des politiques publiques à l’usage des ingénieurs et des urbanistes. Exemples dans le domaine de l’eau et de l’environnement, Paris, Presses des Ponts, 124 p.

CARRE C., DEUTSCH J.-C., 2015, L’eau dans la ville. Une amie qui nous fait la guerre, Paris, Éditions de l’Aube, Coll. Bibliothèque des territoires, 320 p.

CHENORKIAN R., ROBERT S. (dir. scient.), 2014, Les interactions hommes-milieux. Questions et pratiques de la recherche en environnement, Paris, Editions Quae, coll. (Indisciplines), 177 p.

CLAVEAU F., PRUD’HOMME J. (dir), 2018, Experts, sciences et sociétés, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 284 p.

DANIELL K.A., BARRETEAU O., 2014, Water governance across competing scales: Coupling land and water management, Journal of hydrology, 519(C), p. 2 367-2 380. Doi.org/10.1016/j.jhydrol.2014.10.055.

DROBENKO B. (éd.), 2015, Les cinquante ans de la loi sur l’eau de 1964 : bilan et perspectives, Paris, Editions Johanet, p. 208 p.

DUFOUR S., LESPEZ L., 2019, Les approches naturalistes en géographie, vers un renouveau réflexif autour de la notion de nature ? Bulletin de l’association de géographes français, 96-2, « Les géographes et la nature : regards nouveaux », p. 320-343.

FERRATON M., 2016, L’approche participative au service de la Gestion Intégrée de la Ressource en Eau. L’expérience des parcs naturels régionaux du Sud-Est de la France, Thèse de doctorat de géographie, Comue Grenoble-Alpes (ED Siseo), 328 p.

FLEURY C. et PREVOT-JULLIARD A.-C. (dir.), L'exigence de la réconciliation : biodiversité et société, Fayard, coll. Le temps des sciences, 2012, 471 pages.

GANOULIS J. et FRIED J., 2018, Transboundary hydro-governance: from conflict to shared management, Londres, Springer, 217 p.

GAUTIER D., BENJAMINSEN TOR A., 2012, Environnement, discours et pouvoir. L’approche Political ecology, Paris, Editions Quae, Update Sciences & Technologies, 256 p.

GHIOTTI S., 2015. Eau, territoires et sociétés, in EUZEN A., JEANDEL C., MOSSERI R., (eds), L’eau à découvert, Paris, CNRS Éditions, p. 250-251.

GIRARD S., RIVIERE-HONEGGER A., 2014b. La territorialisation de la politique de l’eau : enseignements à partir du cas de la vallée de la Drôme (1980-2013), Cahiers agricultures, 23, p. 129-137.

GOELDNER-GIANELLA L., BARRETEAU O., EUZEN A., PINON-LECONTE M., GAUTIER Q., ARNOULD P., 2016. Concilier la gestion de l’eau et des territoires, Paris, Éditions Johanet, 391 p.

GUAY L., BRITTO A.-L. (dir.), 2017, « Les enjeux sociaux de l’eau : comparaisons internationales », Cahiers de géographie du Québec, vol. 61, n° 174.

HASSENFORDER E., BARRETEAU O., BARATAUD F., SOUCHERE V., FERRAND N,. GARIN P., 2020, Enjeux et pluralité de la participation dans la gestion intégrée des ressources en eau, in LEENHARDT D., WOLTZ M., BARRETEAU O. (coord.), 2020, L’eau en milieu agricole. Outils et méthodes pour une gestion intégrée et territoriale, Paris, Editions Quae, p. 71-87.

HELLIER E. (coord.), 2009, La France. La ressource en eau. Usages, gestions et enjeux territoriaux, Paris, Armand Colin, coll. « U », 309 p.

HOMMES L., BOELENS R, 2017, Urbanizing rural waters: Rural-urban water transfers and the reconfiguration of hydrosocial territories in Lima, Political Geography, vol 57, p. 71-80.

JULIEN F, 2010, L’eau dans les relations internationales : la guerre ou la paix ? D’un déterminisme à l’autre, Dynamiques internationales, 2, 26 p.

LASSERRE F., DE PALACIO A., 2016, Les grands enjeux géopolitiques de l'eau - Tome 1 : L'eau pour vivre ; Tome 2 : Conflits et acteurs, Paris, Éditions UPPR, 80 p.

LECLABART J.-C., QUENTIN D., 2019, La politique européenne de l’eau, rapport d’information, n° 2495, Assemblée nationale, 45 p.

LEENHARDT D., WOLTZ M., BARRETEAU O. (coord.), 2020, L’eau en milieu agricole. Outils et méthodes pour une gestion intégrée et territoriale, Paris, éditions Quae, 283 p.

LINTON J., 2010, What is Water? The History of a Modern Abstraction, Vancouver, Toronto, UBC press, 333 p.

LINTON J., BUDDS J., 2014, The hydrosocial cycle: Defining and mobilizing a relational-dialectical approach to water, Geoforum, vol. 57, p. 170-180.

MASTERSON V. A., STEDMAN R. C., ENQVIST J., TENGÖ M., GIUSTI M., WAHL D., and SVEDIN U., 2017, The contribution of sense of place to social-ecological systems research: a review and research agenda, Ecology and Society, 22(1):49. https://doi.org/10.5751/ ES-08872-220149

MATHEVET R., PELUSO N. L., COUESPEL A. and ROBBINS P., 2015, Using historical political ecology to understand the present: water, reeds, and biodiversity in the Camargue Biosphere Reserve, southern France, Ecology and Society, 20(4):17. http://dx.doi.org/10.5751/

ES-07787-200417

MATHEVET R., GODET L. (dir.), 2015, Pour une géographie de la conservation. Biodiversités natures et sociétés, Paris, L'harmattan, 397 p.

MOLLE F., 2008, Nirvana concepts, storylines and models: Insights from the water sector, Water Alternatives, vol. 1, n° 1, p. 131-156.

PERENNES J.-J., 1993, L’eau et les hommes au Maghreb. Contribution à une politique de l’eau en Méditerranée, Karthala-CNRS, 646 p.

PETIT O., 2016, Paradise lost? The difficulties in defining and monitoring Integrated Water Resources Management indicators, Current opinion in environmental sustainability, 21, p. 58-64.

PIGEON P., REBOTIER J., GUEZO B., 2018, Ce que peut apporter la résilience à la prévention des désastres : exemples en Lavours et en Chautagne (Ain, Savoie), Annales de géographie 2018/1 (N° 719), p. 5-28.

PIERRON J.-P. (dir), 2017, Écologie politique de l'eau : Rationalités, usages et imaginaires, Paris, Hermann, 587 p.

RAISON J.-P., MAGRIN G. (dir.), 2009, Des fleuves entre conflits et compromis ; Essais d'hydropolitique africaine, Paris, Karthala, 300 p.

RIVIERE-HONEGGER A., MORANDI B. et COTTET M. (coords.), 2012, 2014, Connaître les perceptions et les représentations : quels apports pour la gestion des milieux aquatiques ? Paris, Onema, coll. "Comprendre pour agir", 180 p.

SWYNGEDOUW E., 2004, Globalisation or ‘glocalisation’? Networks,territories and rescaling, Cambridge Review of International Affairs, 17:1, p. 25-48,

TOUCHART L., BARTOUT P., 2020, La masse d’eau : le détournement administratif d’un concept géographique, BSGLg, 74, p. 65 -74.

UNESCO, 2020, Rapport mondial des nations unies sur la mise en valeur des ressources en eau. http://www.unesco.org/new/fr/natural-sciences/environment/water/wwap/wwdr/

VALADAUD R., AUBRIOT O., 2019, Dialectiques hydrosociales à l’épreuve. Décrypter la dimension politique d’objets techniques utilisés pour l’irrigation au Népal, Développement durable et territoires [En ligne], vol. 10, n° 3 | Décembre 2019, mis en ligne le 20 décembre 2019, consulté le 13 janvier 2020. http://journals.openedition.org/developpementdurable/15372

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Rivière-Honegger et Stéphane Ghiotti, « Chercheurs d'eaux au temps des changements globaux. Quelles perspectives pour les territoires ?  », Géocarrefour [En ligne], Appels à contribution, mis en ligne le 02 mars 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17001

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search