Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsMatthieu Adam et Emeline Comby (d...

Matthieu Adam et Emeline Comby (dir.), Le capital dans la cité. Une encyclopédie critique de la ville

Fabrizio Macaglia
Référence(s) :

ADAM M. et COMBY E. (dir.), 2020. Le capital dans la cité. Une encyclopédie critique de la ville, Paris, Editions Amsterdam, 460 p.

Texte intégral

1Trente notices composent cette Encyclopédie critique de la ville proposée par les Éditions Amsterdam sous le titre Le capital dans la cité. 160 entrées complémentaires – notions ou domaines de connaissances – référencées dans l’index et proposées aux lecteurs au terme de chaque notice, viennent décliner, prolonger ou compléter les situations traitées par le collectif d’une trentaine de chercheurs réunis autour de Matthieu Adam et Emeline Comby.

2L’ouvrage livre un état des lieux des restructurations économiques, sociales et urbanistiques à l’œuvre dans nos villes soumises à une marchandisation galopante : qu'il s'agisse des changements enregistrés dans la composition sociale des quartiers et particulièrement de la colonisation progressive des secteurs les plus populaires par les nouvelles classes possédantes, de la verticalisation des formes urbaines, de la montée en gamme des commerces et de la mise sur le marché de nouveaux produits immobiliers ou de nouvelles manières de les valoriser, ou encore de l’intensification de l’usage du sol et de son artificialisation y compris avec l’alibi des éco-quartiers, toutes ces dynamiques relèvent de ce mouvement de fond qui transforme nos villes en marchandises pour en accélérer la commercialisation et la consommation. Le capital dans la cité propose donc d’éclairer les ressorts de nos géographies urbaines, en s’attachant à rendre compte, sur un mode empirique, de ce que le capitalisme fait aux villes et à leurs habitants. Travailler, se déplacer, se loger, se former, se cultiver, et tout bonnement vivre, plus aucun domaine de nos existences, y compris dans leurs replis les plus intimes, n’échappe aux logiques du profit, de la rentabilité, de la productivité et de la concurrence qui accompagnent la marchandisation des villes.

  • 1 On retiendra parmi d’autres : Cécile Gintrac, Matthieu Giroud, 2014, Villes contestées, Paris : Les (...)
  • 2 Rob Shield, Spatial Questions. Cultural Topologies and Social Spatialisation, 2013, London : Sage.

3Le capital dans la cité trouve sa place aux côtés d’autres publications1, elles aussi le plus souvent collectives, qui interrogent les liens entre ville et capitalisme, et qui ont contribué ces dernières années à animer, tout à la fois sur le plan factuel et théorique, le débat dans le champ des études urbaines francophones. Si Matthieu Adam et Emeline Comby reprennent à leur compte le cadre théorique de la critique urbaine d’inspiration marxiste, proposé par Henri Lefebvre et David Harvey, le positionnement scientifique de l’ouvrage s’organise cependant à partir de l’idée de spatialisation développée par Rob Shield2. Cet emprunt permet, opportunément, aux coordinateurs de l’ouvrage de proposer une démarche qui embrasse dans un même mouvement tout à la fois les dimensions matérielles et symboliques des transformations urbaines sous régime capitaliste, car on sait désormais ce que le fonctionnement du capitalisme contemporain doit aux désirs, aux représentations et aux croyances. A travers cette invitation à adopter une lecture spatiale du capitalisme urbain, l’ouvrage participe également à ce mouvement qui, dans les sciences sociales, s’attache à analyser la place de l’espace dans le fonctionnement du social, au-delà de sa fonction de transcription des faits sociaux dans lequel une certaine tradition scientifique a pu le cantonner.

  • 3 Les termes en italique renvoient aux notices.

4Dans quelle mesure l’essor du capitalisme contemporain est-il déterminé par les dynamiques spatiales de sa croissance, dès lors que le capital tend tendanciellement à se localiser là où les facteurs de valorisation sont ou sont potentiellement les plus favorables ? C’est là la question de fond posée par l’ouvrage, ouvrant la voie à deux chantiers que sont l’analyse des processus de production de l’espace en régime capitaliste (soit la matérialisation des transformations urbaines impulsées par les logiques économiques du profit, de la concurrence et de la rente) et l’analyse des mécanismes urbains de la production du capitalisme (la ville est dans ce cas de figure conçue comme un rouage essentiel du capitalisme contemporain au regard des opportunités de valorisation qu’elle offre au capital, mais aussi comme cadre de production de faits sociaux qui participent à la fabrication du capitalisme en tant qu’univers symbolique). L’ouverture de chaque notice est assurée par un bref récit d’un évènement ou d’une situation, qui a pour fonction de rendre tangible la marchandisation de nos existences et de nos espaces de vie, qui trop souvent conserve un caractère abstrait quand bien même en fait-on une expérience au quotidien, comme le glissement du statut d’usager à celui de client à l’œuvre dans les services publics (Contrôle3). Dès lors, ce que l’on nomme privatisation ou précarité s’incarnent par la possibilité qui nous est donnée de suivre des trajectoires individuelles, à l’image de ces agents des transports chargés sur le terrain d’en accroître la rentabilité en luttant contre la fraude (Contrôle) ou de ces gardiens des quartiers résidentiels dont l’instabilité professionnelle se lit dans leur vie sociale, familiale et psychique (Précarité). Les notices réussissent ce tour de force de proposer une montée en généralité tout en collant aux situations et aux évènements qui sont relatés, et qui servent de fil conducteur aux récits.

5Quand bien même les notices qui composent une encyclopédie peuvent-elles être liées les unes aux autres par une relation logique, ce qui est présentement le cas, les entrées thématiques prédisposent à une navigation aléatoire et fractionnée, la consultation se faisant le plus souvent au gré de notre curiosité et de nos centres d’intérêt, ou encore en réponse à une démarche plus utilitariste lorsque s’impose le besoin de faire une mise au point sur tel ou tel sujet. Faire la recension d’une encyclopédie n’est donc guère un exercice aisé eu égard à la structure propre à ce genre d’ouvrage. Pour autant, ici, un cheminement linéaire, et transversal, est possible grâce aux correspondances que l’on peut aisément opérer entre les notices. On trouvera dans les processus qui assurent la production et la transformation des sociétés urbaines et de leurs espaces (Désindustrialisation ; Financiarisation ; Privatisation ; Périurbanisation) une première entrée pour parcourir l’encyclopédie autrement qu’au coup par coup : les auteurs montrent ainsi, entre autres, comment ces mécanismes créent cette situation où l’accès et l’utilisation du sol sont déterminés par les intérêts de la classe dominante. Un autre niveau de lecture nous est donné par les outils (Austérité ; Contrôle) mobilisés pour créer un ordre urbain sur le plan budgétaire et en matière de comportements sociaux, ou encore les stratégies d’attractivité sur le plan du développement économique (Agriculture urbaine ; Marketing ; Reconquête des fronts d’eau ; Smart City ; Ville durable). Les agendas urbains sont désormais soumis à l’impératif de la compétitivité dans un contexte de concurrence généralisée : il importe de créer l’environnement susceptible de séduire investisseurs, touristes, cadres de la nouvelle économie urbaine, élites culturelles et start-upeurs censés tirer la croissance économique. La contrepartie de ces politiques urbaines, c’est la formation de groupes sociaux subalternes (Indésirables ; Marges ; Migrations ; Précarité) dont le quotidien est fait d’incertitude, de vulnérabilité et de discriminations, pris dans des logiques de marginalisation et de ségrégation urbaines, mais qui sont néanmoins indispensables au bon fonctionnement de l’économie urbaine en occupant les emplois les moins bien rémunérés et qui offrent le moins de protection sociale.

6Les processus et situations traités dans les différentes notices peuvent également être considérés sous l’angle du discours, car le capitalisme c’est aussi un imaginaire fait de valeurs, d’aspirations collectives, de croyances et de représentations avec lesquelles sont justifiées des orientations stratégiques et légitimées des politiques publiques. Troquer un mot pour un autre suffit à modifier le statut d’un objet (faire entrer un réseau technique dans la catégorie d’un bien commun à conserver, et le penser comme un patrimoine en l’extrayant de la catégorie technique dans laquelle il est le plus souvent enfermé, permet d’introduire d’autres logiques de gestion que celle du profit et de la rentabilité) ou d’une situation donnée (la rigueur est présentée comme la version vertueuse de l’austérité, pour justifier des coupes budgétaires et la reconfiguration en profondeur des politiques sociales, culturelles et éducatives des villes).

7Si les villes sont devenues un rouage central du capitalisme mondialisé contemporain, elles sont aussi les lieux où se donnent à voir les contradictions du capitalisme (sur le marché du travail, dans le fonctionnement du marché immobilier, dans les inégalités socio-spatiales) et où se manifeste la critique du capitalisme. Cet aspect apparaît quelque peu en retrait dans l’ouvrage, en comparaison de l’intérêt porté aux manifestations des restructurations économiques, sociales et urbanistiques dont nos villes sont le théâtre.

8Le vœu que l’on formerait à l’issue de cette recension serait celui de voir circuler cette Encyclopédie critique de la ville en-dehors des seuls cercles universitaires, car les tranches de vie et les situations dont les auteurs font le récit, et dans lesquelles tout un chacun peut se reconnaître ou se sentir partie prenante à un titre ou un autre, forment un savoir pratique : en faisant entrevoir la violence, et pas seulement symbolique, de certaines politiques urbaines et leur caractère injuste, en détaillant les mécanismes de la production sociale d’un espace sélectif, l’ouvrage met à disposition des lecteurs des ressources pour objectiver leur vécu et ouvrir la voie à une subjectivation détachée de celle que propose le marché. L’Encyclopédie critique de la ville désenchante la société que le capitalisme urbain fabrique, et laisse entrevoir en contrepoint d’autres espaces des possibles.

Haut de page

Notes

1 On retiendra parmi d’autres : Cécile Gintrac, Matthieu Giroud, 2014, Villes contestées, Paris : Les Prairies ordinaires ; Hélène Combes, David Garibay et Camille Goirand, Les lieux de la colère. Occuper l’espace pour contester de Madrid à Sanaa, 2016, Paris : Karthala/Sciences-Po Aix ; Gentrifications ; Isabelle Backouche et. al.,

La ville est à nous ! Aménagement urbain et mobilisations sociales depuis le Moyen Âge, 2018, Paris : Editions de la Sorbonne ; Marc Berdet, Les rêves urbains du capitalisme, 2013, Paris : La Découverte.

2 Rob Shield, Spatial Questions. Cultural Topologies and Social Spatialisation, 2013, London : Sage.

3 Les termes en italique renvoient aux notices.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrizio Macaglia, « Matthieu Adam et Emeline Comby (dir.), Le capital dans la cité. Une encyclopédie critique de la ville », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 25 mars 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17161

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search