Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsGauthier Aubert, Georges Provost,...

Gauthier Aubert, Georges Provost, Rennes, 1720, l'incendie

André Buisson
Référence(s) :

AUBERT G. et PROVOST G. (dir.), 2020, Rennes, 1720, l'incendie, Rennes, PUR, Hors collection (histoire), 328 p.

Texte intégral

1"(L'incendie de 1720 est) l'un des évènements fondateurs du Rennes d'aujourd'hui" (p. 15), le "point de départ d'un nouvel urbanisme" (p. 18). Grâce à l'incendie, la ville "devient pleinement capitale (de Bretagne)" (p. 20). En ouvrant le livre par ces termes, les auteurs montrent que, dans l'exemple étudié, l'incendie est "purificateur", il est l'occasion de tourner la page de la ville médiévale.

2A l'occasion du bicentenaire du drame, un collectif de douze auteurs (David Garrioch, Olivier Chaline, Guillaume Kazerouni, Matthieu Le Boulch, Philippe Jarnoux, Jean-Jacques Rioult, Louis Chauris, Bruno Isbled, Sophie Chmura, Claire Gatti) sous la direction de Gauthier Aubert et Georges Provost s'est penché sur un évènement majeur de l'histoire de la ville de Rennes, l'incendie de 1720, tant il apparaît, dans le paradoxe de la destruction, comme fondateur de la ville moderne.

3L'ouvrage est divisé en cinq sections : "Au feu", "Horizons", "Autour du brasier", "Reconstruire" et "Une ville nouvelle".

4L'évènement ("Au feu"), c'est donc l'incendie qui se déclare dans la nuit du 22 au 23 décembre 1720, rue Tristin, au cœur de la ville haute… Cinq jours plus tard, le 27 décembre, le constat est terrible : 40 % de la ville sont détruits (carte p. 27), plus de 8 000 sans-abri sont à reloger. Et surtout, ces cinq jours et cinq nuits infernaux vécus par les Rennais ont mis en évidence les carences de l'organisation municipale : pas de pompiers, pas de seaux, pas de main-d'œuvre organisée pour combattre le sinistre. C’est un constat d'échec face à une ville "médiévale" vulnérable par sa composition de maisons de trois à cinq étages construites en bois ou en pans de bois, aux étages en avancée sur la rue. La seule solution alors pour éviter la propagation de l'incendie était, comme dans l'Antiquité, de les découvrir et de les détruire pour créer des pare-feu.

5Malheureusement, et comme c'est le cas bien souvent, peu de témoignages immédiatement contemporains permettent de relater l'incendie, à part celui de l'intendant Feydeau de Brou et ceux de quelques sinistrés qui transportent leurs biens dans les églises pour les protéger (p. 36-51).

6Plus généralement ("Horizons"), 1720 est perçue comme "Annus Horibilis" : banqueroute de Law, explosion de la bulle spéculative de la South Sea Company de l'autre côté de la Manche, retour de la peste à Marseille avec le Grand Saint Antoine, vaisseau retour du Levant… l'incendie est-il, comme d'autres évènements antérieurs, un flagellum Dei ?

7Les auteurs comparent l'incendie de Rennes à ses "contemporains". Bien sûr, aucune comparaison possible dans son ampleur avec le grand incendie de Londres de 1666 et ses 13 000 maisons détruites, en revanche ceux de Hambourg en 1684, Stockholm en 1686, Aix-la-Chapelle en 1656, Copenhague en 1728, ont eu une œuvre de destruction comparable. Or, ce faible nombre d'incendies est surprenant, car "dans la ville pré-industrielle, le feu est partout" (éclairage, chauffage, cuisson des aliments… mais aussi toutes les branches de l'artisanat) (p. 72). Pourtant, et c'est l'occasion de s'en réjouir, très peu de morts sont dénombrés : "une poignée à Rennes" (p. 81), entre 7 et 10 à Londres ! Outre l'imprudence ou le geste accidentel, les causes générales des grands incendies urbains sont identiques : forte sécheresse (épisodes courants durant les anomalies climatiques du Petit âge glaciaire), vents violents, heure tardive, associés à une forte croissance urbaine (exode rural, essor du commerce portuaire…), l'hésitation à recourir aux méthodes expéditives de démolition. La panique de la population agrave encore chaque fois la difficulté des secours.En somme, l'incendie de Rennes "ne fut ni inévitable ni prévisible" (p. 95).

8Chercher le coupable revient à désigner l'endroit d'où le feu est parti, rue Tristin, dans la maison d'un menuisier, dont la femme vendait de la chandelle soit étaient réunis descopeaux, de la sciure et du suif, parfaitcocktail incendiaire… Avec la recherche d'un coupable, l'artisan va devenir l'ivrogne, "il aurait voulu allumer un grand feu pour brûler sa femme !" Mais si l'on va plus loin, les secours ne peuvent pas approcher, les maisons en pignon sur rue, construites en bois et chaume malgré les règlements municipaux, s'effondrent les unes contre les autres, des ruelles étroites, encombrées de débris et de meubles que les gens veulent sauver… En fait, la ville est comme "Un bûcher préparé" : les villes médiévales sont des brûlots ! Dans un petit chapitre, intitulé "Représenter l'incendie aux XVIIe et XVIIIe s.", G. Kazerouni évoque la fréquence des représentations d'incendies dans les tableaux figurant les villes, avec comme source, les grands incendies mythologiques comme Sodome et Gomorrhe, Troie, ou historiques comme Rome.

  • 1 Dans la même optique, cf. Paris, de parcelles en pixels, compte rendu André Buisson, « Boris Bove, (...)

9"Autour du brasier". Quelles sont les caractéristiques de la ville à l'époque de l'incendie ? Les auteurs se livrent à une analyse du tissu urbain, en suivant les données du "Livre rentier de 1455" (p. 128 sq, fig. p. 132-133). Le quartier est de forte densité urbaine, avec des immeubles de 4 à 5 étages. Le SIG est ici la meilleure aide à la reconstitution de l'évolution du quartier1.

10L'incendie appelle la rédemption, par la prière de recours, le vœu collectif, car on hésite entre punition divine et protection céleste : ainsi un rôle est-il donné a posteriori à la Croix des Franciscains… ("Le feu, le vœu, la Vierge"). On note, dans l'architecture domestique ou publique, la multiplication des "niches à Vierge" aux périphéries du brasier après 1720 avec souvent la mention "Vœu de 1720" (carte de la procession de 1740 p. 180, carte des "niches à Vierge" p. 181)… On érige donc des témoins, comme en d'autres temps et lieux, la colonne du "Monument" de Londres ou les Arae Incendii Neronis de Rome.

  • 2 Révolte qui souleva l'ouest de la France en 1675, dite aussi des "bonnets rouges" dont l'origine se (...)

11"Reconstruire" : dès le 29 décembre, l'incendie est maîtrisé. Les premières aides frumentaires sont distribuées principalement par les hôpitaux et les congrégations religieuses… alors que d'abondants secours financiers arrivent rapidement. Les habitants récupèrent ce qu'ils peuvent de leurs biens, et construisent hâtivement et anarchiquement des baraques (planches p. 192-193). Dès le 30 décembre, commence le désencombrement des lieux incendiés, le nettoyage, la réorganisation de l'espace… Et dès 1728, on donne l'ordre de destruction des baraques, du comblement des douves médiévales avec les déblais. La ville "craint" la colère du Roi, une sanction qui serait terrible avec la perte du Parlement, au profit de Vannes… On fait le lien avec l'exécution du marquis de Pontcallec, la révolte du Papier timbré2, et même le Régent lui-même…

12C'est le début d'un chantier de plus de 100 ans avec à sa tête au départ le "triumvirat" formé par l'ingénieur Isaac Robelin, l'intendant Feydeau de Brou et l'architecte Jacques Gabriel. Ils conçoivent un plan global sur un schéma militaire, en privilégiant les espaces publics, les places, un quadrillage de rues sur un plan orthogonal, de nouveaux découpages administratifs, et encouragent la reconstruction privée par la constitution de sociétés. Une architecture domestique de "style rennais" voit le jour avec des immeubles à 3 étages (p. 228 sq), style qui perdure jusqu'au milieu du 19e s. avec ses toitures en ardoise, ses murs en calcaire blanc (blocs transportés sur la Vilaine).

13"Une ville nouvelle". Malgré leur enthousiasme, et par manque de crédits, les concepteurs ne peuvent envisager que la reconstruction de la partie de la ville détruite par l'incendie, et non pas sa globalité, soit 10 ha sur 62 intramuros (projet de reconstruction p. 250-259, superposition des deux villes, ancienne et nouvelle, sur le plan de P. Banéat, p. 318). Avec ces nouvelles rues, de nouveaux noms de rues apparaissent, grâce auxquels on assiste à une célébration des élites, le roi, la famille royale.

14Peut-on identifier les conséquences sociologiques de l'incendie ? Avant 1720, le quartier faisait l'objet d'une gentrification diffuse que l'on situe grâce à l'analyse des "rôles de la capitation" permettant de situer les fortunes. D'après l'examen du profil sociologique des 1300 personnes ayant perdu des biens, on note que l'incendie a touché tous les milieux (cartes p. 281 donnant un état des lieux avant et après).

15La dernière section est consacrée à l'étude de la patrimonialisation de la ville reconstruite : le palais du Parlement, la tour de l'horloge, la statue équestre de Louis XIV. La mémoire de l'incendie s'est forgée dès le 1er janvier 1721. On ne doit pas oublier le monceau de ruines, la pluie de flammes ! L'édition de médailles commémoratives entre dans cette démarche, elle-même ravivée par l'incendie du Parlement en 1994.

16Ce "beau livre" est très abondamment illustré de documents variés : cartes et plans anciens (notamment cette carte de la progression de l'incendie, p. 27), photographies de très nombreux détails de l'architecture urbaine, étude de l'approvisionnement en pierre de construction de la ville (p. 250-259)… Les auteurs ont choisi de "couvrir" tous les aspects matériels et spirituels de l'évènement et de l'après, et d'envisager le contexte particulier de cette année 1720 avec les "risques encourus" par la ville.

17L'ouvrage a été édité pour commémorer le troisième centenaire de l'évènement. La forme choisie par l'éditeur démontre la volonté de trouver un public multiple, formé tout d'abord des Rennais eux-mêmes, mais également de tous les lecteurs et chercheurs intéressés par l'histoire urbaine. Avec sa recherche des traces, nombreuses, conservées dans l'urbanisme moderne, il remplit bien son rôle de mémoire et participe à la patrimonialisation de l'évènement et à celle de la ville qui en a éclos.

Haut de page

Notes

1 Dans la même optique, cf. Paris, de parcelles en pixels, compte rendu André Buisson, « Boris Bove, Laurent Costa, Hélène Noizet (coord.), Paris, de parcelles en pixels. Analyse géomatique de l'espace parisien médiéval et moderne », Géocarrefour [En ligne], 90/2 | 2015, URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/9102 ; DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.9102

2 Révolte qui souleva l'ouest de la France en 1675, dite aussi des "bonnets rouges" dont l'origine se trouve dans la hausse des taxes sur les transactions. Le Parlement est déplacé à Vannes et Rennes doit racheter son retour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Buisson, « Gauthier Aubert, Georges Provost, Rennes, 1720, l'incendie », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 03 mai 2021, consulté le 11 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17149

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search