Navigation – Plan du site

AccueilNuméros95/4La contribution des associations ...

La contribution des associations de soutien aux Monnaies locales complémentaires à la territorialisation de l’alimentation. Une illustration à l’échelle du Puy-de-Dôme, France

The contribution of associations supporting complementary local currencies to the territorialization of food. A scale illustration of Puy-de-Dôme, France
Marie Houdart

Résumés

L’article porte sur le rôle des associations de soutien aux monnaies locales complémentaires dans le processus de territorialisation de l’alimentation. Il s’appuie sur le cas de l’ADML63, association en charge de la diffusion de la doume. Le fonctionnement de cette association est analysé par le prisme de l’approche territoriale : les résultats portent sur les dimensions matérielle, idéelle puis organisationnelle de l’action de l’association. La contribution à la territorialisation de l’alimentation repose peu sur la création de ressources territoriales, mais sur l’activation de ressources idéelles et matérielles, et sur la reconfiguration des réseaux locaux relatifs à l’alimentation par l’apparition de l’association sur la scène alimentaire locale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La territorialisation de l’alimentation correspond à un processus porté par une multiplicité d’acteurs, qui aboutit au renforcement des liens entre une activité, un produit, un savoir-faire agricole et alimentaire, et un territoire. Ce processus est aujourd’hui au cœur de nombreux débats et enjeux sociétaux et s’inscrit dans une forte proximité avec la notion de transition alimentaire, vue par de nombreux auteurs comme le processus qui vise à reconnecter agriculture et alimentation au cœur des territoires (Esnouf et al., 2011 ; Lamine et Chiffoleau, 2012 ; Sonnino et Faus, 2014). Pour beaucoup, cette transition se situe dans une recherche de solutions efficaces en matière de sécurité alimentaire (Candel, 2014 ; Sage, 2014), ou encore face à des enjeux de durabilité des territoires, en particulier des territoires urbains (Morgan, 2015), ou encore comme un levier de développement territorial (Loudiyi et Houdart, 2019) et, plus récemment, un levier de résilience des territoires (Faucher et al., 2020 ; Les Greniers d’Abondance, 2020). Plusieurs programmes et outils incitatifs promeuvent une alimentation territorialisée ou encore une territorialisation de la production agricole (Programme National pour l’Alimentation). Par ailleurs, la multiplication des colloques1 et réseaux mixtes2 réunissant chercheurs, enseignants et acteurs des filières et des territoires rendent compte des attentes en matière de compréhension et d’opérationnalisation de ce processus.

2Sur le terrain, les initiatives relevant de la territorialisation de l’alimentation foisonnent, portées par différents acteurs : des pouvoirs publics (à l’image des Projets Alimentaires Territoriaux), du marché (IG, AOP, démarche de qualité porté par les distributeurs mettant en avant la qualité par l’origine), de la société civile (magasins citoyens, AMAP, …). Parmi ces initiatives, la mise en place de monnaies locales complémentaires (MLC), portées par des associations de citoyens ou par des collectivités locales, est considérée par certains comme des outils de territorialisation de l’alimentation (Rouillé D'Orfeuil 2018 ; Fare, 2016), notamment parce que les monnaies locales pourraient être des vecteurs de changements de comportements de consommation et de production visant à favoriser les produits locaux et de saison. Toutefois, ce rôle accordé aux monnaies locales est principalement envisagé sous l’angle des potentialités de l’outil. Le principe commun (derrière une grande diversité de fonctionnement, de volume d’adhérents, de masse monétaire, etc.) est qu’elles ne sont utilisables qu’à l’intérieur d’un réseau de membres d’une association et ne sont donc utilisables que chez les prestataires et des commerçants offrant des produits locaux et ne dépendant pas d’enseignes nationales ou de multinationales. Une littérature, surtout en économie, fait ainsi état de la diversité des potentialités des monnaies locales pour les territoires : réduction du chômage et maintien d’échanges financiers au bénéfice des populations locales, promotion de la citoyenneté ou du bénévolat, développement de pratiques écologiques et éthiques, respectueuses de l’homme et de l’environnement (Blanc, 2006 ; Blanc et Fare, 2012 ; Blanc et Jabert, 2016 ; Seyfang et Longhurst, 2013 ; Fare, op. cit.). En ce sens, les mouvements sous-tendant les monnaies locales peuvent être vus comme des innovations sociales qui font sens du point de vue du développement territorial et du développement durable (Tichit, 2016).

3Dans tous les cas, le processus-même de territorialisation de l’alimentation n’est pas explicité et les effets du déploiement de ces monnaies sur la question de l’alimentation n’est pas démontré. C’est ce que nous proposons d’interroger dans cet article, en nous appuyant sur l’action d’une association promouvant le développement de la MLC puydomoise, la doume, apparue en 2015.

4Dans la première section de cet article, nous explicitons l’approche territoriale retenue pour analyser le mécanisme de territorialisation de l’alimentation. La seconde section est consacrée à la description succincte du cas retenu pour l’analyse ainsi qu’aux modalités de recueil de l’information. Les trois sections suivantes présentent les résultats relatifs aux activités et au fonctionnement de l’ADML63 : sont déclinées successivement les dimensions matérielle, idéelle et organisationnelle de son action. Ces résultats nous permettent de discuter, en dernier lieu, les modalités de participation de l’association à la territorialisation de l’alimentation, entre activation de ressource et reconfiguration des réseaux d’acteurs locaux.

Cadre d’analyse : une lecture territoriale de l’action

5La territorialisation correspond à un processus au cours duquel les liens d’une action, d’une pratique, d’un objet se renforcent avec les différentes dimensions du territoire, qu’elles soient matérielles ou immatérielles (Rieutort, 2009 ; Banos et al., 2020). Nous proposons donc ici d’observer l’action de l’association portant le déploiement d’une monnaie locale au travers des trois dimensions classiques de la notion de territoire, pour interroger comment, et si oui, la monnaie locale telle que mise en place par l’association qui soutient la MLC, participe à renforcer les liens entre alimentation et territoire.

6La notion de territoire appelle une approche complexe et systémique, reposant sur l’analyse systématique des trois dimensions qui le constituent. La dimension matérielle correspond à l’échelle et aux lieux, ainsi qu’à sa substance, c’est-à-dire l’ensemble des actifs économiques, des activités présentes sur le territoire et aux distances entre ces lieux, ces activités (la métrique) (Lévy et Lussault, 2003 ; Moine, 2006). L’échelle correspond à la taille de l’espace, aux étendues, aux aires concernées par l’action. C’est en d’autres termes l'extension spatiale d'un phénomène ou d'une étude (Marston, 2000), ou encore l’espace de concernement que Subra (2016) appelle le territoire de référence, parce que « c’est en référence à ces territoires qu’[l’acteur] définit sa stratégie » (p. 28). Associé à la notion d'échelle, le lieu prend trois dimensions : le contexte immédiat dans lequel les interactions sociales sont constituées ; l'aire géographique qui englobe le contexte immédiat ; des endroits fréquentés par des personnes dans le quotidien et qui procurent un sentiment de familiarité, d'appartenance, de proximité. Quant à la substance, elle correspond à l’ensemble des objets présents au sein de l’espace. Le territoire est alors considéré comme une « source de ressources » (Muchnik et al., 2008, p. 515). Ces ressources donnent une substance à l’espace. Elles correspondent aux « moyens dont dispose un individu ou un groupe pour mener à bien une action et/ou pour créer de la richesse » (Glon et Pecqueur, 2006, p. 20). Le troisième attribut correspond à la métrique, c’est-à-dire aux distances entre les objets.

7Quant à la dimension idéelle (ou identitaire selon (Laganier et al., 2002)), elle renvoie aux représentations des acteurs du territoire, ce qui fonde l’identité territoriale. De manière générale, la géographie met l’accent sur la façon dont les pratiques sociales localisées construisent la conscience et l’identité sur laquelle repose l’action (Di Méo et Buléon, 2005 ; Lussault, 2007). Les rapports d’appartenance et d’appropriation, qu’ils soient individuels ou collectifs, prendraient ainsi appui sur des valeurs culturelles et sociales, mémorielles et symboliques. La territorialité rend compte alors des rapports et des relations entretenues par un individu ou un groupe à un territoire. Elle se construit sur des lieux, via des valeurs et des significations (Gumuchian et al., 2003). À travers ces sentiments d’appartenance et ces valeurs se crée une identité collective propre au territoire.

8Enfin, la dimension organisationnelle correspond aux interactions entre acteurs, au mode de coordination pour la gouvernance du territoire. Car c’est bien dans un processus collectif, d’action sociale localisée (Panelli, 2004), que les individus participent à différents processus qui construisent leur identité, leur vie, leur société, dans ce que Massey appelle « l'espace des interrelations » (Massey, 2001).

9Ainsi, nous proposons d’analyser la contribution d’une association de promotion des monnaies locales à la territorialisation de l’alimentation en mobilisant un cadre à trois entrées : la dimension matérielle de l’action collective, sa dimension idéelle et sa dimension organisationnelle. En d’autres termes, cela revient à interroger l’action collective ou l’initiative soutenant la MLC en soulevant les questions suivantes : quel est le périmètre visé par l’action collective ? Quels sont les lieux de l’action et la distance entre ces lieux ? Quelles sont les activités et les pratiques fondant l’action sur ces différents lieux ? Quelles sont les valeurs qui fondent et portent l’action ? Quelles sont les modalités de coordination entre acteurs partie-prenante de l’action et avec les autres acteurs du territoire d’ancrage de l’action ? Et qu’est-ce qui, chaque fois, relève du fait alimentaire ?

Cas empirique et modalités d’acquisition des données

  • 3 Les données chiffrées proviennent du site de l’association : http://adml63.org/

10Le cas retenu pour notre analyse est celui de l’Association pour le Développement des Monnaies Locales (ADML), née en 2013, qui centre son action sur la monnaie locale complémentaire appelée la doume, diffusée sur le département du Puy-de-Dôme à partir de 2015. Cette monnaie locale tire son origine du sommet mondial contre le réchauffement climatique de Copenhague en 2009, au cours duquel s’est créé le collectif « Urgence climatique justice sociale », par des associations tournées vers l’écologie et l’éducation populaire. Dès 2011 émerge l’idée de lancer un projet de monnaie locale puis début 2013, un groupe informel se constitue dans le Puy-de-Dôme, rassemblant des militants associatifs de divers horizons au cours d’un forum entièrement dédié aux monnaies locales. Le groupe se donne alors pour tâche de constituer une association chargée de préparer la mise en place d’une ou plusieurs monnaies locales dans le Puy-de-Dôme et les premières réflexions se tiennent quant aux statuts de l’association. Ainsi, en mai de la même année est créée l’association ADML63 (association pour le développement de monnaies locales dans le 63) qui gère la mise en place de la monnaie locale la doume, monnaie locale complémentaire de l’euro (une doume équivaut à un euro). Dès lors, le développement de la monnaie est très rapide et, début 2020, l’association regroupe 1422 adhérents, dont 1115 utilisateurs et 307 prestataires et partenaires ; environ 165 700 doumes (c’est-à-dire l’équivalent de 165 700 euros) sont en circulation, échangées dans 54 comptoirs de change répartis sur le territoire du Puy-de-Dôme3.

11Le recueil des données relatives à l’action de l’ADML63 a reposé principalement sur la réalisation d’entretiens semi-directifs auprès de dix acteurs partie-prenante de l’association entre juin 2017 et février 2018 : 7 adhérents impliqués dans le fonctionnement de l’association et 3 prestataires ainsi que 10 acteurs extérieurs à l’association (3 producteurs, 2 acteurs associatifs, 5 acteurs institutionnels). Ces entretiens, d’une durée moyenne d’1h30, ont porté sur les enjeux portés par l’association, les controverses, le fonctionnement de l’association (évolution du nombre et type d’adhérents, de la monnaie produite et en circulation, des produits concernés, etc.), les événements marquants, les projets en lien avec l’action collective, la dynamique du réseau (qui arrive, quand) et les liens avec d’autres réseaux, les modalités d’organisation des acteurs (contrats, chartes, conventions, diffusion information…). A ces entretiens se sont ajoutés des moments d’observation, de 2016 à 2020, sur les marchés, lors des événements organisés par l’association (« anniversaire de la doume »), des Assemblées Générales de l’association ou encore des séminaires de réflexion sur sa gouvernance. Enfin, une importante partie des données factuelles est issue des réseaux sociaux (compte Facebook) ainsi que des différents supports de communication médiatiques (site de l’association, vidéos de vulgarisation diffusées sur la chaine Youtube, flyers explicatifs, articles de presse en ligne).

Dimension matérielle de l’action de l’ADML63

12Concernant la substance du territoire d’action, il apparaît que les activités des prestataires sont essentiellement centrées sur l’alimentation. Ainsi, sur les 256 prestataires recensés en mars 2018, plus de 50 % d’entre eux ont une activité professionnelle qui concerne la question alimentaire, soit par la production et/ou la transformation de denrées alimentaires (31 %), par la restauration (restaurant ou bars, 12 %) ou encore par la distribution de produits majoritairement alimentaires (épicerie, supermarché bio, etc., 8 %). La question alimentaire apparait donc centrale dans le collectif. En second lieu, une part importante des prestataires correspond à des prestataires de services à la personne (32 %). Il s’agit principalement de services liés à la santé ou au développement personnel (thérapies, bien-être), mais également de prestations de service relatives par exemple à l’abattage du bois, ou à la réparation et l’entretien de mobilier ou objets. Enfin, les autres 17 % de prestataires interviennent dans l’association au titre d’artisan ou commerçant (9 %), de prestataires culturels (librairie, par exemple, 6 %) et d’hébergement touristique (chambre d’hôte, hôtel, gîte, 2 %).

  • 4 Ne sont pas pris en compte ici les événements correspondant à des animations sur les marchés de ple (...)

13L’action de l’association se matérialise également par une série d’événements culturels, propres à faire parler de l’association elle-même, à diffuser les valeurs de l’association et à faire adhérer des individus. Ces événements peuvent être distingués en trois principales catégories4 : les réunions propres à la gouvernance de l’association, au cours desquels se décident les orientations à prendre ; les événements festifs, de type « anniversaire de la doume », qui réunissent de nombreux prestataires et adhérents autour de la présentation de produits et services, mais également d’un bal et d’une représentation théâtralisée ; enfin les événements de type « débat-enjeux », qui visent à débattre avec des adhérents et non adhérents de problématiques plus ou moins directement liées à la question de la monnaie locale complémentaire (débats sur le changement climatique, sur la finance, etc.).

  • 5 Source : entretien de l’auteure avec la présidente de l’ADML63 (7 janvier 2019)
  • 6 https://agriculture.gouv.fr/recensement-agricole-2010

14Cette action matérialisée par les activités des prestataires et l’événementiel reste cependant polarisée et encore peu généralisée à l’espace de concernement de l’association qu’est le département, si l’on se réfère aux lieux de l’action et à la distance entre ces lieux. La présidente de l’association explique le choix de l’échelle départementale : « On s’appuie sur « un bassin de vie ». Le Puy de Dôme est une réelle option. Plus le territoire est grand plus on se heurte à des difficultés en termes de confiance. […] L’option initiale d’une MLC fonctionnant sur le département du Puy-de-Dôme a été retenue »5. Il apparaît de manière générale que l’action présente une polarisation Nord-Ouest/Sud-Est, avec une forte concentration sur la ville de Clermont-Ferrand (Fig. 1). Quelques chiffres rendent également compte de la faible emprise spatiale de la dynamique portée par l’association : les producteurs-prestataires sont au nombre de 78, sur les 7377 exploitations agricoles que compte le département en 2010 (RGA 20106) et sur les 845 exploitations en circuit court du département (AGRESTE, 2016), soit environ 9 % des exploitations en circuit-court du département et seulement 1 % si on rapporte à l’ensemble des exploitations du département. Par ailleurs, l’adhésion puy-dômoise représente encore seulement 0,3 % environ de la population en âge d’adhérer à une association.

Figure 1 : Localisation des prestataires de l'ADML et principaux domaines d'action en 2018

Figure 1 : Localisation des prestataires de l'ADML et principaux domaines d'action en 2018

Source : données tirées du site http://adml63.org/​. Réalisation : UMR Territoires

Dimension idéelle de l’action de l’ADML63

15L’association porte deux principaux domaines de valeurs qui fondent les objectifs de son action : la question environnementale d’une part, la question économique et en particulier celle du développement local d’autre part.

16La question de l’environnement est globalement soulevée à une échelle qui dépasse celle du territoire d’action qui correspond au département du Puy-de-Dôme. Dans le processus d’action collective, elle intervient très en amont de la mise en circulation de la doume du fait des conditions d’émergence de l’association (sommet mondiale contre le réchauffement climatique de Copenhague en 2009). Dix ans plus tard, la question du climat et de son dérèglement reste centrale dans les réflexions et actions des adhérents de l’actuelle association ADML63. La présence de l’association à différents événements centrés sur la question de la transition énergétique dénote une volonté d’être visible sur cet enjeu (événements Alternatiba, Le cri de la génération climat, etc.).

  • 7 Source : https://doume.org/charte.php
  • 8 Source : entretien de l’auteure avec la trésorière de l’ADML63 (16 septembre 2016)

17A l’heure actuelle, l’enjeu de protection de l’environnement reste central et est inscrit dans une charte, même si ces valeurs ne sont pas associées à des pratiques spécifiques et clairement définies. Ainsi, concernant les prestataires agriculteurs, la charte stipule la nécessité de mettre en place des « pratiques [agricoles] respectueuses de la nature et de notre environnement », précisant que le Bio doit être « privilégié »7. Par ailleurs, une partie du fond de réserves, c’est-à-dire la masse monétaire en euros que les adhérents ont échangés contre des doumes, est utilisée pour soutenir des projets à connotation écologique, comme une Coopérative énergétique citoyenne nommée Combrailles Durables. Pour certains des partie-prenante, l’objectif de développement durable, notamment via le soutien à des projets de développement durable à forte composante environnementale, est d’ailleurs une originalité de l’ADML : « Ben ça c’est pas vraiment un objectif des monnaies locales, je crois que nous on est les premiers qui le font »8.

  • 9 Source : https://doume.org/charte.php
  • 10 Ibid.
  • 11 Source : entretien de l’auteure avec une adhérente de l’ADML63 (26 juillet 2016)
  • 12 Source : entretien de l’auteure avec une adhérente-prestataire de l’ADML63 » (22 juillet 2016)
  • 13 Source : entretien de l’auteure avec une adhérente-prestataire de l’ADML63 (26 juillet 2016)

18L’enjeu économique fait également consensus et est aisément saisi par les partie-prenante, l’outil MLC ayant été directement conçu en ce sens. Cependant, l’enjeu économique ne revêt pas le même sens pour tous les acteurs enquêtés et l’on peut distinguer plusieurs valeur/notions annexes qui donnent du sens, qui circonscrivent les contours de cette notion au sein de l’association : la territorialisation de l’économie d’une part, la lutte contre le capitalisme d’autre part. Pour certains, l’enjeu économique renvoie à la territorialisation de l’économie, au développement local. L’objectif est de relocaliser l’économie et de redonner une valeur au travail. Il s’agit de préserver l’emploi local, de soutenir l’emploi sur le territoire du Puy-de-Dôme. L’enjeu est circonscrit à l’échelle départementale et directement associé, dans la charte, à la question de la qualité (sans que cette notion soit elle-même précisée). Il s’agit de « favoriser l’activité et les emplois locaux en privilégiant les productions, les services et les commerces de proximité, dans une démarche de qualité »9. La trésorière de l’association précise : « Et je voyais une monnaie locale comme un véhicule pour re-délocalier, ou relocaliser des activités économiques. […] je dis toujours, quand on me paie en doume, on me force d’utiliser aussi localement. Donc tu vas plus loin. C’est pas seulement toi, mais aussi celui qui accepte les doumes »10. Il ne s’agit pas pour autant de vivre en autarcie, la question de l’ouverture aux autres territoires reste fondamentale, qu’il s’agisse des valeurs, et des flux de matière. La trésorière de l’association poursuit : « […] on n’est pas étanche et on ne veut pas être en autarcie […]. Monnaie locale c’est complémentaire, on n’est pas contre l’euro, on est complémentaire à l’euro et c’est pas un repli sur soi […] ». Une adhérente ADML63 précise : « […] ce qu’on accepte ou pas pour les prestataires de la doume, il faut être cohérent mais pas ferme. Et faut faire attention à ne pas développer une niche commerciale »11. Malgré cette volonté d’ouverture, certains soulignent que la dynamique est principalement portée par un groupe particulier de personnes. L’autarcie ne réfèrerait pas alors à des frontières économiques mais à l’existence d’un groupe social préalablement constitué qu’il serait difficile d’étendre et d’élargir : « […] ça concerne typiquement les ‘bobos’. On est encore dans l’entre-nous pour le moment, faudrait en sortir »12. Une autre adhérente indique que : « Le réseau constitué des doumeurs existait déjà avant que la doume ne se mette en place, il y avait déjà des gens qui consommaient préférentiellement en local. Je regrette que ça ne sorte pas plus du réseau des bio-écolo. Pour moi, c’est juste un label de plus »13.

19Pour d’autres acteurs, l’enjeu économique dépasse la question de la relocalisation, dans une réflexion plus globale : il s’agit de lutter contre la fraude fiscale, d’agir en opposition à des acteurs qui nuiraient au projet politique aux échelles nationales et européenne auquel adhèrent les personnes interviewées. On retrouve alors les composantes d’un discours anti-capitaliste et une mise en question plus générale de la société occidentale. Le mouvement rassemble alors des militants pragmatiques (Chometon, 2011), inscrits dans une volonté d’action, dans une vision politique qui met le collectif au-dessus de l’intérêt individuel. La question du revenu universel est d’ailleurs parfois largement associée à cette mise en mouvement. Si certains prônent la désobéissance civique, ils se retrouvent autour d’un militantisme non-violent.

  • 14 Source : entretien de l’auteure avec une adhérente-prestataire de l’ADML63 (26 juillet 2016)
  • 15 Source : entretien de l’auteure avec le maire d’une commune (4 septembre 2017)
  • 16 Source : entretien de l’auteure un adhérent (11 avril 2016)

20Pour répondre à ces enjeux environnementaux et économiques, deux principaux registres de valeurs sont mobilisés par les acteurs partie-prenante : des valeurs issues de l’université populaire et de la démocratie participative ; des valeurs suggérant l’importance du maintien de l’agriculture sur le territoire, dans des conditions spécifiques. Dans la droite ligne des principes de l’université populaire dont l'objectif est la transmission de savoirs théoriques ou pratiques pour tous, l’une des valeurs fondamentales de l’association est la pédagogie. Il n’est pas surprenant dès lors de constater que la moitié des partenaires de l’ADML œuvre dans le secteur socio-culturel, dans une fonction consistant à élever les connaissances de chacun. De même, une part non négligeable des prestations de la doume correspond à des services culturels (6 % des prestataires). Pour beaucoup d’adhérents, la dimension pédagogique, le transfert des connaissances et des valeurs reste prépondérant dans l’action de l’association. Une adhérente explique ainsi que : « La plus grosse vertu de cette monnaie locale, c’est la pédagogie »14. Certains voient précisément dans cette vertu pédagogique la capacité de l’association à faire changer le système en place : non par des effets sur l’économie locale mais sur les valeurs et les idéaux de la société. Le maire d’une commune explique : « L’intérêt, c’est que c’est un outil qui fédère des personnes […]. Pour le moment donc ça reste symbolique et ça reste fédérateur pour les militants qui sont dedans, c’est un outil qui leur permet aussi de parler de travail local, d’acheter dans, de faire des chaînes... »15. Le partage, la discussion, l’échange sont alors fondamentaux jusque dans le fonctionnement de l’association, dans les modalités décisionnelles où aucune décision ne se prend si une personne y est opposée. Certains qualifient ce mode de fonctionnement de sociocratie : « […] faire de la sociocratie, c’est l’idée que tout soit dit, de ne pas se contenter de consensus, que tout le monde ait la parole, que chaque voix soit entendue […] »16.

21En parallèle, la question de l’alimentation dans sa composante productive est majeure dans l’action de l’association. Si certains abordent la notion de l’alimentation au prisme de la santé des êtres humains, il semble qu’il faille plus généralement la relier à la question de la production, qui fait sens pour répondre aux deux principaux enjeux, écologique et d’économie locale. C’est un modèle agricole qui est soutenu et qui prend corps à trois échelles. La première est celle de l’exploitation agricole : sont soutenues les petites ou moyennes structures d’exploitation, dans un souci de préservation du tissu agricole sur le territoire. Pour cette raison, l’un des deux projets soutenus et financés par le fond de réserves correspond à l’achat de parts dans l’association Terre de Liens, qui achète des terres agricoles pour maintenir un stock et louer à des exploitants qui s’engagent dans la production biologique. L’échelle de la parcelle est alors intégrée. Elle ressort par ailleurs dans le cadre de la charte qui stipule la priorité donnée aux prestataires-producteurs mettant en place des pratiques « respectueuses de l’environnement » et « autant que possible bio ». C’est enfin un système agro-alimentaire alternatif dans son ensemble que soutient l’association, puisqu’il s’agit de promouvoir des échanges de denrées alimentaires à l’échelle du département, dans un système de commercialisation qui exclut la grande distribution.

Dimension organisationnelle de l’action de l’ADML63

22Concernant l’espace des interrelations, trois résultats majeurs apparaissent pour caractériser l’action citoyenne : le premier est celui d’un fonctionnement interne visant à éviter le déséquilibre des pouvoirs au sein de l’association, le second celui de l’insertion de l’action dans un vaste réseau d’acteurs, le troisième celui d’un lien complexe vis-à-vis des institutions et des pouvoirs publics.

  • 17 L’existence des monnaies locales complémentaires est reconnue par un texte de loi depuis 2014. L’ar (...)

23L’association se caractérise par l’adhésion de plus de 1300 personnes et la présence de 275 prestataires. L’organisation de l’association présente les caractéristiques classiques des associations loi 1901 avec des statuts classiques pour la gestion du collectif : une trésorière, une présidente, etc. Depuis 2018, une salariée participe à l’animation du collectif. Les adhérents « adhèrent » en apportant une contribution financière et, dans le cas des prestataires, en signant une charte, le tout dans un cadre régit par la loi française concernant les spécificités des MLC17. Dans ce cadre, chaque comptoir de change (souvent un prestataire) dispose d’une somme en doumes qu’il peut échanger aux adhérents contre des euros. Certaines fonctions sont donc centralisées au niveau d’un « collectif d’animation » constitué d’une douzaine de personnes pour la communication externe, la création et le suivi des outils (vie du site internet, mise en application de la webapp qui permet le paiement par smartphone, etc.), la gestion quotidienne de la « banque doume » (les conversions euro/doume, doume/euro, la gestion des comptoirs, la trésorerie, etc.). Pour autant, la gouvernance de cette association repose sur une volonté forte d’éviter la prise de pouvoir et d’impliquer de plus nombreux adhérents que les 12 personnes relevant du collectif d’animation. Ainsi plusieurs groupes de travail sectoriels ont-ils été constitués, de façon à prendre en charge certaines missions clairement définies en vue d’objectifs partagés par les adhérents : renforcer les Groupes Locaux ; favoriser les liens entre producteurs et développer la circulation de la doume entre eux ; rendre l’accès aux doume plus facile (e-doume) ; ou encore renforcer les liens avec les autres Monnaies locales. Par ailleurs, ce qui fonde l’originalité de l’association du point de vue de sa gouvernance, c’est également l’implication forte d’environ 70 bénévoles, en particulier dans le cadre de Groupes Locaux qui assurent, sur différentes communes du département, la recherche de prestataires, l’organisation de réunions publiques, de présence sur les marchés, le lien avec la presse locale, la désignation en son sein du « gestionnaire local » qui assurera la circulation des doumes et des euros en amont et en aval, ainsi que des personnes qui assureront les autres fonctions sur le site : contact, rédacteur. En interne le groupe local est autonome pour sa propre organisation. Ainsi, si le fonctionnement interne présente les ressorts et composantes classiques des associations françaises, il s’en différencie par une distribution géographique et sectorielle des compétences et actions.

24Par ailleurs, l’association s’inscrit dans un réseau riche de partenaires locaux ou nationaux (Fig. 2). Les partenaires locaux sont au nombre de 27, concernés par différents enjeux qui rejoignent ceux portés par l’ADML63 : écologie, économie, enjeux social et culturel. Ce partenariat prend parfois la forme d’un soutien financier : certains des partenaires sont soutenus financièrement par l’ADML63 via l’achat de parts sociales ou de prêt sans intérêt (Association Terre de Liens, Coopératives Combrailles Durables, Ressourcerie du Pays d'Issoire, Epicerie locale et vrac La Petite Réserve, Malterie des Volcans, Magasin citoyen la Coop des Dômes) ; à l’inverse, d’autres partenaires font des dons à l’ADML63. La seconde forme de partenariat consiste en une mutualisation des évènements. Une confiance mutuelle s’établit, chacun appuyant le projet de l’autre et rendant visible l’existence et les actions de l’autre au cours de ses propres événements ou via ses propres médias (facebook, twitter, site). Il y a alors un renforcement de la visibilité de l’action, essentiellement avec les associations aux antennes situées sur le même département. Enfin, d’autres partenariats font intervenir des acteurs localisés en dehors du périmètre d’action de l’ADML et concernent d’autres formes de relation : échanges d’information, ou flux monétaire. C’est le cas de la banque Crédit Coopératif (après la Nef jusqu’en 2018) qui accueille le fond de réserves. C’est également le cas du réseau national des monnaies locales et le mouvement SOL, avec lesquels l’ADML a pu avoir des échanges d’information, des retours d’expériences, ainsi que d’autres monnaies locales complémentaires en cours de construction dans le département de l’Allier ou dans d’autres pays d’Europe (Portugal notamment).

Figure 2 : La trajectoire de l'ADML et les liens aux partenaires

Figure 2 : La trajectoire de l'ADML et les liens aux partenaires

Réalisation : auteure

25Le troisième constat concernant la dimension organisationnelle de l’action de l’ADML est celui d’un lien complexe vis-à-vis de l’institution publique. Contrairement à d’autres MLC, dont l’existence repose sur un appui financier des pouvoirs publics, l’ADML affiche très tôt la volonté d’être autonome. Même le crowfunding, classiquement mobilisé pour le lancement des MLC, ne l’a pas été. Ce n’est que récemment que des opérations de demande de dons auprès de la société civile ont été réalisées, par exemple pour l’indemnisation d’un adhérent qui avait réalisé un travail de réécriture du logiciel de comptabilité de la doume pour le mettre en open-source, ou encore pour le financement de la salariée participant à l’animation de l’association.

26Très vite cependant, l’association fait appel aux pouvoirs publics. Outre des demandes d’appui logistique faites à différentes commune (prêt de salle par exemple), un groupe de travail est constitué pour obtenir un soutien financier des collectivités locales, en particulier de la Région. Un travail de fond est également réalisé pour que les collectivités acceptent de rémunérer en partie leurs employés en doumes, voire d’accepter la doume pour l’utilisation de différents services (piscine municipale par exemple). A une autre échelle, des fonds ministériels sont acquis pour renforcer l’action de l’association : sur la demande de l’ADML, une aide de la Direction Départementale de Cohésion Sociale est octroyée en 2018 et permet de financer un bonus social qui sert à rendre la consommation responsable accessible à tous (notamment la consommation alimentaire via une coopérative alimentaire citoyenne, une épicerie solidaire et un restaurant solidaire). C’est également sous l’impulsion de l’ADML que différentes associations de soutien aux monnaies locales françaises ont co-rédigé une lettre adressée au président de la république française pour demander à faire reconnaitre les monnaies locales comme d’intérêt général (ce qui permet d’exonérer d’impôt les adhérents sur leur cotisation). A différentes échelles et dans différents objectifs, les pouvoirs publics sont donc sollicités.

Discussion

27Pour certains auteurs, la territorialisation passe spécifiquement par la valorisation des ressources du territoire, c'est-à-dire leur activation. C’est le cas des démarches de relocalisation des systèmes alimentaires, dans le renforcement du lien entre un produit, le consommateur et le lieu de production (Muchnik et al., 2008). En centrant la réflexion sur les ressources, de nombreux auteurs montrent comment la territorialisation de l’alimentation relève d’un double processus de mobilisation et de création de ressources, qu’elles soient matérielles ou immatérielles, marchandes ou non (ressources économiques, sociales, politiques, culturelles, environnementales, paysagères…) (Frayssignes, 2005 ; Bowen, 2010). Plusieurs travaux vont dans ce sens, soulignant comment des objets, des lieux ou des pratiques font sens du point de vue du territoire et comment leur valorisation et/ou leur construction dépendent des ressources territoriales matérielles mais aussi des ressources d’ordre symboliques (fêtes, éléments de valorisation du patrimoine local) (Chabrat et al., 2014).

28Dans le cas de l’ADML63, l’action s’appuie principalement sur l’activation de ressources agricoles spécifiques au territoire : des exploitations déjà inscrites en circuits courts, dispersées sur le territoire du Puy-de-Dôme, dans des systèmes de productions « respectueux de l’environnement ». Il n’y a pas là création de ressource : les producteurs prestataires ne modifient par leurs pratiques, l’action ne concourt pas directement à l’émergence de nouvelles exploitations, à l’installation de nouveaux exploitants sur le territoire ; elle ne participe pas non plus pour le moment à structurer des filières locales, ce dernier point étant d’ailleurs à l’ordre du jour de l’association en 2020.

29Cependant, l’association participe à la création de nouvelles ressources économiques liées à l’alimentation sur le territoire, via l’implication de ses membres dans d’autres mouvements ou associations, ou via une contribution financière. Elle participe en ce sens indirectement à la création de nouvelles ressources matérielles : installation d’agriculteurs en Bio via l’achat de parts dans l’association Terre de Liens ; participation au développement des circuits courts et à l’émergence de nouveaux acteurs économiques (deux magasins citoyens, une épicerie vrac, une malterie).

30De plus, de par son agenda événementiel, l’association contribue à la promotion d’un modèle de production et de consommation sur le territoire de concernement, et son intégration dans des réseaux associatifs ancrés sur le territoire du département participe à la diffusion des idées et des valeurs, ce qui constitue l’une des trois principales modalités de participation des MLC aux transitions selon Seyfang et Haxeltine (2012). Cependant, le réseau de partenaires constitué autour de l’ADML63 s’inscrit dans un même courant militant alternatif et l’on peut interroger la diffusion des idées en dehors du cadre d’un mouvement de convaincus.

31Les actions collectives qui s’inscrivent dans le cadre de la territorialisation des systèmes alimentaires sont parfois abordées sous l’angle des reconfigurations des réseaux de développement local (ou système de gouvernance territoriale pour Angeon et al. (2007)) et le renforcement de la capacité d’action (Watts et al., 2005).

32Du point de vue du renforcement des liens entre producteurs et consommateurs, les résultats apparaissent nuancés. Ainsi, on ne saurait affirmer ici le renforcement de la capacité d’action des producteurs, ce qu’observent Chiffoleau et Prevost (2012) dans le cadre de la mise en place des circuits courts, dans la mesure où l’adhésion à l’association pour ces producteurs ne modifie ni leurs pratiques ni leurs systèmes de production et de commercialisation. Pour cette même raison, on ne peut conclure à l’établissement de nouvelles formes de solidarité entre agriculteurs d’une part, et entre agriculteurs et consommateurs d’autre part (Girard et Rebaï, 2020). Ceci apparaît d’autant moins visible que les adhérents-consommateurs demeurent peu nombreux, malgré le développement des adhésions et l'augmentation des doumes dépensées depuis la création de l’association en 2013. Cela renvoie d’ailleurs à l’impératif d’un changement d’échelle, le faible volume des adhésions constituant l’une des limites constatées pour l’ensemble des monnaies locales françaises (Blanc et al., 2020).

33Cependant, la gouvernance générale de l’association, reposant sur le partage et l’échange à différentes échelles (principes de sociocratie sous-tendant la prise de décision au sein de l’association, distribution des responsabilités par la création de groupes locaux et de groupes thématiques ; mise en réseau avec d’autres acteurs que les acteurs partie-prenant et avec d’autres associations à différentes échelles) offre la possibilité à chacun de s’exprimer, de faire entendre sa voix et peut être lue comme le renforcement de la capacité d’action individuelle. A cela s’ajoute le renforcement de la capacité d’action collective, au sens d’une action saisie par le collectif dans son ensemble, dans les interactions notamment avec les pouvoirs publics et dans la reconnaissance, par les pouvoirs publics locaux, les acteurs du marché et la société civile de cet organe de décision et d’action que constitue l’association ADML63 (financement d’autres associations, co-animations). L’association devient alors un acteur à même de fédérer les trois types d’acteurs du système alimentaire territorial selon la formalisation de Wiskerke (2009). La question se pose aujourd’hui de la mise en visibilité de ce positionnement stratégique au sein d’un écosystème d’acteurs concernés par la question alimentaire, et de la clarification d’un plaidoyer allant dans ce sens.

34Ainsi, en travaillant conjointement sur le changement d’échelle de ses actions et sur son insertion dans l’écosystème d’acteurs de l’alimentation, l’ADML63 est susceptible de s’inscrire, à terme, dans le courant des « civic Food Networks », concept alternatif et complémentaire des « short food supply chains » ou encore de la notion de « localized food system » (Renting et al., 2012). Ces CFNs correspondent en effet à de nouvelles formes de relations producteurs-consommateurs qui s’engagent dans des formes inédites de citoyenneté, incluant de nouvelles formes de coopération entre différents acteurs locaux et construisant des liens avec d’autres mouvements sociaux et des innovations relatives à différentes sphères économiques et sociétales (décroissance, éco-féminisme, développement local, etc.).

Conclusion

35Dans cet article, nous nous sommes attachés à l’analyse des activités et du fonctionnement d’une association de soutien à la monnaie locale complémentaire du Puy-de-Dôme, l’ADML63, illustrant ainsi les modalités d’action citoyenne en matière de territorialisation de l’alimentation. L’application du cadre d’analyse basé sur la notion de territoire et ses trois dimensions (matérielle, idéelle, organisationnelle) permet de révéler les mécanismes selon lesquels l’ADML63 participe à ce processus de territorialisation.

36Sur certains aspects, l’action de l’association fait figure d’épiphénomène en termes de contribution à la transition alimentaire : si l’action de l’association s’appuie bien sur des ressources territoriales matérielles et idéelles relatives à une alimentation locale, sa contribution à la création de ressources territoriales liées au fait alimentaire s’effectue de manière indirecte et ne concerne que l’apparition de nouveaux acteurs économiques (magasins alimentaires notamment). De plus, son action ne semble pas participer au renforcement des liens entre producteurs et consommateurs. Cependant, le mode de gouvernance, l’inscription de l’association dans un réseau de partenaires associatifs locaux et les liens qui se tissent avec les collectivités territoriales, contribuent au renforcement de la capacité d’action des acteurs partie-prenante de l’association. Ils participent en outre à inscrire cet acteur collectif sur la scène alimentaire locale, faisant de l’association un acteur intermédiaire entre acteurs publics, acteurs du marché et acteurs de la société civile, susceptible de répondre conjointement à différents enjeux (environnemental, économique, social, alimentaire). C’est ainsi un nouvel acteur sur la scène de l’alimentation locale et, indirectement, une reconfiguration des réseaux locaux relatifs à l’alimentation.

37L’analyse gagnerait à être approfondie sur plusieurs points en particulier concernant les liens entre producteurs et consommateurs inscrits dans l’association, au terme de 5 années d’expérimentation. Cependant, il nous semble qu’une approche territoriale de l’action des associations soutenant le développement des monnaies locales complémentaires offre des perspectives pour évaluer le rôle de cet outil monétaire au développement territorial et à la transition alimentaire.

Haut de page

Bibliographie

AGRESTE, 2019, Mémento de la statistique agricole, n° 8.

ANGEON V., MOQUAY P., LARDON S., LOUDIYI S., POSS Y., PIVOT J.-M., CARON A., 2007, Le développement territorial : principes et méthodes, in S. LARDON, P. MOQUAY et Y. POSS, Développement territorial et diagnostic prospectif : réflexions autour du Viaduc de Millau, La Tour d'Aigues, Editions de l'Aube, p. 27-59.

BANOS V., GASSIAT A., GIRARD S., HAUTDIDIER B., HOUDART M., LE FLOCH S., VERNIER F., 2020, L'écologisation, mise à l'épreuve ou nouveau registre de légitimation de l'ordre territorial ? Une lecture à partir des particularités du débat conceptuel en France, Développement Durable et Territoires, 11(1), 23 p.

BLANC J., 2006, À quoi servent les monnaies sociales ? Exclusion et liens financiers : Monnaies sociales, Rapport 2005-2006, Paris, Economica.

BLANC J., FARE M., 2012, Les monnaies sociales en tant que dispositifs innovants : une évalutation, Innovations, 2, 38, p. 67-84.

BLANC J., FABERT B., 2016, Financer la transition écologique des territoires par les monnaies locales, Note Institut Veblen pour les réformes économiques, www.veblen-institute.org.

BLANC J., FARE M., LAFUENTE-SAMPIETRO O., 2020, Les monnaies locales en France : un bilan de l’enquête nationale 2019-20, Rapport de recherche, Sciences Po Lyon, halshs-02535862.

BOWEN S., 2010, Embedding Local Places in Global Spaces : Geographical Indications as a Territorial Development Strategy, Rural Sociology, 75(2), p. 209-243.

CANDEL J. J. L., 2014, Food Security Governance : A Systematic Literature Review, Food Security, 6, p. 585-601.

CHABRAT S., BARITAUX V., HOUDART M., 2014. De la viande, du foin et un pastoralisme sédentaire. Le cas de l’AOP Fin Gras du Mézenc, Revue de Géographie Alpine-Journal of Alpine Research, 102(2), 12 p.

CHIFFOLEAU Y., PREVOST B., 2012, Les circuits courts, des innovations sociales pour une alimentation durable dans les territoires, Norois, 224.

DI MÉO G., BULÉON P., 2005, L’espace social. Lecture géographique des sociétés, Paris, A. Colin, 304 p.

ESNOUF C., RUSSEL M., BRICAS N., 2011, Pour une alimentation durable. Réflexion stratégique duALIne, Paris, Quae, 288 p.

FARE M., 2016, Repenser la Monnaie : Transformer les Territoires, Faire Société, Paris, Editions Charles Léopold Meyer, 107 p.

FAUCHER A., LANÇON L., JUDENNE P., GUZMAN I., 2020, Le territoire pour assurer la résilience alimentaire : les leçons à retenir de la crise sanitaire de la COVID19, Let’s food, Juillet 2020, 12 p. https://letsfoodcities.com/wp-content/uploads/2020/07/FR_-Article-LF-COVID.pdf

FRAYSSIGNES J., 2005, Les AOC dans le développement territorial, une analyse en termes d'ancrage appliquée aux cas français des filières fromagères, Thèse de doctorat Toulouse Institut National Polytechnique de Toulouse, 469 p.

GIRARD M., REBAÏ N., 2020, Circuits courts de commercialisation et transition territoriale dans les Andes. Une réflexion depuis le Pérou et l’Équateur, Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire document 930 http://journals.openedition.org/cybergeo/33986

GLON E., PECQUEUR B., 2006, Développement et territoires : une question d’environnement et de ressources territoriales ? Territoires en mouvement. Revue de géographie et d'aménagement, (1), p. 13-22.

GUMUCHIAN H., GRASSET E., LAJARGE R., ROUX E., 2003, Les acteurs, ces oubliés du territoire, Paris, Anthropos, 186 p.

LAGANIER R., VILLALBA B., ZUINDEAU B., 2002. Le développement durable face au territoire : éléments pour une recherche pluridisciplinaire, Développement Durable et Territoires, Dossier 1 https://journals.openedition.org/developpementdurable/774.

LAMINE C., CHIFFOLEAU Y., 2012, Reconnecter agriculture et alimentation dans les territoires : dynamiques et défis, Pour, 3 (215-216), p. 85-92 https://www.cairn.info/revue-pour-2012-3-page-85.htm

Les Greniers d’Abondance, 2020, Vers la résilience alimentaire. Faire face aux menaces globales à l'échelle des territoires, 2e éd., 184 p.

LÉVY J., LUSSAULT M., 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 1128 p.

LOUDIYI S., HOUDART M., 2019, L’alimentation comme levier de développement territorial ? Réflexions tirées de l’analyse processuelle de deux démarches territoriales, Economie rurale, 1(367), p. 29-44.

LUSSAULT M., 2007, L’homme spatial : La construction sociale de l’espace humain, Paris, Le Seuil, 366 p.

MARSTON S.A., 2000. The social construction of scale, Progress in Human Geography, 24(2), p. 219-242.

MASSEY D., 2001, Taking of space-time, Trans Inst Br Geogr, 26, p. 257–261.

MOINE A., 2006, Le territoire comme un système complexe : un concept opératoire pour l'aménagement et la géographie, L'Espace géographique, 35(2), p. 115-132.

MORGAN K., 2015, Nourishing the City : The rise of the urban food question in the Global North, Urban Studies, 52(8), p. 1379-1394.

MUCHNIK J., SANZ CANADA J., TORRES SALCIDO G., 2008, Systèmes agroalimentaires localisés : état des recherches et perspectives, Cahiers Agriculture, 17(6), p. 513-519

PANELLI R., 2004, Social Geographies. From Difference to Action, London, Thousand Oaks, New Delhi, S. Publications.

RENTING H., SCHERMER M., ROSSI A., 2012, Building food democracy : exploring civic food networks and newly emerging forms of food citizenship, Int. Jrnl. of Soc. of Agr.&Food, 19(3), p. 289-307.

RIEUTORT L., 2009, Dynamiques rurales françaises et re-territorialisation de l'agriculture, L'Information géographique, 73(1), p. 30-48.

ROUILLÉ D'ORFEUIL H., 2018, Transition agricole et alimentaire. La revanche des territoires, Paris, C. L. Mayer, 251 p.

SAGE C., 2014, Tre transition movement and food sovereignty : from local resilience to global engagement in food system transformation, Journal of Consumer Culture, 14(2), p. 254-275.

SEYFANG G., HAXELTINE A., 2012, Growing grassroots innovations : exploring the role of community-based initiatives in sustainable energy transitions, Environment and Planning C, 30(3), p. 381-400.

SEYFANG G., LONGHURST N., 2013, Desperately seeking niches : grassroots innovations and niche development in the community currency field, Global Environmental Change, 23, p. 881-891.

SONNINO R., FAUS A., 2014. Sustainable Food Security : An Emerging Research and Policy Agenda, International Journal of Sociology of Agriculture and Food, 21(1), p. 173-188.

SUBRA P., 2016, Géopolitique locale. Territoirs, acteurs, conflits, Malakoff, A. Colin, 335 p.

TICHIT A., 2016, Au bord du précipice, opterons-nous pour les monnaies complémentaires locales ? https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01255802/.

WATTS D. C. H., ILBERY B., MAYE D., 2005, Making reconnections in agro-food geography : alternative systems of food provision, Progress in Human Geography, 29(1), p. 22-40.

W ISKERKE J. S. C., 2009, On places lost and places regained : Reflections on the alternative food geography and sustainable regional development, International Planning Studies, 14(4), p. 369-387. http://www.scopus.com/inward/record.url?eid=2-s2.0-77952660623&partnerID=40&md5=51d91d5ed8c18a53f3e252d93250c3cd

Haut de page

Notes

1 Récemment : le colloque « Reterritorialisation de l'alimentation : quelle contribution à la durabilité des systèmes alimentaires ? », organisé par l'INRAE, le 28 novembre 2019 à la Caisse des dépôts et consignations à Paris

2 Réseau Mixte Technologique (RMT), https://www.rmt-alimentation-locale.org / RMT Champs et Territoire labellisé début 2020.

3 Les données chiffrées proviennent du site de l’association : http://adml63.org/

4 Ne sont pas pris en compte ici les événements correspondant à des animations sur les marchés de plein vent.

5 Source : entretien de l’auteure avec la présidente de l’ADML63 (7 janvier 2019)

6 https://agriculture.gouv.fr/recensement-agricole-2010

7 Source : https://doume.org/charte.php

8 Source : entretien de l’auteure avec la trésorière de l’ADML63 (16 septembre 2016)

9 Source : https://doume.org/charte.php

10 Ibid.

11 Source : entretien de l’auteure avec une adhérente de l’ADML63 (26 juillet 2016)

12 Source : entretien de l’auteure avec une adhérente-prestataire de l’ADML63 » (22 juillet 2016)

13 Source : entretien de l’auteure avec une adhérente-prestataire de l’ADML63 (26 juillet 2016)

14 Source : entretien de l’auteure avec une adhérente-prestataire de l’ADML63 (26 juillet 2016)

15 Source : entretien de l’auteure avec le maire d’une commune (4 septembre 2017)

16 Source : entretien de l’auteure un adhérent (11 avril 2016)

17 L’existence des monnaies locales complémentaires est reconnue par un texte de loi depuis 2014. L’article 16 du chapitre 5 de la loi sur l’ESS du 31 juillet 2014 rajoute deux articles au chapitre Ier du titre Ier du livre III du code monétaire et financier.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation des prestataires de l'ADML et principaux domaines d'action en 2018
Crédits Source : données tirées du site http://adml63.org/​. Réalisation : UMR Territoires
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17103/img-1.png
Fichier image/png, 392k
Titre Figure 2 : La trajectoire de l'ADML et les liens aux partenaires
Crédits Réalisation : auteure
URL http://journals.openedition.org/geocarrefour/docannexe/image/17103/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Houdart, « La contribution des associations de soutien aux Monnaies locales complémentaires à la territorialisation de l’alimentation. Une illustration à l’échelle du Puy-de-Dôme, France  », Géocarrefour [En ligne], 95/4 | 2021, mis en ligne le 26 mars 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17103 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.17103

Haut de page

Auteur

Marie Houdart

INRAE – UMR Territoires, 9 avenue Blaise Pascal, CS 20085, 63178 Aubière, France +33 (0) 4 73 44 06 65 / marie.houdart@inrae.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search