Navigation – Plan du site

AccueilVie de la revueComptes rendus inéditsDominique Rogers et Boris Lesueur...

Dominique Rogers et Boris Lesueur (dir), Habiter la ville antillo-guyanaise (XVIIIè-XXIè siècle)

Michel Desse
Référence(s) :

ROGERS D. et LESUEUR B. (dir), 2020, Habiter la ville antillo-guyanaise (XVIIIè-XXIè siècle) Essai d’approche pluridisciplinaire, Préface de Denis Martouzet, Paris, L’Harmattan, Série études Antilles, 252 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage fait suite aux journées d’études organisées par le laboratoire AIHP-GÉODE de l’Université des Antilles, consacrées aux « pratiques habitantes » dans la ville de l’espace caraïbe du XVIIIe au XXIe siècle, il est préfacé par Denis Martouzet qui apporte des réflexions et des pistes de recherche constructives. Ce recueil d’articles s’articule autour de 3 thèmes : « inventer une société nouvelle : sociologie de l’espace urbain antillais », suivi de « vivre l’espace urbain : découverte et appropriation d’un monde nouveau » et enfin la troisième partie « réinventer la ville des Antilles : vers un nouvel urbanisme ». Cinq auteurs traitent des Antilles françaises, deux de l’île de Cayenne, un d’Haïti et un du Venezuela. Les grandes villes de la Caraïbe demeurent cependant absentes. Si trois articles traitent de situations contemporaines, 6 s’ancrent dans le temps long des villes. Le choix de ne pas suivre un plan chronologique, de traiter des études de cas éloignées de la ville comme les deux chapitres sur l’île de Cayenne, entraine un décalage avec le titre général « habiter la ville » qui demeure en définitive peu approprié par les auteurs et qui n’apparaît pas dans la structure de l’ouvrage. Si la logique n’est pas assez apparente… l’absence d’introductions et de conclusions de parties et de conclusion finale renforce cette idée, pour autant, chaque article ou chapitre apporte des éclairages forts intéressants et complémentaires sur l’objet de la recherche : la ville antillo-guyanaise du XVIIIe au XXIe siècle.

  • 1 La mobilisation de travaux de géographes aurait été intéressant pour renforcer le thème de l’habité (...)

2L’introduction générale, forte de 17 pages, permet de cadrer l’ouvrage et de s’interroger sur la ville des Antilles ou sur la ville antillaise marquée par une histoire coloniale, une adaptation au climat… Des territoires de l’attente, de pause migratoire, des villes invisibles quand les regards se tournent vers la plantation ou vers les plages depuis la mise en tourisme.1

3Boris Lesueur ouvre cette première partie « inventer une société nouvelle », avec son chapitre consacré aux garnisons dans la ville au XVIIe et XVIIIe siècle dans les possessions françaises. La ville apparaît, entre deux campagnes militaires, comme le lieu de l’attente générant une architecture, un urbanisme militaire : casernes, forts, places d’armes, hôpitaux, cimetières s’organisent en dehors de la ville. Le soldat, l’officier, deviennent aussi des habitants en dehors de la garnison, certains travaillant et apportant leur savoir-faire à ces colonies en construction. L’oisiveté, le temps passé, permettaient aussi de participer à la vie culturelle, de fonder un ménage, une famille. La ville est aussi synonyme de tripots, de prostitution… par effet miroir, que signifie Cayenne pour un jeune militaire après un long entrainement en forêt ? L’approche des formes d’habiter des familles de militaires donnerait aussi une lecture de Fort de France, ville de garnison en 2021.

4Marianne Palisse aborde les migrations et l’agriculture périurbaine : les jardins des Haïtiens du mont Mahury, dans l’agglomération de Cayenne. Ce retour de terrain est extrêmement intéressant, mais la situation périurbaine, la dominante forestière des lieux montrent peu les formes d’habiter la ville de Cayenne.

5Michelline Marlin-Godier aborde ensuite l’expérience d’une gestion communiste 1945-1956 à Fort de France. Dix années qui ont marqué durablement la société et la ville, d’autant plus qu’Aimé Césaire fut maire sans discontinuité de 1945 jusqu’en 2001. Fort de France accueille alors le trop plein des campagnes qui s’installe dans les quartiers d’habitat précaire des Terres-Sainville, de Texaco, de Volga Plage, installations sur des terrains achetés ou concédés à bail pour une durée de 5 ans. Devant la pénurie, certains s’installent sur des terrains domaniaux avec l’accord tacite de la Municipalité. L’éducation, l’éducation populaire par le biais des colonies de vacances, les mesures d’hygiène et d’assainissement accompagnent ces nouveaux quartiers, sans pour autant les précéder.

6La seconde partie s’ouvre sans introduction sur l’article de Bernard Camier qui aborde le paysage sonore du Cap-Français et de Port-au-Prince à la fin du XVIIIe siècle. Orage, tambours militaires, cloches, cabrouets, constituent les bruits de fond de la ville. L’auteur distingue quatre auréoles sonores autour du centre-ville du Cap. Il serait intéressant de montrer les permanences avec les paysages sonores contemporains qui sont souvent source de nuisance, mais qui « font la ville ».

7Les pratiques de cueillette urbaine des plantes médicinales dans l’île de Cayenne, de M-A Tareau, J Fozzani, G Odonne et M Palisse, montrent le résultat d’un important travail de terrain en ethnobotanique. Comme le souligne D. Martouzet, le végétal constitue une particularité de certains quartiers urbains, même s’il est souvent absent des hyper-centres. Cet article montre bien l’attachement des nouveaux citadins aux héritages ruraux et forestiers.

8Jacques Dumont traite de la ville comme territoire des prises en charge du corps : l’hygiénisme aux Antilles dans le premier XXe siècle. Sont abordées les théories de l’hygiène en zone tropicale, alliant hygiène et éducation, pour aboutir à l’aménagement de l’espace sanitaire avec les créations d’hôpitaux ou de cliniques comme la clinique Saint-Paul à la Martinique en 1930. Parallèlement, se développe le territoire de la culture physique pour combattre les « maladies sociales » : alcoolisme, dilettante, jeux et prostitution. Au contraire, le sportif antillais apparaît comme la nouvelle figure à promouvoir jusqu’au cœur des villes, dans les parcs du centre-ville. Après-guerre, les lieux de pratiques sportives demeurent toujours insuffisants, et nécessitent en 1946 l’intervention d’A. Césaire devant l’Assemblée nationale.

9La troisième partie, « Réinventer la ville des Antilles : vers un nouvel urbanisme » s’ouvre par l’article d’A. Bolle et J. Cazassus-Bérard qui abordent « le site de l’allée Pécoul-rue-Mont-Noël » à Saint-Pierre, témoin de l’urbanisation d’un quartier résidentiel. Ce site a connu des phases de développement urbain de 1635 à 1965 et a complétement été ravagé et recouvert de cendres après les explosions de la Montagne Pelée en 1902. Trois fondations, l’immeuble plaisance, datant de 1818, la villa créole (1819) et la maison de ville (1820), témoignent des formes urbaines en marge de Saint-Pierre et de leur évolution au long du XIXè siècle. Pour une autre période, Roméo Terral aborde l’architecture moderne et internationale dans les villes des Antilles (1925-1975), qui a transformé les centres anciens de nombreuses villes en bois. L’adaptation aux risques (incendies, cyclones) a poussé les architectes à un urbanisme en béton. En Guadeloupe, plus de 100 bâtiments en béton sont construits après le cyclone de 1928. Cet urbanisme est influencé par l’Art déco et s’intègre parfois à de vastes quartiers, comme celui de l’Exposition Internationale de Port-au-Prince (1949-1950). Durant les Trente Glorieuses, les politiques urbanistiques concernent les grands ensembles résidentiels comme les grands aménagements structurants (aéroports, hôpitaux). L’auteur note aussi le décalage entre ces projets structurants, qui ont modifié les paysages urbains et contribué à la disparition de l’habitat vernaculaire, sans pour autant répondre par la concertation aux attentes des habitants.

10A. Péné-Annette s’intéresse aux relations entre « villes caribéennes et énergie : le cas de Barcelona Puerto La Cruz, ville pétrolière du Venezuela ». Cette conurbation d’un million d’habitants a connu trois phases d’extension. Entre 1940 et 1950, les constructions d’industries lourdes et pétrolières et leurs quartiers donnent une première agglomération très ségrégée. La conurbation apparaît entre 1960 et 1990 marquée par une forte croissance urbaine et la construction de nouveaux quartiers mais aussi par l’extension de l’habitat non contrôlé. La métropolisation actuelle s’organise selon un modèle « centre-périphérie ». Les compagnies pétrolières qui disposent de foncier jouent un rôle indéniable acceptant parfois l’habitat précaire, ou au contraire intervenant pour limiter d’autres projets comme ceux liés au développement touristique. Par la proximité des usines pétrolières polluantes, les impacts environnementaux sont nombreux.

11Au final, cet ouvrage apporte de nombreux éclairages sur les villes antillo-guyanaises. Habiter la ville antillo-guyanaise demeure un très bel objet de recherche à aborder aussi par les pratiques, les activités commerciales et festives, les loisirs urbains… et par ses temporalités.

Haut de page

Notes

1 La mobilisation de travaux de géographes aurait été intéressant pour renforcer le thème de l’habité, les travaux de Lasserre (les fonctions de la ville post coloniale), Martouzet (image de la ville, conflits, problèmes de logements) , Hartog, Desse, De Vassoigne (pratiques commerciales, pratiques des quartiers de centre-ville, loisirs urbains, pérégrinations péri-urbaines, fonctions urbaines et polarisation, les touristes dans la ville), Chérubini, Calmont (la ville polyethnique, pratiques, migrations), Godard (l’habité dans les quartiers précaires). De nombreuses thèses récentes méritaient d’être citées comme, la thèse de Mario Sélise qui porte sur les capitales des Petites Antilles, Corine Plantin sur les sports urbains, Fabiola Nicolas-Bragance sur les relations entre la fête (carnaval, courses de Yole) et la ville, Sandrine Hilderad-Jurad sur la patrimonialisation et les politiques urbaines actuelles dans les quartiers populaires hérités des années 1950 à Fort-de-France, Jorés Mérat sur la pauvreté à Haïti et à Port-au-Prince, Olivier Djems sur le pouvoir des gangs à Port-au-Prince et sur leur rôle d’aménageur de la ville, Jean Odile Etienne sur les stratégies d’acteurs et les ONG dans la reconstruction de Port-au-Prince, Michelet Clerveau sur la vulnérabilité des villes haïtiennes et de Port-au Prince.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Desse, « Dominique Rogers et Boris Lesueur (dir), Habiter la ville antillo-guyanaise (XVIIIè-XXIè siècle)  », Géocarrefour [En ligne], Comptes rendus inédits, mis en ligne le 29 mars 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/geocarrefour/17178

Haut de page

Auteur

Michel Desse

Professeur, LETG UMR 6554 CNRS, Université de Nantes Michel.Desse@univ-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Géocarrefour

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search